AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-16%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
669 € 799 €
Voir le deal

 

 LE MONDE MEDIEVAL

Aller en bas 
+9
Sphigx
VIC
Voyageur Solitaire
Gorak
Oorgan
Youpi l'alchimiste
ashimbabbar
Albatur
Warlock
13 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8489
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Icon_minitimeMar 12 Mai - 17:33

Le livre au Moyen-Age : un trésor

LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Biblio11

(Image : Claude Truong-Ngoc)

A l'époque, il peut coûter une fortune, en or, en grain et bêtes d'élevage. En avoir un dans son château est pour le Seigneur ou la Dame marque de prestige et de richesse. On l'ouvre avec précaution, avec des gants parfois ou après s'être lavé les mains, on en prend grand soin, c'est un trésor.

C'est au Moyen-Age que le livre prend sa forme actuelle, à peu de choses près.
L'Antiquité utilisait le Volumen, c'est à dire le rouleau que l'on déroulait verticalement ou horizontalement. Défaut majeur : on ne pouvait pas ou difficilement lire et écrire en même temps.
A la fin de l'Antiquité apparaît le Codex, plusieurs feuillets reliés entre eux, formant comme un accordéon. Plus pratique, on peut enfin le consulter et écrire à côté plus facilement. Il est plus facile également de repérer un passage précis.

Le livre prend donc forme au Moyen-Age. Aussi étonnant que cela paraisse, c'est à cette époque seulement qu'apparaissent la ponctuation, les majuscules et la séparation entre les mots (!) S'y ajoutent rapidement la table des matières et l'index.
Au niveau technique, le parchemin (une peau traitée) remplace avantageusement le papyrus, trop fragile et qui boit l'encre, avant l'arrivée du papier. Le parchemin, épais et plus résistant, retient mieux l'encre et les couleurs, facilitant ainsi le travail des copistes et enlumineurs. Un parchemin de bonne qualité coûtait cher. Le papier, moins cher, permettra une plus grande diffusion du livre par la suite.

Ce sont les religieux, les fameux "moines copistes" qui écrivent donc les livres, à une époque où l'imprimerie n'était pas encore découverte. Ils travaillaient dans un atelier nommé Scriptorium, sous la direction d'un armarius qui est un peu l'ancêtre du bibliothécaire. Les copistes réalisaient le livre de A à Z : non seulement ils l'écrivaient mais ils supervisaient également la relecture, la correction des fautes, l'enluminure, le collage, la reliure… Ces livres n'étaient pas destinés au public ou au commerce mais à l'étude. Il arrivait cependant qu'un haut personnage en passe commande.
L'encre ? De seiche, de Chine… Cette dernière est constituée d'un bâton de noir de fumée que l'on frotte sur une pierre à encre, une pierre mouillée, pour obtenir l'encre sous sa forme liquide. Son avantage : elle est brillante, profonde et indélébile. Son défaut : elle encrasse vite la plume.

C'est au XIIème siècle que les religieux commencent à perdre leur monopole de la création des livres. Les villes, qui n'ont cessé de se développer, leur font concurrence : bourgeois, étudiants, hommes de loi, enseignants, veulent des livres. On voit donc apparaître les livres spécialisés : livres de droit, de science, les premiers romans, des traités d'histoire, d'art, de chimie, des recueils de poésie… Le métier de libraire apparaît tandis que les religieux se replient sur les ouvrages de piété. Ne manque plus que l'arrivée de l'imprimerie, avec le papier (moins cher que le parchemin), pour démocratiser le livre. A noter qu'à l'époque, il est courant de porter un livre à sa ceinture, dans un étui spécifique. Le livre peut également être verrouillé, muni d'un fermoir en métal qu'on déverrouille avec une clef.

Et ailleurs ?

A la même époque, en Chine, l'imprimerie est quasiment déjà là. On connaît déjà le papier et on utilise des tampons, des sceaux gravés de mots en relief que l'on encrait avant de les apposer les uns à la suite des autres sur la feuille. Au XIème siècle, Pi Cheng, un forgeron, invente les caractères mobiles.
En Inde et Asie du Sud-Est, on utilise des lamelles de feuilles de palmiers sur lesquelles on écrit. Elles sont percées à leur extrémité pour laisser passer une ficelle et forment ainsi comme un éventail.
Le monde musulman découvre le papier par ses contacts avec la Chine et se constitue de vastes bibliothèques qui étonneront les occidentaux.
Ces contacts vont faire éclore une nouvelle profession : celle de traducteur. Des écoles de traduction apparaissent, comme celle de Tolède, très réputée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Sphigx

Sphigx


Masculin Messages : 300
Date d'inscription : 25/08/2012
Localisation : Montréal, QC, Canada

LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Icon_minitimeMer 20 Mai - 3:42

Voyageur Solitaire a écrit:

[center]D'abord, il y a deux périodes, le Bas Moyen Age et le Haut Moyen Age. Le premier fait suite à l'effondrement de l'empire romain, marque la fin de l'Antiquité et l'émergence des royaumes "barbares". Une époque assez sombre et mal connue où se télescopent les ruines d'un monde et la naissance d'un autre (c'est la véritable époque du roi Arthur). La seconde période est celle du Moyen Age "classique", avec chevalerie, cathédrales et châteaux-forts.

C'est le contraire. Le haut Moyen Âge précède le bas Moyen Âge, tout comme le Haut-Empire romain précède le Bas-Empire romain.

Je préfère, quant à moi, la division tripartite des Anglo-Saxons : Moyen Âge primitif (jusqu'à l'an mille), Moyen Âge central (XIe-XIIIe siècles), Moyen Âge tardif (XIVe-XVe siècles).
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8489
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Icon_minitimeMer 20 Mai - 17:01

Autant pour moi.
Merci à toi pour la remarque Wink
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8489
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Icon_minitimeSam 13 Juin - 9:05

Trotula de Salerne, femme médecin

LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Trotul10

Née en 1050, réputée pour sa beauté, elle était surtout considérée comme Mulier sapientissima, "femme très savante". Trotula était médecin et chirurgien à Salerne, en Italie, où elle enseignait son art à des jeunes femmes de la noblesse.
Elle tenait un dispensaire où l'on soignait des Croisés blessés de retour d'Orient, des étrangers de passage, de riches particuliers. Elle n'était d'ailleurs pas la seule : on recense 24 femmes chirurgiens à Naples de 1273 à 1410 et 15 femmes médecins à Francfort de 1387 à 1497.

Femme savante, elle aurait écrit plusieurs ouvrages sur la gynécologie, la menstruation, les accouchements et les maladies des femmes sans oublier un traité de cosmétiques. Elle aurait également subi les foudres de l'Eglise car elle proclamait que, contrairement à ce qui était écrit dans les textes religieux, la femme ne serait pas condamnée à accoucher dans la douleur et qu'on devait chercher moyen de la soulager à ce moment là. Elle s'attaquait également, en tant que gynécologue, à un domaine encore tabou, les organes génitaux féminins.

J'ai écrit au conditionnel car pour certains, la belle et savante Trotula n'aurait pas existé et ses écrits seraient en fait l'œuvre de médecins hommes. Une thèse soutenue pendant de nombreux siècles où on refusait de croire qu'une femme ait pu exercer ce genre d'activité, réservée aux hommes. Depuis, Trotula de Salerne est devenu un enjeu féministe parmi les historiens dont beaucoup considèrent aujourd'hui qu'elle a bel et bien existé même si le doute subsiste sur l'origine de certains des textes lui étant attribués.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang

cdang


Masculin Messages : 1484
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Icon_minitimeVen 24 Déc - 14:18

Jean-Yves Grenier, « Le Moyen Âge, plutôt deux en un », Libération, 23 décembre 2021
https://www.liberation.fr/culture/livres/le-moyen-age-plutot-deux-en-un-20211223_YWXR3OOZ5BGE7IY2UEX5PHM2MU/

Jean-Yves Grenier a écrit:
L’idée que les historiens ont du Moyen Âge a beaucoup changé au cours des dernières décennies. L’imposante et ambitieuse Nouvelle Histoire du Moyen Âge, dirigée par Florian Mazel avec plus de cinquante collaborateurs, participe de cette évolution.  Les découvertes archéologiques en sont bien sûr une des causes, qui permettent par exemple de mieux comprendre les dynamiques du peuplement rural ou les formes de l’urbanisation, mais aussi l’ampleur des changements environnementaux, comme l’évolution du climat après la fin de l’Empire romain. Une autre cause, au moins aussi importante, est le nouveau regard que l’historiographie porte sur le Moyen Âge latin. « Les trente dernières années ont vu la dissolution de la plupart des grands paradigmes descriptifs et explicatifs de la période médiévale » forgés, souvent à partir du cas français, par ces grands maîtres que furent Georges Duby et Jacques Le Goff. […] Alors que la tradition universitaire la divise en trois étapes (haut Moyen Âge, Moyen Âge central, bas Moyen Âge), avec une période d’essor entre le XIe et le XIIIe siècle encadrée par deux périodes de recul économique et social, le nouveau découpage temporel oppose un premier Moyen Âge (Ve-milieu du XIe siècle), héritier durable de l’Empire romain chrétien, à un second Moyen Âge (milieu XIe-XVe siècle), marqué par l’emprise de l’Église sur la société.
[…]
Une grande importance est attribuée à la réforme grégorienne – en référence à Grégoire VII (pape de 1073 à 1085) – et plus généralement au « moment grégorien », situé entre le milieu du XIe et le début du XIIIe siècle, car il constitue un point de bascule entre les deux parties du Moyen Âge. L’Église prend désormais conscience qu’elle exerce un pouvoir qui s’établit bien au-delà de la religion, de la foi et de ses rites. Elle déploie alors une emprise sur la société dans son ensemble, des élites sociales et politiques jusqu’aux masses paysannes. « C’est le rôle structurant attribué à l’institution ecclésiale et à l’affirmation d’un clergé prétendant à la toute-puissance, non seulement idéologique, culturelle et liturgique mais aussi sociale, économique et même parfois politique, qui justifie le projet intellectuel de cet ouvrage », écrit Florian Mazel. Un exemple, parmi bien d’autres, des effets de la réforme grégorienne est la transformation du mariage en sacrement, ce qui fait de lui le seul cadre légitime pour des relations sexuelles dont la finalité est la procréation. L’Église impose également de plus en plus ses valeurs de l’élite aristocratique, comme en témoigne par exemple l’idéal chrétien de la croisade contre l’islam en Terre sainte ou en Espagne.

Au-delà du moment grégorien, la nouvelle périodisation conduit en particulier à relativiser l’importance des changements autour de l’an mille, jusqu’alors considéré par beaucoup d’historiens comme une rupture essentielle marquée par l’apparition de la seigneurie et de la féodalité, point de départ d’une vraie croissance économique. La Nouvelle Histoire du Moyen Âge anticipe ces changements, insistant sur l’affirmation d’une aristocratie terrienne puissante en Europe dès le VIIIe siècle, processus de longue durée qui s’accompagne de l’extension du servage et de la domination seigneuriale. Par contre, le second Moyen Âge introduirait une vraie rupture dans l’essor urbain, inventant une nouvelle idée de la ville qui est désormais à la fois une unité spatiale – de plus en plus souvent enceinte de murailles – et une communauté politique souvent autonome, grande originalité par rapport aux villes du monde chinois par exemple.
[…]
Ce monde latin du Moyen Âge se transforme logiquement aux XIVe et XVe siècles quand la domination de l’Église se trouve érodée, en particulier son monopole dans le domaine culturel et intellectuel. Le monde de la Renaissance s’annonce dès lors profondément différent avec la Réforme protestante qui, à bien des égards, est une contre-réforme grégorienne, et les navigations transocéaniques qui mondialisent un espace jusqu’alors surtout organisé autour du christianisme latin.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 4301
Date d'inscription : 18/01/2012

LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Icon_minitimeVen 24 Déc - 22:27

Merci pour cette présentation. Je ne sais pas trop quoi en penser, si ce n'est que c'est intéressant d'avoir de nouveaux eclairages.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   LE MONDE MEDIEVAL - Page 16 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MONDE MEDIEVAL
Revenir en haut 
Page 16 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
 Sujets similaires
-
» LE COMBAT AU BATON MEDIEVAL
» Le full contact médieval
» GUEDELON, CHATEAU MEDIEVAL EN CONSTRUCTION
» LE MONDE DE DARK SUN
» MAISONS DU MONDE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA MAISON DES SCIENCES :: Chez l'historien-
Sauter vers: