AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Mer 4 Nov - 11:52

On me propose de faire un sujet sur le film 2001, odyssée de l’espace. J’ai pas dit non. J’aurais dû. Dire que c’est un de mes films cultes n’est guère original, mais il est vrai qu’on ne m’a pas demandé de faire quelque chose d’original. D’un autre côté, recopier l’article de Wikipedia... ça va se voir. Et vous aurez aussi vite fait, si ça vous chante, d’aller tout de suite sur le site de l’Encyclopédie numérique qui va bien. Enfin, j’espère qu’elle va bien. Sinon, transmettez-lui tous mes vœux de bon rétablissement.

2001, je l’ai d’abord vu en livre. Lu, bien sûr, mais vu aussi car je visualise assez facilement mes lectures. Le film est sorti en 1967, je crois, mais je ne l’ai pas vu avant 1976 si ma mémoire est bonne. Depuis, je me suis rattrapé et je suis retourné le voir une demi-douzaine de fois en salle avant d’acheter le DVD en... peut-être bien en 2001 si ça se trouve. Ce serait rigolo, et en tout cas c’était dans les environs de vers par là.
Bon, vous connaissez tous l’histoire : ça commence dans la préhistoire. Une bande de simiens qui pourraient bien être nos lointains ancêtres se trouve un beau jour en présence d’une longue pierre noire parallélépipédique dressée devant leur caverne. Elle est apparue là pendant la nuit et on se dit qu’ils doivent bien se demander kekséksa. On sent qu’il se passe quelque chose dans leurs têtes, et justement il s’avère que la pierre noire leur a communiqué (par on ne sait quelle magie, ou technologie supérieure) quelque chose qu’ils mettent en œuvre peu après pour massacrer une bande ennemie en utilisant des os comme armes contondantes. Eh bien cette chose c’était l’intelligence. Un truc qui sert d’abord à tuer, donc, si l’on comprend bien le symbole.
A ce moment-là du film, il se passe un truc extraordinaire. Le chef des simiens qui viennent de massacrer les autres lance un os vers le ciel pour exprimer sa joie de la victoire. La caméra suit l’os qui virevolte dans l’air, et soudain celui-ci se transforme en un astronef qui tournicote dans l’espace autour de la Terre. En quelques secondes nous sommes donc passés de la préhistoire à l’histoire future car maintenant nous sommes en 2001 de notre ère (qu’on appelle maintenant l’Anthropocène).
Donc, on est dans l’espace circumterrestre, des astronefs tournent dans la nuit et on entend le Beau Danube bleu. Oui, la musique de Johann Strauss. Qui aurait pensé à cette musique pour illustrer une séquence d’un film de Science-fiction ? Pas vous ? Moi non plus. Eh bien c’est génial.

De toute façon, tout est génial dans ce film. Mais puisque nous parlons musique, eh bien... parlons musique. C’est un angle comme un autre pour parler d’un film.
Il y a quelques semaines j’ai emprunté à la médiathèque le disque “2001, the Legendary Original Score”. Il s’agit de la musique composée par Alex North pour le film mais dont Kubrick n’a rien utilisé, préférant finalement prendre des morceaux de musique classique, dont le fameux Danube bleu, entre autres. L’histoire de cette musique, racontée dans le livret du disque, est très intéressante, mais je ne vais pas vous en parler. Kevin Mulhall la présente comme la “Symphonie céleste d’Alex North” et dit qu’« il ne fait aucun doute que 2001 aurait été meilleur si Kubrick avait utilisé [cette musique]. Même si l’on aime les choix qu’a faits Kubrick pour certaines scènes, l’ensemble éclectique de compositeurs classiques sélectionnés par le réalisateur (Richard Strauss, Johann Strauss, Aram Khatchaturian et Gyorgy Ligeti) produit un mélange perturbant de sons et de styles différents. »
On peut ne pas être d’accord avec ces deux affirmations et je ne le suis pas. Je ne crois pas que le film aurait été meilleur avec la musique de North. Elle possède certes une unité d’un bout à l’autre du film mais cette unité n’est pas vraiment nécessaire. Est-il besoin d’unité musicale entre des séquences qui se passent pendant la préhistoire, d’autres qui se déroulent dans des intérieurs d’astronefs, et d’autres qui nous transportent dans des lieux aussi étranges que le sol lunaire, le “tunnel spatio-temporel” (c’est moi qui l’appelle ainsi), et le mystérieux “hôtel” où Bowman se retrouve à la fin de son voyage à travers le cosmos ? Je réponds : aucunement.
D’autre part, la musique de North, pour intéressante qu’elle soit, est beaucoup moins dépaysante et inquiétante que l’est notamment celle de Ligeti. Elle reste assez traditionnelle dans sa composition et son orchestration, et du coup contribue beaucoup moins au décalage d’avec le monde ordinaire que celle du compositeur hongrois, même si celle-ci n’a pas été écrite pour le film.
Je voudrais ici faire état d’une théorie que je me suis faite concernant le choix de la musique de Ligeti par Kubrick, et en particulier de son Requiem. J’ai parlé plus haut de l’enchaînement entre les séquences préhistoriques et la partie futuriste du film qui se fait par le fondu entre l’os qui valse dans les airs et le vaisseau spatial, qui valse lui aussi, au son du Beau Danube bleu, dans l’espace de notre système solaire. J’ai parlé de l’os brandi par les simiens comme étant le symbole de l’outil, et en particulier de l’arme, utilisé par les hommes. Généralement, on s’arrête à ce symbole pour en tirer la conclusion que pour Kubrick, il n’y a aucune différence entre l’arme de nos ancêtres et le vaisseau spatial des hommes modernes : ce sont l’un et l’autre des outils de domination. Pourtant, comment ne pas voir que ces vaisseaux qui tournent dans l’espace semblent finalement assez pacifiques (on est loin des vaisseaux de Star Wars, qui n’étaient d’ailleurs pas encore inventés). Je fais l’hypothèse que dans l’esprit de Kubrick il y avait dans ce fondu-enchaîné une manière de suggérer l'évolution psychique de l'homme qui, du niveau de la brute cherchant à asseoir sa domination sur l'autre, s'est peu à peu élevé vers la conscience, la sagesse, la sérénité, symbolisées par le ciel étoilé dans lequel évolue silencieusement l'os/vaisseau. Celui-ci, plus qu'un outil perfectionné, ne représente-t-il pas ici une extension de l'enveloppe charnelle de l'homme lui permettant d'assouvir toujours plus sa soif de contemplation, ou de connaissance — mais n'est-ce pas plus ou moins la même chose ? N'est-ce pas ce sentiment de recueillement, voire d'adoration devant la nature qui pousse l'homme à vouloir percer ses mystères ? Je pense que dans 2001, Arthur Clarke et Stanley Kubrick ont d'une certaine manière exprimé un certain "sens du sacré" devant les beautés de l’univers et en même temps devant l’effroi qu’il peut susciter en nous. D’où, peut-être le choix du Requiem de Ligeti par le réalisateur. Il s'agit bien de musique dite sacrée, et je ne pense pas que ce soit seulement pour les sonorités, ou les harmonies, ou parce qu'elle collait bien avec les séquences du monolithe, qu'il l'a choisie. S'il ne s'était agi que de produire un effet de mystère, ou d'angoisse, "Atmosphères", qu'il a placé sur la séquence de la sphère en plongée dans l'hyperespace, aurait tout aussi bien collé. Ou bien il aurait pu choisir "Lontano", autre pièce orchestrale de Ligeti qui rappelle beaucoup "Atmosphères". Il a utilisé une autre musique sacrée dans la séquence où le vaisseau lunaire transporte les hommes vers le site de découverte du monolithe. Il s'agit de "Lux Æterna". Pourquoi aurait-il donc utilisé cette musique-là s'il n'avait pas ressenti et voulu faire ressentir une sorte de respect sacré dans ce moment et ce lieu précis ? Qu'aurait mis un George Lukas pour une séquence semblable ? Une musique tonitruante, style "Nous sommes les chevaliers de l'espace, la race dominatrice qui part à la conquête des étoiles, garez-vous devant ça va barder !". Le génie et la personnalité de Kubrick sont d’une tout autre mesure.

Pour conclure, comme bien d’autres l’ont dit avant moi, 2001, Odyssée de l’espace est sans aucun doute le prototype du film de science-fiction moderne auquel ont été et seront comparés tous ceux qui auront suivi. Mais permettez-moi tout de même, non pas une critique, je ne me le permettrais jamais et je n’en ai d’ailleurs aucune à faire, mais une réserve quant à l’idée sous-jacente que véhicule l’histoire (le film comme le roman). Pour ce qui me concerne, l'idée que nous puissions avoir été créés par des extraterrestres (ou qu’ils nous auraient fait don de l’intelligence) me dérange. Non parce qu'elle heurte mes convictions religieuses (je n'en ai aucune) mais parce qu'elle est irrecevable scientifiquement — c'est-à-dire qu'elle n'a aucune valeur explicative sur l'existence de l'homme, qu'elle ne s'insère pas dans ce que nous savons de l'évolution et qu'il s'agit d'une théorie irréfutable. En outre, elle revient à se débarrasser facilement de la responsabilité de l'homme : s'il est la création d'êtres extraterrestres, ce sont eux les responsables de tout, du bien, du mal, etc. En conclusion : intérêts scientifique et philosophique nuls. On peut aimer un film ou un roman sans adhérer le moins du monde à sa philosophie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
cdang

avatar

Masculin Messages : 1123
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Mer 4 Nov - 13:12

Tu as bien fait de te lancer, ça aurait dommage de nous priver de ça (-:

Ma maman nous avait amené le voir un mercredi après-midi, je suppose dans les années 1980 (c'est le privilège d'habiter en région parisienne, on trouve toujours un écran pour ce genre de chose, et je pense que ma maman est une proto-geek, fan de Ray Bradbury, Arthur C. Clarke et Agatha Christie, et, hem, aussi de Gérard de Villiers), puis je l'avais lu en 4e.

C'est certes un étalon concernant la S.F., mais surtout le pilier fondateur de la hard science (la S.F. qui essaie de coller un tant soit peu à la réalité physique). Contrairement à toi, l'argument de fond ne me dérange pas, même si je n'y adhère pas, c'est l'hypothèse fondatrice du cet univers fictionnel et je l'accepte dans la suspension consentie de mon incrédulité.

C'est marrant cette histoire de musique. Je ne connais pas Alex North, mais comme toi je trouve le choix de Kubrick judicieux. Et s'il y a des cas (nombreux) où la musique est commandée avec les queues de budget et composée une fois le montage fait, il y a d'autres cas où elle préexiste et influence la manière de filmer, de monter, et évidemment le rythme. Je pense que Kubrick devait avoir les morceaux en tête en filmant et en montant, ce qui lie la musique intimement avec les images. Je me demande bien ce qu'aurait pu donner le film sans Le Beau Danube bleu, Ainsi parlait Zaratoustra et surtout Ligeti.

Je voudrai évoquer ici l'héritage direct du film. Sur le thème, il y a Contact de Robert Zemeckis (1997), et puisqu'on est parti de là, bien évidemment Prometheus de Ridley Scott (2012). Il y a des emprunts marqués, notamment du tunnel spatio-temporel, dans Star Trek, le film de Robert Wise (1979), et, euh, je ne sais plus si c'est Mission to Mars de Brian de Palma (2000) ou Contact (probablement Contact).

Et aussi le clin d’œil avec la tablette de chocolat dans le Charlie et la chocolaterie de Tim Burton (2005).


Dernière édition par cdang le Mer 4 Nov - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Mer 4 Nov - 13:53

Oui, quand je dis que ça me "dérange", en fait c'est comme toi, sans y adhérer, je l'accepte "dans la suspension consentie de mon incrédulité".

La musique que Kubrick a prise, il l'utilisait déjà pendant le tournage (c'est raconté dans le livret). Mais la production voulait absolument que ce soit Alex North (qui avait déjà un beau palmarès à son actif, et notamment sur Spartacus, du même Stanley Kubrick, et sur Un tramway nommé Désir) qui compose la musique définitive. Donc, Kubrick lui a commandé la musique, alors même que, têtu comme une mûle, il savait qu'il ne l'utiliserait pas. Pour savoir ce qu'aurait donné le film avec la musique de North, il faut se faire un montage en remplaçant la musique originale par celle de ce dernier. De toute façon, en supposant que le film ait eu le même succès avec cette musique, on est tellement habitué de le voir avec les musiques qu'à choisies Kubrick, que maintenant on trouverait que ça fonctionne moins bien.

J'ai vu Charlie et la chocolaterie (traîné par ma fille), mais je ne me souviens plus de ce clin d'oeil dont du parles. C'est quoi déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
cdang

avatar

Masculin Messages : 1123
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Mer 4 Nov - 14:33

Je ne sais pas comment ça a pu t'échapper ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3109
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Mer 4 Nov - 19:32

Ah... ce film. Il doit figurer dans la très courte liste des films que j'ai vu au moins trois fois.
Et paf, rien qu'en vous lisant, je sais qu'il faut je le revois encore. C'est toujours le même piège.
En fait, j'ai toujours l'impression de rater  des choses en visionnant ce film, et que la prochaine fois m'apportera davantage d'éclairages.

Je dois pourtant vous avouer que ce film a été mon pire souvenir de cauchemar cinématographique. Mes parents m'avait emmené le voir avec eux, et je devais avoir ... environ 7 ans. Pendant cette projection, j'ai du battre mon record d'eskimos ingérés pour arriver à contenir mon impatience, je me souviens encore me tortiller comme un diable sur mon siège. En y repensant, je trouve ça plutôt marrant. Sur le moment, ça l'était beaucoup moins.
Depuis, je garde un rapport particulier* avec ce film.

(*je ne me sens pas forcé de manger des eskimos quand je revois le film, je tiens à le préciser)

Il s'agit aussi de l'un des rares films que je n'ai pas du tout aimé lors des premiers visionnage, et où je suis revenu complètement sur ma décision ensuite. Les deux autres qui me viennent à l'esprit sont un certain Orange Mécanique, et Underground. 2 sur 3 pour Kubrick, à lui la balle.

Très intéressante analyse musicale d'Henri. J'ai effectivement beaucoup de mal aujourd'hui à détacher le film de ses musiques et j'aurai forcément du mal à le concevoir autrement. Je trouve que le choix de la musique classique est très intéressant pour de la SF, car dès que l'on utilise des synthés ou qu'on fait de la musique électronique, on est associé au son de l'époque où la musique electro est réalisée. Un peu comme la musique 8 ou 16 bit est associée aux premiers jeux vidéo. Bref, les musiques électroniques se démodent car les sons qu'elles utilisent sont souvent dans une mouvance. Alors que la musique classique, elle , par définition, ne se démode pas, puisqu'elle est déjà démodée, en quelque sorte.
C'est un peu la même chose avec les costumes. J'ai vu des costumes futuristes (Star Trek) qui vieillissaient très mal. C'est très dur d'anticiper une mode du futur, et quand on se plante, ça ne pardonne pas rétrospectivement. Du coup, utiliser de la musique classique est pour moi un premier coup de génie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2854
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Mer 4 Nov - 19:51

VIC a écrit:
Bref, les musiques électroniques se démodent car les sons qu'elles utilisent sont souvent dans une mouvance.

Pas forcement si elles sont comme la Dreamwave et qu'elles incorporent des sonorités à la fois old school et actuelles. Je dirais que la musique electro de qualité reste pour moi la musique nostalgique par excellence, elles nous ramènent à une époque, à des souvenirs. Plus que démodée je dirais nostalgie pour la musique electro de qualité, c'est le témoin d'une époque.
Pour le film 2001 c'était la fin des années 60 donc pas vraiment l'âge d'or de l'electro. Une musique electro aurait été je trouve une mauvaise idée pour ce film. Elle serait la oui datée et sans doute dépassée.

Oui quand on pense à ce film on pense notamment à sa BO. Film adulé par beaucoup je serais plus nuancé, comme souvent d'ailleurs avec Kubrick. C'est vraiment le réalisateur qui ne laisse pas indifférent, en fonction de ses films.
Autant j'adore Les Sentiers de la gloire, Spartacus et Shinning, qui sont pour moi ses chefs-d'œuvre, autant je déteste Orange mécanique, le film le plus écœurant que j'ai pu voir...

Pour 2001 je suis plus mitigé, ça reste vraiment un film particulier, inclassable et qui dépasse le cadre de la science fiction. Faut vraiment accrocher, avec son message, sa réalisation et son montage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1123
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Jeu 5 Nov - 10:47

VIC a écrit:
Les deux autres qui me viennent à l'esprit sont un certain Orange Mécanique, et Underground. 2 sur 3 pour Kubrick, à lui la balle.
Il ne me serait pas venu à l'esprit de mettre côte-à-côte Kubrick et Kusturica (sauf dans un index alphabétique), mais pourquoi pas ^_^

Warlock a écrit:
VIC a écrit:
Bref, les musiques électroniques se démodent car les sons qu'elles utilisent sont souvent dans une mouvance.
[…]
Pour le film 2001 c'était la fin des années 60 donc pas vraiment l'âge d'or de l'electro.
Si par électro on entend électronique, à l'époque on était dans le rock progressif. Ça aurait fait un film sonorisé par les Floyd ou Yes, daté certes, mais je serai curieux de voir le résultat Laughing
Notons que dans les années 1950, des films comme Le Jour où la Terre s'arrêta ou Planète interdite ont imposé le style ondes Martenot (également musique électronique).

Warlock a écrit:
autant je déteste Orange mécanique, le film le plus écœurant que j'ai pu voir...
Je pense que c'est effectivement l'intention du réalisateur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Jeu 5 Nov - 13:22

OK cdang, j'ai regardé le petit clin d'oeil. Vraiment, je ne me souvenais pas de cette séquence. Et d'ailleurs, quand j'y réfléchis, je ne me souviens de quasiment rien de Charlie et la chocolaterie. Il est vrai qu'à la différence de 2001 je ne l'ai vu qu'une seule fois. Il m'a amusé mais c'est tout.

VIC a écrit:
J'ai effectivement beaucoup de mal aujourd'hui à détacher le film de ses musiques et j'aurai forcément du mal à le concevoir autrement.

Pareil pour moi, mais en plus, j'ai également du mal à détacher la musique (notamment celle de Ligetti) des images du film. Lorsque j'écoute "Atmosphère", "Lux AEterna", "Requiem", les images du film resurgissent inévitablement dans mon esprit. Il se passe un peu la même chose avec l'ouverture d'"Ainsi parlait Zarathoustra" de Strauss, mais je l'écoute moins souvent car toute la suite de la musique est, à mon goût, parfaitement chiante. Je n'écoute presque jamais non plus "Le beau Danube Bleu" de l'autre Strauss, mais si par hasard je l'entends, les valses de 2001 supplantent celles de Vienne dans mon esprit.

VIC a écrit:
Alors que la musique classique, elle , par définition, ne se démode pas, puisqu'elle est déjà démodée, en quelque sorte.
Je ne dirais pas ça. La musique classique ne se démode pas parce qu'elle repose sur un socle très solide fait à la fois de rigueur et de tradition. Elle ne cherche pas sans cesse à utiliser les dernières technologies à la mode ni à "faire" ce qui est "dans le vent". Elle n'a que faire du "top 50" et les compositeurs se fichent pas mal que leur musique passe sur toutes les radios et télés. Quand tu as fait des études musicales souvent très longues, tu ne vas pas te mettre à faire "ce que les gens aiment", tu fais d'abord ce que toi tu as envie de faire. Il n'y a peut-être que les oeuvres composées spécialement pour le cinéma qui risquent de se démoder. Certaines parviennent à vivre une vie de musique de concert mais la plupart restent datées par l'époque où est sorti le film. ça aurait fort bien pu être le cas de la musique d'Alex North pour 2001 si c'est celle-ci qui avait été choisie.

cdang a écrit:
Ça aurait fait un film sonorisé par les Floyd ou Yes, daté certes, mais je serai curieux de voir le résultat
J'ai vu sur Youtube une vidéo de la longue séquence de 2001 qui commence avec le départ de Bowman dans son long voyage dans le "tunnel spatio-temporel", se poursuit dans le fameux "hôtel" tout blanc,et se termine sur l'image du "foetus spatial", accompagnée de la musique de "Echoes" de Pink Floyd. L'auteur de la vidéo estime que ça colle parfaitement. Je suis un peu plus mitigé. Il y a des moments où ça marche et d'autres où c'est plutôt moyen. Enfin, ça doit dépendre aussi du "cinéma" que chacun se fait à partir d'une musique. Celui qui se déroule dans ma tête à l'écoute d'"Echoes" n'a strictement rien à voir avec les images de 2001, par conséquent je trouve que ça ne colle pas vraiment bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
cdang

avatar

Masculin Messages : 1123
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Jeu 5 Nov - 14:21

Henri a écrit:
Quand tu as fait des études musicales souvent très longues, tu ne vas pas te mettre à faire "ce que les gens aiment", tu fais d'abord ce que toi tu as envie de faire.
Mmmm, c'est un débat qui sort du sujet et sur lequel il y a beaucoup à dire. À la fois sur le côté « ne cherche pas à plaire » (les compositeurs financés par un mécène n'avaient peut-être pas tous envie de lui déplaire, et les Strauss étaient bien dans l'air du temps avec leurs valses, par exemple) et sur le côté « faire de longues études » (le travail acharné n'est pas l'apanage du classique). Mébon.

Henri a écrit:
Celui qui se déroule dans ma tête à l'écoute d'"Echoes" n'a strictement rien à voir avec les images de 2001.
Déjà, la première chose qui me vient est un pavillon d'oreille coloré Cool

Merci de l'info.

C'est ça je suppose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Jeu 5 Nov - 21:19

Oui, c'est bien celle-là. Je ne sais pas ce que tu en penses... ça marche ou pas pour toi ?

cdang a écrit:
Déjà, la première chose qui me vient est un pavillon d'oreille coloré

A mon avis, tu te laisses influencer par la pochette, non ?
Remarque, moi je me laisse influencer... déjà par les paroles. En fait, je "visualise" des paysages assez exotiques, voire oniriques. Mais en tout cas pas des images d'espace interstellaire.

cdang a écrit:
(les compositeurs financés par un mécène n'avaient peut-être pas tous envie de lui déplaire, et les Strauss étaient bien dans l'air du temps avec leurs valses, par exemple) et sur le côté « faire de longues études » (le travail acharné n'est pas l'apanage du classique)

mmh!... Je ne vois pas les mécènes comme des "producteurs". En principe le mécène n'est pas censé attendre une contrepartie de la part de l'artiste qu'il soutien et lui laisse entière liberté d'exercer son art comme il l'entend. L'artiste ne se sent donc pas obligé de produire des choses qui lui plaisent.
Pour les Strauss, c'est vrai, ils étaient dans l'air du temps. En même temps, dans la famille Strauss on faisait de la musique populaire de père en fils et leur démarche n'a jamais été de composer de la musique savante, symphonies, concertos, etc.

Les études musicales en musique classique, cela demande certes un travail acharné, mais c'est surtout un cursus très étendu qui comprend de nombreux domaines (composition, harmonie, orchestration, etc.), et quand tu as passé des années à apprendre tout ça, tu as envie de le mettre en pratique dans des oeuvres qui peuvent t'apporter la consécration et non pas seulement le pognon en faisant des valses ou des chansonnettes qui se vendent bien - et pour lesquelles il n'y a nul besoin de faire de longues et difficiles études.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
cdang

avatar

Masculin Messages : 1123
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   Ven 6 Nov - 9:50

Henri a écrit:
Oui, c'est bien celle-là. Je ne sais pas ce que tu en penses... ça marche ou pas pour toi ?

Bin, bon, pas trop, mais c'est quand même intéressant. Comme du coup je n'étais pas dans l'ambiance — visualisation sur un écran d'ordi dans une ambiance lumineuse et non pas sur un écran de ciné/une télé dans la pénombre, musique que je connais —, j'ai regardé les images en tant que telles sans me laisser porter. Et puis il y a des synchro étonnantes entre les changement d'ambiance du morceau et du film.

Donc dans le film non, mais à voir comme ça comme une sorte de clip, c'est pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)   

Revenir en haut Aller en bas
 
2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2001, ODYSSÉE DE L'ESPACE (et les suites)
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» a propos du 11 septembre 2001
» La notion d'espace public dans le mental haïtien
» Mon equipe sur EHM - Rosters de 2001-2002

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA LANTERNE MAGIQUE :: Films et séries Science Fiction-
Sauter vers: