AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Sam 26 Avr - 19:04


S'il y a un genre musical qui accumule les clichés, c'est bien celui-là ! Au mot Disco, les images et les stéréotypes se bousculent et tout y passe : musique festive et joyeuse, boules à facettes, pattes d'éph et col "pelle à tarte", le monde de la nuit, de la fête, une certaine insouciance, une sexualité débridée... Le Disco traîne aussi quelques clichés négatifs : musique "facile", musique de masse décriée par les puristes, aspect commercial, superficiel... Il est vrai qu'on a tendance à caser un peu tout et n'importe quoi sous ce vocable.

Pourtant, le Disco a ses racines, ses origines et influences, des discotèques de New York aux clubs gays de San Francisco en passant par les boîtes de nuit de Miami. Aujourd'hui, le Disco est toujours là, il y a toujours un bon vieux Donna Summer, un Village People ou un Gloria Gaynor qui passe à un moment ou un autre de la soirée. Alors, en route pour la folle histoire du Disco, à la rencontre des mégastars du genre comme des petites pépites et trésors qui traînent dans les cartons à vinyls...


Dernière édition par Voyageur Solitaire le Sam 26 Avr - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4146
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Sam 26 Avr - 19:22

S'il y a bien une mélodie qui représente le disco en France, c'est bien sur "Alexandrie" de Claude François.


Ce titre étant sorti en 1978, et lui-même étant mort la même année, il n'aura jamais eu le temps d'évoluer dans un genre qu'il venait à peine d'aborder.

Sinon, comment parler du disco français sans évoquer le mythique "Born to Be Alive" de Patrick Hernandez :


Une véritable success-story à l'américaine pour un tube 100% tricolore.



Marc Cerrone est né le 24 mai 1952 à Vitry-sur-Seine. Batteur de formation, il est l'un des pionniers de la musique disco qu’il a popularisée dans les années 1970.

Son style, que l'on peut qualifier de New Age, mélange à la fois d'autres influences empruntées à Chicago, Cream, Jimi Hendrix, ou encore Santana qui ont profondément marqués son adolescence.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Sam 26 Avr - 20:06

Les années 70


Mélange de funk, de soul et de pop agrémenté de synthétiseurs, le disco reste emblématique d'une période bien précise, les années 1970.

Pour beaucoup, ces années 70 sont celles d'une certaine insouciance, du psychédélique et du New Age, des années un peu déjantées et délirantes dans une atmosphère alternative qui fleure pas mal le pétard... Mais à y regarder de plus près, ces années ont un revers et pas des moindres...
Les années 70, c'est le premier choc pétrolier sur le plan économique et, sur le plan sociétal, ça bouge beaucoup aussi. En France, Mai 68 est passé par là. Aux USA, c'est la lutte pour les droits des minorités qui explose, surtout pour deux communautés bien précises, les noirs et les gays. Martin Luther King est mort, mais le combat continue, c'est l'époque de la "blackploitation" et beaucoup d'artistes disco seront noirs, ce sont les émeutes raciales de South Central à Los Angeles et Watts à Chicago. Du côté des gays, Harvey Milk bouscule les règles en étant le premier conseiller municipal ouvertement gay de San Francisco avant d'être assassiné. En 1969, les policiers newyorkais font une énième descente au Stonewall, un bar gay de New York. Exédés par les brimades et les injures, les clients se révoltent à tel point que les forces de l'ordre sont obligées de se retrancher dans le bar et de demander des renforts. Bientôt, les Village People viendront fixer les stéréotypes masculins de la communauté.
Un fort vent de contestation souffle donc sur ces années 70, accompagné par la libération sexuelle et la libération des moeurs. En France, c'est la loi Veil sur l'avortement, le MLF, l'apparition de la pilule... Les lignes bougent...
Mais pour les USA, c'est surtout le traumatisme de la guerre du Viet Nam, blessure toujours ouverte aujourd'hui. La super-puissance doute, s'interroge, voit ces certitudes vaciller. La contre-culture s'oppose au modèle américain, à la société de consommation, milite pour une autre voie. On voit apparaître le mouvement hippie, le Flower power et le célèbre Don't make war, make love. Dans ce contexte, on cherche à oublier, à s'amuser. Il fallait une musique pour accompagner cette soif d'insouciance, ce sera le disco.
Ce dernier va donc s'imposer depuis les bars newyorkais, aidé par une révolution dans le monde de la nuit : l'apparition des discothèques qui lui offrent une scène rêvée pour prendre son envol.

@ Gorak : Born to be alive, c'est un tube unique, c'est le cas de le dire ! Un seul tube grâce auquel Hernandez vit toujours confortablement de ses rentes. Chapeau !
Pour Cloclo, j'ai jamais été fan, même si Alexandrie, Alexandra annonce effectivement un virage disco. Mais bon, pourquoi pas ? Sheila elle-même a laissé tomber ses couettes et sa petite jupe plissée pour se mettre au disco :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2678
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Dim 27 Avr - 0:12

A une époque au milieu des années 90 j'écoutais pas mal de disco, me remémorant l'époque des 70's. Aujourd'hui j'ai beaucoup plus de mal avec ce style de musique. Le problème c'est qu'on en a tellement entendu qu'au bout d'un moment il y a eu une overdose pour moi.
Et avec l'âge je trouve ce genre trop festif et grand public. Et dire que le disco est une musique à la base européenne, avec pour origine l'Allemagne et Giorgio Moroder, qui est considéré par certains comme l'inventeur du disco et sa collaboration avec Donna Summer.

Néanmoins si je devais retenir un morceau disco, ce serait celui là, ma chanson préférée du genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Dim 27 Avr - 7:54

Je comprends ton point de vue et c'est le problème majeur du disco : souvent trop commercial, trop grand public, trop de choses mis sous ce vocable, trop de daubes commerciales aussi, soyons francs, classées disco par facilité.
Pour ma part, j'aime ce côté fête et insouciance. Ce n'est pas prise de tête, c'est entraînant, festif, ça me donne le sourire et envie de bouger. J'y trouve même un effet libérateur, du genre :"Allez ! On s'en fout, viens danser et t'amuser !" Je n'en demande pas plus à ce genre. C'est vrai, on peut éclater de rire devant les tenues et les effets kitshissimes, mais certains tubes sont devenus cultes.
Je n'ai qu'une seule compilation (assez fournie) que je n'écoute pas souvent. Mais s'il m'arrive d'avoir le cafard, seul à la maison par une journée d'ennui, j'écoute quelques morceaux et ça me redonne le sourire généralement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Sam 21 Juin - 19:44

Le studio 54


Endroit mythique de la scène disco, le studio 54 fût l'équivalent new-yorkais du Palace parisien.
Ouvert en 1976, par Steve Rubell et Ian Schrager, cet endroit fût qualifié de "plus grande discothèque de tous les temps". Un haut lieu de folie et de fêtes incroyables qui vit défiler tous les plus grands aussi bien que les anonymes. Pour la soirée d'inauguration, on envoya 5000 invitations à travers le monde avec un cadeau personnalisé pour chacun ! Le soir en question, il y eût une telle foule que Mick Jagger et Sinatra ne purent entrer.
Chaque soir, la foule se pressait aux portes et il fallait avoir le style, le look ou les bonnes relations pour se faire accepter des portiers "physionomistes" qui rejetaient impitoyablement tout resquilleur n'ayant pas le look ou l'attitude du lieu, fût-il une star comme Cher ou le leader du groupe Chic.

A l'intérieur, c'était la folie des années 70 : drogue et drague, clientèle cosmopolite, personnalités originales et atypiques, beaucoup de gays, de trans, de grands noms de la mode, de la fête, mais aussi des gigolos, des filles faciles, des parasites en quête d'aventure, de combines... L'endroit fût le premier à avoir une backroom et un carré VIP. Certains soirs, des ballons remplis de cocaïne tombaient du plafond et les danseurs s'amusaient à les faire éclater... D'autres soirs, on se baignait dans des baignoires remplies de champagne... Bianca Jagger y fît son entrée un soir sur un cheval...

Le 31 décembre 1979, la soirée du réveillon est interrompue par une descente des forces de police : 750 000 dollars en liquide et de la drogue sont saisis, l'examen des comptes révèle une fraude fiscale de 2,5 millions de dollars. C'est la fin du studio 54.

Trois ans de folie, de fêtes et d'excès pour un lieu qui fût, malgré tout, un temple du Disco et où se pressaient aussi bien les stars que les anonymes, ce qui faisait la force du lieu : l'ouvrier ou la caissière pouvait se déancher à côté du styliste renommé ou de la star de la musique, on s'en foutait, on venait pour s'amuser, le jean et le T-shirt cotôyaient le smoking et les robes du soir. Une allure "in", un look particulier, une attitude, suffisaient pour entrer. Ceux qui filtraient les entrées étaient des "physionomistes" qui n'avaient pas leur pareil pour repérer celui ou celle qu'il fallait, qui correspondait à l'esprit du lieu.




Dernière édition par Voyageur Solitaire le Lun 23 Juin - 15:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Lun 23 Juin - 15:37

Ce sujet sur le Studio 54 me laisse songeur : cette boîte a quand-même tourné trois ans... Trois ans où la coke et le LSD circulaient ouvertement, trois ans d'excès et de folies... Le tout en pleine lumière. Car on ne parle pas ici d'un club confidentiel et secret connu des seuls habitués, mais d'un établissement célèbre dans le monde entier, en pleine lumière et ayant pignon sur rue.

Impossible d'imaginer ça aujourd'hui ! Et pourtant, on parle de la fin des années 70, c'est pas si loin que ça, beaucoup parmi nous étaient nés et nos parents étaient dans leur trentaine à cette époque pour la plupart... En 30/35 ans, les mentalités ont bien changé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2678
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Lun 23 Juin - 19:43

Les années 70 et les années 80 était des décennies de liberté totale. A l'époque tout était possible, mais c'était aussi une époque d'excès, que ce soit au niveau des drogues, du sexe et de l'état d'esprit.
Et le disco était le symbole de cette folie, et d'exubérance. On parle du studio 54, mais il y avait bon nombres de boîtes de ce type, que ce soit aux USA, mais aussi en Allemagne et en Angleterre.
C'était la folie d'une époque, une époque aujourd'hui révolue. Mais maintenant c'est l'inverse, on ne peut plus rien dire, rien faire. Il faudrait trouver le juste milieu entre les deux, mais comme la créativité n'est plus là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Lun 23 Juin - 20:10

Le Palace


Comme Warlock l'a souligné, il n'y avait pas que le Studio 54. A Paris, il y avait Le Palace.
De 1978 à 1983, l'endroit fût la "boîte" incontournable des fêtes parisiennes.
C'est Fabrice Emaer, un des piliers de la nuit parisienne qui lance ce club dans un ancien théâtre du IXème arrondissement.
Les soirées y sont fastueuses et délirantes : pour l'inauguration, c'est Grace Jones qui monte sur scène pour interpréter La vie en rose. Les serveurs sont en vareuse rouge et or, le champagne coule à flots. L'endroit devient le repaire des grands de la mode, Saint Laurent, Lagerfeld, Mugler, entourés de superbes mannequins des deux sexes. Mais aussi Gainsbourg qui y donne un concert de même que... Prince. Mick Jagger, Frédéric Mitterand, Yves Mourousi, Alice Sapritch, Thierry Ardisson viennent s'y amuser. Travolta, de passage à Paris, ne peut entrer que sur les épaules de son garde du corps tant la foule à l'entrée est grande, plus de 1500 personnes certains soirs. Parmi les soirées les plus prisées, la célèbre Vice Versa où les hommes doivent venir travestis en femmes et les femmes en hommes.
L'endroit devient également le repaire de la jet-set gay parisienne, le disco et la pop règnent sur le dance floor. C'est la maladie qui va sonner le glas du Palace : atteint d'un cancer des reins, Emaer, le fondateur, meurt en 1983. Mais c'est le SIDA qui porte le coup fatal : une grande partie des piliers du Palace faisait partie de la communauté gay, frappée de plein fouet par le virus à cette époque. Le Palace ne s'en relèvera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2678
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Lun 23 Juin - 23:12

Le Palace... Un autre grand délire de la période fin 70's début 80's. A l'instar du studio 54 toutes les folies étaient présentes dans le Palace, l'endroit parisien à la mode par excellence de l'époque.

Je crois que c'est le lieu ou Mourousi était partie en moto avec...Freddie Mercury, pour y passer la nuit et faire la fête, juste après une émission tv.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Sam 5 Juil - 14:43

Village people


Cocorico ! Quoi cocorico ? Hé oui, ce sont deux français, Jacques Morali et Henri Belolo qui sont à l'origine de ce groupe phare du disco...

Le nom du groupe est une référence directe à Greenwich Village, "le village" comme l'apellent les newyorkais, épicentre de la communauté gay de la Grosse Pomme. Car c'est bien cette communauté qui est ciblée par nos deux français qui décident d'incarner, à travers un groupe, les clichés les plus récurrents des icônes gays, à savoir le policier, l'indien, le chef de chantier, le motard en cuir...
Le plus fort, c'est que beaucoup de membres du groupe étaient loin d'être gay, ce qui n'empêcha nullement Village People de devenir (et de rester) un monument de la culture gay.

Le leader et chanteur du groupe, Victor Willis, fût ainsi marié à une certaine Phylicia Ayers-Allen. Ce nom ne vous dit rien ? C'est pourtant elle qui incarnera l'épouse et mère de famille parfaite de la série Cosby show dans les années 1990.

Plutôt que de vous balancer les sempiternels YMCA ou In the navy, je vous propose une reprise du célèbre Just a gigolo (Attention, c'est kitsh !) :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4146
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Dim 6 Juil - 19:29

"Go West" est aussi un des titres les moins diffusés de ce groupe :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4146
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Dim 6 Juil - 19:35

G.G Anderson


Gerd Günther Grabowski est né le 4 décembre 1949 à Eschwege, en Allemagne. Il est compositeur, producteur et chanteur de ce style de disco très particulier d'outre-Rhin et que l'on appelle le "schlager" et qui fut à un moment très à la mode dans les années 70.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Dim 6 Juil - 19:54

Oulà ! C'est lourdingue comme une bonne grosse choucroute ce truc...
Le Disco teuton, j'ai du mal là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4146
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Mer 12 Nov - 20:56



Donna Summer

Surnommée la "Reine du Disco", Donna Summer - de son vrai nom LaDonna Andrea Gaines - est né le 31 décembre 1948 à Boston. Elle connut son heure de gloire dans les années 70 et 80.

Ses plus grands tubes sont : « I feel love » (reprise par Jimmy Somerville, Kylie Minogue et Madonna durant son Confessions Tour), « Hot Stuff » (célébrée par le film « The Full Monty »), « Could it be magic » (reprise en français avec : « Le temps qui court » par Alain Chamfort puis par les Enfoirés en 2006). Elle a vendu plus de 150 millions de disques.

Donna Summer nous a quittés le 17 mai 2012.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6027
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Dim 14 Déc - 20:58

Les discothèques


Leur apparition ou du moins leur succès est lié au disco dont elles empruntent le nom. C'est en effet avec le disco que les "boîtes" vont devenir incontournables.
Auparavant, il y avait des "clubs" ou des "tavernes", souvent confidentiels, où l'on se retrouvait pour danser au son d'un orchestre, d'un piano et, bien plus tard, du mythique juke-box avec lequel chacun mettait son disque.
C'est Régine, la célèbre "reine de la nuit" parisienne qui innove en mettant en place un double tourne-disque, ce qui permet de passer de la musique en continu. Elle améliore également les lumières et les couleurs, se préoccupe du confort, de l'esthétique...
Pourtant, la génération des années 1950/1960 reste fidèle aux bars et tavernes, mieux accordés à la musique de l'époque, le rock, le twist ou le cha-cha. C'est bel et bien le disco qui va propulser la discothèque au sommet.

Une révolution : lumière stroboscopique, lasers, boules à facettes, surface étendue, machines à fumée, sol lumineux... La discothèque vise et ratisse large, on s'y entasse et on y danse dans la fumée et le fracas des décibels. Il y a un bar, quelques banquettes, des spectacles parfois. Certaines boîtes de l'époque proposent même de danser en patins à roulettes sur la piste.
Le Studio 54 à New York, le Palace à Paris et tant d'autres lieux attirent les foules. Voici les videurs et les physionomistes, ceux/celles qui, à l'entrée, repèrent celui ou celle qui a le look, l'allure, la bonne attitude et décide ou non de le laisser entrer. Au Palace, il y a tellement de monde que l'on crée le premier espace VIP, réservé à certains. Certains établissements sont destinés à une clientèle bien définie (noire, gay...) ou un style de musique particulier.

Avec la discothèque, le disco a trouvé son temple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
dav-ID

avatar

Masculin Taureau Messages : 161
Date d'inscription : 05/12/2014
Age : 38

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Mer 8 Avr - 20:33

l'un de mes morceaux coup de cœur dans le vaste univers disco...




Chic

"Le freak", "I want your love" ou encore "Good times" ce sont quelques uns des titres qui ont fait la popularité de Chic. Le groupe afro américain, né sous l'impulsion du guitariste, Nile Rodgers, et du bassiste, Bernard Edwards, a durablement marqué le disco dès la fin des années 70.
C'est à la faveur de concerts dans des night-clubs new-yorkais que Nile Rodgers et Bernard Edwards finissent par jouer ensemble. Avec le batteur du groupe Labelle, Tony Thompson, ils créent Allah & the Knife-Wielding Punks. La formation rock, qui ne se prête pas aux musiciens "noirs" périclite rapidement. Opportuniste, ils décident de s'engouffrer dans la vague disco qui commence à déferler. En 1976, c'est finalement la naissance de Chic , qui s'enrichit de la venue de la chanteuse Norma Jean Wright.

Après des débuts rendus laborieux par les maisons de disques qui se refusent à les produire, le groupe se résigne a vendre ses instruments afin de réaliser une première maquette. Ce sera "Dance, dance, dance", un succès qui va abreuver les discothèques durant de longs mois et leur permettre de réaliser leur premier album " Chic " en 1977. L'année suivante, le groupe, affecté par le départ de Norma Jean Wright qui entend se lancer dans une carrière solo, sort le titre "Everybody dance" et l'album " Chic ". "Le freak" et l'arrivée d'Alfa Anderson et de Luci Martin donnent une nouvelle impulsion à la formation qui est tête des classements. Une renaissance qui se confirme avec le second extrait du disque "I want your love".

La réussite ne se dément pas avec la sortie de leur troisième album, "Risque" et le titre "Good times" qui s'inscrit dans la lignée du "Freak" et demeure l'une des chansons phares du disco ( elle inspirera notamment le chanteur de Queen, Freddy Mercury, pour " Another ones bites the dust ").

En 1980, alors que le disco commence quelque peu à tomber en désuétude, sort le quatrième album de Chic "Real people". Suivent "Take it off" (1981), "Tongue in Chic " (1982) et "Believer" (1983), qui, en dépit d'intonations mélangeant rock et funk, ne rencontrent pas le succès escompté.

Face à la désertion, certes relative du public, Nile Rodgers et Bernard Edwards se tournent vers la production sous le label Chic organization (Sister Sledge "We are family", Diana Ross "Upside down", David Bowie "Let's dance", Madonna "Like a virgin" mais également Sheila, "Spacer").

En 1991 toutefois, Chic refait une nouvelle tentative avec un huitième disque " Chic -ism". Là encore, c'est un échec malgré les nouvelles voix de Sylvester Logan Sharp et Jean Thomas.
Nile Rodgers et Bernard Edwards, jusqu'à son décès en 1996 à la suite d'une pneumonie, délaissent finalement le groupe pour se consacrer exclusivement à la production.

Retour de Chic sur les devants de la scène à la faveur du concert que donne le groupe à Paris à l'Elysée MoNTMartre en juillet 2007 avec Nile Rodgers.

(source Nostalgie.fr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1020
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Mer 16 Sep - 12:08

Walter Murphy. Un nom que tout mélomane devrait connaître et vénérer. On lui doit :
A fifth of Beethoven (1976), qui fait partie de la bande son de La Fièvre du samedi soir (John Badham, 1978)

Bolero (AfromanDisco Mix) (1979) ; ça commence à 1 min 45

Mostly Mozart (1979)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4146
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   Mer 3 Fév - 21:07

Un tube emblématique et un succès mondial de la période disco, repris par des artistes souvent en panne d'inspiration :

Eruption - "One Way Ticket"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO
» C'est l'histoire d'une banane vivant une folle relation avec un abricot...
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA SALLE DE MUSIQUE :: Voyage en musique-
Sauter vers: