AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ANTIQUITE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Sam 28 Nov - 21:56

Akhenaton, le Pharaon hérétique


Il est l'un des plus grands mystères de l'Egypte pharaonique, d'autant plus difficile à cerner que ses successeurs ont tout fait pour effacer toute trace de son règne.

Fils du glorieux Amenhotep III, celui qui devait être Amenhotep IV sera donc Akhenaton, celui qui osera abolir les cultes traditionnels de l'Egypte pour instaurer le monothéïsme, adoration d'un dieu unique, en l'occurence Aton, le disque solaire.
Dès son accession au trône, le nouveau Pharaon amorce une véritable révolution religieuse. Progressivement, il se tourne donc vers l'adoration d'une seule divinité et ose l'impensable : l'abolition des cultes traditionnels, la fermeture des temples et la destruction des statues ! Horus, Isis, Seth, Toth, Anubis et tous les autres ne sont plus.
Histoire de marquer les esprits et de réellement instaurer une nouvelle ère, le pharaon change de nom et décide de quitter Thèbes, la capitale, pour fonder une ville nouvelle en plein désert, Amarna. C'est là qu'il s'installe avec sa cour et sa famille.

Mais Akhenaton va plus loin : à la révolution religieuse succède une révolution culturelle et artistique. Dans la nouvelle capitale naît un art "amarnien", différent des canons artistiques habituels. Un style naturaliste, empli de fleurs, de plantes et d'oiseaux, de scènes intimistes où le Pharaon est représenté jouant avec ses filles, enlaçant son épouse... L'idéal classique laisse la place au réalisme, en particulier dans la sculpture. Délaissant les portraits officiels idéalisés, les rares statues retrouvées d'Akhenaton sont d'un réalisme terrible, ne cachant rien du physique maladif du souverain. Les personnages peints ont des poses et des gestes moins figés, beaucoup plus naturels. L'art amarnien atteint des sommets avec le célèbre buste de Néfertiti, plein de grâce et de beauté.

Mais qui est donc l'homme derrière le souverain mystique ? Ses statues montrent un physique inquiétant : tête allongée, boîte crânienne étirée, lèvres épaisses, ventre gonflé sur des hanches trop larges... Beaucoup pensent qu'il était atteint d'une maladie génétique importante, peut-être due à des unions incestueuses répétées dans sa famille où les pharaons épousaient souvent leur soeur pour préserver "la pureté du sang royal". Certaines images le montrent également appuyé sur une canne.
Autour de lui, on trouve une famille originale. D'abord sa mère, Tiya, qui fût un personnage influent et respecté à la cour et qui semble avoir soutenu la révolution voulue par son fils. Mais surtout son épouse, Néfertiti. Hé oui ! Ce roi au physique ingrat, probablement épileptique et que l'on disait victime d'hallucinations avait pour épouse celle dont le nom même signifie "la belle est venue". Elle lui donna six filles (dont deux seulement survécurent) et un fils et successeur, Toutankhamon. Néfertiti semble avoir elle aussi puissamment soutenu la révolution religieuse et culturelle imposée par son mari. Sur certaines représentations, elle semble son égal.

Une révolution qui ne dura pas plus que celui qui l'avait instauré... La mort d'Akhenaton et ses circonstances sont inconnues, ses successeurs ayant tout fait pour effacer son règne "maudit" de l'histoire. Lui succède donc Toutankhamon, vers l'âge de 9 ans et qui finira par rétablir la religion traditionnelle de l'Egypte et par restaurer temples, statues et clergé, rétablissant Thèbes comme capitale.

Commence alors un autre mystère, celui de Néfertiti... Elle aussi disparaît brusquement de l'histoire officielle, sans que l'on sache ce qu'elle est devenue. Mais dans les premières années du règne de Toutankhamon apparaît une reine mystérieuse, inconnue, dont le nom se rapproche étrangement de celui de Néfertiti. Beaucoup pensent qu'il s'agissait bien de la belle qui aurait changé de nom et d'identité. Cette reine mystérieuse disparaît brusquement trois ans après l'avènement de Toutankhamon. Etrange coincidence, c'est à ce moment que le jeune Pharaon décide de rétablir les anciens cultes, probablement sous la pression du clergé et de son entourage...
Cette reine inconnue aurait-elle été Néfertiti, tentant de poursuivre l'oeuvre de son défunt époux à travers son fils avant d'être écartée ?

Toutankhamon est la dernière pièce de cette saga familiale. Il meurt vers 19 ans dans des circonstances mystérieuses. L'autopsie de sa momie révèle une importante lésion à la base du crâne, provoquée au mieux par une chute, au pire par un coup violent porté à la tête... A moins qu'il ne s'agisse d'un accident lors de l'embaumement. D'autres examens ont révélé une fracture importante de la jambe gauche, peu de temps avant son décès, avec arrachement de la rotule. Certains pensent que le Pharaon aurait pu chuter de son char qui lui aurait alors broyé la jambe, provoquant une infection et une septicémie (empoisonnement du sang).

Akhenaton reste donc un mystère. Qui était vraiment le Pharaon "hérétique" qui osa imposer un tel bouleversement, instaurer une révolution religieuse, culturelle et artistique complète, instaurant une ère nouvelle ? Un fou, un visionnaire, un mystique, un homme malade et dérangé ?
Ses successeurs s'étant acharnés à détruire et effacer toute trace de son règne, le mystère demeure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Lun 30 Nov - 16:14

Rectificatif : d'aprèsde nouvelles recherches, il semblerait que Néfertiti ne soit pas la mère de Toutankhamon, ce dernier serait issu d'Akhenaton et d'une épouse secondaire.
Il reste par contre très probable qu'elle fût bien cette reine mystérieuse, portant un autre nom, présente dans les premières années du règne de Toutankhamon avant de disparaître brutalement, au moment où le nouveau Pharaon rétablit les cultes traditionnels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Dim 31 Jan - 11:42

Caracalla : un empereur sanguinaire ?


Monté sur le trône impérial à l'âge de 25 ans, succèdant à la mort de son père, Septime-Sévère, il est loin d'être un "tendre".

Tout de suite après son avènement, il assassina son frère, avec qui il partageait le pouvoir, et fit mettre à mort près de 20 000 partisans de celui-ci.

Pourtant, en dépit de ce caractère dur et farouche, on lui doit des mesures exemplaires comme celle qui donnait les pleins droits de citoyenneté romaine à tous les hommes libres de l'Empire. Il fut aussi un grand bâtisseur comme l'attestent les Thermes construits à Rome sous son règne, établissement de bains aux dimensions grandioses et luxueusement coloré. Ses ruines, aujourd'hui encore bien conservées, servent de théâtre en plein air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Dim 31 Jan - 13:47

Certains soupçonnent Caracalla d'avoir octroyé la citoyenneté romaine à tous les hommes libres de l'Empire plus pour des raisons fiscales qu'autre chose, histoire de faire rentrer l'argent dans les caisses...

Pas un tendre, c'est vrai. Il a fait massacrer son frère Geta (avec qui il était à couteaux tirés, c'est le cas de le dire) et a participé lui-même au meurtre, alors même que son frère s'était réfugié dans les bras de leur mère, Julia Domna... On fît comprendre à cette dernière qu'il serait avisé de ne pas montrer trop de chagrin...

C'est d'ailleurs elle, Julia Domna, qui régna véritablement. Elle avait déjà exercé une grande influence sous le règne de son mari, Septime Sévère. Caracalla, qui se rêvait en nouvel Alexandre le Grand, laissa donc les rênes de l'Empire à sa mère pour se consacrer aux affaires militaires.
Intelligente, habile et cultivée, Julia Domna fût sans doute l'impératrice la plus puissante de toute la période impériale. Elle fût même proclamée "Mère du genre humain", du jamais-vu.
Caracalla (un surnom, en raison d'un manteau gaulois qu'il aimait porter, son véritable nom est Lucius Septimus Bassianus) alla donc faire la guerre, avec plus ou moins de succès. Il mourût assassiné au bout de six ans de règne, un règne assez violent et brutal.
Ses assassins n'osèrent pas s'opposer à sa mère et lui permirent de se retirer dans un palais fastueux à Emèse, en Syrie (l'actuelle Homs), d'où elle était originaire. Elle mourût peu de temps après. Selon certains, un cancer l'emporta, selon d'autres, désespérée, elle se serait laissée mourir de faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Ven 12 Fév - 17:45

SCIPION L'AFRICAIN



Publius Cornelius Scipio, né aux environs de 235 av. JC, est certainement le plus illustre des généraux de la République romaine.

On raconte qu'à l'âge de 17 ans seulement, il sauva la vie de son père grièvement blessé à la bataille du Tessin. Il fut le témoin malheureux du désastre de Cannes mais ne désespéra jamais du salut de la patrie.

"Jurons, dit-il à ses soldats dont ses harangues avaient ranimé leur courage, jurons de jamais trahir la République !"

Cette fermeté d'âme, animée d'un grand sens du devoir envers l'Etat, soutint toujours les hautes ambitions de ce grand citoyen.
Quand on apprit à Rome la défaite des légions en Espagne, Scipion, aussitôt, se présenta au Sénat où il tint ce discours :

"J'ai ce qu'il faut pour vaincre, leur dit-il ; donnez-moi le commandement de l'armée et je vengerais les mânes de mon père et de mon oncle."

Il n'avait alors que 24 ans et le Sénat hésitait à confier le commandement suprême des armées à un homme aussi jeune. Mais Scipion trouva habilement les mots qui achèveront de convaincre les plus réticents :

"Rassurez-vous, leur dit-il, ma jeunesse est un défaut dont je me corrigerai tous les jours..."

Les sénateurs placèrent leur confiance dans ce jeune homme si déterminé et Scipion la justifia par ses services. En effet, en quelques mois, il écrasait les Carthaginois, s'emparait de Carthagène et replaçait l'Espagne sous la domination romaine.

Bientôt, il devait rendre à Rome un service plus grand encore.

Les Romains luttaient depuis longtemps contre Hannibal en Sicile. Scipion, le premier, conseilla de porter prestement la guerre sur le sol même des Carthaginois, en Afrique.
C'est là-bas qu'il livra à son plus redoutable adversaire la bataille de Zama. Hannibal fut vaincu et Carthage tomba sous la domination romaine.
Par cette belle victoire, Scipion fut honoré du titre d'Africain.


Cependant, une telle gloire, une aussi belle renommée acquise à un âge où les rayons de la jeunesse irradient de mille feux, devaient fatalement lui attirer moults envieux.
Les uns lui reprochaient son arrogance et sa fierté ; d'autres le soupçonnaient de corruption.
Cité à comparaître devant le Sénat pour se justifier de cette accusation, il s'écria fortement : "Romains ! c'est à pareil jour que j'ai vaincu Hannibal à Zama ; allons au Capitole en rendre grâces aux dieux !"

Et la foule en masse le suivit.

Mais comme les attaques de ses adversaires politiques continuaient, il résolut de quitter Rome. Il s'exila dans sa villa de Liternum et se consola de sa disgrâce dans les travaux champêtre et la rédaction d'oeuvres littéraires.
Avant de mourir, il fit graver ces mots sur son tombeau :

"Rome, ingrate patrie, tu n'auras pas mes cendres !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Ven 12 Fév - 19:40

Je me méfie un peu de la propagande républicaine de la Rome antique... Elle a souvent été écrite sous l'Empire, par des nostalgiques d'une République idéalisée, vertueuse et pétrie d'honneur, servie par des héros sans tâches, soucieux de droit et de légalité et qui, une fois la défense de la patrie terminée, s'en retournaient mener une vie saine et rude aux champs...

C'est un vieux phantasme de l'époque impériale, dès les débuts de l'Empire, dès la dynastie des Julio-Claudiens. Alors que l'Empire n'a pas encore atteint son apogée, on trouve toute une intelligentsia qui regrette à qui mieux-mieux le bon vieux temps vertueux de la République. Non sans une formidable hypocrisie comme Sénèque qui prônait le détachement, la simplicité et la modestie et qui détenait une colossale fortune, buvait son vin dans des coupes en or et était conseiller de Néron...  On a Juvénal qui, alors que l'Empire n'a pas encore brillé de tous ses feux, fustige déjà "la tourbe dégénérée des enfants de Rémus... qui ne réclame plus que du pain et des jeux". Le regretté Lucien Jerpagnon  a écrit là-dessus un très bon chapitre de son formidable Histoire de la Rome antique et qui montre qu'alors qu'ils n'avaient pas encore atteint les sommets, les romains de l'époque impériale trouvaient déjà qu'il y avait une certaine décadence dans l'air... D'où une glorification de cette République, des moeurs supposés purs et sains d'autrefois.

Ceci dit, cela n'enlève rien au génie de Scipion l'Africain. Les guerres Puniques sont un moment passionnant de l'histoire romaine, une rivalité sans précédent entre deux cités, deux civilisations se voulant maîtresses du monde, trois guerres terribles, où Rome frôla l'abîme et qui se terminèrent par un siège de fous, celui de Carthage, qui dura trois ans. Sans oublier Hannibal, Salambô, Amilcar Barca...
Une guerre dont Rome sortît vainqueur, mais qui bouleversa de fond en comble la société romaine, sa structure, ses moeurs, sa mentalité, certains ayant tout perdu (et n'ayant du coup plus rien à perdre), d'autres s'étant taillé une fortune colossale ou couvert de gloire. Ce fût vraiment une époque folle, une succession de défaites et de triomphes, d'âbimes et de victoires, une époque de feu et de sang où tout paraissait possible, où tous les repères sautaient et où les ambitieux ou audacieux pouvaient se tailler un destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Sphigx



Masculin Messages : 133
Date d'inscription : 25/08/2012

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 5:13

Une carte des tribus européennes en 52 avant J.-C. (lendemain de la bataille d'Alésia).

http://www.historyfiles.co.uk/FeaturesEurope/Barbarian_Map52BC_max.htm

Quand on clique sur le nom d'une tribu, on obtient des infos détaillées (anglais).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 8:13

Parlons de peuples, plutôt que de tribus. Il faut voir la "Gaule" comme l'équivalent de ce qu'était l'Amérique avant l'arrivée des Européens au XVIème siècle. Un monde peuplé d'un multitude de peuples divers, appartenant à la grande famille celtique, avec leurs lois, leurs règles, leurs coutumes. Ils échangeaient entre eux, se faisaient souvent la guerre aussi, et entretenaient des relations avec leurs voisins, notamment Grecs et Romains.

Et c'est parce que la Gaule était prospère et développée que les Romains furent tentés de la conquérir.

Il faut sortir des clichés d'une Gaule "sombre" qui aurait été civilisée par Rome...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 16:22

Les gaulois étaient loin, effectivement, d'être des bourrins chevelus qui auraient été "civilisés" par Rome.
Ils avaient inventé le tonneau (plus pratique et solide que l'amphore), le savon (à base de graisse et de cendres), leur agriculture était développée et surtout leur métallurgie : le travail des forgerons et orfèvres gaulois était recherché. Ils faisaient également des tissus solides qui protégeaient efficacement de la pluie et du vent. Et c'étaient de sacrés guerriers...

S'ils avaient formé une nation unie et solide au lieu de se taper sur la gueule sans arrêt, il n'est pas sûr que la Gaule ait été romaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Sphigx



Masculin Messages : 133
Date d'inscription : 25/08/2012

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 17:15

Gorak a écrit:
Et c'est parce que la Gaule était prospère et développée que les Romains furent tentés de la conquérir.

Disons plutôt que Jules César avait besoin d'une gloire militaire pour égaler celle de Pompée. Quoi de plus simple alors que d'attaquer des peuples qui n'avaient rien fait pour se faire un nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 20:32

Voyageur Solitaire a écrit:


S'ils avaient formé une nation unie et solide au lieu de se taper sur la gueule sans arrêt, il n'est pas sûr que la Gaule ait été romaine...

La Gaule était déjà en voie de romanisation, de toute façon. Du moins, sur les rivages sud de la Méditerranée et jusqu'à l'Helvétie. Tous les peuples qui se trouvaient là échangeaient avec les Romains, comme ils le faisaient avec les Phocéens. Ils copiaient même leurs institutions : par exemple, à Vesontio (Besançon), capitale des Séquanes, on trouvait un Sénat composé des grands chefs de l'aristocratie locale. Et d'ailleurs, ils étaient parmi les meilleurs alliés de Rome.
Lorsque Arioviste est venu foutre le dawa avec ses Germains, c'est tout naturellement Jules César qu'ils ont appelé à l'aide... Et Jules César y a vu une opportunité de booster sa carrière à Rome.

Par contre, dès que l'on montait un peu plus vers le nord de la Gaule, là, les choses étaient différentes... les Belges, restés à l'écart du "roman way of life", ont farouchement résisté à César. Et César a répondu en faisant massacrer des villages entiers. Certains historiens ont avancé le nombre de 100 000 victimes. A cette époque, on ne faisait pas dans la dentelle ...

Sinon, Vercingétorix a bien essayé de constituer un Empire gaulois... ça c'est un peu mal terminé pour lui... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 21:09

A noter que la version d'un Vercingétorix croupissant dans sa cellule sordide avant d'être égorgé en public lors du triomphe de César est de plus en plus remise en cause.
Le chef gaulois aurait été retenu prisonnier dans une villa, sous bonne garde et bien traité, ce qui était l'usage à Rome avec les souverains vaincus ou ennemis importants. Il aurait bien été exécuté à la fin, mais César y aurait rechigné, cédant finalement aux pressions de la foule et du Sénat.
Certains avancent un "lien", une sorte de respect ou d'admiration réciproque entre ces deux géants et on peut imaginer effectivement un César réticent à faire exécuter comme n'importe quel criminel un tel adversaire.
Mais même César ne pouvait s'opposer aux foules romaines...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1957
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 21:27

En plus la cavalerie Gauloise était selon certains historiens assez redoutable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 21:37

Albatur a écrit:
En plus la cavalerie Gauloise était selon certains historiens assez redoutable.

C'était la meilleure du monde antique après les Parthes. Je crois même qu'Hannibal employait déjà des cavaliers gaulois dans ses troupes.

Ce qui montre aussi que la plupart des armées de l'Antiquité étaient souvent un assemblage composite de plusieurs peuples. Il n'y avait véritablement qu'à Rome qu'on trouvait des armées homogènes, du moins au début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 21:53

L'armée romaine fût longtemps une armée de citoyens "mobilisables". Chacun devait être prêt à prendre les armes pour défendre la patrie.
Avec les guerres de conquêtes, l'appât du butin, le charisme de généraux couverts de gloire, l'armée se professionnalise. Sous l'Empire, l'armée impériale est devenue une armée de métier, de professionnels, avec une intendance, une logistique... Le soldat devient de plus en plus ouvertement le maître de l'Empire. Septime Sévère finira par conseiller à ses fils :"Payez les soldats et moquez-vous du reste !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Jeu 3 Mar - 22:20

Voyageur Solitaire a écrit:
Le soldat devient de plus en plus ouvertement le maître de l'Empire. Septime Sévère finira par conseiller à ses fils :"Payez les soldats et moquez-vous du reste !"

Jusqu'au jour où l'on finira par employer des Barbares pour surveiller des frontières devenues immenses... et des Barbares, toujours gourmands, à qui on donnera des terres, des titres, qu'on commencera à installer comme Fédérés et qui finiront par aller se servir eux-mêmes quand Rome sera en défaut de paiement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Ven 4 Mar - 15:05

Des ressources intéressantes :

  • John Scheid, Religion, institutions et société de la Rome antique, Collège de France
  • Dominique Charpin, Civilisation mésopotamienne, Collège de France

et d'autres à découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mar 15 Mar - 8:03



15 mars -44

Jules César est assassiné.

Jules César, qui vient de se faire proclamer dictateur à vie, est percé d'une vingtaine de coups de poignard, en pleine séance du Sénat, par des sénateurs qui refusaient de perdre leurs privilèges au sein de la République. C'est au pied de la statue de son ancien rival, Pompée, que César s'écroule. Parmi les conspirateurs on trouve Brutus, son fils adoptif pour lequel il avait une grande estime, et son ami le plus fidèle, le général Cassius. En apercevant Brutus au milieu de ses assassins, Jules César lui aurait lancé cette phrase en grec: "Kai su teknon", que l'on a traduit en latin vulgaire par "Tu quoque, mi fili" ("Toi aussi, mon fils").

Le corps du dictateur sera emmené par des esclaves et incinéré au Champs de Mars, comme le voulait la tradition funéraire. Quelques temps après, son autre fils adoptif, Octave, futur Auguste, prenait le pouvoir à Rome et proclamait l'Empire.

L'assassinat de César n'aura donc servi à rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mar 15 Mar - 13:06

L'annonce de l'assassinat de Jules César fut accueillie dans l'indifférence quasi générale de la population.

Deux ambitieux en profitèrent pour se hisser au pouvoir :


Marc-Antoine, un ancien général de César, taillé en Hercule et de manières assez brutales ;
Octave, le fils adoptif de César, à peine âgé de 20 ans, chétif et qui avait peur de l'obscurité et du tonnerre.

Au début, Octave et Marc-Antoine luttèrent ensemble contre les partisans de l'oligarchie au Sénat. Ils organisèrent de terribles proscriptions, et la plus illustre victime fut Cicéron. Quant à Brutus, il fut écrasé avec son armée à Philippes en Macédoine en -42.

Les deux vainqueurs se partagèrent alors le monde :

A Marc-Antoine l'Orient, avec l'Egypte et la Syrie ;
A Octave l'Occident avec l'Italie.

Mais l'accord entre les deux ne dura qu'un temps : Marc-Antoine fut accusé par Octave de dénaturer les mœurs romaines.

En effet, Marc-Antoine avait épousé la reine d'Egypte, Cléopâtre, ce qui causa d'ailleurs un grand scandale ; d'autant plus qu'il lui avait fait don de la province de Syrie.
Du coup, Octave n'eut aucun mal à soulever l'opinion publique contre son ex-collègue et la reine d'Egypte, les accusant tous les deux de vouloir détruire le Capitole et de faire d'Alexandrie la nouvelle capitale du monde gréco-romain.
Le Sénat crut à ses mensonges et Octave se vit confier le commandement d'une armée pour mener la guerre contre l'Egypte.


L'affrontement décisif eut lieu en mer Adriatique, non loin du cap d'Actium : la flotte égyptienne fut détruite : Marc-Antoine et Cléopâtre se suicidèrent peu après (31 av. JC).

Octave fit main basse sur l'Egypte et ses précieuses ressources. Puis, en -29, il reçut un accueil triomphal à Rome.

Les guerres civiles prenaient fin ; mais aussi la République...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mer 16 Mar - 10:49

Arpentez la Rome antique :
http://soocurious.com/fr/rome-reborn-animation-histoire/
https://www.youtube.com/user/unicaencireve/videos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1957
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mar 26 Avr - 10:15

http://www.geneanet.org/forum/?topic=537940.0

Intéressante découverte via la généalogie génétique (et pas mal de recherche) pour cet utilisateur.

Même si je me demande si c'est pas un coup de bol... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
VIC



Masculin Messages : 2736
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mar 26 Avr - 12:41

J'ignorais qu'on pouvait établir avec certitude que tel code génétique était obligatoirement issu de telle région précise ... 2000 ans plus tôt. Ce qui me paraît un peu embêtant car c'est le postulat repris plusieurs fois d'où découle la cascade d'arguments. Je m'autorise quelques doutes en tant que profane.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mer 11 Mai - 10:45

On aurait peut-être retrouvé la tombe d'Alexandre le grand :
« Egypt: Archaeologist could have discovered the tomb of Alexander the Great », Worldnewsdailyreport.com.

Citation :
Alexandrie | Une équipe d'archéologues et d'historiens du Centre polonais d'archéologie méditerranéenne, qui menait des recherches sur la crypte d'une ancienne église chrétienne, a découvert un mausolée de marbre et d'or qui pourrait être la tombe perdue d'Alexandre III de Macédoine, plus connu sous le nom d'Alexandre le Grand. Le site est situé dans la zone de Kom el-Dikka, au cœur de la ville basse d'Alexandrie, à seulement 60 mètres de la mosquée de Nebi Daniel ; la tradition arabe indique que c'est là que se trouverait la tombe, et de nombreuses fouilles y ont été conduites.

La tombe était un site de pèlerinage très fréquenté dans l'Antiquité, elle a notamment été visitée par de nombreux empereurs romains dont Jules César et Caius Octavius, plus connu sous le nom d'Auguste, et qui aurait déposé des fleurs sur la tombe et un diadème d'or sur la tête momifiée d'Alexandre. La dernière visite mentionnée est celle de l'empereur romain Caracalla en 215, moins d'un siècle avant sa disparition des annales romaines.

Le monument de grande taille a apparemment été scellé au IIIe ou IVe siècle, peut-être pour le protéger de la répression chrétienne et de la destruction des sites païens après la changement de religion officielle de l'Empire romain. Le site tout entier est un témoignage de la nature multiculturelle de l'empire d'Alexandre, combinant des influences artistiques et architecturales grecques, égyptiennes, macédoniennes et perses. Les inscriptions, principalement en grecque mais incluant quelques hiéroglyphes égyptiens, mentionnent que le mausolée est dédié au « Roi des rois et conquérant du monde, Alexandre III ».

Il contient un sarcophage de cristal qui a été brisé, sans doute lors de pillages durant l'instabilité politique qui a ravagé Alexandrie pendant le règne d'Aurélien, peu après 270. Il contient également trente-sept os, la plupart brisés ou sévèrement endommagés, provenant manifestement d'un même individu masculin. Une datation au carbone 14 est en cours pour déterminer l'âge des ossements, ainsi qu'une batterie de tests pour déterminer s'il pourrait s'agir des restes du roi macédonien. En dehors de cela, le site ne contient que quelques petits objets manufacturés, principalement des poteries brisées, datant  surtout des époques romaine et de Ptolémée.

Le Conseil suprême égyptien des antiquités a indiqué avoir effectué plus de cent quarante fouilles pour le troisième et dernier lieu de repos construit par Ptolémée Philadelphe vers -280, sans succès. De nombreuses théories surprenantes ont été élaborées par divers historiens pour expliquer ces échecs. Certains ont supposé que son corps pourrait avoir été volé d'Alexandrie par des marchands vénitiens, croyant qu'il s'agissait des restes de saint Marc l'Évangéliste, et auraient été ramenés à la Basilique Saint-Marc (Venise, Italie).

La présente découverte semble plus proche de tout ce qui a été corroboré par de multiples auteurs de l'Antiquité et du Moyen-Âge, comme Plutarque,  Ibn 'Abd al-Hakam, Al-Mas'ûdî et Léon l'Africain. En -321, au cours de son retour vers la Macédoine, le char funéraire contenant le corps d'Alexandre a été détourné en Syrie par un de ses généraux, Ptolemée Ier Sôter.  Ptolémée a emmené le corps en Égypte où il a été enterré à Memphis, la capitale du gouvernement d'Alexandre en Égypte. Puis, à la fin du IVe ou au début du IIIe siècle avant notre ère, le corps d'Alexandre a été transféré de Memphis à Alexandrie, où il a été réenterré.

Au IVe siècle de notre ère, on perd la trace du tombeau dans les registres des Pères de l’Église. Toutefois, des commentateurs arabes fiables, dont Ibn 'Abd al-Hakam (en 871), Al-Mas'ûdî (en 944) et Léon l'Africain (au XVIe siècle) rapportent tous avoir vu la tombe d'Alexandre, mais aucun n'indique le lieu exact.

Cette nouvelle découverte du Centre polonais pourrait être une des plus importantes faite dans ce pays, qui compte pourtant déjà d'immenses découvertes archéologiques. Le site lui-même est un chef-d’œuvre d'architecture et d'artisanat, et il contient peut-être de nouvelles informations sur le grand roi. Si les ossements étaient ceux d'Alexandre, cela ferait de cette découverte l'une des plus grandes de l'histoire de l'archéologie, si ce n'est la plus grande.


Dernière édition par cdang le Mer 11 Mai - 12:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1957
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mer 11 Mai - 10:56

Si ça s'avère vrai c'est une formidable trouvaille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
VIC



Masculin Messages : 2736
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Mer 11 Mai - 15:18

On verra bien. Cela prendra du temps pour avoir des réponses. Mais c'est stimulant...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ANTIQUITE   Aujourd'hui à 13:28

Revenir en haut Aller en bas
 
ANTIQUITE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chez les Ombres [Armes&drogue]
» Les Etrusques
» RECENSEMENT ARMEES ANTIQUES (15mm et 28mm)
» L'histoire des instruments de musique
» Arme Antique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: