AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -32%
-80€ sur l’aspirateur balai sans fil Xiaomi ...
Voir le deal
169.99 €

Partagez
 

 MARY SHELLEY

Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7408
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1Lun 23 Sep - 19:00

MARY SHELLEY Mary2010

Née en 1797 dans un faubourg de Londres, celle qui donna naissance à l'un des plus grands mythes du Fantastique, est issue de l'union d'une philosophe féministe et d'un père écrivain politique. Et très tôt, la mort s'attache aux pas de la future femme de lettres…

Il y a d'abord sa mère, qui meurt seulement 11 jours après sa naissance. Son père offre à Mary une éducation riche, soignée, qui lui permet de développer des dispositions littéraires évidentes. La toute jeune femme entame alors une liaison avec Piercy Shelley, un ami politique de son père et homme marié. Peu de temps après, elle perd son premier enfant, une fille. Les deux amants se marient en 1816, suite au suicide de la femme de Piercy. Ils perdent deux autres enfants avant d'avoir un fils qui sera le seul à survivre. En 1822, Piercy meurt à son tour, se noyant au cours d'une violente tempête. Mary se retire alors en Angleterre où elle se consacre à l'écriture, à ses activités politiques et à son fils, écrivant romans, nouvelles et biographies, connaissant le succès même si cela n'empêche pas les difficultés financières. Mais la mort ne lâche pas sa proie : à partir de 1839, Mary se plaint de migraines récurrentes et souffre d'occasionnelles crises de paralysie qui l'empêchent d'écrire. Son médecin diagnostique une tumeur au cerveau. Elle meurt en 1851, à 53 ans, veillée par son fils.

La naissance de Frankenstein

En 1816, le couple Shelley, qui voyage beaucoup, fait halte au bord du lac Léman et y loue une villa. Se joignent alors à eux des amis, dont Lord Byron. Les cinq amis passent leurs journées en promenades, canotages et surtout longues soirées à parler littérature et poésie. Mais cet été se révèle inhabituellement pluvieux et tourmenté, l'orage gronde, il pleut des jours entiers. Enfermés à la villa, les amis bavardent plus que jamais, s'intéressant plus particulièrement aux expériences sulfureuses d'Erasmus Darwin (grand-père du célèbre Charles Darwin), poète et philosophe naturaliste qui prétendait avoir réussi à ranimer de la chair morte. On parle aussi de "galvanisation", expérience consistant à envoyer des impulsions électriques dans un cadavre. Autre sujet prisé de ces conversations autour du feu, les histoires de fantômes, incontournables en ce début du Romantisme. Jusqu'à cette soirée d'orage où Byron propose à ses amis que, par jeu, chacun imagine et écrive une histoire Fantastique. Retirée dans sa chambre, alors que l'orage se poursuit, Mary (qui n'a pas 20 ans) commence à écrire, avec une facilité et une rapidité déconcertantes (elle parlera d'un "rêve éveillé") ce qui deviendra une légende de la littérature et une légende tout court : Frankenstein...

Même si cette histoire de la genèse de Frankenstein a peut-être été enjolivée, elle participe pleinement au mythe : une nuit d'orage, avec cinq amis lettrés parlant autour du feu de fantômes et d'expériences interdites… Sans parler de cette mort qui rôde autour de Mary, sa mère, sa fille, la femme de son amant, ses deux autres enfants, son mari et enfin elle-même, emportée par la maladie… Si on ajoute à ça le Romantisme naissant, avec son goût du Fantastique, des rêves et des fantômes… Tout y est pour faire de Mary Shelley une figure majeure du Fantastique.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

VIC

Masculin Messages : 3416
Date d'inscription : 18/01/2012

MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: Re: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1Mar 24 Sep - 20:30

Pour la genèse du livre, Mary raconte dans la préface du livre qu'elle était effectivement coincée dans les Alpes avec quelques amis et que chacun avait décidé d'écrire une histoire. Je ne me souviens pas que Byron soit cité. En même temps, j'ai toujours tendance à me méfier des préfaces :
- celles des autres que celui qui a écrit ont affreusement tendance à divulgâcher le contenu du livre
(et c'est pour cela que je ne les lis jamais avant)
- celles des auteurs eux-même peuvent servir de fausse mise en abîme, en les situant dans un faux contexte. J'ai pour souvenir celles de Pierre Gripari, qui commençait quelques fois ses histoires -ou ses comptes- par des éléments autobiographiques, comme un passage chez son éditeur, etc. Cela donne matière à ancrer le récit dans le réel... un peu comme un certificat d'authenticité. Parfois d'autant plus utile que le récit est improbable. Sinon, la préface de l'auteur peut aussi servir à se dédouaner de l'écrit selon le contexte, exemple : "je livre ici un récit qui n'est pas le miens, et qui ne reflète pas mes opinions, etc... Si la préface est de l'auteur, je la lis avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7408
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: Re: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1Mar 24 Sep - 21:12

Byron était bien présent en 1816, à la villa Diodati, où se trouvait le couple Shelley. Le poète s'était lié d'amitié avec Percy Shelley, ce dernier et Mary avaient en fait loué une autre maison, plus modeste, mais venaient séjourner longuement à la villa Diodati, que Byron avait loué. S'y trouvait également Claire Clairmont, maîtresse de Byron, enceinte de lui et… soeur de Percy Shelley !
C'est Byron qui proposera donc à chacun, un soir, d'écrire une nouvelle fantastique.

A noter que la mort rôdait vraiment autour de Mary Shelley : comme on l'a vu, la première épouse de Percy Shelley se suicide alors qu'elle était enceinte, lui perdra trois enfants avec Mary avant de se noyer en 1822 avec deux autres personnes. Quant à sa sœur, enceinte de Byron, elle donnera à ce dernier une fille, Allegra, qui mourra à cinq ans du typhus ou de la malaria. Byron enfin, déjà orphelin de père à 3 ans, meurt à 36 ans, vieilli et usé par une vie brûlée par les deux bouts.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

Gorak

Masculin Scorpion Messages : 5452
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 46
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: Re: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1Mer 25 Sep - 7:01

Les oeuvres de Mary Shelley appartiennent au genre fantastique mais plutôt psychologique.

Il n'y a pas de créatures, ni de monstres, ni de lieux imaginaires, aucune mythologie sombre comme chez Lovecraft mais plutôt une ambiance particulière et s'il y a parfois des créatures, comme celle du Dr. Frankenstein, c'est toujours traité sous l'aspect philosophique. Rien d'extraordinaire, rien de spectaculaire... tout dans la subtilité et la suggestion.

C'est pourquoi, plus jeune, je trouvais les nouvelles de Mary Shelley soporifiques, comparées à d'autres et puis, avec le temps, je redécouvre son oeuvre et je commence à m'y intéresser.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7408
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: Re: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1Mer 25 Sep - 7:44

Pas de créatures ni de monstres ?
L'être créé par le docteur Frankenstein est quand-même un assemblage de morceaux de cadavres ramenés à la vie… Un "monstre" aux yeux de son créateur et du reste des hommes.

Après, je suis d'accord sur l'effet psychologique, le roman est basé essentiellement sur les états d'âme de cette créature, son mal de vivre, ses tourments, son rejet par son créateur… On est dans le gothique, le fantastique et même la science-fiction, au premier sens du terme, avec un corps fait de morceaux de cadavres ramené à la vie au cours d'une expérience scientifique.

Et surtout, tout ça en 1816, dans la tête d'une jeune femme de 19 ans… Nous aujourd'hui, avec tout que nous avons autour de nous comme sciences et technologies depuis tant de temps, je pense que l'effet d'un tel scénario peut en être amoindri peut-être. Mais il faut imaginer l'impact sur les lecteurs de l'époque. 1816, la Révolution Industrielle n'a pas encore débuté, la vapeur n'en est qu'à ses balbutiements, le train n'existe pas encore, on vit encore majoritairement comme au siècle précédent… Pour moi, Mary Shelley est plus forte, va plus loin, que Jules Verne qui vivait lui à une époque de bouleversements scientifiques et techniques assez incroyable.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

Gorak

Masculin Scorpion Messages : 5452
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 46
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: Re: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1Mer 25 Sep - 16:38

Quand je dis qu'il n'y a pas de monstres chez Shelley, je veux dire que c'est pas le but de ses ouvrages.

Pour moi, le fantastique prime moins chez elle que l'aspect psychologique. Et je ne dis pas que cela soit inintéressant, bien au contraire. C'est comme l’Ève future, de Villiers de l'Isle-Adam : ça soulève des tas de questions d'ordre philosophique ou spirituel mais si ces romans abordent le genre fantastique par la narration, le propos de fond va plus loin, à mon sens.

C'est peut-être pour cela que, plus jeune, je ne voyais pas Mary Shelley comme du fantastique "pur" et que je préférais Jules Verne ou Lovecraft.

Mais tu as raison, il faut remettre son oeuvre dans son contexte et je suis en train de la redécouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
http://othello.forumculture.net/
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 1831
Date d'inscription : 09/12/2012

MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: Re: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1Jeu 26 Sep - 9:54

C'est une œuvre très forte, et fondatrice.

Parmi les personnes présentes, on peut rajouter le Dr Polidori, dont tout le monde se rappelle.

Les romans qu'ils lisaient étaient effectivement des histoires de fantôme, traduits de l'allemand. Ces récits, gothiques, étaient fort prisés à l'époque et concentraient certaines caractéristiques que l'on retrouve dans Frankenstein : narrations insérées (ou emboîtées), le motif du double démoniaque, la force/puissance des sentiments - mais au sein d'un décor romantique, où les lieux permettent d'exprimer les émotions, ce qui l'associe au romantisme débutant, et enfin l'hybris de Frankenstein.
Pourtant, c'est surtout l'aspect novateur du récit que l'on retiendra et qui fait qu'aujourd'hui il est souvent considéré comme l'un - si ce n'est le - des tous premiers récits de science-fiction.
Il existe des prémices via les voyages comme avec Cyrano et ses histoires sur les États de la Lune et le Soleil ou les mondes utopiques (Rabelais), le tout repris en mode inversé par Voltaire et son Micromégas. Pourtant, tout cela s'apparente davantage à des contes ou à des réflexions philosophiques souvent humoristiques, qu'à de la SF. C'est Frankenstein qui, via l'utilisation du galvanisme, s'ancre dans le réel, en une suite au roman gothique, et où l'humour fait place à la peur. Comme le dit Gorak, on va retrouver ce genre dans le Docteur Jekyll (1886) de Stevenson, L'Ève future (1888) de Villiers de l'Isle-Adam et L'Île du docteur Moreau (1896) de Wells. La machine S.-F. était lancée.

Il est aussi vrai que la biographie de Mary Shelley et de ses proches ressemble à une longue suite de décès et que cette litanie morbide, ajoutée à la précocité de son talent, génère la facination.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Solitaire
Admin
Voyageur Solitaire

Masculin Messages : 7408
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Ici et ailleurs...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: Re: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1Jeu 26 Sep - 14:56

Effectivement, on est là dans la science-fiction, au premier sens du terme, avec cette idée d'impulser la vie dans de la matière morte au moyen d'impulsions électriques. Toute l'imagerie du savant fou enfermé dans son laboratoire et se livrant à des expériences interdites est là. On peut même aller plus loin, parler du mythe de la création et, indirectement, de l'immortalité.
Et cette immortalité, Mary Shelley l'a obtenu avec Frankenstein, que tout le monde connaît encore aujourd'hui (bien que je doute que les gens d'aujourd'hui sachent qui a écrit cette œuvre).

Sur la vie de Mary Shelley, je pense que la mort de sa mère 11 jours après sa naissance et la perte de son premier enfant ont dû profondément la marquer et, quelque part, avoir une influence sur sa création. Sur tous ses portraits, elle a cet air triste, mélancolique, ce regard perdu souvent. Même Byron semble l'ami idéal pour ces soirées passées à parler de fantômes, poète romantique et flamboyant, excessif et passionné, sulfureux...
Revenir en haut Aller en bas
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MARY SHELLEY Empty
MessageSujet: Re: MARY SHELLEY   MARY SHELLEY Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
MARY SHELLEY
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section Epouvante :: Mary Shelley-
Sauter vers: