AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-38%
Le deal à ne pas rater :
Lot de 3 Tasses Empilables en Céramique – Star Wars
10.49 € 16.99 €
Voir le deal

 

 MYTHOLOGIE EGYPTIENNE

Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7738
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeSam 7 Jan - 23:15


MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Egypte11

Topic consacré à la mythologie égyptienne. Venez parler ici des dieux et déesses du temps des Pharaons.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7738
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeJeu 12 Jan - 3:41

ISIS

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Isis_010

Sans doute l'une des divinités les plus célèbres. La déesse-mère par excellence, membre primordial de la trinité Osiris-Isis-Horus. Epouse et soeur d'Osiris, elle part à la recherche de ce dernier, tué et démembré par son frère jaloux, Seth. Avec patience et obstination, Isis retrouve et récupère les morceaux dispersés d'Osiris et lui insuffle la vie pour s'unir à lui et donner naissance à Horus. Osiris devient ainsi le dieu des morts et de la résurrection, juge des enfers.
Isis est donc l'incarnation de la féminité, de la maternité, de la vie. Une déesse-mère incarnant la féminité, le principe féminin de l'univers.
Son mythe fût à l'origine de la coutume pour les pharaons d'épouser leur soeurs, afin de reproduire le couple sacré Osiris-Isis.
La déesse fût trés populaire dans le monde romain. Caligula officialisa son culte à Rome et lui fît bâtir un temple, de même que Caracalla. Hadrien lui avait consacré un temple privé dans sa villa de Tivoli. Elle était trés présente à Pompei également, avec un temple important. Sous le bas-empire, son culte devînt encore plus puissant, bien que fortement concurrencé par celui de Mithra. D'ailleurs, son culte dura longtemps, jusqu'au Vème siècle après JC, son dernier sanctuaire étant l'île de PHILAE, en Egypte.
Le culte d'Isis était un culte "à mystères", seuls ses initiés avaient accès aux secrets enseignés par la déesse et permettant d'accéder à l'immortalité.
Dans les tombeaux des pharaons, elle est représentée comme protectrice du vase renfermant le foie du défunt. Elle tient souvent à la main l'ANKH, la clé de vie.
Symbole de la maternité, elle sera souvent représentée allaitant son fils Horus. Image qui aurait été "reprise" par les chrétiens pour représenter la vierge tenant Jésus sur ses genoux.

Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Yavanna
Admin
Yavanna

Féminin Capricorne Messages : 112
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 34
Localisation : Au pays des poulbots galopants et des mégères tachées de craie
Emploi/loisirs : Maîtresse pour apprentis assassins, gratteuse acharnée et bergère de moutons alcooliques
Humeur : Pneumonique

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeSam 14 Jan - 18:19

Anubis

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE 296px-Anubis_standing

Peu de gens le savent, mais les noms des dieux égyptiens que nous utilisons aujourd'hui ne sont pas égyptiens mais ... grecs ! Anubis ne fait pas exception à la règle, puisque son nom égyptien était à l'origine Inpou ou Anepou qui signifiait "celui qui a la tête d'un chacal" (ou d'un chien sauvage) dans la langue hiéroglyphique. Associé au culte funéraire et à la protection du défunt, il est représenté sous la forme d'un canidé noir (chacal ou chien sauvage donc) allongé (le plus souvent sur un petit naos (chapelle funéraire miniature ou un édicule symbolisant le tombeau sur lequel il veille) ou comme un homme à tête de canidé. Dans tous les cas, la partie canine était noire, symbole de fertilité chez les égyptiens puisque c'était la couleur du limon fertilisant déposé par les crues du Nil. Sous sa forme anthropomorphe, sa peau est souvent rouge (couleur habituelle chez les égyptiens), vêtu d'une toge et portant un ânkh dans une main et un sceptre dans l'autre. Il accompagnait les morts dans l’autre monde et protégeait leurs tombes.

Ascendance

Son origine parentale n'est pas clairement établie. Il est tantôt connu comme étant le quatrième fils de Rê, celui de Bastet ou d'Hesat, enfant illégitime d'Osiris et de Nephthys ou encore, à une époque plus tardive, celui d'Osiris et d'Isis. Cependant, la tradition la plus répandue, relatée dans le mythe osirien, est celle qui en fait le fruit des relations illégitimes entre Osiris et sa sœur Nephthys (épouse de Seth). Cette dernière, craignant le courroux de son époux, cacha sa progéniture dans les marais. Bien qu'elle connaisse l'infidélité de son mari, Isis (épouse d'Osiris, connue pour sa grande bonté) recueillit l'enfant, l'éleva et en fit l'un de ses plus fidèles alliés. Après que Seth ait tué Osiris et éparpillé ses restes, Anubis aida Isis et Nephthys à reconstituer son cadavre et présida à la première momification, faisant de lui le Dieu des Morts que nous connaissons.

D'après le papyrus Jumilhac, Anubis aurait été baptisé (rien à voir ici avec le baptême catholique, "baptiser" signifie ici "recevoir un nom") par sa mère Isis. On apprend que son nom "fut prononcé relativement au vent, à l'eau et au désert", or ces trois mots sont les représentations symboliques des trois hiéroglyphes qui composent la racine du nom d'Anubis, inp : le vent par une plume (i), l'eau par des vaguelettes (n) et une pierre pour le désert (p).

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Hiero_G43
Hiéroglyphes composant le nom égyptien d'Anubis, Inpou

Les Grecs de l'époque ptolémaïque assimilaient parfois Anubis au dieu Hermès et formèrent même une nouvelle entité connu sous le nom d'Hermanubis.

Le Protecteur des Morts

Pourquoi un chacal ? Parce que ces canidés, de même que les chiens sauvages d'ailleurs, peuplaient les étendues désolées où se trouvaient les nécropoles. C'est sans doute pour se protéger de ces rôdeurs qui n'hésitaient pas à déterrer les cadavres, que dès le début de l'ère pharaonique, les Égyptiens divinisèrent ces animaux pour s'attirer leurs bonnes grâces. Les différentes fonctions d'Anubis se retrouvent dans les quatre épithètes qui lui sont généralement associées :
⭐ Tépy-djouf, Celui qui est juché sur sa montagne
⭐ Khenty-seh-netjer, Président du divin pavillon (le lieu où se déroule l'embaumement)
⭐ Imy-out Celui qui est la bandelette (en référence, vous l'aurez compris, à la momification)
⭐ Néb-ta-djéser, Seigneur de la nécropole

Dès l'Ancien Empire, Anubis préside la cérémonie de l'embaumement et celle de l'ouverture des yeux et de la bouche (visant à libérer l'âme du défunt de son enveloppe charnelle), répétant ainsi le miracle qu'il avait accompli pour Osiris autrefois. À partir de la Vème Dynastie, il est supplanté dans cette tâche par Osiris et est alors relégué à un simple rôle d'assistant. Durant l'embaumement, le chef des prêtres embaumeurs (le Héry-séshéta, "Supérieur des mystères") portait un masque à l'effigie d'Anubis, ce qui est parfois vu comme un acte chamanique, l'embaumeur devenant lui-même représentation physique du dieu.

Sur les murs des premières mastabas (pyramides à degrés), c'était à lui, et non encore à Osiris, que le défunt adressait ses prières pour la survie de son corps après la mort. En effet, dès l'origine du culte, il est à la fois le gardien et le guide du défunt. C'est pourquoi l'on retrouve bien souvent à l'entrée des hypogées, deux Anubis sous formes de canidés allongés face à face, faisant office de barrière contre les forces du mal cherchant à perturber le repos éternel du défunt. Dans le texte des pyramides, il est le guide qui conduit le défunt à travers le royaume des morts jusqu'à la salle des deux Maât, le présente au tribunal divin et veille au bon déroulement de la pesée du cœur (la psychostasie, pour employer le terme exact ^^). Primitivement souverain des morts, il est rapidement supplanté dans ce rôle par Osiris qui assimilera petit à petit la plupart de ses prérogatives importantes et qui finit par en faire un dieu secondaire. Il devient alors le gardien des portes du royaume des morts et se voit parfois représenté avec une clef à la main sous sa forme anthropomorphe ou fixée à un collier sous sa forme canine, pour bien montrer le rite de passage que la mort représente.

Cependant, heureusement pour lui, il reste un dieu funéraire prédominant et assimile les autres divinités canines liées au culte funéraire telles que Oupouaout et Khentamentiou, ainsi que les dieux Ha, Amenti et Sokaris, associés à la mort et l'au-delà.

La parèdre d'Anubis est la déesse Anupet (Inpout ou Anepout en égyptien), déesse canine des funérailles et du désert.

Culte

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Anubis1
Anubis en chacal, artefact issu du trésor de la tombe du pharaon Toutânkhamon

Anubis est le dieu tutélaire de la ville que les Grecs nommaient Cynopolis, ce qui signifie littéralement "la cité des chiens" (en égyptien Henou) dans le XVIIème nome de Haute-Égypte, où l'on a retrouvé le seul temple connu à lui être entièrement dédié. En revanche, de nombreuses chapelles lui sont consacrées notamment dans les temples des millions d'années. Dès l'Ancien Empire et jusqu'à la fin de l'Égypte antique, son culte est présent dans toutes les régions importantes du pays, puisque le culte des morts était capital en Egypte.

Correspondances

Couleur : Noir
Animal : Chacal
Objet : Instruments funéraires

____________________________
Sources:
⭐ Mythologies, anthologie illustrée des mythes et légendes du monde, ouvrage collectif, éditions GRUND, 2002
⭐ Mort et au-delà dans l'Egypte ancienne, Jan Assmann, Editions du Rocher, 2003
⭐ La mythologie égyptienne, Nadine Guilhou et Janice Peyré, Marabout, 2006
Revenir en haut Aller en bas
http://spacesheepcanfly.weebly.com
Yavanna
Admin
Yavanna

Féminin Capricorne Messages : 112
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 34
Localisation : Au pays des poulbots galopants et des mégères tachées de craie
Emploi/loisirs : Maîtresse pour apprentis assassins, gratteuse acharnée et bergère de moutons alcooliques
Humeur : Pneumonique

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeSam 14 Jan - 18:20

Nephtys

[img][/img]

Nephtys, de son nom égyptien Nebt-Het ou Neb-Hout qui signifie "La dame (ou maîtresse) du château", est une déesse protectrice des morts. Elle veille sur le sarcophage, aux côtés de Hâpi, avec qui elle est associée pour protéger le vase canope à tête de babouin contenant les poumons du défunt.

Elle est la fille de Geb et de Nout, la sœur d'Isis, d'Osiris et de Seth dont elle est également l’épouse. Avec Isis, qu’elle aida à reconstituer le corps démembré de son époux Osiris, elle était l'un des deux "Milans" ou oiseaux hurleurs, qui semblaient émettre des lamentations funèbres. Elle est parfois considérée comme l'amante d'Osiris avec qui elle aurait accouché d'Anubis.

Généralement, elle est représentée comme une femme coiffée de deux hiéroglyphes servant à écrire son nom. Son sanctuaire principal se trouve à Héliopolis où elle fait partie de la grande Ennéade. Elle est vénérée également, à l'époque gréco-romaine, à Kom Mer (ou Kômir, en Haute-Égypte), où elle est associée à Anoukis (Anqet en égyptien). Dans le temple d'Edfou, une fête, désignée par la phrase "le cœur de Nephtys se réjouit" était célébrée le 28ème jour du mois Pharmouti de la saison Peret (deuxième saison du calendrier nilotique, basé sur le cycle des crues du Nil. Peret était une période fraîche correspondant à la décrue du fleuve, qui correspondait à la saison de la levée des cultures).

Il s'agit d'une divinité très secondaire du panthéon égyptien. Cependant, elle gagne en popularité de nos jours, probablement grâce à l'image de soeur aimante et dévouée qu'elle véhicule, malgré son union avec Seth.

____________________________
Sources:
⭐ Mythologies, anthologie illustrée des mythes et légendes du monde, ouvrage collectif, éditions GRUND, 2002
⭐ Mort et au-delà dans l'Egypte ancienne, Jan Assmann, Editions du Rocher, 2003
⭐ La mythologie égyptienne, Nadine Guilhou et Janice Peyré, Marabout, 2006


Dernière édition par Yavanna le Dim 19 Fév - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://spacesheepcanfly.weebly.com
Yavanna
Admin
Yavanna

Féminin Capricorne Messages : 112
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 34
Localisation : Au pays des poulbots galopants et des mégères tachées de craie
Emploi/loisirs : Maîtresse pour apprentis assassins, gratteuse acharnée et bergère de moutons alcooliques
Humeur : Pneumonique

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeSam 14 Jan - 18:24

Sokaris

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Egypt.KV34.07
Représentation de Sokaris dans la tombe de Toutmôsis III

On trouve également parfois cette divinité sous le nom de Sokar, qui correspond à une retranscription plus fidèle des hiéroglyphes composant son nom [skr]. Ce dieu particulier est la déification de l'acte consistant à séparer le du ka, ce qui correspond à peu près à la séparation de l'âme du corps après la mort. Cette opération est rendue possible par le rituel de l'ouverture de la bouche. D'ailleurs, soulignons que Sokaris signifie "qui nettoie la bouche".

L'âme et le corps

Le , plus ou moins équivalent à ce que nous appelons l'âme, est représenté par un oiseau à tête d'homme survolant le ka, qu'on peut assimiler au corps nouvellement momifié, c'est à dire l'enveloppe vide du corps. C'est pourquoi Sokaris est représenté par un humain momifié à la tête de faucon, à la peau verte, symbole de renaissance (tout comme Osiris d'ailleurs). Le est traditionnellement représenté donnant à Sokaris le titre de "Grand Seigneur aux Deux Ailes". On plaçait souvent une statue de Sokaris dans les tombes, sur laquelle figurait le Livre des Morts, ouvrage participant à la bonne séparation puis libération du .

Sokaris était de la nécropole de Memphis, et y était nommé "Celui qui est sur le sable". La nécropole prit ensuite le nom de Saqqarah. Il existait un festival à sa gloire à Thèbes, nommé le festival de Henou, pendant lequel une image de Sokaris était transportée dans une barque Henou, représentant le passage en bateau contenant le défunt sur les champs d'Ialou. En effet, dans la mythologie égyptienne, les champs d'Ialou sont la localisation des âmes justes qui viennent s'y reposer si elles ont passé toutes les épreuves de la mort. On peut comparer ce lieu au Paradis chrétien et il est l'une des origines possibles de la légende des Champs Élysées grecques.

Assimilations

Le nom de Sokaris peut également être décomposé en "Celui qui est adoré", c'est pourquoi ce dieu est progressivement devenu le dieu des joailliers, des armuriers et autres forgerons. Ainsi, pendant le Moyen empire, lorsque Ptah devint le dieu des artisans et un dieu de la réincarnation, Sokaris, qui était déjà le dieu d'une classe d'artisans et le dieu à l'origine du processus de réincarnation, fut assimilé à Ptah. Finalement, l'identité de Sokaris fut mélangé à celle de Ptah pour devenir Ptah-Sokar. Au début du Nouvel Empire, Ptah-Sokar, en tant que dieu funéraire, fut assimilé à la divinité mortuaire plus importante Osiris, devenant Ptah-Sokar-Osiris.

On trouve parfois dans les textes une déesse nommée Sokaret, parèdre féminin de Sokar, qui s'applique à Isis en tant que femme d'Osiris, ou à Hathor, "sœur divine de Sokar".

Correspondances

Couleur : Vert
Animal : Faucon et serpent

____________________________
Sources:
⭐ Mythologies, anthologie illustrée des mythes et légendes du monde, ouvrage collectif, éditions GRUND, 2002
⭐ Mort et au-delà dans l'Egypte ancienne, Jan Assmann, Editions du Rocher, 2003
⭐ La mythologie égyptienne, Nadine Guilhou et Janice Peyré, Marabout, 2006
Revenir en haut Aller en bas
http://spacesheepcanfly.weebly.com
Yavanna
Admin
Yavanna

Féminin Capricorne Messages : 112
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 34
Localisation : Au pays des poulbots galopants et des mégères tachées de craie
Emploi/loisirs : Maîtresse pour apprentis assassins, gratteuse acharnée et bergère de moutons alcooliques
Humeur : Pneumonique

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeMar 17 Jan - 14:11

Je me permet d'apporter quelques complément au topic de VS sur le sujet

Isis

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Peintu10
Peinture Murale représentant Isis, musée de Karnak, Egypte

Celle que tout le monde connaît sous le nom d’Isis s’appelle en réalité Aset. En effet, les dieux égyptiens furent tous renommés par les grecs, qui organisaient dans l’Antiquité de fructueux échanges avec les peuples du Nil, et permirent bien souvent, par amalgame des cultures, l’expansion du culte des dieux du panthéon. Isis ne fit pas exception à la règle, puisqu’il s’agissait d’une divinité particulièrement populaire, une Déesse Mère sans doute issue d’une déité préhistorique vénérée dans le delta. D’ailleurs, la cosmogonie égyptienne (que l’on appelle l’Ennéade d’Héliopolis) va dans ce sens ; elle nous apprend en effet que quatre éléments primordiaux furent à l’origine du monde : Shou, dieu Aérien et Tefnout, déesse de l’Humidité, eux-mêmes enfants du Soleil, engendrèrent Geb, dieu de la Terre et Nout, déesse du Firmament. Shou, jaloux de l’amour existant entre Geb et Nout (qui étaient frère et sœur mais également mari et femme, comme nombre de dieux fondateurs), sépara les amants pendant 360 jours, mais, grâce à la ruse du Temps, incarné par le dieu Thot, l’année gagna cinq jours supplémentaires, pendant lesquels les amants purent enfin s’unir, donnant ainsi naissance à quatre enfants qui complétèrent l’Ennéade, Osiris, Seth, Isis et Nephtys. Ces enfants se marièrent entre eux, et c’est ainsi qu’Isis épousa Osiris, tandis que Nephtys s’unissait avec Seth.

La sœur, l’épouse, la mère

Déesse triple, à la fois sœur, épouse, puis mère après la naissance d’Horus, Isis, a incarné dans les premiers temps la personnification du trône. Ses représentations graphiques la montraient coiffée d’un escabeau à trois marches, et son nom égyptien, Aset (ou Iset, cela dépend des traductions) signifie siège ! Plus tard, cependant, son aspect sera modifié et elle sera popularisée sous la forme d’une femme coiffée de cornes de vache encadrant un globe lunaire. Attention de ne pas la confondre avec Hathor, elle aussi coiffée de cornes bovines mais d’un disque solaire !
Son plus grand rôle fut de préserver son époux Osiris de la cruauté de leur frère Seth, qui par jalousie l’enferma dans un cercueil de bois précieux conçu sur mesure pour lui, scellé de plomb, avant de le jeter dans le Nil qui l’achemina jusqu’à la mer. Les courants marins emportèrent le cercueil jusqu’en Phénicie, à Byblos plus précisément, où il s’encastra dans le tronc d’un tamaris. Isis parvint à le retrouver et le cacha dans les marais du delta, mais Seth le découvrit, et coupa alors le corps d’Osiris en 14 morceaux, qu’il dispersa de tous côtés. Isis ne renonça pas pour autant. Sur une barque de papyrus, elle fouilla tout le delta du Nil, mais malgré sa persévérance, elle ne retrouva que 13 morceaux. Le 14, qui était le phallus d’Osiris, avait été dévoré par les poissons du marais. Cette perte ne fut cependant pas inutile, puisque c’est ce morceau du corps d’Osiris qui rendit le Nil fertile. Mais Isis, nous l’avons vu, n’était pas du genre à se décourager. Elle façonna un phallus en argile pour remplacer le membre perdu, et insuffla le souffle de vie à Osiris, qui revint ainsi d’entre les morts. Isis accoucha aussitôt après d’un enfant, un fils, Horus.

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Isis_a10
Isis allaitant Horus, musée du Louvre

Isis, déesse Universelle

Les Grecs l’ont fait rapidement entrer dans leur panthéon, et les Romains en firent autant par la suite. En Grèce, elle fut mise en relation avec les divinités fertiles et nourricières, telles que Déméter, sa fille Perséphone, mais aussi Diane et Séléné pour son aspect lunaire. A Rome, elle fut officiellement adoptée à l’époque impériale, comme plusieurs autres divinités égyptiennes. Ainsi, à Pompéi, elle était vénérée en compagnie d’Osiris, Sérapis et Anubis. L’empereur Caligula lui vouait un culte très important, et un temple entièrement dédié à cette déesse fut édifié à Rome par Caracalla.
Son culte s’étendit même dans les province romaines, jusqu’en Gaule, comme la toponymie peut nous l’apprendre : Izieux, par exemple (qui est un nom que l’on retrouve dans le département de la Loire mais aussi dans le Haut-Rhin et même jusqu’en Bretagne) signifie ainsi Lieu d’Isis. Preuve de l’amour voué à cette déesse, un prénom, encore en usage de nos jours, fut donné aux enfants en son hommage : Isidore, qui signifie cadeau d’Isis (Isis doron en grec)

Elle est la féminité dans toute sa splendeur, aimante, tendre, mais aussi courageuse et persévérante. Elle est à l’origine du mystère de la vie et de la renaissance, mais règne également sur la magie et les soins guérisseurs, protège les enfants et apporte du réconfort aux malades.

Symboles et associations

Une divinité si populaire ne pouvait qu’avoir une grande diversité de symboles et d’association dans le panthéon égyptien. Ainsi, le plus important symbole qui lui soit associé est l’ankh, ou croix de vie, dont il existe même une variante typique d’Isis : le tyet (ou nœud d’Isis). Elle est aussi souvent représentée par le disque lunaire encadré de cornes de vache, les ailes d’oiseau (certaines sources disent qu’il s’agit d’un vautour) et le trône à trois degrés. Les romains la représentent également souvent en train d’allaiter Horus (Isis lactans), et cette image fut réemployée plus tard par le christianisme dans leurs représentations de la Vierge à l’Enfant, prouvant ainsi la pérennité du culte de cette déesse si populaire.

_______________________
Sources:
⭐ Mythologies, anthologie illustrée des mythes et légendes du monde, ouvrage collectif, éditions GRUND, 2002
⭐ Mort et au-delà dans l'Egypte ancienne, Jan Assmann, Editions du Rocher, 2003
⭐ La mythologie égyptienne, Nadine Guilhou et Janice Peyré, Marabout, 2006
⭐ Cours d'art Antique, les échanges commerciaux et culturels entre la Grèce continentale et le Delta du Nil, licence 3 d'Histoire de l'Art, 2007
Revenir en haut Aller en bas
http://spacesheepcanfly.weebly.com
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3408
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeJeu 2 Fév - 1:00

Hathor


Hathor est la fille de Rê et de Nout Au début de la mythologie égyptienne, elle était la mère du dieu de ciel Horus, mais plus tard elle fut remplacée par Isis. Hathor est alors devenue la protectrice d'Horus. Son nom semble signifier "la maison d'Horus", car à l'origine, son corps était parcouru par le soleil. Hathor était considérée comme la mère du pharaon , qui se nommait lui-même "le fils d'Hathor".
A Thèbes, on la vénère comme déesse des morts sous l'aspect de la "déesse du sycomore". En tant qu'épouse d'Horus elle est la mère de Ihy, jeune dieu de la musique. Mais en fonction de la localité son époux peut aussi être Sobek à Kôm Ombo ou Hérichef à Héracléopolis.
Son principal attribut est bien entendu la couronne faite du disque du soleil tenu entre les cornes de vache mais aussi la ménat, lourd collier de perles à contrepoids, qui produisaient en s'entrechoquant un son comparable au bruissement des fourrés de papyrus qui représente le lieu de gestation mythique; il devait transmettre des pouvoirs puisque la déesse le présente au défunt.
On trouve également le sistre, instrument de musique à percussion portant le visage de la déesse. Toutefois ces instruments sont utilisés par d'autres y compris de simples danseurs.

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Hathor-relief-color-AT-E-094SP

Investie des pouvoirs créateurs Hathor favorise toute Vie aussi bien animale, humaine que végétale. Elle est considérée comme la déesse de la Joie, de l'Amour et de la danse. On raconte comment la déesse dansa avec Ra pour l'encourager quand il était dépressif. La création artistique est également de la compétence d'Hathor, et de nombreux artistes viennent dans ses temples pour connaître l'inspiration.
Hathor est aussi la personnification de la montagne thébaine qui veille sur la renaissance des morts. Elle dispense une bénéfique influence sur toutes les nécropoles.

Elle était représentée comme une vache ou une femme à tête de vache ou une femme avec simplement des oreilles de vache ou bien sous forme humaine portant une couronne à cornes encadrant l'astre solaire. Hathor était aussi symbolisé par le roseau de papyrus, le serpent et une crécelle égyptienne connue sous le nom de sistre décoré de sa tête.
Les temples et chapelles dédies à Hathor sont facilement reconnaissables grâce aux colonnes hathoriques dont les chapiteaux sont ornés de la tête d'Hathor encadré d'une lourde perruque d'où émergent deux petites oreilles de vache.

Son sanctuaire principal était à Dendérah, où son culte avait son origine. A Dendérah, on l'a en particulier adoré comme la déesse de fertilité, des femmes et de l'accouchement.
À Thèbes elle était considérée comme la déesse des morts sous le titre de la "Dame de l'Ouest", associée au dieu du soleil Rê lors de sa course vers l'occident. Tous les ans pendant le mois d' Epiphi (mi-mai / mi-juin) les Egyptiens massés sur les berges du Nil voyaient remonter la barque de la déesse qui quittait Dendérah pour aller rejoindre son époux à Edfou et pour célébrer le mariage sacré "la bonne rencontre" avec Horus.
Les grecs avaient identifié Hathor avec Aphrodite.

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Bahari03

On raconte dans un mythe tardif écrit en démotique un récit moins guerrier qui fait écho à la légende de Sekhmet.
Hathor est la fille de Rê qui réside dans la lointaine Nubie, Là Hathor est devenue une lionne sauvage qui se nourrit de la chair et du sang de ses ennemis. Pour ramener auprès de lui la féroce déesse, Rê envoie Shou, le dieu de l'Air et Thot, dieu de l'Ecriture et de la Magie.
Les deux messagers charment Hathor en lui décrivant avec force détails les avantages de l'Egypte et en lui promettant d'y élever des temples où ses autels seront garnis de succulentes viandes d'antilopes et de vases de vin, boisson encore ignorée de la lionne. Pendant son culte on dansera sur des airs de musique que la déesse apprécie.
En même temps, Thot offre à la déesse sa première coupe de vin et récite des formules magiques. Peu à peu Hathor se laisse amadouer pour finalement se laisser conduire auprès de Rê par un joyeux cortège.
Redevenue femme, elle devient la déesse de l'Amour et de la Joie.
Mais elle peut à tout instant elle peut reprendre son aspect de déesse dangereuse et redevenir la terrible lionne Sekhmet.
Revenir en haut Aller en bas
Gorak

Gorak

Masculin Scorpion Messages : 5495
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 47
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeVen 31 Aoû - 22:33

La religion des anciens Egyptiens

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Egypt-giza-3


Les prêtres de l'Egypte antique étaient les gardiens de connaissances uniques. Ils croyaient à l'immortalité de l'âme, et ils voyaient dans les phénomènes de la nature un reflet des divinités qu'ils adoraient. Quand le peuple, lui, admettait les superstitions les plus vulgaires, adorant les plantes ou les animaux qui pouvaient lui être utiles : le boeuf, qui sert à l'agriculture, le bélier, qui féconde les brebis, le chien, qui en est le gardien, l'ibis, l'ichneumon ou le chat.

Ils adoraient aussi les animaux nuisibles, dans l'espoir de les adoucir ou de les charmer.

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Images?q=tbn:ANd9GcQdA8UO7InzCxf6MmPdiMLhxhFGawXuqcZXBcxTY9okD2BYlm4u

Le boeuf Apis est certainement le plus célèbre. On lui élevait des temples splendides à sa gloire. On lui rendait des honneurs extraordinaires pendant sa vie, et, après sa mort, on célébrait ses funérailles avec une grande magnificence.

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Images?q=tbn:ANd9GcTLxSFwC7Xob7oR-q6XzKdufnvt3CfKadmsa-DbOOztNDSsGbqSZw

Le culte des morts était répandu dans toute l'Egypte. Anubis, le dieu à tête de chacal, était chargé d'embaumer les défunts afin de les préserver de la corruption. Les sarcophages retrouvés au sein des pyramides contenaient, pour la plupart, ces momies, parfaitement intactes.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Gorak

Gorak

Masculin Scorpion Messages : 5495
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 47
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: mythologie égyptienne   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeVen 31 Aoû - 22:51

Les tombes égyptiennes

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Egypte-luxor-ramses-resize

Les tombes de l'Egypte ancienne sont monumentales et très spectaculaires. Elles se divisent généralement en trois parties : une chapelle extérieure, un puits et des caveaux souterrains. Le chiffre trois revêt d'ailleurs un caractère ésotérique et sacré dans la mystique de l'Egypte.

Les parois de la chapelle sont couvertes de fresques où la vie du défunt est représentée avec une richesse des détails et une exactitude merveilleuse. C'est dans cette chapelle que les descendants du défunt et les prêtres attachés à son culte funéraire se réunissaient aux jours indiqués pour rendre homme à leur ancêtre. Ils le retrouvaient là tel qu'il avait été durant son existence terrestre, escorté de ses serviteurs et entouré de ce qui avait fait sa joie et sa vie ici-bas. Partout, il était présent et pour ainsi dire vivant au milieu d'eux.

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Egypte-antique-pretre

Le puits qui descendait au caveau se trouvait quelquefois dans le coin de la chambre. Mais le plus souvent, pour en découvrir l'ouverture, il fallait monter sur la plate-forme de la chapelle extérieure. Sa profondeur moyenne était de 12 à 15 mètres. Au fond s'ouvrait un long couloir où l'on ne pénétrait qu'à moitié courbé, et qui menait jusqu'à la chambre funéraire proprement dite. Celle-ci était taillée dans la roche, sans aucun ornement et au milieu se dressait un grand sarcophage en calcaire fin, en granit rose ou en basalte noir. Il était gravé aux noms et titres du défunt.
Après avoir scellé le corps, les ouvriers déposaient sur le sol les quartiers d'un boeuf qu'on venait de sacrifier dans la chambre du haut, et de grands vases en poterie rouge pleins de cendres muraient avec soin l'entrée du couloir, et remplissaient le puits jusqu'à la bouche d'éclats de pierre, mêlés de sable et de terre. Le tout, largement arrosé d'eau, finissait par former un ciment presque impénétrable, dont la dureté mettait le mort à l'abri de toute profanation.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7738
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeVen 31 Aoû - 23:40

L'Egypte antique est sans doute la civilisation qui s'est le plus préoccupé de l'Au-Delà, de la vie après la mort. Ceux qui en avaient les moyens faisaient construire leur "demeure d'éternité" dés que possible. C'est sans doute l'une des raisons de l'attrait suscité par cette civilisation encore aujourd'hui : cette incroyable spiritualité qui baignait chaque instant de leur vie. Je pense qu'à l'époque actuelle, il n'y a que l'Inde qui ait développé une telle particularité, avec ses milliers de dieux et ce sacré qui occupe chaque instant.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

Gorak

Masculin Scorpion Messages : 5495
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 47
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeSam 1 Sep - 7:58

Voyageur Solitaire a écrit:
L'Egypte antique est sans doute la civilisation qui s'est le plus préoccupé de l'Au-Delà, de la vie après la mort.

Ce qui ne signifie pas que les Égyptiens méprisaient la vie, bien au contraire. Ils étaient aussi de bons vivants et savaient apprécier les plaisirs terrestres avant d'aller goûter aux nourritures célestes. De toute façon, franchir les portes de l'au-delà n'était pas donné à tout le monde, puisqu'il fallait réussir une épreuve de vérité en mettant son coeur sur la balance. Si les dieux jugeaient qu'on avait commis trop de fautes dans notre vie terrestre, on ne pouvait pas accéder à la Lumière et on était dévoré sur place. Pharaon, comme tous les autres, devait lui aussi passer l'épreuve. Parce que face à la mort, nous sommes tous égaux.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7738
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeSam 1 Sep - 15:50

La première condition était quand même de préserver le corps, par l'enbaumement. Pas de corps intact, pas de vie dans l'Au-Delà. Ensuite, c'est vrai, venait pour tous une série de "passages" et d'épreuves avant la pesée finale du coeur sur la balance. C'est là d'ailleurs l'utilité du fameux "livre des morts", rouleaux de papyrus souvent glissés aux côtés du défunt et comportant la "carte" de l'Au-Delà, avec les pièges à éviter, les formules magiques et enchantements à réciter... Un peu comme les fameux "mystères" grecs d'Eleusis (voir "Les sanctuaires") où les initiés se voyaient révélés le parcours à suivre, les épreuves et pièges à éviter avant de parvenir à l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7738
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeSam 25 Juin - 10:07

Le Livre des Morts

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE 700px-10

C'est le viatique indispensable des défunts de l'Egypte ancienne. On le trouve le plus souvent sous forme de papyrus roulés et placés contre la momie, dans le sarcophage. Mais parfois, certaines feuilles sont insérées entre les bandelettes ou, plus rare, écrites sur les bandelettes elles-mêmes (dans ce dernière cas, ce sont souvent des formules magiques).

Le Livre des Morts est un véritable guide de l'Au-Delà, destiné à accompagner le défunt, le guider vers l'autre monde, le protéger, lui permettre de passer jugements et épreuves afin de parvenir à la vie éternelle. Il apparaît primordial, comme la préservation du corps ou le mobilier funéraire.
Il est rédigé en hiéroglyphes, à l'encre noire et de manière verticale, par colonnes. L'encre rouge est utilisée pour les titres, les noms des dieux ou pour souligner les passages importants. Il est également richement illustré avec parfois de vives couleurs.

Tout le processus, le parcours vers la vie éternelle y est expliqué : parcours, étapes, portes à passer, épreuves, dangers, jugements, mots de passe à fournir, formules magiques de protection, prières... C'est là, pour les archéologues et historiens, un résumé fantastique de toute la croyance égyptienne en l'au-delà, de tous les rites et croyances liés à la mort.
A condition d'avoir la chance de tomber sur un exemplaire complet... Car là aussi, tous ne sont pas égaux : comme il fallait avoir les moyens de faire embaumer et préserver son corps, d'avoir un tombeau et tout ce qui est nécessaire à la vie dans l'au-delà, il fallait avoir les moyens de se faire écrire le fameux livre pour le placer à ses côtés en vue du long voyage... L'exemplaire de base dût être "canonisé" par les prêtres de Thot, dieu à tête d'ibis du savoir et de l'écriture, à charge ensuite pour les scribes de le reproduire en d'innombrables exemplaires. Il fallait donc ensuite se procurer un de ces exemplaires en vue de son voyage d'éternité et bien sûr, un exemplaire complet et de qualité. Il fallait donc souvent y mettre le prix... Les archéologues ont retrouvé dans des tombes modestes des versions incomplètes, avec des ratures, des passages manquants, des erreurs... Des copies de mauvaise qualité certes, mais peut-être plus abordables...
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

Gorak

Masculin Scorpion Messages : 5495
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 47
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeJeu 30 Juin - 17:47

Je l'ai chez moi. Mais j'ai rarement vu un ouvrage plus abscons à lire ! Shocked

Alors, OK, c'est sûr qu'il y a les problèmes liés aux traductions. Mais, même, c'est plein de références, de symboles, d'images qui, si on est pas à fond un expert en égyptologie (et encore) on est pas à même de pouvoir en saisir tout le sens.

Mais comme tu l'a dit, on a jamais retrouvé de versions complètes du Livre des Morts... il nous en reste que des fragments. Je pense que si l'on avait toutes les clefs, ce serait déjà plus facile à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7738
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeSam 3 Fév - 16:29

La tombe d'une prêtresse découverte en Egypte

Elle vient d'être présentée officiellement au public et à la presse par les autorités égyptiennes. Située au sud du Caire, il s'agit, chose rare, de la tombe d'une prêtresse, nommée Hetpet, prêtresse d'Hathor, déesse de la maternité et de la fertilité.
L'ensemble est orné de fresques murales remarquablement conservées, avec beaucoup de scènes de musique et de danse, dont la plus remarquable représente deux singes dansant devant un parterre de musiciens.

L'Egypte n'en finit pas de révéler ses trésors...
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7738
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeJeu 21 Mai - 10:49

Akhenaton, le Pharaon hérétique ?

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Akhena10

(Image : blog-histoire.fr)

Un physique hors du commun (sans doute dû à une maladie génétique ou à trop d'unions consanguines dans son ascendance), une épouse, Néfertiti, aussi belle que lui est laid, une révolution théologique sans pareil, politique, artistique, puis la damnation, l'oubli. Et depuis quelques temps, la récupération.

Fils d'Amenhotep III et de la reine Tiyi, Akhenaton hérite d'une Egypte au sommet de sa puissance et de sa splendeur, une Egypte qui est même un empire, étendant son influence sur de nombreuses régions au-delà du Nil, une Egypte "arbitre des nations". C'est aussi le triomphe du clergé d'Amon, depuis la ville de Thèbes.

La vie d'Akhenaton baigne dans le flou et il est difficile d'en dater les différentes périodes. Difficile donc de savoir quand exactement ce singulier Pharaon décide d'une révolution théologique incroyable : l'abandon des innombrables divinités du panthéon égyptien pour l'adoration d'un dieu unique, Aton, incarné par le disque solaire. Progressivement, le nouveau culte se met en place, le Pharaon en devient le prophète, le grand-prêtre, il en est son émanation. Néfertiti "la belle est venue", sa reine, est pleinement associée à son époux au sein de ce culte nouveau, presque sur un pied d'égalité avec lui.

Akhenaton accomplit donc une révolution religieuse, mais aussi culturelle et artistique : il crée de toutes pièces une nouvelle capitale, Amarna, loin de tout, où il se retire avec sa cour. Au niveau artistique, là aussi, c'est une révolution, au point qu'on parle d'art amarnien pour qualifier cette période. Les peintures représentent des paysages, des scènes de la vie quotidienne, familiale et intime. Les silhouettes se font plus souples, plus fluides, plus naturelles, moins figées, moins stylisées. Peintres et sculpteurs introduisent la vie, le mouvement, le naturel dans leurs œuvres. Dans les peintures abondent les fleurs, les oiseaux…
Révolution politique enfin : plus que jamais, le Pharaon est le maître absolu, c'est le triomphe de l'absolutisme. Jusqu'ici, le Pharaon régnait en respectant l'ordre divin voulu par les dieux, avec toutes sortes de rites, de cérémonies et d'obligations. Mais tout cela, c'est désormais Akhenaton lui-même qui les définit, au sein de son nouveau culte. Le seul ordre divin que le Pharaon doit suivre désormais, c'est celui qu'il choisira, qu'il imposera.

La greffe ne prendra pas.
En-dehors de son entourage et de sa cour, ce "monothéisme" ne tient pas, les égyptiens continuent à adorer, discrètement, les dieux de toujours. La fin d'Akhenaton est entourée d'imprécision et de mystère, de même que celle de son épouse Néfertiti. Sa révolution religieuse est vouée aux Gémonies, son nom, ses statues, ses symboles, sont martelés, sa tombe profanée… On fait tout pour effacer ce règne, pour effacer toute trace de celui qui devient le Pharaon hérétique, le Pharaon maudit. Après une période d'incertitude, un nouveau Pharaon monte sur le trône afin de restaurer officiellement l'ordre établi : Toutankhamon.

Bilan et récupération

Akhenaton a-t-il "inventé" le monothéisme ? Difficile à dire car ce culte du dieu unique Aton, dont l'emblème est le soleil, a ses propres codes, ses propres règles, au point qu'on parle aujourd'hui d'atonisme. Il semble que certains anciens dieux continuaient à être tolérés et adorés, se fondant et s'assimilant au nouveau dieu unique. On serait alors plus dans un syncrétisme, une divinité qui absorbe et assimile toutes les autres en elle, plutôt que dans une divinité unique et spécifique. Ce qui est certain, c'est que cette révolution religieuse ne prît pas et ne fût qu'une parenthèse, vite effacée, maudite par ceux qui suivront. Signalons qu'au passage, l'Egypte y perdra sa puissance et sa prospérité : le déménagement de la cour, la construction d'une nouvelle capitale, dévorèrent une énorme quantité de ressources, provoquant crise et pénurie. A l'extérieur, Akhenaton laissa son prestige, son autorité, s'effriter progressivement et l'influence égyptienne ne cessa de diminuer. Coupé du monde, enfermé dans sa capitale, perdu dans ses élans mystiques, Akhenaton ne gouverna guère.

Qui était-il ? Oublié pendant des siècles, Akhenaton a été redécouvert à la fin du XIXème siècle et a depuis enflammé les imaginations. Mystique, visionnaire, rêveur, inventeur du monothéisme, humaniste, féministe (son épouse Néfertiti paraît être son égal, très souvent représentée à ses côtés et lui tenant la main, associée à tous ses actes), naturaliste (l'art amarnien laisse une place prépondérante à la nature), père aimant (on le voit jouant avec ses petites filles, les embrassant ou les tenant sur ses genoux)… Un type bien donc, un peu rêveur, sorte de mystique incompris, victime au final d'un clergé d'Amon revanchard, intrigant et corrompu. Récupéré, Akhenaton est devenu un Pharaon puissamment romantique et tragique.
Aujourd'hui, on trouve encore une foule de théories extravagantes le liant au christianisme, faisant de lui un nouveau Moïse, un extraterrestre, une divinité cosmique descendue sur Terre...

Une image qui commence à se lézarder pourtant.
Les fouilles de son ancienne capitale ont révélé l'extrême dureté du travail de foules et familles innombrables mobilisées et déplacées pour édifier la ville nouvelle, dont des enfants qui travaillaient comme tout le monde. C'est à Amarna également qu'on a retrouvé de nombreuses casernes et des peintures représentant le Pharaon entouré d'une foule de soldats en armes et de gardes. Dans la majeure partie des représentations, même les plus hauts personnages courbent l'échine et se prosternent devant lui sans oublier les scènes où on le voit massacrer les ennemis de l'Egypte. Le côté pacifiste et humaniste en prend un sacré coup…
Le doux rêveur perdu dans ses délires mystiques semble bien avoir été infiniment moins sympathique. Son règne fût le triomphe de l'absolutisme sans limites, le sien. Ses prédécesseurs restaient contraints par certaines règles par lesquelles ils devaient maintenir l'équilibre et l'harmonie voulus par les dieux. Akhenaton, lui, n'avait pas ce problème puisque les règles, en tant qu'inventeur de ce culte, c'était lui qui les édictaient. Et enfin, ayant hérité d'un royaume au sommet de sa puissance et de sa prospérité, il laissa après lui une Egypte affaiblie, appauvrie, en proie aux troubles et à la confusion.

Pharaon hérétique, maudit ou mystique et révolutionnaire ? Akhenaton reste bien mystérieux et énigmatique. A cela s'ajoute le couple flamboyant qu'il formait avec la belle Néfertiti qui, elle aussi, est entrée dans la légende et dont la fin est également entourée de mystère. Ne reste plus qu'à rajouter Toutankhamon (son fils ?) et son fabuleux trésor pour compléter...
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

VIC

Masculin Messages : 3716
Date d'inscription : 18/01/2012

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeJeu 21 Mai - 11:09

Voyageur Solitaire a écrit:
[
Aujourd'hui, on trouve encore une foule de théories extravagantes le liant au christianisme, faisant de lui un nouveau Moïse, un extraterrestre, une divinité cosmique descendue sur Terre...
C'est pourtant simple : ce sont les frères Bogdanov, eux-même extra terrestres, qui ont remonté le temps X dans leur soucoupe volante pour qu'Akhenaton, alors chanteur d'un groupe de rap, puisse se métamorphoser en pharaon.

Tout ceci pour dire qu'il faut se méfier des visions d'artiste, d'autres représentations d'Akhentaton sont beaucoup moins typées :

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Ak10
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7738
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeJeu 21 Mai - 11:15

En tous cas, la peinture et surtout la statuaire de l'époque n'ont pas cherché à cacher son physique atypique, presque féminin ou du moins assez androgyne :

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE 6275d810

(Image : pinterest.com)

Malheureusement, la majeure partie de ses représentations a été détruite suite à son règne. Il ne fallait laisser aucune trace du Pharaon "hérétique". Même son sarcophage et son mobilier funéraire ont été mis en pièces, histoire de le priver d'une nouvelle vie dans l'Au-Delà. Un saccage "officiel" et non pas l'œuvre de pillards puisque sa tombe a été refermée et à nouveau scellée ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Sphigx

Sphigx

Masculin Messages : 259
Date d'inscription : 25/08/2012
Localisation : Montréal, QC, Canada

MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitimeJeu 21 Mai - 11:41

L'on soupçonna longtemps le syndrome de Marfan d'être à l'origine du physique disgracieux d'Akhenaton, mais des analyses génétiques prouvèrent le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Empty
MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   MYTHOLOGIE EGYPTIENNE Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
MYTHOLOGIE EGYPTIENNE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA PISTE DES MYSTERES :: L'autel-
Sauter vers: