AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-8%
Le deal à ne pas rater :
5€ de réduction sur le jeu PS5 Marvel’s Spider-Man: Miles ...
54.99 € 59.99 €
Voir le deal

 

 Argent brûlé (Ricardo Piglia)

Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7676
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

Argent brûlé (Ricardo Piglia) Empty
MessageSujet: Argent brûlé (Ricardo Piglia)   Argent brûlé (Ricardo Piglia) Icon_minitimeMer 11 Déc - 15:25

Argent brûlé (Ricardo Piglia) Argent12

Un bouquin inattendu, fort, surprenant par les faits qu'il relate, d'autant plus qu'ils sont inspirés de faits réels qui défrayèrent la chronique en Argentine dans les années 1960, fin 1965 plus exactement.

Tout commence quand l'auteur rencontre, en 1966, dans un train en route pour la Bolivie, Blanca Galeano, une gamine de seize ans "qui en paraît trente" et qui, au cours du voyage, va lui raconter une singulière histoire… Blanca est en fait la concubine du truand et tueur Mereles, qui vient d'horrifier l'Argentine quelques mois plus tôt par un casse violent et sanglant, avec ses complices. Blanca sort de six mois de taule pour complicité et raconte donc ce qui s'est passé.

Les évènements ont lieu en fin d'année 1965, l'attaque meurtrière d'un convoi de fonds par quatre hommes, dont deux sont connus et redoutés. Surnommés "Néné" et "Angel", le premier est issu de la bourgeoisie, renié par sa famille, le second est mystique et prétend entendre des voix. Ils sont redoutables, inséparables, on les surnomme les frères, les jumeaux. Sauf qu'ils ne sont ni frères ni jumeaux, ils sont amants. Leur relation bat de l'aile et ils acceptent l'offre de Melito, cerveau de l'opération (et qui a des accointances avec des mouvements anarchistes et terroristes), pensant que ce casse va leur permettre de renouer leur complicité passée. A eux viennent donc se greffer Mereles et, indirectement, Blanca. Le casse réussit, sept millions de pesos, l'Argentine est en émoi, toutes les polices se lancent aux trousses du gang qui a fui, semant les cadavres après lui, et se terre dans un appartement de Montevideo, en Urugay. Le groupe sera finalement débusqué, trahi par un des membres qui s'enfuira juste avant l'arrivée des flics. Retranchés dans leur appartement, les autres se battront jusqu'au bout, jusqu'à la mort, au cours d'un assaut sans pitié, un assaut de 24 heures menés par 300 flics.

Un livre court mais noir, très noir, aussi désespéré que ses protagonistes. Ils sont jeunes, violents, cyniques et amoraux. Des hommes encore jeunes mais qui ont grandi entre les camps de redressement, les bas-quartiers et l'atmosphère étouffante, la chape de plomb conservatrice de leur époque. Ces truands sniffent de la coke, mitraillent sans états d'âme, se bourrent la gueule mais en même temps, ils sont libres. Ils rejettent les conventions, les règles. Néné et son compagnon s'aiment et emmerdent le monde. Ils savent très bien comment cette folle escapade va finir. Ils s'en foutent. Pareil pour Mereles et sa compagne encore mineure. La meilleure preuve de cette liberté, de cette indépendance totale, c'est sans conteste la scène qui a donné son titre au livre.

Piglia nous livre ici un roman noir, fort et amer, où il a l'intelligence de nous offrir plusieurs points de vue, celui de nos tueurs bien sûr, mais aussi celui des flics, des journalistes, d'une opinion publique qui oscille entre horreur et fascination. On découvre au passage la société Argentine des années 1960, une police aussi corrompue que ceux qu'elle traque et qui n'hésite pas à user de la même violence ainsi que la chape de plomb étouffante imposée par la caste militaire au pouvoir.
Lecture peut-être un peu difficile pour qui ne connaît pas l'histoire de l'Argentine de ces années-là, dont l'auteur fait une radiographie au laser, sans concessions, brute et noire. Le petit lexique à la fin du livre et donnant quelques explications est bienvenu.

A noter qu'un film a été fait, en 2000, sur cette histoire, Vies brûlées. Film remarqué, présenté à la Mostra de Venise, mais qui reste principalement centrée sur la relation entre les deux tueurs amants, au détriment du reste et occultant les autres membres du groupe. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

VIC

Masculin Messages : 3667
Date d'inscription : 18/01/2012

Argent brûlé (Ricardo Piglia) Empty
MessageSujet: Re: Argent brûlé (Ricardo Piglia)   Argent brûlé (Ricardo Piglia) Icon_minitimeMer 11 Déc - 23:03

Je vais passer mon tour, j'ai bien assez de ma dose quotidienne de sordide au travail. Mais merci pour cette découverte.
Revenir en haut Aller en bas
Gorak

Gorak

Masculin Scorpion Messages : 5476
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 47
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

Argent brûlé (Ricardo Piglia) Empty
MessageSujet: Re: Argent brûlé (Ricardo Piglia)   Argent brûlé (Ricardo Piglia) Icon_minitimeJeu 12 Déc - 0:39

Voilà le genre d'histoire qui me fait fantasmer.. comment se fait-il d'ailleurs que je sois passé à côté ?

Merci pour l'info. Je le note et il ira bientôt rejoindre ma bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7676
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

Argent brûlé (Ricardo Piglia) Empty
MessageSujet: Re: Argent brûlé (Ricardo Piglia)   Argent brûlé (Ricardo Piglia) Icon_minitimeJeu 12 Déc - 17:06

Je dirais que c'est plus étouffant et amer que sordide. On plonge en apnée dans une société sclérosée,  avec police corrompue et manipulée par les politiques, caste militaire au pouvoir derrière un paravent de démocratie, jeunesse désespérée dont la violence est politisée par les médias, activisme politique… Là-dessus vient donc se greffer ce fait-divers authentique qui défraya la chronique.

Piglia le traite presque comme une chronique journalistique : il a fait des recherches, a fouillé et décortiqué les archives de l'époque, s'est renseigné pour recoller les morceaux. On pourrait se dire que c'est un peu trop Bonnie and Clyde ou une métaphore du Décaméron : on est condamnés, foutus, on va crever donc aimons, jouissons, brûlons nos vies… Une sorte d'exutoire, de fuite en avant dans la violence.
Mais le plus fou c'est que Piglia n'a rien inventé… Déjà, à notre époque, un tel fait-divers ferait sensation. Il faut imaginer son impact dans les années 60 : quatre tueurs dont deux qui sont amants, un qui a pour compagne une prostituée de 16 ans, un "cerveau" charismatique et trouble proche de milieux "extrémistes", un chef de police efficace aux méthodes barbares, une route sanglante, la traque qui mobilise toutes les polices et cet assaut final d'un appartement devenu forteresse sous les yeux des journalistes et des caméras… Hollywood n'aurait pas osé.

Petit bémol : si Piglia a la bonne idée de donner l'angle de vue des différents protagonistes (truands, flics, journalistes…), on s'y perd parfois tant il y a de monde, on a par moments du mal à savoir qui parle.
Revenir en haut Aller en bas
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

Gorak

Masculin Scorpion Messages : 5476
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 47
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

Argent brûlé (Ricardo Piglia) Empty
MessageSujet: Re: Argent brûlé (Ricardo Piglia)   Argent brûlé (Ricardo Piglia) Icon_minitimeJeu 12 Déc - 19:58

Voyageur Solitaire a écrit:
On plonge en apnée dans une société sclérosée,  avec police corrompue et manipulée par les politiques, caste militaire au pouvoir derrière un paravent de démocratie, jeunesse désespérée dont la violence est politisée par les médias, activisme politique…

C'est malheureusement le lot de bien des pays dans le monde... et même, bien souvent, dans nos démocraties présentées comme si valeureuses...

Un livre de révolte et de révoltés, si je comprends bien. Encore une bonne raison de m'y intéresser. Le propos fait réfléchir en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




Argent brûlé (Ricardo Piglia) Empty
MessageSujet: Re: Argent brûlé (Ricardo Piglia)   Argent brûlé (Ricardo Piglia) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Argent brûlé (Ricardo Piglia)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section générale :: Les bouquins-
Sauter vers: