AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 édition limitée du manga Blue ...
12 €
Voir le deal

 

 MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8489
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitimeMar 14 Avr - 21:24

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) 32339110

Un beau, très beau film, malheureusement trop hollywoodien dans sa réalisation.

Mémoires d'une Geisha, réalisé par Rob Marshall, est tiré d'un roman à succès, Geisha, d'Arthur Golden.

Dans les années 1930, la petite Chiyo et sa sœur sont vendues à une maison de Geisha par leur père, seul moyen de survivre. Séparée de sa sœur, Chiyo va découvrir ce monde étrange, fascinant, mais aussi très dur, strictement codifié et sévère, où une poignée d'élues apprennent à devenir une "œuvre d'art en mouvement". Apprentissage très rude, dans un monde clos et rigide, qui mène la petite fille, simple servante, au désespoir. Un jour, elle est abordée par un homme riche et influent qui la touche par sa gentillesse, son humanité. Elle décide alors de s'en sortir et, aidée par une des pensionnaires de la maison, elle se lance dans son apprentissage avec pour but de devenir la plus grande des Geisha, dans l'espoir secret de retrouver cet homme dont elle est tombée amoureuse. Elle atteint son but mais découvre, une fois arrivée, qu'une Geisha, personnage presque sacré, n'a pas droit à l'amour. La Seconde Guerre Mondiale et la capitulation japonaise viendront bousculer tout cela.

Le film nous invite donc, au-delà de l'histoire romantique, à découvrir le monde clos, secret, codifié, de ces femmes de haute culture qui animent soirées et cérémonies de leur présence, de leur conversation, de leur art de vivre. Un apprentissage qui a tout du sacerdoce, un apprentissage impitoyable, où tout manquement, tout faux-pas, est immédiatement et sévèrement sanctionné. Conversation, musique, cérémonie du thé, poésie, chant… Une Geisha doit faire attention à chaque geste, chaque pas, chaque mot. On attend d'elle maintien, dignité, répartie et courtoisie en toute occasion. Une Geisha accomplie est inaccessible, c'est une œuvre d'art, un idéal. L'image même de l'art de vivre japonais le plus élevé.

Esthétiquement, le film est magnifique.
Oublions que, devant se passer au Japon dans les années 1930, il fût entièrement tourné en studios en Californie… Oublions que toutes les héroïnes, censées être japonaises, sont incarnées par des actrices chinoises et une malaisienne…
C'est très beau. Décors, costumes, musique, lumière, l'ensemble est prenant, certaines images sont magnifique et on y est. Comme pour le Harem, on est bien loin du fantasme occidental, on découvre un univers inattendu, codifié, strict, un art de vivre, atteint par un apprentissage qui s'apparente à une profession de foi. C'est l'occasion de retrouver la célèbre star chinoise Gong Li :

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Gong-l10

et d'être subjugué par la beauté lumineuse, diaphane, de l'actrice principale, Zhang Ziyi :

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) 58270810

Reste à rajouter Michelle Yeoh, la belle malaisienne dont la maturité convient parfaitement à son personnage, protecteur et maternel :

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Hqdefa12

Côté casting, on a là un tiercé gagnant, sans aucun doute.

Malheureusement, le film est traité de façon bien trop hollywoodienne.
On est en plein dans l'univers féminin et clos avec ses rivalités attendues, la méchante de service vraiment méchante et la bonne amie qui fera tout pour aider l'héroïne qui bien sûr, accomplira sa destinée et réalisera son rêve, devenir Geisha comme les petites filles occidentales rêvent de devenir princesse. Côté sentimental, on est à fond dans le mélo, l'histoire d'amour impossible, attendu, convenu, lacrymal et romancé à mort.
C'est vraiment pour moi le gros problème du film : c'est attendu du début à la fin, c'est même téléguidé. Les personnages sont stéréotypés, convenus, attendus, presque jusqu'à la caricature. Et il faut le reconnaître, par moments, le film vire au documentaire… Si le roman est une plongée en profondeur dans un monde secret, ses rites et ses codes, au niveau du film, ça passe plus difficilement, entrainant des longueurs.

Alors, au final ?
Au final, c'est quand-même à voir parce que c'est beau, très beau. On se laisse emporter par l'esthétique du film, la beauté des actrices, la musique superbe de John Williams (Oscar 2006 de la meilleure musique de film). On sait à quoi s'attendre très vite mais avec un minimum de bonne volonté, on se laisse faire et au final, ça reste un beau et grand film romantique en costumes, avec les qualités et défauts du genre. Et c'est quand-même bien joué, il faut le reconnaître.
Un film qui, je pense, plaira beaucoup à un public féminin sans doute (opinion qui n'engage que moi). Les amateurs d'exotisme, de civilisations fascinantes, d'esthétisme et de belles histoires apprécieront aussi certainement. Ceux qui n'aiment pas diront que ça ressemble trop aux Feux de l'amour version japonaise revue et corrigée par Hollywood...
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

Gorak


Masculin Scorpion Messages : 5591
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 50
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: Re: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitimeMer 15 Avr - 9:09

Très beau film, très romantique, à l'esthétisme soigné. C'est beau à regarder et ça se déguste comme on savourerait un plat de sushis.

Ce film a l'avantage, au moins, de nous sortir de tous les clichés qui entourent les geishas, du moins en Occident.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8489
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: Re: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitimeMer 15 Avr - 16:12

Oui, c'est son mérite principal même : derrière les sourires, les belles tenues et la poésie, il y a une éducation stricte, impitoyable, un véritable sacerdoce. La Geisha renonce à l'amour, à avoir des enfants, à sa liberté. Aujourd'hui encore, une Geisha n'a pas le droit de porter un sac en plastique, de manger dans un fast-food, de faire ses courses au supermarché, de se comporter de telle ou telle manière… C'est presque une vestale, une incarnation.

On est loin, très loin du fantasme occidental de la courtisane (pour ne pas dire un autre mot) promesse de plaisirs exotiques et d'érotisme raffiné… Le film nous rappelle qu'avec la Geisha, on touche vraiment à l'âme nippone, à un concept spécifique de la civilisation japonaise, pas toujours évident à appréhender pour un occidental, encore aujourd'hui.

Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2377
Date d'inscription : 09/12/2012

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: Re: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitimeLun 20 Avr - 21:17

Ce qui, après bien des années, m'a toujours agacé - pour ne pas dire davantage - dans la culture nippone, c'est finalement ce culte de la perfection. Et que l'on retrouve ici parfaitement incarné dans la geisha censée représenter une forme de perfection féminine. Sauf que perfection par rapport à quoi, quels critères, pour quels objectifs ? Lorsque la perfection ne tend pas vers un but, mais est le but, le dévoiement sociétal qui en est le résultat ne peut conduire qu'à des absurdités, des drames et du malheur. Car ce n'est - encore une fois pour moi - certes pas le but de l'existence, que de devenir quelque chose de parfait. C'est est à la fois un non sens et une paresse ontologique.
De nos jours, ces histoires de geishas et autres femmes à qui l'on impose ces modèles ridicules (non pas en ce qu'ils sont - chaque culture se respecte - mais en ce vers quoi ils tendent, leurs objectifs sociétaux) mes les font apparenter à de la torture pure et simple. Se souvenir des carcans imposés aux pieds des jeunes filles chinoises pour que celles-ci ne les aient point trop grands (pratique interdite en 1912, après 1000 ans de souffrance). En ce sens, ce film peut-être une intéressante expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8489
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: Re: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitimeMar 21 Avr - 16:27

Difficile effectivement d'appréhender ce "phénomène" si spécifique de la culture nippone, je crois qu'il faut être né japonais pour ça.
Ce qui est sûr, c'est que les postulantes se voient asservies à un idéal, auquel elles sacrifient tout. Elles deviennent une autre, changement symbolisé par la prise d'un nouveau nom lorsqu'elles deviennent Geishas. Et n'oublions pas non plus qu'aussi respectées et admirées soient-elles, on en reste à la même chose : des femmes qui sacrifient tout ou sont (volontairement) "conditionnées" pour au final le plaisir (pas au sens physique) des hommes…

C'est peut-être un autre reproche à faire au film : si ce dernier montre que la vie d'une Geisha est un dur apprentissage, voire une servitude, c'est trop romancé pour être vraiment crédible. J'ai beaucoup de copines qui l'ont vu et qui ont surtout gardé en tête l'histoire d'amour, les belles tenues, le raffinement et la poésie plus que les contraintes et les interdits.

Après, d'autres civilisations ont fait de même, comme la Grèce antique avec son obsession de la beauté, notamment masculine, motivée par un idéal qui voulait que le corps soit le reflet de l'âme. Un homme "bien" se devait donc d'avoir un corps en harmonie avec son esprit, la beauté du corps étant le reflet de celle de l'âme. Pour moi, c'est aussi fou que l'idéal des Geishas quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

Warlock


Masculin Taureau Messages : 3536
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 46
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: Re: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitimeMar 21 Avr - 23:23

Voyageur Solitaire a écrit:
J'ai beaucoup de copines qui l'ont vu et qui ont surtout gardé en tête l'histoire d'amour, les belles tenues, le raffinement et la poésie plus que les contraintes et les interdits.
.

La même chose, notamment une amie qui a beaucoup aimé ce film justement à cause de la mise en avant de la féminité, des couleurs éclatantes, des tenues bigarrées et féminines. De cette force présence de femmes et de leur "combat" si j'ose dire. En ce sens oui c'est un film qui vise avant tout un public féminin.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8489
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: Re: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitimeMer 22 Avr - 17:04

Te connaissant comme je te connais Warlock, je pense que tu devrais aimer aussi.
Tu as une image de la femme qui tourne en général autour de la douceur, de la féminité et là, on est quand-même servis. D'autant plus que le film, très beau esthétiquement, met tout ça en valeur. Malgré les rivalités, les intrigues, les romances impossibles et la dureté de cet apprentissage, on est dans une oasis de féminité, de raffinement, dans un monde feutré et délicat centré sur la femme.

Pour moi par contre, même si j'ai bien aimé, quant on sait que je suis plus Grace Jones ou brune ténébreuse au caractère affirmé, indépendante et libre, l'aventurière intrépide… On comprendra que très vite, c'est trop raffiné et trop précieux pour moi (rires).
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

Warlock


Masculin Taureau Messages : 3536
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 46
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: Re: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitimeMer 22 Avr - 19:19

C'est vrai que je n'ai pas vu ce film et que de base ça ne m'attire pas, sans doute le côté trop féminin, trop précieux. Après comme on dit pour se faire un véritable avis faut voir vu un film, donc pourquoi pas.

D'autant que confinement oblige (entre autre) je regarde pas mal de films en ce moment. Alors oui pourquoi pas celui là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Empty
MessageSujet: Re: MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)   MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
MEMOIRES D'UNE GEISHA (2005)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DUNE
» IZNOGOUD (2005) -- de P. Braoudé
» LE MONDE DE DUNE
» DUNE/JODOROWSKY (non tourné)
» DUNE (2021)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA LANTERNE MAGIQUE :: Films et séries historiques-
Sauter vers: