AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -38%
-38% sur la barre de son Yamaha YAS-108 (ODR 15€)
Voir le deal
184.99 €

 

 FRANKENSTEIN

Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7501
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Lun 2 Juil - 9:29

FRANKENSTEIN
FRANKENSTEIN Franke10
On l'oublie souvent (ou on l'ignore), mais c'est bien une femme, Mary Shelley (1797-1851), qui a écrit ce roman gothique devenu culte. L'oeuvre part d'une expédition polaire dont un des membres, Walton, découvre errant sur la banquise un homme innattendu, Frankenstein, qui va lui raconter une terrifiante histoire :
Etudiant en premier lieu la philosophie naturelle, Frankenstein se découvre une passion pour la pierre philosophale. Au cours de ses travaux, il découvre le moyen de donner la vie. Il se dévoue alors corps et âme à cette tâche qui l'occupe pendant des mois, et donne naissance à un être surhumain mais hideux d'apparence. Alors qu'il prend vie, Frankenstein, horrifié, s'enfuit. Il apprend peu après que son frère William a été assassiné par un voleur. Il se rend sur place et aperçoit son monstre, près du lieu du crime. Justine Moritz, la servante de la famille Frankenstein, est accusée du meurtre. Frankenstein est convaincu de son innocence mais la jeune fille est condamnée à mort et exécutée. Désespéré, le savant part à Chamonix où il retrouve le monstre, envers qui il éprouve désormais une ardente haine. La créature lui raconte alors son histoire. Livré à lui-même, le monstre a appris tout seul à survivre. Il entre vite en contact avec des humains qui, effrayés par son aspect difforme, le chassent. Il en vient à observer une famille où l'éducation d'une étrangère juste arrivée et la découverte de livres permettent au monstre d'apprendre à parler et à lire. Après quelque temps, il entre en contact avec le père, aveugle, mais est chassé par le reste de la famille. Il s'enfuit alors, décidant de se rendre à Genève pour retrouver son créateur, dont il sait qu'il l'a abandonné, et mûrissant une vengeance contre l'espèce humaine qui le rejette. Il y rencontre donc le frère de Frankenstein, qu'il tue et s'arrange pour qu'une autre soit accusée du crime (Justine Moritz, la servante).

Le monstre demande alors à Frankenstein de lui concevoir une femme, pour qu'ils puissent vivre tous deux isolés et heureux. Frankenstein accepte à contrecœur, en étant informé des projets du monstre de le suivre et de le surveiller, et part pour l'Angleterre. Mais il réalise que son travail permettrait au monstre d'avoir une descendance qui serait un grave péril pour l'espèce humaine. Il détruit alors sa création inachevée alors que la créature apparaît. Cette derniere le prévient alors de son projet de transformer son existence en enfer, et s'enfuit. Frankenstein va alors jeter ses instruments de chimie à l'eau, mais est entraîné vers le rivage irlandais où il apprend le meurtre de son meilleur ami Clerval dont il est accusé à la place de sa créature. Il tombe alors gravement malade mais survit, et son innocence est prouvée par son père qui vient en Angleterre le soutenir. Il revient chez lui avec ce dernier, et se prépare alors à son mariage avec sa cousine, Elizabeth. Cependant, réalisant l'avertissement, mal interprété par Frankenstein, de sa présence le jour du mariage, le monstre tue la future mariée. Frankenstein, horrifié, va apprendre la nouvelle à son père qui en meurt. Il dédie alors sa vie à la traque du monstre qu'il a créé, pour que seul l'un d'eux survive. Le monstre, s'amusant de ce jeu et conscient de sa supériorité, l'emmène vers le Nord car il est insensible au froid. Ayant perdu la trace du monstre, Frankenstein s'égare et est découvert par l'expédition de Walton. Forcé par l'équipage à rebrousser chemin, Walton assiste, impuissant, à la mort de son ami, qui n'a plus assez de force pour poursuivre sa traque. Le monstre arrive peu après et apprend la mort de son créateur. Il s'exprime sur son dégoût de lui-même en pensant aux meurtres qu'il a commis, poussé par l'envie de se venger d'un créateur inconscient et irresponsable. Il annonce son projet de se suicider et disparaît dans le brouillard.

L'oeuvre de Mary Shelley, publiée anonymement en 1818 a depuis connu une formidable postérité, adaptée au cinéma, en bd, et est entrée depuis dans l'inconscient collectif.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
metal-hurlant

metal-hurlant

Masculin Lion Messages : 48
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 53

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Jeu 31 Jan - 15:53

une curiosité, un nanar rigolo
FRANKENSTEIN 230036--620x0-1


et une version trash
FRANKENSTEIN Chairpourfrankenstein
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3347
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Sam 30 Juil - 17:31

Lorsque Mary Shelley séjourna en Italie et en Toscane notamment, on a dit (ce n'est pas avéré mais plus proche de la légende) qu'elle aurait pratiqué d'étranges expériences avec un médecin italien avant d'écrire son roman Frankenstein.
Elle était ami avec ce médecin, qui avait comme surnom Francesco, le titre du livre Frankenstein lui serait dédié. Ce docteur pratiquait la galvanisation, c'est-à-dire envoyer des impulsions électriques dans des cadavres humains. Mary Shelley aurait participé à ces expériences pour son roman.

On est peut être (sans doute) plus proche de la légende que de la vérité, mais ça fait partie des histoires et des mythes qui entourent ce fameux roman.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3515
Date d'inscription : 18/01/2012

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Jeu 26 Sep - 21:58

Il me semblait avoir déjà écrit un article sur ce roman, mais soit il s'est perdu dans le pôle nord, soit dans les brumes de ma mémoire. Enfin bref, il m'en reste assez de souvenirs pour donner ici mes impressions le concernant.
Tout d'abord, le roman est centré sur le mythe de l'étudiant en sciences / médecine obsédé par son travail, dévoré par une fièvre, proche de la folie. On retrouvera cet archétype dans plusieurs nouvelles de Lovecraft, d'ailleurs (La Maison de la Sorcière, Herbert West, etc.).
L'arrivée de la créature est assez mémorable et surtout la manière dont elle effectue son apprentissage de la langue, avec un côté voyeur du bonheur d'autrui. Un apprentissage assez accéléré quand même.
Tout l'art du roman est de se balader sur la brèche de la pitié que peut inspirer la créature, et sur l'horreur des crimes qu'elle peut commettre ... sans que l'on sache son véritable degré d'intention. La créature est capable de chantage pour arriver à ses fins (avoir une compagne). Par bien des côtés, la créature est parfois empathique, et parfois sociopathe. La question est de savoir à quel degré de perversion elle se situe. Certes elle peut s'appuyer sur une quasi invulnérabilité physique, mais elle peut avoir également une emprise mentale assez extraordinaire sur son créateur.
Celui-ci peut être assez irritant, un peu larmoyant parfois, trop passif ou introspectif, fruit du romantisme ambiant peut-être.
Pour revenir à la créature, c'est clairement une agrégation de corps, mais aussi de désordres mentaux. Ce livre est à mon avis extrêmement riche au niveau psychiatrique. Je suppose qu'il y a eu plusieurs thèses en psychiatrie sur cet ouvrage tant il y a à analyser dessus. Rien que la créature peut s'interpréter comme un double maléfique du savant, comme dans Dr Jekyll & Mr Hyde.

Sinon, oui, je n'ai pas regretté ma lecture, là encore pour pouvoir coller le plus possible à l'oeuvre originale, en essayant de s'éloigner des stéréotypes actuels.
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1321
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Lun 9 Déc - 22:24

Alors petite rectification : le titre du roman est Frankenstein ou le Prométhée moderne (Frankenstein; or, The Modern Prometheus).

Et je soulève aussi le fait que dans le langage courant, on parle souvent de « Frankenstein » pour désigner sa créature, une métonymie donc.

Certains voient dans ce roman le premier véritable roman de science-fiction (le premier Jules Verne datant de 1851). Et pour rebondir sur L'Étrange Cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde (R. L. Stevenson, 1886) mentionné par Vic, il est un peu antérieur à la première vague de fantasy contemporaine (c'est-à-dire qui n'est pas issue de la littérature orale, des contes et mythes) : Edgar Allan Poe a lui-même commencé dans les années 1830, même si certes on peut le faire précéder de Samuel Taylor Coleridge qui par ailleurs, dans son Biographia Literaria (1817), définit littéralement ce qu'est la littérature fantastique.

Une grande pionnière donc que cette œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 1942
Date d'inscription : 09/12/2012

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Lun 9 Déc - 23:07

Quel plaisir de te relire, cdang.

Je plussoie à tout.
Tu dis : « Certains voient dans ce roman le premier véritable roman de science-fiction » ; et c'est mon cas - je vois dans ce roman le premier vrai roman de SF. Je ne connais évidemment pas tous les romans, ni tout le genre de la SF, donc je me trompe peut-être, mais c'est pour le moment celui qui me sert de point d'origine.

J'avais écrit ceci sur le blog de La forge de papier : « Petite précision peut-être - que d'autres pourront commenter si je me trompe - mais il me semble que Dracula c'est de la littérature fantastique et Frankenstein, un des tout premiers récit de science-fiction qui - bien qu'il possède un fond gothique - recèle à mon goût trop de lumière dans les décors, très variés, et une structure narrative épistolaire et enchâssée qui rapproche davantage d'un récit de mœurs typique du XVIIIe, que du roman gothique. Il me fait toujours davantage penser à Manon Lescaut. De plus, c'est bien la science qui explique l'improbable et non le surnaturel. La littérature gothique, qui s'éteint dans la deuxième moitié du XIXe siècle, fait peur, joue des ambiances claustrophobes/fermées, châteaux, cimetières et le paranormal peut ou non être réel. Il est intérieur à la perspective du vécu. D'où une différence avec le fantastique qui en est issu, et où le surnaturel est la composante même de l'histoire. Enfin, de ce que j'en sais ^^. Je peux me tromper. ». Comme je le dis, je suis extrêmement loin d'être un connaisseur de la littérature gothique. Je peux donc être à côté de la plaque.

J'ai lu Coleridge, mais je ne me rappelle pas cette « origine » de la fantasie moderne. J'irai jeter un coup d'œil dès que j'aurais 5 minutes. Cela m'intéresse.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3515
Date d'inscription : 18/01/2012

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Lun 9 Déc - 23:54

Alors, je ne vais pas sortir mes ouvrages spécialisés de SF pour donner ici une ou des définition(s) de la SF pour savoir si oui ou non ce livre appartient à tel ou tel genre. Reste que je ne regrette vraiment pas ma lecture.
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1321
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Mar 10 Déc - 9:39

Astre*Solitaire a écrit:

J'ai lu Coleridge, mais je ne me rappelle pas cette « origine » de la fantasie moderne. J'irai jeter un coup d'œil dès que j'aurais 5 minutes. Cela m'intéresse.
Le recueil La Complainte du vieux marin à la NRF/Gallimard contient des extraits du Biographia Literaria et en particulier ceci :
Citation :
le but étant de puiser au fond de notre nature intime une humanité aussi bien qu’une vraisemblance que nous transférerions à ces créatures de l’imagination
Bref, le mec, il t'explique en 1817 comment rompre la distance introduite par le merveilleux surnaturel, ce qui permet d'impliquer la lectrice et le lecteur dans des invraisemblances. D'ailleurs, dans le même texte, il invente la notion de suspension consentie de l'incrédulité qui est fondamentale dans le domaine.

Mais en fait là du coup, faudrait ouvrir un sujet.

Bon, pour en revenir à la créature de Frankenstein, c'est le premier zombie romantique si on y réfléchit bien. En 1932 sortira Les Morts-vivants (White Zombie) de Victor Halperin ; la première version des zombies de fiction, ce sont des créatures obéissant à leur maître et avec une histoire plus proche de Roméo et Juliette que de l'horreur survivaliste apocalyptique (qui viendra avec Romero en 1968, la date n'est pas innocente).

Et un des dernier avatars de la créature de Frankenstein, c'est sans doute Edward aux mains d'argent de Tim Burton (1990).
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 1942
Date d'inscription : 09/12/2012

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Mar 10 Déc - 21:58

Alors je l'ai lu - c'est le livre de Coleridge que je possède. C'est vrai qu'en y repensant, cette Biographia Literaria me dit quelque chose. Mais cela doit faire 5 ou 6 ans.
On gagne de toute façon énormément à lire et/ou relire les classiques, les anciens, qui s'ils n'ont pas tout inventé, ont inventé beaucoup. J'ai lu pendant les vacances Flatland et c'est génial.

Pour le zombie, c'est une idée intéressante. Mais je comprends le zombie comme une créature dénuée de conscience, ce que n'est justement pas le monstre de F. Une piste à creuser.
J'ai vu Edward à sa sortie et je ne m'en rappelle absolument plus ^^.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1321
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Mer 25 Déc - 21:27

Il n'y a pas un zombie, mais des zombies selon leurs créateurs et créatrices. Ceux de Romero, par exemple, ne sont pas que des animaux mus par des instincts. Ils possèdent aussi une mémoire de leur vie passée et donc un reste d'humanité, ils accèdent même à la conscience et à la réflexion dans Le Territoire des morts (Land of the Dead).

Pour en revenir à « Marie Shelley précurseuse de la s.-f. », je citerai Gérard Klein dans « Introduction à l'anthologie » qui ouvre le recueil de nouvelles Histoires de machines, coll. « La Grande Anthologie de la science-fiction », Le Livre de poche (1974), ISBN 2-253-00609-2, p. 8 :
Gérard Klein a écrit:
Mais c'est au XIXe siècle que la science-fiction prend son visage actuel. Esquissé dans le Frankenstein de Mary Shelley (1917), précisée dans l’œuvre de Poe, ce poète épris de raison, traversant celle de Hugo avec le météore de Plein Ciel, elle se constitue vraiment sous les plumes de Jules Verne et de Herbert George Wells.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 1942
Date d'inscription : 09/12/2012

FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1Jeu 26 Déc - 0:15

Oui, néanmoins je pense que l'on peut dire que cela reste quand même un cadavre dont les chairs sont ramenées à la vie ou à un simulacre de vie. Ensuite tu peux effectivement mettre toutes les mythologies que tu veux derrière. Si je ne me trompe pas, l'origine est vaudou, et/ou africaine. C'est comme pour les vampires où tu finis par passer de Dracula à Twilight.

Il me manque pas mal de ces anthologies, beaucoup à vrai dire. Et il y a souvent des perles à découvrir. C'est donc au programme. Je suis franchement assez d'accord avec la définition de Klein, pour ce que j'en connais.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FRANKENSTEIN Empty
MessageSujet: Re: FRANKENSTEIN   FRANKENSTEIN Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
FRANKENSTEIN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section Epouvante :: Mary Shelley-
Sauter vers: