AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE MONDE MEDIEVAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 20 Mar - 23:24

Sur le sujet de la Grande Muraille, je garde un bon souvenir du livre du sinologue Jean Lévy :
Le grand Empereur et ses automates.

Pour la rapidité de l'invasion des Mongols, cela m'étonne moins quand on sait que ce peuple est nomade et se basait sur la vitesse. Un peuple qui vivait presque autant à cheval qu'à terre.
C'est un sujet que je trouve assez passionnant.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 21 Mar - 9:14

VIC a écrit:

Pour la rapidité de l'invasion des Mongols, cela m'étonne moins quand on sait que ce peuple est nomade et se basait sur la vitesse. Un peuple qui vivait presque autant à cheval qu'à terre.
C'est un sujet que je trouve assez passionnant.

Les autres à avoir conquis aussi rapidement un territoire furent les Arabes. Nomades eux aussi mais animés par leur foi religieuse. Mais ils avaient en face des empires en déclin, Byzantins et Perses. Alors que les Mongols se sont heurtés à des civilisations bien constituées. La Chine et la Perse, notamment. C'est ce qui est encore plus fort.

Le problème, c'est qu'ils n'ont rien construit de durable. Ils se sont même "fondus" dans les civilisations qu'ils ont conquises. Résultat : il n'est rien resté de leur empire. Même l'endroit où a été enterré Gengis Khan n'a jamais été retrouvé.
A la grande différence des Arabes, qui se sont imprégnés des cultures avec lesquelles ils entraient en contact mais qui, à terme, ont développé avec ces ajouts une civilisation originale.

La culture mongole est toujours restée nomade pour l'essentiel. Et encore aujourd'hui, dans l'actuelle Mongolie, on ne trouve pas beaucoup de monuments anciens dans leurs villes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 21 Mar - 10:45

Pour Byzance, les arabes s'y sont quand-même toujours cassés les dents. En 674, ils mettent le siège devant "la ville des villes". En vain. Ils tentent alors une attaque par mer, erreur fatale : les byzantins déploient alors leur arme secrète, le feu grégeois. Un déluge de flammes s'abat sur les galères arabes, la mer se transforme en lac de feu, c'est un carnage. A cette époque, Byzance rayonne et éblouit le monde derrière ses murailles imprenables. En 626 déjà, les Perses avaient bombardé tout l'été les murailles de la ville avec leurs catapultes avec pour seul résultat de faire ricaner les assiégés. En 717, au tour des bulgares, plus coriaces : il y a des victoires et des défaites, mais la ville reste imprenable. C'est Basile II qui décide d'en finir en 1014 à la bataille du défilé de Kimbalengos : 15 000 prisonniers. Regroupés par groupes de 100, on crève les yeux de 99 de chaque groupe, le dernier étant seulement éborgné afin qu'il puisse guider ses camarades sur le chemin du retour... Quand le roi bulgare vît revenir son armée dans cette état, il eût une attaque et mourût en 24 heures. Byzance ne rigolait pas...
Ce n'est que bien plus tard qu'elle entra en déclin et ce furent finalement les ottomans qui s'en emparèrent, le dernier Basileus, Constantin XI, mourrant l'épée à la main et jeté à la fosse commune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 23 Mar - 11:29

Voyageur Solitaire a écrit:
Regroupés par groupes de 100, on crève les yeux de 99 de chaque groupe, le dernier étant seulement éborgné afin qu'il puisse guider ses camarades sur le chemin du retour...
Une époque où on savait traiter les prisonniers ! Le bon temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 23 Mar - 16:55

Les byzantins étaient célèbres pour leur cruauté, aussi poussée que leur raffinement. Yeux crevés, émasculation, strangulation, petits massacres entre amis, répression sanglante... A Byzance, la poupre impériale se teintait souvent d'une éclaboussure de sang...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 29 Mar - 9:59

La Loi Salique

Louis X le Hutin, qui ne règna que deux années, de 1314 à 1316, laissa à son décès une fille, Jeanne de Navarre, née de sa première épouse, Marguerite de Bourgogne et mariée au comte Philippe d'Evreux. Il laissa aussi deux frères, fils comme lui de Philippe le Bel.
De plus, si Clémence de Hongrie, sa seconde épouse, accouchait d'une fille, à qui reviendrait la couronne de France ?

Trois princes prétendaient alors à la succession de Louis X : son frère, Philippe, comte de Poitiers ; Charles de Valois, son oncle et le duc Eudes de Bourgogne. Ce dernier, frère de Marguerite de Bourgogne, était par conséquent l'oncle de Jeanne, fille aînée du roi défunt.


Philippe, second dans l'ordre de la fratrie, prit sans tarder possession de la régence. Charles de Valois, besogneux, lui vendit son concours et un arrangement fut conclu avec Eudes de Bourgogne, aux termes duquel, si la reine accouchait d'une fille, le droit des filles de Louis X serait réservé jusqu'à leur nubilité.

Dans la nuit du 13 au 14 novembre 1315, la reine Clémence mit au monde un fils (Jean Ier dit le "Posthume") qui ne vécut que quelques jours. La question de savoir si ce décès prématuré fut naturel ou pas agite d'ailleurs toujours les historiens du moyen âge.
Quoiqu'il en soit, Philippe se fit couronner, sous le nom de Philippe V, à Reims le 9 janvier 1317.

Charles de Valois assista à la cérémonie, mais le duc de Bourgogne fit valoir les droits de sa nièce.

Une assemblée de barons, de prélats et de bourgeois fut réunie à Paris le 2 février 1317. Celle-ci approuva ce que Philippe avait fait et déclara solennellement que "les femmes ne succèdent point au royaume de France".
La tradition veut que l'on ait, à cette occasion, et pour appuyer cette décision, invoqué la Loi Salique. Mais il n'en fut rien. En fait, c'est seulement sous le règne de Charles V - soit près de cinquante ans plus tard - que les juristes invoquèrent cette fameuse loi franque et assimilèrent ainsi la succession au trône à un héritage ordinaire pour justifier, après coup, la règle établie en 1317.

Les barons avaient seulement proclamé que les lis ne filent pas, et que la couronne de France ne doit pas tomber de lance en quenouille.
"Le royaume de France est si noble, écrit le moine Froissart dans ses Chroniques, qu'il ne peut aller à femelle".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 30 Mar - 8:26



L'Oeuvre de la Monarchie Capétienne

[/url]


Pendant 341 ans, de 987 à 1328, les descendants d'Hugues Capet se sont efforcés de briser les résistances féodales tout en empruntant à la féodalité les armes dont ils avaient besoin.
Comme souverains, ils continuaient à la tradition monarchiste franque, mais ils étaient aussi les chefs de la féodalité et eurent donc à leur disposition une arme à deux tranchants, mais qui fut maniée avec grande habileté par les légistes.

Louis le Gros, batailleur et victorieux, combattit ses ennemis par la force ; Philippe Auguste, fort et rusé, affirma sa puissance naissante à Bouvines ; saint Louis, ferme, équitable, âme toute au devoir, et sa mère, Blanche de Castille, infatigable, adroite, énergique, brisèrent les multiples coalitions féodales qui prétendaient arrêter l'essor du pouvoir central.
Philippe le Bel, habile et impitoyable, tira profit des efforts de ses devanciers avec une telle rudesse qu'une réaction seigneuriale, aussitôt maîtrisée, éclata sous son successeur immédiat.
Mais quand ce fut au tour des Valois de s'asseoir sur le trône de France, la monarchie était vraiment triomphante et la féodalité mortellement atteinte : l'agonie sera toutefois longue, puisqu'elle se prolongera jusqu'au règne de Louis XI.

Cependant, dès le XIVe siècle, la royauté, forte de ses acquisitions territoriales, entourée de puissantes institutions législatives, administratives et judiciaires, n'était plus ce qu'elle était à la fin du Xe siècle : son caractère féodal s'effaçait devant son caractère national.

Les organes de l'Etat monarchique et centralisateur, tels qu'ils fonctionneront et assureront le bon fonctionnement de la France jusqu'en 1789, sont déjà en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 30 Mar - 14:42

Pour en revenir une minute à Saint Louis, voilà un autre "monstre sacré" de l'histoire de France, devenu intouchable. Le saint, le bon, le très pieux... N'en jetez plus !
Louis IX (C'est son titre officiel) n'était pas un saint ni un ange, mais un homme avec ses qualités (Qu'il avait grandes c'est vrai) mais aussi ses défauts et faiblesses. Sa foi ne fût pas loin de l'intégrisme par moments : obsédé par le salut de l'âme de ses sujets, il s'acharna contre les jeux d'argent, la prostitution, les prêteurs et banquiers... Il prît surtout des mesures parfois violentes contre les juifs : livres sacrés brûlés en public, interdiction de postuler dans les emplois publics et surtout, le port obligatoire de la "rouelle", signe jaune distinctif cousu sur le devant et le dos du vêtement...

Enfin, il ne faut pas oublier sa redoutable mère, Blanche de Castille, intelligente, rusée, suffisament habile pour louvoyer entre les différents grands seigneurs féodaux et les faire plier un à un devant son autorité. Sous la régence de la Reine-Mère, le jeune roi appris énormément.
"Je vous apprends votre métier de roi mon fils !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 30 Mar - 17:35

Voyageur Solitaire a écrit:

Louis IX (C'est son titre officiel) n'était pas un saint ni un ange, mais un homme avec ses qualités (Qu'il avait grandes c'est vrai) mais aussi ses défauts et faiblesses.

Oui, Louis IX est un des nombreux mythes de l'histoire de France, c'est vrai. On peut même dire qu'il est devenu un saint, parce qu'il ne s'est jamais marré une seule fois dans sa vie ! Laughing

Il doit tout à sa mère, Blanche de Castille, qui, jusque vers 1235, lui apprendra le dur métier de roi tout se crêpant le chignon contre la noblesse féodale, l'épée dans une main et le goupillon dans l'autre. Le petit Loulou aura été à bonne école...
Elle en dézingua pas mal que lorsque son "bail" prit fin, la reine Blanche laissa à son têtard un royaume entièrement pacifié et tout propre.

Citation :
Il prît surtout des mesures parfois violentes contre les juifs

Attention à ne pas faire ni d'anachronisme ni d'amalgame. Louis IX n'était pas antisémite mais antijudaïque. Mais ni plus ni moins que certains de ses prédécesseurs. Rares étaient les souverains français et européens à les avoir protégés, à l'instar de Louis VII.

En tant que chrétien, Louis IX a essayé d'éradiquer la religion juive. Mais sans toucher aux Juifs. D'ailleurs, la rouelle qu'il leur impose à coudre sur leurs vêtements, ce n'est pas l'étoile jaune de sinistre mémoire récente. C'est, au contraire, une mesure de protection contre les populations locales qui auraient pu les lyncher.
Ils devenaient ainsi, en tant que personnes, les "hôtes" du roi et placés sous sa protection.

Je sais, c'est assez paradoxal. Mais c'est bien comme cela qu'il faut comprendre ces mesures à cette époque. Les Juifs étaient libres d'aller où ils veulent mais persécutés dans l'exercice public de leur religion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Arzach



Masculin Taureau Messages : 12
Date d'inscription : 19/03/2015
Age : 35
Localisation : l'Outremonde
Emploi/loisirs : Chasseur de mages et disciple martial.
Humeur : Méditative

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 2 Avr - 11:13

Je me suis toujours demandé comment Jeanne la pucelle avait eu audience auprès du dauphin. Il s'avère qu'a l'époque l'astrologie était considérée comme une science exacte, au même titre que les mathématiques par exemple, et que cette science permettait d'émettre des prophéties. Une prophétie annonçait la venue de celle-ci pour bouter les anglois du royaume de France. Jeanne d'Arc fut tout de même confrontée à l'incrédulité et aux doutes et dut se soumettre à toute une batterie de test visant, par exemple, à conforter sa virginité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 2 Avr - 16:34

Pour moi, Jeanne d'Arc, c'est un peu un fétiche spirituel que l'on a trimballé avec l'armée du Dauphin pour redonner confiance aux soldats et leur donner l'énergie de se battre pour une cause qu'ils croyaient déjà perdue...

Tout le mérite revient à Yolande d'Aragon, la belle-mère de Charles VII, en fait. Disons qu'elle avait des terres en Anjou et n'était pas disposée à les voir passer sous domination anglo-bourguignonne. C'est elle qui a "fabriqué" Jeanne d'Arc, en réalité. Pour décider enfin le Dauphin de prendre son destin en main et de se mettre, en tant que roi, à la tête des troupes françaises.

Ca me fait penser un peu à Aragorn dans le Seigneur des Anneaux... Laughing

Mais l'historien Henri Guillemin a une thèse très intéressante sur Jeanne d'Arc. Je t'invite à l'écouter. Il y a 13 épisodes d'environ 30 minutes en tout, c'est un peu long mais ça vaut le coup. Il reprend les travaux d'un éminent archiviste du XIXe siècle, Jules Quicherat, qui avait fait un formidable travail sur ce sujet :


(je ne poste pas toutes les vidéos, tu peux les regarder au fur et à mesure dans le lecteur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 28 Avr - 20:31

UNE LEGENDE FRANC-COMTOISE : BERTHE DE JOUX

Il y a bien longtemps de cela, en Franche Comté, province de France, un seigneur, Amauri III de Joux, partit pour la Croisade en l'an de grâce 1170. Il laissa en son château son épouse, Berthe, jeune femme encore nubile. Elle attendit cependant son mari plusieurs années lorsqu'un soir, un chevalier blessé se présenta au château, se présentant comme étant Amey de Montfaucon. C'était vraiment un très beau garçon et Berthe tomba sous le charme de ce jeune homme, qui était aussi un de ses lointains amis d'enfance et se donna à lui.

Amauri III, avait aussi choisi ce jour pour rentrer de Croisade, et lorsqu'il entra dans la chambre conjuguale il trouva les deux amants au lit ; ivre de rage, Amauri III dégaina son épée et malgré les supplications de son épouse qu'il écarta sans ménagements, il transperça le jeune Amey de Montfaucon de trois coups d'épée et après avoir rengainé son arme, il ordonna que l'on suspende la dépouille du jeune chevalier à un gibet planté sur des rochers au lieu-dit de la " Fauconnière".

Puis, Berthe fut condamnée à être enfermée sa vie durant dans un minuscule cachot où elle pouvait à peine se tenir à genoux, face à une meurtrière étroite où elle pouvait voir en permanence le corps nu de son amant, mangé et disloqué par les corbeaux.
A la mort d'Amauri III, son fils, le jeune Henri de Joux, plus bon et plus magnanime, eût pitié de sa pauvre mère et la libéra de sa prison et lui permit qu'elle aille finir ses jours, amendée, à l'abbaye de Montbenoit.

Cette histoire s'est passée il y a longtemps, mais encore aujourd'hui, quand souffle la bise les nuits d'orage et de tempête, on peut entendre cette plainte : " Priez, vassaux, priez à genoux, Priez Dieu pour Berthe de Joux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 28 Avr - 20:59

Sympa... Le mec part en Croisade pendant des années, loin de chez lui, et il croit vraiment que sa femme va l'attendre sagement pendant tout ce temps, se contentant d'un bain froid quand le printemps viendra la démanger...
Comme si lui, pendant ce temps, n'allait pas se taper toutes les filles de taverne et toutes les danseuses rencontrées...
Ha, les filles, vous revenez de loin et vous avez encore du boulot, bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 28 Avr - 21:49

Il n'avait pas qu'à oublier de lui mettre la ceinture de chasteté ! Laughing

(oui, je sais : la ceinture de chasteté n'a jamais existé Razz )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 28 Avr - 22:05

C'est une légende typique médiévale, ça pourrait même faire une légende de dame blanche qui recherche son amant, ou bien elle l'attend. On retrouve ce genre de légende bien souvent au Moyen-âge. La femme délaissée qui se trouve un amant, le chevalier époux qui revient et qui enferme son épouse tuant l'amant, c'est du grand classique.
Bien souvent on retrouve la femme emmurée, mourant de faim et de soif, la aussi c'est éculé. Bien évidemment ça reste des légendes, mais c'est folklorique et les légendes de nombreux châteaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 28 Avr - 22:32

Enfin là, pas de bol quand-même : le mari s'est barré pendant des années et il revient pile le jour où elle se donne à son amant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 28 Avr - 22:43

Oui mais c'est le folklore local qui veut ça. Les légendes régionales sont souvent des soaps opéras à elles toutes seules Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 29 Avr - 6:42

Warlock a écrit:
C'est une légende typique médiévale, ça pourrait même faire une légende de dame blanche qui recherche son amant, ou bien elle l'attend. On retrouve ce genre de légende bien souvent au Moyen-âge. La femme délaissée qui se trouve un amant, le chevalier époux qui revient et qui enferme son épouse tuant l'amant, c'est du grand classique.

Sauf que le personnage de Berthe de Joux a bel et bien existé. Son mari et son amant aussi. Le château de Joux existe toujours, il est à la frontière franco-suisse, pas loin de Pontarlier. Il a même servi de prison pendant le Consulat et c'est là-bas qu'est mort Toussaint-Louverture.



Mais la manière dont son histoire est racontée est typique des légendes médiévales de cette époque. Et que l'on peut dénicher un peu dans toutes les provinces de France.

C'était peut-être une manière de raconter des faits-divers passionnels chez les trouvères et troubadours. Et le public était demandeur.

Le "Détectives" de l'époque, quoi... Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1953
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 29 Avr - 9:29

Warlock a écrit:
C'est une légende typique médiévale, ça pourrait même faire une légende de dame blanche qui recherche son amant, ou bien elle l'attend. On retrouve ce genre de légende bien souvent au Moyen-âge. La femme délaissée qui se trouve un amant, le chevalier époux qui revient et qui enferme son épouse tuant l'amant, c'est du grand classique.
Bien souvent on retrouve la femme emmurée, mourant de faim et de soif, la aussi c'est éculé. Bien évidemment ça reste des légendes, mais c'est folklorique et les légendes de nombreux châteaux.

A l'époque les registres de plaintes au commissariat étaient rares... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 17 Juin - 13:40

Hildegarde de Blingen


Abbesse, bénédictine, Hildegarde de Blingen a rayonné sur le monde médiéval par ses connaissances en médecine et botanique principalement.
Femme d'études et de savoir, ses préceptes sont l'équivalent pour certains, dans leur démarche et approche, de l'Ayurvéda indien ou de la médecine chinoise traditionnelle.
Elle a également été compositeur, poétesse et bien sûr religieuse et même mystique puisqu'en 2012 Benoît XVI en a fait un Docteur de l'Eglise, reconnaissance rare, accordée à seulement trois autres femmes avant elle.
Ses enseignements ont été "redécouverts" par le New Age des années 1970, puis plus récemment. Mais dès son époque, elle était connue et respectée pour son savoir et fût considéré comme sainte très tôt par le peuple.

Dixième enfant d'une famille noble du Palatinat, Hildegarde naît aux environs de 1098. Très vite, elle est passionnée par la religion et touchée par des phénomènes mystiques et des visions. À l'âge de huit ans, elle entre au couvent des bénédictines de Disibodenberg sur le Rhin et prononce ses vœux perpétuels vers l'âge de quatorze ou quinze ans. Elle est élue abbesse de Disibodenberg, à l'âge de 38 ans.
Elle commence à 43 ans à consigner les visions qu'elle a depuis l'enfance et en 1147, elle fonde l'abbaye de Rupertsberg.
En 1165, elle fonde l'abbaye d'Eibingen. Ouverte d'esprit, elle étudie avec passion les grands penseurs et médecins de l'Antiquité. Elle meurt le 17 septembre 1179.

Musicienne, Hildegarde a composé plus de soixante-dix chants liturgiques dont certains ont fait l'objet d'enregistrements récents par des ensembles de musique médiévale. Linguiste, elle a également créé de toutes pièces une langue artificielle, avec son alphabet complet.
Mais c'est dans le domaine de la botanique et de la médecine qu'elle rayonna, avec une approche psychologique de l'individu, associant corps et esprit, se rapprochant énormément de l'esprit de la médecine orientale. Corps et esprit forment un tout et la maladie n'est que le symptôme d'un déséquilibre. Ses connaissances en botanique et en minéralogie étaient vastes et aujourd'hui encore, son oeuvre est étudiée, surtout en Allemagne et Europe du Nord. Une fois dépouillés des croyances, rituels magiques et superstitions de l'époque, ses écrits laissent apparaître de solides connaissances en herboristerie et plantes médicinales, toujours d'actualité dans le traitement de certains maux.

La plupart de ses écrits sont réunis dans un grand livre (le Riesencodex), conservé à la bibliothèque régionale de Hesse à Wiesbaden, en Allemagne. Mais la majeur partie de ses oeuvres est traduite et disponible en français.
Umberto Eco mentionne Hildegarde de Bingen à plusieurs reprises (en tant que sainte) dans son roman Le Nom de la rose, Kim Stanley Robinson la mentionne dans son livre Mars la rouge et en 2001, le groupe suédois d'éléctro folk Garmarna sort un album intitulé Hildegard Von Bingen.
Les adeptes du New Age ou même des médecines douces ou alternatives se sont grandement intéressés à son oeuvre également, appréciant sa vision humaniste et son approche originale et empathique de l'être humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 14 Juil - 8:10


LE CYCLE DU TEMPS AU MOYEN ÂGE

S'ils travaillaient dur à la campagne, nos ancêtres savaient aussi prendre du bon temps à festoyer. Ainsi a-t-il été dénombré, en dehors des 52 dimanches de l'année, plus de 60 jours chômés par an !

Au moyen âge, les occasions ne manquaient pas de suspendre le travail : on fêtait les saints locaux, les saints patrons des divers métiers, le début du carême avec le carnaval, le solstice d'été avec la Saint-Jean, le début des moissons, la Saint-Nicolas en décembre et bien sûr, les dates importantes de la vie du Christ : sa nativité le 25 décembre, la visite des rois mages le 6 janvier, sa mort et sa résurrection à "Pâques fleuries" qui marquaient, à cette époque, le début officiel de l'année.

C'est en se réfèrant à ces fêtes que l'on date les événements. On disait, par exemple : "le mercredi après l'épiphanie, à la troisième heure du jour"... les gens du moyen âge n'étaient pas aussi pointilleux que nous avec la mesure du temps. Peu de gens connaissaient exactement leur âge : "on a 35 ans, ou environ"... bref, on a surtout l'âge de ses capacités, l'âge de se marier, ou celui de mourir...

Le paysan, dans sa campagne, exerçait une série de labeurs, différents à chaque mois, mais revenant régulièrement chaque année. Ce n'est donc pas le temps abstrait des horloges qui rythmait sa vie, mais le temps des longues nuits d'hiver et des grandes journées d'été, le tout ponctué par le retour régulier des fêtes calendaires et religieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 30 Nov - 21:09



Hugues Capet, le premier des Capétiens.

Tandis que les derniers Carolingiens, sans domaines ni vassaux, perdaient pied dans le courant féodal qui emportait tout, Hugues Capet, avec des territoires relativement importants et bien situés qu'il avait reçus de son père, était plus capable qu'un autre de remonter ce courant.
Investi de la suzeraineté du Poitou, héritier du duché de Bourgogne à la mort de son frère Otton, soutenu par le souvenir des services rendus par ses aïeux, il se trouva désigné au choix des seigneurs, quand la disparition prématurée de Louis V ouvrit la succession au trône de France, le 1er juin 987.

Les grands s'étaient d'abord déclarés pour Charles de Lorraine, mais ils ne persistèrent pas dans leur opposition. Le prétendant, qui s'était emparé du Laonnais et du Soissonnais, fut trahi et livré à Hugues par l'évêque de Laon, Ascelin, et finit ses jours enfermé au château d'Orléans.
L'appui du clergé et surtout d'Adalbéron, archevêque de Reims, avait déterminé le succès du premier des Capétiens.

L'hostilité sourde de l'Empereur et l'élévation de la nouvelle Maison royale décida Hugues Capet à négocier : il obtint la neutralité des princes saxons en renonçant aux prétentions traditionnelles de l'Austrasie sur la Lorraine.
On ne peut donc pas dire que la "révolution" de 987 marque le triomphe de l'esprit "français" sur l'esprit germanique : elle a eu, au contraire, pour conséquence la séparation des intérêts français et des intérêts allemands.

Devant son pouvoir à une élection, Hugues Capet, pour assurer le trône à sa descendance, associa son fils Robert à l'exercice de la royauté. Il le fit couronner et sacrer peu de temps après son avènement et cette adroite politique fut dès lors poursuivie par tous ses successeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Lun 30 Nov - 21:58

Le problème des sources sur Hugues Capet ne sont pas très abondantes, et ne sont pas d'une grande fiabilité. Faut donc toujours avec du recul sur les textes et sources du règne du premier des capétiens.
La période est complexe, le pouvoir central des derniers carolingiens est gravement chancelant, pour ne pas dire compromis par les ducs francs que sont les aïeux d'Hugues Capet. Hugues Capet a su consolider le pouvoir que lui ont transmis ses ancêtres pour se faire sacrer à Noyon, le 3 juillet 987. Car, ne l'oublions pas, Hugues Capet a eu deux de ses ancêtres sur le trône de France : Eudes et Robert le Fort, son grand-oncle et son grand-père. Son père, Hugues Le Grand, aurait également pu devenir roi. Et une fois Hugues sur le trône de France, même s'il a associé son fils Robert (le futur Robert II Le Pieux) à la couronne, le faisant sacrer roi la même année que lui, il lui faudra consolider son pouvoir, en particulier face aux appétits d'un des derniers carolingiens, Charles de Lorraine, qui ne renoncera pas facilement au titre suprême de Roi des Francs. La couronne est fragilement posée sur la tête du premier capétien, et rien ne laisse supposer que cette famille, bien que solidement enracinée en Neustrie depuis des décennies, et auréolée du prestigieux titre de Dux Francorum, règnera sur la France pendant près de 800 ans.

Cependant le domaine royal d'Hugues Capet était portion congrue, comme on peut le voir sur la prochaine carte. Il devait affronter les riches et puissants duchés autonomes et indépendants, ce qui  lui laissait une marge de manoeuvre bien mince. Cela étant il était  peu menaçant aux yeux des grands vassaux et pour les ambitions impériales. Même si le nouveau roi ne parvient pas à soumettre ses vassaux, son règne voit une modification de la conception du royaume et du roi. Ainsi, Hugues Capet renoue avec l'Église en s'entourant systématiquement des principaux évêques et se rapproche de l'aristocratie en s'alliant avec les grands princes territoriaux (le duc de Normandie ou le comte d'Anjou), ce qui renforcera son trône et ce qui aidera ses successeurs. Il faudra attendre le règne de ses successeurs pour voir un agrandissement significatif du domaine royal, avec la suite que l'on connait, et un véritable visage national.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 1 Déc - 11:12

Mon fils est dessus en ce moment (CM1). Il y a deux choses qui m'ont marquées quand je l'ai fait réviser :

  • il a été élu (pas au suffrage universel, mais quand même) ;
  • il semble que son règne marque le passage d'un « on divise le royaume entre les enfants mâles à la mort du souverain » à un « l'aîné mâle hérite de tout ».


Dernière édition par cdang le Mer 2 Déc - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 1 Déc - 13:14


Robert le Pieux - Roi de l'an Mil aux trois épouses

Robert le Pieux était un prince charitable, bienfaisant, aussi doux et humble que les seigneurs de son temps étaient orgueilleux et cruels. Il avait reçu à l'école de Reims les enseignements du célèbre Gerbert d'Aurillac, devenu pape sous le nom de Silvestre II et il fut sur le trône un roi savant.

Mais sa dévotion zélée - il présida à Orléans un concile où des hérétiques furent condamnés au bûcher - ne l'empêcha pas de se mettre parfois en porte-à-faux avec les règles de l'Eglise.

En 989, il répudia sa première épouse, Rozala de Flandre, pour épouser sa cousine Berthe de Bourgogne, veuve du comte Eudes de Blois.
L'Eglise condamna aussitôt l'inceste et Robert fut excommunié par le pape Grégoire V. Le concile de Latran, qui se réunit en 998, lui ordonna de se séparer de sa femme sous peine d'anathème et les évêques qui avaient béni cette union furent eux-mêmes exclus de la communion.

Robert, dans un premier temps, refusa d'obéir ; Gerbert, son ancien maître, devenu pape en 999, resta néanmoins en excellent termes avec son ancien élève et le soutint même dans sa lutte contre l'évêque de Laon, Adalbéron.
C'est seulement l'année suivante que Robert finit par renvoyer Berthe, brisant une union qui était restée stérile.


Vers 1002, il prit en épousailles une troisième femme, Constance d'Arles, fille de Guillaume Ier, comte de Provence et duc d'Aquitaine, qu'il songea bientôt à répudier à cause de l'humeur fantasque de celle-ci et songeait à reprendre Berthe.
Mais c'est en vain qu'il se rendit à Rome, en 1010, pour demander le consentement du pape.

"La complaisance de la nouvelle Reine, nous dit le chroniqueur Raoul le Glabre, fit affluer en France et en Bourgogne les Auvergnats et les Aquitains. Fivoles et légers, ces hommes étaient aussi raffinés dans leurs moeurs que dans leurs coutumes. Ils négligeaient leurs armes et les harnais de leurs chevaux ; leur chevelure était coupée à mi-tête ; ils se rasaient la barbe, comme des histrions, et ils portaient des tenues et des chaussures indécentes ; bref, c'étaient des gens dépourvus de foi et sur lesquels on ne pouvait jamais compter dans les alliances. Hélàs ! cette nation des Francs, autrefois la plus honnête, et les peuples mêmes de la Bourgogne suivirent avidement ces exemples criminels, et bientôt ils ne retracèrent que trop fidèlement toute la perversité et l'infâmie de leurs modèles."

Ainsi, pour le clerger, la Maison capétienne paya d'une importation de moeurs dissolues l'accroissement de son influence sur le Midi.

Le grand acte politique de Robert le Pieux reste la conquête du duché de Bourgogne, qu'il disputa à la mort de son oncle Henri, dont il était le plus proche héritier, à Otte-Guillaume, beau-fils du défunt. Il fallut plus de treize années de luttes, de 1002 à 1016, pour se rendre maître du pays qu'il voulait arracher à l'Empire.
Il fit constamment preuve d'une grande activité, s'efforçant de réduire les grands seigneurs à l'obéissance et de faire cesser les brigandages, n'hésitant pas, si le besoin s'en faisait sentir, à faire raser nombre de forteresses.
D'autre part, il aida les moines de l'abbaye de Cluny dans leur oeuvre de réformation de l'Eglise de France, voyant là un moyen d'abaisser l'aristocratie épiscopale.

Sous le règne de Robert le Pieux, la royauté française gagna un tel prestige que Sanche, le roi de Navarre, et Ethelred, roi d'Angleterre, tentèrent l'un et l'autre d'obtenir son alliance et les princes d'outre-monts lui firent même l'offre de la couronne de fer de Lombardie.

Malgré les efforts de Constance, son épouse, pour faire donner le sceptre à son plus jeune fils, ce fut finalement Henri, l'aîné, associé au trône dès 1027 qui succèda à son père à la mort de ce dernier, en 1030.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Aujourd'hui à 12:38

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MONDE MEDIEVAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un monde médiéval fantastique
» LE MONDE MEDIEVAL
» LE MONDE ARTHURIEN
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: