AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE CHATEAU DE CHENONCEAU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6423
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: L'ATELIER DE L'ARCHITECTE   Lun 24 Sep - 13:29

Vraiment superbe en effet, à la fois forteresse et lieu de vie.
Continuons donc sur la route des châteaux avec un petit bijou (terme approprié puisqu'il fût principalement occupé par des femmes) :

Le château de Chenonceau


Le château de Chenonceau est situé en Indre-et-Loire. Il fait partie des châteaux communément appelés "les châteaux de la Loire". Bâti en 1513 par Katherine Briçonnet, embelli par Diane de Poitiers puis Catherine de Médicis, sauvé pendant la Révolution française par Louise Dupin, il est par conséquent souvent appelé "château des Dames".
Meublé, décoré de rares tapisseries et peintures anciennes, fleuri à chaque saison, c'est l'un des monuments historiques privés le plus visité de France, serti de plusieurs jardins d'agrément, d'un parc et d'un domaine viticole.


Bon, inutile de faire ici un cours d'architecture ou d'histoire de France, les photos parlent d'elles-mêmes. Parmi les innombrables châteaux de France, j'ai retenu ce dernier pour sa grâce, sa touche incontestablement féminine dans son apparence. C'est vraiment le château, à mes yeux, fait pour une femme. Tout en étant massif et imposant, il garde une touche de féminité et de grâce indéniable. Sans oublier le cadre, superbe, évoquateur de la "doulce France", des poètes et artistes de la Renaissance. On y imagine bien une dame assise dans les jardins, au bord de l'eau, entourée de poètes et musiciens... "Mignonne, allons voir si la rose..." Pour moi, un moment de perfection de l'art et de l'architecture française.

L'intérieur vaut l'extérieur : boiseries, plafonds à caissons, tapisseries superbes, cheminées ouvragées... Là encore, du solide et de l'imposant, du monumental, mais allégé par une touche de féminité et de grâce indéniable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2868
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE CHATEAU DE CHENONCEAU   Lun 24 Sep - 17:49

Le château féminin par excellence, rien que dans l'architecture ça se voit et ça se ressent, le château des Dames pour l’histoire de France.

Cette empreinte féminine est partout présente, le préservant des conflits et des guerres pour en faire depuis toujours un lieu de paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6423
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: L'ATELIER DE L'ARCHITECTE   Lun 24 Sep - 18:20

Oui, ce château a vraiment été conçu et pensé pour une femme, c'est flagrant. Je préfère 1000 fois ce genre d'édifice à un château comme Chambord, grosse pâtisserie surchargée et massive, je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2868
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: LE CHATEAU DE CHENONCEAU   Lun 24 Sep - 18:31

Le problème de Chambord c'est qu'il a été mutilé pendant la révolution française par des sauvages (c'est bien le terme pour moi), les habitants des villages limitrophes réinvestissent l'espace, les grands animaux sont décimés, les arbres coupés.
Les destructions sont telles que l'on doit envoyer un détachement du Régiment de Royal-Cravate pour faire arrêter les pillages en mai 1790 puis un détachement du 32e régiment d'infanterie en 1791, pour rétablir un semblant d'ordre.
Entre octobre et novembre 1792, le gouvernement révolutionnaire fait vendre le mobilier qui n'a pas été volé, les enchères s'accompagnant de pillages nocturnes. Les fenêtres et les portes sont arrachées ainsi que les plombs ornant les combles du donjon....
Donc on a du le rénové fortement pendant le XIXe, vu son état de délabrement avancé, donc le château que l'on voit aujourd'hui date surtout du XIXe, même si son architecture est d'inspiration Renaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6423
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE CHATEAU DE CHENONCEAU   Lun 12 Jan - 17:28

Le château des femmes

Ce sont bien les femmes qui ont jalonné l'histoire du château de Chenonceau.
La première est Catherine de Briçonnet :


De petite noblesse, épouse du contrôleur général des finances, c'est elle qui fait édifier le château en 1513. Elle ne se contente pas d'en décider la construction, elle examine soigneusement les plans, décide, rectifie, choisit les formes, le décor, les détails... C'est vraiment son château, tel qu'elle l'a voulu. Ses initiales, entrelacées avec celles de son mari, se retrouvent dans beaucoup de pièces, sculptées dans le bois ou la pierre.

Diane de Poitiers est le grand amour de Henri II, fils de François Ier :


Elle a vingt ans de plus que lui, elle arrive à un âge où l'on est vieux à l'époque, mais elle reste d'une beauté et d'une fraîcheur sans égal. La belle a, il est vrai, des pratiques inhabituelles pour l'époque : levée très tôt, elle fait une grande promenade à cheval ou à pied, prend un bain froid et retourne se reposer. Elle fait attention à son alimentation, pratique de l'exercice, néglige le maquillage... Le roi, bien que marié à Catherine de Médicis, est fou d'elle. Il la comble de présents dont Chenonceau. Mécène et femme de grand goût, Diane va enrichir le château de quantité d'oeuvres d'art. C'est elle qui fait édifier le fameux pont reliant le château à la rive gauche du fleuve. Elle se préoccupe beaucoup des jardins également.

Catherine de Médicis prend sa revanche à la mort du roi, qu'elle a pourtant toujours tendrement aimé (Elle ne s'habillera plus qu'en noir jusqu'à la fin de sa vie) :


Henri II meurt suite à un accident de tournoi au cours duquel la lance de son adversaire lui a transpercé l'oeil. Si Catherine, devenue régente, décide de laisser Diane tranquille, elle lui reprend Chenonceau.
La redoutable Catherine de Médicis était aussi femme de goût. Elle a le coup de foudre pour Chenonceau, elle l'embellit, l'agrandit, l'orne de nouveaux jardins et y donne des fêtes fastueuses. C'est sous son impulsion que le bâtiment acquiert sa forme définitive. La Reine-Mère ira jusqu'à emprunter et s'endetter pour financer les travaux de ce château qu'elle adore.

Louise de Lorraine est la dernière souveraine de Chenonceau :


Elle en hérite à la mort de son époux, le roi Henri III. Un époux qu'elle adorait et dont la mort la laisse désemparée. La royale veuve se retire alors au château et devient "la dame blanche de Chenonceau". C'est pourtant le noir qui domine alors : les miroirs sont voilés, des tentures noires déployées partout, les murs peints en noir... Cette décoration funèbre survivra à la reine inconsolable et demeurera en place pendant un siècle.

Louise Dupin, mariée à un noble de haut rang, va quant à elle, sauver le château des pillages de la Révolution :


Femme d'une grande beauté, cultivée et mécène, elle tombe sous le charme de Chenonceau qui lui revient. C'est elle qui fait disparaître le décor funèbre voulu par Louise de Lorraine. Profondément marquée à son tour par les morts successives de son mari, de son fils et de son petit-fils, Louise Dupin s'installe définitivement au château en 1792 à l'orée de la soixantaine. Très aimée des villageois, elle réussit à éviter (En partie) le pillage du château, sauve des toiles de maître, des bijoux et les archives du lieu. En 1795, la Révolution tente de récupérer le bâtiment et le domaine mais Louise Dupin se défend si bien en justice qu'elle obtient gain de cause et peut conserver son domaine. Elle meurt à 93 ans, au château, et repose dans la forêt du domaine, suivant ces dernières volontés.

Enfin, impossible de ne pas mentionner Madame de Pélouze :


Héritière d'une énorme fortune, elle tombe sous le charme du château (Passablement délabré) en 1865 et entreprend de le restaurer entièrement en une campagne de travaux qui devait durer cinq ans et coûter plus d'un million et demi de francs-or de l'époque. Un véritable chambardement (Certains parlent de mutilation), mais qui sauve le bâtiment de la ruine. Comme Catherine de Médicis, Madame de Pélouze donne à Chenonceau des fêtes somptueuses et comme Catherine de Médicis, elle finit par s'endetter et emprunter pour pouvoir achever les travaux qui ne seront terminés qu'en 1878. Compromis dans un scandale financier, son frère perd toute sa fortune et doit hypotéquer le château.

Chenonceau, une histoire de femmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE CHATEAU DE CHENONCEAU   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE CHATEAU DE CHENONCEAU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le chateau Beauclair
» Battaille du chateau de merac
» Le chateau de sedan
» chateau d'or d'édoras
» chateau a roulette ??????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES SCIENCES :: Chez l'architecte-
Sauter vers: