AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE MONDE MEDIEVAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 12 Mar - 17:36

Nous avions déjà évoqué ce couple inattendu, opposé et complémentaire entre le faible, fragile et sage Charles V et le rude et redoutable Du Guesclin. Une équipe qui, contre tout attente, fonctionna à merveille et offrît effectivement à la France un règne assez brillant, à la fois sage et troublé, batailleur et prospère. Le sage souverain si frêle et délicat et le rude guerrier aux mains rouges de sang sûrent s'entendre et être complémentaires pour le plus grand bien du royaume de France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 12 Mar - 18:00

Voyageur Solitaire a écrit:
Nous avions déjà évoqué ce couple inattendu, opposé et complémentaire entre le faible, fragile et sage Charles V et le rude et redoutable Du Guesclin. Une équipe qui, contre tout attente, fonctionna à merveille et offrît effectivement à la France un règne assez brillant, à la fois sage et troublé, batailleur et prospère. Le sage souverain si frêle et délicat et le rude guerrier aux mains rouges de sang sûrent s'entendre et être complémentaires pour le plus grand bien du royaume de France.

Oui, c'était vraiment une parenthèse heureuse dans une époque troublée. Et effectivement, un couple assez étrange entre d'une part le "faible" Charles V, infirme, et le rustre Du Guesclin, un peu bourru, mais d'une loyauté sans faille à son maître et à la France et redoutable au combat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 12 Mar - 21:55

Philippe le Bel était un roi peu aimé de son vivant et entouré d'une aura sulfureuse, de procès en scandales, ça reste un roi controversé, mais une figure marquante de l'histoire de France.

Malgré de nombreux cotés négatifs Il a pu apporter au royaume de France de nombreux éléments positifs.
Il se détacha de l'influence papale, accorda la liberté aux serfs, donna la parole au peuple, ses mesures pour la citoyenneté ont permis l'affaiblissement des grands féodaux. Il a également donné au pays l'administration la plus moderne de son temps et assuré une paix relative au cours de son règne.
Enfin il s'attacha à l'avenir de sa dynastie, de son mariage avec Jeanne de Navarre, il eut quatre enfants qui atteignirent l'âge adulte, tous seront souverains.
Avec son règne le royaume de France sortait un peu de son carcan médiéval, tout est relatif bien sur, mais dans certains domaines il y a eu du progrès.

Comme souvent avec ces grands personnages énigmatiques, on retrouve du bon et du moins bon, et c'est bien dans la nature humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 12 Mar - 22:51

Warlock a écrit:


Comme souvent avec ces grands personnages énigmatiques, on retrouve du bon et du moins bon, et c'est bien dans la nature humaine.

L'acte le plus détestable de son règne, c'est d'avoir fait supprimer l'ordre des Templiers sur des accusations mensongères.

Surtout à des fins de cupidité.

Tous les crimes dont on a accusé les Templiers, c'est vraiment dégueulasse... après bon, d'accord, c'était un ordre très secret, mystérieux, assez fermé et obéissant à ses propres règles mais quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 12 Mar - 23:32

Il se peut aussi que l'ordre ait été victime de "brebis galeuses" qui, par leur attitude, manigances et intrigues ont jeté le discrédit sur l'ensemble des Templiers.
Toutes les époques ont leur chasse aux sorcières, leur bouc émissaire. Encore plus avec ce qui est secret et discret. Si on est discret, si on se cache, c'est qu'on a quelque chose à se reprocher... Et puis à l'époque, c'était vite fait : des aveux, vrais ou faux, arrachés sous la torture, quelques accusations bien ficelées par des témoins très respectables, une accusation d'impiété ou de blasphème...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 13 Mar - 0:07

Voyageur Solitaire a écrit:
Il se peut aussi que l'ordre ait été victime de "brebis galeuses" qui, par leur attitude, manigances et intrigues ont jeté le discrédit sur l'ensemble des Templiers.

L'ère de la chevalerie prenait fin. L'ordre comptait beaucoup d'ennemis, c'est possible, en effet, que certains aient cherché à miner l'ordre de l'intérieur.

Citation :
Toutes les époques ont leur chasse aux sorcières, leur bouc émissaire. Encore plus avec ce qui est secret et discret. Si on est discret, si on se cache, c'est qu'on a quelque chose à se reprocher... Et puis à l'époque, c'était vite fait : des aveux, vrais ou faux, arrachés sous la torture, quelques accusations bien ficelées par des témoins très respectables, une accusation d'impiété ou de blasphème...

Les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem - l'Ordre de Malte - était pourtant aussi "secret" que les Templiers, mais eux n'ont pas subi cette chasse aux sorcières. Peut-être parce qu'ils avaient des activités disons plus utiles au bien commun. Leurs hôpitaux, placés sur les grandes routes d'Europe, dans la plupart des villes, soignaient tout le monde.

Les Templiers, en revanche, étaient devenus une force financière qui gênaient beaucoup de monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 13 Mar - 0:17

N'oublions pas qu'après la huitième croisade et la mort de Saint Louis, les positions franques en Terre sainte passent définitivement aux mains des Musulmans, en dépit de la résistance des Templiers au cours du siège de Saint-Jean d'Acre en 1291.
Très vite, l'ordre perd de vue la reconquête des Lieux Saints et la plupart des moines soldats se sont reconvertis en usuriers.
Il faut dire que des donations excessives ont rendu l'ordre extrêmement riche. Le Temple devient bientôt gérant des biens de l'Eglise et des rois d'Occident.
A partir de là, l'opinion commence à s'interroger sur la légitimité de l'ordre. L'humilité et la pauvreté ont fait place à l'arrogance et à la luxure. Philippe le Bel, en conflit avec la papauté et en quête de fonds, est frustré de voir sur son royaume ces chevaliers exempts d'impôts et dépendants uniquement du pape.
Depuis longtemps déjà, on parle d'une fusion du Temple avec l'ordre concurrent des Hospitaliers, afin d'obtenir une force suffisante pour lancer une nouvelle croisade. Mais le Grand Maître Jacques de Molay n'a qu'un seul but inavouable : conserver sa position au sein de l'ordre.

La suite fut une véritable rafle policière, inquisition, torture, Philippe le Bel voulait écraser et détruire l'ordre des Templiers, on connait la suite.

Bien évidemment il est évident que les aveux ont été arrachés sous la torture.

La fortune des Templiers étant récupérer par les Hospitaliers, certains ecclésiastiques, et bien sur par Philippe lui même.

Une partie de l'argent des Templiers a servi à la reconstruction de la cathédrale de Beauvais, dans sa version actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Jeu 13 Mar - 0:33

Warlock a écrit:

A partir de là, l'opinion commence à s'interroger sur la légitimité de l'ordre. L'humilité et la pauvreté ont fait place à l'arrogance et à la luxure. Philippe le Bel, en conflit avec la papauté et en quête de fonds, est frustré de voir sur son royaume ces chevaliers exempts d'impôts et dépendants uniquement du pape.

Effectivement, il n'y a pas de fumée sans feu, non plus... d'ailleurs, à Paris, tout le monde craignait ces "pauvres" Chevaliers du Christ et on se gardait bien de traîner à côté de la tour du Temple qui dressait sa sombre silhouette dans le ciel de la capitale.

Le secret dont ils entouraient leurs pratiques, leurs rituels et certaines connaissances ont alimenté tous les fantasmes.

De plus, si certains restaient fidèles à leurs voeux, ce n'était plus vraiment le cas de tous les membres de l'Ordre. Beaucoup se comportaient aussi en véritables seigneurs ordinaires. Je rejoins VS : oui, il y avait des "brebis galeuses" parmi eux et leur comportement a pu apporter le discrédit sur l'ordre, d'où tous les soupçons et les accusations qui furent par la suite portés.


Citation :
Depuis longtemps déjà, on parle d'une fusion du Temple avec l'ordre concurrent des Hospitaliers, afin d'obtenir une force suffisante pour lancer une nouvelle croisade. Mais le Grand Maître Jacques de Molay n'a qu'un seul but inavouable : conserver sa position au sein de l'ordre.

De toute façon, Hospitaliers et Templiers étaient trop rivaux pour que cette fusion puisse opérer.

Et comme je l'ai dit, la chevalerie était en passe d'être passée de mode... l'ère était déjà aux marchands, bourgeois, financiers... on préférait faire du commerce avec le Levant qu'aller y faire la guerre. C'est dire, finalement, si les Templiers n'étaient plus vraiment appréciés à la fin du Moyen Age.

Ceci dit, le Temple a continué de survivre. Ailleurs : au Portugal, surtout. Il s'est reconstitué sous le nom d'Ordre de Tomar. En Angleterre aussi, ils se sont construits une église. Eglise qui existe toujours, puisque c'est Temple Church, au coeur de Londres. Ils sont même devenus les principaux débiteurs des rois d'Angleterre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 15 Mar - 14:24


Quand nos ancêtres voyaient le Diable partout...

Au XIIIe siècle, l'exaltation religieuse prenait les formes les plus diverses. Partout on voyait des prodiges. Les visionnaires, les faiseurs de miracles étaient innombrables. Les âmes étaient continuellement tourmentées par la crainte du Diable, des démons, des sorciers...

Tous les chroniqueurs de cette époque racontent, sans s'étonner, des histoires d'apparitions fantastiques. Ainsi, le moine Raoul Glaber a vu le Diable :

"Je vis une nuit paraître devant moi, au pied de mon lit, un monstre hideux qui avait à peine figure humaine. Il me sembla avoir une taille médiocre, un cou grêle, les yeux très noirs, le front bas et ridé, le nez plat, une grande bouche, de grosses lèvres, une barbe de bouc, les oreilles pointues, les cheveux sales et raides, des dents de chien, la poitrine protubérante, une bosse sur le dos..."

Ou encore Guibert de Nogent, dans l'Histoire de sa vie (II, 6), parlant d'un novice qui revêtait l'habit de moine, se le vit arracher des mains par "des essaims immbrables de démons" et lui, pendant ce temps, retenait son capuchon avec ses dents et serrait fortement les bras pour n'être pas déchiré en morceaux.

Enfin, Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, raconte dans son Traité des Miracles, qu' "un frère avait vu une troupe innombrable de démons qui traversaient le dortoir des novices. Ils avaient pris l'apparence de moines, et, revêtus de capuchons, ils simulaient une procession, avançaient en ordre et avec gravité..."

On pourrait multiplier les citations de ce genre.

Faut-il voir des peurs inconscientes, des fantasmes, des hallucinations ou bien l'existence d'un peuple invisible qui vient tourmenter les vivants ?

A vous de juger...  study 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 15 Mar - 17:35

On accuse volontiers le Moyen Age d'être une époque d'obscurantisme et de superstition où le moindre fait "anormal" est l'oeuvre du Malin. Il y a du vrai là dedans, mais le raccourci est un peu brusque.
L'Antiquité, réputée pour ses philosophes et ses sages n'y échappait pas non plus et même les plus érudits comme Pline l'Ancien croyaient fermement à des endroits où il pleuvait de l'or, du sang ou autres. On croyait aux métamorphoses, aux apparitions, aux esprits et surtout aux prodiges, signes divins que les augures et prêtres se voyaient chargés d'expliquer... Seulement, on mettait en cause les Dieux au lieu de Dieu. Le monde médiéval n'avait pas l'exclusivité de ces croyances et superstitions.
La différence vient du fait que la religion païenne restait plus ouverte d'esprit et ne voyait pas forcément le mal ou le malheur dans ces manifestations. L'Eglise, elle, y voyait plus volontiers l'oeuvre du Diable, quelque chose de mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 15 Mar - 18:34

Les témoignages sont quand même étranges. Après, je ne sais pas s'ils ont réellement vu le diable ou des démons, mais quelque chose a pu provoquer leur effroi.

Celui de Raoul Glaber est quand même parlant :

"Je vis une nuit paraître devant moi, au pied de mon lit, un monstre hideux qui avait à peine figure humaine. Il me sembla avoir une taille médiocre, un cou grêle, les yeux très noirs, le front bas et ridé, le nez plat, une grande bouche, de grosses lèvres, une barbe de bouc, les oreilles pointues, les cheveux sales et raides, des dents de chien, la poitrine protubérante, une bosse sur le dos..."

Etait-ce vraiment le Diable ou un voleur qui se serait introduit chez lui, en pleine nuit ?

Ou même un collègue moine qui aurait eu envie de lui faire une blague... ? Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 23 Mar - 15:26

LES VERITABLES RAISONS DE LA GUERRE DE CENT ANS :

Le 1er février 1328, lorsque meurt Charles IV le Bel, celui-ci n'a pas de fils pour lui succéder et les barons français choisissent son cousin, Philippe de Valois, pour succéder au trône.

Philippe VI, nouveau roi, n'hérite pas d'un royaume en crise. Loin de là. La France, avec ses 15 millions d'habitants, est un pays prospère, bien administré et parfaitement structuré.

Ce qui n'est pas vraiment le cas de l'Angleterre, en face : un petit pays, étroit, exigu, peuplé seulement de 4 millions d'habitants. En outre, elle possède une industrie encore très embryonnaire : on ne produit pas grand chose en Angleterre, sauf de la laine. Et cette laine est exportée et vendue en Flandre mais là-bas, son commerce est aux mains d'étrangers (Gascons, Flamands, Hanséatiques). A tel point que l'Angleterre reste quasiment une colonie de la France.
Quant au pouvoir royal anglais, il doit alors faire face non seulement aux ambitions des barons féodaux (qui ont imposé la Magna Carta en 1215) mais aussi se relever de sa cuisante défaite militaire face aux Écossais à Bannockburn, en juin 1314.

C'est peut-être là les causes véritables de l'intérêt des rois d'Angleterre à prétendre à la couronne de France.
Un peu comme si une colonie cherchait à s'émanciper de sa métropole...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 502
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 30 Mar - 1:00

Mon dieu, j’ai faillit oublier le mois de mars.





Pour ce mois-ci, c’est le château de Lusignan qui est représenté. Une des résidences favorite du duc de Berry. Au-dessus du château vole un serpent, c’est la fée Mélusine qui le samedi prenait la forme d’un serpent. D’après wiki

‘Mélusine a donné naissance à la lignée des Lusignan et serait le bâtisseur de la forteresse. Épouse de Raymondin de Lusignan, elle lui a promis la richesse et le bonheur, à la condition qu'il ne la voit jamais le samedi, jour où son corps prend l'apparence d'un dragon. Un jour, Raymondin rompt le pacte et observe sa femme au bain. La fée s'enfuit alors en prenant la forme d'un dragon.’

Le château y est très finement détaillé avec les différentes tours, la barbacane et les enceintes.
On y voit aussi les travaux des champs, la taille des vignes, les semailles et un berger qui garde ses moutons. A la croisée des chemins, on y trouve une borne. Ce type de monument est appelé Montjoie,  on y fait possiblement référence dans le cri de guerre des armées du roi de France (Montjoie! Saint Denis!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 30 Mar - 9:19

QUAND LES NORMANDS RAVAGEAIENT LA FRANCE...

Des pillards venus du Nord de l'Europe semblent avoir eu une préférence pour la France. L'un d'eux, Ragnar Lodbrog, la proclamait "bonne et fertile, et remplie de toutes sortes de biens que les habitants craintifs ne savaient pas défendre."


Les fleuves tels que la Seine, la Loire, la Gironde furent pour eux comme de grands boulevards par lesquels ils se déversaient par grappes entières à l'intérieur des campagnes.
Ils commencèrent en 841 par piller Rouen, dès lors et jusqu'en 911, date à laquelle une partie du territoire français leur sera cédée, ils ne cesseront d'assaillir le pays.

Un moine nommé saint Waast écrivit dans ses "Annales" pour l'année 884 : "En ce temps-là, les Normands ne cessèrent pas de massacrer ou de réduire en servitude le peuple chrétien, d'abattre les églises, de détruire les villes et de brûler les villages. Ce n'était partout que cadavres de clercs et de laïcs, de nobles, de femmes et d'enfants. Il n'y a pas une place, pas un chemin où l'on ne trouvât des morts. C'était une grande douleur de voir comme le peuple chrétien était exterminé."

Sur la Loire, les Normands pillèrent Nantes, Orléans et poussèrent jusqu'en Auvergne. Sur la Garonne, ils pillèrent Bordeaux et Toulouse. Ils franchirent même le détroit de Gibraltar et allèrent mettre à sac les rivages du Rhône jusqu'à Valence.
Dans le Nord, on les vit surgir à Cambrai, à Amiens, à Reims. Sur la Seine, ils établirent leur camp permanent sur l'île d'Oisel, près de Rouen, et de là par quatre fois en quarante ans (de 845 à 885) ils remontèrent jusqu'à Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1953
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 30 Mar - 9:54

Mon fils a un pouillième de sang viking en lui lié a Hrolf alias Rollon.

(mon fils futur barbare en grandissant ? Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 30 Mar - 10:58

J'imagine quand même que voir ces guerriers aux têtes hirsutes et échevelées débarquer de leurs drakkars, munis de leurs boucliers et de leur haches, en train de pousser des jurons dans une langue aux accents rauques, ça devait être un spectacle assez effrayant aux gallo-romains christianisés de cette époque...

D'autant qu'à cette époque, aucun roi n'était en mesure de leur opposer une résistance efficace. Sauf à leur verser rançons sur rançons.

Mais en 885, les Parisiens, dirigés par leur évêque Josselin et leur comte Eudes, refusèrent de payer et leur opposèrent une résistance farouche et efficace. Un siège rude mais ils ont quand même fini par rebrousser chemin.

Je crois qu'avec les hommes du Nord, il fallait jouer l'épreuve de force pour s'en défaire. Mais encore fallait-il être en mesure de trouver les bons chevaliers pour mener à bien cette entreprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Albatur



Masculin Poissons Messages : 1953
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 42
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 30 Mar - 11:45

Ils les ralentissaient en mettant des obstacles sur les rivières. Et ils se sont cassés les dents sur certaines défenses de certaines villes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 30 Mar - 12:20

Des comtes mais beaucoup d'évêques surtout.

Dans l'historiographie très "laïcarde" du XIXe siècle, on a longtemps essayé de minimiser ce fait pour amoindrir le rôle de l'Eglise dans l'histoire de France. Pourtant, la réalité est là : ce sont les évêques qui ont été les premiers à organiser la résistance et la défense des villes lors des invasions normandes.

Ils reprenaient un peu le rôle des administrateurs romains. A la fois civils et militaires. Le dernier rempart de la civilisation latine contre les "barbares" étrangers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 30 Mar - 13:59

Dans un "royaume" qui n'était qu'un manteau d'Arlequin, l'Eglise était quasiment le seul facteur d'unité, le seul ordre stable et solide, capable d'unir les gens. Certains hauts-dignitaires religieux ont effectivement pris la tête de la contre-offensive ou ont négocié directement avec les envahisseurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Dim 30 Mar - 15:51

Voici ce que le chroniqueur normand Guillaume de Jumièges racontait, longtemps après, de l'entrevue de Saint-Clair-sur-Epte (911) qui céda la Normandie aux Normands :

"Rollon se refusait à baiser le pied de Charles, quand il reçut de lui le duché de Normandie. Celui qui reçoit un tel don, lui disaient les évêques, doit baiser le pied du roi.
- Jamais, répondait-il, je ne fléchirai le genou devant quelqu'un ni ne baiserai son pied.
Cependant, poussé par les prières des Francs,, il ordonna à un de ses guerriers de le faire à sa place. Celui-ci saisit le pied du roi et le porta à sa bouche, mais il le baisa sans s'incliner et fit tomber le roi à la renverse. De là de grands éclats de rire, un grand tumulte dans la foule. Cependant le roi Charles, le duc des Francs Robert, les comtes et les grands, les prélats et les abbés s'engagèrent par serment de foi catholique à Rollon, jurant sur leur vie et sur leurs membres, et sur l'honneur de tout le royaume, qu'il tiendrait et posséderait la terre, la transmettrait à ses héritiers de génération en génération dans tout le cours des temps
."

(Histoire des Normands, II, 5.)

 Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mar 1 Avr - 23:04

Voyageur Solitaire a écrit:
Dans un "royaume" qui n'était qu'un manteau d'Arlequin, l'Eglise était quasiment le seul facteur d'unité, le seul ordre stable et solide, capable d'unir les gens. Certains hauts-dignitaires religieux ont effectivement pris la tête de la contre-offensive ou ont négocié directement avec les envahisseurs.

La France, qui naissait à peine, semblait alors abandonnée de son souverain. Charles le Chauve n'était d'ailleurs obsédé que par une chose : se faire couronner empereur. Pour défendre les populations contre les Normands, il n'y avait plus que les ducs et les comtes, chevaliers pleins d'énergie et de bravoure et parmi eux, un se distingua entre tous : ce fut Robert le Fort, comte de Paris.


Ce guerrier courageux et hardi délivra le pays entre la Seine et la Loire, poursuivant le chef Hastings jusqu'à Brissarthe où ce dernier s'enferma dans l'église. Robert allait le surprendre lorsqu'il fut percé mortellement d'une flèche.

De plus, tandis que les Normands ravageaient la moitié nord de la France, il ne faut pas oublier que les Sarrasins saccageaient toute la vallée du Rhône jusqu'en Savoie et dans le Jura.

C'était à se demander s'il y avait encore un roi en France...

La plupart des seigneurs élevèrent des châteaux-forts pour se protéger eux-mêmes. Charles tenta de faire démolir ces forteresses mais il était tellement faible que ses ordres étaient méprisés.
Du coup, il fut forcé de reconnaître, par l'édit de Mersen en 847, l'hérédité des fiefs et ordonna à tous les seigneurs de se recommander à un autre de leur choix qu'ils ne devaient plus quitter.

Ainsi étaient posées les bases de la féodalité et ce système allait régir les relations roi/seigneurs pour longtemps en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Ven 4 Avr - 17:20

AL-ANDALUS OU LE MYTHE DE LA TOLERANCE MUSULMANE


Celui qui a déjà visité l'Andalousie, aujourd'hui, a pu constater de visu de quelle manière on "vendait" la civilisation arabo-andalouse à tout crin, comme si c'était le paradis sur terre, lieu d'harmonie entre "trois cultures". Le royaume de Grenade à lui seul symboliserait une Espagne musulmane raffinée, dynamique et tolérante, que l'on oppose à des Etats chrétiens fauteurs de croisade, d'inquisition et d'obscurantisme.

Mais entre l'histoire rêvée, idéalisée, et la réalité des faits tels qu'ils se sont déroulés, il y a souvent une grosse différence.

Au Xe siècle, le califat de Cordoue compte 5 millions d'habitants, majoritairement musulmans.

Pourtant vers l'an 900, l'Andalousie était encore aux trois quarts chrétienne. Et à l'orée de l'an 1000, un quart seulement de ses habitants étaient chrétiens.

Or, en 711, il n'y a, selon les sources, que 25 000 à 50 000 combattants qui débarquent en Espagne. Il n'y a donc pas d'invasion massive. C'est donc que la population indigène locale fut amenée à se convertir à l'islam. Reste à savoir si ces conversions furent obtenues de gré ou de force...

Certaines furent libres et consenties. C'est là tout le secret des âmes.

Mais la violence fut aussi employée. Notamment par les Almoravides et les Almohades, purs fondamentalistes, qui persécutaient juifs et chrétiens.
En 1086, la population chrétienne de Ronda prit le maquis et résista pendant onze ans à l'islamisation forcée.
En 1102, les chrétiens de Valence fuyèrent massivement la ville pour rejoindre la Castille.
En 1146, les chrétiens de Séville firent de même.

Les Almohades n'hésitèrent à déporter des villages entiers de chrétiens récalcitrants vers l'Afrique du Nord. Et le théologien juif Maïmonide fut même obligé de se faire passer pour musulman pour pouvoir s'exiler sans dommage.

Bien souvent, la violence n'était même pas nécessaire, la coercition seule permettait d'arriver aux mêmes résultats : pour échapper à l'impôt foncier dus par les Infidèles, beaucoup choisirent la conversion.

En effet, le pluralisme religieux existait bien en Andalousie. Mais il existait sur une base inégalitaire : le non-musulman y était discriminé. Le chrétien avait le statut de dhimmi ("protégé"). Une "protection" bien précaire car s'il ne s'acquittait pas des taxes auxquelles il était soumis, il risquait l'esclavage, voire la peine de mort. De plus, le chrétien était astreint au port d'un vêtement qui le distinguait. Il n'avait pas le droit de posséder des armes ni même un cheval. Et à tout musulman qui l'exigeait, il devait l'hospitalité gratuite. Même dans la rue, le chrétien devait céder le pas à un musulman.
Cette discrimination se retrouvait même dans la hauteur des maisons : celle du chrétien était obligatoirement plus basse que celle du musulman.

Le chrétien pouvait célébrer son culte mais à condition que ce ne soit pas dans une église neuve et interdiction de sonner les cloches, d'effectuer des processions, d'exposer une croix ou du vin.

Tout prosélytisme était interdit. Et si un musulman se convertissait en secret au christianisme, il était aussitôt mis à mort.

Dans son "Histoire de la Reconquista" (PUF - 1999), l'historien Philippe Conrad parvient à la conclusion suivante : "La situation qui était faite aux chrétiens mozarabes avait pour but d'affaiblir leur communauté et d'encourager les conversions."

On ne peut donc pas parler de tolérance au sens moderne du mot, mais de coexistence. Et une coexistence qui n'avait rien d'irénique.

La supposée clémence d'Al-Andalus relève du mythe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 5 Avr - 7:43

Comme toujours, rien n'est facile, personne n'est blanc ou noir, surtout en histoire.
Il n'en reste pas moins que ce qu'on apelle facilement "L'Islam éclairé des 1001 nuits", celui de Grenade ou celui qui régnait à Bagdad, "la lune de l'univers", faisait preuve d'une certaine tolérance et ouverture, plus en tous cas que bien des états chrétiens de l'époque...
Le bon Saint Louis qu'on nous vend depuis des siècles dans les manuels scolaires comme un parangon d'amour et de justice se déchaîna contre les juifs au point que le pape en personne le pria de se calmer... La terrible marque du triangle jaune ne date pas d'hier : elle fût utilisée à Venise à l'époque médiévale pour la première fois. Lors de la Reconquête de Grenade, les chrétiens vainqueurs ne proposèrent aux juifs du royaume (qui avaient vécu jusque là relativement tranquilles) que le choix entre la conversion ou la mort. La majorité de la communauté juive fît donc ses bagages pour trouver refuge à... Istanbul, capitale de l'empire ottoman... Aujourd'hui encore, l'une des plus grandes communautés juive d'orient hors d'Israël se trouve à... Téhéran.
Les chrétiens n'étaient pas en reste pour se taper sur la gueule entre eux, des Albigeois aux Cathares avant de s'étriper pendant des siècles entre catholiques et protestants sans oublier la "sainte" inquisition et les papes guerriers.
Tout ne fût certainement pas rose au royaume de Grenade, à Bagdad ou Istanbul, mais je pense que c'était quand-même relativement plus tolérant qu'en Occident chrétien à la même époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Sam 5 Avr - 10:43

Voyageur Solitaire a écrit:

Tout ne fût certainement pas rose au royaume de Grenade, à Bagdad ou Istanbul, mais je pense que c'était quand-même relativement plus tolérant qu'en Occident chrétien à la même époque.

Peut-être parce que, aujourd'hui, on se méprend trop sur le sens que l'on donne au mot "tolérance". Ce mot n'avait pas la même signification qu'on lui prête de nos jours. Il serait plutôt convenu de parler, pour l'époque, d'une coexistence. Coexistence qui fut plus ou moins pacifique, selon les périodes.

Celle des Almohades et des Almoravides, qui suit la chute du Califat de Cordoue, fut certainement la plus dure pour les chrétiens et les juifs. Ces envahisseurs étaient de vrais fanatiques au même titre que les talibans et salafistes d'aujourd'hui. Mais il est vrai que l'Espagne, dont le climat était plus doux que leur région d'origine des sables marocains, les a un peu rendus moins virulents avec le temps.

De toute façon, il est erroné de vouloir à tout prix présenter Al-Andalus comme la "Terre des Trois Cultures" où tout aurait été idyllique. Les rapports étaient fondés sur une hiérarchie dominant/dominé que sur une base égalitaire. Les musulmans dominaient l'espace géographique, spirituel et politique et le faisaient savoir.

L'islam aussi est une religion à vocation universelle. Comme le christianisme du reste. En Andalousie, jusqu'à la Reconquête, ils se trouvaient en position de force et leur dessein évident était de faire de l'Espagne une terre musulmane.

A cela, au fond, rien d'illogique puisque les chrétiens tenteront de faire la même chose au moment des croisades.

Dans des villes comme Cordoue ou Séville, il existait des quartiers spécifiques pour chaque communauté. Chacune vivait à côté de l'autre, sans se mélanger. Entre les habitants, il est vrai qu'on se côtoyait, on échangeait, on discutait et on travaillait même ensemble. Mais selon des critères et dans des cadres mentaux qui n'appartiennent qu'à cette époque.

Ce qui n'empêche pas non plus, à titre individuel, qu'il y ait eu de bons rapports entre personnes de confessions différentes. Comme l'amitié qui unissait Don Rodrigue Diaz de Bivar, El Cid ou al Sidi en arabe, et Al Mutamid le Maure. L'un des rares chevaliers chrétiens qui employait des musulmans dans son armée.

Je ne cherche pas à dénigrer l'histoire d'Al Andalus, qui fut certainement plus lumineuse sur d'autres points que ce qu'il se passait en Europe, mais il est inutile d'y chercher un "paradis de la tolérance" telle qu'on se l'imagine aujourd'hui.

Comme tu l'as dit, rien n'était blanc ou noir, et en Andalousie comme ailleurs, les rapports étaient ou tendus ou apaisés, selon les aléas du temps et de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
ashimbabbar



Masculin Messages : 241
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Mer 9 Avr - 16:47

En 1127, le roi d'Angleterre Henri I Beauclerc offrit l'épée Excalibur à son gendre Geoffroy Plantagenêt comte d'Anjou.

Il s''agissait bien évidemment d'un moyen de renforcer la main de celui-ci dans la succession, en effet les barons anglo-normands étaient sceptiques quant aux capacités de Mathilde, la fille d'Henri, à régner, et plus que réservés en face de Geoffroy. Guillaume Cliton, le fils de Robert Courteheuse frère aîné d'Henri, était alors toujours vivant ( il mourra en 1128 ) et, soutenu par le roi de France, affirmait hautement son droit au trône. Et il n'était pas le seul.

Excalibur ou pas, Étienne de Blois, un autre neveu d'Henri Beauclerc, se fit reconnaître pour roi sans problème à la mort de celui-ci ( 1135 ) et lutta non sans succès contre Geoffroy et Mathilde jusqu'à sa propre mort ( fort soudaine ) en 1154.

Excalibur refait surface en 1191 où Richard Cœur de Lion - arrière-petit fils de Beauclerc - parti pour la croisade et relâchant en Sicile, l'échangea au roi Tancrède contre une vingtaine de navires pour compléter sa flotte, dans le cadre de négociations pour un mariage de son neveu et successeur désigné Arthur avec une fille de Tancrède.
Celui-ci a dû apprécier, après tout ce sont ses ancêtres normands qui avaient introduit la légende arthurienne en Italie. Quant au Cœur de Lion ( c'est d'ailleurs en Sicile qu'il a gagné ce titre ), je pense qu'il se trouvait assez légendaire personnellement pour ne pas avoir besoin d'accessoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MONDE MEDIEVAL   Aujourd'hui à 12:37

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MONDE MEDIEVAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 15Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un monde médiéval fantastique
» LE MONDE MEDIEVAL
» LE MONDE ARTHURIEN
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: