AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Mer 18 Juil - 14:13

Nous partirons ici à la rencontre de peuples et d'ethnies qui perpétuent un mode de vie ancestral et millénaire. Bishnoïs, Touaregs, Masaïs... Dans un monde en constant mouvement, venez faire une pause là où le temps semble s'être arrêté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Mer 18 Juil - 14:29

Notre première halte se fera en Inde, chez les Bishnoï. Cette communauté réside dans le désert du Thar qui s'étale jusqu'au Pakistan voisin, en bordure du Rajasthan et du Penjab. Les Bishnoï perpétuent la pratique d'une foi trés ancienne, qui place la nature au centre de leur société depuis le XVème siècle.

La communauté Bishnoï est donc une communauté religieuse, qui enseigne le respect du vivant et du végétal. Ce qui implique pour ses adeptes de sévères obligations. Ainsi, les Bishnoï participent activement à la lutte contre la déforestation en plantant des arbres, stabilisant le sol et ralentissant la progression des dunes. Au contraire de la majorité des indiens, ils ne brûlent pas leurs défunts, la crémation étant trop coûteuse en bois.

C'est surtout l'animal qui est au centre de ce culte. Toutes les familles offrent aux alentours des temples du blé ou du millet pour nourrir les animaux sauvages. La règle veut que dans chaque foyer, 10% du garde-manger soit réservé à nourrir les animaux. Les prêtres, vêtus en orange (contrairement aux autres, vêtus de blanc), ont pour obligation de soigner tous les animaux blessés. Les temples Bishnoï sont ainsi de véritables cliniques vétérinaires où l'on soigne antilopes, paons et gazelles. Il n'est pas rare de voir un prêtre donner le biberon à un faon abandonné, ou même une femme Bishnoï allaiter un bébé gazelle. Du coup, les animaux les plus craintifs déambulent dans les rues en toute sérénité, se laissant caresser ou venant manger dans la main de leurs bienfaiteurs en toute confiance.

Le culte Bishnoï a été créé par Jamboji au XVème siècle. Il est considéré comme un prophète qui édicta 29 préceptes qui enseignent le respect de la nature et du vivant. Ce qui n'empêche pas les fidèles de croire également au panthéon traditionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Jeu 2 Aoû - 13:44

Restons en Inde, cette fois au sud-est du pays, dans l'état du Tamil Nadu, à la rencontre des Irulas. Ce peuple qui vivait en forêt autrefois vit en harmonie avec son environnement et a une grande connaissance des plantes médicinales. Mais il est principalement connu pour côtoyer et capturer l'un des plus grands tueurs de l'Inde : le cobra.

La déforestation a chassé les fiers Irulas de leur domaine et ils ne sont plus que 25 000 aujourd'hui. Pauvres parmi les pauvres, ils survivent donc en capturant les redoutables cobras pour les revendre aux laboratoires et grands groupes pharmaceutiques. En effet, ce peuple qui vénère particulièrement ce reptile a développé au fil du temps l'art de dénicher et capturer le fameux serpent. Ils vont, pieds-nus, le chercher jusque dans les trous et niches naturelles où il se terre, pour le capturer à l'aide d'une fourche de bois. L'animal est alors ramené à une coopérative où son venin sera prélevé à trois reprises pour entrer dans la composition de divers médicaments et sérums. Puis, le serpent est relâché. Prix de tant d'efforts et de périls ? 1 euro le serpent...

Chaque vendredi, les Irulas organisent une cérémonie en l'honneur du dieu-cobra. Tout le village vient admirer le reptile posé sur un espace sacré, dessiné au sol. Les femmes, vêtues de leurs plus beaux saris, aspergent alors le serpent de diverses poudres colorées et de fleurs. Puis, le reptile est emmené dans la hutte du prêtre pour une ultime cérémonie à travers laquelle le prêtre établira un lien avec Shiva avant d'enfin libérer le divin reptile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Jeu 16 Aoû - 20:08

Nous partons aujourd'hui pour l'Afrique, le Kenya plus précisément, à la rencontre des fiers Masaï. Ils sont environ entre 300 000 et 880 000 à l'heure actuelle et font partie des peuples africains les plus connus, par le tourisme important dans la région et leur participation active à la protection de la faune kenyane. Cette ethnie trés ancienne, peuple de fiers guerriers et de pasteurs semi-nomades maintient coûte que coûte son mode de vie ancestral. Ils sont les premiers organisateurs des réserves placées sous leur gestion et sont autorisés à franchir la frontière (avec la Tanzanie principalement) pour suivre leurs troupeaux de bétail, richesse primordiale pour eux. Ils ne chassent pas, ne pêchent pas et refusent l'agriculture, le bétail est donc leur seule source de nourriture. En fait, ils se nourissent avec le lait et le sang de leurs bêtes, ayant développé une technique pour inciser la jugulaire de l'animal et recueillir son sang sans le tuer. Ils le mélangent ensuite au lait avec de nombreuses plantes.

Leur société est patriarcale, dominée par les "anciens", détenteurs de la sagesse et de la connaissance. Ils vénèrent un dieu unique, Enkal, et son épouse Olapa, incarnation de la lune. Tout n'est pas toujours rose pour les Masaï qui ont appris, avec le tourisme de masse, le pouvoir de l'argent. Certains jeunes quittent la communauté pour vivre en ville et se conformer au mode de vie occidental. Sans oublier les pressions venues de toutes parts pour les sédentariser afin de mieux les "contrôler". Ils subissent également de fortes pressions de plusieurs ONG pour faire cesser leur coutume de l'excision chez les jeunes filles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Youpi l'alchimiste

avatar

Masculin Messages : 512
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Sam 18 Aoû - 15:56

Assez récemment les Massai ont bénéficié de la découverte d'une pierre utilisable en joaillerie la tanzanite, les gisements sont situés sur leurs territoires. Les Massai détiennent 95 % de se commerce. Ils semblent gérer ce commerce de manière efficace et transforme les plus values en bétail, un bien plus adapté à leur mode de vie. Reste que comme tu le mentionne l'exode rural et la modernité on déjà notablement changé leurs habitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ashimbabbar



Masculin Messages : 241
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Sam 18 Aoû - 19:26

en ce moment ils ont des problèmes, il est sérieusement question de le jeter d'une bonne partie de leurs terres pour en faire des zones de safari à l'usage des émirs saoudiens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Dim 19 Aoû - 8:31

J'espère qu'ils sauront résister et rester libres. Sinon, ce qui les attend, c'est de se retrouver parqués dans des "réserves" pour touristes, comme certains indiens d'Amérique du Nord...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

avatar

Masculin Messages : 3006
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Lun 20 Aoû - 13:33

J'en profite pour mettre une vidéo montrant comment les Massaï allument un feu avec les moyens ancestraux du bord :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Mar 9 Oct - 10:11

LES TOUAREG


Les Touareg (au singulier un Targui) sont un peuple de Berbères, des nomades vivant dans le Sahara central, l’Algérie, la Libye et également sur les bordures du Sahel, Niger, Mali, et Burkina Faso. Leur langue est le tamajaq ou tamasheq ou encore tamahaq selon les régions où ils se trouvent. Ils utilisent un alphabet particulier, appelé "tifinagh" (prononcer tifinar). Ce sont les descendants des premiers habitants de l'Afrique du Nord.

Les Touareg sont souvent appelés par les occidentaux les « hommes bleus », d’après la couleur de leur tenue. Teinte avec de l’indigo, elle finit par décolorer sur la peau avec le temps. Le véritable mythe institué autour des Touaregs (berbères de race blanche peu islamisés, guerriers farouches avec leur bouclier de peau d'antilope qui a macéré dans du lait aigre, société féodale basée sur le matriarcat, nomadisme assimilé à la liberté, la sagesse et la simplicité, « seigneurs du désert » mystérieux par leur tenue, leur voile) apparaît avec l’ouvrage d’Henri Duveyrier "Les Touaregs du Nord" en 1864.

Ces populations sont confrontées à de nombreuses tentatives de sédentarisation et d’assimilation culturelle et linguistique également. Marginalisés économiquement et politiquement en raison de leur mode de vie nomade, certains ont basculés dans la lutte armée dans les années 1990. D'autres ont abandonné le nomadisme pour se fixer dans les grandes villes en bordure du Sahara, comme Tamanrasset en Algérie ou Agadez au Niger.
Leur société est trés hiérarchisée et structurée en catégories sociales bien définies. Les Touareg sont en général monogames. Le futur marié doit apporter une dot conséquente composée de terres, de bœufs et de dromadaires. La tente et son ameublement est fournie au couple par la famille de la mariée, cette dernière en gardera la propriété en cas de divorce. L'ex-mari sera donc sans toit. Les mariés sont presque toujours de la même caste, du même rang. Le fameux voile (qui protège du sable et de la poussière) est indisociable des Touareg. Si les femmes portent un ample voile sur leur tête, seuls les hommes se voilent le visage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4297
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: LES PYGMÉES D'AFRIQUE   Sam 12 Jan - 23:45


Les Pygmées vivent dans la forêt africaine, entre l'océan Atlantique et le lac Tanganyka. Ils se divisent en trois groupes : les Bambutis, "Ceux de la Forêt", qui demeurent à l'est de la RDC ; les Pygmées du Centre (ouest de la RDC et dans la République du Congo) et enfin les Négrilles, qu'on trouve aussi au Gabon et au Cameroun.

Ils présentent toutefois des caractéristiques physiques communes, leur taille, notamment, réduite puisqu'ils ne dépassent pas 1,50 m. Ils ont aussi les cheveux crépus, et la couleur de leur peau va du brun au jaune. Ils habitent dans des huttes semi-circulaires.


Les pygmées vivent de chasse, de cueillette, et dans une moindre mesure, de pêche.

L'organisation sociale des Pygmées est assez complexe. Elle repose sur l'association de plusieurs familles consanguines. Au-dessus se trouvent les clans, dont les membres disent descendre d'un totem commun, presque toujours un animal (oiseau, léopard, chimpanzé, serpent, etc.). Celui-ci est sacré, intouchable, porteur d'une force surnaturelle qu'ils appellent le megbe.
Les pygmées se marient hors du clan et les cas de polygamie sont très rares. Quant aux morts, ils sont inhumés dans le tronc des arbres creux.

Toutes les tribus pygmées croient en un Être Suprême, le Khmvoum.

Leur langue est dite à "cliquets", et donne lieu à une poésie qui ne manque pas d'intérêt. Leur mythologie est riche en récits où paraissent les éclairs, la pluie, les étoiles et la lune, comme aussi la grenouille, le crapaud et le caméléon.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Mar 12 Fév - 17:13

Les réserves indiennes


Une page peu reluisante de l'histoire des USA... Une réserve indienne (Indian reservation) est un territoire réservé aux tribus nord-amérindiennes et géré par un organisme spécifique, le Bureau des affaires indiennes, qui dépend du département de l'Intérieur. Les réserves indiennes sont environ 310 aux États-Unis, ce qui ne correspond pas à l'intégralité des 550 tribus reconnues officiellement dans le pays. Effectivement, certains peuples n'ont pas de réserve, d'autres en ont plus d'une, et d'autres encore se partagent leur occupation. Situées en général à l'ouest du fleuve Mississipi, ces réserves varient en taille et nombre d'habitants. L'une des plus grandes est celle des Navajos, qui occupe une superficie de 60 000 km2, l'équivalent de la Virginie de l'ouest.

Les réserves indiennes ne sont en fait que «prêtées» à ceux qui y (sur)vivent et restent la propriété des États où elles sont implantées, selon la loi américaine. On ne compte plus les procès, procédures administratives, recours en justice et autres autour de ces zones. A la base, de la nourriture, de l'équipement et d'autres biens devaient être livrés annuellement aux indiens. Certains attendent toujours... Si la superficie des réserves est décidée par décret présidentiel, sur place, bien des colons de l'époque ont refait le calcul à leur manière...

Au sein de ces réserves, c'est à pleurer... Voilà ce que sont devenus les peuples libres d'autrefois, qui vivaient en harmonie avec la nature et l'univers... La plupart de ces réserves s'apparentent à des bidonvilles où règnent la pauvreté et le chômage de masse. Sans oublier les ravages de l'alcool, de la drogue, du sida... La culture indienne n'est plus qu'un folklore, une attraction touristique pour citadins en mal d'exotisme.
Seule solution pour les plus jeunes : partir. Certains se reconvertissent en guides touristiques, mais la plupart fuient vers les grandes villes où ils s'occidentalisent et oublient peu à peu leur culture et leurs coutumes ancestrales pour adopter the American way of life.

Une page de l'histoire américaine qu'on voudrait ne pas voir écrite...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Dim 25 Aoû - 12:37

Les ennuques


Une communauté à part, sur laquelle circulent quantité de clichés et d'images reçues. Qu'en est-il vraiment ?

Un ennuque est un homme émasculé, à qui l'on a ôté le pénis et les testicules. Les plus connus sont les ennuques de Topkapi, qui veillaient sur le harem. Les ennuques blancs veillaient sur les appartements, la famille impériale et s'occupaient de l'éducation des princes. Seuls les ennuques noirs veillaient sur les femmes du harem.
Mais les ennuques ne sont pas une exclusivité des sultans. On en trouve en Chine, où ils assurraient le service de l'impératrice et des femmes de la cour, mais également de l'empereur. Plusieurs milliers sous la fin de l'empire, ils constituaient un véritable ordre au sein de la Cité Interdite, avec parfois un poids politique et économique non négligeable.
Mais les ennuques existaient aussi en Egypte, en Phénicie, en Perse... On en trouve également auprès du roi David à la cour d'Israël. Les ottomans n'ont donc rien inventé. A Byzance, les ennuques sont proches du pouvoir, certains deviennent des conseillers écoutés du couple impérial. La Russie avait également ses ennuques. A Rome, le culte oriental d'Attis et de Cybèle était tenu par des prêtres castrés, les galles. Alexandre le Grand aura pour amant et serviteur personnel Bagoas, l'ancien ennuque de l'empereur perse Darius III. L'ennuque était une marchandise recherchée, comme l'ivoire, l'or ou la soie.

Cet être étrange, ambigu, ni homme ni femme, est donc bien présent dans de nombreuses civilisations. Initialement, il est là pour veiller sur les femmes, souvent seul serviteur "masculin" à pouvoir les approcher. Très vite pourtant, l'ennuque voit ses responsabilités s'étendre, on lui confie souvent l'éducation des enfants, le rôle "d'homme" de confiance. A Istanbul, la majorité des princes et futurs sultans sont élevés par un ennuque, leur lala. Dans ce monde clos et interdit, l'ennuque est souvent le seul lien avec le monde extérieur, que ce soit pour les princes ou les femmes du harem. Certains développent donc une certaine complicité, une certaine affection pour ceux et celles qui leur sont confié(e)s. D'autrent en abusent et s'en servent pour intriguer et s'enrichir.

Physiologiquement, la castration n'est pas sans effets. On a de l'ennuque l'image d'un efféminé, ce qui est vrai dans un sens : la testostérone, hormone mâle, est principalement produite par les testicules. L'ablation de ces derniers entraîne une perte de "virilité", l'un des effets majeurs étant la voix, qui devient flutée, féminine. C'est là l'origine d'une catégorie d'ennuques particuliers, les castrats. Les effets diffèrent également avec l'âge où l'opération est pratiquée (souvent assez jeune, avant la mue de l'adolescence). Dans certains pays comme en Italie, il y eût jusqu'au XVIIIème siècle un véritable commerce de ces ennuques, castrés pour préserver leur voie unique avant qu'elle ne mue. De manière générale, les ennuques castrés tôt sont imberbes, dépourvus de pilosité, la peau lisse et la voix fluette. L'arrêt de production de la testostérone implique également une forte réduction du désir sexuel et stoppe la croissance musculaire. Les ennuques ont souvent, par conséquent, des silhouettes graciles, minces et élancées. Au contraire, s'ils ne font pas attention, ils grossissent très vite et c'est l'image classique des ennuques bedonnants au crâne chauve et luisant...

Aujourd'hui, les ennuques subsistent en Inde, où ils forment une caste à part, les ijras. Beaucoup, méprisés par le reste de la société, considérés comme parias et intouchables, se travestissent en femmes et vivent de la prostitution. Il est toutefois de coutume de les inviter à la naissance d'un enfant afin qu'ils accordent leur bénédiction au nouveau-né. On les méprise, mais on les craint, on pense qu'ils peuvent jeter un sort, rendre un homme impuissant ou une femme stérile.
Une grande fête se déroule chaque année en leur honneur, à la pleine lune, fin avril, au village de Koovagam, à 200 km au sud de Madras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2090
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 43
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Dim 25 Aoû - 16:49

Voyageur Solitaire a écrit:
[center]Les réserves indiennes
Sans oublier les ravages de l'alcool
Notre guide nous expliquait qu'on voyait sur le bord des routes des choses briller. Pas des diamants non, mais des reste de bouteilles brisées, jetées par les fenêtres des voitures par les indiens pour ne pas être pris par les flics en flagrant délit au volant. Evil or Very Mad 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2794
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Dim 25 Aoû - 18:08

Dans certaines réserves d'Amérique du nord les indiens sont considérés comme "étrangers" c'est à dire qu'ils n'ont pas les mêmes droits que les autres américains ou canadiens.
Pas étonnant alors que certains tombent dans la drogue, l'alcool et la violence, si en plus ils ne sont pas acceptés chez eux...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Youpi l'alchimiste

avatar

Masculin Messages : 512
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Lun 26 Aoû - 0:27

Pour ce qui est des droits des indiens au Canada, j'ai peur que cela soit un peu compliqué (je ne suis pas spécialiste). Les gens qui ont un certain pourcentage de sang indien peuvent bénéficier du statut d'indien. Cela présente quelques avantage mais aussi il me semble de gros inconvénients. Par exemple le fait de devoir rester dans une réserve indienne pour bénéficier des avantages quand ils faudrait aller en ville pour avoir un travail. C'est une peu un cercle vicieux, en restant sur place sans se former ni travailler la communauté vit sous perfusion et accumule les problèmes sociaux.
Point positif au Canada les territoires indiens bénéficient d'une certaine autonomie administrative, avec leurs propres polices et les conseils de bandes qui gèrent une partie des affaire sans que le Canada ou une autre province intervienne (Québec Ontario, Alberta...). Reste que comme le mentionne Voyageur Solitaire la pauvreté et la criminalité rendent la gestion des réserves particulièrement difficile.
La Province du Nunavut est majoritairement peuplé par des Inuit, la représentation est donc en conséquence et les autochtones ont un mot à dire sur le développement du territoire.

Je dirais bien quelque chose sur les eunuques mais j'ai trop mal rien que d'y penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Lun 26 Aoû - 16:47

Pour en revenir aux ennuques, leur origine semble remonter à la Mésopotamie et les Assyriens les utilisaient déjà. L'histoire sainte n'est pas en reste puisqu'ils sont également mentionnés dans l'Ancien Testament. Le prophète Samuel aurait annoncé leur présence à la cour du futur roi David.
C'est principalement en Orient que s'est développé le fructueux commerce des ennuques. A Topkapi, il existait comme je l'ai écris plus haut une stricte séparation des tâches entre ennuques blancs et noirs (seuls ces derniers veillaient sur les femmes). La raison en est simple : on pensait qu'un homme noir laisse une "trace" de sa couleur sur son éventuelle progéniture, au cas où la castration aurait été mal faite... Quoiqu'il en soit, le chef des ennuques noirs, le Kislar Aga était l'un des plus grands personnages de l'empire : il était l'inspecteur des biens religieux de la mosquée impériale et des villes saintes (Médine et la Mecque), il assistait et participait au Conseil et était le seul à pouvoir approcher le sultan à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit et le seul à pouvoir le toucher. Il était également le confident et serviteur personnel de la Validé Sultane, la mère du sultan, qui avait les pleins pouvoirs sur le harem.
En Chine, les ennuques finirent par devenir les véritables maîtres de la Cité Interdite, un véritable contre-pouvoir, comme on peut le voir dans le film Le dernier empereur.

Parmi les plus célèbres de ces personnages ambigus, on trouve :

- Bagoas, serviteur personnel de Darius III, empereur des perses. Après la mort de son souverain, il passa au service d'Alexandre le Grand et fût probablement l'un de ses amants. Il apparaît fugitivement dans le film d'Oliver Stone. Une biographie lui a également été consacrée.
- Photin, conseiller du jeune pharaon Ptolémée, frère de Cléopâtre et qui conseilla (mal) son souverain, faisant assassiner Pompée pour s'attirer la bienveillance de César.
- Sporus, jeune ennuque prêtre de Cybèle, qui ressemblait d'une façon "extraordinaire" à Poppée, la défunte épouse de Néron. Ce dernier ira jusqu'à épouser Sporus, l'habillant des vêtements et parures de la défunte impératrice. Sporus restera fidèle à Néron, fera partie de ceux qui l'accompagneront dans ses derniers instants et l'aideront à mourir, avant de se suicider à son tour. Sa vie est illustrée dans le roman de Christina Rodriguez Moi Sporus, prêtre et putain, réservé à un public averti.
- Le fameux Kislar Aga, chef des ennuques noirs, troisième personnage de l'empire ottoman au temps des sultans. On peut lire le magnifique La grande sultane, de Barbara Chase-Riboud (d'où je tire beaucoup de mes sources sur le sujet) pour mieux approcher ce personnage fascinant.

Pour les castrats, il y a bien sûr Farinelli, rendu célèbre par le film du même nom. Comme je l'ai dis, il existait en Italie un véritable commerce autour de ces personnages : on n'hésitait pas à pratiquer la terrible opération sur de jeunes prodiges afin de leur conserver leur voix exceptionnelle. On les envoyaient ensuite dans des écoles spécialisées, où ils apprenaient la technique du chant et la musique avant d'être "vendus" aux opéras les plus célèbres. A ce sujet, on peut lire La voix des anges (réservé à un public averti) d'Ann Rice, solidement documenté et qui retrace l'histoire d'un de ces castrats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Sphigx

avatar

Masculin Messages : 154
Date d'inscription : 25/08/2012
Localisation : Montréal, QC, Canada

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Lun 16 Sep - 19:12

Il y a un passage intéressant dans les Évangiles concernant les eunuques.

Saint Matthieu a écrit:
Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère ; il y en a qui le sont devenus par les hommes ; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne.
Matt 19:12, Bible Louis Segond
Certains chrétiens de l'Antiquité, tel Origène, ont compris le verset littéralement et ont procédé à l'opération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Mar 17 Sep - 13:54

Certains cultes ont fait de la castration un acte de foi. Les prêtres de Cybèle et Attis, un culte oriental assez présent à Rome dans l'Antiquité, devaient être émasculés pour intégrer l'ordre.
On peut extrapoler un peu avec les hermaphrodites, (personne née bisexuée, souvent un homme pourvu d'un sexe féminin) : dans certaines civilisations, ils étaient considérés comme sacrés tandis que d'autres les tuaient à la naissance et les persécutaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Sam 15 Fév - 14:58

Les Amish


Impossible de ne pas penser au film Witness qui, en 1985, a fait véritablement découvrir au grand public cette incroyable communauté : Harisson Ford y cherchait refuge pour protéger un enfant amish témoin d'un meurtre.

Les amish sont une communauté religieuse, d'obédience anabaptiste, présente principalement dans l'état de Pensylvannie. Bien qu'héritiers d'une longue histoire mouvementée et victimes de plusieurs schismes, les amish continuent de vivre selon leurs préceptes, c'est à dire comme au XIXème siècle. En gros :

- Les amish parlent entre eux un dialecte spécifique, issu de l'allemand et renvoyant à leur origine suisse-allemande.
- Ils refusent tout modernisme, électricité, voiture, radio, télévision, téléphone... Ils se déplacent dans des voitures atellées à des chevaux et cultivent leurs champs à la charrue :


- Leurs vêtements, faits sur place par la communauté, sont ceux du XIXème siècle. Ils interdisent l'alcool et le tabac. Les femmes portent robe longue et se couvrent les cheveux, les hommes sont en noir majoritairement, avec pantalon à bretelles et canotier. Ils portent la barbe à partir du moment où ils se marient.
- Ils ne votent pas, n'ont pas de sécurité sociale ni de retraite, remplacées par l'entraide et la solidarité. Ils rejettent les photos, sur leur carte d'identité, cette dernière est remplacée par une empreinte digitale. Par contre, ils restent soumis à certains impôts et c'est une source de discorde avec l'état fédéral, les amish estimant ne rien devoir étant donné qu'ils subviennent à leurs besoins par eux-mêmes.
- Ils se soignent par les plantes et la réflexologie, mais acceptent de se rendre à l'hôpital pour les cas les plus graves. Ils acceptent également les transplantations d'organes, les vaccins (avec réticence) et les transfusions sanguines.
- Ils ont leurs propres écoles où enseigne en général une femme qui apprend principalement aux enfants l'histoire, la géographie, les mathématiques, l'anglais et l'allemand.

Les amish vivent dans leurs villages, en communauté très soudée, exploitant leurs terres et vivant également de leur artisanat (dont certains tissus faits par les femmes, très appréciés) qu'ils vendent par l'entremise de coopératives. Beaucoup d'américains, avec le phénomène du bio et la lutte contre la malbouffe, apprécient également leurs légumes et céréales et viennent leur acheter dans ces mêmes coopératives. Ils construisent leurs maisons eux-mêmes, tout le village donnant un coup de main pour bâtir la maison d'un nouveau couple après leur mariage. Toute la famille vit généralement sous le même toit :


Ils mènent une vie sobre et austère, conforme à l'idée qu'ils se font des textes bibliques dont ceux du Nouveau Testament. Pacifiques, ils rejettent toute violence, méchanceté ou injure. Ils sont également peu bavards, la parole étant considérée comme porteuse de désordre.

Bien que présents dans environ 30 des états de l'Union, ils sont majoritairement regroupés et installés en Pensylvannie. Ils ne quittent leur domaine pour se rendre en ville que dans des circonstances exceptionelles. Si l'on veut vraiment se faire une idée de cette communauté, il faut s'imaginer le village de La petite maison dans la prairie à quelques heures de New York ou Philadelphia...


Dans une Amérique très communautariste, les amish sont en général bien acceptés. Sur les routes, motards et automobilistes ne témoignent d'aucun étonnement en doublant leur carriole tirée par un cheval. Lorsque certains amish doivent se rendre en ville, ils suscitent un certain étonnement, une vive curiosité, mais généralement pas de réaction négative ou de rejet (même s'il y a parfois des réactions d'hostilité sporadiques, ici et là).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Ven 4 Juil - 18:26

Les chasseurs de nid d'hirondelles

En parallèle avec cette spécialité évoquée dans le sujet sur la cuisine chinoise, nous partons à la rencontre de ces chasseurs un peu particuliers.

Ce met très spécial fait l'objet d'un commerce actif et intense depuis les plus lointaines dynasties du Céleste Empire. Empereurs et mandarins n'hésitaient pas à le faire venir de Malaisie ou d'Indonésie pour satisfaire leur gourmandise. Et à la base, il y a donc ces chasseurs spécialisés.

Des chasseurs qui, mine de rien, risquent leur vie, encore aujourd'hui, pour récolter ces nids qui se vendront plusieurs milliers de dollars le kilo par la suite. Pour récolter ces nids d’hirondelle, les hommes se rendent dans les cavités de falaises vertigineuses en surplomb, particulièrement abruptes et dangereuses et dans des grottes reculées dans la jungle, aussi vastes que des cathédrales :


À l'aide d'une longue perche de bambou munie d'un crochet métallique, les dénicheurs s'élèvent vers l'entrée en surplomb des grottes, comme sur des échasses. Pour rallier les divers sites de cueillette, les ramasseurs, qui sont aussi le plus souvent des pêcheurs, utilisent leur bateau car la végétation épaisse rend les déplacements difficiles. Ils examinent la structure des bambous qu'ils vont escalader. De leur solidité et de la façon dont ceux-ci sont liés dépend leur sécurité et donc leur vie. Malgré leur agilité de funambule et leur connaissance des lieux, il n'est pas rare que l'un d'eux chute et trouve la mort.
Chaque cueilleur utilise trois torches constituées d'écorces trempées dans de la résine et enveloppées de feuilles d'arbre, qu'il tient entre les dents pour s'éclairer dans la pénombre. Quand la troisième est à moitié brûlée, c'est signe qu'il faut redescendre.

On retrouve la même façon de procéder, à quelques variantes près, pour la récolte du miel sauvage, comme ici au Népal :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4297
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Sam 19 Juil - 18:08

Vivre nu avec les Indiens, et si c'était ça le vrai bonheur ?

En Equateur, tout au fond de la forêt amazonienne, la dernière communauté indigène tente de sauver son territoire ancestral de l'invasion du modernisme...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Sam 20 Sep - 10:18

Les pêcheurs aux cormorans


Notre découverte des ethnies et communautés nous emmène aujourd'hui en Chine et plus précisément dans la magnifique région de Guilin. Nous voici avec les pêcheurs aux cormorans, ces hommes qui pratiquent leur activité en harmonie avec cette espèce.

Ces oiseaux sont capturés en mer et élevés par la suite, un lien particulier et très fort unissant l'animal à son maître. L'oiseau est traité avec douceur et respect, son maître peut même lui masser le ventre ou lui caresser la tête pour le récompenser ou simplement en signe d'affection.

Une fois dressé, l'oiseau plonge et ramène à son maître sa prise. Certains cormorans ont une ligature à la base du cou qui les empêche d'avaler leur poisson, mais beaucoup sont si bien dressés qu'ils rapportent d'eux-mêmes leur prise sur le radeau de leur maître, sans l'avaler.
Seule obligation : le pêcheur fait régulièrement se baigner son oiseau afin qu'il s'habitue à l'eau douce, le cormoran étant un oiseau marin à la base.
Cette pêche se pratique également au Japon, sur une échelle bien moins importante toutefois. A Guilin, les pêcheurs partant avant le lever du jour, celà donne des images féériques, leurs radeaux pourvus d'une lanterne glissant silencieusement sur les eaux sombres dans la lumière du jour naissant...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4297
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: LES GAUCHOS DE LA PAMPA   Dim 21 Sep - 22:40



Dans les immenses prairies de la Pampa, en Argentine, il s'est formé au cours des temps modernes une population de bergers nomades, pour la plupart d'origine hispanique, mais devenus à demi-sauvages, les gauchos.

Les gauchos, dont la vie tout entière se passe sur une selle, sont d'excellents cavaliers.

Ils furent toutefois, par le passé, en conflit avec la population plus civilisée de Buenos-Aires et participèrent à d'innombrables guerres civiles. C'est sur eux que s'appuya le tyran Rosas qui terrorisa les Argentins.

Quand il ne fait pas la guerre, le gaucho se sert de son lasso pour prendre à la course des chevaux sauvages.

Il porte de larges pantalons bouffants, des éperons énormes - le principal luxe du gaucho - et des étriers étroits dans lesquels seul le gros orteil est engagé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6244
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Dim 21 Sep - 23:21

C'est tout un art de vivre d'être Gaucho, c'est un lien unique avec un environnement particulier, la fameuse pampa, avec son cheval également. Un univers de vastes espaces, de vent, de lumière et de chevauchées impétueuses, de traditions... Une solidarité certaine également, une famille où l'entraide et la solidarité ne sont pas de vains mots.
On les oppose assez vite aux "sédentaires", aux citadins des grandes villes, on les dit frustes et rustiques... C'est vrai qu'ils sont dans un autre monde d'une certaine manière. Heureusement pour eux, l'Argentine est vaste, l'élevage du bétail toujours important, ce qui leur permet de maintenir encore à l'heure actuelle leur mode de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4297
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   Lun 22 Sep - 0:15

En France, on a des "gauchos" aussi mais ils sont plus rouges et prennent l'habitude de brailler dans les rues en scandant des slogans ... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES   

Revenir en haut Aller en bas
 
PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES
» [Tous Peuples] Arcs
» Peuples au Sud de l'Ithilien et à l'Est de la Mer de Rhûn
» Le Printemps des Peuples
» [Théorie] Les Peuples Antiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: EN ROUTE VERS... :: EN ROUTE VERS... :: D'autres lieux-
Sauter vers: