AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ANTIQUITE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
Sphigx



Masculin Messages : 133
Date d'inscription : 25/08/2012

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Ven 13 Mai - 5:07

Il y a une dizaine d'années, un historien anglais déclarait que la dépouille mortelle d'Alexandre le Grand était celle qui est actuellement vénérée comme étant celle de l'évangéliste Marc. Elle reposerait alors dans la basilique St-Marc de Venise.
C'est au IVe siècle que la momie d'Alexandre le Grand disparaît, et c'est peu après que les reliques de saint Marc sont redécouvertes. Pour l'historien, il y a eu substitution de dépouille.

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/does-the-tomb-of-st-mark-in-venice-really-contain-the-bones-of-alexander-the-great-732020.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mer 1 Juin - 6:24

Saint Justin, apôtre, martyr et philosophe


Aujourd'hui, 1er juin, nous célébrons le saint nom de Justin.

Mais qui était-il ?

Jeune grec né à Gaza, en Palestine, vers l'an 100, Justin se passionne pour la philosophie. Il fait le tour des écoles de philosophie du monde hellénistique à la recherche de la Vérité. Il découvre finalement celle-ci en entendant un vieillard sur une plage lui parler du Christ.

Après son baptême, Justin se demande si la Vérité a commencé avec le Christ. Il préfère croire qu'elle était déjà en germe dans la philosophie antérieure et va, toute sa vie, s'efforcer de concilier celle-ci avec l'enseignement du christianisme, allant jusqu'à voir en Platon et Socrate des chrétiens qui s'ignoraient.

Il est décapité avec six compagnons sous le règne de l'empereur Marc-Aurèle que l'on dit précisément philosophe. L'Église fera de Justin le patron des philosophes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mer 1 Juin - 17:43

Pour Marc-Aurèle, il avait beau être surnommé "le philosophe couronné" et être considéré comme un empereur humaniste, il n'en a pas moins ordonné des persécutions contre les chrétiens dont celles de Lyon, dans l'amphithéâtre de la Croix Rousse. Plus par incompréhension qu'autre chose d'ailleurs...
On retrouve la même gêne, la même perplexité, dans la correspondance échangée entre Pline le Jeune et Trajan, considéré comme le plus grand empereur de l'âge d'or : Pline le Jeune demande quoi faire des chrétiens présents dans sa province et on sent l'empereur gêné dans sa réponse, ne sachant pas trop et finissant par répondre qu'en gros, s'ils sont coupables de quelque chose, il faut les punir, sinon, il faut les laisser tranquilles...
Son successeur, le non moins brillant Hadrien sera tout aussi ambigu, ne sachant pas trop par quel bout prendre ces fameux chrétiens...
A cette époque, ces derniers étaient encore mystérieux, mal cernés, mal connus, on racontait tout et n'importe quoi sur eux. La symbolique de "ceci est mon corps livré pour vous, prenez-en et mangez-en" par exemple passait pour certains comme un rite cannibale... Comme la plupart se cachaient, on pensait aussitôt qu'ils avaient des choses à cacher, qu'ils pratiquaient des rites démoniaques...
Face à ce qui passait encore pour une secte, mal définie, mal connue, les autorités impériales restaient perplexes, hésitantes. C'est ainsi que certains empereurs, pourtant hommes bons ou/et intelligents et éclairés finirent par ordonner des persécutions, presque "forcés".
Les persécutions qui viendront bien plus tard, comme celles de Dioclétien, massives et impitoyables, auront elles un tout autre esprit, religieux et politique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mer 1 Juin - 23:47

Ce que l'on ne connait pas fait toujours peur... le christianisme, rite étrange, secret, que faisaient-ils ces chrétiens, au fond de leurs catacombes ? Ils ne vénéraient pas l'Empereur, se déclaraient tous égaux, refusaient de sacrifier aux rites officiels. Forcément, ils étaient dangereux. C'est pourquoi ils furent persécutés.

Mais rien de pire qu'une persécution pour faire des adeptes... la manière avec laquelle les martyrs affrontaient la mort frappaient d'admiration des spectateurs dans les amphithéâtres. Et le message aussi. Une religion pour les plus humbles, pour les "petits", une religion du peuple. Rien de comparable avec ces cultes froids rendus à des idoles de pierre qui restaient le plus souvent muettes aux questions de gens désespérés dans un monde en perpétuelle expansion.

Bientôt, même les Empereurs eux-mêmes finiront par se convertir au christianisme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 2 Juin - 6:48

Aujourd'hui, 2 juin, nous célébrons la mémoire d'une autre victime, Sainte Blandine...


Cette jeune esclave faisait partie d'un groupe de 48 chrétiens arrêtés, puis torturés et enfin mis à mort, sous le règne de l'empereur Marc-Aurèle, à Lyon. Leur "crime" : avoir refusé de sacrifier au culte impérial officiel.

Elle est la martyre la plus connue du christianisme et dont le souvenir fut longtemps perpétué par les manuels d'Histoire de France de la IIIème République, aux côtés de Clovis, Jeanne d'Arc ou Charlemagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 2 Juin - 16:12

Blandine est surtout connue pour ce qui s'est passé lors de cette persécution de Lyon : après avoir taillé en pièces tous les autres suppliciés, les fauves se désintéressèrent d'elle et l'épargnèrent. Elle fût alors livrée au bourreau, puis jetée aux taureaux sauvages, enfermée dans un filet. Et comme elle vivait encore, elle fût finalement égorgée.

De manière plus globale, tu as soulevé l'une des raisons du succès du christianisme.
La religion romaine se résumait à une suite de rites qui devaient être exécutés sans faute afin d'assurer la prospérité de Rome et l'équilibre du monde et c'était tout. A part les fameux Champs Elysées réservés aux héros, le panthéon romain ne promettait pas grand chose après la mort. Et surtout ne répondait pas aux grandes questions existentielles que les romains ne se posaient d'ailleurs pas au début.
Mais le contact avec la philosophie, la pensée orientale, changent la donne : on s'interroge sur la vie, la mort, le sens de l'existence... Plus l'Empire avance, plus il se laisse gagner par le mysticisme, les grandes interrogations auxquelles la religion officielle n'apporte aucune réponse. Plus tard, le déclin de l'Empire, les grandes invasions, viennent encore plus semer le doute, le désarroi... Devant la menace, le danger, on s'interroge, on s'inquiète : où allons-nous, de quoi demain sera fait ?

C'est alors l'explosion des cultes "à mystères", venus majoritairement d'Orient : des cultes réservés aux initiés qui, une fois passées les "épreuves" et convertis, se voient révélés la réponse à leurs questions. Des cultes qui font figure de confréries, de communautés où dans une atmosphère amicale et fraternelle, les initiés ne se sentent plus seuls, se sentent écoutés et pris en charge.
Le christianisme n'est à l'époque que l'un de ces cultes. Le culte de Mithra, de Cybèle, d'Attis ou même d'Isis le concurrençaient et celui de Mithra fût même près d'évincer le christianisme à un moment. Il était pratiqué majoritairement par les soldats et il atteignît son apogée à l'époque des invasions barbares où, face à la guerre, à l'alerte permanente et aux épreuves, les guerriers trouvaient le réconfort au sein de leurs réunions fraternelles. Les mystères d'Isis eux, attiraient beaucoup les femmes, offrant une religion souriante où l'on parlait de féminité, d'amour, de maternité et de résurrection (Isis collectant les membres d'Osiris son époux, démembré par son frère Seth, pour le faire renaître).
Face à une religion officielle froide et indifférente, ces cultes attiraient, chargés de mysticisme, d'exotisme et de mystère et surtout offrant une réponse, un idéal.
Quand l'Empire s'effondrera, les tenants de la vieille religion auront beau jeu de dire : "Vous voyez, vous avez abandonné les rites et les dieux de Rome, voila le résultat !"
A chacun sa vérité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 2 Juin - 18:29

Voyageur Solitaire a écrit:

Quand l'Empire s'effondrera, les tenants de la vieille religion auront beau jeu de dire : "Vous voyez, vous avez abandonné les rites et les dieux de Rome, voila le résultat !"
A chacun sa vérité...

L'Empire s'est effondré politiquement. Pas spirituellement. Qui donc fut l'héritier de l'Empire si ce n'est l'Eglise ?

Et puis, l'Empire d'OCCIDENT a disparu. Il y avait encore un Empereur à Constantinople. Et d'ailleurs, c'est pourquoi les Barbares n'étaient pas des envahisseurs au sens où nous entendons ce mot aujourd'hui. Clovis, par exemple, était officiellement Consul. De même que Odoacre, Théodoric, etc. tous les rois barbares avaient une dignité romaine.

Le Latin restait la langue officielle, administrative, culturelle.

Il n'y avait que sur le droit où l'on avait une justice à deux vitesses : pour les Gallo-Romains et pour les Barbares.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 2 Juin - 20:04

Spirituellement, l'empire avait changé depuis Constantin et la mise en place du christianisme comme religion d'état.
La Rome de Constantin, ni César, ni Auguste, ni les brillants Antonins ne l'auraient reconnue... C'était un autre monde, un autre univers mental et spirituel. Ce que nous appelons improprement "empire tardif" ou "bas-empire" n'avait plus grand chose à voir avec celui des fils de la Louve, dans les mentalités, dans l'art, la mode, l'architecture, l'esprit...
C'est d'ailleurs une période très riche dans beaucoup de domaines. Malgré les invasions, malgré un monde qui craque de tous côtés et un empire qui s'écroule, on vit, on écrit, on raisonne... L'époque compte de grands penseurs, chrétiens comme païens, de grands artistes, le Muséum d'Alexandrie est toujours aussi couru et même si voyager devient dangereux, on fait toujours d'excellentes études à Athènes, Antioche... Il y a toujours des jeux, les thermes ne désemplissent pas...
Mais ce n'est plus la Rome d'autrefois, c'est une autre société, un autre monde qui se met en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1953
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Lun 6 Juin - 18:09

Il ne faut pas oublier aussi que le christianisme c'était une "petite secte" qui vivotait à coté des anciens cultes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Lun 6 Juin - 18:19

Une femme de l'Antiquité exceptionnelle.

Didon, Reine de Carthage


Contrainte de fuir sa cité natale, Tyr, où son père était roi, avec son frère Pygmalion qui avait assassiné son époux Sichée, Didon s'embarqua, accompagnée par quelques nobles tyriens, gagna l'Afrique du Nord et y fonda Carthage.

Selon le récit de Virgile, Enée, victime d'une tempête, fut accueilli par les Carthaginois, se fit aimer de la jeune reine mais l'abandonna sur l'ordre de Jupiter. Didon fit alors élever un bûcher et se donna la mort au milieu des flammes.

Joli récit, émouvant. Mais il est difficile toutefois d'y dénouer la légende de la vérité historique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 16 Juin - 6:47

16 juin 455

Les Vandales saccagent Rome



Depuis le 16 mars 455, l'Empire était secoué, à son plus haut niveau, par une crise politique : l'empereur Valentinien III avait été assassiné et sa veuve, Eudoxie, craignant pour sa vie, avait fait appel à Genséric, chef des Vandales, pour assurer sa sécurité.

Celui-ci, établi avec ses guerriers dans le grenier à blé de l'Empire, l'Afrique, répond à l'appel de l'impératrice et traverse la Méditerranée pour finalement débarquer devant Rome, le 16 juin 455.

Mais au lieu de restaurer la souveraine dans ses droits, le Barbare met la Ville éternelle au pillage. Puis, rembarquant avec ses troupes, les cales chargées de trésors, il se mit à ravager toute la côte de l'Adriatique ainsi que la Grèce continentale avant de s'en retourner à Carthage. Le trophée le plus précieux de son butin restera Eudoxie et ses deux filles. Il mariera de force l'ex-impératrice à son fils Hunéric.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 16 Juin - 10:32

Valentinien III n'avait été qu'un fantoche, il n'avait pas hésité à tuer lui-même Aétius "le dernier des romains", celui qui avait repoussé Attila et dont la bravoure et l'énergie étaient un reproche vivant pour la nullité de Valentinien... Juste retour des choses, les partisans d'Aétius assassinèrent Valentinien peu de temps après.

Précisons qu'à cette époque, Rome est depuis longtemps délaissée, la cour étant installée à Milan ou Ravenne. L'ancienne capitale n'est plus qu'un décor, rongé par la malaria et la famine.
Elle était déjà tombée le 24 août 410 aux mains d'Alaric, sans grande résistance : des partisans du chef barbare présents en ville avaient ouvert la Porte Salaria. Trois jours de pillage, mais beaucoup de monuments furent épargnés et ceux qui se rendaient étaient épargnés également.

Le 16 juin 455, ce fût autre chose... Le pillage de la ville dura cette fois deux semaines.
La chute de Rome fût un choc ressenti d'un bout à l'autre de l'Empire (enfin, de ce qu'il en restait...). Saint Jérôme, installé à Jérusalem, écrit :"Une rumeur terrifiante nous arrive d'Occident... Ma voix s'étrangle, les sanglots étouffent mes paroles... Elle est donc prise la ville qui a pris l'univers... L'univers va s'écrouler..."
De leur côté, les grands penseurs païens, pour la plupart réfugiés en Orient, ne se gênaient pas pour dire que si on avait conservé les anciens dieux, on n'en serait pas là, déclenchant aussitôt les protestations des penseurs chrétiens. L'univers avait beau s'écrouler, penseurs et théologiens continuaient à s'écharper joyeusement, par lettres et discours interposés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 16 Juin - 12:02

Voyageur Solitaire a écrit:

La chute de Rome fût un choc ressenti d'un bout à l'autre de l'Empire (enfin, de ce qu'il en restait...). Saint Jérôme, installé à Jérusalem, écrit :"Une rumeur terrifiante nous arrive d'Occident... Ma voix s'étrangle, les sanglots étouffent mes paroles... Elle est donc prise la ville qui a pris l'univers... L'univers va s'écrouler..."
De leur côté, les grands penseurs païens, pour la plupart réfugiés en Orient, ne se gênaient pas pour dire que si on avait conservé les anciens dieux, on n'en serait pas là, déclenchant aussitôt les protestations des penseurs chrétiens. L'univers avait beau s'écrouler, penseurs et théologiens continuaient à s'écharper joyeusement, par lettres et discours interposés...

Rome n'était plus capitale mais elle restait encore un symbole, tant pour les "Romains" que pour les Barbares. C'est pourquoi ces derniers mettront tant d'obsession à prendre Rome plutôt que Ravenne. Qui prend Rome, contrôle le monde. N'oublions pas que les Barbares ne se voulaient pas des ennemis de l'Empire, bien au contraire, ils prétendaient en être les nouveaux maîtres.

La plupart des chefs - y compris Attila - d'ailleurs avaient été éduqués à la cour impériale d'Orient., à Constantinople. Des Théodoric, des Clovis, se faisaient attribuer le titre de Consul et revêtaient la chlamyde protocolaire.

En 476, ce ne fut pas l'Empire Romain qui s'effondra mais juste sa partie occidentale qui se décomposa en une multitude de royaumes. On estimait qu'un seul Empereur était nécessaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Dim 19 Juin - 22:38

LA RÉVOLUTION MANQUÉE D'AKHENATON.



Lorsque, en 1372 av. JC, le jeune Aménophis IV monte sur le trône d'Egypte, il est tout pénétré d'une mystique nouvelle qu'il va tenter de faire partager à ses sujets.

Mettant fin au culte séculaire d'Amon, il s'attaque au puissant clergé de Thèbes. Il fonde alors une nouvelle religion, fondée sur la croyance en un dieu unique, universel et qui ne peut se représenter sur terre. Il s'incarne sous la forme d'un disque solaire, Aton, créateur et source de toute vie. En son honneur, le pharaon prit le nom d'Akhénaton, le "serviteur d'Aton", et, quittant Thèbes, alors capitale du royaume, il fit construire au coeur du désert une cité nouvelle qu'il nomma Akhétaton (Tell-el-Amarna). C'est là qu'il s'établit avec son épouse, la belle Nefertiti, dont le nom signifie "la Belle est venue", et leurs six filles.

Mais la révolution religieuse d'Akhénaton ne dépassera guère les limites de sa nouvelle capitale. Ailleurs, on "adaptait" sa religion sans vraiment en comprendre le sens. A l'extérieur, les troubles recommençaient et les peuples vassaux de l'Egypte préparaient de nouveaux soulèvements. L'oeuvre réformatrice du souverain ne lui survécut pas.

A sa mort (1354 av. JC), son successeur, Tout-Ankh-Aton, se réconcilia avec les prêtres d'Amon et changea son nom en Tout-Ankh-Amon. Il fit raser la ville d'Akhétaton et détruire tous les témoignages du culte d'Aton, désormais maudit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Ven 14 Oct - 6:14



Cyrus le Grand - le Roi des Rois

Ce souverain célèbre de la Perse antique fut l'in des plus grands conquérants du monde.

Selon la légende rapportée par Hérodote, Astyage, roi des Mèdes, effrayé par un songe où il se voyait détrôné par son petit-fils, aurait envoyé l'un de ses émissaires pour perdre l'enfant dans les bois. Sauvé et élevé par la femme d'un simple bouvier, le jeune Cyrus aurait ensuite pris la tête de troupes révoltées, contraignant son grand-père à l'associer au trône.

Mythe ou réalité ? Ce qui est certain, c'est que Cyrus fonda l'Empire perse sur les ruines de l'empire mède après avoir conquis sa capitale, Ecbatane. Il vit alors se dresser contre lui l'Egypte, la Lydie, Sparte et la Chaldée. D'abord victorieux de Crésus, auquel il laissa la vie sauve et le garda près de lui comme conseiller, il s'empara de toute la Lydie. Il s'attaqua ensuite à Babylone qui tomba en 539 av. JC. Il conquit également l'Egypte et une partie de l'Asie. Il aurait permis aux Juifs dispersés dans son royaume de regagner Jérusalem et de rebâtir leur Temple, accomplissant ainsi une des prophéties d'Isaïe.

A la fois généreux et humain, Cyrus fit, dès l'Antiquité, figure de héros légendaire, admiré même par ses plus farouches adversaires.

Il mourut au combat devant une expédition lancée contre les barbares Scythes vers 529 av. JC.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Ven 14 Oct - 8:37

En gros, il s'est sorti de la Mède mais a subi la revanche des Scythes… Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Sam 5 Nov - 10:34

Le théâtre, une passion grecque


Entre deux guerres et les Jeux Sacrés, les citoyens des cités grecques couraient au théâtre. Expression à mesurer toutefois : on n'allait pas au théâtre tous les samedis soirs... Les pièces étaient jouées lors de grands festivals religieux, lors de grandes cérémonies ou occasions particulières.

Le théâtre grec est religieux avant tout, les pièces sont souvent tirées de la mythologie et placées sous le signe de Dionysos. Ses prêtres ont d'ailleurs les meilleures places, face à la scène, en compagnie des citoyens les plus éminents. Le théâtre est un moyen de communiquer avec les dieux, de faire connaître et d'illustrer les grands épisodes mythologiques, les amours des dieux, la guerre de Troie...

C'est l'archonte, un haut magistrat, qui décide des pièces qui vont être jouées, plusieurs jours d'affilée. Il est secondé par des chorèges qui, eux, recrutent les chœurs et les musiciens (car la musique et le chant sont omniprésents dans les pièces). Il y avait aussi parfois des poètes qui déclamaient leurs œuvres entre les différents actes. Tous ces gens, de même que les acteurs, sont rémunérés pour leur prestation.
Les acteurs ? Tous des hommes, y compris pour les rôles féminins comme dans le théâtre No japonais. Ils sont souvent chaussés de chaussures spéciales aux hautes semelles compensées et épaisses, ce qui peut leur faire dépasser les deux mètres, afin d'être bien visibles de tous. Ils portent un masque, assez volumineux, qui permet aux spectateurs d'identifier immédiatement leur personnage, vieil homme, faune, jeune fille... Voire même de déterminer le caractère du personnage, sévère, enjoué, mélancolique... L'ouverture pratiquée au niveau de la bouche amplifie grandement la voix, permettant aux spectateurs les plus éloignés d'entendre le texte.

Les grecs avaient une préférence marquée pour les tragédies, les histoires d'amour impossibles, empreintes de fatalité et de destin. Mais les comédies y avaient également leur place. Une fois encore, le sacré était inséparable du divertissement, les spectateurs voyaient se dérouler sous leurs yeux les épisodes de leur mythologie, les péripéties de leurs dieux, de leur histoire.
Les pièces étaient longues en général, on mangeait et buvait sur place, au sein des gradins. Les historiens restent divisés sur la nature des spectateurs : pour certains, seuls les hommes libres, les citoyens, assistaient aux représentations. Pour d'autres, les femmes et les étrangers y assistaient également mais relégués dans les gradins du fond.

Le théâtre à Rome : du sexe et du sang sur scène


(illustration by : Penny Douglas)

Les romains ont construit des théâtres magnifiques, de marbre et de mosaïques, mais n'ont jamais eu un goût très prononcé pour cet art. Et très vite, la qualité se dégrade jusqu'à des scènes difficiles à croire pour des gens de notre époque...
Si le théâtre connût de grandes heures sous la République, avec l'Empire, c'est l'avènement du spectacle de masse. Les grandes tragédies classiques sont éclipsées par des comédies et des mimes de plus en plus vulgaires, de plus en plus grossières, des farces bouffonnes, obscènes. Sexe et violence y avaient leur part. Pour représenter les amours de Pasiphaée avec un taureau (donnant ainsi naissance au Minotaure), on installait une prostituée dans une fausse génisse et on la faisait saillir par un vrai taureau... Lors de certaines représentations, on eu même droit à des femmes accouchant sur scène pour faire "plus réaliste". Pour la pièce Lauréolus où l'un des personnages finit exécuté, on substituait au dernier moment à l'acteur un condamné à mort qui était exécuté sur la scène. Pareil pour Mucius Scaevola où un condamné prenait la place de l'acteur pour prêter serment en mettant sa main au-dessus d'un feu pour prouver son innocence. Si le condamné restait stoïque, comme le héros de la pièce, il était gracié.
On ajoutait à cela les premiers effets spéciaux : poudre jetée dans les flammes pour créer des éclairs, roulement de tambours pour le tonnerre, acteur grimé en Jupiter descendant du ciel sur une nacelle, défunts jaillissant du sol par une trappe dans un nuage de fumée...
Certains acteurs devenaient l'idole des foules comme Mnester, mime d'une grande beauté, amant de Messaline et de Caligula, célèbre pour ses danses d'une sensualité brûlante.
L'entrée étant gratuite, une foule incroyable se précipitait dès l'ouverture des portes pour obtenir les meilleures places, on mangeait et buvait, on critiquait, huait ou s'enthousiasmait... Certains étaient payés par les organisateurs pour applaudir bruyamment et ainsi soutenir leur pièce, cela dégénérait parfois en bagarres, la garde devait intervenir... Ambiance...

Il y eût pourtant de grands auteurs latins classiques, Plaute, Terence, Ménandre... Mais leurs œuvres étaient plutôt jouées chez de riches particuliers, en représentations privées, pour un public restreint et cultivé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Sam 5 Nov - 11:10

Merci pour cet article, j'y ai appris pas mal de choses.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Sam 5 Nov - 11:22

Il permet de mieux cerner un aspect déplaisant de la mentalité romaine, aspect dénigré par Juvénal qui parlait de "la tourbe dégénérée des enfants de Remus", condamnant cet abaissement moral des foules romaines, ces spectacles de masse uniquement destinées à distraire des milliers de citoyens désoeuvrés par des spectacles qui allaient toujours plus loin (toute ressemblance avec l'époque actuelle...).

Il est intéressant de voir que cela ne concernait pas que les courses de chars et les combats de gladiateurs. A Rome, on était très loin du théâtre grec, presque sacré, plongeant dans les personnages pour mettre leur âme à nu... Lors de la première représentation de Hécyre, chef-d'oeuvre de Térence, les gens quittèrent le théâtre pour aller applaudir un funambule et un groupe de saltimbanques dehors...
Néron, très cultivé, pétri de culture grecque, organisa régulièrement des Jeux, les Jeux Néroniens, ayant lieu tous les cinq ans, où il introduisît massivement des concours de musique, de poésie et de théâtre, comme en Grèce. Là aussi, ce fût un bide. "Le peuple ne s'est même pas passionné modérément" dira Tacite.
Pareil pour la musique malgré les 7000 places de l'Odéon construit sur ordre de Domitien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Dim 6 Nov - 1:51

C'est certain que sur plusieurs aspects on se croirait à notre époque, avec toutes les merdes qu'on peut voir à la tv et qui plaisent au "grand public". A l'époque on voulait aussi du sensationnel, on cherchait à aller encore plus loin, c'est encore le cas aujourd'hui.

Rien ne change à ce niveau là, les époques passent, mais on a toujours le "bon peuple" qui veut son pain et ses jeux. Les abus du foot et du sport d'aujourd'hui remplacent les jeux du cirque romain de l'époque.

La Tv réalité de maintenant, les émissions de merdes d'aujourd'hui remplacent les pièces de masses et d'excès de l'époque.

Le nivellement par le bas perdure depuis des siècles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Lun 7 Nov - 14:00

Warlock a écrit:

La Tv réalité de maintenant, les émissions de merdes d'aujourd'hui remplacent les pièces de masses et d'excès de l'époque.
À la différence notable qu'on ne met plus les gens à mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mar 8 Nov - 0:30

Avec la corrida les mises à mort existent toujours, même si elles ne sont pas humaines, et c'est bien actuel. Et pour certains c'est du spectacle et du divertissement. Ce qui montre bien que certains ont toujours besoin de sang. Les jeux du cirque moderne en quelque sorte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mar 8 Nov - 11:41

Sur le fond je suis d'accord avec toi. La catharsis, toussa. Mais par contre, tout ne se vaut pas, et il est important de relativiser les choses : la mise à mort d'un être humain n'est pas la même chose que la mise à mort d'un animal, et ce n'est pas la même chose que l'exposition médiatique de la faiblesse humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mar 8 Nov - 13:07

cdang a écrit:
la mise à mort d'un être humain n'est pas la même chose que la mise à mort d'un animal.

Oui, mais c'est quand même tuer un être vivant pour rien.

J'ai toujours eu du mal avec la mise à mort dans les corridas. Autant la corrida ne me dérange pas, mais pourquoi tuer le taureau ? Shocked

C'est pour cela que je préfère la corrida portugaise où l'on ne met pas à mort l'animal à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mar 8 Nov - 15:40

Ah, mais je n'ai pas défendu la corrida, hein. Moi aussi ça me sort par les orbites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Aujourd'hui à 12:38

Revenir en haut Aller en bas
 
ANTIQUITE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 15 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chez les Ombres [Armes&drogue]
» Les Etrusques
» RECENSEMENT ARMEES ANTIQUES (15mm et 28mm)
» L'histoire des instruments de musique
» Arme Antique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: