AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Jusqu’à 50% de remise sur la boutique en ligne Nike France
Voir le deal

 

 SILENT RUNNING

Aller en bas 
AuteurMessage
metal-hurlant

metal-hurlant

Masculin Lion Messages : 48
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 53

SILENT RUNNING  Empty
MessageSujet: SILENT RUNNING    SILENT RUNNING  Icon_minitime1Mer 4 Juil - 14:02

SILENT RUNNING  45568018


"Dans le futur, la Terre n'a plus assez de ressources naturelles pour survivre, la végétation a presque totalement disparu. À bord du transporteur spatial Valley forge, une équipe de chercheurs cultive des forêts, notamment le botaniste Freeman Lowell (Bruce Dern) qui s'occupe avec passion de l'entretien des serres géantes avec l'aide de robots, les drones Huey et Dewey. Mais un message de la Terre demande à l'équipe de rentrer et de tout détruire. Lowell refuse et mettra tout en œuvre pour sauver les jardins et prendre le contrôle du transporteur…"wikipedia


Très beau film de sf réalisé en 1971 par Douglas Trumbull le responsable des effets spéciaux de "2001"; écologique, mélancolique, de plus en plus d'actualité, porté par la voix cristalline de Joan Baez, à une époque où les films de sf tout comme les romans de l'époque se faisaient contestataire et s'interrogeaient sur les problèmes de l'humanité face à la planète Terre comme aussi le très beau "Soleil vert'.






Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1314
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

SILENT RUNNING  Empty
MessageSujet: Re: SILENT RUNNING    SILENT RUNNING  Icon_minitime1Ven 17 Avr - 13:23

À lire pour se creuser les méninges :
Jean-François Tarnowski, Les Voies du silence (Silent Running et le cinéma fantastique), Positif n° 17,‎ janvier 1976
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3466
Date d'inscription : 18/01/2012

SILENT RUNNING  Empty
MessageSujet: Re: SILENT RUNNING    SILENT RUNNING  Icon_minitime1Dim 12 Juil - 23:14

Je vais bientôt lire l'article de cdang, mais en attendant je viens de voir le film ce soir même.
Hem, comment dire, cela a terriblement vieilli et a des côtés très kistch. C'est là qu'on voit vraiment que le cinéma a énormément évolué dans les années 80, et s'est encore accéléré depuis.
Ici, le rythme est extrêmement lent, et la durée du film est d'1H25.

On ne peut pas dire que je sois convaincu par le film. Le thème et l'idée de base sont excellents, poétiques et prophétiques, mais j'ai trouvé que le film n'en n'était pas à la hauteur. Pour moi on pouvait faire bien mieux avec un pareil thème. Il y a ici des longueurs inexplicables, et pas mal de scènes que j'ai trouvées inutiles. D'autres auraient pu avoir un meilleur traitement.

Sinon, le côté 70's ressort encore davantage avec la chanson de Joan Baez qui accompagne le film et qui ne m'a pas vraiment convaincu car trop typé et décalé par rapport à la SF.

Je signale qu'en France, le film a parfois été diffusé sous le titre Et la Terre survivra.

Je vais lire l'article et je dresserai une petite liste des thèmes abordés par le film, ou hélas, laissés de côté par la réalisation.
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1314
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

SILENT RUNNING  Empty
MessageSujet: Re: SILENT RUNNING    SILENT RUNNING  Icon_minitime1Jeu 16 Juil - 10:21

VIC a écrit:

Je vais lire l'article et je dresserai une petite liste des thèmes abordés par le film, ou hélas, laissés de côté par la réalisation.
En fait, l'auteur de l'article s'est fait vraiment plais', il tourne autour du film, bien autour.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3466
Date d'inscription : 18/01/2012

SILENT RUNNING  Empty
MessageSujet: Re: SILENT RUNNING    SILENT RUNNING  Icon_minitime1Jeu 16 Juil - 18:27

Il tourne autour, on pourrait dire qu'il gravite même... mais c'est peut-être normal pour un théoricien du cinéma de pratiquer la théorie gravitationnelle.
Article intéressant, très utile pour mieux apprécier certains points du film (comme le rôle de la chanson de Joan Baez). C'est à lire après avoir vu le film, sous peine de plein de spoiler.

Je n'ai pas décortiqué toutes les notes en bas de pages.
Ne pas oublier que l'article date de 1976.
L'un des principaux arguments pour l'auteur de l'intérêt du film est dans l'humanité des drônes.
C'était peut-être une nouvelle approche au cinéma à cette époque.
L'un des mes dadas en SF, en littérature SF, c'est de lire qui a apporter quoi, quel concept, dans l'ordre chronologique. C'est pour moi très important. On a tous fait l'expérience enfant d'une lecture où on a trouvé un twist génial, un artifice littéraire, un truc. La découverte de cette "première fois" est à relativiser car ce qu'on a trouvé parfois génial, c'était tout bonnement un truc vu et revu, déjà créé par d'autres. Donc oui, j'essaye de traquer qui a fait quoi, qui a inventer quoi dans la SF, et dans quel ordre.
Aujourd'hui analyser Silent Running sans se remettre dans le contexte de l'époque -très pauvre en SF spatiale type hard science-, c'est peut-être passer à côté du côté novateur du film en 1972.
Alors qu'aujourd'hui, ce côté vieillot et le rythme hyper lent peut faire sourire.

N'empêche, que si les thèmes sont excellents, je reste très sur ma faim en terme de réalisation, mais c'est mon ressenti.
Enfin, ce film a une âme et un sujet, contrairement à beaucoup de grosses superproductions gavées d'effets spéciaux.

Un autre point intéressant du film d'après moi est celui-ci, attention gros spoiler :
Spoiler:
 

Merci pour ce lien vers cet article !
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1314
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

SILENT RUNNING  Empty
MessageSujet: Re: SILENT RUNNING    SILENT RUNNING  Icon_minitime1Lun 20 Mai - 22:51

Bon, alors j'ai fini par le voir.

Bon, ça n'a pas remporté un franc succès en famille. Il faut dire que c'est un film particulièrement lent.

Il y a bien sûr l'argument écologique. En 1972, on ne parlait pas encore de réchauffement climatique ni de trou dans la couche d'ozone mais certains avaient déjà bien conscience qu'on ne pouvait pas présurer la nature sans conséquence ; aux US, il y avait sans doute aussi un écho des pulvérisations d'agent orange et de napalm sur les jungles vietnamiennes. Comme metal-hurlant, je pense que c'est à mettre en parallèle avec Soleil vert sorti l'année d'après qui parle lui aussi du destin funeste de la société productiviste et consumériste.

Là, on ne sait pas trop ce qui est arrivé à la Terre mais on a du mettre des écosystèmes à l'abri dans des vaisseaux gravitant autour de Saturne. Jusqu'au moment où American Airline (AA), la société possédant les vaisseaux, donne l'ordre de bazarder tout ça et de reprendre une activité commerciale normale. L'ordre passe assez mal et un forestier décide de se révolter et de simuler une avarie. Il commence une course silencieuse pour fuir les autres vaisseaux.

Et là, le vrai sujet devient celui de la solitude et de la culpabilité. Un homme seul perdu dans l'espace avec sa forêt. Seul ? Non, il a la compagnie de trois robots à qui il apprend à jouer aux cartes.

On reproche parfois à la série Star Trek d'être un combat de sous-marin : on écoute des bruits de sonar, on lance une torpille qui met plusieurs dizaines de secondes à faire mouche. Là, on a un sous-marin mais sans combat, c'est dire. En fait non, pas un sous-marin : le film a été tourné dans les coursives d'un porte-avions de classe Essex désaffecté (vétéran des guerres de Corée et du Vietnam), ça coutait moins cher que de construire des décors. Le vaisseau spatial porte d'ailleurs le nom du porte-avions, Valley Forge.

Sinon, on appréciera les robots. Comme pour La Guerre des étoiles quatre années plus tard, on a des acteurs et actrice dans les robots (Frank Oz et Jim Henson n'avaient pas encore été sollicités pour animer ce genre de personnages). Là, il s'agit de cul-de-jatte marchant sur les mains.

J'ajouterai encore le fait que l'idée de la méchante compagnie commerciale prête à sacrifier l'Humanité  pour ses intérêts commerciaux sera repris sept ans après dans Alien, le 8e passager.

Je dirai donc que c'est un film intéressant du point de vue histoire du cinéma de s.-f., avec quelques images magnifiques et quelques excellentes idées, mais assez peu passionnant. Je ne regrette pas de l'avoir vu mais je ne le conseillerai qu'à des passionnés.


Dernière édition par cdang le Jeu 23 Mai - 0:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 1877
Date d'inscription : 09/12/2012

SILENT RUNNING  Empty
MessageSujet: Re: SILENT RUNNING    SILENT RUNNING  Icon_minitime1Mar 21 Mai - 20:15

Merci pour cette critique, je suis tenté, ne serait-ce que parce qu'il y a l'idée de sources du cinéma et que le pont entre Star Trek et Alien vient d'être fait. Razz
Mais vraiment, ça me botte. Je ne pense pas que ce film fasse plus lent que la scène d'arrimage de 2001, donc. Ou bien ?

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




SILENT RUNNING  Empty
MessageSujet: Re: SILENT RUNNING    SILENT RUNNING  Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
SILENT RUNNING
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA LANTERNE MAGIQUE :: Films et séries Science Fiction-
Sauter vers: