AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Abonnement 12 mois Nintendo Switch Online
15.99 €
Voir le deal

 

 ALFRED DE MUSSET (1810-1857)

Aller en bas 
AuteurMessage
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3388
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Empty
MessageSujet: ALFRED DE MUSSET (1810-1857)   ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Icon_minitimeSam 10 Mai - 18:38

Une promenade au Jardin des Plantes.

Sous ces arbres chéris, où j’allais à mon tour
Pour cueillir, en passant, seul, un brin de verveine,
Sous ces arbres charmants où votre fraîche haleine
Disputait au printemps tous les parfums du jour ;

Des enfants étaient là qui jouaient alentour ;
Et moi, pensant à vous, j’allais traînant ma peine ;
Et si de mon chagrin vous êtes incertaine
Vous ne pouvez pas l’être au moins de mon amour.

Mais qui saura jamais le mal qui me tourmente ?
Les fleurs des bois, dit-on, jadis ont deviné !
Antilope aux yeux noirs, dis, quelle est mon amante ?

Ô lion, tu le sais, toi, mon noble enchaîné ;
Toi qui m’as vu pâlir lorsque sa main charmante
Se baissa doucement sur ton front incliné.


Dernière édition par Warlock le Sam 10 Mai - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3388
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Empty
MessageSujet: Re: ALFRED DE MUSSET (1810-1857)   ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Icon_minitimeSam 10 Mai - 18:39


A M. V. H.

Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses,
Pour savoir, après tout, ce qu’on aime le mieux,
Les bonbons, l’Océan, le jeu, l’azur des cieux,
Les femmes, les chevaux, les lauriers et les roses.

Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses ;
Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d’adieux.
Puis le coeur s’aperçoit qu’il est devenu vieux,
Et l’effet qui s’en va nous découvre les causes.

De ces biens passagers que l’on goûte à demi,
Le meilleur qui nous reste est un ancien ami.
On se brouille, on se fuit. Qu’un hasard nous rassemble,

On s’approche, on sourit, la main touche la main,
Et nous nous souvenons que nous marchions ensemble,
Que l’âme est immortelle, et qu’hier c’est demain.
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3388
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Empty
MessageSujet: Re: ALFRED DE MUSSET (1810-1857)   ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Icon_minitimeDim 11 Mai - 18:16

A Julie

On me demande, par les rues,
Pourquoi je vais bayant aux grues,
Fumant mon cigare au soleil,
A quoi se passe ma jeunesse,
Et depuis trois ans de paresse
Ce qu’ont fait mes nuits sans sommeil.

Donne-moi tes lèvres, Julie ;
Les folles nuits qui t’ont pâlie
Ont séché leur corail luisant.
Parfume-les de ton haleine ;
Donne-les-moi, mon Africaine,
Tes belles lèvres de pur sang.

Mon imprimeur crie à tue-tête
Que sa machine est toujours prête,
Et que la mienne n’en peut mais.
D’honnêtes gens, qu’un club admire,
N’ont pas dédaigné de prédire
Que je n’en reviendrai jamais.

Julie, as-tu du vin d’Espagne ?
Hier, nous battions la campagne ;
Va donc voir s’il en reste encor.
Ta bouche est brûlante, Julie ;
Inventons donc quelque folie
Qui nous perde l’âme et le corps.

On dit que ma gourme me rentre,
Que je n’ai plus rien dans le ventre,
Que je suis vide à faire peur ;
Je crois, si j’en valais la peine,
Qu’on m’enverrait à Sainte-Hélène,
Avec un cancer dans le coeur.

Allons, Julie, il faut t’attendre
A me voir quelque jour en cendre,
Comme Hercule sur son rocher.
Puisque c’est par toi que j’expire,
Ouvre ta robe, Déjanire,
Que je monte sur mon bûcher.
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3388
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 42
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Empty
MessageSujet: Re: ALFRED DE MUSSET (1810-1857)   ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Icon_minitimeJeu 18 Sep - 18:22

A Mademoiselle

Oui, femmes, quoi qu’on puisse dire,
Vous avez le fatal pouvoir
De nous jeter par un sourire
Dans l’ivresse ou le désespoir.

Oui, deux mots, le silence même,
Un regard distrait ou moqueur,
Peuvent donner à qui vous aime
Un coup de poignard dans le coeur.

Oui, votre orgueil doit être immense,
Car, grâce à notre lâcheté,
Rien n’égale votre puissance,
Sinon votre fragilité.

Mais toute puissance sur terre
Meurt quand l’abus en est trop grand,
Et qui sait souffrir et se taire
S’éloigne de vous en pleurant.

Quel que soit le mal qu’il endure,
Son triste rôle est le plus beau.
J’aime encor mieux notre torture
Que votre métier de bourreau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Empty
MessageSujet: Re: ALFRED DE MUSSET (1810-1857)   ALFRED DE MUSSET (1810-1857) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
ALFRED DE MUSSET (1810-1857)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section générale :: Les poèmes-
Sauter vers: