AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ALIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: ALIX   Ven 24 Fév - 17:29

ALIX


Identité : Alix Gallus (par adoption)
Surnom : Inconnu
Age : Entre 15 et 20 ans (50 ans dans les aventures "Alix senator")
Nationalité : Gauloise, puis romaine (par adoption)
Cheveux : Blond
Yeux : inconnu
Profession : Sans profession, sénateur beaucoup plus tard
Vie privée : Célibataire (aura un fils plus tard)
Particularité : Néant
Lieu de résidence : Une maison sur le Janicule à Rome

Alix peut paraître une série pour "jeunes", mais elle a su séduire des gens comme François Mitterand ou Serge Gainsbourg, et elle est lue autant par les adultes que par les jeunes.
De mon côté, j'éprouve des sentiments mitigés pour cette oeuvre :
Le dessin ne m'a jamais vraiment plus, je ne suis pas adepte de la ligne claire, même si je reconnais un travail de recherche trés poussé sur les décors et l'architecture, ainsi que sur les vêtements.
Le héros ne m'a jamais vraiment emballé... Trop juvénile (même si à cette époque, à son âge, on était un homme).
Le truc qui m'a toujours gonflé, comme pour Tintin, Spirou et tant d'autres, c'est le fait qu'il porte toujours les mêmes vêtements. Je sais, c'est con, mais mine de rien, c'est le détail qui tue, je trouve.
Ceci étant, il y a un point fort : le scénario. Même si certaines histoires sont moins bonnes, en général, l'ensemble reste bien ficelé, avec une intrigue solide. Certains albums sont vraiment trés bons "Le fils de Spartacus", "La tour de Babel', "Le spectre de Carthage", "Alix l'intrépide" ou encore "Le prince du Nil". Les personnages secondaires sont bien rendus également, d'autant que certains sont récurrents. Certaines histoires ont même une profondeur psychologique, une maturité clairement destinée à un public adulte.
Enfin, on voyage beaucoup dans ces aventures, et c'est l'occasion d'une "tournée" du monde Antique et de ses différentes civilisations, assez interessante.
Reste que je me demande comment certains passages ont pu passer la censure dans les années 1950-1960... Le débat divise les fans, mais pour moi, il est clair qu'il y a une forte dose homo-érotique dans plusieurs albums et dans la relation Alix-Enak. Avec pas mal de nudité masculine au fil des pages, deux héros souvent torse nu ou qui dorment nus... Alors qu'à cette époque, à la fin de la République, les romains restaient encore assez prudes et dormaient habillés. Un citoyen ou un homme libre ne se baladait jamais torse nu, même adolescent. Comme pour d'autres héros de la même génération, pas d'aventures féminines, les femmes qui croisent la route d'Alix ne font pas de vieux os et il ignore leurs sentiments la plupart du temps... Pas de nudité féminine non plus, excepté une poitrine nue de temps à autre.
Mais la preuve la plus flagrante de cette relation ambigüe entre Alix et Enak se trouve dans "Le spectre de Carthage", mon album préféré : on y voit, par une nuit d'orage, les deux amis dormir nus et ensemble, dans le même lit. Désolé, mais encore une fois, non. A cette époque (et même plus tard), les romains dormaient habillés et les lits étaient de simples couchettes à une place. Même les couples mariés faisaient lit à part, mari et femme ayant chacun leur chambre. Et ce n'était pas propre aux romains : même chose pour les égyptiens ou les grecs. Tous les lits retrouvés dans les tombes ou reproduits sur les fresques sont des couchettes à une place, prévues pour un dormeur. Même dans la chaleur de l'Egypte des Pharaons, les égyptiens portaient une tunique en lin pour dormir...
Enfin, bref ! Alix reste une série intéressante, avec des histoires de qualité inégale, mais solidement ficelées en général, des décors et intérieurs travaillés et qui a su trouver son public. Par contre, les nouveaux albums, édités après la mort de l'auteur, sont à mon avis franchement mauvais...




Dernière édition par Voyageur Solitaire le Lun 5 Nov - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: ALIX   Ven 24 Fév - 22:49

Pour Alix et Enak, en effet, beaucoup de lecteurs se sont posé cette question. Quand Martin a du retransposer ces 2 personnages pour créer une nouvelle série, cela a donné les personnages de Lefranc, et Jeanjean, petit scout dont on pouvait vraiment se demander ce qu'il faisait dans ces histoires. A la suite de plusieurs plaintes de parents de lecteurs, Martin a retiré Jeanjean de ses BDs.

Ce que j'ignorais, c'est que Martin a travaillé pendant plusieurs années avec Hergé en collaborant sur plusieurs albums de Tintin.
E.P.Jacobs accusa Martin d'avoir plaggié son style lorsque celui-ci sorti le premier tome de Lefranc, "La Grande Menace". E.P.J. l'aurait même provoqué en duel !

Je n'ai lu que quelques Alix, très intéressé par l'Antiquité, mais absolument indifférent au héros que je trouve sans charisme, sans relief, ultra conventionnel.
Du coup, je n'ai jamais accroché.
Pour les Lefranc, le personnage de Jeanjean m'insupportait aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Lun 26 Mai - 16:31

Alix l'intrépide


C'est le premier opus de la saga, entamé en 1948. D'ordinaire, les premiers volumes d'une longue série s'étalant sur des années sont souvent moyens, on sent les hésitations, les premiers pas avant la maturité plus tardive. Pourtant, ce premier volume se révèle une bonne surprise. Côté dessin, on sent bien que Martin se cherche encore et ses décors intérieurs, ses architectures, sont d'une simplicité trop poussée, basique, loin de la minutie et du sens du détail qui viendront plus tard. Il n'est pas encore passé totalement à la ligne claire pour ses personnages.
Mais le scénario est solide, l'aventure offre de nombreux rebondissements, de nombreux voyages et des personnages charismatiques, dont le fameux Arbacès, le futur "méchant" récurrent de la saga, celui qu'on croit toujours mort, grec habile, fourbe et séducteur. Ce premier album lève enfin (partiellement il est vrai) le voile sur les origines d'Alix.

Tout commence donc à Khorsabad, ville du désert mésopotamien qui vient de tomber entre les mains des légions de la République de Rome. Réfugié à la fenêtre d'un palais, un jeune esclave gaulois au teint clair et aux cheveux blonds regarde défiler les légions romaines. Un morceau de maçonnerie cède sous sa main et va blesser le général vainqueur (scène très semblable à celle de Ben-Hur, il faut l'avouer). Alix, le jeune esclave, est arrêté et ligoté tandis que les romains, apprenant l'arrivée d'une puissante armée ennemie pillent la ville et s'enfuient. Alix, qui a réussi à se libérer, gagne la sympathie des nouveaux arrivants et leur chef lui remet un cheval, des armes et le laisse partir.
C'est le début d'un long et mouvementé périple à travers l'orient, l'Arménie et les îles grecques jusqu'à Rome. Alix affronte une meute de loups, une tribu de montagnards hostiles auxquelles il échappe grâce à l'un d'eux, Toraya, qui devient un ami, s'oppose au perfide Marsalla (le général qu'il a involontairement blessé), tombe entre les mains d'Arbacès avant d'arriver à Rhodes où le gouverneur romain le prend sous sa protection.
Un protecteur qui emmène le jeune homme avec lui à Rome et le traite en véritable fils et finit même par l'adopter. Un soir, la maison est attaquée par des inconnus, le vieil homme, fragile du coeur, révèle à Alix son secret avant de mourir : autrefois général en Gaule, il a capturé par le mensonge et la trahison un chef gaulois dont le fils fût vendu par la suite à un marchand d'esclaves Phénicien. Ce fils n'est autre qu'Alix. L'ayant reconnu à Rhodes, le gouverneur a voulu se racheter en le prenant sous sa protection et en l'adoptant.
Va suivre une intrigue des plus mouvementées, sur fond de gladiature, d'une grande course de chars et de rivalité entre César et Pompée suivie d'une course-poursuite dans Rome et la campagne italienne, d'un immense incendie... Au final, Alix part en Gaule avec César pour y retrouver ses origines. Un scénario très riche et complexe donc, plein de rebondissements, mais digeste et cohérent. Arbacès y prend toute son ampleur et Alix affiche déjà une maturité certaine tout en restant encore un adolescent.
Pour un premier album, on pourrait dire que J. Martin y va fort et nous donne le tournis, mais encore une fois, ça passe bien, on ne perd pas le fil et c'est du solide. Un travail de qualité pour un premier opus qui tient en haleine et ouvre brillamment cette saga.
(On notera les nombreuses références à Ben-Hur : l'accident avec le morceau de maçonnerie qui tombe, la bataille navale, l'adoption par le vieux militaire, la course de chars, jusqu'au nom de Marsalla, très proche de Messalla).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Jeu 29 Mai - 9:21

Le sphinx d'or


Publié en 1956, ce deuxième opus est aussi passionnant que le premier et, comme ce dernier, d'une grande maturité et pourvu d'un scénario solide.
Alix se retrouve donc en Gaule pour revenir à ses origines après les révélations de son défunt père adoptif. Mais il découvre très vite qu'il n'y est pas le bienvenu : devenu citoyen romain, fils adoptif d'un éminent romain, ami de Jules César, il est désormais un étranger sur la terre qui l'a vu naître.
Il accepte donc de partir pour l'Egypte sur demande de César : il lui faut trouver une mystérieuse organisation, celle du sphinx d'or, qui complote et intrigue pour prendre le pouvoir. On raconte également que son chef détiendrait un terrible secret, une arme qui lui permettrait de devenir le maître du monde. D'intrigues en péripéties, Alix va se retrouver dans une forteresse perdue dans les montagnes, le temple d'Efaoud, où il va rencontrer le maître du sphinx d'or qui n'est autre qu'Arbacès. Ce dernier s'est enfui en Egypte après sa défaite et y a monté cette société secrète. Mais ce n'est pas tout : il détient deux érudits de la lointaine Chine qui lui préparent une poudre noire mystérieuse, arme terrible quand elle sera mise au point (la poudre à canon en fait).

Du très bon, avec une intrigue solide, bien des péripéties et des aventures, course-poursuite, assassinat, des rebondissements... On est vraiment dans la veine d'un bon Tintin de ce côté. Ces premiers albums ont une maturité, une gravité qu'on ne retrouvera pas forcément toujours par la suite. A noter également une sacrée galerie de personnages dont le coriace lieutenant d'Arbacès qui en vient presque à éclipser son maître. Et bien sûr, Enak, le jeune égyptien rencontré à Alexandrie et qui va devenir l'ami fidèle et désormais compagnon d'aventures de notre héros.
Le dessin n'est pas encore au niveau des albums suivants, mais c'est de peu d'importance au vu de la qualité de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Sam 29 Nov - 20:39

Alix senator


Un petit aparté sur cette "suite" des aventures de notre blond éphèbe d'origine gauloise.
Voici donc un nouveau cycle qui nous présente un Alix frôlant la cinquantaine, devenu sénateur, ami du divin Auguste premier empereur de Rome et devenu également... papa ! Hé oui ! Notre Alix est donc papa d'un fils et héberge également le fils d'Enak... Enak qui a disparu, mais que l'on va retrouver plus tard, ne vous inquiétez pas.

Tout ce beau monde va donc se retrouver plongé au sein d'une sombre conjuration destinée à abattre le pouvoir de l'empereur, des palais de Rome aux rives du Nil. Et l'on verra également resurgir des fantômes d'un lointain passé. Progressivement, le scénario s'étoffe, les pièces du puzzle se mettent en place.

Autant le dire tout de suite, Alix sénator est un virage à 180° par rapport à l'oeuvre initiale de Jacques Martin. Le ton y est radicalement différent, la maturité indéniable, on est clairement dans une autre époque, plus "adulte" si l'on ose dire. C'est moins léger, moins naïf, plus sombre et étudié. Alix a décidément quitté l'adolescence.
Le dessin suit, très différent, de style réaliste et abandonnant la ligne claire chère à Martin. Je suis pourtant pas fan, surtout au niveau des couleurs qui gardent un certain côté "délavé" je dirais. Le trait de Martin était net et clair, ses couleurs franches et vives. Là, c'est trop estompé, presque fade à mon goût.

Des points négatifs ? Hé bien, pas vraiment car j'ai bien accroché. J'aime les aventures matures, réalistes, au ton adulte et là, c'est réussi. Il ne s'agit pas de décrier l'oeuvre de Jacques Martin qui reste un monument et il serait bête de vouloir opposer les deux cycles. Le premier possède l'esthétique et le ton de son époque, l'âge d'or de la BD franco-belge des années 1950/1960, le second est clairement de notre époque. Les puristes et gardiens du temple crieront au sacrilège, les autres aimeront je pense.
Le seul truc qui gêne à mon avis, c'est que la "vieillesse" d'Alix n'est pas franchement crédible... Il est toujours mince et droit, le corps juvénile, le visage peu marqué... Il ne suffit pas de mettre des cheveux blancs à un héros pour le vieillir. Par moments, on ne voit guère la différence avec son fils.
Mais franchement, j'aime bien, beaucoup même. Le tome 3 vient de paraître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ALIX   Sam 29 Nov - 22:50

@Voyageur Solitaire a écrit:

Le seul truc qui gêne à mon avis, c'est que la "vieillesse" d'Alix n'est pas franchement crédible... Il est toujours mince et droit, le corps juvénile, le visage peu marqué...

C'est parce qu'il s'entretient physiquement. "Un esprit sain dans un corps sain", c'est pas ce que disaient les Romains ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: ALIX   Dim 30 Nov - 19:30

Autant j'aime bien le Alix jeune classique, autant cet apport de modernité à tendance à me laisser de marbre. Je me demande si la trop grande maturité se marie bien avec l'univers de la BD, pour ma part j'ai du mal.
Un peu comme les 7 merveilles du monde en BD. On aurait pu laisser un coté merveilleux et rêveur, et mettre de coté la trop grande dramaturgie, trop adulte. J'ai vraiment du mal avec cette époque trop dans le moderne, le réalisme et la maturité.
On en oublie l'imaginaire, la rêverie, mais bon c'est hélas l'époque qui veut ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ALIX   Dim 30 Nov - 20:25

Je n'en n'ai lu que 3 ou 4 de l'ancienne époque, donc je connais très mal cette série. Je le regrette car elle aurait pu me plaire.
Il y a pas mal d'intégrales en BD qui fleurissent cette année et qui permettent dans un tome d'acquérir plusieurs volumes à prix réduit et gain de place. Seulement pour cette série, les intégrales datent de 2010 et ne sont guère remplies : seulement 2 BD par intégrale ainsi qu'une BD "Les Voyages d'Alix" sur le pays concerné. Par exemple, on aura dans un volume 2 BD qui se passent en Grèce et celle "Les Voyages d'Alix en Grèce". Cela casse totalement l'ordre chronologique, et en plus au final, ce n'est même pas vraiment une intégrale car il en manque.
Par contre je me demande ce que vaut "Les Voyages d'Alix " :
Citation :
Cette série d'albums illustrés retrace la géographie et l'histoire de l'Antiquité avec des illustrations inspirées des aventures d'Alix. Ces ouvrages sont surtout des ouvrages de documentation, le but étant de découvrir l'Antiquité sous un crayon semblable à celui de Jacques Martin, de représenter des sites antiques tels qu'ils étaient à l'époque.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Lun 1 Déc - 16:27

Ces albums des voyages d'Alix sont intéressants car ils représentent tels qu'ils étaient à l'époque des monuments dont il ne reste aujourd'hui que des ruines ou quelques pans de murs.
On a souvent une photo du lieu aujourd'hui et ensuite un dessin suivi d'un texte qui le représente tel qu'il était à l'époque et le décalage est impressionnant.

Prenons par exemple le Palatin. Il s'agit d'une des collines de Rome où s'élevait le palais impérial. Au fil du temps, chaque empereur l'enrichît de son palais personnel jusqu'à créer une véritable "cité interdite" qui finira par recouvrir toute la colline en une succession de monuments, esplanades, jardins et statues... Difficile aujourd'hui devant ce qu'il en reste de s'imaginer ce que fût cet ensemble. L'album consacré à Rome le permet :



Les dessins de Gilles CHAILLET sont à ce titre remarquables, époustouflants de minutie, de patience et de précision. Ils permettent de "voir" Rome, les temples de Louxor et Karnak, les sanctuaires de Delphes, Epidaure et tant d'autres lieux tels qu'ils étaient à l'époque. De ce côté là, c'est une réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ALIX   Lun 1 Déc - 18:00

J'aime bien les reconstitutions en 3D. Cela permet de donner une idée à quoi ressemblait un lieu.

Voici le Colosse de Rome reconstitué. C'est de lui que vient le surnom de l'amphithéâtre Flavien :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: ALIX   Lun 1 Déc - 19:57

Gilles Chaillet reste pour moi l'un des meilleurs dessinateurs de BD. Son travail sur Vasco est remarquable et sur les voyages d'Alix également, avec toujours un sens inné du détail et très précis, il ne laissait rien au hasard. Il faut dire qu'il y avait chez lui en amont un long travail historique de recherche, pour ne pas tomber dans les anachronismes, faisant ainsi perdre en crédibilité ses dessins.
Il était aussi un bon scénariste, alliant réussite aux dessins à des scénarios élaborés et efficaces, l'un des meilleurs de la BD pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ALIX   Lun 1 Déc - 20:06

Merci pour vos lumières. Du coup, ces intégrales deviennent nettement plus intéressantes.
Je vais peut-être me laisser tenter...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Dim 21 Déc - 12:25

Un peu plus sur Jacques Martin...

C'est en 1948 que tout commence véritablement lorsque Martin décide de postuler au Journal de Tintin. Il y rencontre deux auteurs qui seront des amis chers, Hergé et Hedgar P. Jacobs. Il collabore même à plusieurs albums de Tintin pendant presque 19 ans.
Collaboration qui ne l'empêche pas de créer Alix dès 1948. Le succès est immédiat, Martin est célébré comme un des maîtres de la ligne claire, ses reconstitutions d'intérieur et de monuments, solidement documentées, sont remarquées et en général, un scénario solide vient étayer ses histoires. Il sort alors un album d'Alix par an, tout en continuant avec ses autres personnages et sa collaboration avec Hergé. Au final, 20 millions d'albums vendus et traduits dans 15 langues.

Jacques Martin, dans une interview tardive, est revenu avec bonheur sur cette époque : il évoque une ambiance de créativité bouillonnante et d'amitié, raconte les sorties, les repas interminables avec Hergé, Jacobs et les autres, la saine émulation née de cette ambiance.
Avec franchise, il revient également sur l'éternelle polémique concernant la relation Alix/Enak. A deux reprises, il répond que si certaines personnes y voient un lien homo-érotique ou franchement homosexuel, cela ne le dérange pas et tant mieux pour eux. Il réagit même avec une bonne dose d'humour à un "pastiche", une parodie d'Alix où ce dernier et Enak se font franchement "enculer, c'est le mot" par Arbacès. Martin raconte comment l'éditeur de l'époque a cru que c'était vraiment lui l'auteur et comment il l'a convoqué en l'accusant d'être fou. Une fois le malentendu dissipé, l'éditeur demande à Martin ce qu'il compte faire. "Rien" répond l'auteur.

La censure de l'époque n'a pourtant pas épargné notre auteur : nudité masculine et féminine, relation ambigue entre un homme âgé et un jeune éphèbe (Le fils de Spartacus), femme de 40 ans tombant amoureuse d'Alix (Le dernier spartiate), jeune garçon se travestissant en femme avant que l'on découvre qu'il s'agit en fait d'une fille contrainte de se faire passer pour un garçon (L'enfant grec)... Martin hausse les épaules et rapelle que s'il avait décrit et dessiné ce qui se passait vraiment dans l'Antiquité, il n'aurait jamais été publié...
Censure politique également : les albums La Griffe noire et Les Légions perdues, en pleine période de la guerre d'Algérie sont en France interdits pour "incitation à la haine et à la violence". Cela peut nous paraître exagéré ou grotesque, mais c'était l'époque.

En 1991, Jacques Martin est atteint par une sévère dégénérescence maculaire qui le rend pratiquement aveugle, il n'y verra quasiment plus jusqu'à sa mort. Il est contraint d'abandonner le dessin de ses albums à d'autres, mais c'est lui qui décide toujours des scénarios et dialogues. Une collaboration qui lui permet de former et faire connaître de nouveaux dessinateurs et scénaristes, dont Chaillet.

Le père d'Alix meurt en 2010, dans son sommeil, d'un oedème pulmonaire à 88 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Ven 6 Fév - 23:11

Dans la Rome des Césars de Gilles Chaillet


C'est l'oeuvre de toute une vie, l'oeuvre de 30 années de travail et de recherches. A côté de ses contributions aux voyages d'Alix et tant d'autres oeuvres, Gilles Chaillet, hanté par la Rome impériale,  a entrepris de la restituer, bâtiment par bâtiment, pierre par pierre, fenêtre par fenêtre. Un travail de fou, de fourmi et de titan. Secondé par son épouse, ce maître du détail et de la minutie a voyagé, arpenté les ruines, les musées, les sites...
Il en a fait, pièce après pièce, tel un puzzle, ce fabuleux ouvrage, Dans la Rome des Césars. La Rome impériale du IVème siècle après J.C vue du ciel, dans son intégralité. Rome comme si vous y étiez, vue d'ensemble ou en détail avec les habitants vaquant à leurs occupations. Un travail reconnu dans le monde entier et devenu sujet d'études dans de nombreuses universités, de même qu'une mine de renseignements pour tous les auteurs, artistes et passionnés d'antiquité romaine. Magistral, indispensable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1953
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: ALIX   Ven 6 Fév - 23:29

Impressionnant ! Shocked

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Ven 6 Fév - 23:35

Oui, il faut voir les différentes images pour se rendre compte de ce travail de titan. 5000 heures de dessin et 3000 heures de colorisation par sa femme. Chaillet y a consacré 30 ans, tout en continuant ses autres travaux en BD à côté, dont des participations à Alix, des reconstitutions de sites de la Grèce, de l'Egypte, de Babylone...
C'est Rome telle qu'elle était, bâtiment par bâtiment, avec ses rues, ses places, collines et jardins au IVème siècle après J.C
Les vues de détail sont aussi époustouflantes que les vues d'ensemble :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1953
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: ALIX   Sam 7 Fév - 17:59

Oui c'est un travail de dingue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: ALIX   Sam 7 Fév - 18:47

J'en ai parlé au dessus mais c'est tout simplement du Gilles Chaillet, qui reste pour moi l'un des meilleurs de la bd. Respect historique, détails pointilleux et précis de chaque décors. Chaillet s'est déplacé sur place, il a consulté des archives, il a été en relation avec des historiens de l'histoire ancienne et romaine. Il n'a rien laissé au hasard.
C'est un long travail de recherche, pour un grand résultat. Chaillet a été passionné d'histoire toute sa vie. Il ne se considère pas comme un historien, mais comme un dessinateur passionné d'histoire. Fasciné par la Rome antique et l'histoire de l'Italie, il a voyagé de nombreuses fois en Italie. Il adore se pays, et notamment son historie médiévale méconnue chez nous en France.
Gilles Chaillet c'est un grand talent, que j'ai adoré dans la bd Vasco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ALIX   Sam 7 Fév - 19:22

Très intéressant ça ! Il semble que l'ouvrage date de 2004. Je vais essayer de voir à quoi il ressemble.
Tu le possèdes VS ?

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Sam 7 Fév - 19:24

Hélas non, mais j'ai tous Les voyages d'Alix dont les deux consacrés à Rome qui reprennent beaucoup de dessins de cette oeuvre.
En regardant cet ouvrage, on se rend compte aussi de l'immensité et de la complexité de la capitale impériale à cette époque, avec ses collines, ses palais, temples, pavillons, jardins, ses places et fontaines, ses quais et ses entrepôts...
Et l'on imagine la stupeur du voyageur qui, à l'époque, en franchissait les portes pour la première fois. C'était vraiment la capitale du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1953
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: ALIX   Dim 8 Fév - 11:37

@Voyageur Solitaire a écrit:
Et l'on imagine la stupeur du voyageur qui, à l'époque, en franchissait les portes pour la première fois. C'était vraiment la capitale du monde.

Surtout pour cette époque ou les autres civilisations vivaient encore dans des cahutes minables...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Lun 25 Mai - 18:13

Marc Jailloux : la renaissance d'Alix


Au contraire d'Hergé qui avait déclaré que Tintin "mourrait avec lui", Jacques Martin souhaitait vivement que ses héros lui survivent. Mais depuis sa mort, Alix s'étiolait, se transformant au mieux en "classique culte et intouchable", au pire en série vieillotte et ringuarde. Mission délicate donc de le faire revivre, entreprise par Marc Jailloux, dessinateur et ancien assistant de Gilles Chaillet. C'est lui qui s'est vu confier la tâche de reprendre le célèbre héros, attendu au tournant par les fans inconditionnels.

Tout commence par une rencontre avec Martin en personne, dans son atelier en Belgique. Jailloux montre à ce dernier son travail, ses propres planches, ses dessins et, à sa grande surprise, Martin lui demande alors de reprendre son autre personnage, Orion. Bien qu'il s'investisse beaucoup dans le projet, Jailloux voit ses propositions d'albums rejetées. La surprise est d'autant plus grande quand les héritiers de Jacques Martin lui proposent alors Alix.
Mission périlleuse, d'autant plus que Jailloux a l'autre surprise de voir apparaître au même moment Alix Senator, nouveauté dont il n'était pas au courant... Malgré tout, il s'attelle à sa tâche, tentant à la fois d'insuffler sa propre personnalité, son propre style au personnage, tout en conservant ce qui fait le mythe.
Mission réussie semble-t-il au vu de l'accueil enthousiaste réservé à ces nouveaux albums. Le premier est La dernière conquête qui entraîne Alix en Afghanistan, sur les traces d'Alexandre le Grand. On y retrouve l'ambiance typique de la saga et on notera l'effacement progressif d'Enak : Martin avait, semble-t-il, décidé de le supprimer et le jeune égyptien ne fût réintégré que sous la pression des lecteurs.
Pour l'anecdote, Jailloux a représenté Jacques Martin et Gilles Chaillet sur la première page, accompagnant Pompée descendant les marches du Sénat.

A suivi l'album Britannia. Signalons enfin le travail d'autres dessinateurs et scénaristes dans la période entre la disparition de Jacques Martin et l'arrivée de Marc Jailloux, avec les albums Le testament de César (Marco Venanzi au dessin et scénario), La conjuration de Baal (Michel Lafont au scénario et Christophe Simon au dessin), et L'ombre de Sérapis (François Corteggiani au scénario et Marco Venanzi, Mathieu Bartélémi, Véronique Robin au dessin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Dim 31 Mai - 20:46

Après cette pause en compagnie de Marc Jailloux, retour à Alix avec :

L'île maudite


Sorti en 1957, c'est loin d'être le meilleur album de la saga...
L'histoire est pourtant alléchante : arrivé à Carthage avec son désormais compagnon d'aventures Enak, Alix se retrouve confronté à de mystérieux enlèvements. Des sages et des érudits, dont le grand savant Lydias, ont été enlevés par une mystérieuse société secrète dans un but inconnu. Une enquête approfondie les situe sur une île éloignée où les deux compères vont se rendre pour découvrir cette mystérieuse société qui ambitionne de conquérir le monde grâce aux armes fabriquées par les savants captifs...

Jacques Martin nous offre ici un aspect "Anticipation" avec cette histoire. Il part du postulat que les savants grecs du monde antique avaient déjà découvert la vapeur, l'atome et d'autres choses, mais n'avaient jamais mis en pratique ces découvertes. Les grecs ont bien découvert la force motrice de la vapeur, ils ont bien "découvert" la notion de l'infiniment petit jusqu'à l'atome, mais tout cela est resté une vue de l'esprit, aucun d'eux n'a tenté de donner une application matérielle, technique, à ces découvertes.
Ici, Martin  met en scène un groupe d'individus déterminés à appliquer ces découvertes pour fabriquer des armes capables de leur donner la maîtrise du monde. Scénario alléchant, mais peu crédible : on imagine à la limite l'invention d'une machine à vapeur, mais on voit mal les savants grecs en toge et sandales créer la bombe atomique... De plus, le scénario de ce troisième opus copie fortement celui du volume précédent où une société secrète ambitionnait de conquérir le monde grâce à la poudre, découverte par deux savants chinois. Et là encore, on a Arbacès en grand méchant, pour la troisième fois en trois livres... Autre bémol, les dessins sont franchement en-dessous de ce que Martin faisait déjà à l'époque et certains personnages sont assez ridicules.

Au final, Jacques Martin s'essaie à un mélange de SF et d'Antiquité avec cette histoire pas vraiment crédible de société secrète d'érudits égyptiens et grecs réfugiés sur une île perdue dans l'Atlantique et qui mettrait au point des armes redoutables. La fin est elle-même très classique, le volcan qui surplombe l'île entrant en éruption et mettant tout le monde d'accord. L'allusion à l'Atlantide, île perdue et siège d'une civilisation brillante et évoluée avant d'être engloutie par un cataclysme est évidente.
Un Alix atypique, déroutant, qui aurait pu donner une très bonne histoire entre les mains d'un maître de la Science-Fantasy, mais là, ça ne marche pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Sam 6 Juin - 9:30

La tiare d'Oribal


On n'est pas encore dans les meilleurs albums de la saga, mais ce quatrième opus est de bonne facture, dépaysant et riche en péripéties.

Alix et Enak ont fait connaissance du jeune Oribal, héritier du royaume de Zur-Bakal (Royaume imaginaire de Jacques Martin et qui ressemble furieusement à Babylone). C'est en fait une puissante ville-état, dominée par un immense barrage construit par le fondateur de la lignée royale autrefois.
Petit retour en arrière : ce fondateur, grand bâtisseur et monarque éclairé, adoré de son peuple, échappe de peu à une tentative d'empoisonnement orchestrée par des nobles et prêtres jaloux. La répression s'abat, sanglante et impitoyable. Mais le monarque demeure songeur : comment protéger ses successeurs à l'avenir ? Convoquant une assemblée de savants et d'érudits, il trouve le moyen grâce à sa tiare (Couronne) qui recèle un dispositif secret : nul autre que l'héritier désigné ne peut la porter, sous peine de sombrer dans la folie.
En fait, l'intérieur de la couronne est garni de minuscules protubérances qui libèrent un poison toxique. Pour pouvoir s'en protéger et coiffer le royal emblème, il faut au préalable enduire les protubérances d'un antidote spécial, contenu dans un médaillon, transmis à chaque héritier au moment de la succession.

Retour à notre histoire : Oribal est donc en route pour son royaume, pour la cérémonie du couronnement où il devra prouver son droit à régner en coiffant la fameuse tiare. Mais à Zur-Bakal, un groupe de seigneurs est bien décidé à se défaire de ce jeune opportun. Un groupe de seigneurs mené par un grand vizir qui n'est autre qu'Arbacès (Encore, il est partout celui-là...)

Un bon album. Le dessin est plus sûr, mieux maîtrisé, proche des meilleurs opus de la saga. L'ensemble est très dépaysant, Martin décrit un royaume imaginaire très crédible, avec son architecture, ses vêtements et coiffures, ses paysages, des jardins à étages qui n'ont rien à envier à ceux de Babylone. Le scénario est riche en péripéties, course-poursuite sur l'eau, sur terre, embuscades et intrigues, on ne s'ennuie pas. On croit longtemps que la fameuse tiare est un objet magique ou ensorcelé avant de découvrir son secret, ingénieux et inattendu. La fin est réussie avec la destruction du grand barrage qui menace de submerger la ville. Certes, Arbacès devient un peu saoûlant à force d'être toujours là (4 fois en 4 albums !) mais c'est un vilain correct, redoutable et tenace. Notons enfin que si tout se termine bien, l'histoire aura un prolongement avec l'album La tour de Babel où le jeune héritier pétri de bonnes intentions, devenu roi, dévoilera un aspect de sa personnalité beaucoup plus sombre et sinistre, jetant le trouble dans l'esprit d'Alix et d'Enak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ALIX   Mer 23 Sep - 20:57

La griffe noire


Un cinquième album de bonne facture, dépaysant et surtout sans Arbacès en grand méchant, enfin ! (rassurez-vous, il reviendra...)
Un album clairement divisé en deux parties. La première se déroule à Pompéi, déjà une ville réputée et recherchée, des dizaines d'années avant la fatale éruption. Mais une ville qui voit se succéder une série d'agressions sur certains dignitaires, ces derniers empoisonnés et ainsi plongés dans un sommeil sans recours. Bientôt, la vérité se fait jour : des années plus tôt, une légion romaine a détruit une ville africaine sans nécessité et les survivants et leurs descendants sont de retour, décidés à se venger. Sous l'autorité d'un magicien aux étranges pouvoirs hypnotiques, un groupe de tueurs masqués passe à l'action, armé de bâtons terminés par une griffe de métal empoisonnée.
Alix part alors à la recherche d'un antidote et quitte les rivages enchanteurs de la Campanie pour les profondeurs de l'Afrique. Après l'enquête et la réflexion, voici le temps de l'action.

L'ensemble est agréable et vaut surtout pour le retournement de situation final, assez inattendu et réussi. Alix réussira d'un certain côté, mais échouera de l'autre et, d'une certaine manière, les tueurs masqués auront leur revanche. Les dessins sont encore très old school, ils gagneront en maturité et assurance prochainement.
Un Alix exotique et intéressant avec ces mystérieux hommes masqués qui rôdent, puis plus haletant et nerveux avec la seconde partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALIX   Aujourd'hui à 12:38

Revenir en haut Aller en bas
 
ALIX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Alix Fils Aimé di sektè prive a remèt zam ilegal fannfwa yo
» Est au bar (Pv : Alix)
» Alix Merz [Serdaigle]
» Alix l'impératrice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: Section BD-
Sauter vers: