AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA ROUTE DES PLANTATIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Mar 4 Sep - 20:21

LA ROUTE DES PLANTATIONS


Partons pour la moîteur du Vieux Sud, en Louisiane, sur la route des plantations, à la rencontre de ces immenses domaines aux célèbres maisons blanches à colonnes de style néoclassique.
La Louisiane, c'est avant tout un environnement spécifique : le bayou (de "bayouk" signifiant « serpent », « sinuosité »). Le bayou est une étendue d'eau formée par les anciens bras et méandres du majestueux Mississippi. Les bayous s'étendent sur tout le sud de l'État louisianais, formant un incroyable réseau navigable de milliers de kilomètres. Dans les bayous, un courant très lent, non perceptible, va vers la mer à marée basse et vers l'amont à marée haute. Le bayou est un écosystème d'une incroyable richesse, sorte de marais ou de jungle à la végétation exubérante, à l'atmosphère lourde et poisseuse, aux parfums âcres. Une faune et une flore trés riches y prospèrent, dont les fameux alligators, des dauphins et les immenses palétuviers couverts de mousse, arbres-rois du bayou avec leurs racines aériennes. C'est là que vivent les Cajuns, descendants des anciens colons français, qui forment une communauté trés vivace, à la forte identité, vivant principalement de la pêche.


C'est en bordure de ce monde étrange que les grands propriétaires sudistes installèrent leurs plantations (de coton principalement) et y bâtirent leurs superbes demeures. Parmi les plus célèbres, "Oak alley", ainsi nommée en raison de l'impressionnante allée de 28 chênes sur 240 mètres de long qui y mène :


Mais aussi Nottoway, surnommée "Le château blanc" :


Epargnées par la guerre de Sécession ou reconstruites par la suite, ces superbes demeures se visitent aujourd'hui, on peut s'y restaurer ou même y dormir (endroits trés appréciés des jeunes mariés en voyage de noces). Les maîtres des lieux y avaient développé un véritable art de vivre : salle de bains avec eau chaude et froide, cuisine trés évoluée, salle de bal pouvant accueillir 300 invités... Dans l'une de ces salles, suprême coquetterie : de petits miroirs fixés aux pieds des meubles pour que les dames puissent vérifier la bonne ordonnance du bas de leur robe de bal... Mais ces domaines étaient également des exploitations, avec entrepôts, manufactures, maisons des esclaves, machines diverses... Le Mississipi n'est jamais loin, afin d'embarquer coton, tabac ou canne à sucre sur les fameux bateaux à roues à aubes :


On peut aujourd'hui faire une croisière à bord de ces bateaux, avec tout le folklore à l'américaine (hôtesses en robe à crinoline et ombrelle, saxophoniste qui entonne un air de jazz pour avertir les passagers de l'embarquement...). C'est un superbe voyage, un excellent moyen de découvrir le Vieux Sud par la voie fluviale, avec la Nouvelle Orléans, Savannah, Bâton rouge... Pour l'anecdote, c'est Bâton rouge qui est la capitale de l'état et pas la Nouvelle Orléans et le nom de Savannah vient d'une jeune femme nommée Annah, tombée d'un bateau à cet endroit, tout le monde à bord criant : "Save Annah !" (Sauvez Annah). Parmi les idées reçues à combattre, il n'y a pas grand-chose de français à la Nouvelle Orléans, le fameux "French quarter" n'est qu'un croisement de quelques rues sans oublier le fameux tramway dont une station se nomme effectivement "Désir".

Faire la route des plantations, par le fleuve ou en voiture, c'est découvrir le Vieux Sud, un monde étrange, trés peu américain, un certain art de vivre perdu, plein de nostalgie... On a en tête les maisons à colonnes blanches, les femmes en crinoline, le coton, les esclaves, "La case de l'oncle Tom" et "Autant en emporte le vent"... Un monde où le temps s'était arrêté jusqu'à ce que la guerre de Sécession le fasse voler en éclats. Un de mes plus beaux souvenirs des USA.


Dernière édition par Voyageur Solitaire le Sam 17 Mai - 9:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Lun 24 Juin - 20:54

Voyons de plus près cette fameuse route des plantations...
Avant de prendre la route, il serait dommage de négliger La Nouvelle-Orléans. Surnommée Nola par ses amoureux, elle fût fondée en 1718 par des colons français et nommée ainsi en l'honneur du Régent, le duc d'Orléans. Elle est connue pour son célèbre French Quarter, le "quartier français", surnommé également "Le vieux carré". Autant vous décevoir tout de suite : entièrement détruit par un terrible incendie en 1788, il fût reconstruit dans le style colonial espagnol (l'Espagne occupait alors la ville). Dès votre arrivée à l'aéroport Louis Armstrong, vous vous rendrez vite compte qu'il n'y a plus grand-chose de français à La Nouvelle Orléans...
Et pourtant... Ici et là, une plaque indiquant "Rue Dauphine" ou "Toulouse Street" ou encore " Bourgogne Street", une pâtisserie avec viennoiseries en vitrine, un "apothicaire"... Vous prendrez plaisir à déambuler sous les balcons en fer forgé, le long des boutiques aux vitrines colorées, des terrasses. Sans oublier les incontournables calèches !


Mais La Nouvelle-Orléans, c'est aussi une réputation sulfureuse... La ville où l'on s'amuse, où l'on se perd dans les vapeurs d'alcool et la moîteur de la nuit, au son du blues et du jazz... Même si c'est touristique à mort, impossible de ne pas faire un tour sur Bourbon Street (immortalisée par Sting dans sa chanson éponyme) à la nuit tombée et de se perdre dans ses bars et clubs de jazz :


Ah, le jazz... Une adresse, incontournable, le mythique Preservation Hall. Façade peu avenante, tout le monde est souvent debout au coude à coude, le décor réduit à sa plus simple expression et quand c'est bondé, on crève de chaud... Mais on s'en fout ! Le jazz, le blues, c'est ici. Ni nourriture, ni boissons, seulement la musique :


Mais Nola a aussi un côté sombre : le vaudou. Impossible de ne pas penser à Marie Laveau :


Prêtresse vaudou née en 1794 d'un planteur blanc et d'une esclave noire affranchie, magicienne et entichée d'occultisme, la "reine du vaudou" était crainte et consultée de tous : esclaves, mûlatres, métis, riches planteurs blancs... Ses "fidèles" veillent encore aujourd'hui sur sa maison, et son caveau, au cimetière Saint-Louis, est toujours fleuri, décoré de bougies et d'offrandes :


D'ailleurs, si le vaudou vous attire, sachez que vous trouverez à La Nouvelle-Orléans un musée du vaudou...

Mais il y a tant à faire en ville ! Pourquoi ne pas prendre le fameux tramway (qui, n'en déplaise à Tenessee Williams ne s'apelle pas désir, même si un arrêt porte ce nom) :


C'est l'occasion de rejoindre Garden District, calme quartier chic où les grandes demeures blanches à colonnes se cachent derrière les frondaisons de vastes jardins ombragés :


Mais l'on peut également faire un tour au Audubon Park, du nom du célèbre naturaliste, traverser le fleuve pour rejoindre les quartiers de l'autre rive, flâner du côté du lac Pontchartrain... Pas le temps hélas ! Il est temps de se mettre en route pour nous enfoncer à travers les bayous, le pays Cajun et de partir à la découverte de la route des plantations...

Pour finir, deux gros bémols :

- La chaleur : lourde, poisseuse, étouffante, parfois difficile à supporter. Du coup, la clim tourne à fond partout et tous les magasins sont de véritables glacières... Pas génial.

- L'insécurité : attention, Nola est l'une des villes les plus dangereuses des USA. Sans tomber dans la parano, il faut rester attentif, certains endroits sont peu recommandés, même en plein jour. La nuit, éviter absolument le cimetière Saint-Louis et Audubon Park. Si vous sortez en dehors de la ville, le taxi pour rentrer est fortement recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2790
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Mer 26 Juin - 18:05

La magie du vieux sud américain, c'est avant tout un état d'esprit, une façon de vivre, un pays dans le pays (ce qui est récurent aux USA vu la diversité des mentalités et des paysages).

Descendre le Missouri puis le Mississippi en bateau à quelque chose d'envoutant et de grisant, c'est en effet folklorique à mort.

Il y a plusieurs voies fluviales possible, on peut par exemple partir de St Louis dans le Missouri, on passe après par Memphis dans le Tennessee, puis on descend via le Mississippi pour atteindre Bâton Rouge et La Nouvelle Orléans.

Même si ce n'est pas le coin que je préfère aux USA, si on y passe c'est quand même à faire et à voir, c'était pour moi si j'ose dire une parenthèse temporelle et totalement pittoresque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Mer 26 Juin - 18:56

Entièrement d'accord avec ta dernière phrase : un moment hors du temps. Avant la guerre de Sécession, on disait que dans le vieux sud, le temps s'était arrêté. Aujourd'hui encore, on a l'impression d'un autre rythme, d'une certaine nonchalance, d'une certaine indolence, avec en plus un côté "passéiste" très fort.
Le climat y est à mon avis pour beaucoup avec cette chaleur lourde, presque physique, qui incite à une certaine paresse, à y aller doucement. Et puis, ce que je retiens, c'est une grande sensualité : des parfums, des odeurs très fortes, ennivrantes, des nuits chaudes et parfois étouffantes, une végétation colorée, exubérante, envahissante, une cuisine épicée, relevée, des couleurs vives, éclatantes... Et bien sûr, la musique, le jazz, le blues, le vaudou et la religion, omniprésente... Un mélange insidieux de tristesse, de nonchalance, d'alcool et de langueur dans la chaleur de la nuit louisianaise... La première fois que j'ai déambulé dans Bourbon Street à la nuit tombée, je me suis senti étrangement mélancolique malgré les lumières, le bruit, la foule...

Alors qu'en Californie, on se sent bouger, vibrer, plein d'énergie dans des paysages à couper le souffle digne des premiers matins du monde bordés par l'océan, dans le Vieux Sud, on est hors du temps, saisi d'une étrange langueur dans le parfum lourd des fleurs tropicales...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2790
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Mer 26 Juin - 21:09

Oui en voyant l'architecture, l'état d'esprit et un certain art de vivre on comprend mieux pourquoi le vieux sud est très conservateur, très accroché à son passé, ses coutumes.
C'est vraiment particulier, la couleur aussi est très importante et unique, mélange d'orangé, de blanc et de vert.
Une parenthèse temporelle singulière vraiment.
A croire que le vaudou agit sur chaque visiteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4292
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Mer 26 Juin - 21:48

Et dire que jusqu'en 1803 tout ça appartenait encore à la France... Smile

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Dim 24 Nov - 12:26

En ce mois de novembre froid et neigeux, trouvons un peu de chaleur en reprenant notre périple au coeur du Vieux Sud. Notre précédente étape nous a laissé à La Nouvelle Orléans, il est temps de reprendre la route.
Plutôt que de continuer par les fameuses plantations, enfonçons-nous au coeur du pays Cajun...


Le pays Cajun, c'est un autre Sud, plus secret et presque mystérieux... C'est le monde des Bayous, ces fameux marais dont j'ai parlé plus haut dans ce sujet. C'est là que se sont installé ces fameux Cajuns. Ils sont (en gros) les descendants des Acadiens, autrefois installés principalement au Canada et déportés par les anglais lorsque ces derniers s'emparèrent du pays au détriment de la France.
Ces francophones entamèrent alors une longue migration pour venir s'installer ici, en Louisiane, terre encore française à l'époque. Dans les années qui suivent, la communauté se tourne vers la culture du coton et se joint aux grands domaines du Vieux Sud. La Guerre de Sécession va tout faire basculer : les Cajuns fuient devant l'avance des troupes nordistes et suite à la chute de La Nouvelle Orléans, se  réfugient dans les eaux sombres des bayous au coeur des marécages. Ils vont y rester, formant un groupe ethnique à part, un peu replié sur lui-même, réfugié dans son monde de marais et de terres inondées. Ayant tout perdu lors de la guerre, ils forment une communauté frappée de plein fouet par la précarité et qui compense par de forts liens d'entraide et une grande solidarité.

Les Cajuns sont fiers de leur culture, de leurs traditions (surtout au niveau de la musique) et également de leur francophonie. Ne croyez pas pour autant vous faire automatiquement aborder dans la langue de Molière ! Le "français" des Cajuns n'a plus grand-chose à voir avec le nôtre... Mais au cours de votre voyage, vous serez charmé de découvrir des localités répondant au nom de Bâton Rouge (capitale de la Louisiane), Lafayette, d'arpenter la rue principale, la rue Saint Jean ou de boire un verre et manger un beignet au Café des Amis... Et si les gens du coin réalisent que vous êtes français, ils ne vous lâcheront plus ! L'accent est difficile, mais le tutoiement de rigueur, on vous abordera souvent par un amical Bonjour ! et on vous conseillera de "laisser le bon temps rouler". A votre départ, on n'oubliera pas de vous dire "J'espère vous revoir bientôt" en français.


Le monde des Cajuns, c'est un monde aquatique, un méandre de marais, de terres inondées et de cours d'eau où l'on pêche les écrevisses et où l'on poursuit les alligators. Un monde d'eau et de terre, où l'on se déplace en barque dans une moiteur étouffante, dans un univers mouillé et silencieux au fort parfum de végétation imbibée d'eau. Un monde bien loin des aristocratiques plantations à colonnes blanches, c'est une petite communauté très pittoresque et très soudée, fortement attachée à ses racines et à son héritage francophone. Des gens hyper accueillants et chaleureux, fous de musique et qui aiment la fête.

Malheureusement, la petite communauté a bien du mal à préserver sa culture et elle est parfois victime des préjugés de certains américains la considérant comme "arriérée" ou "paresseuse". Les Cajuns sont en difficulté économiquement et, comme pour les indiens, beaucoup de jeunes fuient vers les villes pour adopter le American way of life... De plus, la communauté a été frappée de plein fouet par la récente marée noire qui a souillé les côtes louisianaises, le pétrole s'étant infiltré jusque dans les bayous. Les Cajuns vivant énormément de la pêche et du tourisme ont eu du mal à s'en relever. Raison de plus pour ne pas les laisser tomber et aller les voir si vous êtes de passage dans le coin !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Sam 18 Jan - 11:19

Laissons derrière nous (à regrets) nos lointains cousins Cajuns. Il est temps de reprendre la route des plantations et notre première étape sera Laura Plantation :


Alors, autant le dire tout de suite, Laura Plantation est un peu à part... Ici, le grand cliché "romantisme-crinolines-colonnes blanches" s'efface devant l'histoire. Car il s'agit ici de l'une des plantations les plus authentiques et qui a donc conservé, contrairement aux autres, les cases réservées aux esclaves, dans leur état d'origine. Elles ont résisté aux inondations, à la guerre et au temps, comme la maison du maître, loin des fastueuses demeures blanches habituelles, ici majoritairement en bois et posée sur des briques pour se protéger des crues du fleuve. Visiter cet endroit, c'est plonger dans la face sombre du Vieux Sud, c'est découvrir la vie quotidienne des esclaves sur une plantation d'avant la Guerre de Sécession :



Certains détails sont des plus authentiques, comme la cloche qui sonnait la reprise ou la fin du travail, le petit potager installé par les esclaves à proximité de leurs cases, les objets du quotidien à l'intérieur... Car ces plantations, on l'oublie souvent, n'étaient pas que des maisons blanches à colonnes : il s'agissait de domaines, d'exploitations avec hangars, entrepôts, quais de déchargement sur le fleuve, baraquements des esclaves, manufactures... Un aspect souvent gommé par les autres plantations restaurées, mais que vous découvrirez, intact, à Laura Plantation.
Car il y avait deux sortes de plantations : les immenses domaines et fastueuses demeures à colonnes blanches, situées près du fleuve et des routes et qui subirent les incendies et pillages de la guerre. Et puis d'autres, comme Laura Plantation, plus modestes, plus à l'écart dans les profondeurs des bayous, éloignées des routes et qui échappèrent à la progression des armées nordistes qui suivaient les voies de communication principales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2090
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 43
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Sam 18 Jan - 11:41

Je trouve sympa d'avoir conservé cette plantation en état "normal" montrant ainsi toutes les facettes de cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Sam 18 Jan - 11:48

Autant que je me souvienne, c'est la seule. La plupart des grands domaines, trop "évidents" et exposés, furent incendiés et pillés pendant la guerre. Lorsque les grandes demeures furent reconstruites, on ne garda que le côté "romantique" si l'on peut dire.
Les armées nordistes suivaient les routes et négligèrent donc des domaines plus modestes, plus éloignés dans l'arrière-pays, ce qui a permis à certaines demeures de demeurer préservées.
Laura Plantation est certainement la plus authentique : elle date de 1805 et n'a quasiment pas bougé, les cases des esclaves non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2090
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 43
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Dim 19 Jan - 12:42

C'est interressant pour pouvoir se replonger dans cette atmosphere. Un peu comme sur je sais plus quel plage en normandie ou un bunker a été laissé "tel quel" avec les emplacemnts des soldats, leurs jeu de carte, effets personnels et tout ce qui faisait leurs quotidien entre les batailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Dim 19 Jan - 14:35

Oui, dans la plupart des plantations que l'on peut visiter, on te parle surtout de la vie quotidienne des maîtres (très évoluée soit dit en passant, avec souvent l'eau froide et chaude par robinet, la pointe du progrès domestique juste avant la guerre), mais pas de celle des esclaves.
A Laura Plantation, on découvre le quotidien de ces derniers avec des objets, des détails parfois émouvants comme un petit potager attennant à une case, la fameuse cloche qui sonnait le début/la fin du travail et l'heure des repas, des objets de toilette souvent faits par les esclaves eux-mêmes (peignes en bois, en écaille, petits miroirs, nécessaire de couture...)

La maison du maître est interessante aussi : moins fastueuse et plus modeste que les grandes demeures habituelles, majoritairement en bois et plus de style créole que néo-classique :




Pour ceux et celles qui voudraient s'y rendre, le domaine est du côté de Vacherie en Louisiane. Le nom vient de l'époque française où la région était dédiée à l'élevage et la traite des vaches. Pas de mal pour trouver le domaine, c'est bien indiqué et les gens du coin connaîssent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2090
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 43
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Dim 19 Jan - 14:47

Si un jour je vais dans ce coin des USA je ferais un détour Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Dim 20 Avr - 20:54

Nottoway


L'opposée complète de Laura Plantation : l'image type de la fastueuse maison blanche à colonnes du Vieux Sud. Construite entre 1855 et 1859 près de White Castle (entre la Nouvelle Orléans et Bâton Rouge) en Louisiane, Nottoway est sans doute la plus fastueuse des maisons de planteurs.

Toute sa structure en bois est taillée dans une espèce de cyprès particulière, mis à tremper pendant quatre ans avant d'être séché et utilisé, traitement prévu pour rester insensible aux... termites. Les briques, elles, furent moulées par les esclaves du domaine.
L'ensemble est d'un faste opulent : trois niveaux, six grands escaliers, trois salles de bains, 22 colonnes et pas moins de 64 pièces !
Mais Nottoway n'est pas seulement luxueuse, elle était pour l'époque à la pointe du progrès. Ses trois salles de bains étaient pourvues de robinets avec eau chaude et froide, un luxe encore très rare à l'époque. Sans oublier les toilettes avec... chasse d'eau. La chambre du maître de maison et de Madame était pourvue d'une petite nursery pour accueillir les bébés et enfants malades ou nouveaux-nés. Coquetterie suprême : les pieds des meubles de l'immense salle de bal blanche étaient pourvus de petits miroirs pour que les dames puissent y vérifier le "tombé" de leurs robes...

Aujourd'hui, Nottoway est un musée et surtout un hôtel de luxe, pris d'assaut par les jeunes mariés en voyage de noces. On s'y marie beaucoup également. Si vous rêvez de prendre votre petit-déjeuner à l'ombre des colonnes blanches tandis que votre dulcinée se rêve en Scarlett O'Hara, réservez à l'avance !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Sam 17 Mai - 8:59

Oak Alley


Il est temps de reprendre la route pour rejoindre la plus célèbre des plantations du Vieux Sud, Oak Alley.
Vous l'avez déjà certainement vu dans un film, un livre, un reportage... Elle reste emblématique par ce qui lui a donné son nom : une fabuleuse allée de 240 mètres bordée de 28 chênes tricentenaires, toujours vivants, et qui précèdent la maison d'une avenue digne d'un roi...
Ces arbres majestueux, plantés au début du XVIIIème siècle, furent là avant la maison qui, elle, fût bâtie en 1837 pour être achevée en 1839 et destinée au frère du gouverneur de la Louisiane. Une maison sur deux niveaux, qui s'articule autour d'un hall central et ornée sur son pourtour de 28 colonnes doriques en référence aux 28 chênes de l'allée. Construite en briques, la maison a été ensuite entièrement recouverte d'un stuc blanc pour lui donner l'apparence du marbre.


Hauts plafonds et larges fenêtres inondent l'intérieur de lumière. Au premier étage, un balcon fait tout le tour de la maison, offrant une vue magnifique sur le domaine. Un manoir si beau, d'une telle harmonie classique, qu'il fût surnommé "La grande dame de la Great River Road".


Mais Oak Alley, c'est avant tout un domaine de pas moins de 243 hectares dont 182 totalement boisés.
L'ensemble est aujourd'hui géré par une fondation et propose visites, hébergement et restaurant, sans oublier l'inévitable boutique de souvenirs. Pour l'anecdote, le domaine fût pillé et incendié pendant la Guerre de Sécession et entièrement restauré des années plus tard selon le plan original. Les amateurs d'histoire pourront visiter les maisons du quartier des esclaves, entièrement restaurées également (six "cabanes" reconstruites dans les moindres détails, la fondation qui gère le domaine y organise des visites avec guide pour une description complète de la vie quotidienne des esclaves sur le domaine). De passage en Louisiane ? Vous trouverez Oak Alley le long du Mississipi, dans la région de North Vacherie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6231
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Mar 5 Aoû - 17:37

Nous poursuivons notre périple sur la route des plantations. Et pourquoi ne pas laisser la voiture pour prendre le bateau ? La majorité des domaines était effectivement proche du fleuve, moyen de transport privilégié pour le coton et autres denrées produites sur place.
L'époque des grandes plantations, c'est donc également celle du Mississipi et des grands bateaux à roues à aubes et cheminées fumantes qui remontaient le majestueux "Père des eaux".
 
Epoque révolue ? Pas tout à fait... Vous pouvez toujours faire une partie du voyage sur un de ces mythiques bateaux. Le Natchez, entièrement restauré, vous attend au départ de la Nouvelle Orléans pour une croisière qui vous conduira jusqu'à Bâton Rouge par exemple. Une croisière fluviale de plus de quatre heures avec repas à bord.
 
 
Après... ça dépend. Je l'ai fait et j'en ai gardé un souvenir mitigé. La nourriture est des plus banales, franchement pas terrible. Le côté touristique est exagéré à mort, comme souvent aux USA : pour embarquer, un vieux joueur de saxo noir rameute les passagers au son de son instrument, on a droit au concert de jazz à bord, hyper calé, minuté et formaté et à un commentaire touristique assez fastidieux et mécanique au bout d'un moment. Côté paysages, ne vous attendez pas à voir Scarlet O'Hara vous saluer de sa main gantée depuis la rive sous son ombrelle : les rives du fleuve abritent quantité d'installations pétrolifères, d'usines et autres complexes industriels et vous verrez plus de grues (pas les oiseaux...) qu'autre chose.
Alors, faut-il jeter le bébé avec l'eau du bain ? Pas forcément : le bateau est magnifique, superbement restauré, c'est vraiment magique. Le Mississipi reste à voir, certains coins du fleuve valent quand-même une photo ou le coup d'oeil. Je dirais qu'au final, ça reste à faire quand-même et que si vous avez des enfants, ils devraient adorer. Mais si vous rêviez d'une traversée romantique sur les traces de Scarlet O'Hara dans la chaleur et la magie du Vieux Sud, là par contre...
Tout fout le camp...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

avatar

Masculin Messages : 3006
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   Mer 6 Aoû - 20:43

Si le voyage dans ce genre de bateau vous tente, mais de manière littéraire :
outre les Mark Twain, il y a aussi le très bon roman de G.R.Martin, Riverdream/Fevredream, roman sur les vampires, que j'ai présenté dans la section épouvante du forum.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA ROUTE DES PLANTATIONS   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA ROUTE DES PLANTATIONS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA ROUTE DES PLANTATIONS
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» Soumission au parlement de la feuille de route du gouvernement et des ministeres
» Un nouveau compagnon de route
» Sur la route des caravanes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: EN ROUTE VERS... :: EN ROUTE VERS... :: D'autres lieux-
Sauter vers: