AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE MONDE MEDIEVAL

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7062
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 7 Juin - 16:02

Bon à savoir, merci pour l'info !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang

avatar

Masculin Messages : 1232
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 10 Juin - 15:24

C'est d'actualité : trouvé par Jidus,
florianbesson, « L’Euro 1314 n’aura pas lieu », Actuel Moyen Âge, 9 juin 2016

florianbesson a écrit:
1314, Londres. Le lord-maire de Londres interdit le jeu de soule, un jeu où les joueurs doivent pousser une balle avec leurs pieds, sans la toucher avec les mains. Vous avez bien lu : au Moyen Âge, le foot existe – le terme de « foteball » apparaît d’ailleurs pour la première fois en 1409
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 22 Nov - 21:42

A quoi ressemblait Paris sous le règne de Louis XI ?

(d'après une gravure de Hoffbauer)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 25 Nov - 20:46

La croisade de Pierre l'Ermite : un premier cas historique de fanatisme ordinaire ?


La prédication dont le pape Urbain II avait donné le signal, à la fin du Xie siècle, fut poursuivie en France par un pèlerin d'Amiens à moitié fou, nommé Pierre l'Ermite, qui prétendait avoir eu une vision à Jérusalem, où il est avéré qu'il n'a jamais mis les pieds. Il se faisait passer pour l'inspirateur du souverain pontife, mais à qui Urbain II se fût bien gardé de lui confier la direction de l'entreprise. C'était un petit homme maigre, au visage ascétique, la barbe hirsute et les pieds toujours nus, vêtu d'une robe de bure, "avec quelque chose de divin qui se sentait dans ses moindres mouvements", disent les chroniques, mais ignorant de toutes choses.

La "folie de la croisade populaire" fut telle que le Pape s'en effraya. Il avait fait appel aux grands seigneurs pour lever des armées régulières. Or, c'était toute une cohue de petits nobliaux et de paysans, mais aussi de vagabonds, de malfaiteurs, qui s'ébranlait avant l'heure dans un affreux désordre et vouée d'avance à un cruel échec, sous des chefs aussi peu qualifiés que l'ermite et son second, un chevalier-errant dénommé Gauthier sans Avoir.
Cette bande de loqueteux, à chaque ville qui pointait à l'horizon, demandaient si c'était Jérusalem. Marchant des mois et des mois durant, ils moururent par milliers de faim sur le bord des routes.

Ces troupeaux franchirent le Rhin à Cologne, au nombre de 15 000, traversèrent l'Allemagne, massacrant quelques Juifs au passage et pillant, puis, par la vallée du Danube, où beaucoup se firent massacrer, descendirent à Constantinople.

L'empereur Byzantin s'empressa de les envoyer en Asie, où les Turcs en firent des brochettes de Kebab dans la plaine de Nicée (octobre 1096).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7062
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 25 Nov - 21:25

Un illuminé ou, pour être moins méchant, un mystique. Urbain II n'en demandait pas tant et prît très vite ses distances.
Pierre l'Ermite entraîna avec lui des foules désoeuvrées dont la plus grande partie creva littéralement en route, vivant de pillages et de rapines. Un massacre, inutile et pathétique.
On peut parler aussi de la Croisade des Enfants qui connût le même sort, la plupart de ces gamins finissant sur le marché aux esclaves. (Bien que pour certains historiens, il ne s'agissait pas vraiment d'enfants mais de jeunes paysans pauvres, il y aurait eu une mauvaise traduction ou interprétation des textes...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 25 Nov - 21:39

Voyageur Solitaire a écrit:
(Bien que pour certains historiens, il ne s'agissait pas vraiment d'enfants mais de jeunes paysans pauvres, il y aurait eu une mauvaise traduction ou interprétation des textes...)

C'est exact. Des recherches récentes permettent d'affirmer qu'il n'y avait pas vraiment d'enfants lors de cette croisade. Ou plutôt de ce pèlerinage. Parce que c'était bien un pèlerinage, plus qu'une expédition armée. C'étaient surtout des jeunes gens mais il y avait aussi des femmes et des vieillards. De simples gens dont la foi était exaltée.

Après tout, ces gens étaient animés par un fanatisme certain, mais ils étaient sincères dans leurs convictions. Ils se fixaient un but mystique et ils entreprenaient le voyage comme une quête spirituelle.

Le pape Urbain II, lui, avait, sous couvert de religion, des buts nettement moins spirituels et plus franchement politiques. En plus, il espérait, par ce biais, dégager d'Europe une foule de petits seigneurs qui se battaient entre eux. En outre, les routes du pèlerinage à Jérusalem rapportaient pas mal d'argent et on comprend le manque à gagner lorsque les Turcs, nouveaux maîtres de l'Orient, décidèrent de l'arrêter. Smile

Ceci dit, il ne faut pas voir non plus les Croisades sous un aspect purement négatif. Elles ont contribué à accélérer le développement économique de l'Europe occidentale et elle a ouvert la voie à des techniques nouvelles, des rencontres, ça a aussi enrichi - culturellement, cette fois - les peuples et ouvert de nouveaux horizons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7062
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 25 Nov - 21:50

C'est certain, les Croisades ont permis à l'Occident de découvrir pas mal de choses nouvelles dans des domaines très variés.
Il est vrai qu'auparavant, Charlemagne et le Calife Haroun Al Rachid s'étaient bien entendus : les pèlerins chrétiens pouvaient sans problème prendre la route de Jérusalem et, contre un droit d'entrée (n'oubliez pas le guide SVP...) accéder aux lieux saints.
Tout avait changé avec les Turcs, nouveaux maîtres des lieux, beaucoup plus intégristes et donc beaucoup moins hospitaliers...
Tout comme il est vrai que le pèlerinage en Terre Sainte générait de fructueux bénéfices, certaines villes portuaires s'étant même fait une spécialité (rentable) de transporter les pèlerins de l'autre côté de la Méditerranée. Certains ordres en profitaient aussi comme les Templiers qui possédaient tout un réseau d'hostelleries, de commanderies et de relais sur le trajet, faisant d'eux les "banquiers" des futures Croisades pour certains. On connaît la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3162
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 7 Mar - 19:06

Le terrible éboulement du mont Granier en 1248



Dans le nuit du 24 au 25 novembre 1248 un gigantesque glissement de terrain a fait disparaître une partie de la montagne. C'est probablement le plus grand éboulement connu de l'histoire de l'Europe. On estime à près de 1000 le nombre de victimes de cette catastrophe.

Une explication légendaire à l'effondrement était une punition divine infligée à Jacques Bonivard, qui avait chassé les moines du prieuré de Saint-Benoit à Granier et s'était installé chez eux. Une autre version indique que sa réussite rapide au sein de la cour de Savoie, ainsi que sa prétendue « cupidité », auraient provoqué « la colère divine » et donc l'éboulement. Ces moines s'étaient réfugiés dans le sanctuaire de Notre-Dame de Myans.
Matthieu Paris considère qu'il s'agit d'une punition divine et rejette la faute sur les Savoyards, qu'il accuse de trois péchés : ce sont des usuriers hypocrites, ils pratiquent la simonie et ils abusent les voyageurs de passage. Son jugement est sans doute influencé par la haine qu'il porte aux Savoyards, à la suite des épousailles en 1236 du roi Henri III Plantagenêt avec Éléonore de Provence, petite-fille du comte de Savoie Thomas Ier, dont l'entourage savoyard prend trop d'importance, selon lui, dans les affaires du royaume d'Angleterre.
Étienne de Bourbon considère lui aussi qu'il s'agit d'une punition divine, mais sur la faute d'un seul homme : Jacques Benevais (ou Bonivard). Conseiller du comte de Savoie Amédée IV, il intrigua auprès du pape Innocent IV pour obtenir la jouissance d'un prieuré sous la promesse de détourner son maître de l'empereur Frédéric II et le ramener sous l'influence papale. L'éboulement eut lieu la nuit même du jour où il expulsa sans ménagement les moines du prieuré. Fra Salimbene y voit plutôt l'accomplissement de la parole divine et fait référence au livre de Job. Une époque bien évidemment ou le religieux était bien présent.
Le récit d'Étienne de Bourbon eut un retentissement local important et fut la base d'une légende apparue probablement au XVIe siècle et dont plusieurs variantes furent créées les siècles suivants.
La légende est la suivante : « Les moines expulsés du prieuré se réfugièrent dans l'église Notre-Dame de Myans, et prièrent la Vierge, qui arrêta les diables et leur œuvre destructrice au pied de l'édifice religieux. » Cette légende transforme une punition divine en lutte du Bien contre le Mal, plus en rapport avec le mode de pensée de l'époque.

Les causes physiques de l'éboulement font encore débat, bien que la thèse de Jean Goguel et Albert Pachoud, parue en 1972, semble gagner les faveurs des spécialistes. Une partie de la corniche, calcaire, cède, et tombe sur un terrain composé de strates de marnes valanginiennes, gorgées d'eau des pluies abondantes de l'automne. Cette chute déclenche un glissement du terrain marneux. Le frottement des strates l'une contre l'autre, pendant ce glissement, crée une élévation de la température qui provoque la vaporisation de l'eau présente dans les interstices. Cette vaporisation de l'eau accélère le glissement et génère des coulées de boue. Celles-ci entraînent dans leur chute non seulement les fragments de la corniche, mais également tout un pan de la montagne, qui vient de perdre ainsi une partie de la base sur laquelle elle était posée. La largeur de la falaise ainsi créée est de 700 à 800 m, sa hauteur est d'environ 900 m.

Au pied de la montagne se trouvait la ville de Saint-André, siège du Décanat de Savoie. Les comptes d'une dîme ecclésiastique pour 1011 indiquent une population de 3 000 habitants.
Le nombre de victimes a souvent été estimé à plus ou moins 5 000 personnes, reprenant les estimations des textes médiévaux. Amédée Guillomin, dans un article, « Les Abîmes de Myans » paru dans la Revue de géographie alpine en 1937, interroge les différents documents relatifs à la catastrophe et démontre que même avec des estimations basses d'une population de 3 600 habitants sur le territoire, on se trouverait avec une densité de plus 240 hab./km². En 1937, la densité locale de la cluse chambérienne, sans la ville, est estimée à 85 hab./km²6. Ainsi, il estime que le nombre de victimes envisagées peut être tout au plus de 2 000 personnes. Estimation que l'on retrouve dans des ouvrages plus récents.
Cinq paroisses ont été entièrement détruites par ensevelissement : Cognin1, Vourey, Saint-André, Granier, Saint-Pérange (également appelé Saint-Péran). Deux autres paroisses ont été partiellement détruites (Myans et Les Murs).

Le volume des éboulis est estimé à 500 millions de m³, les roches de la corniche ayant déclenché l'éboulement ne composant que 1 % du total. Les éboulis ont suivi la pente naturelle vers le nord-est et ont été stoppés par les moraines des Marches, de Murs et de Seloge (soit un peu plus loin que le tracé de l'autoroute actuelle). Les chercheurs du laboratoire de géologie de l'Université de Savoie ont ainsi calculé que le déficit de terrain se montait à 180 m sous le col du Granier, et qu'il y avait une accumulation sur certaines zones de plus de 40 m d'éboulis. Située à Myans, la Pierre Hachée, de plus d'un millier de mètres cubes, a roulé sur 5 km4.
La zone d'épandage fait environ 23 km2, avec une longueur et une largeur maximales de, respectivement, 7,5 km et 6,5 km. Cette zone, appelée les abymes de Myans à cause de la forme bosselée qu'a pris le terrain, est utilisée depuis le début du xive siècle pour la culture des vignes (Apremont (AOC) et Abymes (AOC)). Des dépressions sont apparues, dont certaines font naître de nouveaux lacs, tel le lac de Saint-André, proche de l'emplacement occupé par le village enseveli du même nom, ou le lac Noir.

Même sans témoin visuel connu, il y eut plusieurs textes relatifs à cet éboulement, rédigés entre 1250 et 1283. Cette catastrophe a donné naissance à l'une des plus grandes falaises calcaires de France avec 700 mètres d'à-pic.

Un petit doc très intéressant parle de cet évènement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 7 Mar - 21:25

Ce qui serait intéressant de savoir, c'est comment les gens, à cette époque, ont interprété cette catastrophe...

Sans porter le discrédit sur le Moyen-Age, ce n'est pas faire acte de préjugé, me semble-t-il, de dire que beaucoup de personnes étaient très sensibles aux "signes" de la nature qu'ils voyaient comme autant de manifestations de la "colère de Dieu".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3162
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 7 Mar - 21:33

Pour beaucoup c'était une manifestation divine, une punition du divin, l'époque voulait ça, ou tout était religion et dieu au dessus de tout.

Cette catastrophe a du être terrifiante pour des gens qui ignoraient tout de ce genre de phénomène. Alors forcément quand on ne connaît pas c'est inévitablement un signe de dieu pendant la période médiévale et la prédominance écrasante du religieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3283
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 7 Mar - 22:39

Warlock a écrit:
... Cette zone, appelée les abymes de Myans à cause de la forme bosselée qu'a pris le terrain, est utilisée depuis le début du xive siècle pour la culture des vignes (Apremont (AOC) et Abymes (AOC)). Des dépressions sont apparues, dont certaines font naître de nouveaux lacs, tel le lac de Saint-André, proche de l'emplacement occupé par le village enseveli du même nom, ou le lac Noir.
Merci pour ce partage de culture (viticole !). C'est bien de l'Abymes qu'il m'arrive de boire en vacance à la frontière Isère / Savoie.
Un petit vin blanc fort sympathique que produisent des amis viticulteurs

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 7 Mar - 23:21

VIC a écrit:

Un petit vin blanc fort sympathique que produisent des amis viticulteurs

N'hésite pas à apporter une bouteille si on s'organise, un jour, une petite rencontre entre nous. J'amènerais quelques bouteilles d'Arbois.

(ça va être une IRL qui va se terminer sous ou sur la table... lol! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3162
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 10 Mar - 18:40

Ou comment amener dans un message, un apport historique, géographique et viticole Razz

C'est certain que le vin blanc à quelque chose d'euphorisant drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 26 Mar - 14:06

Robert le Pieux, roi des Francs de 996 à 1031.


Robert le Pieux était charitable, bienfaisant, aussi doux et aussi humble que les seigneurs de son temps étaient orgueilleux et cruels. Il avait eu pour précepteur le bon Gerbert d'Aurillac, qui fut élu pape sous le nom de Silvestre II et qui contribua à faire de son élève un prince savant.
Toutefois, malgré sa dévotion zélée, Robert le Pieux se mit à plusieurs reprises en porte-à-faux avec les canons de l'Eglise.
Ainsi, en 989, il répudia sa première épouse, Rozala de Flandre, pour se remarier avec sa cousine Berthe de Bourgogne, veuve du comte de Blois.
L'Eglise condamna cet inceste et Robert fut excommunié. Le concile de Rome, qui se tint en 998, lui ordonna de se séparer de sa femme sous peine d'anathème sur son royaume.
Robert refusa d'abord d'obéir mais finalement se plia l'année suivante, brisant une union qui, de toute façon, était restée stérile. Vers 1002, il prit une troisième femme, Constance d'Arles, fille de Guillaume, comte de Provence et duc d'Aquitaine, qu'il songea bientôt à répudier à cause de l'humeur fantasque de celle-ci et songeait à reprendre Berthe. Mais c'est en vain qu'il se rendit à Rome, en 1010, pour obtenir le consentement du pape.

Côté politique, le grand acte de Robert le Pieux fut la conquête du duché de Bourgogne, qu'il disputa, à la mort de son oncle Henri, dont il était le plus proche héritier, à Otte-Guillaume, beau-fils du défunt. Il fallut treize années de luttes (1002 à 1016) pour se rendre maître de ce pays qu'il arracha à l'Empire.
A l'intérieur, Robert le Pieux s'efforça de consolider le pouvoir de sa couronne et d'affermir son trône en réduisant à l'obéissance les grands seigneurs frondeurs. Il fit cesser, entre autres, leurs brigandages, n'hésitant pas, si le besoin s'en faisait sentir, à raser nombre de forteresses.
D'autre part, il aida les moines de l'abbaye de Cluny dans leur oeuvre de réformation spirituelle, voyant là un moyen d'abaisser l'arrogance des grands évêques.

On peut dire que, sous le règne de Robert le Pieux, la royauté franque gagna un immense prestige au point que Sanche, roi de Navarre, et Ethelred, roi d'Angleterre, tentèrent d'obtenir son alliance que les Lombards lui proposèrent de ceindre la couronne de fer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7062
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 30 Nov - 17:11

Les Cosaques


Ils émergent des profondeurs des steppes et de l'Asie Centrale, au grand galop de leurs montures, avec leurs tenues criardes, colorées et leurs harnachements disparates...
C'est dans les années 1290 qu'ils sont mentionnés pour la première fois, dans le Codex Cumanicus, un "dictionnaire" trilingue (latin-persan-turc) destiné aux marchands vénitiens, génois et aux missionnaires s'aventurant dans ces régions.

Plutôt qu'un groupe ethnique, ils forment une communauté, une confrérie d'aventuriers et de nomades qui a ses propres lois. Ce qui correspond à l'étymologie la plus généralement acceptée de leur nom : "nomade", "homme libre", "sans attache". Avec tentes, chevaux, femmes et enfants, ils s'établissent dans les steppes pour y pratiquer essentiellement l'agriculture. Cavaliers intrépides et expérimentés (leurs femmes également apprennent très tôt à monter à cheval), ils deviennent rapidement des mercenaires bien que certains groupes se fassent parfois voleurs ou pillards. Les riches marchands les engagent volontiers pour escorter et protéger leurs caravanes.

Ils vont, ils viennent, au rythme des saisons, au gré des victoires et des défaites, de l'Oural jusqu'à l'Extrême-Orient, des rives de la Baltique jusqu'aux Balkans.... Des familles entières viennent parfois les rejoindre, séduites par ce peuple libre, assez ouvert et tolérant malgré des mœurs farouches et une vie rude. Mais ce sont surtout des fugitifs, des serfs ou des esclaves en fuite, des déserteurs, des tziganes et des aventuriers qui les rejoignent, aussi bien nordiques que slaves ou même orientaux. Les Cosaques ne s'arrêtent pas à la couleur de peau, à l'origine ou à la croyance. Libres, ils élisaient eux-mêmes leurs chefs lors de grandes assemblées où tous avaient la parole et pouvaient s'exprimer librement. Comparées à leurs sœurs de l'époque, leurs femmes jouissaient d'une assez grande liberté.

Mais les Cosaques étaient avant tout des guerriers. Redoutables cavaliers, extrêmement mobiles et rapides, ils avaient même leurs formations, comme les légions romaines, en triangles hérissés d'immenses piques de plusieurs mètres de long. Ils devinrent également de remarquables navigateurs, descendant et remontant rivières et fleuves sur leurs embarcations. Modernes aussi : après l'apparition des armes à feu, ils s'équipent de mousquets et même de petits canons ou de bombardes.
En Russie, ils seront finalement incorporés à l'armée impériale comme mercenaires, gardant leurs costumes, harnachements et propres règles. Les Tzars, séduits par leur loyauté sans faille et leurs talents de guerriers, les emploieront souvent comme gardes personnels de la famille impériale.

Rudes, farouches, vêtus de leurs tenues chamarrées, de leurs amulettes et chapelets, joyeux compagnons et frères d'armes, jaloux de leur indépendance, de leur liberté, surgissant au grand galop, ils vont et viennent à travers la steppe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 30 Nov - 20:24

Même si je sais qu'ils furent les ennemis des troupes françaises durant les guerres napoléoniennes, j'ai toujours été admiratif devant les Cosaques. J'aime leur style, leur fierté, leur appétit farouche de liberté.

J'avais même acheté le jeu vidéo "Cossacks" et sa suite "Cossacks 2" pour pouvoir les employer lors des batailles.

Une charge de Cosaques, sabre au clair, dans les grandes steppes enneigées, il n'y a rien de plus fabuleux. Very Happy





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7062
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 30 Nov - 20:32

Les Cosaques sont très évocateurs : cavaliers des steppes, guerriers chamarrés, le cuir, les fourrures, les sabres, la musique, les chevaux, les loups... Tout un côté bohémien, tzigane, slave, nordique... On imagine des hordes bigarrées surgissant des plaines, des forêts et des taïgas, des beuveries et des ripailles interminables, tout un monde rude, farouche et coloré... Et puis les steppes, s'étendant de l'Oural aux rives du Pacifique, vers l'Extrême-Orient, les plaines d'Ukraine, les Balkans, le Caucase...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 8 Fév - 11:32

L'IMPORTANCE SOCIALE DES CROISADES



Les Croisades coûtèrent beaucoup d'argent et beaucoup de sang comme toutes les guerres. Mais elles eurent pour la civilisation des conséquences importantes :

1 - Elles retardèrent les progrès de la domination turque en Europe.

2 - Elle débarrassèrent l'Europe d'une foule d'aventuriers, ne vivant que de vols et de rapines.

3 - Elles contribuèrent au rapprochement des peuples en faisant connaître des pays nouveaux à des milliers de gens dont le seul horizon était le clocher de leur village.

4 - Elles renouèrent les relations entre l'Orient et l'Occident, un temps interrompues par les invasions barbares. Elles favorisèrent le commerce, la géographie, etc. Elles permirent aux Européens de connaître le citron, la pistache, le safran, la pastèque, les tapis, les étoffes, etc.

5 - Elles donnèrent à la France un rôle prépondérant au Levant qu'elle conserva longtemps.

Enfin, les Croisades étant des entreprises coûteuses pour un seigneur, celui-ci fut bien souvent, pour les financer, forcé de vendre à ses serfs la liberté et d'octroyer aux villes des franchises à prix d'or. On peut donc dire que, indirectement, les Croisades contribuèrent à l'abolition du servage et à l'émergence de la bourgeoisie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7062
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 8 Fév - 12:52

Les Croisades furent un choc civilisationnel, si on peut employer ce mot, la rencontre de deux mondes et une rencontre plutôt violente.
Même si cela déplait toujours à certains de le reconnaître, la civilisation musulmane de l'époque était nettement plus avancée que l'européenne, dans le domaine de la médecine, l'astronomie, les mathématiques, l'urbanisme, les techniques agricoles et d'irrigation... De plus, le monde musulman était en contact avec l'Extrême-Orient, l'Inde et la Chine, ce qui lui permettait de bénéficier de produits et techniques inconnus en Occident. On peut raisonnablement considérer que, malgré tout le sang versé, cet apport fût favorable à l'Occident qui découvrît nombre de choses nouvelles pour lui, dans des domaines variés.

Il y eût effectivement des conséquences sociales également. Les croisades bouleversèrent en partie la société féodale, certains s'y ruinèrent, d'autres s'y taillèrent royaumes et fortune. De nombreux commerçants s'enrichirent, arrangeant le transport et l'acheminement des voyageurs, marchandises, guerriers et pèlerins (Venise se fît des couilles en or au passage). Certains ordres, comme les Templiers, mirent en place un étroit réseau de relais, de châteaux, de commanderies, d'hôpitaux, prenant une place prépondérante. Et puis, le nerf de la guerre, c'est l'or : les banquiers entrèrent alors en scène également.
Même vainqueur, on ne sort jamais identique à soi-même d'un tel choc. Comme Rome se vît bouleversée de fond en comble par ses guerres contre Carthage, l'Occident médiéval ne fût plus le même après les Croisades. Des Croisades qui, loin de la ferveur sincère des humbles, avaient aussi à haut niveau de solides arrières-pensées économiques et politiques, aussi bien intérieures qu'extérieures...

Je dirais enfin que, comme pour les invasions barbares, ce fût très long. Il n'y a pas eu une mais plusieurs Croisades, il y a eu des périodes de paix, des victoires et des défaites, des trahisons et des gestes d'honneur des deux côtés, le tout s'étalant sur des années et des années. Ce furent aussi les royaumes latins d'Outre-Mer, possessions occidentales en terre sainte, souvent dirigées par des aventuriers décidés et habiles et qui vivaient à leur rythme, souvent bien loin des préoccupations de Rome ou Paris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 8 Fév - 13:09

Et puis, les Croisades nous ont donné d'excellents films, de bonnes séries sur ce thème... sans oublier tous ces jeux vidéo d'anthologie :





Plus sérieusement, comme tu l'as rappelé, les Croisades ne furent pas que massacres et pillages. Déjà, on partait en Croisade comme en pèlerinage. C'est même le sens premier des Croisades. Ensuite, une fois le tombeau du Christ sécurisé et les routes rétablies, et bien, certains ont pensé qu'il était nécessaire d'y mettre un peu d'ordre...

D'autant que les Turcs n'étaient pas très appréciés des autres musulmans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7062
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 8 Fév - 16:03

C'est d'autant plus dommage que les relations entre "Francs" et musulmans furent longtemps bonnes. Au temps du calife Haroun Al Rachid, le calife "des 1001 Nuits", elles étaient mêmes cordiales avec Charlemagne. Trois ambassades franques furent envoyées à Bagdad et deux musulmanes à Aix la Chapelle, avec échanges de cadeaux (dont un éléphant et une clepsydre) et accords commerciaux.

La dynastie Abbaside qui régnait alors à Bagdad, "lune de l'univers", était brillante, cultivée, assez ouverte et tolérante. En échange d'une modeste rétribution, les pèlerins occidentaux pouvaient voyager en terre sainte et visiter les lieux sacrés sans encombre. Mais elle fût remplacée par de nouveaux maîtres, les Turcs Seldjouk, beaucoup plus intransigeants et intégristes, ce qui ne tarda pas, avec bien d'autres raisons il faut le rappeler, à mettre le feu aux poudres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 8 Fév - 16:21

Voyageur Solitaire a écrit:
les Turcs Seldjouk, beaucoup plus intransigeants et intégristes, ce qui ne tarda pas, avec bien d'autres raisons il faut le rappeler, à mettre le feu aux poudres...

C'est le problème de tous les néo-convertis. D'ailleurs, cela n'est-il toujours pas, dans une relative mesure, d'actualité ?

En effet, ceux qui se convertissent en dernier, comme ce fut le cas pour les Turcs, désirent toujours en faire plus... chrétiens et musulmans vivaient en bonne harmonie jusqu'à leur arrivée. Et les routes de Jérusalem étaient sûres, tant pour les uns que pour les autres.

Aujourd'hui, je sais qu'il est de bon ton dans certains médias et même dans certains milieux universitaires, par politiquement correct, je suppose, de décrier cette période et d'accuser l'Occident de tous les maux. Mais qu'ont fait les Chrétiens, si ce n'est que répondre par le fer aux provocations des Turcs ? Il fallait rouvrir les routes de Jérusalem, il fallait protéger les pèlerins. Bien sur, cela n'excusera jamais les massacres que certains chevaliers sans scrupules ont pu accomplir. Mais la plupart avaient un but, un idéal, agissaient en vertu de valeurs nobles. Je comprends que tout est affaire d'interprétation. Mais quoiqu'il en soit, relativisons et ne voyons pas le passé avec le passé avec nos yeux d'humains du XXIe siècle, cela n'aurait aucun sens. L'époque médiévale avait ses propres valeurs, ses propres codes, qui ne correspondent plus aux nôtres.
Au Moyen Age, on pouvait prêcher la guerre et parler de paix, ce n'était nullement incompatible. Et quant aux guerres, elles se résumaient souvent à des sièges de villes, les grandes batailles étaient rares, se résumant à quelques escarmouches. Escarmouches violentes, certes, mais rien en comparaison avec les grandes hécatombes que l'on a connu au XXe siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7062
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 8 Fév - 16:37

Rien n'était si simple et des deux côtés.
Au-delà de la foi sincère des plus humbles, il y avait plus haut des raisons politiques, intérieures et extérieures, qui n'avaient que peu de rapports avec l'enseignement des Evangiles... Et "valeurs nobles", ça dépend de chacun : pour moi qui suit athée, une guerre motivée par des motifs religieux est une connerie de grande ampleur, quelque soit la religion concernée. Et on a vu ce qu'ont donné ces "nobles valeurs" quand les croisés ont pillé Constantinople avec la complicité de Venise, qui avait là l'occasion rêvée de se débarrasser de sa rivale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5113
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 8 Fév - 16:53

Voyageur Solitaire a écrit:
Et "valeurs nobles", ça dépend de chacun : pour moi qui suit athée, une guerre motivée par des motifs religieux est une connerie de grande ampleur, quelque soit la religion concernée.

Attention : quand j'évoque l'Histoire, je n'écris jamais avec mes concepts d'homme du XXIe siècle. Alors, quand je parle de "valeurs nobles", c'est toujours selon ce qu'elles étaient à cette époque et non à la nôtre. En tant qu'humaniste, je rejette bien évidemment la guerre, qu'elle soit livrée pour des raisons religieuses ou politiques. Mais au Moyen Age, c'était différent.
On pouvait se battre au nom d'un idéal chrétien et croiser le fer pour défendre sa foi. Ce n'était pas paradoxal. De toute façon, personne n'était athée à cette époque ; l'Eglise encadrait la vie des hommes du berceau à la tombe. Au fond, ce n'est pas étonnant que les Croisades aient eu cette importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MONDE MEDIEVAL
Revenir en haut 
Page 15 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
 Sujets similaires
-
» Un monde médiéval fantastique
» LE MONDE MEDIEVAL
» LE MONDE ARTHURIEN
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES SCIENCES :: Chez l'historien-
Sauter vers: