AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Lun 1 Avr - 20:41

VIC a écrit:
Il y a même eu un ldvelh sur le sujet : " Les Vaisseaux de feu ", que j'ai trouvé inintéressant, malgré sa thématique.



Je l'ai encore et j'y ai souvent joué. C'est mon aventure préférée de la série "Histoire". Le seul qui, à mon sens, n'est pas trop manichéen : on joue soit le héros anglais, soit le héros espagnol, sans se poser des questions et les deux histoires sont intéressantes.

Seul bémol : c'est que les combats maritimes n'aient pas fait l'objet de règles particulières. Ça aurait un plus grand challenge de prendre en compte des facteurs liés au vent, au roulis, au tangage, etc. avec la stratégie d'attaque appropriée (par l'arrière, le flanc).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Lun 1 Avr - 20:42

Les japonais ont connu la même chose en 1274, sauvés des invasions mongoles par un typhon, le Kamikaze (vent divin) qui coula la flotte ennemie approchant de leurs côtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mar 2 Avr - 6:13


Le pire pape de l'histoire : Alexandre VI Borgia

Des papes les plus sombres de l'histoire, le pire fut Alexandre VI Borgia.

C'est en utilisant la corruption qu'il devait son élection : comme il lui manquait une voix après avoir acheté la défection de son plus proche rival, il fit appel à un vieux cardinal sénile de 93 ans pour faire basculer le vote en sa faveur. Une fois élu, il nomma cardinaux 47 de ses amis et collaborateurs, donc cinq membres de sa propre famille.

Une fois pape, il fit du Vatican un lieu de débauche et d'orgies. Lors d'un banquet, par exemple, un prix fut proposé à l'homme qui parviendrait à copuler le plus grand nombre de fois. On soupçonne même ce pape d'avoir entretenu des relations incestueuses avec sa propre fille, la célèbre Lucrèce Borgia.

Aucune source ne le confirme de manière certaine, mais ce pape aurait établi un record en ayant couché avec trois générations de femmes : sa fille, sa mère et sa grand-mère.

C'était une habitude chez lui de demander d'énormes pots-de-vin à ceux qui souhaitaient devenir cardinaux puis les empoisonner ensuite afin d’accélérer le roulement. Non seulement cela lui procurait des revenus réguliers mais les biens des cardinaux morts revenaient à l'Eglise - et qui était l'Eglise sinon le pape ?

Alexandre VI mourut brutalement en 1503. On pense qu'il aurait bu par erreur le breuvage empoisonné qu'il aurait préparé pour un cardinal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mar 2 Avr - 14:55

Les Borgia sont comme Néron ou Caligula : tellement noircis par des générations d'historiens que ça en devient suspect... "Tout ce qui est exagéré est insignifiant" comme disait Talleyrand. Je pense qu'il y a un sérieux travail pour l'historien objectif qui voudrait y voir clair sur cette famille.
Après, si on s'arrête aux clichés, il est vrai qu'on a tous les ingrédients les plus explosifs : le pouvoir, le sexe, l'argent, l'inceste, la religion...
Et ça continue d'ailleurs : on a la BD de Jodorowsky et Manara (à ne pas mettre entre toutes les mains) et la série TV qui reprennent tous ces clichés avec gourmandise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mar 2 Avr - 16:34

Voyageur Solitaire a écrit:
Les Borgia sont comme Néron ou Caligula : tellement noircis par des générations d'historiens que ça en devient suspect... "Tout ce qui est exagéré est insignifiant" comme disait Talleyrand. Je pense qu'il y a un sérieux travail pour l'historien objectif qui voudrait y voir clair sur cette famille.

Comme on dit, il n'y a pas de fumée sans feu.

Peut-être que les accusations d'inceste sont exagérées. D'ailleurs, aucune source ne le confirme sérieusement. Mais il doit son élection au trône de Saint-Pierre à la corruption du conclave. Ensuite, il a bien placé les membres de sa famille à des postes clefs de l'Eglise.

En fait, c'était bien plus un prince qu'un pape. Mais on peut en dire autant sur les Médicis qui n'étaient pas non plus des modèles de vertu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mar 2 Avr - 17:41

Pas d'accord la dessus, Alexandre VI malgré ses abus était un pape mécène, et assez généreux, il a protégé les arts, et les artistes, notamment Michel-Ange. Il montra aussi de grandes capacités d'administration dans la remise en ordre dans l'église de son époque.
Après comme la dit VS, une certaine historiographie négative a fait le reste, noircissant les Borgia, bien aidée par les BD et la série TV (cette dernière n'étant qu'une revue de clichés en tout genre...).

Urbain II, était à mes yeux bien pire, c'était un pape irascible et fanatique, un exalté, qui proclama la première croisade en 1095, cet appel de la Croisade était en contradiction avec les valeurs ancestrales de l'Église.
Il a de plus excommunié le roi de France Philippe Ier, à cause de son remariage avec Bertrade de Montfort, ainsi que l'empereur du Saint Empire romain germanique Henri IV à cause la aussi d'une histoire de coucherie.
Ce pape représente l'exaltation de l'Eglise, et ses pires excès religieux. Il représentait la féodalité médiévale dans son pire visage, dans laquelle il s'affirmait totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mar 2 Avr - 19:44

Warlock a écrit:
Pas d'accord la dessus, Alexandre VI malgré ses abus était un pape mécène, et assez généreux, il a protégé les arts, et les artistes, notamment Michel-Ange. Il montra aussi de grandes capacités d'administration dans la remise en ordre dans l'église de son époque.

L'un n'empêche pas l'autre. Il avait son côté négatif et son côté positif. Mais les bienfaits du personnage ne doivent pas faire oublier ses abus et ses excès.


Citation :
Après comme la dit VS, une certaine historiographie négative a fait le reste, noircissant les Borgia, bien aidée par les BD et la série TV (cette dernière n'étant qu'une revue de clichés en tout genre...).

C'est peut-être l'aspect sexe et scandale qui fait vendre... on ne retient que cela des Borgia parce que c'est le plus choquant. Après, effectivement, si l'on creuse un peu on s'aperçoit qu'il a aussi fait beaucoup pour l'art et la culture.


Citation :
Urbain II, était à mes yeux bien pire, c'était un pape irascible et fanatique, un exalté, qui proclama la première croisade en 1095, cet appel de la Croisade était en contradiction avec les valeurs ancestrales de l'Église.
Il a de plus excommunié le roi de France Philippe Ier, à cause de son remariage avec Bertrade de Montfort, ainsi que l'empereur du Saint Empire romain germanique Henri IV à cause la aussi d'une histoire de coucherie.
Ce pape représente l'exaltation de l'Eglise, et ses pires excès religieux. Il représentait la féodalité médiévale dans son pire visage, dans laquelle il s'affirmait totalement.

Au Moyen-Age, l'Eglise était au-dessus des Rois et des Empereurs. Elle avait la primauté dans un monde qui était loin d'être uni sur le plan politique. On parlait d'ailleurs davantage de Chrétienté pour évoquer la civilisation occidentale que d'Europe.

En plus, il faut savoir que les seigneurs du XIe siècle étaient loin d'être des anges. Et c'est pour calmer leurs ardeurs guerrières que l'Eglise décréta la Paix de Dieu avant de les envoyer tous batailler en Terre Sainte. A cette époque, l'Occident était en pleine expansion face à un monde musulman en déclin.

L'Eglise a perdu son leadership vers le XVe et XVIe siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mar 2 Avr - 19:56

Le monde musulman n'était pas si en déclin que ça, les croisades dureront longtemps, avec des victoires et des revers, des périodes d'accalmie et de fureur guerrière dans les deux camps.
En fait, le monde musulman avait changé de maîtres. Autrefois, Charlemagne avait noué des liens amicaux avec Haroun Al Rachid, le calife des 1001 nuits qui régnait sur Bagdad, "la lune de l'univers". Le calife avait même envoyé un éléphant à l'empereur en cadeau. Depuis, les chrétiens se tournaient sans crainte vers les lieux saints. Moyennant une petite rétribution, l'accès à ces lieux leur était accordé, ils avaient même créé des hôpitaux, des institutions charitables...
Mais Bagdad la fabuleuse était tombée aux mains de nouveaux maîtres, les turcs Seldjoukides, beaucoup plus intégristes et intransigeants... On connaît la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mar 2 Avr - 20:08

Voyageur Solitaire a écrit:

Mais Bagdad la fabuleuse était tombée aux mains de nouveaux maîtres, les turcs Seldjoukides, beaucoup plus intégristes et intransigeants... On connaît la suite...

C'est pour cela que je dis que le monde musulman était en déclin. Les Seldjoukides étaient fanatiques, intolérants, rigoristes. Leur islam n'avait plus rien à voir avec l'islam des lumières tel qu'il avait été pratiqué jusqu'alors.

On a reproché aux Occidentaux de partir en croisade. Mais il faut savoir que les Turcs maltraitaient les pèlerins chrétiens qui se rendaient à Jérusalem et les empêchaient de prier sur les lieux saints. Alors que jusqu'à présent, ils avaient toujours eu le droit.

C'est un simple réflexe d'auto-défense. Les Chrétiens se sont croisés pour défendre leur droit à continuer de prier en paix sur le tombeau du Christ.



Après, évidemment, cela n'exclut pas des exactions et des pillages.

Mais l'idée de base des croisades était tout à fait honorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mar 2 Avr - 20:55

Mouais... Ne versons pas dans l'angélisme non plus...
Les pélerinages en terre sainte étaient aussi un formidable business, avec des "tours operator" de l'époque qui offraient des voyages "all inclusive" aux pélerins, avec transport, hébergement, nourriture... Il y avait des itinéraires, des hostelleries et des relais de prévu... Des ports comme Aigues Mortes ou la Valette étaient devenus de véritables plaques tournantes commerciales. Certains voyaient d'un sale oeil ce juteux commerce leur échapper s'il devenait impossible de se rendre en terre sainte.
Quant aux preux chevaliers et autres seigneurs, ils étaient bien plus attirés par les richesses de l'Orient et l'aventure qu'autre chose... Il n'y a qu'à voir leur conduite une fois arrivés à Byzance où ils se montrèrent de véritables soudards, si bien que l'empereur Alexis Commène se hâta de leur faire traverser le Bosphore pour les voir enfin foutre le camp...
Les plus sincères, ce furent sans doute les plus pauvres, endoctrinés par les discours incendiaires du pape Urbain et qui partirent complètement à l'aveuglette, sans préparatifs et dans le plus grand désordre. Cette "croisade des pauvres" comme on l'a apellée se termina en massacre, les survivants finissant comme esclaves et les femmes dans les bordels ou les harems...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mer 3 Avr - 12:15


Christophe Colomb, un complot portugais contre l'Espagne ?

C'est le sujet d'une thèse d'un universitaire portugais en 1991 : Augusto Mascarenhas Barreto.



Selon le professeur Barreto, Colomb ne serait même ni gênois ni fils d'un humble tisserand, mais un prince portugais envoyé en Espagne pour y agir comme une arme secrète du roi de son pays.

Barreto a consacré vingt années à faire des recherches généalogiques sur la famille royale portugaise. Il affirme avoir découvert des documents signés de la main même de Colomb l'impliquant dans le complot.

Christophe Colomb serait le fils du prince Fernando, neveu du roi Jean III de Portugal. Il fut formé à la navigation par la célèbre école fondée par Henri le Navigateur, puis envoyé en Espagne pour une mission bien précise : détourner l'attention de la cour espagnole de ce que l'on supposait alors être la seule route viable vers les Indes, c'est-à-dire en contournant la pointe sud de l'Afrique. Cet itinéraire, découvert en 1486 et confirmé en 1488, devait rester secret.

Selon Barreto, la théorie est corroborée par la date de 1486 :

C'est à ce moment-là que Colomb a obtenu une première audience à la cour d'Espagne, soit juste quelques mois avant le départ de Bartolomeo Dias. Beaucoup d'historiens se sont d'ailleurs étonnés qu'un modeste roturier obtienne un accès à la cour royale, mais tout s'expliquerait alors si des diplomates portugais l'y avaient aidé.

Le stratagème : faire perdre du temps, de l'argent et de l'énergie à l'Espagne en l'orientant sur une fausse piste.

On sait que ce que n'est pas ce qui s'est produit : bien au contraire, la découverte du Nouveau Monde et ses richesses ont fait de l'Espagne une grande puissance mondiale qui a tellement éclipsé son voisin, au point que Philippe II a fini par s'emparer de sa couronne.

Si la thèse de Barreto est exacte, ce serait alors le parfait exemple d'un pays à avoir marqué contre son propre camp...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mer 10 Avr - 20:00


Charles VIII, entre rêves et chimères

Né à Amboise en 1470, Charles VIII est fils de Louis XI et de Charlotte de Savoie.

Quand il succède à son père, en 1483, Charles n'est encore qu'un enfant âgé de 13 ans. Physiquement, le nouveau souverain n'est pas vraiment un prix de beauté : un nez busqué, une petite taille, un regard fixe et des yeux globuleux, le teint blême.

En revanche, il compense aisément ces défauts par des qualités intellectuelles indéniables : il parle et écrit le latin, il aime les arts, les lettres et surtout apprécie les romans de chevalerie. De plus, il est très sportif et affectione les exercices violents comme le jeu de paume, les tournois et la chasse.

Il est sacré le 30 mai 1484.

Mais jusqu'à 18 ans, il ne gouverne pas encore. C'est sa soeur Anne, et son beau-frère Pierre de Beaujeu qui assurent la régence. Profitant de cette situation, les grands, longtemps brimés sous le règne de son père, en profitent pour se rebeller. Ainsi, de 1485 à 1488, tous participent à cet épisode de l'histoire de France connu sous le nom de "Guerre folle" : l'enjeu étant ni plus ni moins que le contrôle du royaume. La révolte est soutenue par le duc de Bretagne et même le cousin du Roi, Louis d'Orléans (futur Louis XII) y prend part.

Tout cela prend fin le 28 juillet 1488 avec la défaite des armées bretonnes à Saint-Aubin-de-Cormier.



Charles VIII parvint finalement à imposer son pouvoir et négocie avec les princes rebelles. Pour cela, il préfère prendre appui sur les villes qui, dans leur ensemble, ont refusé de pactiser avec les conjurés. Il pardonne même à son cousin. Et pour sceller l'union retrouvée, il obtient du pape l'annulation de son mariage avec Marguerite de Bourgogne (union qui n'était même pas consommée) et épouse Anne de Bretagne en 1491.



Il s'agit, bien évidemment, et avant tout, d'un mariage politique : il est le résultat d'un déséquilibre militaire et financier entre deux Etats. Mais pour la France, il s'agit d'un gain territorial considérable.

L'union ne restera pas infertile pour autant puisque Anne donnera quatre enfants au Roi. Hélas, aucun ne survivra.

En pleine époque de Renaissance, le Roi Charles VIII reste pétri d'idéaux chevaleresques. Il n'a qu'une obsession : lancer une croisade contre les Turcs et reconquérir Constantinople ainsi que la Terre Sainte. Ses projets chimériques l'incitent donc à opérer une descente sur l'Italie. Direction : le royaume de Naples, porte sur la Méditerranée. Au passage, il s'agit de récupérer l'ancienne terre des Angevins, donc de sa famille, aux Aragonais.



Sa marche triomphale commence à partir d'août 1494. Il entre à Naples le 22 février 1495. Aussitôt, une coalition contre lui se forme autour de la république de Venise. Le Roi de France risque d'être enfermé dans sa conquête, tous ses rêves s'écroulent et il est contraint de faire demi-tour.

Une fois revenu en France, Charles VIII décide de ne pas en rester là. Il médite une revanche. Mais il n'aura cependant pas le loisir de la mettre en place : en 1498, sa tête heurte un linteau de porte au château d'Amboise. Le Roi décède sur le coup, le crâne fracassé. Il avait 28 ans.

Son règne aura duré seize ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mer 10 Avr - 22:11

Charles VIII n'est pas mort sur le coup, il a été alors légèrement étourdi, poursuivant son chemin, suivi de la reine Anne.
Il s'est assis dans sa loge, assista aux premiers échanges des joueurs de jeu de paume, échanga lui-même quelques mots avec son entourage quand sans que rien ne le laisse présager, il tomba et perdit connaissance et ne se réveillera plus.

En tout cas c'est sans doute la mort la plus stupide de toute l'histoire de la monarchie française...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mer 10 Avr - 23:03

Warlock a écrit:
Charles VIII n'est pas mort sur le coup, il a été alors légèrement étourdi, poursuivant son chemin, suivi de la reine Anne.
Il s'est assis dans sa loge, assista aux premiers échanges des joueurs de jeu de paume, échanga lui-même quelques mots avec son entourage quand sans que rien ne le laisse présager, il tomba et perdit connaissance et ne se réveillera plus.

Il est mort probablement d'une hémorragie cérébrale. Cela est déjà arrivé à des accidentés de la route ou des sportifs après un choc violent. Ils se prennent un coup violent à la tête, croient qu'ils n'ont rien, font quelques pas et puis s'effondrent d'un coup. Il suffit que quelques veines aient été écrasées, le sang se répand dans le cerveau et c'est fini.

C'est à mon avis ce qui s'est passé pour Charles VIII.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mer 10 Avr - 23:27

Oui c'est même certain, on a connu ça dans ma famille, et certains coureurs cyclistes sont morts de cette manière.

Un mauvaise chute, rien sur le coup ou presque, et quelques heures après c'est la mort...

L'infortuné Charles VIII a sans doute connu cette triste fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Lun 15 Avr - 18:40

Francisco de Orellana ou la recherche d'Eldorado



Beaucoup d'incertitudes demeurent quant à la naissance de Francisco de Orellana. La seule chose que l'on sait est son lieu de naissance dans la ville espagnole de Trujillo (Province d'Extremadure). Mais sa date de naissance reste très imprécise, certains historiens la situant autour de 1500, d'autres la fixant en 1511.
Francisco Orellana part très jeune vers Les Indes en 1527 avec d'autres explorateurs et conquistadors espagnols et arrive sur les terres du Nicaragua et de Panama. Puis il passe au service de Francisco Pizarro qui a pour ambition de découvrir et conquérir de nouvelles terres plus au sud, le Pérou.
Il participe alors avec Pizarro à de nombreuses campagnes, où il perdit un oeil au cours d'une entre elles, ce qui lui valut le surnom de "El Tuerto" (le borgne), et au siège de Cuzco qui allait marquer la fin de l'Empire Inca.

Au cours de la guerre qui allait voir s'affronter les partisans de Diego de Almagro et ceux de Francisco Pizarro, Francisco de Orellana décide de se ranger derrière ce dernier. Il est alors envoyé à Lima pour prêter main forte à Hernando Pizarro.
Au cours de ses expéditions sur le territoire Inca, Francisco de Orellana va fonder en 1538 la ville de Guayaquil (en Equateur), une colonie espagnole qui avait été fondée auparavant par Sebastian de Benalcazar et qui avait été détruite par les Indiens. Il est alors nommé Gouverneur de la Province en récompense de ses services.
"J'ai participé aux conquêtes de Puerto Viejo et perdu dans une de ces batailles un oeil... J'ai rendu service dans cette ville de Portoviejo en soignant les Espagnols qui venaient chez moi et en leur payant à mes frais leurs transports sur terre... J'ai peuplé et fondé au nom de sa Majesté une ville que j'ai nommé Santiago (de Guayaquil), un lieu si fertile qui permet d'approvisioner les villes de Quito, Pasto et Poapayán... Je suis un hidalgo et une personne d'honneur..."
C'est en ces termes que Francisco de Orellana s'adressa dans une lettre au roi pour obtenir en récompense l'administration de Guayaquil et de sa région.

Mais en 1540, Gonzalo Pizarro arrive à Quito en tant que Gouverneur et chargé par son frère Francisco Pizarro d'organiser une expédition à l'intérieur des terres. Les mythes de l'existence du Pays de la Canelle et d'un fabuleux territoire s'étaient répandus, et les conquistadors espagnols rêvaient de découvrir ce mystérieux Eldorado. Gonzalo Pizarro demande donc à Francisco de Orellana de l'accompagner dans son expédition vers l'est.
Gonzalo Pizarro réuni à Quito une troupe composée de 220 espagnols et 4000 indiens. Pendant ce temps, Francisco de Orellana se charge de rassembler d'autres hommes à Guayaquil et d'obtenir des chevaux. Tous vont se rassembler au mois de Mars 1541 dans la vallée de Zumaco pour entreprendre la périlleuse expédition.
Les expéditionnaires arrivent sur les rives de la rivière Coca le 26 Juin 1541 où ils font la rencontre des indiens Omagua dont le chef leur servira de guide. Mais le temps passe et rien n'indique aux espagnols qu'ils s'approchent du Pays de la Canelle ou de l'Eldorado. On est en décembre et nombreux sont les hommes qui meurent de faim ou sous les attaques des tribus belliqueuses.

Gonzalo Pizarro ne veut pas revenir sur un échec à Quito et propose à Francisco de Orellana de construire un bateau, le San Pedro, pour transporter les malades et les blessés en suivant les cours du Rio Coca et du Rio Napo jusqu'au confluent des rivières Aguarico et Curaray.
Les provisions sont épuisées, l'expédition a perdu plus de 100 espagnols et plus de 3000 indiens quand le 22 février 1542 Gonzalo Pizarro demande à Francisco de Orellana de redescendre d'aller chercher des vivres avec 60 hommes. Mais ils ne peuvent remonter la rivière et Orellana décide de construire une nouvelle embarcation, le Victoria, et envoie un message à Gonzalo Pizarro. Mais ce dernier avait déjà commencé la route du retour vers Quito avec les 80 hommes restant.
Francisco de Orellana entreprend alors un voyage fantastique de 4800 kilomètres, voguant pendant 7 mois sur les eaux du Napo,du Trinidad, du Rio Negro et de l'Amazone, pour arriver jusqu'à l'embouchure de l'immense fleuve le 26 août 1542.

Au cours de ce voyage, Orellana va perdre 13 hommes sous les flèches des indiens et à cause des maladies et de la faim. C'est au cours d'une de ces batailles, le 24 Juin, que Fray Gaspar de Carvajal, le chroniqueur de Francisco de Orellana, affirme qu'ils ont été combatu par des indiens dirigés par des femmes nues, blanches et musclées, très féroces, comme celles dépeintes dans la mythologie grecque, les fameuses Amazones qui allaient donner leur nom au grand fleuve qu'il était en train de découvrir, le 'fleuve des Amazones', 'Amazone' puis l'Amazonie et sa forêt, mais certains diront que l'équipage a sans doute était attaqué par des indiens au cheveux longs.
Une fois arrivé au delta de l'Amazone, Orellana et les 47 survivants de l'expédition sont bien accueillis par les indigènes de île de Marajó, habitués à rencontrer des espagnols et des portugais. Francisco de Orellana se dirige alors vers Cubagua (Venezuela), longeant les côtes de Trinidad. L'expédition arrive finalement à Cubagua le 11 septembre 1542.
Francisco de Orellana décide ensuite de s'embarquer pour Santo Domingo afin de rentrer en Espagne pour faire part de la découverte de ces nouvelles terres qu'il baptisa Nueva Andalucía (Nouvelle Andalousie). Il fait escale au Portugal où le roi lui offre l'hospitalité et tente de le convaincre de travailler pour lui à la tête d'une expédition portugaise. Mais le Traité de Tordesillas avait fixé les terres de l'Amazone sous la souveraineté espagnole.

Mais en arrivant en Espagne on veut le juger pour avoir abandonner Gonzalo Pizarro. Cependant, Orellana réussi à convaincres ses juges qu'ils ne pouvaient rien faire contre la force des flots et qu'ils n'avaient pas eu d'autre choix que de suivre le cours des flots.
Plusieurs mois plus tard, le 18 février 1544, il obtient du roi Charles Quint le titre de Gouverneur de Nueva Andalucía et décide de repartir vers les Indes avec son épouse Ana de Ayala.
L'expédition prend la mer à Cadix le 11 mai 1545 avec quatre navires, 200 soldats d'infanterie et 100 cavaliers. Mais un des bateaux sombre avant même d'arrivée au Cap Vert, puis un deuxième pendant la traversée de l'Atlantique et on doit se résoudre à abandonner un troisième navire en arrivant à l'embouchure de l'Amazone.
Peu avant Noël 1545, l'équipage débarque sur terre et Orellana ordonne la construction d'un nouveau bateau pour entreprendre la remontée du fleuve. L'expédition parcoure alors 500 kilomètres à l'intérieur du delta dans des conditions difficiles; 57 de ses hommes sont morts de faim et les survivants débarquent sur une île du fleuve.

Francisco de Orellana décide alors de partir en reconnaissance pour trouver des vivres. Mais à son retour, le campement est désert. Ses hommes avaient tenté de le retrouver avec une embarcation qu'ils avaient construit, mais ne le voyant point, ils décidèrent de repartir vers le Venezuela en longeant les côtes.
Francisco de Orellana et les quelques hommes qu'il lui restait sont alors attaqués par des indiens Caraïbes. 17 des expéditionnaires succombent aux flèches empoisonnées.
En Novembre 1546, on parvient enfin à localiser son expédition dans laquelle Francisco de Orellana est mort dans les bras de sa femme, emporté par la fièvre, aujourd'hui une province de l'Equateur porte son nom.


Carte de l'expédition de Francisco de Orellana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Lun 15 Avr - 19:54

L'Eldorado, c'est un mythe inventé par les indigènes pour lancer les Blancs sur de fausses pistes et s'accorder ainsi un peu de répit.

Beaucoup de gogos s'y sont laissés prendre. Ah ! l'appel de l'or ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mer 17 Avr - 21:45

Le périple de Cabeza de Vaca et de ses trois compagnons sur le continent américain.1528-1536.


Le périple de Cabeza de Vaca et de ses compagnons Alonso del Castillo Maldonado, Andrés Dorantes de Carranza et Esteban, un esclave africain seuls survivants de l'expédition de Pánfilo de Narváez en 1528 se retrouvent prisonniers des Indiens Ananarivo sur la côte du golfe du Mexique qui les réduisent en esclavage. Ils parviennent à s'échapper et entreprennent un incroyable périple de près de 8000 km à pied, qui les fait traverser le continent américain de la Floride (depuis le site de l’actuelle ville américaine de Galverston jusqu'à la Californie pendant 6 années. Ils explorent les régions du Mississippi, de l’Arkansas, du Colorado, du Nouveau-Mexique, de l’Arizona et parviennent en Californie. Ils survivent au milieu des Indiens en exerçant du commerce et du reboutage comme « homme-médecine » par imposition des mains, prières (Je vous salue Marie et Notre Père en latin) ou même véritable opération (Cabeza de Vaca parvient à retirer une flèche logée dans le corps d'un Indien). Tous les quatre après être parvenu en Californie, redescendent vers le centre du Mexique et reprennent contact avec les Espagnols à Sinaloa (Mexique) en 1536. Enfin ils reprennent leur route pour rejoindre Mexico où ils sont accueillis par le par le vice-roi Antonio de Mendoza.

C'est durant ce voyage qu' Álvar Núñez Cabeza de Vaca réunit les premières observations ethnographiques sur les peuples indigènes du golfe du Mexique. À son retour en Espagne en 1537, il en écrivit un rapport au roi Charles Quint, lequel fut publié en 1542 sous le titre de Naufragios (Naufrages). Son récit repose sur ses souvenirs le plus souvent invérifiables (à ce jour, il est impossible d'établir avec exactitude l'itinéraire qu'il a suivi de la Floride à la mer de Cortès). Cabeza de Vaca, de retour dans le Nouveau Monde, se voit souffler le commandement de l’expédition pour coloniser la Floride par Hernando de Soto. Il recevra un commandement de consolation avec le gouvernement du Rio de la Plata en 1540. Après avoir remonté le fleuve Paraguay et découvert les chutes de l’Iguazu, puis combattu contre les Indigènes, Cabeza de Vaca est victime d’une rebellion des colons espagnols. Il est renvoyé en Espagne en 1544 où il est condamné par le Conseil des Indes pour abus de pouvoir en 1545 et exilé à Oran. Il fut gracié huit ans plus tard et vint s'établir à Séville en tant que juge (il y meurt en 1559).

Naufragé, réduit en esclavage par les Indiens, colporteur, guérisseur et chaman, piéton infatigable de l'Amérique du Nord, qu'il explore de la Floride à la côte ouest pour gagner ensuite Mexico, Alvar Nunez Cabeza de Vaca rentrera en Espagne avec une idée toute neuve et scandaleuse : les Indiens sont des hommes, en parfait décalage avec son époque.
Trois ans après son retour, il repart à la poursuite de son rêve américain. Cette fois, il est gouverneur du Rio de la Plata - la porte du Pérou fabuleux. Il essaie d'appliquer son idée de la conquête par la douceur : il y gagne l'amitié des Indiens, et la haine des Espagnols, qui le déposent et le renvoient au roi, fers aux pieds. Son aventure terrestre tourne court, mais son aventure spirituelle se poursuit chaque fois que l'on redécouvre la qualité humaine de ce « conquistador » hors du commun.
Un homme injustement oublié de l'histoire, et trop peu méconnu, un humaniste, tolérant, une image marquante du XVI siècle.


La carte du voyage de Cabeza de Vaca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mer 17 Avr - 22:02

Quelle vie ! Quelle épopée ! Surtout quand on pense à l'époque : en ce temps là, on voyage peu ou pas du tout. Les paysans du village ne connaissaient que les environs et la plus proche "grande ville" à l'occasion d'une foire, une fois par an. La capitale, pour eux, était un lieu un peu "mythique" où ils ne mettraient sûrement jamais les pieds de leur vie. Les gens de l'époque ne s'éloignaient guère de leur maison, de leurs champs, des environs. Pas de TV ou d'internet, on ignorait souvent tout de ce qui se trouvait à quelques centaines de kilomètres à peine, l'univers se réduisait à un village, une région dont on ne sortirait sans doute jamais. De temps en temps, un voyageur de passage parlait de ce qui se passait "là-bas", dans la grande ville ou dans un royaume lointain dont on ignorait tout...

Et là, voilà un homme qui explore tout un monde, d'immenses espaces inconnus, vierges, des paysages à couper le souffle, une autre planète, un univers dont aucun de ses contemporains n'a osé rêver... C'est ce décalage que je trouve fou, à donner le vertige.
Ce sont vraiment les paroles de l'intro des Cités d'or :"...d'immenses voiliers s'élancent... à leur bord, des hommes avides de rêve, d'aventure et d'espace..."
J'éprouve une admiration incroyable pour ces hommes pour qui le monde était trop petit, pour qui le monde ne suffisait pas. Ces gens là étaient trop doués, trop forts, pour simplement vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Mer 17 Avr - 23:03

Voyageur Solitaire a écrit:

Ce sont vraiment les paroles de l'intro des Cités d'or :"...d'immenses voiliers s'élancent... à leur bord, des hommes avides de rêve, d'aventure et d'espace..."
J'éprouve une admiration incroyable pour ces hommes pour qui le monde était trop petit, pour qui le monde ne suffisait pas. Ces gens là étaient trop doués, trop forts, pour simplement vivre.

Tu fais bien de parler des Cités d'or car c'est ce DA qui m'a donné la passion des explorateurs, des voyageurs et de ces hommes près à tout pour l'aventure et la découverte.

De même j'ai une grande admiration pour ces aventuriers, ces grands voyageurs, ces vies d'explorations, de passions, avec cette introduction magique des Cités d'or...


Dernière édition par Warlock le Jeu 18 Avr - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Jeu 18 Avr - 9:07

Oui, j'essaie parfois d'imaginer vraiment la vie du citoyen "lambda" à cette époque : tu étais paysan dans un village de l'Isère par exemple : tu devais connaître les villages avoisinants et peut-être Vienne, la "grande ville" la plus proche, à l'occasion d'une foire une ou deux fois l'an. Et quand tu y allais, tu devais ouvrir de grands yeux devant les rues, les boutiques, les places, la grande église. Paris, ce devait être dans ton esprit un endroit inconnu, perdu "là-haut" dans le nord, là où vivait le roi, dans un autre monde. De temps en temps, un voyageur de passage ou un colporteur devait s'arrêter à l'auberge et tout le monde se rassemblait pour l'écouter raconter ce qu'il avait vu là-bas, à Valence ou Avignon par exemple, là où tu n'irais sans doute jamais. Et le lendemain, tu retournais cultiver ton champ...

Alors, quand on pense à Marco Polo, aux navigateurs espagnols, portugais, qui eux, avaient tout un nouveau continent, tout un nouveau monde qui s'offrait à eux... J'essaie d'imaginer la réaction de ces hommes découvrant la baie de Rio, les chutes Victoria, le Cap de Bonne Espérance, accostant aux Indes, débarquant à Java, Sumatra, au Japon... Un truc de fou... Comment retourner à une vie "normale" après avoir connu ça ? Comment Marco Polo pouvait-il penser que ses contemporains le croiraient, à son retour, eux qui ne voyaient pas plus loin que les portes de leur ville ou le clocher de leur église ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Jeu 18 Avr - 18:16

Il est certain que j'adorerai découvrir une nouveau continent, une nouvelle île, un nouveau monde, une nouvelle planète...

Avec toutes ces questions... Que va ton trouver ? Quelles nouvelles espèces ? Quelles civilisations ? Quels peuples ? Quelle végétation ? Tant de découvertes et d'exploration, il n'y a rien de plus extraordinaire et d'électrisant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Dim 28 Avr - 13:49

RENAISSANCE CONTRE MOYEN AGE : LE MAUVAIS PROCÈS :

Je voudrais revenir sur le concept de "renaissance" qui donne le titre de ce topic.

En effet, il faut savoir que ce terme est une création d'historiens à des fins malveillantes. Si la redécouverte de l'Antiquité est la renaissance de la civilisation, c'est que l'intervalle, à savoir le Moyen Age, n'est qu'une longue nuit. D'où, par exemple, le mot de "gothique", crée par les Italiens, pour qualifier cet art barbare, si "éloigné du beau style des Grecs et des Romains".

Exagération manifeste.

C'est le même esprit qui vante l'Antiquité, exalte la Renaissance et méprise le Moyen Age.

L'anticléricalisme, poussé jusqu'à l'anti-religion au XIXe siècle, notamment en France, a exercé une influence profonde sur l'enseignement de l'histoire. Le raisonnement est le suivant : le christianisme est néfaste, or il a dominé l'Europe médiévale et donc le Moyen Age doit être considéré comme une époque de barbarie et d'ignorance. Ainsi, toutes les oeuvres du Moyen Age, dans tous les domaines, sont donc constamment opposées aux merveilles de la Renaissance. Chacun est convaincu que les procès de sorcellerie sont typiques des horreurs perpétrées par l'Eglise au Moyen Age, alors qu'en réalité ils se sont surtout déroulés aux XVIe st XVIIe siècles et, souvent devant des justices civiles. Quant à l'Inquisition, c'est bien une institution d'Eglise, mais qui a certainement fait beaucoup plus de victimes au cours du "beau" XVIe siècle qu'au Moyen Age.

Bien évidemment, je ne prétendrais pas ici que l'Inquisition n'a jamais brûlé quiconque. Et l'optimisme naïf de certains catholiques présentant le Moyen Age comme une période idyllique parce que c'était la chrétienté, est tout aussi faux et malhonnête.

Mais il y a eu des horreurs partout et à toutes les époques : au moins autant durant l'Antiquité et depuis le XVIe siècle qu'au Moyen Age. En particulier, il est étrange de lire couramment que le Moyen Age aurait l'exclusivité de la torture. Car si on étudie mieux cette question, on s'aperçoit qu'on ne l'a guère utilisée entre le Ve et le XIIIe siècle et que sa réapparition serait justement liée au renouveau du droit romain.

N'oublions pas que le Moyen Age, quoiqu'on en dise, nous a légué à tous, un bel héritage :

Cette période a assuré la mise en valeur agricole d'une grande partie de l'Europe.
Elle a vu naître aussi de nouvelles structures politiques, des techniques, des procédés économiques, des organisations commerciales qui vont s'affermir aux siècles suivants.
Le Moyen Age a découvert l'imprimerie, outil essentiel à la Réforme et au renouveau intellectuel et la peinture à l'huile, outil essentiel du renouveau artistique.

Et à côté de toutes ces promesses d'avenir, plaçons-y aussi les création du Moyen Age proprement dit : l'architecture religieuse, mais avant tout la religion elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Jeu 30 Mai - 23:11


Jean Calvin, réformateur ou intégriste ?

Jean Calvin est né à Noyon, en Picardie, le 10 juillet 1509.

Son père était tonnelier ; mais l'enfant, intelligent et sérieux, fut de bonne heure destiné à l'Eglise. Il fit ses études à Paris, et obtint la cure de Pont-l'Evêque. Il y resta peu de temps, et quitta l'Eglise pour se livrer à l'étude du Droit. Tout en travaillant, d'abord à Orléans, puis à Bourges, il se passionnait pour les questions théologiques. Habitué du cercle de Meaux, il se mit rapidement à prêcher les idées nouvelles, d'abord à ses compagnons d'étude, puis aux ouvriers et aux paysans des environs.

La situation, à partir de l'affaire des Placards (1534), devenant assez difficile pour les réformés, il quitta Paris pour se réfugier tout d'abord à Nérac, auprès de Marguerite de Navarre, puis à Bâle. C'est là-bas qu'il exposa ses doctrines dans son ouvrage L'Institution chrétienne.

Ses idées étaient plus radicales que celles des luthériens. Ainsi, il réduisait les sacrements à deux, le baptême et l'eucharistie mais rejetait la présence réelle du Christ dans le pain et le vin. Il n'admettait pas non plus la pénitence, exécrait l'épiscopat, attribuait le choix des ministres du culte aux fidèles, et supprimait toutes les cérémonies extérieures au culte.

Élu pasteur et docteur de l'église de Genève, il rédigea une confession de foi qu'il présenta au conseil de la ville. Il l'a fit jurer dans la cathédrale Saint-Pierre à tous les citoyens. Il fustigeait tant la corruption de la bourgeoisie, la vénalité de la justice, la dissolution des moeurs, qu'il finit par soulever tous ceux qui tenaient à une licence qu'ils jugeaient confortable. Les Genevois se divisèrent en deux camps, les pro et les anti-calvinistes, et les seconds furent encore assez forts pour chasser le prédicateur de la ville qui se réfugia à Strasbourg.

Mais à Genève, il avait semé les graines du désordre et de l'anarchie. Il fut alors rappelé et son retour sonna comme un triomphe personnel.

Désormais, Calvin avait le champ libre pour instaurer une véritable dictature sociétale au nom de ses théories religieuses : plaisirs et fêtes furent supprimés, le théâtre et la danse interdits, une chape d'austérité et de rigueur extrême retomba sur la cité lémanique. Et les bourgeois se soumirent à ses exigences. Jamais le principe d'autorité ne fut affirmé avec force, surtout au nom d'une religion se présentant comme tolérante. Ses adversaires furent frappés sans merci. Ainsi, Michel Servet qui périt brûlé vif sur ordre de Calvin en 1553.


Calvin mourut en 1564, après une vie d'austérité et de fatigue. Il laissait comme chef de l'église de Genève, son auxiliaire le plus zélé, Théodore de Bèze.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Ven 31 Mai - 14:56

S'il faut répondre à la question : un intégriste, comme tous ses semblables, tous ces types qui prétendent détenir la vérité et veulent imposer leur vision au reste du monde. Un esprit figé, sclérosé, des oeillères et l'intolérance érigée en dogme au nom du bonheur du genre humain.
Même moule que ces révolutionnaires qui n'ont fait que remplacer les abus de leurs prédécesseurs par leurs propres excès, que ces hommes d'église prêchant l'amour et la miséricorde en envoyant au bûcher ceux qui ne pensaient pas comme eux.
Personnage sans aucun interêt à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES   Aujourd'hui à 12:37

Revenir en haut Aller en bas
 
RENAISSANCE-GRANDES DECOUVERTES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les grandes découvertes ne se font jamais seul [Fury, Neigy, Fumy, Aigly]
» ANIMAUX/CRYPTOZOOLOGIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: