AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Captive : où acheter le Tome Captive 1.5 en édition Collector ?
26.90 €
Voir le deal

 

 LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES

Aller en bas 
AuteurMessage
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2377
Date d'inscription : 09/12/2012

LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Empty
MessageSujet: LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES   LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Icon_minitimeSam 28 Sep - 16:15

Le quiz des séries animées japonaises


LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Da8011


Je vous souhaite la bienvenue sur le Quiz des séries animées japonaises. De quoi s'agit-il ? De remonter, un peu, dans le temps pour, via la ludicité d'un quiz, découvrir ou redécouvrir l'histoire de l'animation à la télévision française. C'est pourquoi ce quiz ne sera pas une simple suite de questions. Il prendra la forme de courts articles sur une période, un animé, une émission et qui se clôtureront par une question de type QCM, avec quatre entrées. Par essence, ce quiz ne sera pas fermé et des questions pourront s'ajouter au fil des années.

Qu'interrogerons-nous ? Avant tout, les dessins animés. Donc pas de séries de marionnettes du genre Bomber X, et pas de séries japonaise à la Spectreman ou X-Or (série de type Métal-héros). Puis de dessins animés japonais. Ils doivent donc avoir été produits ou animés par un studio japonais. Cela réserve souvent bien des surprises, car dans les années 70 et 80, les maîtres de l'animation pas chère (et souvent de pas si mauvaise qualité que cela) étaient bien les japonais. Ainsi les Transformers sont animés par la Tôei, et Cubitus est produit en partie par TV Tokyo. Il s'agit ensuite de séries : donc pas de films, même coupés en plusieurs parties, d'OAV (apparus en 1983 avec les 4 OAV de Dallos, une histoire de SF) ou de courts métrages, avec une exception notable, l'introduction, qui brosse rapidement l'histoire de l'animation japonaise en France avant les premières séries, sur deux parties. De plus, ce doit être des séries ayant été diffusées sur les ondes françaises ou, à défaut, de séries disponibles en cassette sur le marché de la location. Pourquoi ce choix ? Parce que certaines séries furent d'abord diffusées via le support de la cassette vidéo avant d'être proposées à la télé, et que d'autres, qui avaient été doublées pour la télé, ne furent, pour des raisons de choix de grille de programme, que distribuées en vidéo-club ; ce qui nous permet dans les deux cas de les inclure dans la liste des plus de 170 animés diffusés à cette époque. Intégrer la cassette vidéo me permet donc d'offrir un panorama plus juste et plus complet des séries proposées. Mais cela ne concernera que la France. Les séries doublées pour les pays francophones ne seront pas pris en compte (Québec, Belgique, Luxembourg...). Enfin, j'arrête le quiz au 31 décembre 1990, non pas en année de production mais en année de diffusion, qui sera toujours celle qui nous importe pour classifier les séries proposées. Grâce à cela, nous pourrons essayer de brasser les années 60, 70 et 80, qui sont les années découvertes et les années d'or de l'animation japonaise en France et qui, de surcroît, sont aussi celles que je connais le mieux. Ce qui ne veux pas dire que je ne commettrais pas d'erreur. Si vous voyez une inexactitude ou une erreur manifeste, n'hésitez pas à me le signaler.

À ce sujet, vient s'adjoindre un second sujet : les solutions du Quiz. Cette double entrée doit vous permettre de faire le Quiz sans crainte d'y lire les réponses, et de mon côté, de vous proposer la solution en la commentant. Donc, pour utiliser ces deux sujets au mieux, vous avez le premier qui est là pour discuter et commenter le court article de présentation, et le second post doit vous offrir le moyen de discuter, de débattre de la question, du QCM, et de vos propres réponses.
Il va de soi que si l'envie vous prend de mettre une de vos questions en ligne, vous y êtes ardemment invité. Mais il vous faudra respecter deux, trois principes. Votre numéro de question doit suivre celui de la dernière question postée. Vous devez mettre un titre de question (par exemple : Goldorak ou Goldorak et les Golgoths ou encore Mizar dans Goldorak) et rédiger un court article informatif (d'au moins 5 lignes). Puis arrive la question avec 4 réponses possibles minimum. À l'issu de la question, vous aurez collé le lien qui mène le lecteur au sujet de la réponse à votre question. Cette dernière doit reprendre la question et son numéro (histoire de s'y retrouver), donner la bonne réponse et la justifier par un commentaire de votre cru (qui lui peut être très bref, à votre convenance).

Et maintenant, à vous de jouer.


Source de l'image
Coup de vieux

_________________
Goburlicheur de chrastymèles


Dernière édition par Astre*Solitaire le Mer 2 Oct - 8:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2377
Date d'inscription : 09/12/2012

LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Empty
MessageSujet: Re: LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES   LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Icon_minitimeSam 28 Sep - 16:40

1- À la recherche du premier animé diffusé à la télévision, partie I



LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Img11810
La baleine, Ôfuji Noburô, 1927, National Film Center


On pourrait remonter fort loin, fort fort loin, jusqu'en 30 000 ans av. J.-C. et les peintures pariétales de la grotte de Chauvey, pour éventuellement déceler, dans la superposition des têtes de chevaux, les débuts du traveling et donc d'une idée de représentation du mouvement via un dessin. Admettons. Néanmoins, il semble plus raisonnable, pour l'homme moderne, de faire débuter l'animation proprement dite avec l'apparition du cinéma. C'est ainsi que le premier film d'animation, de trois minutes, et sur support argentique, sera projeté aux USA en avril 1906, bien que ce point soit discuté. Il s'agit d'Humorous Phases of Funny Faces réalisé par James Stuart Blackton (le lien ci-dessous vous permettra de le regarder). Producteur et réalisateur de film, il fonde avec Albert Smith la société de production Vitagraph. Elle sera vendue en 1925 par Smith à la Warner Bross. Les économies de Blackton ne résistent pas au crach boursier de 1929. Pour survivre, il sillonne le pays en présentant ses vieux films et en donnant des conférences sur le cinéma muet. Il mourra des suites d'un accident, renversé par une voiture, à l'âge de 66 ans.

L'animation japonaise, elle, ne débutera véritablement qu'en 1916 (on possède des traces d'une animation antérieure grâce à quelques secondes miraculeusement sauvegardées et redécouvertes en 2005). Or, aussi surprenant que cela puisse paraître, il semble bien que c'est en France, dès l'année suivante (décembre 1917) et en avant-première, que soit projeté à Paris le film d'animation L'Enfant né d'une pêche/Momotarô de Kitayama Seitarô (réalisateur de 23 courts métrages d'animation entre 1917 et 1923, et décédé en 1945). Il s'agit de l'adaptation d'un conte populaire japonais. L'archipel ne découvrira cette œuvre que trois mois plus tard. Si l'on s'en tient à la chronologie, la seconde apparition de l'animation japonaise au pays de Molière nécessitera une attente de dix années supplémentaires pour qu'à la fin des années 20, aux alentours de 1928, une œuvre soit à nouveau projetée. C'est à cette époque qu'est proposé au cinéma un court métrage intitulé La Baleine (Kujira). Ce dernier a été réalisé en 1927 par Ôfuji Noburô, l'un des tous premiers réalisateurs d'animation japonaise d'avant-guerre, et décédé en 1961. Outre le Japon, il sera diffusé en URSS, en Allemagne et en France. Puis il faudra patienter jusqu'aux festivals de Cannes des années 1952 et 1953 pour voir resurgir l'animation nippone : y seront projetés une version colorisée de La Baleine et un autre court métrage, Le Grand Bouddha, toujours de Ôfuji. Mais ces réalisations ne sont pas à proprement parler des dessins animes : il s'agit de papiers découpés et rétroéclairés, du chiyogami ou façonnage de papier. Après Cannes, ce sera le festival d'animation d'Annecy qui proposera en 1961 Here and There/Atchi Kotchi (de 27 minutes) de Kuri Yôji, festival qui, par la suite, dans les années 60 et 70, ne cessera de faire figurer l'animation japonaise au sein de sa sélection.
Mais tout ceci reste finalement bien confidentiel : un événement (festival), une unique projection (court métrage), et une œuvre tombée dans l'oubli pour le grand public. La série, quant à elle, n'a pas encore apparu dans les foyers français.


Question n° 1

Comment les japonais appelaient-ils l'animation jusque dans les années 50 ?

A- Doga
B- Toga
C- Tonga
D- Dagon


Pour consulter la réponse : Solution.


Source de l'image
Roots-japanimation

Liens Internet
Wikipédia : Histoire du cinéma d'animation ;
Nautiljon : sur le conte L'Enfant né d'une pêche.



Humorous Phases of Funny Faces

_________________
Goburlicheur de chrastymèles


Dernière édition par Astre*Solitaire le Mer 2 Oct - 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2377
Date d'inscription : 09/12/2012

LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Empty
MessageSujet: Re: LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES   LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Icon_minitimeSam 28 Sep - 17:11

2- À la recherche du premier animé diffusé à la télévision, partie II


LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES 18375110
Hakuja Den - 1958


Il est toujours compliqué de faire de l'archéologie, même si celle-ci est argentique ou numérique. Si l'on vous demande quel fut le premier animé diffusé en France, on vous répondra : Le serpent blanc, ce qui en soi est correct. Pourtant, il semble que le 22 juin (ou septembre) 1961, surgisse - impromptu - La forêt au sortilège/Shônen Sasuke Sarutobi de 1959, long-métrage de 83 minutes réalisé par les studios Tôei Dôga (voir les solutions de la première question) qui, s'inspirant d'une légende chinoise, s'essaient à marcher dans les pas de Walt Disney. Mais cette diffusion n'est pas nationale et semble ne concerner que le nord de la France et la Belgique. En ce sens, cet animé, s'il est bien précurseur, ne peut monter sur la première place du podium puisqu'il ne bénéficiera pas d'une diffusion nationale.

C'est donc le 30 mai 1962 que va être distribué pour la première fois en France, sur les écrans des cinémas hexagonaux, un dessin animé japonais, en tant que long métrage, La légende de madame Pai Niang de Yabushita Taiji (1958). La version française semble s'être basée sur la version américaine du film, titrée Panda and the Magic Serpent, le film ayant d'abord été projeté aux USA le 15 mars 1961. Il est aussi connu outre-Atlantique comme The Tale of the White Serpent. Ce long-métrage d'animation a été réalisé par les studios Tôei Dôga. C'était un projet pharaonique pour l'époque, avec pas moins de 13 590 intervenants, et qui reçu pour l'occasion, lors de sa projection en avant-première au festival de Venise de 1959, les honneurs. Il avait obtenu l'année de sa production le prix du film Mainichi (prix décerné par le journal Mainichi Shinbun, en coopération avec le Sports Nippon, pour ce qui s'apparente comme étant le premier festival du cinéma au Japon, festival qui ouvrit ses portes en 1935).
Malheureusement, ce premier doublage français s'est perdu et c'est le nouveau doublage (et donc très probablement la nouvelle traduction) de 2004 qui demeure aujourd'hui le plus connu et qui fait référence : Le serpent blanc/Hakuja Den. Diffusé par Télé-Hachette, le film connaîtra un succès assez faible avec seulement 12 222 entrées sur le territoire, ce qui explique pourquoi cette première tentative ne sera pas renouvelée par le diffuseur. Néanmoins, l'ORTF (justement refondé en 1964) présentera le film deux ans plus tard à la télé, le 30 décembre 1964. Et cette première diffusion sur une chaîne publique d'un long-métrage japonais augure cette prémisse de la survenue sur nos tubes cathodiques de l'animation nippone.

Car c'est effectivement en ce sens que la seconde chaîne de l'ORTF proposera le 26 novembre 1967, le 24 mars 1968 et le 20 septembre 1968, trois émissions d'environ deux heures sur la culture japonaise, sobrement intitulé Soirée japonaise. Lors des ces Soirées japonaises, deux séries animées seront pour la toute première fois proposées à l'écran, comme aux yeux ébahis de nos grands-parents. À chaque fois, il ne s'agira que d'un seul et unique épisode, sous-titré, pour des séries pourtant relativement conséquentes et possédant 96 et 52 épisodes à ce moment de diffusion. Le reste de la programmation sera constitué de séries plus classiques comme Comet-San (un magical girl), Shichinin no keiji (une série policière), Le vent (une série d'arts martiaux) et des documentaires et reportages. On peut donc ici y voir la toute toute première apparition de l'animation japonaise sur les ondes hertziennes françaises, pour ce qui est des séries, même si celles dont il est question ne furent jamais intégralement diffusées, c'est le moins que l'on puisse dire.

LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Maxres11


Question n° 2

Mais quelles sont donc les deux séries animées qui furent diffusées entre 1967 et 1968 ?

A- Prince Saphir et Le roi Léo
B- Oum, le dauphin blanc et Sally la petite sorcière
C- Super Jetter et Oba Q, le petit fantôme
D- Minifée et Speed Racer (Super bolide)


Pour consulter la réponse : Solution.


Source des images
Allo ciné : Le serpent blanc ;
Power Pop : Speed racer.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles


Dernière édition par Astre*Solitaire le Mer 2 Oct - 22:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2377
Date d'inscription : 09/12/2012

LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Empty
MessageSujet: Re: LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES   LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Icon_minitimeDim 29 Sep - 21:48

3- Oum, le dauphin blanc


LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES 038-co10
Couverture de l'aventure Wipitee, le Dieu-roi, Lug, 1972



Oum, le dauphin blanc est diffusé pour la première fois en France le 30 novembre 1971 dans l'émission Colorix, sur la deuxième chaîne de l'ORTF, de 19h00 à 19h30. C'était à l'époque (1967 – 1973), le seul programme en couleur destiné aux enfants avec notamment Aglaé et Sidonie, Les aventures de Colargol, Le fantôme de l'île aux moines (feuilleton) ou encore Les fous du volant.
Oum, le dauphin blanc est non seulement la toute première série animée japonaise à être intégralement diffusée en France, mais de surcroît, elle est la première coopération franco-japonaise dans le domaine de l'animation (coproduite par la France et le Japon, animée au Japon). Ce partenariat sera possible grâce aux relation qu'Yves Ciampi (1921 – 1982, réalisateur) entretenaient déjà depuis quelques années avec le Japon (la coproduction de Typhon sur Nagasaki avec Jean Marais par exemple, première grosse coproduction franco-japonaise dans un contexte post Seconde Guerre mondiale), et en partie grâce à son épouse japonaise, Keiko Kishi, actrice, qui encore aujourd'hui à 87 ans, continue de tourner. Mais aussi en raison de délais trop courts exigés par Ciampi pour réaliser la série. Le réalisateur choisi, Renée Borg (1933 – 2014) en raison de son travail sur les Shadoks, se vit donc contraint de refuser le poste. C'est en visitant les studios japonais qu'il comprit que les standards nippons n'avaient aucune commune mesure avec ceux de l'Hexagone et qu'il finit par envisager la réalisation, parce que sous-traitée au Japon, comme possible. Il accepta.

La série ne comportera que 13 épisodes, car elle ne rencontrera pas le succès escompté. Ce succès, elle l'obtiendra indirectement via la publicité. En 1974, la firme Nestlé conclue un contrat afin de pouvoir utiliser les personnages de la série et leur nom sur les emballages de leur chocolat blanc ; et par l'intermédiaire de spots publicitaires où le chocolat, tellement blanc, aveugle les opposants à nos héros, les protagonistes d'Oum, le dauphin blanc deviennent des stars. Le contrat ne se verra pas reconduit en 2003, mettant ainsi fin à un partenariat de 29 ans. La série, elle, sera finalement renouvelée en 2015, en 3D, pour 52 nouveaux épisodes, avec un sacré coup de lifting.
La série de 1971 nous narre les aventures de Oum, ce dauphin blanc sacrément malin et qui sauve ses amis humains des pires situations. Il a pour compagnon, Yann, 13 ans, courageux et débrouillard, Marina 7 ans, plus réfléchie et leur oncle Patrick. Mais il sont aussi entourés de tout une galerie de personnages animaliers : Raoul, le koala, Flem, le paresseux et Jean-Sébastien.


Question n° 3

Mais quel animal se cache sous le prénom de Jean-Sébastien ?

A- Une mignonne tortue de mer
B- Une pieuvre particulièrement futée
C- Un martin-chasseur imaginatif
D- Un mainate polyglotte


Pour consulter la réponse : Solution.


Source de l'image
La Bédéthèque : Animal Parade, Oum, le dauphin blanc, mensuel.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2377
Date d'inscription : 09/12/2012

LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Empty
MessageSujet: Re: LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES   LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Icon_minitimeJeu 3 Oct - 12:45

4- Le roi Léo/Shin Jungle Taitei Susume Leo



LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Le_ret10


Le roi Léo/Janguru taitei (L'empereur de la jungle) est à l'origine un manga d'Osamu Tezuka, un des pères de la BD nippone. Il sera publié de novembre 1950 à avril 1954, réuni par la suite en 1977, en trois volumes. Ce sera d'abord Glénat Manga, puis Kazé, qui se chargeront de la publication française (1997, puis 2010). Le manga sera adapté pour la télévision en 1965 par les studios Mushi Production (créés par le mangaka en 1962) et qui feront faillite en 1973. Ils produiront entre autre Astro Boy et Ashita no Joe (une série sur la boxe dont la BD d'origine est disponible chez Glénat). Parce que sa diffusion en France est un peu compliquée (ce qui se verra dans les diffusions ultérieures), il est utile de connaître d'abord sa production au Japon avant de venir s'attaquer à l'Hexagone. Le roi Léo, c'est donc avant tout une série de 52 épisodes et dont la diffusion sur Fuji TV s'achève en septembre 1966 (série 1). Cette première série sera suivie de Shin Jungle Taitei Susume Leo /Léo, le nouveau grand empereur de la Jungle (que nous appellerons série 2), de 26 épisodes, et qui s'arrêtera en mars 1967. Enfin, la série connaîtra un remake de 52 épisodes (comme la série 1, et avec le même titre) et qui sera proposée de 1989 à 1990 (série 3).

Ce qui se passe, c'est que le Québec achète les droits de la série 2 et réalise un premier doublage pour une diffusion en 1971. La France récupère cette mouture et c'est donc avec un doublage québécois que la série sera diffusé en France à partir du 20 décembre 1972, sous le titre de la série 1, Le roi Léo (et qui aurait dû s'appeler Le nouveau roi Léo, ou quelque chose dans le genre), sur la première chaîne de l'ORTF, dans l'émission Rue des Alouettes, du nom éponyme de la rue où se trouvaient les studios de l'ORTF. Il s'agit de l'une des toutes premières émissions pour les enfants, en noir et blanc, le mercredi (puisque c'est en 1972 que le jeudi est remplacé par le mercredi) et présentée en direct par Christine Lebail (surtout connue comme chanteuse, et un peu comme parolière, pour Dalida, n'ayant fait que cette seule année comme présentatrice d'émission) de 1972 à 1973. En plus de ce dessin animé, il y aura de la variété comme avec Samsong qui propose des chansons poétiques, ou la série Aubrac City (un western à la française). En raison de l'interdiction faite de 1992 à 2014, de la diffusion de productions doublées ailleurs qu'en France (au Québec, donc), un second doublage de la série aura lieu. Cette information est néanmoins sujette à caution. En effet, en 1990, la Cinq diffuse la série 1, sous le titre du Retour du roi Léo. Mais ce faisant, elle intégrera à cette diffusion, les épisodes de la séries 2, redoublés pour l'occasion. C'est donc deux ans avant la promulgation de l'arrêté, ce qui suppose une autre raison, que je ne connais pas, qui aurait motivé ce nouveau doublage ; peut-être pour que les épisodes des séries 1 et 2 soient raccords les uns avec les autres (noms des personnages, voix des doubleurs).

La première série des aventures du jeune Léo raconte comment en Afrique, au milieu du XXe siècle, la communauté des animaux est mise en danger par l'exploitation humaine. Un seul animal se dresse vaillamment contre eux, un lion nommé le roi Léo. Mais il sera tué par un chasseur qui le fit tomber dans un piège en enlevant sa compagne, Lisa. Cette dernière est mise sur un navire qui doit la conduire à un zoo. C'est là que naît un petit lionceau, appelé Léo en mémoire de son père. Sa mère lui enseigne toutes les valeurs de son père, avant qu'elle ne meurt à son tour dans la tempête qui fait sombrer la navire. Léo y survit. Recueilli par un homme qui achève son éducation, il cherche à retourner sur les terres de son père pour y transmettre les valeurs qu'il a apprises et devenir comme lui, roi.
Mais ça, c'est l'histoire qui n'a pas été diffusée, puisque c'est celle de la série 1.


Question n° 4

Quelle histoire raconte dès lors la seconde série, Shin Jungle Taitei Susume Leo /Léo, le nouveau grand empereur de la Jungle ?

A- Les efforts du roi Léo pour que le monde des hommes et des animaux ne se rencontrent pas.
B- Comment son fils, Rune (Alex), passe d'un lionceau timoré, à celui de lion aussi fort que son père et leader des animaux.
C- Comment Léo affronte toute une série d'épreuves pour finalement devenir roi, comme son père.
D- La recherche, avec son fils Rune, de sa compagne Léa, enlevée comme le fut sa mère.


Pour consulter la réponse : Solution.


Source de l'image
Blog.naver, en coréen.


Petit bonus pour les plus anciens et les plus nostalgiques : Christine Lebail chante Les livres d'école.


_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Empty
MessageSujet: Re: LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES   LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LE QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOLUTIONS AU QUIZ DES SÉRIES ANIMÉES JAPONAISES
» HOKUSAI (1760-1849) ESTAMPES JAPONAISES
» HASUI KAWASE (1883-1957) ESTAMPES JAPONAISES
» MAGNIFICENT CENTURY
» Cosmos 1999

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA LANTERNE MAGIQUE :: Dessins animés/Animation-
Sauter vers: