AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Captive : où commander le Tome 2 Collector de Captive ?
26.90 €
Voir le deal

 

 LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
VIC

VIC


Masculin Messages : 4276
Date d'inscription : 18/01/2012

LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Empty
MessageSujet: LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE   LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Icon_minitimeDim 19 Mar - 0:16

La Planète des singes est un roman de science-fiction, publié en 1963 par l'écrivain français Pierre Boulle, déjà auteur auparavant le Pont de la rivière Kwai en 1954, excusez du peu !
La Planète des singes raconte l’histoire de trois hommes qui explorent une planète lointaine similaire à la Terre, où les grands singes sont les espèces dominantes et intelligentes, alors que l'humanité est réduite à l’état animal. Le roman a été traduit dans de nombreuses langues, et a fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques internationales (5 films entre 1968 et 1973, puis 4 films depuis les années 2000) et une série télévisée en 1974. J'avoue que je n'ai vu aucun des films récents et que j'ai de très vagues souvenirs des films que j'ai du voir quand j'étais enfant.


Citation :
La Planète des singes est directement inspiré des travaux de Charles Darwin, tout comme avant lui le feuilleton Les Aventuriers du ciel de René-Marcel de Nizerolles (1933-1938) et les romans Le Règne du gorille de Lyon Sprague de Camp (1941) ainsi que Les Animaux dénaturés de Vercors (1952). Il y mêle la découverte de la théorie de la relativité restreinte d'Einstein (attribué dans une adaptation cinématographique de l'œuvre au docteur Azlein), expliquant la dilatation du temps et le retour sur terre dans un futur lointain. Les théories évolutionnistes sont présentées dans le chapitre deux de la deuxième partie : « Nous savons qu'elles [Les espèces] ont eu probablement toutes une souche commune. [...] Singes et hommes sont des rameaux différents, qui ont évolué, à partir d'un certain point, dans des directions divergentes, les premiers se haussant peu à peu jusqu'à la conscience, les autres stagnant dans leur animalité. »


Dans son récit, Pierre Boulle imagine que l'évolution naturelle déchoit l'homme de sa prééminence sur les autres espèces vivantes au profit des singes. L'idée lui est venue lors d'une visite au zoo, en observant les gorilles. Il dit à ce sujet : « J'étais impressionné par leurs expressions quasi-humaines. Cela m'amena à imaginer ce que donnerait une relation homme/singe. Certains croient que j'avais King Kong en tête lorsque j'ai écrit mon livre, mais c'est totalement faux. »

Mon avis : un classique au succès international, qui m'a laissé sur des impressions mitigées.
Tout d'abord, j'ai été gêné par le côté scientifique (quelques lignes sur la relativité Einstein, et l'ombre de Darwin sur le récit) qui coexiste parfois avec une grande naïveté : certes, on est dans de la SF écrite en 1963, ceci explique cela. Mais on a l'impression quand même d'assister à Tintin le reporter qui n'a aucune connaissance scientifique et qui embarque à la cool pour un voyage spatial scientifique. D'après nos critères actuels, c'est vraiment naïf. On n'a pas l'impression que les problèmes techniques ou la vraisemblance sont la préoccupation de l'auteur, Jules Verne était plus à cheval sur ce point.
Le voyage spatial est donc expédié très rapidement pour se retrouver au centre des débats : une nouvelle planète.
Nouvelle naïveté : il a fallu que le groupe rencontre en premier ce qui deviendra l'un des protagonistes importantes du récit, bof.
Autre compromis, compréhensible : les 3 races de singes dominant la planète sont bien connus sur la Terre : il n'y a pas d'effort d'imagination à faire pour se les représenter. On se demande quand même comment la terre et cette nouvelle planète partagent autant de choses en commun.
Côté explications, je suis resté sur ma faim :

Sur l'involution générale des humains, on n'est pas très avancé (mais il semble que la tv réalité soit hors de cause) :
Une paresse cérébrale s'est emparée de nous [les hommes]. Plus de livres ; les romans policiers sont même devenus une fatigue intellectuelle trop grande. [...]»
C'est pire concernant certains individus en particulier :
Spoiler:

Concernant l'évolution ou l'involution, l'auteur a voulu nous faire peur avec un côté inéluctable et sans véritable explication.
Hélas, cela nuit vraiment à la crédibilité. Aujourd'hui, il me paraît plus simple d'imaginer des explications avec des virus par exemple, qui seraient passés par là.

En dehors ce certains côté naïfs, le roman possède un thème extrêmement fort, à plusieurs degrés de lectures. Le récits fait écho aux noirs qui ont été vus comme une espèce inférieure, sans âmes : ici le héros humain est plus ou moins dans la même situation qu'eux.
Je plussoie fortement sur le lien avec Les Animaux dénaturés de Vercors , écrit avant, que j'avais beaucoup apprécié (tout comme son adaptation en pièce de théâtre sous le nom de Zoo).

Le visuel de roman est très bon : puisque les singes nous sont connus, il est très facile de s'imaginer les scènes qui sont bien décrites. Ceci explique peut-être le succès des adaptations cinématographiques. En ce qui concerne les adaptations américaines, impossible pour moi de ne pas penser à la place des noirs aux États-Unis, à l'esclavage et à la ségrégation. Je me demande si l'attrait en Amérique pour les adaptations du roman n'a pas été lié à cette grande peur que la "race" blanche soit un jour supplantée par la noire, traitée souvent de singes par les racistes blancs.
Mais ceci est un autre débat. Un mot sur la fin du récit, que j'avais doublement anticipée, mais qui est très logique du point de vue de l'écrivain, mais beaucoup moins niveau vraisemblance.

Pour l'heure, je suis curieux de savoir comment le récit a été modernisé pour les adaptations récentes, et quelles astuces ont été trouvées pour gommer certains manques du roman. Je suis content d'avoir lu celui-ci pour me plonger "à la source" avant de découvrir éventuellement un jour à quelle sauce il a été adapté.
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang


Masculin Messages : 1468
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Empty
MessageSujet: Re: LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE   LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Icon_minitimeLun 20 Mar - 13:45

Un petit mot d'évolutionnisme pour dire que, pour épargner la sensibilité de nous autres humains, on dit que « les singes sont des cousins des hommes ». Mais pour les biologistes, les choses sont claires (au moins depuis 1996) : les humains sont des singes.

L'espèce humaine, Homo sapiens, fait partie du genre Homo (dont elle est le dernier représentant, éh oui, on est en fin de course), qui est de la famille des hominidés (Hominidae).

Or, la famille des hominidés fait partie de la super-famille des hominoïdes (Hominoidea) autrement appelés… Singes sans queue. (À l'époque de l'écriture du livre, les Homo sapiens étaient encore les seuls classés dans la famille des hominidés.)

LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE 451px-10

La famille des hominidés comprend donc les humains, les gorilles, les orangs-outans (Pongo) et les les chimpanzés et les bonobos (Pan). Les hominoïdes est une super-famille  qui comprend tout ça plus les gibbons (Hylobates). Tout ça fait encore partie d'un grand tout, l'infra-ordre des simiens (les singes), et d'un tout encore plus grand, l'ordre des primates (donc là on est dans le même sac que les lémuriens et les tarsiers, chest tout mimi tout cha).

Pour résumer notre branche phylogénétique :

  • règne : Animalia (animaux) ;
  • embranchement : Chordata (chordés : animaux ayant une symétrie gauche-droite, mais une dissymétrie ventre-dos et avant-arrière, donc en gros on distingue une bouche d'un côté et un anus de l'autre avec un tube digestif entre les deux, et ils avancent dans un sens appelé « avant ») ;
  • sous-embranchement : Vertebrata (vertébrés) ;
  • classe : Mammalia (mammifères) ;
  • sous-classe : Theria (thériens, les vivipares, ceux qui accouchent ; car oui, il existe des mammifères ovipares comme par exemple les ornithorynques) ;
  • infra-classe : Eutheria (euthériens, en gros pas les marsupiaux) ;
  • cohorte : Placentalia (placentaires, le bébé se développe dans le ventre de la maman ; il y aurait des animaux ni placentaires ni marsupiaux, mais lesquels ?) ;
  • ordre : Primates (primates) ;
  • sous-ordre : Haplorrhini (haplorhiniens, ceux qui ont perdu la truffe et ont un nez simple) ;
  • infra-ordre : Simiiformes (les simiens, les singes quoi) ;
  • super-famille : Hominoidea (hominoïdes, singes sans queue) ;
  • famille : Hominidae (hominidés) ;
  • sous-famille : Homininae (homininés, grands singes africains) ;
  • tribu : Hominini (hominines, avec un e sans accent) ;
  • sous-tribu : Hominina (hominines : l'homme et ses ancêtres dont l'Australopithèque) ;
  • genre : Homo ;
  • espèce : Homo sapiens (humains).


Dernière édition par cdang le Mar 21 Mar - 11:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 4276
Date d'inscription : 18/01/2012

LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Empty
MessageSujet: Re: LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE   LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Icon_minitimeLun 20 Mar - 22:50

Merci pour ces précisions. Je me perds souvent dans toutes ces branches, qui n'appartiennent pas forcément à l'arbre d'où descend le singe ;-)
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang


Masculin Messages : 1468
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Empty
MessageSujet: Re: LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE   LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Icon_minitimeMer 22 Mar - 13:35

Hasard du calendrier, Pascal Picq parlait du roman hier soir sur  France Inter :
« Pascal Picq, l'homme droit », L'Heure bleue, France Inter, 21 mars 2017.

Écouter de 23 min 24 à 26 min 13.

En fait non : continuez à écouter après, c'est toujours bon d'entendre Lucy in the Sky with Diamonds (-:

Par ensuit ça enchaîne sur la disparition programmée des grands singes en 2050 à cause de l'activité humaine et là c'est pas glop pas glop )-;
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 4276
Date d'inscription : 18/01/2012

LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Empty
MessageSujet: Re: LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE   LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Icon_minitimeMer 22 Mar - 19:41

Merci pour le lien. Hélas pas moyen de l'écouter avec ma connexion actuelle. Je referai une tentative ce week-end. Et d'ailleurs, quel nom pour remplacer WE en VF ?
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang


Masculin Messages : 1468
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Empty
MessageSujet: Re: LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE   LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Icon_minitimeJeu 23 Mar - 11:39

Congés de fin de semaine. Et pour ceux qui trouvent ça trop long, travaillez le dimanche, ça vous évitera d'avoir à prononcer cette locution.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Empty
MessageSujet: Re: LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE   LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LA PLANETE DES SINGES - PIERRE BOULLE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA PLANETE DES SINGES
» LA PLANETE INTERDITE
» PIERRE DE RONSARD
» SUNSET (Pierre Rey)
» LA PIERRE DE LUNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section Science Fiction :: La SF française-
Sauter vers: