AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE MONDE MEDIEVAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant
AuteurMessage
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 502
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 25 Nov - 4:17

Un certains nombre de manuscrits médiévaux originaux sont ressortis de l'ombre récemment. Ils représentent de preux chevaliers combattant des escargots. Les historiens ont encore du pain sur la planche car le sens à donner n'est pas clair. Toutes les suggestions sont les bienvenues.




Un article avec des hypothèses http://espace-temps.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/10/03/pourquoi-les-chevaliers-combattaient-ils-des-escargots-geant.html

http://britishlibrary.typepad.co.uk/digitisedmanuscripts/2013/09/knight-v-snail.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 25 Nov - 7:28

Youpi l'alchimiste a écrit:
Un certains nombre de manuscrits médiévaux originaux sont ressortis de l'ombre récemment. Ils représentent de preux chevaliers combattant des escargots. Les historiens ont encore du pain sur la planche car le sens à donner n'est pas clair. Toutes les suggestions sont les bienvenues.
Je pense qu'il s'agit d'une blague de moine copiste, tout simplement.

D'ailleurs, il ne faut pas croire que le Moyen Age fut ennuyeux et sérieux, bien au contraire, les hommes de ce temps-là aimaient rire aussi. Comme nous. Les fabliaux comme le "Roman de Renart", c'est certainement la première farce populaire connue de la littérature. Elle fut jouée sur tous les marchés et toutes les foires.

Dans les enluminures, on trouve toujours des petits détails amusants de ce genre et bien souvent salaces.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 25 Nov - 11:43

J'aime beaucoup les manuscrits médiévaux. Ceux avec les escargots me plaisent énormément.
Il y a tout un côté absurde.

On peut découvrir d'autres enluminures, ou plutôt "marginalia" car elles sont dans la marge, souvent placés par plaisanterie par les copistes.


galerie en VF :
http://www.laboiteverte.fr/des-enluminures-etranges-au-moyen-age/

en VO avec explications :
http://www.gotmedieval.com/category/mmm-marginalia-2

galerie en VO :
http://discardingimages.tumblr.com/

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 28 Nov - 23:58

A partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, un nouveau décor se met en place dans les marges des manuscrits liturgiques. Une grande partie procède du comique et de la satire : activités condamnées par l’Église, animaux parodiant les hommes avec des scènes souvent absurdes.

Les marges sont peuplées d’animaux : domestiques, sauvages, lointains, certains hybrides. Ils sont représentés dans des scènes conformes à la réalité, comme dans les scènes de chasse, ou bien se substituant aux hommes. Roi, prêtre, médecin, noble au tournoi, acrobate, musicien. Les animaux n’hésitent pas à remplacer et à imiter les hommes, en se retournant parfois contre eux, à l’image de l’escargot terrifiant un chevalier.

L’ordre a une valeur très forte au Moyen Âge. Les hommes et les animaux sont deux catégories diamétralement opposées car l’homme a été créé à l’image de Dieu et une hiérarchie s’est établie après qu’Adam a nommé les animaux. Le renversement des rôles est donc transgressif et souligne la part animale de l’homme ainsi que ses défauts, tels qu’ils sont prêtés aux animaux dans les bestiaires.

On peut d'ailleurs le voir dans le film le nom de la rose, avec les moines copistes et leur livre interdit porche du comique et de la satire, qui est la base de la trame du film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1953
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 29 Nov - 19:04

l'escargot est un animal féroce et sauvage c'est bien connu Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 30 Nov - 11:49


LA GUERRE DE CENT ANS

Plutôt qu'une guerre, il serait plus juste de parler d'une série de luttes entrecoupées de trêves plus ou moins longues opposant la France et l'Angleterre de 1337 à 1453.

Elle fut amenée par la rivalité de Philippe VI de Valois et d'Edouard III d'Angleterre, qui, à la mort de Charles IV le Bel, dernier Capétien direct, mort sans héritier, prétendait à la couronne de France parce qu'il était fils d'Isabelle de France, fille de Philippe le Bel.


Edouard III débarque donc en France pour faire valoir ses droits à la couronne de France et en 1346, les Français sont battus à Crécy. L'année suivante, ces derniers perdent Calais.


Sous le roi Jean le Bon, les Français sont encore vaincus à Poitiers par le Prince Noir en 1356. Le roi est même emmené prisonnier à Londres et ne sera rendu que contre une forte rançon. La France, affaiblie, sans roi, est livrée à la ruine et à la misère : un contexte favorable à l'éclosion de multiples jacqueries et à la révolte d'Etienne Marcel, prévôt des marchands, à Paris.

La France est alors obligée de signer le traité de Brétigny, en 1360 qui l'ampute d'un quart de son territoire.


Charles V et son connétable Du Guesclin parviennent à rétablir la situation, et en 1380, les Anglais n'occupent plus que Calais et la Guyenne (Bordeaux).

Mais, sous Charles VI, le roi fou, la guerre civile entre Armagnacs (partisans du roi de France) et Bourguignons (partisans des Anglais) fait rage et favorisent de nouveau les progrès des Anglais. Ceux-ci, sous l'égide d'un nouveau souverain, Henri V, remportent la bataille d'Azincourt grâce à l'habileté de leurs archers.


Ils imposent alors, avec la complicité d'Isabeau de Bavière, le honteux traité de Traité de Troyes en 1420, qui consacre non seulement la déchéance du roi de France mais aussi l'impossibilité pour le dauphin Charles, au prétexte qu'il était un bâtard, d'accéder à la couronne de France. Celle-ci passe alors au roi d'Angleterre Henri V.

La France se retrouve alors avec trois rois qui revendiquent chacun un même trône.

Toutefois, le roi Henri V meurt le 31 août 1422, laissant la place à son fils, Henri VI, un bébé âgé de 10 mois.

Légalement, les termes du traité ne s'appliquaient que du vivant d'Henri V. Mais qu'importe, le duc de Bedford assure la régence et est déterminé à faire valoir les droits du petit Henri VI au trône de France.

Quant au dauphin Charles, à partir du 21 octobre suivant, à la mort de son père Charles VI, il n'est plus régent mais roi en titre et peut légalement régner. Et il est bien déterminé à refouler les Anglais de son territoire.

Mais il n'en a pas encore les moyens.

Le 31 juillet 1423, Charles VII est battu par les Anglo-Bourguignons à Cravant.

Le 17 août 1424, nouvelle défaite de Charles VII à Verneuil-sur-Avre.

En 1428, les Anglo-Bourguignons assiègent Orléans.

La situation est désormais critique et sans espoir pour ces Français qui n'enregistrent que défaites sur défaites. Et pourtant... la timide flamme de l'espoir peut encore être rallumée dans le coeur de chaque Français et ce n'est ni un roi, ni un grand chevalier qui va la raviver mais une jeune fille, une toute jeune paysanne de 17 ans qui, un jour, gardant ses moutons, entend les voix de saint Michel et de sainte Catherine de prendre les armes et se saisir de l'étendard du Christ pour sauver son roi.

Cette jeune fille au coeur innocent et pucelle de son état, s'appelle Jeanne d'Arc. Elle débarque de sa Lorraine natale et avec la fraîcheur de sa jeunesse, va changer le destin de la France...


Après avoir fait route pour Chinon et identifié le roi sans l'avoir jamais vu, elle se voit confier une armée et trouve les mots pour galvaniser le courage de ses soldats. Elles les conduit à Orléans et après un siège mémorable, elle reprend la ville aux Anglais le 8 mai 1429.


Après ce haut fait d'armes, les Français se remettent à y croire à nouveau et sont des milliers à suivre la bannière de leur jeune sauveuse. Celle-ci les mène de victoires en victoires jusqu'à Reims où Charles VII est sacré le 17 juillet 1429.


Mais les plus belles épopées sont malheureusement les plus courtes. Et celle de Jeanne d'Arc, que l'on pourrait comparer à l'aventure de William Wallace en Ecosse un siècle plus tôt, s'achève à Compiègne le 24 mai 1430 où elle est capturée par les Bourguignons. Charles VII aurait pu intervenir pour la délivrer mais il ne le fait pas. Pourquoi ? Les interprétations et les explications divergent sur ce sujet. Il est vrai cependant que Charles VII est un roi qui préférait en toute occasion la négociation à l'affrontement armé. A-t-il cherché à négocier la libération de celle qui fut sa protectrice ?

Pour la suite, à partir du 21 février 1431 s'ouvre à Rouen, encore territoire anglais, le procès de Jeanne d'Arc. Celle-ci est accusée de sorcellerie. Jeanne assure elle-même sa défense et répond avec intelligence aux questions de ses juges mais elle est condamnée au bûcher et brûlée vive sur la place du marché, le 30 mai. Ses cendres sont dispersées dans la Seine.

Jeanne est morte... mais pas l'espoir. L'impulsion est désormais donnée et les Français savent qu'ils peuvent vaincre avec ou sans Jeanne d'Arc dont l'esprit continue de vivre en eux.

Le 16 décembre 1431, le petit roi d'Angleterre, Henri VI, est couronné roi de France. Cette souveraineté ne plait pas aux Français.

Le 13 avril 1436, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, et Charles VII se réconcilient et entrent dans Paris qu'ils ont libérée de la présence anglaise.

Et le 15 avril 1450, soit près de vingt ans après la mort de Jeanne d'Arc, le roi Charles VII remporte une victoire décisive contre les Anglais à Formigny, entre Isigny et Bayeux.


Enfin, le 17 juillet 1453, jour anniversaire du sacre de Charles VII, les Français remportent une autre bataille à Castillon, près de Libourne. Les Anglais sont écrasés. Trois mois plus tard, Bordeaux revient au royaume de France. La guerre de Cent Ans est terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 1 Déc - 23:57

Gorak a écrit:

Gorak si tu voulais représenter Philippe VI sur cette image et bien c'est Philippe Auguste.


Pour Philippe VI voilà sa représentation.



La guerre de Cent Ans (qui dura 116 ans) est la première guerre européenne qui marque le passage de la chrétienté médiévale à l'Europe des nations. Mais c'est aussi une guerre totale, meurtrière qui transforme les techniques militaires, le canon se substitue peu à peu aux lances et aux flèches.
C'est aussi la fin de la chevalerie française, trop sclérosée par ses idées et ses idéaux, n'ayant pas su s'adapter à son époque, qui disparait corps et âmes pour laisser place à une armée moderne et triomphante sous le règne de Charles VII.
Cette guerre provoque aussi des bouleversement dans les mentalités, en opposant, langue, culture, psychologie, état d'esprit, elle forge les identités nationales des pays européens.
C'est une guerre sanglante, qui a décimé une grande partie de la noblesse des deux pays. Mais elle a été fondatrice d'une nouvelle Europe, et elle sonna la fin d'une certaine idées du Moyen Age et de la chevalerie.
Dans le domaine politique elle a précipité le naufrage et la mort de la féodalité, qui a fait preuve de faiblesse et d'impuissance dans son domaine de prédilection et de base, l'aide militaire.
On passe de la monarchie féodale à une monarchie nationale, en France la défaite a été celle des nobles et la victoire celle du roi Charles VII. Cette guerre a laminé l'aristocratie française, Charles VII a construit sa victoire et son pouvoir sur les ruines de la noblesse française. Une noblesse qui mettra bien des années avant de se reconstruire et ne sera plus jamais la même.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 6 Déc - 23:57

Jean de Marigny



Jean de Marigny était un prélat français du Moyen Âge, qui fut également un homme de guerre et un homme d'État.
Il était le frère d' Enguerrand de Marigny, à qui il dut ses premiers sièges épiscopaux et de Philippe, archevêque de Sens, qui s'illustra en présidant le procès des Templiers, sous Philippe IV le Bel.
Il fut évêque de Senlis, puis de Beauvais (1313-1347), enfin archevêque de Rouen (1347-1350), et l'un des commissaires envoyés en Asie mineure avec l'amiral Jean de Chepoix, pour préparer une nouvelle occupation de la Terre sainte.

Pendant la longue période où il avait la charge du diocèse de Beauvais, il fut le maître d'œuvre du chantier de reconstruction de la cathédrale, entrepris dès le XIIe siècle, après l'incendie qui détruisit en 1247 la première cathédrale, qu'il mena à terme. Après l'effondrement de la nef, le 28 novembre 1284, le découragement des bâtisseurs fut immense. L'écroulement du monument en construction aurait pu être fatal au chantier. Jean de Marigny réussit, après trois décennies d'arrêt, à relancer la construction en offrant des verrières. Cela lui permit de réengager un plan de construction, car il fallait bien reconstruire pour enchâsser cette gigantesque portion d'édifice. Et en 1347, lorsqu'il quitta Beauvais pour devenir archevêque de Rouen, les travaux de mise en place de la verrière étaient pratiquement achevés.

En 1321, Jean de Marigny releva le culte de sainte Angadrême († v. 695), patronne de la ville de Beauvais, religieuse du VIIe siècle de la famille des comtes de Boulogne, qui fonda à proximité de Beauvais le monastère d'Oroër, qu'elle dirigea pendant une trentaine d'années et qui fut détruit lors des invasions normandes en 851.

Jean de Marigny fut en même temps chancelier du roi de France Philippe VI de Valois à partir de 1329. Cette année-là, il fit échouer les prétentions du roi d'Angleterre à la régence de France. Il fut également à deux reprises Garde des sceaux.
Le 24 décembre 1332, Jean de Marigny prend congé du roi Philippe VI, dont il est devenu le principal conseiller, pour partir en pèlerinage en Terre sainte en compagnie du roi de Bohême Jean de Luxembourg et de son armée, en partance pour une expédition guerrière en Italie.

En 1342, Jean de Marigny fonde, près d'Albi, dans l'actuel département du Tarn, la bastide de Beauvais-sur-Tescou, qui ne connut pas le développement qui lui était assigné.
Pendant la guerre de Cent Ans, il assura la défense de Beauvais, lors du siège de la ville par les Anglais, qui durent renoncer.
Le 29 janvier 1346, il adressa un mandement au maître des forêts royales de la sénéchaussée de Toulouse, avec une copie du mandement royal du 6 décembre 1345, lui enjoignant, sous peine de privation de son office, de faire apporter à Toulouse, des forêts du Fousseret, de Saint-Rome ou de toute autre, les bois nécessaires à la défense de la ville.

Il meurt le 26 décembre 1350.


A noter que la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais a été reconstruite grâce à Jean de Marigny, avec une grande partie de l'argent des Templiers, qui lui a été donné par son frère Enguerrand suite au procès des Templiers.


Dernière édition par Warlock le Sam 7 Déc - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 7 Déc - 13:03

L'expression de son gisant est assez ambigue, on a l'impression qu'il sourit, mais presque de manière ironique... Ou c'est un effet de perspective peut-être ?
Pour la cathédrale, ce qui m'a sauté aux yeux, c'est son côté "aérien", elle semble vraiment s'élever vers le ciel, toute en verticalité, alors que, la plupart du temps, ses conseurs me paraissent plutôt lourdes et massives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 7 Déc - 20:13

Je ferai un topic sur le cathédrale de Beauvais, pour ceux qui se posaient des questions sur la destination de l'argent des Templiers, on a avec cette cathédrale un bel exemple, de ce que peut donner cet argent.

Quand a son gisant sur une autre image on voit les traits de son visage d'une manière différente. L'effet de perspective oeuvre beaucoup je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 502
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 8 Jan - 4:44

Le mois de Janvier du Duc de Berry



Au détour d’un sujet Vic avait mentionné le livre ‘’Les très riches heures du duc de Berry’’, un des beaux ouvrages du moyen âge qui est parvenu jusqu’à nous. C’est un livre de prière incorporant un calendrier afin de savoir quelle prière pratiquer en fonction du jour et de l’heure.  Le Duc Jean de Berry était un amateur d’art averti et un mécène, il a restauré et agrandit de nombreux châteaux et été commanditaire de nombreux ouvrages dont celui-ci.
Les trois frères Limbourg avaient déjà réalisé plusieurs livres pour le Duc, leur travail et leurs enluminures ayant particulièrement plu au Duc celui-ci leur commanda cet ouvrage. Si les frères Limbourg sont les artistes principaux, ceux-ci n’ont malheureusement pas pu terminer leur ouvrage. Ils sont morts en 1411 vraisemblablement à cause de la peste. Le Duc lui mourra en 1416, en fait l’ouvrage sera terminé en 1485-86 sous la forme que l’on connait aujourd’hui.



Dans cette scène le Duc (attablé à droite) reçoit ces invités, l'ecclésiastique qui le salut pourrait être l'évêque de Chartres Martin Gouge avec qui il partageait son intérêt pour les livres. De nombreux objets d'orfèvreries sont massés sur la table de gauche et une très grosse pièce connue sous le nom de 'Salière du pavillon'', mentionné dans l'héritage du Duc est placée complètement à droite de la miniature. pour compléter la fête, les frères Limbourg, familiers du Duc pourraient être représentés sous les traits des deux hommes aux bonnets gris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 8 Jan - 7:49

Est-ce qu'il existe un livre relié des "Très Riches Heures du Duc de Berry" ?

J'aimerais pouvoir admirer ces très belles enluminures ailleurs que sur internet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 502
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 8 Jan - 15:11

Des reproductions sont facilement disponible par contre la qualité de l"impression ainsi que celle des commentaires semble très variable. Cette version semble faire référence par contre elle est surement épuisé.

http://www.amazon.fr/Les-tr%C3%A8s-riches-heures-Berry/dp/B009LG2BFQ/ref=sr_1_10?ie=UTF8&qid=1389189777&sr=8-10&keywords=les+tres+riches+heures+du+duc+de+berry


Il y a pas mal d'autres versions disponibles mais pas forcement complètes, à juger sur pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 8 Jan - 17:33

Pour info, la pièce d'orfèvrerie à droite, en forme de nef, fût longtemps d'un usage courant sur la table des grands : à Versailles, on trouvait encore sur la table de Louis XVI une telle pièce en forme de "nef démâtée", présent de la ville de Paris (dont l'emblème est un bateau accompagné de la devise Fluctuat nec mergitur) et qui contenait le sel et le poivre réservés au roi ainsi que ses serviettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 8 Jan - 18:23

Youpi l'alchimiste a écrit:
Des reproductions sont facilement disponible par contre la qualité de l"impression ainsi que celle des commentaires semble très variable. Cette version semble faire référence par contre elle est surement épuisé.

http://www.amazon.fr/Les-tr%C3%A8s-riches-heures-Berry/dp/B009LG2BFQ/ref=sr_1_10?ie=UTF8&qid=1389189777&sr=8-10&keywords=les+tres+riches+heures+du+duc+de+berry


Il y a pas mal d'autres versions disponibles mais pas forcement complètes, à juger sur pièce.


Épuisée et en plus, elle ne doit pas être donnée...  affraid 

C'est le problème d'ailleurs avec les reproductions d'enluminures médiévales, c'est qu'elles sont accessibles qu'à partir d'un prix exorbitant.

Par contre, je peux me le faire offrir pour un prochain anniversaire...   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 21 Jan - 7:04

Des chercheurs auraient retrouvé le corps d'Alfred le Grand

lematin.ch

Des archéologues britanniques pensent avoir retrouvé les restes du corps de l'ancien roi anglo-saxon du IXe siècle Alfred le Grand.



Les ossements de l'ancien monarque auraient été retrouvés à Winchester.



Des analyses faites sur un os pelvien conservé dans un musée à Winchester ont montré qu'il était probablement celui de l'un des deux hommes, a annoncé vendredi une équipe de chercheurs de l'université de cette ville du sud de l'Angleterre.

Le roi Alfred, qui a repoussé les Vikings et posé les fondations de l'unification de la nation anglaise, a régné de 871 à 899. A sa mort à 50 ans, il a été enterré dans la cathédrale de Winchester, avant que ses ossements ne soient déplacés à Hyde Abbey.

Monarque éclairé, protecteur des arts, des lettres et des sciences, Alfred a été couronné roi du Wessex à 22 ans et régné jusqu'à sa mort, date à laquelle lui a succédé son fils Edouard, lui-même décédé en 924.

Carbone 14

L'os pelvien, trouvé sur le site de cette abbaye lors d'excavations menées à la fin des années 1990, a fait l'objet d'une datation au carbone 14, qui a révélé qu'il datait d'une période comprise entre 895 et 1017.

Des analyses montrant qu'il appartenait à un homme âgé de plus de 26 ans et des détails historiques ont conduit les chercheurs à le lier aux deux souverains.

«Le département d'archéologie (de l'université de Winchester) est extrêmement enthousiasmé d'avoir pu établir un lien plausible entre cet os humain et l'une de ces deux figures cruciales de l'histoire de l'Angleterre», a déclaré Nick Thorpe, à la tête du département universitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 502
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 2 Fév - 19:57

Le mois de Février (miniature numéro 3)



Une scène de la vie en hiver. Par un temps gris, un paysan se rend au village  avec son âne, un autre coupe du bois. On retrouve des éléments des fermes de l’époque, une bergerie des ruches des meules de foins. Beaucoup de chose qui finalement auraient pu être vue dans nos campagnes il y a 60 ans. Les personnages à l’intérieur se réchauffent, la maitresse de maison lève pudiquement son jupon tandis que les deux paysans se réchauffent l’entrejambe sans gêne.

(56) La purification

40jours après la naissance de Jésus, Marie se rend à Jérusalem pour présenter son fils au seigneur.



(20) Le paradis terrestre

Adam et Ève au paradis, le serpent et la mise à la porte. Ève est représentée selon les critères de beauté de l’époque, siens hauts taille mince et ventre un peu arrondit.



(91) L’enfer


Une miniature non prévue à l’origine mais très réussie. Le souffle enflammé de Léviathan, les démons torturent leurs victimes, de nombreux ecclésiastiques  brulent dans la fosse sur lequel Léviathan repose. Peu de femmes sont présentes par contre. Une vision assez classique pour
l’époque, de quoi inciter les fidèles à prier et à être de bons chrétiens.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 2 Fév - 20:15

J'aime beaucoup la miniature du mois de février avec la neige.
En plus on peut cliquer sur l'image pour la voir à sa taille originale en très gros plan.
Certaines miniatures des Riches Heures m'impressionnent au niveau des couleurs...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 8 Mar - 21:35

L'EXCOMMUNICATION


A une époque où la piété était partout si ardente et que la foi n'était pas un vain mot, l'un des sentiments les plus répandus était la crainte d'être damné. Ainsi, l'Eglise pouvait imposer sa volonté, sans même recourir à la force, par ce moyen qu'on appelait les "armes spirituelles". La plus puissante d'entre-toutes était le recours à l'excommunication.

L'excommunié était retranché de la communauté des fidèles. Les sacrements lui étaient refusés. Il était banni, exclu et aucun autre chrétien ne devait plus avoir aucun contact avec lui. Il était considéré comme un pestiféré.

La cérémonie de l'excommunication était une véritable mise en scène destinée à frapper les imaginations. Dans l'église, toute tendue de noir, au son des cloches, l'évêque entouré de son clergé, torches en main, lisait à haute voix la sentence devant le peuple assemblé. Puis il prononçait la formule d'anathème que voici :

"Qu'il soit maudit toujours et partout ; qu'il soit maudit la nuit et le jour et à toute heure ; qu'il soit maudit quand il dort et quand il est éveillé ; qu'il soit maudit quand il jeûne et quand il mange et quand il boit ; qu'il soit maudit quand il se tait et quand il parle ; qu'il soit maudit depuis le sommet de la tête jusqu'à la plante des pieds. Que ses yeux deviennent aveugles, que ses oreilles deviennent sourdes, que sa bouche devienne muette, que sa langue s'attache à son palais, que ses mains ne touchent plus, que ses pieds ne marchent plus. Que tous les membres de son corps soient maudits quand il se tient debout, quand il est couché et quand il est assis ; qu'il soit enterré avec les chiens et les ânes ; que les loups rapaces dévorent son cadavre."

La formule s'achevait ensuite par ces mots :

"Et de même que s'éteignent aujourd'hui ces torches par nos mains, que la lumière de sa vie soit éteinte pour l'éternité, à moins qu'il ne se repente."

L'évêque et les prêtres renversaient alors leurs torches contre terre et les éteignaient sous leurs pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 10 Mar - 18:32

Les invasions Vikings En Écosse




On a beaucoup discuté de causes du brusque déferlement des Vikings en Europe. Elles semblent avoir été multiples, et incluent un surcroît de population que la faible surface des terres arables en Scandinavie ne suffisait plus à nourrir, ainsi que le refus des petits chefs de se soumettre à l'autorité croissante des rois qui se partageaient la Scandinavie.
La piraterie constitue une tradition pour les envahisseurs. Cependant, ce peuple, piégé entre montagnes et mer, n'a d'autres desseins que de coloniser plutôt que de piller les terres qu'ils occupent.

l'Écosse, lieu de passage quasi normal des Vikings se rendant en Islande, à l'époque de la colonisation de l'île aux volcans, a connu une intense fréquentation des Scandinaves, notamment norvégiens.
Le monastère sacré d’Iona est attaqué par les vikings en 795, mais n’est réellement mis à sac qu’en 802. Par cet acte, les Vikings s’attirent l’inimitié des populations autochtones, qui sont à l’époque, complètement christianisées, et qui condamnent à la fois leur violence et leur paganisme.

Et pourtant, les Vikings ont beaucoup contribué à l’histoire de l’Ecosse. En premier lieu, ils ont eu un grand impact politique. La dynastie Dal Riata, qui dominait aussi le royaume picte, fut également attaquée par les Vikings. Basés  à Fortriu (Pertshire), ces rois ne furent pas de taille à résister à leurs agresseurs, et échouèrent ainsi à leur fonction première : protéger leur peuple.
La dynastie fut donc renversée. Le véritable bénéficiaire de cette « intervention » viking fut Cinaed (ou Kenneth) MacAlpin qui devint roi des Scots et des Pictes vers 843.

Alors que les Vikings commençaient à s’installer, il fut vite démontré que les terres de l’extrême nord et les rives de l’ouest de l’Ecosse étaient trop loin pour être soumises à l’autorité naissante des rois d’Alba.
Les Vikings furent rapidement considérés comme une force par les politiques écossaise et irlandaise, plutôt que comme une nuisance temporaire. Ils furent dès lors invités à se joindre à la multitude d’alliances politiques et militaires que les Pictes, les Scots, les Britons et les Anglo-Saxons avaient développées depuis des siècles. Ils y engagèrent l’Ile de Man et l’Irlande, grâce à l’influence de leurs terres de l’ouest.

La Northumbrie était toujours un élément important de la politique anglaise et écossaise, mais l’émergence du royaume anglais dominé par le Wessex, combinée aux attaques dévastatrices des Vikings sur la côte est, l’avait beaucoup affaiblie. C’était de bon aloi pour le royaume naissant d’Alba, qui commençait à regarder vers les territoires au sud du Forth. (Et effectivement, la Northumbrie abandonna officiellement le Lothian à l’Alba en 973, même s’il fallut en persuader les anglais à la bataille de Carham en 1018).

D’un autre côté malheureusement, l’affaiblissement de la Northumbrie en faisait une cible pour les puissants rois du Wessex, qui dès lors menacèrent l’Alba, de manière à ce qu’elle n’envahisse pas le nord du royaume anglais. Ce conflit se termina par une bataille, en 937 à Brunanburh, au cours de laquelle Athelstan, roi du Wessex et de York, infligea une cruelle défaite militaire à Constantine d’Alba. C’est là que la frontière orientale commença à se former, même s’il fallut très longtemps aux rois d’Alba pour l’accepter et renoncer à aller plus au sud. Ils s’agrandirent plutôt vers l’ouest.

Le royaume briton de Strathclyde n’était pas non plus immunisé aux attaques Vikings et aux conflits perpétuels avec ses voisins. C’était même le plus mal loti au niveau voisinage, puisqu’il était complètement encerclé par des pouvoirs concurrents, dont le roi norvégien de Dublin. En 870, ce dernier, Olaf, réussit à prendre Dumbarton Rock, sans doute avec l’aide d’Alba, et il maria sa fille au chef des Hébrides du Nord : puissante alliance.
Mais l’effet secondaire de cette activité militaire était social et culturel. Les Gaels de la côte ouest qui ne faisaient pas partie d’Alba n’eurent pas d’autres choix que de cohabiter avec les envahisseurs norvégiens, et ils s’assimilèrent très vite les uns aux autres. Fait intéressant, c’est le gaélique qui survécut comme langue dominante, ce qui tend à montrer que c’est la population native qui « absorba » les Vikings, et non l’inverse, même si le chef politique était norvégien.

Avec l’établissement des rois norvégiens à l’ouest et d’un comté norvégien aux Orkneys (vers 880), les différents procédés qui avaient lieu avant 800 entre les peuples natifs (mariages mixtes, mélanges culturels) s’élargirent pour inclure la culture viking. Par exemple, au moins un roi d’Alba se vantait d’un nom norvégien. La plus grande barrière à une assimilation plus large fût sûrement le fait que les Vikings préférèrent leurs croyances païennes au christianisme jusqu’au milieu du XIè siècle. Mais une fois christianisés, ils devinrent des membres à part entière de ce monde culturel élargi.

La faiblesse de la Northumbrie et du Strathclyde permit certainement à l’Alba de se renforcer plus facilement à l’intérieur, et également de commencer à étendre son territoire. Mais ce n’était pas tâche facile : l’Alba, comme le Pictland avant elle, butait contre sa frontière politique, qui coïncidait avec la barrière naturelle des Grampians mountains. Témoin du renforcement intérieur, l’abandon progressif des forteresses royales du début du Moyen Age, qui n’étaient plus utiles au neuvième siècle. Leurs emplacements reflétaient des préoccupations stratégiques d’un autre âge, même si elles étaient toujours utiles en tant qu’habitations. Les résidences du début du Moyen Age étaient du reste toujours en fonction : forts dans les collines, crannogs, palais dans les plaines, et sans doute les maisons basses en bois du commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 10 Mar - 20:45

Citation :
Et pourtant, les Vikings ont beaucoup contribué à l’histoire de l’Ecosse.

En Irlande aussi.

C'est pourquoi je pense que s'obstiner aujourd'hui à démontrer que les Ecossais ou Irlandais sont "purement" celtiques, c'est de la connerie en barre... ils tiennent tout autant des Scandinaves que des Celtes sur le plan génétique.

C'est comme si nous, en France, on disait que nous sommes des Gaulois ou des Francs authentiques, pure souche...

Il n'y a pas une nation, aujourd'hui, qui en Europe peut se tarquer d'être de sang pur. Nous sommes tous issus de mélanges, de croisements, de migrations.

Ta carte, Warlock, le prouve très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 11 Mar - 18:03


Il y a 700 ans, disparaissait le dernier Grand Maître des Templiers...

Depuis leur retour de Terre-Sainte, après la chute de Saint-Jean d'Acre (1291), les Templiers vivaient dans leurs commanderies en Europe, soit en tout 9000 manoirs, formant une force susceptible de menacer rois et empereurs.

A Paris, ces chevaliers à la croix rouge brodée sur tunique blanche, inspiraient à la fois la crainte et le respect. Un jour que les Parisiens s'étaient révoltés contre un impôt inique, le roi Philippe le Bel avait trouvé refuge au Temple, redoutable forteresse de l'ordre, et avait pu constater de visu combien celui-ci était riche et puissant.

Aussi, il résolut de se défaire de cet ordre.

Des lettres de cachet furent envoyées aux baillis et sénéchaux avec consigne de ne pas les ouvrir avant la nuit du 13 au 14 septembre 1307 : ces lettres prescrivaient l'arrestation immédiate de tous les Templiers.
Le roi fut obéi. Et les Templiers furent partout arrêtés. Leur procès commença aussitôt.

Long procès.. impitoyable. Accusés d'impiété, d'athéisme et de tous les crimes imaginables pour cette époque, les Templiers furent soumis à d'atroces tortures et avouèrent tout ce qu'on leur disait d'avouer.

Mais Philippe n'avait pas le droit de supprimer un ordre religieux. Pour cela, il lui fallait l'autorisation du pape.

Le pape Clément V hésita longtemps. Philippe, impatient, ordonna l'exécution, en 1310, à Paris, de 54 chevaliers et de 9 autres à Senlis. Ils moururent bravement sur le bûcher, après s'être rétractés des aveux qu'on leur avait arrachés sous la torture.

Clément V convoqua un concile à Vienne, pour débattre de cette question, en 1312. Celui-ci ayant lieu en Dauphiné, donc terre du roi, le verdict fut sans surprise et sans appel et l'ordre du Temple fut supprimé.

La longue tragédie des Templiers s'acheva deux ans plus tard, le 11 mars 1314, par l'exécution, sur le bûcher, du Grand-Maître Jacques de Molay et du commandeur de Normanie sur la pointe occidentale de l'île de la Cité.

Avant de périr dans les flammes, Jacques de Molay aurait, dit-on, cité le pape Clément à comparaître devant le tribunal de Dieu dans 40 jours et le roi Philippe avant un an.
Coïncidence ? effectivement, le pape, qui était gravement malade, mourut peu de temps après l'exécution et il fut suivi quelques mois ensuite par le roi.

De là établir un quelconque lien avec une "malédiction", il n'y avait qu'un pas qu'a franchi l'excellent Maurice Druon pour sa saga des "Rois Maudits" ... Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 11 Mar - 21:17

Les Templiers formaient, c'est certain, un pouvoir considérable : l'ordre disposait d'un formidable réseau de commanderies, relais, postes avancés et forteresses disséminés en Terre Sainte, sans compter nombre d'agents à leur service. Ils avaient accumulé une véritable fortune au point de devenir les banquiers de bien des rois et seigneurs. De l'Europe à Jérusalem, leur ordre avait tissé un véritable filet aux mailles étroites. Certains membres hauts-placés entretenaient de surcroît semble-t-il de bonnes relations avec certains seigneurs et marchands arabes.

En face, Philippe le Bel, toujours aux abois et en quête d'argent, déjà accusé de fausse monnaie, ce qui avait déclenché de violentes émeutes à Paris où les demeures du Maître de la Monnaie et de certains proches du roi furent mises à sac. Le souverain a-t-il vu dans la dissolution de l'ordre un moyen de faire coup double, se débarasser d'un ordre un peu trop encombrant et faire main basse sur ses fabuleux revenus ? Les Templiers furent-ils victimes des agissements de certains membres peu scrupuleux ou l'ordre tout entier était-il devenu une force politique plus que religieuse, loin des idéaux ayant présidé à sa fondation ? Mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 12 Mar - 0:08

Le Temple fut supprimé en France. Mais il survécut ailleurs, au Portugal (ordre de Tomar) et surtout en Angleterre, dont l'église de Temple Church fut longtemps leur sanctuaire.

Philippe le Bel fut un roi cupide et avare. Il ne voyait dans le Temple que d'immenses richesses qu'il voulait à tout prix posséder et aussi, on prétend qu'il cherchait à se venger d'un ordre qui n'avait jamais voulu l'accepter dans ses rangs.

En détruisant l'ordre du Temple en 1314, il n'a réussi qu'une seule chose : détruire tout ce qui faisait l'esprit de la vraie chevalerie dans le royaume de France...

Il y a une petite anecdote encore, concernant Jacques de Molay : on raconte que, le 21 janvier 1793, le jour où Louis XVI fut guillotiné, un homme monta sur l'échafaud sitôt que l'infortuné souverain eût la tête tranchée et prit celle-ci par les cheveux, la souleva et cria : "Te voilà vengé, Jacques de Molay !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 12 Mar - 0:18


Charles V ou la sagesse sur le trône de France

Au roi batailleur que fut Jean II le bon, succèda, à partir de 1364, un roi plus politique : Charles V dit le Sage.

Charles V était loin d'avoir le tempérament belliqueux de son père. Certains l'accusèrent même de lâcheté puisqu'à Poitiers, il fut l'un des premiers à s'enfuir. Et une fois devenu roi, on ne le vit paraître sur aucun champ de bataille. Sa faible constitution physique même l'empêchait d'aller à la guerre. On prétendait que, dans sa jeunesse, il fut empoisonné par le roi de Navarre, Charles le Mauvais, et le médecin ne l'avait sauvé qu'en lui laissant ouverte au bras une fistule par laquelle s'écoulait une humeur qui entraînait le poison. Quand la fistule se sécherait, il devait mourir.

Mais Charles V vécut. Et il vécut assez longtemps, au moins les seize années que durèrent son règne, pour relever et conduire avec sagesse les affaires de la France.

Et comme, en ces temps troublés, un roi se devait de faire la guerre malgré tout, il choisit les capitaines les plus honorables et les plus illustres pour mener les armées au combat à sa place. Parmi ses noms prestigieux, citons Jean le Meingre, qui devint le maréchal de Boucicault, et surtout le valeureux capitaine breton, le dénommé Bertrand Du Guesclin.

Charles V mérita son surnom de Sage par les bienfaits de son gouvernement intérieur.

Il prit, en 1374, une ordonnance célèbre, celle de Vincennes, qui fixa la majorité des rois à 13 ans révolus.

Il supprima aussi une coutume qui fut longtemps funeste et préjudiciable à l'unité de la France : celle qui consistait à donner aux princes de sang royal des provinces pour leur subsistance, leur "pain" (ad panem), leur apanage. Dorénavant, les apanages ne furent plus donnés qu'en argent et fixés, régulièrement, ainsi que la dot des princesses royales.

Charles V fut aussi un roi bâtisseur. Il embellit Paris, et les résidences royales du Louvre et de Saint-Germain-en-Laye. Il fit surtout construire, en 1370, près de la porte Saint-Antoine, une forteresse si fameuse dans l'histoire de la France : la Bastille.


Sous son règne, les travaux de l'intelligence et de l'esprit ne furent pas oubliés.

C'est ainsi qu'il réunit, pour lui, une bibliothèque de 900 manuscrits dans la tour du Louvre. C'est là l'origine de notre Bibliothèque Nationale. Sous Charles V, la littérature s'enrichit de noms prestigieux comme le chroniqueur Jean Froissart, ou encore la poétesse Christine de Pisan.

Charles V s'éteignit en 1380 à l'âge de 42 ans.

Son règne fut comme une lumière de gloire et de splendeur, hélas trop brève, dans une France déchirée par les drames de la guerre de Cent Ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Aujourd'hui à 12:39

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MONDE MEDIEVAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 15Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un monde médiéval fantastique
» LE MONDE MEDIEVAL
» LE MONDE ARTHURIEN
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: