AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -43%
Réduction de 43% sur l’appareil photo ...
Voir le deal
539 €

 

 Ouvrages sur la FLIBUSTE

Aller en bas 
AuteurMessage
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeDim 15 Mar - 10:10

Ouvrages sur la FLIBUSTE Pirate10


Un sujet dédié aux ouvrages sur les corsaires, pirates, boucaniers, contrebandiers, etc.

Nous allons débuter par quelques classiques et incontournables, avant d'élargir nos horizons ... y compris au fantastique.
Allons-y, larguons les amarres sans plus tarder.



Ouvrages sur la FLIBUSTE Taking10

Deux tableaux d'Howard Pyle (voir le sujet consacré dans les illustrateurs rétro).


Dernière édition par VIC le Mar 17 Mar - 10:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeMar 17 Mar - 10:42

En tout bien tout honneur de pirate, nous voilà bien forcé de commencer par LE livre iconique, celui dont le titre même résume à lui seul le but du pirate, et évoque l'univers de la flibuste.
Nous avons déjà parlé de ce livre sur le forum et il a son propre sujet dédié :
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/t2253-l-ile-au-tresor-de-r-l-stevenson


Ouvrages sur la FLIBUSTE Treasu10

Couverture d'une édition britannique de 1911
(couverture illustrée par N.C. Wyeth, lui-même présenté sur le forum dans la section "illustrateurs rétro")


L'Île au trésor (Treasure Island)
, le célèbre roman d'aventures écrit par Robert Louis Stevenson, est d'abord paru dans le magazine écossais pour enfants Young Folks en 1881 et 1882. Stevenson a apporté de nombreuses modifications à son texte pour une publication sous forme de livre en 1883. En France, le roman paraît pour la première fois en 1885 aux éditions Hetzel.

C'est aussi le premier succès littéraire majeur pour l'auteur, qui sera aussi connu pour Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde (1886), ou The Master of Ballantrae (1889), ce dernier ayant été présenté sur le forum dans le sujet sur l'Ecosse à travers les romans.

L'Île au trésor a considérablement influencé l'imaginaire collectif, notamment en ce qui concerne l'image du pirate dont Long John Silver est devenu l'archétype, ou bien la fameuse carte de l'ile avec les croix pour le trésor. De 1892 à nos jours, il y a eu plus d'une dizaine de préquelles ou séquelles d'écrites. Plus de 50 adaptions ont été faites pour le cinéma ou la TV.


Mon avis :

Un grand classique qui s'avère étonnement moderne, on a du mal à croire que le livre a été écrit à cette époque. On est très loin des longueurs de son contemporain Jules Verne par exemple. En 262 pages, le rythme est trépidant avec des chapitres très courts qui donnent envie d'enchaîner immédiatement avec le suivant, sans doute la conséquence de la jeunesse du public visé. Remarquons toutefois l'ambiguïté de Silver et de la morale de l'histoire, plutôt inhabituelle et mature pour de la littérature visant la jeunesse.
Tous les ingrédients de l'imaginaire de la piraterie sont présents, c'est l'un des plus grands romans d'aventure, à ranger au panthéon aux côtés des 3 Mousquetaires, rien que pour son rayonnement mondial.

Je signale que le roman est trouvable d'occasion dans l'intéressante collection Grandes Oeuvres chez Hachette, celle à couverture cartonnée qui rééditait les voyages extraordinaires de Jules Verne dans les années fin 70-80, suivie ici des Aventures de David Balfour. Cette version reproduit la couverture de l'édition Hetzel et les illustrations d'époque de George Roux (connu pour ses nombreuses gravures sur les Jules Verne), avec le texte intégral bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeJeu 19 Mar - 13:53


Ouvrages sur la FLIBUSTE Moo10

Mon avis :

Après l'Ile au Trésor de Stevenson, il m'apparait naturel de continuer par Moonfleet tant les deux romans d'aventure partagent de points communs.
Moonfleet est roman de John Meade Falkner paru en 1898.
L'intrigue se passe en 1757. Moonfleet est un petit village de la côté sud de l'Angleterre.
Le personnage principal, John Trenchard, est un jeune adolescent orphelin. À l'instar d'un roman initiatique, il va découvrir le monde des contrebandiers sur fond de chasse au trésor.
Si vous avez aimé l'Ile au Trésor, Moofleet est un choix évident. Personnellement, je l'ai découvert sur le tard et j'ai adoré, regrettant ne pas l'avoir lu plus tôt.
Plusieurs éditions existent en français. Folio Junior en propose une avec des illustrations en N&B.

Il en fut tiré un film américain de Fritz Lang, sorti en 1955 : Les Contrebandiers de Moonfleet. Je ne l'ai pas encore vu mais je tâcherai d'y remédier.

Ouvrages sur la FLIBUSTE Moonfl10


John Meade Falkner est un romancier et poète anglais (1858-1932). Il fut également un homme d'affaires talentueux, en tant que directeur de la firme d'armement Armstrong Whitworth durant la Première Guerre mondiale. Trois romans sont à son actif :

   The lost Stradivarius (Le stradivarius perdu) (1895)
   The Nebuly coat (Le blason de Lord Blandamer) (publié en 1903 mais écrit en 1896)
   Moonfleet (en) (1898)
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3388
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeJeu 19 Mar - 20:52

J'aime beaucoup l'univers de la flibuste, des pirates. Que ce soit en littérature, au cinéma, à la tv ou bien en jeux. C'est un univers d'aventure, de voyage, des batailles, de trésors, d'îles perdues, d'horizon lointain sur l'Océan. Tout un monde de dépaysement que j'ai toujours adoré. L'aventure avec un grand A.

L'île au trésor est mon roman préféré tout simplement. Rarement un roman ne m'a fait autant voyager, rêver, m'évader. Je m'imaginais alors pirate, traversant les mers pour trouver un trésor lointain. Le roman d'aventure par excellence.

Au niveau de ses adaptations je retiens celle de 90 avec Charlton Heston en long John Siler. Un sommet du genre de piraterie, d'aventure, et de trésor bien évidemment. C'est un téléfilm, mais pour moi la référence du genre et de production sur la flibusterie. A voir et à revoir.

En ce qui concerne Moonfleet je n'ai pas lu le livre, mais le film les contrebandiers de Moonfleet est très bon. Un bon film d'aventure, piraterie des 50's. Avec ses richesses visuelles, intellectuelles et émotionnelles.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeJeu 19 Mar - 21:05

Warlock a écrit:


En ce qui concerne Moonfleet je n'ai pas lu le livre...
Il y a toutes les chances qu'il te plaise.Je regrette juste de l'avoir découvert tardivement, j'aurais aimé le lire adolescent. U livre que j'espère relire un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3388
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeVen 20 Mar - 23:51

Fort possible oui vu mon goût pour les aventures de pirates, et le fait que j'ai bien aimé le film. C'est sur que un bouquin d'aventure de pirates si on à la chance de le lire gamin ou ado c'est l'évasion par excellence.

J'ai deux bouquins sur l'histoire de la piraterie. Qui parlent des différents célèbres pirates, de la vie, des codes, des mythes des flibustiers. J'en parlerai ces prochains jours sur ce topic, même si ce ne sont pas des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 2023
Date d'inscription : 09/12/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeSam 21 Mar - 9:24

Adolescent, j'adorais cet univers. Étrangement, je me rappelle assez peu mes lectures. Le seul titre qui me revienne est Sur des mers plus ignorées de Tim Power. En nouvelle, Le scarabée d'or de Poe. Je ne suis pas certain que l'on puisse y faire rentrer Vulméa le pirate noir, d'Howard ... je l'ai lu il y a trop longtemps.
Parmi les nombreux films sur le sujet, il me semble que les années 50 et 60 en sont l'âge d'or. J'ai dû en voir au moins une bonne dizaine, entre 15 et 25 ans. Quand j'étais gamin, vers 12 ans, j'adorais Pirate Movie. Je suis allé voir Pirates de Polanski et je n'avais pas spécialement aimé. Celui que j'ai adoré par contre est un mal aimé du cinéma : L'île aux pirates. J'ai découvert Princess Bride sur le tard.
En série, il y a bien sûr Black Sails.
Et en jeu de rôle, j'avais vraiment apprécié Capitaine Vaudou pour Simulacre. Je crois que depuis pas mal de nouveautés ont vu le jour. Vous remarquerez mes nombreuses références BD (honte à moi).

J'ai hâte de lire la suite de cette revue en tout cas, le sujet est vraiment très vaste.


P.S. Pour Warlock qui aime bien Stargate, Viveca Lindfors, qui joue dans Les Contrebandiers de Moonfleet, joue aussi dans le film de 1994 ^^. J'aime bien ce genre de passerelle.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3388
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeSam 21 Mar - 20:57

Effectivement Astre, on retrouve Viveca Lindfors dans le rôle de Catherine Langford dans Stargate. Tenant un rôle important également dans les contrebandiers de Moonfleeet. Un joli clin d'œil sympa en effet Smile

Par contre dans ta liste Astre, Princess Bride n'est pas pour moi un film de pirates, mais plus une parodie de film de fantasy. En ce qui concerne le pirates de Polanski j'en garde un assez bon souvenir. Mais à revoir avec un œil nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeSam 21 Mar - 22:35

Astre*Solitaire a écrit:
Adolescent, j'adorais cet univers. Étrangement, je me rappelle assez peu mes lectures. Le seul titre qui me revienne est Sur des mers plus ignorées de Tim Power.
Je comptais en parler aussi mais bien plus tard, sur les cross over Pirates, fantastique et SF. Pour l'instant je donne la priorité aux classiques.


Astre*Solitaire a écrit:

Et en jeu de rôle, j'avais vraiment apprécié Capitaine Vaudou pour Simulacre.
Je ne connais pas Capitaine Vaudou. Par contre en JDR, il y a une référence sur ce thème : Pavillon Noir. Célèbre JDR français extrêmement bien documenté, probablement le JDR le mieux documenté que je connaisse. Je le soupçonne même d'être la source d'information la plus complète synthétisant l'ensemble des connaissances sur ce sujet. JDR célèbre aussi par son retard record lors de la souscription de sa seconde édition chez BBE : campagne financée en septembre 2013 et livrée en ... juin 2018. Je l'ai prise à sa sortie. J'ai survolé la première édition de Pavillon Noir et c'était déjà très costaud à l'époque. Je me réserve la lecture de cette deuxième édition pour dans une année environ. Pour donner un aperçu, l'ouvrage de la gamme sur l'escrime propose rien de moins que 150 pages centrées sur ce sujet. Je me souviens avoir vu aussi l'inventaire de plusieurs centaines de noms de navires classés par nationalité et époque, tous ayant réellement navigué, tirés des registres maritimes.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeDim 22 Mar - 18:36

Ouvrages sur la FLIBUSTE Dd10

L'Histoire générale des plus fameux pirates, est un ouvrage à prétention historique contenant les biographies de plusieurs pirates contemporains qui paraît en Grande-Bretagne en 1724. Il est signé d'un certain capitaine Charles Johnson, Britannique. Toutefois, aucun enregistrement d'un capitaine de ce nom n'existe. Le livre, qui est extrêmement bien renseigné sur l'histoire de la piraterie, est aujourd'hui souvent attribué à Daniel Defoe. Des recherches historiques menées au début des années 2000 laissent cependant supposer que l'auteur serait plutôt le journaliste anglais Nathaniel Mist, bien qu'une contribution de Defoe ne soit pas à exclure.

Il contribua amplement à établir le stéréotype du pirate et est la seule source connue indiquant l'existence de Libertalia, une utopie pirate de Madagascar dont la réalité historique est toujours débattue.


Mon avis :

À l'image de son titre, l'Histoire générale des plus fameux pirates, s'apparente un peu à un inventaire des principaux pirates et de leurs méfaits qui ont été rapportés, catalogués par l'auteur, qui se défend d'être un pirate dans la préface. Il prétend plutôt avoir compilé des sources journalistiques de l'époque, qui ont aussi enrichi la deuxième édition de l'ouvrage. Personnellement, j'ai trouvé la lecture plutôt rébarbative : l'ouvrage s'apparente un peu à un dictionnaire des pirates. Malgré quelques tentatives pour lier le tout, il s'agit plutôt de paragraphes indépendants. Lire un chapitre par ci par là est très bien pour une petite escale dans cet univers, mais une lecture de bout en bout s'avère plutôt fastidieuse, avec les risque de mélanger les faits d'armes de chaque pirate, ou de lassitude vu le côté répétitif des récits.
L'ouvrage reste néanmoins l'une des références "historiques" incontournables sur la piraterie. Il présente aussi pour la première fois Libertalia, voir ci-après.


Ouvrages sur la FLIBUSTE Ddd10


Libertalia :

Nom d'une supposée colonie libertaire fondée par des pirates sur l'île de Madagascar, qui aurait existé pendant environ vingt-cinq ans à la fin du XVIIe siècle, sans que l'on sache vraiment s'il s'agit d'une réalité ou d'une légende.

L'histoire de cette colonie apparaît pour la première fois dans Histoire générale des plus fameux pirates. La devise de ces hommes, organisés en république, était « Pro deo et libertate » (« Pour Dieu et la liberté »).
Fait historique ou création littéraire, la république est systématiquement située quelque part au nord de Madagascar entre l'île de Nosy Be et la baie des pirates, qui allait devenir Diégo-Suarez . À ce jour, aucune preuve historique n'atteste qu'un tel endroit ait jamais existé ou même que ses deux fondateurs, le capitaine Misson et le moine Carracioli, aient jamais vécu. En revanche, le troisième protagoniste cité, le capitaine Thomas Tew, est lui, bel et bien mentionné en tant que tel dans les livres de la Marine britannique.

D'après Johnson, Libertalia fut fondée sous Louis XIV par deux hommes en rupture de ban :
   - un Français, capitaine de La Victoire, redoutable navire de guerre de 30 canons, ex-officier de la marine française, mais pirate de son état, Olivier Misson, pétri d'utopies ;
   - un prêtre défroqué italien, Carracioli, imprégné de mysticisme.
À eux deux, après avoir jeté l'ancre, ils convainquirent l’équipage de fonder la société idéale. Selon certains auteurs, cette colonie aurait été bien plus qu'un simple asile pour pirates et flibustiers : c'était une véritable utopie politique, sociale et philosophique.

La véracité des faits n'a été remis en cause qu'à partir du XXe siècle. L'absence de preuves écrites sur Olivier Misson et Carracioli ainsi qu'une impossibilité historique (le capitaine Tew n'a pas eu le loisir d'habiter à Madagascar pour jouer le rôle que l'auteur lui a imparti dans son récit). Toutefois l'expérience semble moins saugrenue qu'il n'y paraît au premier abord puisque d'autres "utopies" pirates avérées ont existé (république de Salé à Rabat, république des Corsaires aux Bahamas) et que nous sommes certains que la Baie des divagateurs (sise à Madagascar) a également abrité une communauté pirate.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 2023
Date d'inscription : 09/12/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeLun 23 Mar - 20:53

Intéressant cette Libertallia. Il y a là de quoi faire quelques romans pseudo historiques de fort bon aloi.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeLun 23 Mar - 21:35

Changement de cap : je me décide à relire les chapitres consacrés à Libertalia dans le Grand Rêve flibustier, deuxième tome de Defoe, pour étoffer un peu plus le présent sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 2023
Date d'inscription : 09/12/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeLun 23 Mar - 21:38

Il faut reconnaître que bien souvent les personnages pseudo-historiques sont du pain béni pour bâtir des histoires enlevées, échevelées, en des lieux où la légende fait frissonner l'imaginaire.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeLun 23 Mar - 21:44

Oui, et nous aurons justement une très belle occasion d'en reparler, dans l'un des prochains livres que je présenterai ici, consacré à Le Golif. Mais il faudra attendre un peu : je vais commencer par des éclaircissements sur Libertalia, puis présenter un autre ouvrage avant le premier cité.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeMer 25 Mar - 19:30

Libertalia (suite)

Quelques précisions sur Libertalia histoire d'enrichir ce qui a déjà été écrit plus haut.
Tout d'abord, on peut le trouver en petit livre, qui a du compiler en fait deux chapitres du deuxième tome de l'Histoire générale des plus fameux pyrates. À l'origine, Defoe tenait vraiment à respecter le format d'un chapitre par pirate qu'il avait choisi. Ceci dit, il n'était pas exempt de digressions, parfois nécessaires, quand deux pirates se croisaient.

Les deux chapitre en question sont donc Histoire du Capitaine Misson (chapitre I du 2è tome), et Histoire du Capitaine Tew (chapitre IV).
Conformément à mon souvenir, la lecture de cet ouvrage n'est vraiment pas fluide. J'ai du me reprendre à plusieurs fois pour reconnaître le sujet de certaines phrases.
C'est dans le premier chapitre que sont exposés les plans de l'utopie de Libertalia, et où la pensée de Carracioli est développée.
Il semble que ce soit le moine Italien qui soit le véritable inspirateur du projet, étant présenté comme ayant un grand pouvoir de persuasion, y compris sur Misson. Ses pensées religieuses et philosophiques sont développées sur plusieurs pages. Alors je ne suis pas le premier à faire un parallèle entre le communisme et le partage du butin chez les pirates, mais il y a fortement de cela dans ce projet de création de Libertalia. il me semble que nous sommes en droit de penser que Defoe a peut-être inventé ou utilisé le personnage de Carracioli comme Voltaire utilisera Zadig 25 ans plus tard : se servir d'un personnage fictif pour faire passer des idées contre les ordres établis. Les propos supposés de Carracioli sont révolutionnaires, anti-cléricaux, etc.


Par ailleurs, le début de la citation de wikipedia me paraît fausse concernant la durée :
Citation :
Nom d'une supposée colonie libertaire fondée par des pirates sur l'île de Madagascar, qui aurait existé pendant environ vingt-cinq ans
Même si je l'ai lu rapidement, il m'a semblé que Libertalia n'a duré que quelques années, guère plus. Nous ne sommes pas aidé par l'absence de date dans le récit. On peut néanmoins deviner qu'il s'est passer plusieurs années grâce au passage où des anciens camarades d'équipage, qui avaient préféré fonder des vie de famille avant la création de Libertalia, les rejoignent finalement avec femmes ET enfants.
De là à parler de 25 ans, cela me paraît bien improbable, on parle très peu du développement de la colonie et l'auteur n'aurait pas manqué d'en parler si cela avait duré aussi longtemps.

Pour ceux qui voudraient connaître le sort de Libertalia.
Spoiler:
 


Dernière édition par VIC le Jeu 26 Mar - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 2023
Date d'inscription : 09/12/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeMer 25 Mar - 20:37

Un sujet très intéressant et riche de possibilités d'histoire. Depuis le début, je ne cesse de penser à la légende du prêtre Jean. Je ne dis pas que c'est la même chose, mais utopie, ville, rumeurs, on-dits, bien que l'une est censée durer très longtemps et l'autre fort peu. Néanmoins, on le voit, les légendes perdurent dans les esprits.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeJeu 26 Mar - 11:55

Tu as raison. Pour ma part je pense aussi au Livre des Merveilles de Marco Polo. Malgré des invraisemblances dans l'histoire, ou cause d'elles peut-être, elle est à l'origine de son propre mythe.
Defoe cite un manuscrit français récupéré comme l'unique source de connaissance sur cette histoire. Est-ce que le manuscrit a vraiment existé ? Si oui, était-il vrai ? Est-ce qu'il a été perdu ensuite ? Rien que l'existence de cette unique source d'information et son devenir est romanesque en soit. Sans compter que nous ne sommes pas du tout sûr que Defoe soit l'auteur du livre, en plus ! Double incertitude donc. Quelqu'il soit, l'auteur de l'Histoire des plus fameux pyrates peut même être de bonne foi et s'être laissé abusé par un faux manuscrit, ce qui rajoute encore un degré d'incertitude. L'hypothèse la plus machiavélique serait que ce chapitre sur Libertalia soit délibérément un faux noyé dans le reste de l'Histoire des plus fameux pyrates, dont tous les autres chapitres seraient exacts, pour faire passer celui-ci pour véridique aussi. Argh !

Toujours est-il que Defoe cite dans l'histoire parfois un nombre de détails très précis : le nombre d'esclaves libéré, le nombre de personnes qui ont embarqué, les motivations des uns et des autres, voire même les dialogues qui ont accompagné certains moments clé, les discours de Carracioli, etc.
Toutes ces précisions sont légitimes si elles étaient présentes dans ce manuscrit. Poudre aux yeux pour noyer le poisson avec un  lissage de précision superflue si c'est l'histoire est fausse. Mystère ! En même temps, l'auteur reste toujours très vague sur les dates, souvent absentes dans bien des chapitres, et pas seulement concernant celui sur Libertalia. Ce manque de date m'étonne par rapport au degré de précision de certains éléments de l'histoire. Encore un mystère !

Le mystère sera également présent avec le prochain ouvrage que je vais présenter (ce soir normalement), considéré avec l'Histoire des plus fameux pyrates comme la meilleur source d'information sur la vie de certains d'entre eux. Suspense...
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeJeu 26 Mar - 21:39

Ouvrages sur la FLIBUSTE Exx10

Abordons ici l'un des grands classiques de la littérature sur la flibuste, une source d'information importante signée Exquemelin :
l'Histoire des aventuriers flibustiers d'Amérique, 1668

Alexandre-Olivier Exquemelin, parfois orthographié « Exquemeling », « Oexmelin » ou « Exmelin », (né en 1645? à Honfleur, décès à Harfleur - 1707) était un flibustier français qui laissa de nombreuses traces sur les coutumes de la piraterie, notamment avec Histoire d'avanturiers qui se sont signalez dans les Indes (1678).

L'ouvrage parut pour la première fois en 1678, en version néerlandaise, puis allemande, puis espagnole,puis anglaise. Henry Morgan déposa plainte contre l'éditeur, arguant que leurs livres donnaient une image fausse de ses actions et de sa personnalité. Le roi anglais Jacques II, qui entretenait alors de bonnes relations avec l’Espagne, et qui entendait les maintenir telles, s’occupa personnellement de l’affaire.

Devenu un succès de librairie en Angleterre, le livre d’Exquemelin connut ensuite une série ininterrompue de nouvelles éditions, enrichies chacune de nouvelles histoires, et finit ainsi par comprendre quatre parties :
- le récit d’Exquemelin,
- le journal de Ringrose,
- le journal du Français Raveneau de Lussan,
- le récit sur le capitaine de flibustiers Montauban.
Dans cette version élargie, le livre d’Exquemelin fut réimprimé dix-neuf fois en anglais avant 1900.
Une version en langue française, publiée pour la première fois en 1686 sous le titre de Histoire des Aventuriers, est beaucoup plus étendue que la version néerlandaise originale, et comprend toutes sortes de détails qui ne figurent dans aucune des autres traductions. Un dénommé Jean de Frontignières est à l’origine de cette adaptation.

Je présente ici une réédition du texte français de 1699.

On ne connaît guère la vie d'Exquemelin qu'au travers de ce qu'il a bien voulu raconter dans ses écrits. La part d'imagination et d'exagération propre à ce genre de récit d'aventures dans les mers des Caraïbes doit amener à les prendre avec précaution. Par ailleurs, la vraie nationalité de l'auteur a longtemps fait débat et est restée inconnue longtemps : on le crut Hollandais. Sans doute quelques historiens ont réussi à dénicher d'autres informations sur sa vie :

Fils d'un apothicaire protestant, il naît et grandit à Honfleur. Après des études en Hollande où il devient apprenti-chirurgien, il s'engage auprès de la Compagnie des Indes Occidentales afin de finir son apprentissage. Partant du Havre, il arrive à la Tortue le 7 juillet 1666. Là-bas, il est acheté par le sieur de la Vie, commis général de la dite Compagnie à Saint-Domingue (colonie française), qui, contre sa volonté en fait un défricheur, et non un aide-chirurgien. Il attire l'attention des capucins de l'îles, puis du gouverneur qui le fait racheter par un maître-chirurgien auprès de qui il finira enfin sa formation.

Une fois libéré de son contrat, il rejoint très vite le milieu des boucaniers, dont il fera la première description, puis la flibuste et se mettra pendant huit années au service de groupes de pirates comme chirurgien de bord, notamment celui d'Henry Morgan avec lequel il effectue le sac de Panama. Après un retour rapide en Europe, il participe en 1697 au pillage de Carthagène. C'est une des attaques pirates sur une ville les plus célèbres. Après ce dernier fait d'armes, il disparaît de l'Histoire, aucun écrit ne relatant le reste de sa vie ni sa mort.

Il a vraisemblablement passé les dernières années de son existence aux Pays-Bas au milieu des nombreux réfugiés protestants français Huguenots qui s'y étaient établis après la révocation de l'Édit de Nantes.


Mon avis :

Un texte classique bien plus lisible que celui de Defoe, qui a l'avantage également de retracer un récit de première main, vécu par l'auteur. Ceci dit, celui-ci a tendance à s'effacer et donne très peu de détails sur son rôle. Toute la partie sur Henry Morgan est assez passionnante, brossant un portrait à charge de l'individu, qui finit gouverneur de la Jamaïque après sa carrière de pirate, autrement dit la reconversion la plus réussie pour un pirate. L'histoire est plus vivante avec Exquemelin : il donne des détails sur le mode de vie des pirates, des indigènes, parfois sur la flore, la faune, la géographie. Enfin surtout, c'est un petit manuel de guerre sur les actes de piraterie terrestres : la conquête des villes Espagnoles y est fort bien décrite. Voilà en gros le résumé de parfait petit manuel :
Réunion de la chasse-partie, recherche de vivres, débarquement et approches furtives pour s'emparer des forts et avant-postes, charges intrépides inspirant l'effroi, négociations des réditions des soldats, capture des prisonniers, torture pour connaître leurs richesses cachées, rançons, pillage, occupation de la ville pendant plusieurs semaines, ravages et incendies, départ avant l'arrivée des renforts.
Au final, un texte vivant fort intéressant, incontournable pour les amateurs de la flibuste cherchant des sources historiques.

Ouvrages sur la FLIBUSTE Exq10
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeJeu 2 Avr - 19:29

Allez, après ce grand classique d'Exquemelin, on enchaîne avec un autre classique en son genre.
Vous allez voir, c'est assez croustillant.



Les Cahiers de Louis-Adhémar-Timothée Le Golif, dit Borgnefesse, capitaine de la flibuste ont été publiés en 1952, chez Grasset.

Tout d'abord, apprécions l'évolution graphique de la couverture chez ... le même éditeur !

Ouvrages sur la FLIBUSTE Borgne11
Ouvrages sur la FLIBUSTE Borgn12
Ouvrages sur la FLIBUSTE Borgne13



Ce récit des courses, conquêtes galantes, batailles, abordages et pillages du personnage principal en mer des Antilles sous Louis XIV a été présenté en 1952 comme les authentiques mémoires d'un capitaine de la flibuste ayant vécu au XVIIe siècle et dont le manuscrit découvert fortuitement dans une vieille malle, à la suite des bombardements de Saint-Malo en 1944, aurait été déchiffré par Gustave Alaux et Albert t'Serstevens.
Oui donc, le même Gustave Alaux présenté sur le forum dans la section "peintres du merveilleux".
Précisons : les cahiers sont publiés par Gustave Alaux, et préfacés par le romancier Albert t'Serstevens, expliquant comment ils ont dépoussiéré ce manuscrit du vieux français pour le remettre dans la langue de Molière du XXè siècle. Dans la préface d'une quinzaine de pages, t'Serstevens nous explique comment Alaux a mis la main sur ces cahiers à Saint Malo, par l'intermédiaire de l'un de ses amis architectes. Les manuscrits sont incomplets, une partie est même illisible.


Longtemps prise au premier degré par des amateurs de littérature, cette présentation était depuis le début rejetée par les historiens et spécialistes de la marine ancienne.
Ceux-ci reprochaient au récit une abondance de clichés, des rebondissements difficilement crédibles et des réutilisations d'éléments venant de biographies véritables d'autres marins comme Duguay-Trouin ou Forbin.

À cela s'ajoutaient le fait qu'aucune archive n'a conservé le nom de le Golif ou de Borgnefesse ni d'aucun marin cité dans le récit, le fait que le manuscrit n'avait jamais été présenté à des archivistes paléographes et surtout le fait que Gustave Alaux avait déjà publié une nouvelle intitulée La Régate du capitaine Borgnefesse dans le bulletin du cercle nautique de Chatou en 1935, soit neuf ans avant que dans la logique de la présentation de 1952, la découverte du manuscrit ne soit censée révéler l'existence d'un Louis-Adhémar-Timothée Le Golif, dit Borgnefesse, capitaine de la flibuste.

En 2002, cinquante ans après la première édition, ce qui est présenté comme le manuscrit est confié par les ayants droit au Musée de la Marine pour l'exposition Pirates ! consacrée à la naissance du mythe littéraire et cinématographique de la piraterie des Caraïbes, dans laquelle le récit est officiellement présenté comme un roman.

Le « manuscrit » était en réalité formé d'un annuaire passé au chlore sur lequel les auteurs avaient écrit à la plume dans un style imitant celui du XVIIe siècle, le texte dont on pouvait voir une photo dans l’édition de 1952 en deuxième page, après la page de garde :

Voyan aqui il zavé affaire tous ces
bougres commencère à devenir prudans
et a me donné du large. Aussitôt je les
chassai ce qui les fit enfuir comme
vollée de moinos. Seul demeura 1 gran
diable qui tenait une ache et pensoit
m’en fendre la teste en 2 moitiez mais
auparraven ilfut clouez par moy a
1 ratelié de chevillast. (…)

L'Association des amis du musée de la marine (Amerami) et la revue Neptunia no 224 proposent un article Le Peintre de la Marine Gustave Alaux et l'Aventure de Borgnefesse.


Mon avis :

Tout simplement excellent. Une sorte de condensé des meilleurs histoires de pirates baignant dans le second degré sans jamais tomber trop grossièrement dans la caricature : tout reste plausible... enfin presque ! L'humour est bien présent mais pas omniprésent. Le Golif a quelque chose du Baron de Munchausen quand il vante certains de ses exploits supposés. En même temps, il fait preuve d'honnêteté quand il est en méchante posture. C'est assez truculent, mais ça ne nuit jamais au livre qui garde un fond sérieux et un habillage de respectabilité. Il est notamment très bien documenté, on s'y croirait. Les auteurs ont du réussi à faire la synthèse des différentes sources sur la flibuste pour donner un récit qui fourmille de détails ... authentiques. Cette imposture est finalement peut-être bien plus que cela, l'un des meilleurs romans sur l'univers de la flibuste.

Avis sur le site de Nautistore :
https://www.nautistore.fr/librairie/714-cahiers-le-golif-dit-borgnefesse.html
Citation :
A mon avis le meilleur "roman" jamais écrit sur les frères de la côte au temps du Roi Soleil. Boucaniers, nobles capitaines, moines paillards, forbans en tous genres engagés dans la course, femmes de bonne et mauvaise vie, batailles navales livrées sans quartier, ripailles, boucans de cochon, tout y est! Borgnefesse doit autant au Père Labat et Alexandre Oexmelin qu'à R.L. Stevenson. Mais poussez plutôt la porte de l'Auberge du Rat qui pète, il vous le racontera lui-même...

Ouvrages sur la FLIBUSTE Ob_61710
Portrait de Le Golif, par Étienne BLANDIN. Tout comme Gustave Alaux, Blandin est peintre officiel de la marine. Il est surtout connu dans les rue de St Malo pour ses nombreux portraits de corsaires, comme Le Golif, qui ornent les cartes postales des marchands de journaux. Ce qui est amusant, c'est que ce deuxième peintre officiel de la marine a contribué à sa manière à cette petite imposture, avec ce faux portrait de Borgnefesse. Telle ne fut pas ma surprise en récupérant mes cartes postales de pirates de mon enfance, en découvrant le nom de Borgnefesse !


Concernant l'imposture littéraire de Le Golif, un article universitaire d'Odile GANNIER est disponible en pdf ici :
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01855544

Pour finir, j'ai découvert l'existence d'un restaurant malouin évidemment, portant le nom de Borgnefesse :
Ouvrages sur la FLIBUSTE Resto10
Ouvrages sur la FLIBUSTE Resto_10
Le mythe continue à prendre corps !
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeDim 26 Avr - 18:42

Transition facile avec un autre artiste, écrivain et peintre de marine, Louis Garneray.

Ouvrages sur la FLIBUSTE Dfcc5b10



Ambroise Louis Garneray, né le 19 février 1783 à Paris où il est mort le 11 septembre 1857, est un corsaire, peintre de marine, dessinateur, graveur et écrivain français, précurseur du roman d'aventure maritime. Il connut une vie d’aventurier avec Surcouf et Dutertre, il fut huit ans prisonnier des Britanniques.

De ses aventures maritimes, il a fait des récits fougueux. Batailles, abordages, navires coulés, il décrit aussi la vie à bord que ce soit en tant que marin de la Royale ou en tant que corsaire. La vie des prisonniers français sur les pontons britanniques sera aussi décrite, constituant une source d'information inestimable.

Ouvrages sur la FLIBUSTE D7774910
Pontons anglais : les prisonniers sont détenus sur les bateaux en rade.


Concrètement, parmi ses divers ouvrages, nous pouvons lire de nos jours les mémoires de l'auteur publié en trois tomes :

Corsaire de la République. Voyages, aventures et combats, Paris, Phébus, 1984 ; Rééd. Payot, 1991.
Le Négrier de Zanzibar, Voyages, aventures et combats, Paris, Phébus, 1985 ; Rééd. Payot, 1992.
Un corsaire au bagne. Mes pontons, Paris, Phébus, 1985 ; Rééd. Payot, 1992.

Mon avis sur ces 3 titres qui se suivent :
Un classique. Tout simplement excellent. J'ai débuté mes lectures maritimes par cette trilogie. Il ne s'agit pas d'un ouvrage de pirate mais de récits historiques authentiques qui a le parfum du vécu. Garneray nous entraîne dans des combats maritimes, dans des escales exotiques, et pour finir, au bagne vu de l'intérieur, dans un sordide troisième tome "Mes pontons" qui est très éloigné des deux premiers, mais le plus marquant sans doute. Ces mémoires se lisent comme un roman. J'en garde de très bons souvenirs quelques décennies après ma lecture.




Ouvrages sur la FLIBUSTE Ef3ec310


Toute sa carrière maritime se déroule dans l’océan Indien avec l’île de France (actuelle île Maurice) et accessoirement l’île Bourbon (la Réunion) comme bases. Il participe aux différentes campagnes militaires contre les vaisseaux Anglais. En 1799, il est timonier et « premier peintre du bord » sur la Preneuse. Au retour à l'île de France, alors que son équipage est décimé par le scorbut, la Preneuse échouée et démâtée doit se rendre aux forces britanniques faisant le blocus de l'île. Garneray échappe à la captivité en regagnant la côte à la nage.
Faute de navires officiels, il s’engage sur La Confiance de Surcouf comme enseigne, d’avril à décembre 1800. Il participe à la prise à l'abordage du Kent, l’exploit le plus célèbre du corsaire, en octobre 1800.

Ouvrages sur la FLIBUSTE Confia10
Garneray : Prise du Kent par Surcouf.

Il sert ensuite sur le corsaire le Tigre du Bengale et enfin sur la frégate l'Atalante, puis sur la Belle Poule. En 1806, blessé, il est conduit au Royaume-Uni et passe les huit années suivantes dans l'enfer des pontons en rade de Plymouth. Il met cet enfermement à profit pour peindre, ce qui lui permet d’améliorer son ordinaire, grâce aux commandes d’un marchand de tableaux britannique.


Ouvrages sur la FLIBUSTE The-sh10


Carrière artistique :

Il va exposer au Salon de Paris en 1815. Employé par le duc d’Angoulême, alors grand amiral de France, il devient par concours son peintre attitré en 1817. Entre 1821 et 1830, il se rend dans de nombreux ports de France où il réalise d’innombrables croquis qui serviront de base à des gravures ou des toiles. Il peut être rattaché au corps des peintres officiels de la Marine, qui ne sera constitué qu'en 1830, et auquel il n'appartient pas. En 1832, il est nommé directeur du musée de Rouen. L’œuvre picturale de Garneray se compose de 141 tableaux, 176 gravures (principalement au lavis ou à l'aquatinte) et 22 aquarelles.



Ouvrages sur la FLIBUSTE Louis_10

« Excepté la piraterie, je crois que j'ai pratiqué à peu près tous les genres de navigation. »


Ouvrages sur la FLIBUSTE Bal10

Hommage :

Dans son livre Moby Dick (1851), l'écrivain américain Herman Melville critique sévèrement les différentes représentations des cétacés, cachalots et baleines, réalisées par les différents peintres mondiaux, à l'exception de deux estampes françaises faites d'après les peintures de Garneray. « Entre toutes, et de très loin les meilleures et les plus réussies des gravures donnant des baleines et des scènes de pêche, même si quelques petits détails ne sont pas d'une précision très absolue, ce sont deux estampes françaises, faites d'après les peintures d'un certain Garneray ». Un peu plus loin l'auteur américain précise : « Qui est ce Garneray ?... je l'ignore. Mais je suis prêt à jurer sur ma vie ou bien qu'il a réellement pratiqué son sujet, ou bien qu'il a été merveilleusement conseillé et enseigné par un baleinier de longue expérience ».

Ouvrages sur la FLIBUSTE Bla210
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3388
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeMar 28 Avr - 17:58

Très sympa ces peintures maritimes, j'adore vraiment cet univers. C'est propice au voyage et à l'imagination et ça me fera toujours autant rêver.

Mention spéciale pour la première très évocatrice de voyages et d'aventures. Ainsi que la 4eme avec ce magnifique arraisonnage, évocation typique de la flibusterie.

Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 2023
Date d'inscription : 09/12/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeMer 29 Avr - 21:08

Une belle biographie pour un sacré bonhomme. J'avoue malgré moi que ses peintures ne m'émeuvent pas, sauf peut-être le quatrième tableau.

Ah ! ces anglais.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeDim 7 Juin - 22:02


Ouvrages sur la FLIBUSTE Timm10
J'ai lu, 1988 (On Stranger Tides, 1987)
Réédition, Bragelonne, 2011

Allez, on commence à parler des romans mêlant flibuste, fantasy et SF, avec Sur des mers plus ignorées. Tim Powers (qualifié souvent d'inventeur du Steampunk") écrit ce roman d'aventure fin des années 80 et à ma connaissance, c'est celui qui fait franchir un pas assumé vers la fantasy.

Citation :

C'est en 1718 que Jack devint pirate des Caraïbes... Il voguait vers le Nouveau Monde quand son navire fut attaqué par des pirates. Le capitaine lui proposa de mourir tout de suite... ou de devenir l'un d'entre eux. Le choix fut vite fait ! Il dut rapidement apprendre à manier aussi bien la grand-voile que le sabre d'abordage.
Mais c'est pour sauver une belle jeune fille que Jack allait devoir affronter les plus sinistres dangers : magie vaudoue, zombies, puissances maléfiques et par-dessus tout le terrible Barbe-Noire, à la recherche de la fabuleuse fontaine de Jouvence...


Mon avis :

Les bases du fantastique sont là, les ingrédients aussi : Barbe Noire, de la magie vaudoue et des zombies, la fontaine de jouvence... mais je n'ai pas trouvé le plat particulièrement savoureux.
La faute à un héros plutôt insipide et suiveur, dans l'ombre d'un Barbe Noire bien plus charismatique. Dans mes souvenirs, ce roman est divertissant, mais restait un peu trop consensuel. En lorgnant davantage vers l'horrifique, nous aurions pu avoir un roman plus adulte et profond.
Lorsque l'on voit le traitement de l'immortalité dans Hyperion de Dan Simmons, on mesure l'écart entre ce chef d'oeuvre et un roman de SF un peu à l'ancienne, restant assez grand public, qui n'exploite pas assez l'horrifique. Je le relirais si je peux dans quelques années.

CAPITAINE VAUDOU

Sinon, et je l'ignorais à l'époque de ma lecture, mais cet ouvrage est paru en France (1988) un peu avant Capitaine vaudou, jeu de rôles français d'aventure sur le thème des pirates, publié par le magazine Casus Belli en 1991. En grande partie historique, il plonge les joueurs dans l'univers des pirates des Caraïbes au XVIIe siècle. Une souscription pour une réédition améliorée de Capitaine Vaudou a été financée avec succès il y a quelques mois :
https://www.gameontabletop.com/cf344/capitaine-vaudou.html


Ouvrages sur la FLIBUSTE Timmm10

Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3668
Date d'inscription : 18/01/2012

Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitimeJeu 16 Juil - 10:03

Ouvrages sur la FLIBUSTE Dechro10

On enchaîne avec un nouveau roman mêlant SF et flibuste, qui a connu assez de succès :
Citation :

Le Déchronologue est un roman de science-fiction écrit par l'écrivain français Stéphane Beauverger publié aux éditions La Volte en 2009. Le roman a remporté plusieurs prix littéraires, notamment le grand prix de l'Imaginaire 2010.

XVIIe siècle, Mer des Caraïbes. Le capitaine Henri Villon, flibustier huguenot avide de liberté, lutte avec son équipage sur son navire, le Déchronologue, contre d'étranges phénomènes temporels.

   « Je suis le capitaine Henri Villon, et je mourrai bientôt. Non, ne ricanez pas en lisant cette sentencieuse présentation. N’est-ce pas l’ultime privilège d’un condamné d’annoncer son trépas comme il l’entend ? C’est mon droit. Et si vous ne me l’accordez pas, alors disons que je le prends. ... »

— Stéphane Beauverger, Le Déchronologue


Le cadre géographique et temporel tient une place très importante dans le roman. La Mer des Caraïbes du XVIIe siècle, lieu d'un affrontement féroce entre les puissances européennes (Espagnols, Hollandais, Anglais, Français, ...) pour la conquête des richesses des îles et du continent américain, fait l'objet de descriptions très détaillées, tirées de notre histoire. Avec une atmosphère 'cape et épées' très prononcée, le roman nous rappelle les histoires de pirates de la littérature populaire.
Mais les objets étranges et les désordres temporels qui s'immiscent dans le récit bouleversent peu à peu la région et font basculer l'histoire vers le genre Science-fiction uchronique.

Pour accentuer ce biais, le roman a également la particularité d'être découpé en chapitres désordonnés qui ne suivent pas l'ordre chronologique de l'intrigue. Tel un puzzle, ils présentent le vécu et les pensées entremèlés du personnage principal au cours des quelques années que couvre le récit, à la manière d'un journal de bord aux feuilles mélangées qu'il faudrait reconstituer pour comprendre le voyage.
L'action du roman se déroule dans la Mer des Caraïbes, sur ses iles (Tortuga, ...) et à l'intérieur des terres du continent américain (Yucatan, Floride, ...). Toutefois les phénomènes temporels qui jalonnent le roman ont peu à peu des impacts sur la géographie des lieux.


Le roman a obtenu le grand prix de l'Imaginaire 20101, le prix européen Utopiales des pays de la Loire 20092, le Nouveau Grand Prix de la science-fiction française 20093, le Prix Bob-Morane 20104, et le Prix Imaginales des Lycéens 2012

Wikipedia

Mon avis :

Excellent ! Bien documenté, immersif. La lecture en chapitre dans le désordre est effectivement déroutante et pourrait gêner les lecteurs qui ne souhaitent pas s'investir dans le roman. Alors certes, il faudra quelques efforts de la part du lecteur, la lecture n'étant pas forcément des plus agréable et rapide à cause de ces changement de chapitre. Pour ceux qui font l'effort de reconstituer les pièces du puzzle, l'ensemble de la fresque aura fière allure.
Mais est-ce un artifice, ou bien est-ce que cela a une justification.
Pour moi, cela participe à l'intérêt et l'originalité du livre. Les désordres temporels qui parsèment le récit justifient pour moi le recours à ce procédé.
Je l'ai bien vécu en me disant que cette lecture chaotique des chapitres était à l'image des roulis et tangages des bateaux.
Après tout, même si on peut avoir un petit inconfort de lecture, on est quand même loin du mal de mer !
En résumé, un excellent livre de flibuste et de SF que je recommande vivement.
Les prétentions littéraires sont bien ancrées avec une certaine ambition, notamment par rapport à Sur des Mers plus ignorées, qui est un cran en dessous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ouvrages sur la FLIBUSTE Empty
MessageSujet: Re: Ouvrages sur la FLIBUSTE   Ouvrages sur la FLIBUSTE Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ouvrages sur la FLIBUSTE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section générale :: Les bouquins-
Sauter vers: