AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

 

 PAL - La pile à lire

Aller en bas 
+4
Warlock
Voyageur Solitaire
Albatur
VIC
8 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8051
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeDim 24 Mai - 8:26

Survolé autrefois et pour moi très vite ennuyeux.

Il ne faut quand-même pas oublier un personnage bien réel, dont l'ombre plane sur cet ouvrage : Louis XIV. Ce livre était destiné au duc de Bourgogne, héritier du roi-soleil à l'époque, et dont Fénelon était le précepteur. L'ouvrage était donc destiné à l'éducation du futur roi (qui ne régna jamais, mourant avant Louis XIV).
Le problème pour Fénelon, c'est que son ouvrage apparaît comme une critique en règle de Louis XIV et de sa façon de régner. Le second problème, c'est que si l'ouvrage n'était pas destiné à être rendu public, il le fût par l'indiscrétion d'un domestique. Louis XIV vît rouge et Fénelon connût alors une retentissante disgrâce qui dura jusqu'à sa mort.

L'histoire se répéta d'une certaine manière avec le futur Louis XVI qui, voulant se rapprocher de son grand-père Louis XV, lui offrît une version du fameux livre, imprimée par ses soins. Louis XV, sous le feu des critiques en sa fin de règne, y vît également une mise en cause de son gouvernement, s'énerva : "Votre ouvrage est achevé, rompez la planche" (planche en bois où était gravé le texte à imprimer).
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeMar 16 Juin - 23:40

Depuis j'ai donc lu Almuric... qui possède bien plus de qualités qu'on lui en donne et qui, avec un bon remaniement de la part d'Howard à mi-aventure nous aurait donné quelque chose de fort et de bien sombre. C'est l'ouvrage de chez Bragelonne, qui comporte d'autres histoires, plus de 10, toutes plus ou moins en relation avec l'idée d'autres vies, de réincarnation ou de métempsychose et du suicide. La plus intéressante est pour moi celle coécrite avec F. Thurston Torbett et qui se passe en Inde où une jeune femme rencontre un étrange yogi. Et pour le mélange western et épouvante, La vallée de la peur. Il y a à boire et à manger, mais dans l'ensemble, je ne parviens pas à trouver ce tome plus faible que les autres, comme si parce que les récits sont moins durs et abrupts, ils en devenaient systématiquement moins bons. Et puis on sent bien la force des thèmes à peine voilés par les histoires.

J'ai ensuite enchaîné avec Tristan et Iseut aux Lettres Gothiques et qui fait suite à la traduction de Payen (que j'ai aussi) très riche en notes mais qui posséderaient quelques graves erreurs. Vous pouvez en lire une fine critique sur Persée. Ce qui frappe, ce sont toutes ces imprécisions dirons-nous et le fait qu'encore une fois, c'est chez Champion que l'on trouvera des traduction fidèles et élégantes. Mais j'ai acheté ce tome d'abord pour le fragment Li donnei des amanz que je n'avais pas, mais surtout pour la traduction en français pour la première fois de La saga norroise de Tristram qui donne à lire la légende en entier (celle de Thomas). Et cela change vraiment la perspective.

J'attaque à présent Marées de Lumière de Benford, de la hard SF. Je me rends compte qu'en trois mois et demi j'ai lu 13 livres, soit environ 4 livres par mois ... je suis donc dans la moyenne d'un livre par semaine. Mais là, cela va ralentir.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeMer 17 Juin - 7:22

Bonne moyenne. Je n'ai pas Almuric sur ma dizaine de Bragelone. Je ferai l'impasse sur le Fenelon. Pour ma part, ma lecture de Dune s'est enlisée ces derniers jours, mais ça devrait s'améliorer. Après le cycle, mon prochain livre attaqué devrait être Pinocchio : comme d'habitude j'ai envie de découvrir un classique dans sa forme d'origine, et non pas les dérivés et adaptations.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8051
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeMer 17 Juin - 16:40

Je n'ai jamais accroché avec Almuric (l'histoire du même nom).
Howard en fait beaucoup trop avec son personnage asocial et "hors de son époque" qui devient une sorte de surhomme sur une planète "primitive". On a un réquisitoire en règle contre la civilisation et, à grands renforts de gnons et d'uppercuts, une glorification du "barbare", du "sauvage". Howard force tellement le trait que ça en devient au minimum saoulant, au pire grotesque. On sait la philosophie assez simpliste du maître de Cross Plains mais on l'a connu clairement plus inspiré.

Niveau dualité Sauvagerie/Civilisation, on est à mille lieux du magnifique dialogue entre Kane et le géant Dwassllir dans Deux soleils couchants de Karl E. Wagner. En quelques pages, ce dernier réussit de façon magistrale là où Howard s'épuise et se répète sur des chapitres entiers.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeMer 29 Juil - 16:41

@Vic : je suis bien d'accord pour le retour aux œuvres d'origine. De mémoire, j'ai lu Dracula, Frankenstein, Dorian Gray, Jekyll, La guerre des mondes, Flatland, Alice, les incontournables chez Verne, les Chrétien de Troyes etc. Mais il m'en manque plein, évidemment.

@VS : je ne te rejoins pas entièrement sur Almuric. Malgré d'évidentes lourdeurs, il y a une réflexion sur justement la barbarie plus profondes qu'il n'y paraît. J'essaierais d'y revenir en septembre.

J'ai fini Marée de lumière et c'était vraiment pas mal du tout, même si par moment on ne voit pas trop où va l'auteur. Puis j'ai lu Portrait de l'artiste en jeune homme... Spécial quand même. J'étais sceptique mais à la fin, je suis plutôt emballé par ma lecture. Il y a vraiment un voyage qui est réalisé.

Et pour changer, j'attaque Bran Mak Morn chez Bragelonne. Ça se lit vraiment tout seul.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeMer 29 Juil - 18:37

Astre*Solitaire a écrit:


Et pour changer, j'attaque Bran Mak Morn chez Bragelonne. Ça se lit vraiment tout seul.

Je l'ai pris aussi chez Bragelonne mais j'ai déjà les 2 autres tomes de Conan à lire avant.
Je me suis perdu dans les sables de Dune, bien enlisé pour l'instant. Autant j'accroche avec Dune tout court, autant j'ai du mal après...
Aujourd'hui, j'ai emprunté une anthologie des Contes Fantastiques de Maupassant. Je vais commencer par le Horla et picorer d'autres contes entre d'autres livres, le format des contes et nouvelles s'y prêtant bien.
Mais bon en ce moment je n'arrivais qu'à lire des comics, le manque de sommeil fait que je ne tiens pas plus de quelques pages sur un roman.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeVen 31 Juil - 8:37

Chez Bragelonne, il me manque Les ombres de Canaan et Agnès la noire. Ce sera pour la fin de l'année je pense.
Les contes de Maupassant sont effectivement sympa à lire. Et pour le coup pas trop trop répétitifs.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeDim 28 Fév - 0:39

Le temps passe et les livres s'égrènent. Mais peu de livres lus en 7 mois. La faute à mon M2, d'abord, qui m'a tenu jusqu'en septembre. On peut dire que j'ai lu L'aspect verbal de Cohen, et des tas d'articles pointus du genre : Référentiels aspecto-temporels : une approche formelle et cognitive appliquée au français, par Desclés (CNRS France)1 ; ou encore Le système temporel et aspectuel des temps verbaux de l'indicatif en français, par Azzopardi et Bres. Mais est-ce que cela compte ? Puis ensuite, la faute aux livres. Ceux que j'ai choisi font tous plus de 400 pages (800 pour certains). Ils sont donc plus longs à lire.

Alors, j'ai fini de Howard et chez Bragelonne Bran Mak Morn, Kull et Les dieux de Bal-Sagoth. C'est là que je me rends compte que mes préférences sont peu ou prou à l'opposé de celles de Louinet, en ce que j'ai des difficultés avec les récits historiques (j'ai eu un mal de chien à finir Le seigneur de Samarcande, pourtant souvent jugé comme un des meilleurs volumes de la série), alors que ces trois derniers furent assez faciles à lire. Les dieux de Bal-Sagoth me plaît personnellement beaucoup. parce que ce sont des récits de jeunesse, des récits des origines qui permettent de comprendre et de percevoir les directions que suivra l'auteur ultérieurement. Mais cela pourra en rebuter plus d'un en raison de l'aspect assez daté et conventionnel de certaines nouvelles. Bran Mak Morn et Kull sont d'un tout autre tonneau, car des nouvelles passables côtoient, pour moi, de vrais petits bijoux narratifs, sombres et étranges. L'un dans l'autre, j'ai préféré Kull car c'est un personnage auquel je m'identifie bien davantage qu'à Bran - et non pas sur le physique, mais sur les questionnements qui les habitent. Kull s'inscrit dans une notion de temporalité chronologique alors que Bran dans une temporalité davantage cyclique (prémices du sujet sur la reincarnation). Mais du très bon Howard ici.

Puis j'ai enchaîné avec les Lettres philosophiques, de Voltaire. Des esquisses adorables de la société anglaise que l'auteur croque avec délice, la plume acerbe, en ayant parfois des remarques parfois très pertinentes, d'autant plus qu'elles servent à dénoncer avec encore plus de vivacité la société française, par effet de comparaison. J'ai adoré son passage sur les Quakers. Mais je ne le rejoins pas du tout sur sa critique de Descartes. Un petit livre bien sympathique qui cherche avant tout à secouer le cocotier du conformisme français.

J'ai ensuite attaqué Le Hobbit annoté. Cette claque ! J'ai cru lire un autre livre. Je tire mon chapeau à Lauzon (le traducteur) qui a su redonner ses lettres de noblesse à ce récit que j'avais toujours trouvé un peu mineur chez Tolkien. Alors bien sûr, il y aurait à rediscuter de certaines traductions comme cette fameuse Forêt de Grand'peur - et j'y reviendrais sûrement un jour. Mais en dehors d'une huitaine d'adaptations nouvelles sur lesquelles je tique un peu, le reste ne me pose aucun problème (Bibo Bessac, par exemple) et surtout le style est intégralement revu et corrigé. C'est une véritable eau de jouvence pour ce texte qui y gagne en grandeur - et dont un a priori m'avait fait redouter la lecture. Les annotations sont un plus énorme pour quelqu'un comme moi qui aime à remonter le fil des origines. J'ai adoré.

Toujours Tolkien : Beren et Luthien. Je compte en faire une critique un de ces quatre, je ne m'étendrais donc pas. Une légère déception ici. Tout d'abord avec la forme du livre qui s'éloigne des présentations habituelles de Bourgois. Et puis le fait qu'il y a là une simple juxtaposition des récits déjà publiés. Je pense qu'à ce moment, comme il avait été fait pour Turin, il aurait été bon de proposer un lecture spécifique de la légende, et non pas un assemblage hétéroclite, mêlant conte, poésie et récit, et perdant le lecteur non familier des variantes tolkienniennes. Il est vrai que ce texte soulève davantage de problèmes éditoriaux que celui de Turin, mais j'ai le sentiment que cela aurait été le bon moment pour s'essayer à un récit complet.

Ne voulant pas m'arrêter en si bon chemin, j'ai poursuivi avec le HoMe X (L'anneau de Morgoth), le HoMe XI (La guerre des joyaux) et de longs extraits du HoMe XII (Les peuples de la Terre du Milieu). Si je ne devais retenir que quelques éléments sur ces 1500 pages, il y a le questionnement sur l'âme des elfes (la fëa et la hröa) et leur apparente immortalité ; la sombre période des Hommes avant qu'ils ne rencontrent les Eldar ; Les errances de Hurin, long récit qui raconte en fait surtout la ruine du peuple de Brethil : c'est dramatique, sombre et absolument dénué de tout espoir ; et la relation entre les Hommes et les Nains. Tout cela, c'est du lourd. Je veux dire qu'il faut posséder un sacré bagage tolkiennien avant de se lancer dans ces lectures, d'autant que certaines sont surtout philosophiques et philologiques. Mais le jeu en vaut la chandelle, surtout pour Les errances de Hurin, regrettablement omises du Silmarillion.

Et pour finir, en 800 pages, La source au bout du monde de William Morris. Œuvre considérée comme à l'origine de la fantasie actuelle, je pense qu'elle rebutera bon nombre de lecteurs. Les 100 premières pages sembleront fades, sans grand intérêt - une succession de lieux où le personnage n'agit pas, sur une structure narrative proche des romans de chevalerie du Moyen Âge. Mais c'est un trompe-l'œil. Tout y est résolument moderne et s'affirme au fur et à mesure que l'on progresse dans l'histoire, de plus en plus prenante. Pour ne citer que trois exemples : la place centrale donnée aux femmes - moteur de l'histoire, héroïnes et co-personnage principal ; les relations sexuelles (même si ce n'est pas du Philippe José Farmer) ; et l'inintérêt absolu pour l'action qui tourne toujours court - ce n'est pas le but. Sans compter un twist monstrueux au tiers du récit - j'étais scié. Si ce texte n'a pas été fondamentalement une source d'inspiration pour les auteurs anglo-saxons (même si Tolkien s'en souviendra dans ses histoires d'aller et de retour), il est une rupture paradigmatique essentielle permettant de poser les premières pierres de l'imaginaire moderne.

Je suis à présent dans le volume I de L'histoire de la guerre du Péloponnèse, de Thucydide, à un peu plus de la moitié (encore 160 pages à lire - mais c'est dans une vieille présentation, texte pleine page, police petite, serrée, sans espace, bref, dense comme le texte). Cela donne vraiment à lire (et voir) les valeurs des hommes de ces époques. Mais il faut être concentré, ce n'est pas du petit lait. Néanmoins le panorama proposé est vraiment plaisant et instructif. Voilà. J'espère que ce petit tour d'horizon vous aura intéressé. J’essaierais d'être plus régulier dans la mise à jour des livres lus.  



1- Exemple de phrase imbuvable : « Dans le référentiel créé par l’énonciateur, appelé référentiel énonciatif, et désigné par le REN, les relations prédicatives qui s’y inscrivent sont aspectualisées, d’où l’opérateur aspectuel ASPI (où ASPI prend les valeurs ETAT, EVEN, ou PROC) portant sur la relation prédicative qui se réalise sur un intervalle topologique I ; la relation aspectualisée doit être, par ailleurs, repérée de façon interne, au moyen du relateur REP, par rapport au processus énonciatif, désigné par JE-DIS, lui-même aspectualisé sous la forme d’un processus qui se réalise sur l’intervalle d’énonciation J0, d’où l’opérateur PROCJ0. Nous obtenons ainsi le schème énonciatif aspectualisé: (2) PROCJ0 (JE-DIS ( [ASPI (relation prédicative) & [δ(I) REP δ(J0)] ] ) ). ». Sérieux  Rolling Eyes !

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8051
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeDim 28 Fév - 8:56

Pour Howard, il ne faut pas se faire d'illusions sur ses récits "historiques" : ils n'ont d'historiques que le cadre, le reste est à sa sauce, délicieuse certes mais pas franchement exacte. Howard se servait d'une époque comme base, comme fond, et il brodait ensuite sur ce canevas, à sa guise et suivant ses idées.

Pour Les dieux de Bal-Sagoth, je dirais que pour moi, c'est ce côté daté qui fait, entre autres, son charme. C'est le Howard que je préfère, simple, sans prise de tête, avec des récits assez courts, riches mais fluides, dynamiques. C'est dépaysant, immersif, c'est un moment d'évasion coloré et tumultueux, ou sombre et barbare, avec des hommes forts, des femmes belles, des paysages magnifiques et de grandes cités endormies dans leurs rêves séculaires... Je ne dis pas que c'est simpliste car les personnages surtout sont plus complexes qu'il n'y paraît. Mais Howard est direct, il va à l'essentiel, il brosse un portrait, un lieu, une situation, en quelques phrases. Son écriture est à l'image de ses écrits : riche, fluide, dynamique, énergique. Et pourtant, tout est dit, rien ne manque. On est à 1000 lieues des parpaings lourdingues de Tolkien ou du style chargé, onirique, fastueux (et excellent !) de Klark Ashton Smith.

J'ai eu beaucoup de mal avec Bran Mak Morn autrefois et l'ai même occulté un moment avant d'énormément l'apprécier aujourd'hui. Question de maturité : j'étais plus jeune, je voulais des palais somptueux, des femmes splendides et des hommes beaux et forts, des cités étincelantes... Ce héros était pour moi trop brut, trop sombre, trop "primitif" quelque part. J'ai heureusement bien changé depuis.

Quant à Kull, je l'apprécie autant que je suis réfractaire à Conan, c'est tout dire. Kull est un barbare, un sauvage même mais dans le même temps, il est plus intelligent, plus réfléchi, avec surtout une curiosité intellectuelle étonnante, des questionnements, une recherche de "quelque chose" que lui-même n'arrive pas à définir. Il se révèle vraiment dans Les miroirs de Tuzun Thune. Il a cette mélancolie profonde qui hante également Conan mais ce dernier reste un bon vivant, presque existentialiste, amateur d'orgies, de femmes, d'alcool, vivant pleinement l'instant présent. Kull voit plus loin, s'interroge, réfléchit et, fait rare chez Howard, il est même asexuel : aucune reine à ses côtés, aucune  relation féminine et il ne s'intéresse pas aux femmes.
Le roi de Valusie se rapproche, toutes proportions gardées, du Kane de Karl E. Wagner, guerrier farouche, colosse redoutable et violent mais dans le même temps, philosophe, entiché d'occultisme et d'ésotérisme, perméable à la civilisation.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeDim 28 Fév - 16:53

Quand je parlais de récits « historiques », cela signifiait récits qui se déroulent dans le monde connu, et dans un cadre réaliste (pas de fantasie). Désolé si je n'ai pas été très clair.

Pour les histoires simples et directes, oui, voilà, c'est tout à fait cela. Bien que je respecte la critique et le désir de se confronter à une œuvre qui fait sens, on en oublie souvent la simple joie, éphémère bien sûr, de vivre un bon divertissement sans autres attentes que de s'amuser. On sort un peu de la Pile à lire, mais c'est très exactement ce que je viens de vivre avec les deux derniers films que j'ai vus : Monster Hunter et Crawl. Le premier est littéralement étrillé par la critique et le second bénéficie d'une moue condescendante, du genre - rien de neuf, mais on va fermer les yeux, c'est pas mal. Alors qu'en regardant ces deux films, j'ai juste pris mon pied. Rien à voir avec Dark Waters que j'avais vu juste avant (et qui va vous faire jeter toutes vos poêles en téflon). Ce sont des films double cheeseburger, frites à volonté et pack de bières fraîches ; ou baguette, fromages et pinard. On s'amuse, on s'éclate, c'est fun, réalisé comme il faut, avec un scénario qui se tient, de bons effets spéciaux - peu de choses à redire, c'est calibré. Je ne comprends pas pourquoi on tombe à bras raccourcis sur des films qui sont juste pop, honnêtes avec leur matériaux et contrairement à ce qui en est dit, pas du tout régressifs. L'objectif est de se divertir, de s'offrir un bon moment, avant de passer à autre chose : du B de qualité quoi. Et parfois Howard nous livre exactement cela. Pas forcément de la grande littérature avec du subjonctif imparfait dedans, mais une histoire et un style solides qui nous offrent parmi les meilleurs moments d'évasion littéraire qui soient. Pourquoi bouder ou brider notre plaisir ? Sans compter que souvent, Howard, c'est plus que cela.

Litanie : ne pas relever « parpaings lourdingues » ; ne pas relever « parpaings lourdingues » ; ne pas relever « parpaings lourdingues » ; ne pas relever « parpaings lourdingues »...

_________________
Goburlicheur de chrastymèles


Dernière édition par Astre*Solitaire le Dim 28 Fév - 16:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeDim 28 Fév - 16:55

Je note pour le Hobbit annoté. J'ai un ami à qui cela plaira. Il ne s'agit pas de VS😉
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeDim 28 Fév - 17:02

Le Hobbit annoté a été une vraie révélation. Il faut apprécier Tolkien, mais de fait, c'est maintenant un roman vraiment accessible, presque plus pour les adultes que pour les enfants en ce que les niveaux de lecture sont mis en évidence par la traduction, comme les rapports entre les personnages (chacun s'exprime selon son niveau social) ; et surtout les descriptions sont nerveuses, plus dynamiques qu'avec l'ancienne traduction. Bien mieux sous tous les aspects. Mais cela reste du Tokien, pas pour VS donc.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Sphigx

Sphigx


Masculin Messages : 297
Date d'inscription : 25/08/2012
Localisation : Montréal, QC, Canada

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeDim 28 Fév - 23:56

Astre*Solitaire a écrit:
PAL - La pile à lire - Page 2 80594210

Mon arrière-grand-oncle était spécialiste de Fénelon et préfaça certaines de ces œuvres. Y a-t-il une préface écrite par mon arrière-grand-oncle dans l'édition que tu lis ? Il s'agit de Mgr Moïse Cagnac.
Revenir en haut Aller en bas
Sphigx

Sphigx


Masculin Messages : 297
Date d'inscription : 25/08/2012
Localisation : Montréal, QC, Canada

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeLun 1 Mar - 0:52

Dans ma liste de livres à lire, il y a pêle-mêle :

Les Stromates, de Clément d'Alexandrie
Traité du Saint-Esprit, de saint Basile le Grand
diverses homélies de saint Jean Chrysostome
Je m'intéresse aux Pères de l'Église.

La Divine Comédie, de Dante
Histoire des Francs, de saint Grégoire de Tours
Histoire des rois de Bretagne, de Geoffroy de Monmouth
Je m'intéresse au Moyen Âge.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeLun 1 Mar - 18:44

Désolé Sphigx, la mienne est présentée et annotée par Jacques Le Brun (directeur d'études à l'École pratique des Hautes Études).

Ah oui, quand même, elle est studieuse ta pile à lire. La Divine Comédie, c'est une des œuvres qui me manquent et que j'aimerais lire également.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeDim 7 Mar - 12:03

J'ai terminé cette semaine L'histoire de la guerre du Péloponnèse, Partie 1 (les livres I à IV), de Thucydide. C'est méchamment dense. Le premier livre est assez difficile à passer, puisqu'il raconte surtout l'état, la situation des parties en présence, mais avec quelques beaux discours contre la guerre. Le récit des événements de la guerre (livre II à IV) est très intéressant et montre à quel point on ne doit jamais croire le partie adverse : tromperie, rouerie, traitrise, double langage... La vie des gens est à peu près aussi importante qu'un boisseau de blé, voire moins. On supprime des populations entières et on rase des cités avant d'aller à la salle de gym (j'exagère - ces gens sont loin de chez eux lorsqu'ils s'adonnent à cette activité). Enfin, il y a le problème de la géographie et des noms propres. Mon édition est sans carte et c'est un bazar absolu pour savoir qui fait quoi et où, tant on est noyé sous les patronymes. Heureusement pour moi, j'ai un Atlas historique (Duby), avec deux cartes pour la guerre concernée ; mais tous les conflits n'y figurent pas. C'est déjà pas évident de savoir où se trouve Sparte, Athènes, la Boétie, Thèbes, la Thrace et les quelques îles importantes. Mais quand on y rajoute tous les noms de lieux, de temples, de cités, de parties dans ces cités, de leaders de ces parties, avec leurs lots de traîtres... À un moment, c'est un peu la tasse. Mais hormis ces quelques remarques, cela m'a donné envie de lire la suite et de m'acheter le volume 2. Par contre, c'est une lecture très particulière qu'il m'est difficile de vous recommander - même si en fait, je la recommande.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeLun 8 Mar - 22:30

Astre*Solitaire a écrit:
Le Hobbit annoté a été une vraie révélation. Il faut apprécier Tolkien, mais de fait, c'est maintenant un roman vraiment accessible, presque plus pour les adultes que pour les enfants en ce que les niveaux de lecture sont mis en évidence par la traduction, comme les rapports entre les personnages (chacun s'exprime selon son niveau social) ; et surtout les descriptions sont nerveuses, plus dynamiques qu'avec l'ancienne traduction. Bien mieux sous tous les aspects. Mais cela reste du Tokien, pas pour VS donc.

Intrigué, j'ai fureté un peu sur la toile pour en savoir plus.
Je suis notamment tombé sur cet article très complet :

https://www.tolkiendil.com/tolkien/sur-tolkien/critiques/le_hobbit_annote

On sent que son auteur est passionné.

Résultat ?
Au départ, je m'intéressais plutôt au livre pour un ami fan de Tolkien.
Mais l'avis d'Astre*Solitaire et l'article en question me donnent furieusement en vie de lire ce Hobbit Annoté (et richement illustré visiblement).
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeJeu 11 Mar - 14:47

Je n'ai pas grand chose à rajouter, la critique sur le site de Tolkiendil le fait assez bien.

On peut noter un encart de 8 pages tout en couleur sur papier glacé au milieu de l'ouvrage reprenant diverses illustrations, pas toutes de Tolkien. Le seul soucis ici c'est qu'elles sont assez réduites. Il faut posséder Tolkien artiste et illustrateur (épuisé) et L'art du Hobbit (jamais traduit en français) [j'ai les deux en allemand] pour retrouver les tailles originelles et les détails, voire parfois certaines illustrations citées, mais absentes du Hobbit annoté.
On pourra aussi regretter un papier trop fin qui laisse voir en transparence le verso, et une impression en noir et blanc qui manque parfois de contraste. Mais je pinaille sacrément.

Il ne s'agit pas, en soi, d'un beau livre (couverture souple, relié mais pas broché, tout en noir et blanc, etc.), mais d'un livre très bien fait, supérieur aux éditions habituelles, le tout pour 25 euros - rien à dire.

J'apprécie un papier blanc cassé (je déteste le blanc trop blanc), un plaisir tactile, la richesse des illustrations, l’homogénéisation de la traduction sur un ensemble de plusieurs textes et de révisions de ces derniers en anglais, un livre qui malgré sa taille bizarre (plus large que d'habitude) offre un vrai confort de lecture.
Je pense que le rapport qualité + fond/prix est imbattable.

Maintenant, il faut apprécier Tolkien, apprécier les analyses qui expliquent les sources, les problèmes d'écriture, les versions de traduction, les différentes traductions et réceptions dans le monde, etc. C'est assez riche, foisonnant diront certains. Mais cela donne une perspective inégalée à cette lecture.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeVen 12 Mar - 11:37

Merci pour ces nouveaux détails.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeSam 27 Mar - 12:33

J'ai terminé il y a deux semaines Les fleurs du mal, de Baudelaire, dans la petite version Librio. J'avais ce livre depuis, pfiou ! vingt-trois ans ! Alors je l'avais évidemment feuilleté, j'y avais butiné de-ci, de-là, un certain nombres de poèmes, mais jamais je n'avais pris le temps de le lire in extenso. Voilà qui est fait ! Baudelaire fait comme fera Lautréamont (Les chants de Maldoror paraissent, confidentiellement, environ 1 an après la mort de Baudelaire) - du moins est-ce mon point de vue - : il nous présente le mal pour mieux le dénoncer. À l'époque, cette ambiance sombre, mortifère, désespérée, mêlée de spleen et d'ennui, me touchait particulièrement. Aujourd'hui, je dois bien reconnaitre que tout cela me laisse assez froid. Mais reste évidemment les vers pour eux-même dont j'ai grandement apprécié l'harmonie.

PAL - La pile à lire - Page 2 M0227710


Bien parti, j'ai enchaîné avec Les méditations poétiques de Lamartine. Alors pas toutes les Méditations. Mon petit fascicule d'une centaine de pages date de 1942, aux éditions Larousse (Classiques). Il était le livre d'école de mon père pour l'étude du poète sur les bancs du lycée. C'est donc un recueil qui rassemble certains des poèmes des Méditations poétiques, des Nouvelles méditations poétiques, et un long extrait de La mort de Socrate (un tiers du poème complet, soit environ 250 vers). Et j'ai bien plus apprécié cet ouvrage que Les fleurs du mal. Étonnamment, à l'époque où je récupérai ce petit livre, j'étais allé piocher dans quelques poésie avant de le refermer. J'avais trouvé le tout un peu trop précieux. Mais aujourd'hui, j'ai adoré, j'ai réellement goûté à la finesse du vers de Lamartine, à son approche de la mort, de la peine, de la douleur - même s'il demeurera pour moi toujours trop chrétien. Je pense m'acheter dans une édition moderne et commentée sa poésie. Le seul petit reproche que je lui ferai, c'est cette manie de briser le quatrain en proposant un vers octosyllabique et qui rompt la scansion.

PAL - La pile à lire - Page 2 Unbena18


Histoire de ne pas s'arrêter en si bon chemin, je vais reprendre Les œuvres poétiques de Louise Labé, accompagnées des Rymes de Pernette du Guillet, deux poétesses du XVIe siècle. J'avais entamé en 2018 la lecture de ce recueil, mais je m'étais bizarrement détourné de ses pages peu avant d'attaquer la lecture de Labé. Je reprends tout cela joyeusement, d'autant plus que pour clore le livre, un choix de blasons féminins et de quelques contre-blasons nous est proposé.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8051
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeSam 27 Mar - 13:19

Les fleurs du mal est pour moi un chef-d'oeuvre, un indispensable.

Lesbos et Femmes damnées sont un hommage sombre, presque funèbre mais superbe à l'amour entre femmes et Le reniement de Saint Pierre est d'une force incroyable, d'une audace toute aussi incroyable également vue l'époque. Parmi tant d'autres...

Avec Les mémoires d'Hadrien de Yourcenar et les Poèmes barbares de Leconte de Lisle, Les fleurs du mal composent mon trio de tête des "classiques".
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeSam 27 Mar - 21:45

Je ne remets, bien sûr, pas en cause une telle œuvre. C'est - et aujourd'hui cela va de soi - une pure apothéose de la littérature française. Et je l'ai lue avec un plaisir réel - la musique qui s'en dégage est effectivement l'une des plus belles de la langue française - parmi celles que j'ai lues. Mais elle reste au demeurant probablement difficile à lire pour un néophyte. Si l'on ne prend, par exemple, que ce poème que tu mets en exergue, Lesbos : qui sait de nos jours que Phryné est le surnom donné à une hétaïre grecque, c'est-à-dire à une sorte d'équivalent des geishas, Mnésareté, et qu'on l'a soupçonnée un temps de pervertir les jeunes femmes de son entourage. Que Paphos est une ville de Chypre, et que si dans le vers suivant l'on parle de Venus, c'est parce que la ville lui est consacrée. Davantage de gens, je pense, savent que Sapho est une poétesse grecque ayant vécue à Lesbos et que l'on associe - à tort ou à raison - à l'homosexualité féminine. Plus compliqué, le plateau du Leucate (merci la recherche internet), sur la presqu'île du même nom, dans l'Aude, d'où le poète guette les tartanes - ces petits caboteurs marchands dédiés à la pêche, nantis de cette voile latine si caractéristique. C'est un poème relativement difficile à lire de nos jours et qui, de plus, offre une double interprétation.
En sachant que Sapho, dans le poème, se fait assassiner pour impiété (par la gente masculine), on peut remarquer dans ces vers la caractérisation du péché, représenté par l'homosexualité, de manière de plus en plus forte, ce que vient souligner le lexique dans la graduation des termes : gouffres,  stérile, pardon (l'obtention du), noir mystère, cadavre, blasphème. Mais cette lecture ne s'achève pas par la dénonciation de l'homosexualité féminine, car d'un côté Baudelaire souligne un conditionnel : « je veille pour savoir si la mer ramènera vers Lesbos le cadavre de Sapho » ; pour finir en appuyant un indicatif : « de la mâle Sapho qui mourut le jour de son blasphème. Et c'est depuis ce temps que Lesbos se lamente ». Une double lecture demeure donc possible - raison probable de son interdiction. Mais je ne suis pas certain que Baudelaire ait choisi ici la défense de l'homosexualité. Je doute qu'il s'agisse « d'un hommage à l'amour entre femmes » Il y a plutôt, à mon sens, la revendication de la dualité humaine qui tour à tour s'abîme dans les profondeurs des plus vils péchés tout en aspirant à l'ivresse de l'âme pure. Il y a ici une sorte de communion avec la nature profonde de l'Homme, mais qui ne modernise pas un sujet, à l'époque, inenvisageable. C'est le cœur de l'humain, oscillant entre le bien et la mal (histoire de schématiser), qui me paraît s'exprimer ici. Et c'est pourquoi je goûte un peu mois qu'avant à cette poésie car il ne s'agit vraiment plus de ma préoccupation première.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8051
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeVen 2 Avr - 10:15

Alors, pour Sappho : cette poétesse, que Platon désignait comme "la dixième muse", avait créé une sorte de pensionnat où elle accueillait, sur son île de Lesbos, des jeunes filles pour les éduquer et les préparer au mariage, à la maternité. Elle semble s'être très attachée à ses pensionnaires, d'où ces rumeurs d'homosexualité féminine (dont on a aucune preuve) qui ont perduré à travers les siècles. D'où les mots "saphisme" et "lesbienne". Aristophane, dans ses comédies, donnera d'elle une image caricaturale de débauchée chasseuse de femmes.
Toujours selon la légende, Sappho serait morte en se jetant du haut de la falaise de Leucate, désespérée d'être rejetée par le beau Phaon qu'elle aurait aimé. D'où l'allusion dans le poème à une punition, avec les mots "insultant le rite et le culte inventé". Sous-entendu : Sappho fût sanctionnée par la mort, le suicide et le désespoir, pour s'être détournée des femmes, acte assimilé à un blasphème (c'est le mot employé). Et Lesbos depuis se lamente, guettant le retour du corps adoré.

Je dirais donc que c'est la légende, plus que le poème de Baudelaire, qui exprime une idée de châtiment. Sappho a été punie pour avoir dérogé à la règle qu'elle aurait elle-même institué. Elle s'est détournée des femmes pour aimer un homme et la sanction en est la mort. J'y vois même une condamnation de l'homosexualité féminine, dans une Grèce antique misogyne où la femme n'est qu'une éternelle mineure soumise à l'autorité d'un père, d'un époux ou d'un fils et dont le destin est d'obéir et procréer. Sappho a osé sortir de ce schéma et elle l'a payé.
Le poème, lui, me paraît bien plus tolérant, avec le poète qui parle à la première personne pour dire qu'il veille et guette le retour du corps de la belle.

Pour l'anecdote, d'après les rares traces que l'on a retrouvé, Sappho serait morte assez âgée, sur son île, après s'être mariée et avoir eu une fille. Rien n'indique qu'elle fût lesbienne mais l'image est restée.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeVen 2 Avr - 10:33

Merci de ce retour et de ces précisions - surtout pour la légende de la mort de Sapho que j'ignorais complétement. Il va falloir que je me replonge dans cette étude ^^.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire


Masculin Messages : 8051
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitimeVen 2 Avr - 11:40

Le problème de Sappho, c'est que comme pour Cléopâtre par exemple, la légende, le mythe, a complètement occulté la femme.
Il y a aussi la rareté et la partialité des sources, il ne reste que des fragments, souvent très abimés, de ses poèmes. Certains seraient des poèmes d'amour adressés à des femmes, d'où ces rumeurs d'homosexualité mais il ne s'agit peut-être que d'une erreur de traduction ou d'interprétation. C'est Ménandre qui rapporte le suicide de la belle, se jetant du haut de sa falaise après avoir aimé en vain le beau Phaon. Mais on trouve par ailleurs d'autres histoires où cette fois, c'est Aphrodite qui se jette dans la mer par amour pour le bel Adonis... Il existerait même un poème de Sappho où la poétesse s'identifie à la déesse. Difficile donc de démêler légende et réalité.
N'oublions pas non plus que ceux qui ont fait de Sappho le symbole du lesbianisme et qui ont probablement inventé toute cette histoire étaient des hommes, dans une société patriarcale où la femme devait se cantonner à son rôle subalterne. On peut donc douter de leur objectivité... Cette histoire devait les arranger quelque part : Sappho a osé sortir du schéma prévu, elle en a été punie et "la morale est sauve" si on peut dire...
La fameuse scène du suicide a inspiré des générations d'artistes, de peintres surtout. Elle est souvent représentée avec sa lyre car elle était musicienne également.

Mais surtout, il faut retenir que Sappho, lesbienne ou pas, a été célébrée et admirée dans tout le monde antique. Platon voyait en elle "la dixième muse", plus de cents auteurs de l'époque ont parlé d'elle, de ses poèmes, de sa musique, de sa culture. Solon, après avoir entendu un de ses poèmes, aurait déclaré "vouloir l'apprendre et mourir ensuite"...
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé





PAL - La pile à lire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: PAL - La pile à lire   PAL - La pile à lire - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
PAL - La pile à lire
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section générale :: Les livres-
Sauter vers: