AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE MONDE MEDIEVAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 1 Déc - 16:41

Il ne faut pas négliger ici le rôle d'Adalbéron, homme d'église intelligent et rusé, mais parfois trouble et ambigu.
Puissant soutien d'Huges Capet, il cachait mal ses sympathies pour l'Empire germanique, ce qui avait failli d'ailleurs lui coûter sa tête sous les règnes précédents...Pour certains, il rêvait de revoir naître un nouvel empire unifié à la Charlemagne où l'Eglise se taillerait au passage une belle part du gâteau. Il a certes soutenu Huges Capet (qui lui a renvoyé l'ascenseur pour utiliser une expression contemporaine), mais il y trouvait son compte. Il était homme politique autant que religieux ou homme de lettres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 1 Déc - 17:27

Voyageur Solitaire a écrit:
Il ne faut pas négliger ici le rôle d'Adalbéron, homme d'église intelligent et rusé, mais parfois trouble et ambigu.

Dans les livres d'histoire du XIXe siècle, il a souvent l'image du "traître"... bon, je pense qu'aujourd'hui il faut le voir différemment qu'au travers d'un crible nationaliste.
Il reste toutefois que le personnage n'était pas vraiment digne de confiance. Il jouait sur deux tableaux en fait, jurant fidélité à un souverain mais entretenant des amitiés avec l'autre.

Mais les ecclésiastiques, effectivement, rêvaient d'unité depuis la fin de l'empire carolingien. Ils étaient héritiers de la tradition impériale romaine aussi, cela explique pourquoi l'Eglise s'attachait aux princes qui avaient des ambitions européennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2478
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 1 Déc - 21:31

Comme pour le règne de son père Hugues Capet les sources sur Robert II dit le pieux, sont plutôt minces, et bien souvent plus proche de l'hagiographie que du fait historique. C'est pour ça qu'il faut toujours être prudent avec les sources de cette époque. Une période oubliée par beaucoup et bien nébuleuse. Cependant on a quoi même de quoi faire, avec certains éléments plutôt fiables et intéressants.
A l'inverse d'Hugues Capet, qui ne savait vraisemblablement ni lire ni écrire le latin, Robert a été doté d'une éducation excellente, par l'intermédiaire de la plus haute sommité intellectuelle de l'époque, Gerbert d'Aurillac, futur pape Sylvestre II. Le royaume a l'époque est très étriqué. Senlis au Nord, Orléans au sud, voilà à quoi se réduit le domaine royal. Quelques grandes villes, dans l'Ile de France actuelle. Le pouvoir, au-delà, et parfois au sein même du domaine royal, est aux grands comtes, qui sont toutefois vassaux de Robert. Toutefois, les liens vassaliques sont loin, très loin d'être synonyme de soumission au suzerain, et il faudra que le roi Robert guerroie tout au long de son règne contre les velléités d'indépendance des comtes et autres châtelains, qui donneront du fil à retordre à ses descendants.
Pourquoi ce surnom de "Pieux", qualificatif que l'on ne retrouvera plus après lui ? Robert est avant tout un chef religieux, et d'une piété sans faille. Les donations, aumônes, abondent. Il n'hésitera pas à dresser le bûcher contre les hérétiques à Orléans en 1022. Ce fin lettré est enfin très lié avec les moines, abbés, évêques, qui, à l'époque détiennent l'essentiel du savoir (donc du pouvoir), et qui sont très proches de lui. Il était donc beaucoup plus radical que son père, qui était avant tout un pragmatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 1 Déc - 22:47

Warlock a écrit:

Pourquoi ce surnom de "Pieux", qualificatif que l'on ne retrouvera plus après lui ?

Je pense que c'est lié au fait qu'il a encouragé à la fondation de l'abbaye de Cluny.

Parce que dans sa vie personnelle, il ne fut pas si "pieux" que ça. Il a même pris quelques libertés avec les canons de l'Eglise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 4 Fév - 0:13

Saint Isidore de Séville, dernier Père de l'Eglise d'Occident et premier encyclopédiste.


Né en 560 à Carthagène, au sud de l'Espagne, Isidore, évêque de Séville, a su s'imposer par sa foi et sa sagesse et a placé le pouvoir religieux au-dessus des ambitions de la monarchie wisigothique.
Il fut surtout un grand érudit qui tenta de réunir en vingt volumes une encyclopédie universelle où tout le savoir du monde, à la fois religieux et profane, afin qu'il soit accessible aux hommes de son temps.

D'ailleurs, il fut considéré par ses contemporains comme "l'image même du savoir antique".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 4 Fév - 17:34

Il est aussi surtout à l'origine de violentes mesures anti-juives : baptême et conversions forcées, exil, peine de mort, enfants juifs retirés à leur famille et "placés" dans des familles chrétiennes... Le tout résumé dans son oeuvre De fide catholica contra Judeos (pas besoin de traduire).

Ce type était loin d'être un saint ou "tout blanc"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 4 Fév - 17:51

Voyageur Solitaire a écrit:


Ce type était loin d'être un saint ou "tout blanc"...

Certes, mais je pense qu'il faut remettre ce personnage dans le contexte de son époque et surtout ne pas faire d'amalgames ou d'anachronismes. Dans un siècle où l'Eglise cherchait à étendre son influence, les conversions forcées des juifs, des hérétiques et des païens étaient "banales", si j'ose dire. Ce fut d'ailleurs le thème principal du premier Concile de Nicée en 325 : chercher à fixer le dogme et empêcher la diffusion de toute doctrine hétérodoxe, a fortiori la pensée juive.

En outre, il ne faut pas non plus perdre de vue que ce qui est important au haut comme au bas Moyen Âge, c'est avant tout de sauver les âmes. C'est pourquoi on utilise la torture ou l'on pratique la peine de mort sans remords ni regrets. Bien sur, aujourd'hui, cela peut nous choquer mais c'est parce que nous réfléchissons sur des concepts individualistes et non plus collectifs. Le corps, pour nous, est quasiment sacré, divinisé. A cette époque, le corps comptait moins que l'âme ; l'existence passée sur Terre n'était qu'un passage éphémère, ce qui comptait réellement c'était la vie éternelle.

Isidore de Séville était certainement convaincu d'avoir sauvé des âmes en prenant de telles mesures.

Aujourd'hui, il serait passible de la Cour Pénale Internationale avec de tels agissements.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 4 Fév - 22:10

LE MOYEN ÂGE : UN ÂGE DE LUMIERES


Depuis le XVIIe siècle et jusqu'à des temps proches de nous, certains préjugés, le goût "classique", l'impuissance à comprendre toute oeuvre qui n'était pas d'inspiration gréco-romaine, ont fait considérer le Moyen Âge tout entier comme une époque grossière, rustre et brutale.

Et pourtant le Moyen Âge eut, dès le XIe siècle, une civilisation originale qui trouve son apogée au XIIIe siècle et dont la France fut le principal foyer.
En même temps que la vie économique, la vie intellectuelle et artistique se ranima et prit un grand essor.

Siècle d'ignorance, le Moyen Âge ? les écoles s'y sont multipliées tout au long de la période... les Universités, création du XIIIe siècle - il en fut créé pas moins de 17 dans les cinquante premières années -, et en premier lieu l'Université de Paris, comptèrent les étudiants par milliers et c'est au début du XIVe siècle que le poète Dante donne à l'Italie le chef-d'oeuvre de sa littérature.

Jamais une autre époque de l'histoire humaine ne fut plus féconde artistiquement parlant.

Les artistes édifièrent les églises de style roman, puis les merveilles de l'art ogival - péjorativement appelé "gothique" - qui est la création la plus originale du Moyen Âge.
Les cathédrales, ces grands vaisseaux de pierre et de verre, furent abondamment décorées de statues et de bas-reliefs dont quelques-uns sont comparables aux plus belles oeuvres de l'Antiquité.
A la fin du XIIIe siècle, la peinture prit son essor en Italie et donna au monde ses premiers chefs-d'oeuvre avec Giotto, notamment, contemporain de Dante.

Dans ses oeuvres maîtresses, la civilisation médiévale fut une civilisation chrétienne. C'est d'ailleurs là son caractère essentiel et sa marque décisive.
L'Eglise présidait au travail intellectuel comme au travail artistique. La science et l'instruction, dans les Universités, étaient aux mains des moines et des chanoines.
L'art s'exprimait avec force dans les cathédrales - véritables maisons du Peuple - où tous les artistes, architectes, sculpteurs, vitraillistes, ciseleurs, orfèvres, donnaient le meilleur de leur génie.

Le Moyen Âge fut une époque de Lumières.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 5 Fév - 16:28

Jamais une autre époque de l'histoire humaine ne fut plus féconde artistiquement parlant.

Faut peut-être pas s'emballer quand-même...

Quant à l'Eglise, si elle joua effectivement les mécènes, c'est quand-même au service d'un art "officiel", tourné vers la foi chrétienne. A côté, on interdisait la dissection des cadavres, des génies comme Galilée durent renier leurs découvertes et des gens comme Marco Polo furent traités d'affabulateurs en partie parce qu'on ne pouvait imaginer qu'une civilisation non chrétienne soit aussi brillante... Tout le formidable bouleversement intellectuel, artistique et culturel qui amorce la Renaissance verra se dresser contre lui l'opposition d'une Eglise qui rejetait l'idée que l'on puisse s'interroger sur un autre sujet que Dieu, que l'on puisse raisonner par un autre système, une autre pensée que celle ordonnée par Dieu.
L'Eglise médiévale a certes été un formidable vecteur intellectuel et artistique, mais-c'est le cas de le dire-elle prêchait pour sa propre paroisse. A la même époque, la pourtant très chrétienne Byzance enseignait avec le même appétit de savoir Platon, les fables d'Esope, Aristote et les grands penseurs antiques autant que les textes des Pères de l'Eglise. Sans oublier des musulmans comme Averroès qui faisaient preuve d'une ouverture d'esprit assez incroyable ou de la Maison de la Sagesse de Bagdad où devisaient ensemble théologiens juifs, chrétiens et musulmans...

Je suis tout à fait d'accord pour reconnaître les merveilles artistiques engendrées par l'Eglise médiévale, directement ou indirectement et les admirer (et il y a de quoi).
Mais ce serait quand-même bien d'être un peu objectif et de reconnaître, comme pour Isidore de Séville, que s'il y avait des lumières incontestables, il y avait aussi des ombres.

Sinon, socialement, le monde Médiéval fût également (malgré le servage et le système féodal) assez évolué, surtout en ce qui concerne la femme, par rapport à l'Antiquité où cette dernière n'avait le droit que de la fermer (à l'exception des Egyptiens et Etrusques).
Le seul point où le monde médiéval m'apparaît vraiment arriéré, c'est au niveau matériel, urbain surtout. Les villes étaient de bric et de broc, souvent sans trottoirs, les ruelles encombrées d'immondices, sans égoûts... Quand on voit les villes antiques, leurs immenses et luxueux établissements de bains, leurs bibliothèques, leurs fontaines, leur réseau d'égoûts, de distribution d'eau, leurs routes et aqueducs... Pour moi, le retard est plus là qu'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2478
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 5 Fév - 19:29

En ce qui concerne Galilée on était plus à l'époque médiévale mais à la Renaissance. Période qui fut sans commune mesure beaucoup plus agressive religieusement notamment avec l'inquisition qu'au Moyen âge.
N'oublions pas que l'inquisition a été la plus active entre le XVI et le XVII siècle, et c'était bien pendant la Renaissance. Bien sur la période médiévale a connue de sombres époques et de nombreuses exactions. Mais on en a déjà parlé elle n'a pas aussi noire que pourrait le penser le public en général. Aujourd'hui encore on a des expressions comme "On se croirait de retour au Moyen âge" , "C'est un pays moyenâgeux" etc...  C'est devenu péjoratif comme terme.

C'était pourtant une époque florissante pour les arts. Bien entendu le religieux était souvent au centre de tout, mais pas que.

Pour l'état des rues à l'époque médiévale Philippe Auguste fut le premier roi à réagir contre l'insalubrité des rues de Paris. Il est vrai que son grand père Louis VI le gros avait déjà interdit l'errance des porcs dans les rues de la capitale. Mais cette mesure visait surtout à éviter les accidents nombreux et bien souvent mortel, ainsi en 1185 Philippe Auguste pris la décision de faire paver toutes les artères de sa capitale. En effet une odeur nauséabonde se dégageait des rues parisienne, la chaussée de terre était souvent plus un vaste marécage qu'autre chose, alimenté par le ruissellement des ruelles adjacentes. Les passants pataugeaient jusqu'au chevilles et les chariots s'embourbaient bien souvent, et souvent l'orage charriait contre les murs les ordures que le riverains avaient pour l'habitude de jeter par les fenêtres.
Le dallage gallo-romain avait depuis longtemps disparu sous une épaisse couche de terre et de boue. Ainsi en 1185 Philippe Auguste décida de changer tout ça, il ordonna de faire paver toutes les rues et place de la ville avec de fortes et dures pierres.
Mais cette mesure relève autant du prestige que de l'hygiène. Ainsi ces travaux ne concernent que les artères principales de Paris, sur lesquelles reposait le réseau de la voirie de la capitale.
Après le règne de Philippe Auguste les travaux continuèrent et l'état des rues s'améliorèrent, cela servit comme base aux autres villes du royaume. Même si tout n'était pas parfait loin s'en faut, c'était déjà un bon début, du moins pour l'époque, mais bien évidemment les problèmes étaient toujours multiples.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 5 Fév - 19:53

Après, les cités grecques ou romaines n'étaient pas nickel non plus... Mais il me semble quand-même que l'urbanisme y était plus développé, mieux maîtrisé. Les établissements de bains étaient somptueux et ingénieux, chauffés, avec salles froides, chaudes et tièdes, sauna... Il y avait de gros moellons en travers des rues pour forcer les attelages à ralentir et permettre aux piétons de traverser au sec les jours de pluie...

En fait, le Moyen Age, en dehors des cathédrales ou églises n'a pas de bibliothèques, d'hippodromes, de théâtres, de grands complexes thermaux, de larges avenues pavées, percées d'égoûts, le dallage bombé pour faire ruisseler et drainer les eaux de pluie sur le côté... Pas d'aqueducs, de ponts majestueux, de routes pavées à la romaine, de système de poste, de relais... C'est là où je vois ce que j'appellerais quand-même une régression...
Après, il est vrai que le monde médiéval était complètement morcelé en petits territoires plus préoccupés de se taper sur la gueule que d'infrastructures et d'urbanisme... Ces dernières ont besoin d'un état unifié et solide généralement pour être mises en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2478
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 6 Fév - 0:15

On avait de très belles bibliothèques médiévales, notamment dans des abbayes et les centres religieux. On avait parfois près de quatre cent cinquante volumes classés par matières et témoignant, entre autres, des emprunts effectués aussi bien par des religieux de l'abbaye que par des personnalités extérieures. Dès le XIe siècle, où elle sert de relais à la politique de réforme de Grégoire VII, certaines abbayes rassemblaient une bibliothèque importante qui, grâce à un scriptorium actif en rapport avec des centres italiens et catalans, mais aussi aux dons et aux legs, atteint, à la fin du XIVe siècle, les cinq cents volumes. Ce qui pour l'époque est très important. Bien plus qu'on ne le croit.

Non vraiment les bibliothèques étaient importantes à l'époque. Mais pas à la portée de tous c'est certain, mais surtout des scribes, des érudits et des ecclésiastiques. Pour le dallage des rues comme je l'ai dit il y a eu une nette amélioration à l'époque de Philippe Auguste, qui pava toutes les rues de Paris, ce qui changea énormément de chose, notamment au point de vue de l'hygiène.

Pour les système de relais et de poste la transmission de l'information à l'époque médiévale n'était pas évidente, on reconnaissait un message royal essentiellement par l'intermédiaire des son sceaux.
Ses sceaux cachetant les parchemins repliés sur eux-mêmes - pour garder les plis secrets et apposés directement au bas des parchemins (sceaux plaqués) ou sur un lac de soie ou une courroie de cuir (sceaux pendants), étaient un moyen de valider un acte, d'authentifier cet acte, mais bien sûr à cette époque il existait des contrefaçons...
Le messager à cheval parcourait environ 30 à 40 km par jour, mais les routes n'étaient pas sûres, et le messager à pied ou le chevaucheur étaient souvent dépouillés de leurs lettres et de leur argent par des bandits ou des ennemis de leur seigneur et maître.
Par contre à la fin du Moyen Age, le roi de France compte environ 3 semaines pour que les sujets du royaume connaissent les ordres qu'il a donnés, passé ce délai, toute infraction pouvait être punies.
Les lettres personnelles étaient souvent écrites sur du papier à partir du XIIème siècle. Elles étaient pliées en quatre et fermées au moyen d'une bandelette de parchemin dont les extrémités se rejoignent pour recevoir le sceau. Il était donc impossible de les ouvrir sans briser la cire.

Pour les messageries en elles même elle furent crées au XIIIe siècle, à la base pour répondre au besoin d’une communication régulière des étudiants de l’Université de Paris et de leurs familles. Ils étaient tenus d’avoir des départs réguliers et annoncés, et pouvaient transporter de plein droit les correspondances des particuliers (jusqu’en 1719 seulement), des voyageurs et des marchandises (uniquement dont le poids est inférieur à 50 livres).
Et il faudra attendre le XVIII siècle avec la création des Ponts et Chaussées, pour avoir un réseau routier national bien entretenu et qui ne cessera de se développer jusqu’à nos jours.

Donc non le Moyen âge n'est pas aussi sombre qu'on veut bien le décrire. Il est méconnu, souffre d'une image négative et mérite une meilleure approche historique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 6 Fév - 10:35

Grand merci à toi pour toutes ces précisions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang



Masculin Messages : 884
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 8 Fév - 9:56

Ceci dit, en Europe, il y avait certes de l'instruction, mais je n'ai pas souvenir d'un notion de recherche ou d'innovation. Contrairement à ce qui se passait du côté arabo-perse, avec des noms comme Avicenne, Averroès, Al Kwarizmi, les progrès en médecine, (al)chimie et astronomie étaient plutôt de ce côté-là de la Méditerranée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 8 Fév - 16:15

Il est vrai que le monde arabo-musulman de l'époque médiévale connût une impulsion, une dynamique dans certaines sciences (alchimie, astronomie, médecine, mathématiques, algèbre...) assez incroyable à l'époque. Je pense que cela venait peut-être d'un contact privilégié avec tout l'héritage grec, issu de l'empire romain d'Orient qui a perduré, contrairement à celui d'Occident. Les arabes ont récupéré beaucoup du savoir grec et égyptien et ils étaient en contact avec des civilisations brillantes comme la Chine et l'Inde, via leurs routes commerciales. Et puis Byzance : malgré les affrontements sporadiques, il y avait des contacts fréquents avec les byzantins qui avaient conservé beaucoup du savoir et des connaissances antiques également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 8 Fév - 17:39

Ce sont les Arabes d'Espagne qui, d'un point de vue scientifique, secouèrent la torpeur du vieux monde chrétien. Au XIe siècle, ils fondèrent les universités de Grenade et de Cordoue où leurs mathématiciens recueillirent et développèrent l'héritage d'Aristote et de Ptolémée. Ils devaient même révéler à l'Europe plus d'une oeuvre majeure dont la version originale avait été égarée ou perdue, par exemple les célèbres Eléments d'Euclide.


Leonardo Fibonacci, ce célèbre érudit pisan avait été s'instruire auprès d'eux et fit connaître l'algèbre à l'Occident. C'est lui qui introduisit en Europe l'usage des chiffres arabes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 25 Fév - 23:10

LA PESTE NOIRE AU MOYEN-AGE OU LES DÉBUTS DE LA GUERRE BACTÉRIOLOGIQUE.


Au milieu du XIVe siècle, de 1347 à 1352, se produit une des plus grandes catastrophes épidémiques de tous les temps. La peste est réintroduite en Occident par la grande route commerciale qui relie l'Europe à la Chine à travers le Turkestan. Elle commence en Asie centrale, chez les Kara-Kithaï ; elle suit la route commerciale, infecte la Horde d'Or. A cette époque, le khan Djanibeg assiège le comptoir gênois de Caffa, en Crimée, et inagure la guerre bactériologique en faisant catapulter des cadavres de pestiférés dans la ville. Les galères génoises vont, en trois mois, apporter dans tous les ports où elles font escale des rats et leurs puces porteuses de la peste.

En l'espace de six années, la totalité du monde occidental, chrétien ou musulman, est ravagée par la terrifiante maladie. Elle enlève le quart de la population. Elle reviendra alors, à intervalles réguliers, tous les dix à douze ans, réduisant encore la population durant un siècle. Elle ne reculera progressivement que grâce à des mesures de quarantaine et de désinfection, pour disparaître d'Europe occidentale vers 1721 et des pays musulmans en 1839.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
cdang



Masculin Messages : 884
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 26 Fév - 10:39

À noter que ce que l'on appelait « la peste » n'était pas toujours la peste (Yersinia pestis), voir par exemple
Samuel Clin Cohn, Black Death and Plague: the Disease and Medical Thought (Oxford University Press, 2010), p. 15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 26 Fév - 13:01

Oui, chez les anglophones, c'est la Mort Noire. (Black Death). Je trouve d'ailleurs l'image beaucoup plus forte que la "Peste".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 26 Fév - 16:05

Le mot "peste" a souvent été employé de façon globale pour des épidémies d'autres maladies, souvent inconnues à l'époque, comme la variole par exemple.
A travers le latin, le mot vient de "pestilence".
On a ainsi dit des empereurs Titus et Marc-Aurèle qu'ils étaient morts au cours de grandes épidémies de "peste", sans qu'il s'agisse pour autant de la maladie qui frappa le monde médiéval. Il s'agissait seulement d'une traduction du mot latin signifiant "pestilence".

Impuissance totale devant ce fléau. On écartait et excluait les malades (on en a gardé l'expression de traiter quelqu'un en "pestiféré"), on brûlait leurs effets et leurs corps ou on les enterrait dans d'immenses fosses emplies de chaux vive. Les médecins utilisaient un long bâton pour toucher et examiner plaies et bubons.
Venise tenta de lutter (avec un certain succès) en important des milliers de chats pour nettoyer la ville de ses rats.
Istanbul connût de grandes épidémies jusqu'à la fin du XVIIIème siècle. Les portes des maisons touchées étaient frappées d'un signe représentant Allah et d'un croissant jaune, les rassemblements et processions étaient interdits, seuls les hammams restaient ouverts.
Les stambouliotes utilisaient pour se prémunir du musc, de l'encens, des huiles essentielles (déjà) ou l'opium, mais aussi la quinine et le citron, les vapeurs de vinaigre ou d'eucalyptus. D'après certains témoignages, grecs, arméniens et juifs portaient au cou un petit sachet fermé en forme de triangle empli de safran, de camphre, d'ail et herbes aromatiques.
Le seul vrai moyen, c'était la fuite... Les vénitiens qui le pouvaient se réfugiaient à la campagne, les stambouliotes gagnaient les hauteurs ou les montagnes, des endroits frais, aérés et ventés de préférence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang



Masculin Messages : 884
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 26 Fév - 16:52

La propagation des épidémies étaient renforcées par les croyances religieuses : les gens se tassaient dans des lieux clos pour prier et implorer la fin de la maladie, ils organisaient des processions qui essaimaient…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 26 Fév - 17:21

La peste est aussi présente dans la littérature de l'époque. On pense au Décaméron de Boccace, un recueil de cents nouvelles dont le thème principal est la fuite de sept jeunes femmes et trois jeunes hommes de Florence, ravagée par la peste noire, et qui se réfugient à la campagne pour y bavarder, jouer et dialoguer. L'occasion pour l'auteur de transmettre ses idées au travers de ce huis-clos.
Certains passages étant assez grivois, l'oeuvre sera malheureusement souvent dénaturée pour devenir l'escapade de jeunes gens profitant de leur exil campagnard pour joyeusement partouzer... On pense au film qu'en fera Pasolini par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 26 Fév - 17:28

La Peste Noire comme une arme politico-économique ? C'est en tout cas l'objet d'une émission de Frank Ferrand, "L'ombre d'un doute", consacrée à la grande peste de Marseille en 1720.

Une enquête passionnante qui tend à démontrer que le retour de ce terrible fléau, en plein XVIIIe siècle, ne fut peut-être pas le fruit du pur hasard et qu'au contraire, cela a arrangé les affaires de quelques spéculateurs...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Donald S



Masculin Gémeaux Messages : 290
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 38
Localisation : Colline '937'
Emploi/loisirs : Spécialiste en viandes et abats...
Humeur : "Platoonique"

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 10 Mar - 18:00

Une petite video instructive et pleine d'humour pour tordre un peu plus le cou aux idées reçues sur cette grande période historique qu'est le moyen-âge.



Réhabilitons le Moyen-âge,car cette période est bien plus lumineuse que l'on veut bien nous faire croire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 10 Mar - 18:22

La femme a clairement eu bien plus de droits au Moyen Age que dans l'Antiquité où elle restait "la grande muette" (à l'exception des égyptiens et des étrusques).
Et pas seulement la Dame ou la châtelaine. Dans le commerce, la femme prenait une part active à la gestion de la boutique, représentait et remplaçait son mari lorsqu'il était absent. Dans les universités ou les écoles, on trouvait également des femmes. Le monde médiéval a également eu ses poètesses et ses femmes "fort instruites", souvent des religieuses il est vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Aujourd'hui à 22:48

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MONDE MEDIEVAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un monde médiéval fantastique
» LE MONDE MEDIEVAL
» LE MONDE ARTHURIEN
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: