AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
One-Punch Man Tome 25 en édition Collector : ...
Voir le deal
9.90 €

 

 ALAN MOORE, le Maître

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeVen 12 Fév - 13:06

Dans mes dernières lectures d'Alan Moore, Le Dossier Noir, Century (cf. ici) ou Nemo (cf. plus tard), j'ai constaté que le mythe Lovecraftien s'invitait de plus en plus dans ses écrits. Ce qui n'est pas pour déplaire à l'ancien lecteur de l'écrivain de Providence que je suis. Je me suis donc plongé dans Neonomicon ces jours derniers.
ALAN MOORE, le Maître Neonomicon-270x430
Comme son nom l'indique, on est de plein pied dans l'hommage à HP Lovecraft et consorts. Le livre est constitué de deux histoires indépendantes mais liées entre elles par un trait d'union sanglant.
A chaque fois l'on suit l'enquête de policiers du FBI. La première est à mon sens la plus réussie mais aussi la plus courte. On y suit Aldo Sax un flic très doué mais doublé d'un gros raciste qui n'hésite pas à nous faire partager ses opinions sur les juifs ou les noirs. Aldo au début est en planque sous couverture. En effet il a relié une séries de meurtres gores au modus opérandi identique pour lesquels la plupart des coupables ont été arrêtés. Ce qui l’amène dans un quartier craignos de New York et surtout dans une boite de nuit fort particulière. Hélas pour lui Aldo tout fortiche qu'il est ne sait pas où il met les pieds...
L'autre enquête, quelques années plus tard, est menée par un tandem à la Scully et Mulder. Sauf que là Scully est un mec et Mulder une fille qui reprend du service après avoir soigné son addiction au sexe. Il se retrouvent eux aussi sur des meurtres identiques à ceux que Sax avait reliés. Et eux aussi vont se retrouver dans une situation des plus cauchemardesque...
Moore nous livre une bonne histoire dans la veine de Lovecraft transposé au 21ème siècle en y ajoutant une dimension sexuelle inexistante chez HP. Ou du moins pas aussi explicite chez ce dernier. Un comics a ne surtout pas mettre entre les mains des plus jeunes ;-)

Côté dessins Jacen Burrows que j'avais déjà croisé sur Crossed est fort efficace. Il faut croire qu'il est très doué pour dessiner les trucs gores (même s'ils sont rare ici par rapport à Crossed). Mais c'est la mise en page qui m'a surtout marqué. Uniquement constituée de larges vignettes verticales ou horizontales destinées je pense à donner un aspect cinématographique. Justement c'est bien l’impression qui m'a dominé en refermant ce livre, on dirait un film. Enfin un film réussi sur le mythe de Lovecraft mais en BD !!!

En bref certainement pas le meilleur Moore (la barre est trop haute) mais un bon livre qui s'adresse surtout a ceux qui veulent retrouver l'ambiance des livres  du Lovecraft Circle.
D'rrnhai dho-na, ia g'htep yrnthlai ?

ALAN MOORE, le Maître Neonomicon-008
Revenir en haut Aller en bas
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeMer 12 Aoû - 17:29

Dans les œuvres majeures du maître, il y a les Watchmen, la Ligue des Gentlemen Extraordinaires et Top 10. Personnellement j'y ajoute le Neonomicon dont je parle ci-dessus. Mais il y a également Twilight of Superheroes.

En 1987, Alan Moore soumet à DC sa nouvelle idée, ce fameux Twilight of the Superheroes. Il veut proposer une Fin, avec un grand F, aux personnages super-héroïques (du moins à ceux de DC). Ainsi, il les élèverait au statut de mythe. Tout bonne mythologie ne prédit-elle pas la fin de ses divinités ?

Le concept : introduire un futur probable pour les héros de DC où leur histoire prendrait fin. Deux ans après les événements de Crisis on Infinity Earth, la série réssuscite le multivers pour introduire l'idée que l'avenir et l'univers sont en constante évolution.

Dans Twilight of the Superheroes, John Constantine est approché par Rip Hunter, voyageur du futur, qui lui conte la chute des super-héros. Depuis des décennies, la société s'est effondrée et des dynasties de super-héros dominent maintenant la Terre. The House of Steel (Superman, Wonder Woman et leurs enfants, Supergirl et Superboy) est sur le point de se lier, grâce à un mariage arrangé, avec The House of Thunder (Captain Marvel, Mary Marvel, leurs enfants Mary Marvel Jr. et Captain Marvel Jr.).

Cette union, remettant en cause le statu quo, terrifie les autres maisons, The House of Titans (vestiges des Teen Titans, dirigée par un Nightwing aigri), The House of Justice (les derniers héros, dirigée par Donna Troy), The House of Mystery (les derniers utilisateurs de magie de la Terre), The House of Secrets (les derniers méchants), The House of Tomorrow (des voyageurs temporels qui font de leur mieux pour éviter d'endommager la ligne temporelle) et The House of Lanterns (les derniers héros de l'espace, exilés, qui préparent une invasion depuis Mars). En fait, ils préparent tous le mariage chacun à sa manière.

Deux autres mystères dominent l'histoire. Le premier concerne Batman, qui a disparu depuis des années et que certains pensent mort. Le second, apparemment mineur, concerne le personnage de Question qui enquête sur un meurtre perpétré par une mystérieuse Dominatrix.

À l'approche du mariage, Superman et Wonder Woman ont de plus de mal à contrôler leur fils sadique, tandis que Mary Marvel Jr. redoute ce mariage au plus haut point. Voilà une situation plus qu'explosive (et je n'ai pas tout dit) qui devrait déboucher sur le Ragnarök de l'univers DC. Tous les héros sont devenus une sombre version d'eux même et ne sont plus mus par de vertueux objectifs. J'espère que cela met l'eau à la bouche à bon nombre de lecteurs potentiels. En tout cas c'est mon cas !

Mais, car il y a un sacré méchant mais, ce projet ne vit jamais le jour. Personnellement j'en rage encore ! Moore s'étant fâché avec DC, la série n'aura jamais été produite et Twilight of the Superheroes ne resta qu'au statut de synopsis. Au fil des années et avec l’avènement d'internet le document commença à fuiter sur divers sites Web. Pendant un certain temps, les spéculations sur son authenticité allèrent bon train. Mais au moins un site Web a été menacé de poursuites judiciaires par DC, qui prétendait détenir les droits d'auteur sur la proposition, et Moore a confirmé que le document était authentique. Personnellement je l'ai découvert au moment du boom du peer to peer et même si mon anglais n'est pas exceptionnel, j'en ai ressenti toute la puissance et son énorme potentiel. C'est pour le monde des comics ce que le Dune de Jodorowsky est à celui du cinéma. Il m'arrive de rêver à une impossible réconciliation de Moore avec l'industrie du comics et à l'aboutissement de ce merveilleux projet.

Toutefois, tout comme le Dune de Jodo, on peut déceler de ci de là des "emprunts" à Twilight par d'autres auteurs. Le crossover Armageddon 2001 raconte l'histoire d'un messager du futur voyageant dans le présent pour convaincre les super-héros d'éviter un avenir désastreux.  L'approche flexible de la continuité, similaire à ce que Moore proposa, avec le retour des terres multiples est repris dans la mini-série Infinite Crisis, ainsi que dans la série 52 qui lui fait suite... Mais surtout, la vision sombre du super-héros et de son futur a été développée dans la série Kingdom Come par Mark Waid et Alex Ross. L'approche et l'intrigue de Waid sont suffisamment différentes pour qu'on ne puisse lui reprocher le crime de plagia mais on y retrouve une influence indéniable.

Si vous aimeriez savoir ce que Moore réservait aux personnages DC, le document circule toujours et à jamais sur le net... Si vous ne pouvez pas vous passer des images, Kingdom Come est un excellent substitut. J'ai compté pas moins de cinq rééditions en France de l’œuvre.

ALAN MOORE, le Maître Kingdom-come
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeMer 12 Aoû - 19:49

Merci pour cet article que j'ai dévoré. C'est très alléchant. Un bémol, outre le fait que je ne pratique pas les peer to peer, semble pour moi ma méconnaissance des super héros, surtout les DC, même si je répare cela un peu avec la collection de 10 titres à 4,90 euros.
En fait, j'ai très souvent la sensation de ne connaître que quelques grandes lignes, sans plus, par rapport à la montagne de connaissances encyclopédiques qu'il faut avoir dans ce domaine. J'ai toujours l'idée que scénaristes ont lu des décennies de comics pour connaître le canon.
Cette somme de connaissances est un mur en ce qui me concerne, ça m'écrase. Je crois que je me contenterais longtemps de mon statut de vague sympathisant des comics.

Long John Silver a écrit:
C'est pour le monde des comics ce que le Dune de Jodorowsky est à celui du cinéma.
Excellente comparaison à plus d'un titre d'après ce que tu nous dit.
Revenir en haut Aller en bas
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeJeu 13 Aoû - 8:16

Je m'insurge contre un tel a priori ! Le carcan de la sacrosainte continuité chère à Stan Lee n'est plus de mise de nos jours. Pour une raison bien simple les productions sont bien trop nombreuses. En particulier chez Marvel qui applique une politique bien particulière : noyer le linéaire par leurs produits. C'est moins vrai pour DC mais la production reste conséquente. Je ne sais pas actuellement mais à l'époque du reboot new52, DC sortait 52 séries par mois. Autant dire qu'il est impossible à un lecteur normalement constitué de tout lire. De nos jours, il faut faire des choix ! Les miens sont essentiellement guidés par les auteurs.

Connaitre les grandes lignes est à mon avis bien suffisant. C'était en tout cas proche de l'état de ma culture de DC en 2004 lorsque j'ai mis le nez dans les nouvelles revues françaises. De tout ce qui avait été édité jusqu'alors (et c'était bien peu), je n'avais vraiment suivi que les New Teen Titans de Marv Wolfman et George Pérez des années 80. Certes à ce moment je me suis mis également à parcourir les anciennes VO par curiosité mais cela n'était pas nécessaire pour accrocher aux séries que je lisais à l'époque. C'est indéniablement le talent de Geoff Johns qui m'a accroché durablement. Certes de temps à autre un événement ou un personnage surgit du passé des héros questionne mais c'était déjà le cas lorsque, beaucoup plus jeune, je suis tombé dans les comics avec les Uncanny X-Men de Chris Claremont. Non, non, je persiste et signe, connaitre les grandes lignes est suffisant.

En fait avec les différents reboots successifs le canon varie régulièrement et ne remonte jamais à plus de quelques années. C'est bien le seul bon coté de cette pratique lassante des maisons d'éditions. C'est vrai que c'est agréable de voir les références aux anciennes histoires glissées par les auteurs modernes mais ce n'est pas cela qui donne de l’intérêt a un comics. J'en veux pour preuve Le deuil de la famille, de Scott Snyder et Greg Capullo, que tu as lu récemment. Savoir ou ne pas savoir qu'il fait écho à un deuil dans la famille, de Jim Starlin et Jim Aparo, apporte quelque chose à la compréhension de l'histoire ? En aucun cas, je l'assure !

Dernier point, pour en revenir à Alan Moore, il n'est point besoin d'avoir recours au peer to peer pour dénicher Twilight of the Superheroes. On peut maintenant le lire en ligne :

https://archive.org/stream/TwilightOfTheSuperheroes/TwilightOfTheSuperheroes_djvu.txt
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 30 Jan - 14:10

@Long John Silver
Tu ne nous avais pas parlé de Nemo quelque part ?
Je ne trouve plus l'article. Rien sur la Ligue ? Sur Watchmen ? Sur Top 10 ?
J'ai loupé les liens où quoi ?

Je suis en train de lire Nemo.
Je viens de finir les 2 tomes de Moore sur Wlidcats, que je m'apprétais à commenter. Mais il me semble que tu nous en avais déjà parlé...
Où dois-je écrire ?
Revenir en haut Aller en bas
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 30 Jan - 15:42

Oh là là, le maître des lieux qui ne connait plus sa propre maison ! Very Happy Faut dire que la demeure est vaste !

Pour Nemo :
https://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/t315-la-ligue-des-gentlemen-extraordinaires

Pour Wildcats, je n'en ai pas parlé ici mais sur la Taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 30 Jan - 16:06

On est d'accord (enfin j'espère) qu'il y a un léger (très léger) soucis sur le rangement des bandes dessinées puisqu'elles sont éclatées en deux lieux différents dans la Bibliothèque : une section Générale, avec trois sous-sections : Mangas, Comics et Webcomics. Et une section BD, un peu fourre-tout (Judge Dredd, Pirates, Tintin, Comics strip...), et ainsi La ligues des gentlemans extraordinaires. C'est donc assez facile de se mélanger les pinceaux. J'avais évoqué le problème dans le Salon privé.

Mais enfin, Wildcats, c'est ici qu'il faut en parler  Very Happy .

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 30 Jan - 19:37

Bien d'accord, les sections BD ne devraient pas être séparées. Je n'ai pas retrouvé les wildcats sur la Taverne.
Bon, alors les Wildcats, ça m'a plutôt déçu de la part de Moore. Du côté positif, le double récit des anciens et nouveaux wildcats. Avec en plus des héros de stormwatch, des super criminels, des cyborgs et des zombots, cela nous fait découvrir une ribambelle de super héros. Comme en plus on nous abreuve de leur identité réelle, sécrète ou pas, que certains sont frères ou sœurs que d'autres se ressemblent, c'est un peu dur à suivre.
J'ai assez peu accroché aux super héros présents. Maxine se détache carrément du lot et je l'ai bien apprécié, hormis l'idée ahurissante qu'on prenne lr cerveau d'une psychopathe pour lui greffer un corps de superheroine coûtant des millions. Ils ont pensé à quoi, les financeurs ? Et si on créait une super criminelle ? C'est à mon avis un Serval au féminin déjantée avec le look punk d'Ororo, mais j'aime bien.
Bien vu aussi pour Maul, dont l'intelligence est inversement proportionnelle à la taille. Reno à du potentiel aussi, mais il est peu mis en avant. Par contre la zelote bimbo samouraï m'a vraiment gonflé. Au total, je n'ai pas ressenti d'empathie pour ces héros, et c'est un souci.
Un détail que j'ai aimé : le bar Clarks avec son logo. Un petit côté Top 10, une autre série de Moore.
Au final, j'ai trouvé ça divertissant, sans plus. Cela m' à fait pensé à un apéritif comparé à the Authority.
Revenir en haut Aller en bas
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeDim 31 Jan - 11:42

Uhmmm.... Je pense qu'il faut mettre un peu d'histoire dans tout ça ;-)
J'ai expliqué dans le sujet sur Prophet la création tonitruante de l'éditeur Image Comics. Dans les transfuges de Marvel, il y avait un certain Jim Lee qui avait les X-men dans son escarcelle à l'époque. C'était l'un des grands dessinateurs du moment. Il créa donc son studio Homage rapidement renommé Wildstorm, nom composé à partir des deux séries qu'il avait lancées au début d'Image : Stormwatch et WildC.A.T.s.
ALAN MOORE, le Maître 1
WildC.A.T.s , donc une nouvelle équipe au fort potentiel crée par Lee et son ami Brandon Choi.
Ces héros sont des Kherubims, descendants d'extraterrestres dont le vaisseau s'est écrasé sur terre, il y a quelques milliers d'années, en même temps que celui de leurs ennemis les Daemonites. Les Daemonites voulant assujettir l'humanité les kherubims étant plus altruistes...
Les membres de l'équipe sont :
Lord Emp, l'un des 4 lords kherubims échoué sur terre, qui pour les humains est le multimilliardaire Jacob Marlowe.
Voïd, téléportrice spatiale et temporelle affublée de quelques pouvoirs psychiques.
Spartan, androïde, force surhumaine, vole, rafales de plasma.
Warblade, capable de modeler son corps en différentes formes, au début surtout ses doigts en lames.
Maul, géant à la peau violette.
Grifter, réflexes sur-développés, capacité à encaisser les coups, vieillissement ralenti, maîtrisant un grand nombre de styles de combats.
Zélote, meilleure guerrière de la Terre ayant une prédilection pour l'épée.
Vaudou, possédant des pouvoirs mentaux qui lui permettent de contrôler des esprits faibles ou de créer des illusions mentales et surtout capable d'exorciser les Daemonites, ces derniers ayant la capacité de prendre le contrôle des autres créatures, humains compris.

La série reste très classique au niveau scénario, mais les dessins de Jim Lee sont un vrai plaisir pour les yeux. Hélas, il ne les dessinera que jusqu'au numéro 13 plus quelques apparitions de-ci de-là.
Il faut bien reconnaitre que Lee n'est pas un scénariste naturel, on peut lui concéder de bonnes idées, mais construire des intrigues qui mènent sur le long terme n'est pas donné à tout le monde et je pense que Lee en a eu rapidement conscience. Mais je vais y revenir.
Lorsque l'on regarde son équipe, on constate tout de même qu'il y a des inspirations certaines :
Maul à mi-chemin entre Giant-man et Hulk,
Zelote un clone de Psyloque sans les pouvoirs psy (il faut concéder qu'il était certainement pour partie prenante dans l'évolution de cette dernière au coté de Chris Claremont dans les X-men),
Grifter qui fait penser quelque peu à Wolverine sans les griffes. Ah ben oui, puisque les griffes sont chez Warblade...
Malgré ces faiblesses, j'ai une affection particulière pour ces premiers épisodes. Il y avait du potentiel comme je l'ai déjà dit, de l’enthousiasme et un vent de renouveau qui s'est confirmé par la suite chez Image.

La série initiale compte 50 numéros, mais ne sera traduite en France que jusqu'au 36.
Quatre autres séries suivront :
Wildcats (v2) (1999-2001) partiellement traduite elle aussi.
Wildcats (v3) (2002-2004) idem.
Wildcats (v4) (2007) qui doit être l'un des bides les plus retentissant de l'industrie du comics, les auteurs, Grant Morrison et Jim Lee n'étant jamais allés au delà du numéro 1 !!???
Wildcats (v5) (2008-2011) non traduite.

Je disais donc que Lee avait conscience que sa faiblesse résidait dans le scénario. Il a donc rapidement abandonné ce dernier dès le numéro 10 pour le confier à des gens dont c'était le métier. Se succéderons donc à ce poste Chis Claremont (lui aussi fâché avec Marvel), James Robinson, Alan Moore puis Brandon Choi revint épaulé par Jonathan Peterson.
Les deux premiers ayant fait un run expéditif n'ont pas réellement amélioré la situation. Mais voilà que le maître arrive ! Déjà, bravo à Jim Lee qui a réussi à faire revenir Moore dans le monde du comics alors qu'il était très très fâché avec Marvel et DC. Il faut dire que la reprise du scénario par Moore n'était que les prémisses de quelque chose de bien plus grand, car en 1999 Moore lança son propre label au sein de Wilsdtorm avec carte blanche. Ce qui permis la naissance d’excellents séries comme la League des gentlemen extraordinaires, Top Ten, Tom Strong ou encore Promethéa. Hélas, la fin de l'aventure se termina plutôt mal, Lee décidant de vendre Wildstorm à DC, Moore redevint très très fâché...

Mais revenons à ce qui nous intéresse : le passage de Moore sur les WildC.A.T.s. VIC souligne déjà certains bons côtés introduits par Moore, je n'y reviendrai donc pas si ce n'est le problème du ratio taille intelligente de Maul dont la paternité est à rendre à Jim Lee.
Honnêtement, sans avoir détesté, je n'ai vraiment pas apprécié ce que Moore à fait des WildC.A.T.s. En particulier des personnages initiaux et de leur retour sur leur planète d'origine. J'ai trouvé ça décevant, trop facile et sans surprises. Surtout le côté clanique où l'on retrouve sur la planète les équivalents des membres de l'équipe. Quelques milliers d'années d'évolution... euh non de stagnation ! WTF !
Je pense que c'est l'une des pires choses commise par Moore, mais reste quand même de bonnes amorces dans la nouvelle équipe terrestre et l'ouverture vers une nouvelle ambiance plus sombre qui doit lui être créditée. Mais c'est Scott Lobdell et surtout Joe Casey qui sauront faire fructifier cet héritage dans la seconde série avec un coté réaliste et sombre. Hélas, la série ne trouva jamais vraiment son public en France.
Pour finir de crucifier Moore (quand on aime on châtie bien ;-). Le maître a raté avec les WildC.A.T.s ce que son compatriote Warren Ellis a superbement réussi avec Stormwatch.


Dernière édition par Long John Silver le Dim 16 Mai - 18:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeDim 31 Jan - 11:56

J'adore comment tu racontes, un vrai plaisir de lecture. On voit le Moore, très très fâché, puis moins fâché puis de nouveau très très fâché.
Je me suis arrêté avec Jim Lee qui a été mon dernier auteur de comics. J'en garde vraiment un très bon souvenir, surtout sur les X-Men. Même si le tout dernier comics que j'ai acheté et lu était celui avec Spiderman qui se retrouve en Écosse.
J'ai quand même l'impression que l'industrie a su bien fâcher de très bons auteurs.
Est-ce que la mollesse scénaristique de Moore serait dû au fait qu'il ne s'agissait pas là d'une des créations siennes ?

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeDim 31 Jan - 19:31

C'est vrai que toutes les œuvres maîtresses de Moore s’inscrivent toujours dans un cadre où sa liberté est grande voire totale.

C'est également vrai que de nombreux auteurs ont claqué plus ou moins définitivement la porte des grands éditeurs devant la logique mercantile qui s'opposait à leur créativité. Mais de nos jours avec les "petits" éditeurs, un auteur peut écrire ce qu'il veut et l'éditer chez l'un d'eux tout en travaillant pour Marvel ou DC pour gagner sa croute. Le meilleur exemple étant Image qui accepte tous les projets et où les auteurs conservent leurs droits sur leurs personnages. Cela a pas mal marché avec Robert Kirkman et son Walking Dead que tout le monde avait refusé avant qu'il ne sorte chez Image.
C'est vraiment dommage pour Moore et pour ce qu'il aurait pu créer que Lee soit retourné chez DC avec Wildstorm sous le bras.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 13 Fév - 12:31

Tiens au fait, quels sont les pouvoirs de Lord Emp ?
Rien vu en dehors de son leadership et sa fortune /noblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 13 Fév - 13:49

Immortalité, plus capacités physiques plus développées qu'un humain et même que le commun des kherubims en tant que Lord (résistance, endurance, théoriquement force...). Normalement, il devrait avoir des pouvoirs spécifiques à lui seul comme chacun des Lords mais ils ont disparus en même temps que sa mémoire. Toutefois, il semblerait qu'ils soient d'ordre psychique et qu'il sache manipuler certaines énergies. Mais ces manifestations sont rares et donc ses pouvoirs restent mystérieux. Du moins c'est ce dont je me souvienne de ce que j'ai  lu.
Revenir en haut Aller en bas
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 11 Juin - 17:47

Tout vient à point qui sait attendre dit le vieil adage. Ce que personnellement, j’attendais depuis 1989 est enfin arrivé cette année. 33 ans l’âge des miracles ! Mais pour comprendre cela, il faut remonter encore plus loin dans le passé...

En 1972, Stan Lee traverse l’Atlantique pour créer Marvel UK. La légende raconte que Gerry Conway profita de l’absence du patron pour tuer Gwen Stacy dans Spider-Man. Mais ceci n’a aucun rapport avec ce qui m’amène à écrire ces lignes. Marvel UK était destiné a réimprimer les histoires Marvel pour le marché britannique. Progressivement de nouvelles parutions purement british s’adjoignirent au matériel américain. Ce fut l’occasion de faire entrer dans l’univers des comics des auteurs comme Dave Gibbons, Grant Morrison, Steve Dillon...

Le 13 octobre 1976 apparaît pour la première fois Captain Britain. Une sorte d’équivalent de Captain America. Créé par le scénariste Chris Claremont et le dessinateur Herb Trimpe, il s’inscrit dans l’héritage de la mythologie celtique, ses pouvoirs lui venant de Merlin lui-même. Le magicien lui laissant le choix entre deux artéfacts l’épée et l’amulette, celui qui allait devenir le héros de l’Angleterre choisit l’amulette à laquelle est adjointe un sceptre.
ALAN MOORE, le Maître 1
Les sept premiers épisodes sortirent en France dans le volume ci-dessus.

Personnellement, je ne découvris ce personnage que lorsqu’il apparut pour la première fois dans les comics américains, dans Marvel Team-Up 65 et 66 qui arriva en France dans Spécial Strange 23 et 24. Sous la plume de Chris Claremont et le crayon de John Byrne, cette histoire m’a marqué durablement. Il faut dire que le tandem Byrne Claremont est grandement responsable de mon intérêt pour les comics. Avant de rencontrer leurs histoires je butinais de-ci de-là, mais avec eux je fus happé par cet univers. Il faut dire que leurs X-Men, Iron Fist et Marvel  Team-Up était ce qui se faisait de mieux à l’époque.

ALAN MOORE, le Maître 65

En 1979, Chris Claremont, toujours lui, remodèle le personnage. Fini l’amulette et le sceptre remplacés par un casque, les pouvoirs devenant inhérent au héros et amplifiés par le costume.  Était-ce justifié, je ne sais pas vraiment, mais j’ai toujours une affection pour la première mouture du héros. Le coté madeleine de Proust certainement.

Si vous m’avez bien suivi, vous avez compris que de ces 3 ans de parutions seul le début et les Marvel  Team-Up sont arrivés en France, et bien les 10 ans qui suivirent passèrent eux aussi sous les radars des éditeurs de l’hexagone... à deux exceptions près...

Ce qui m’amène en 1989 et à la sortie d’ Excalibur de Chris Claremont et Alan Davis. Là, nous étions au summum de l’époque Claremont, il avait remodelé les X-men, leur avait donné des successeurs avec les Nouveaux Mutants, massacré les Morlocks, tué les X-men, mais en fait derrière tout cela développé la franchise X (ad nauséam ?). Avec quelques X-Men survivants, Captain Britain et sa copine, il crée l’équipe d’eXcalibur basée en Angleterre.

ALAN MOORE, le Maître Couv_23136

J’ai dévoré ces épisodes à l’époque et les relis à l’occasion avec grand plaisir. Le talent d’Alan Davis y est certainement pour beaucoup, mais les scénarii de Claremont avaient quelque chose de "so british" qui donnait une sensation de nouveauté, c'était frais et joyeux. Mais cela générait aussi une grande frustration, car ces histoires faisaient sans cesse référence à d’autres parues chez Marvel UK et donc que je n’avais jamais lu, snif ! A chaque fois que l’on entame un comics de ce type, on est victime de cette sensation, mais jamais elle ne fut aussi grande pour moi qu'avec Excalibur !

Quoi ? Ah non, je ne me suis pas trompé de sujet ! Non non... Car cette frustration fut encore accentuée quand je découvris que parmi les auteurs qui prirent en main Captain Britain pendant ces 10 années mystérieuses, il y avait un certain Alan Moore !

Il faut attendre 2006 pour que Panini sorte en France ses épisodes. Je ne manquais pas alors de les lire, mais hélas cela ne fit en rien retomber ma frustration. Je reviendrai plus bas sur le contenu. Le problème de cette édition, c’était que les épisodes de Moore faisaient suite à ceux de Claremont et qu’entre son run et Excalibur des choses s'étaient passées et manquaient elles aussi à la compréhension de l’ensemble. Trop déconnecté du reste, dommage dommage...

A noter que la parution de l’équivalent aux USA fut ce qui mis fin à l’entente fragile de Moore avec Marvel. Ces derniers avaient omis de le nommer sur la couverture. Ce qui fâcha le maître déjà en froid avec DC et plus très chaud pour retravailler avec Marvel. L’émission et l’envoi aux libraires de flyers à coller sur les livres ne calma pas son humeur.

Mais enfin, au début de cette année 2022, panini a sorti dans leur collection omnibus un pavé à 70€ sur Captain Britain recouvrant ces 10 années. Un truc qui s’adresse aux curieux, aux puristes et aux tarés... humm... à quelle catégorie appartiens-je ?

ALAN MOORE, le Maître Couv_442751

Dans ce volume, nous avons donc les débuts de la nouvelle mouture du personnage par Chris Claremont et Alan Davis. Là aussi un petit côté "Mais que s’est-il passé avant ?", mais pas bien méchant surtout quand on sait que ce n’est pas de très grande qualité.

Puis vient Alan Moore avec Alan Davis toujours au dessin. Moore enchaine sur les intrigues de son prédécesseur et poursuit donc dans la même veine dans une ambiance très britannique. Mais il y développe des thèmes peu abordés jusque là ou du moins pas sous des angles aussi adultes. Oui, on trouve dans ces pages les prémices de certaines de ses œuvres futures. Le plus flagrant étant pour moi l’histoire d’une Angleterre alternative baignant dans un régime dictatorial que l’on relie naturellement à V pour Vendetta. Tous les thèmes abordés par le Maître ne vont peut-être pas assez loin ou manquent de développement, mais n’en sont pas moins les preuves du talent naissant d’un grand auteur.
Compliment que l’on peut également faire à Alan Davis qui au fur et à mesure des pages du livre nous donne des planches de plus en plus abouties.

A Moore succédera Jamie Delano, toujours avec Davis, qui enchainera sur les intrigues du Maître avec je trouve plus d’aboutissement dans ses histoires. Peut-être parce qu’il était là pour conclure. Mais ne le dévalorisons pas, car n’oublions pas que ce dernier traversa ensuite l’Atlantique pour travailler chez DC sur l’excellente série Hellblazer (que j’ai bien trop peu lue, snif).

On trouve ensuite une curiosité, écrite par un certain Grant Morrison qui nous conte l’histoire d’un Captain Britain alternatif d’un monde où l’Angleterre est française. Là aussi, on y reconnait le talent d’un grand auteur.

Suivent deux épisodes de Captain America dont on se serait bien passés tant la qualité est en deçà du reste du bouquin et surtout parce que les incohérences avec ce qui précédent sont énormes.

Le volume se termine sur deux épisodes déjà parus en France (les exceptions dont je parlais plus haut), l’un avec les Nouveaux Mutants et l’autre avec les X-men tous deux écrits par Chris Claremont et Alan Davis qui reprennent en main Captain Britain pour l’insérer dans la famille X et ainsi préparer le futur Excalibur.

Que retenir de tout ça ? Ben, que je suis bien content d’avoirs enfin lu tout cela ! Oui, c’est ancien et ce sont donc des histoires qui sont trop rapides et qui maintenant occuperaient au minimum le double d’espace dans les comics actuels, mais ce sont de bonnes histoires ! Il y a de la créativité dans ces pages ! C’est écrit par les héritiers de Lewis Carroll,  William Shakespeare et bien d’autres. Certes, l’empreinte de Claremont est plus importante sur Captain Britain que celle de Moore, mais il n’en reste pas moins que ce sont les premières armes du Maître dans l’univers des comics et qu’elles étaient déjà bien affutées. On voit là l'essence de ce que les britanniques ont apporté aux comics, de la modernité et de la maturité. Les héroïnes de Claremont sont des femmes fortes, des guerrières, des cheffes ! Moore amène des références littéraires et modernise les héros et leurs défis !

PS : le nom de Moore ne figure pas sur la couverture de ce volume puisque ce dernier refuse que l’on vende quoi que ce soit en utilisant son nom...


Dernière édition par Long John Silver le Mar 14 Juin - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC


Masculin Messages : 3955
Date d'inscription : 18/01/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 11 Juin - 22:36

Toujours passionnant, merci. Et intimidant un peu. Je réalise que ma grande nostalgie pour les x-men de l'époque cyclope tornade serval colossus Diablo reste mon panthéon personnel : je n'ai pas très envie de connaître ce qui est arrivé à chacun d'eux après. Comme si je voulais figer dans le passé cette équipe qui m'avait fait rêver. À l'époque, c'était nouveau pour moi, et même si je leur trouve pas mal de défauts aujourd'hui, ça collait à mon âge. C'était le parfum de certaines années de ma jeunesse, fleurait bon la fin 70's et l'entrée dans les 80's. C'était sacrément sympa.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeDim 12 Juin - 22:27

Je rejoins un peu VIC. Je me rappelle super bien de la couverture d'Excalibur que je crois avoir lu, tout comme je lisais à l'époque les X-Men. J'ai donc plus ou moins suivi la formation de cette équipe. Disons que cela me parle un peu. Mais 70 €. J'adore la BD. Mais ces tarifs sont un frein considérable. Pour ce prix là, j'ai 7 livres, voire davantage. Il y a sûrement le nombre de pages qui va avec, mais cela reste sacrément cher. Merci en tous les cas pour la présentation.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Long John Silver

Long John Silver


Masculin Poissons Messages : 292
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 49
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeMer 15 Juin - 10:50

648 pages exactement !
Bon, moi je l'ai trouvé chez un discounter à 50€ encore sous plastique donc comme neuf. J'avais du mal à débourser 70€ même pour quelque chose que je voulais absolument lire, bien m'en a pris.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire


Masculin Messages : 2333
Date d'inscription : 09/12/2012

ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitimeSam 25 Juin - 13:38

Ah ! Ah ! Voilà. Si même toi cela te fait tiquer. Je vois bien pourquoi la BD c'est cher ; et quand j'étais jeune, j'adorais ce support. Mais c'est devenu tellement cher que j'ai dû prioriser et la BD arrive malheureusement en queue de peloton.
Histoire de faire l'apothicaire, on est sur du 10 centimes d'euro la planche ^^. Cela reste très bon marché. Un Astérix neuf, c'est du 20 centimes d'euro la planche.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





ALAN MOORE, le Maître Empty
MessageSujet: Re: ALAN MOORE, le Maître   ALAN MOORE, le Maître Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
ALAN MOORE, le Maître
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CATHERINE LUCILLE MOORE
» MAITRE PHILIPPE (1849-1905)
» LE MAÎTRE SONNEUR SUR LES BORDS DE LA CREUSE / F. MAILLAUD
» ALAN LEE
» ALAN LANGFORD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section BD :: Les Comics-
Sauter vers: