AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5244
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   Mar 30 Jan - 10:24

Heidemarie Schwermer

Elle vit sans utiliser l'argent depuis près de quinze ans !


Cette Allemande de 75 ans a épargné afin de mener l'existence qu'elle souhaitait.

Son histoire commence il y a plus de vingt ans lorsqu'elle entreprit de déménager avec ses deux enfants à Dortmund en Allemagne. Enseignante, elle venait de sortir d'un mariage difficile. Elle fut alors été frappée par le nombre de personnes vivant dans la rue, et décida d'agir à sa manière en ouvrant une boutique de troc, appelée "Gib und Nimm" ("Donner et prendre").

Là, chacun était à même d'échanger toutes sortes de services ou de biens contre ce dont il avait besoin sur le moment. De vieux vêtements pouvaient être changés contre une tâche de plomberie ou inversement. Les sans-abris n'ont pas été les plus intéressés par le système, mais de nombreux chômeurs ou retraités ont pris d'assaut la "boutique". L'établissement est rapidement devenu un phénomène dans la ville et a amené Heidemarie à s'interroger sur sa propre existence.

Une prise de conscience

Très rapidement elle réalisa qu'elle possédait bien plus que le nécessaire, et qu'elle ne s'épanouissait pas dans son métier. Elle décida de démissionner pour devenir plongeuse à 10 DM de l'heure (environ 5,11 euros). Malgré l'incompréhension de ses proches vis-à-vis de cet emploi en regard de ses études, elle se sentait bien ainsi. En 1995, elle prit enfin conscience qu'elle ne dépensait presque rien et que tout ce dont elle avait besoin semblait se présenter à elle naturellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1596
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   Mar 30 Jan - 10:53

De mon point de vue, l'argent est un système. Il est apparu lorsque la technicité complexe de certaines productions a empêché celui/celle qui les réalisait de s'occuper de lui/d'elle (chasser, s'habiller, réparer sa maison, cultiver, etc.). De mémoire - mais je peux me tromper - c'est vers 3000 av. J.-C. Je mets volontairement le troc à part car avec l'argent, un nouvel intermédiaire apparaît qui existe par lui-même, bien qu'en lui même, il ne vaille rien (ou pas grand chose).
Mais ce système a été tellement intriqué à la société - l'innerve si fortement - que penser une société sans argent semble complètement inconcevable. Ce qui est bien sûr, toujours de mon point de vue, totalement faux. L'humanité a vécu des centaines de milliers d'années sans pépettes, et serait tout à fait capable de le faire à présent. Mais cela implique de changer radicalement notre conception de l'existence, basée avant tout sur le moi (une certaine forme d'égoïsme) et sur le bien (ce que je possède, la possession, le fait d'avoir). Il faudrait donc développer l'autre et l'être - le fait de penser à l'autre - en synergie avec le social et le soi dans le social - et de ne pas exister à travers ses biens mais à travers ce que l'on est, ce que l'on peut offrir, donner. C'est un changement si profond de paradigme que je ne pense pas qu'il soit envisageable avant un bon millier d'année - sauf cataclysme. Mais c'est, je pense, une des évolutions vers laquelle nous tendrons - si on ne pète pas la planète avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 5244
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   Lun 12 Mar - 15:21

L'univers ludique et fascinant d'Annette Messager


"Je suis un messager sans message. J'apporte les éléments. A chacun de faire son histoire d'après ça. Je n'impose pas", c'est ainsi qu'Annette Messager, Lion d'or à la Biennale de Venise en 2005, parle de son oeuvre elle qui joue depuis près de quarante ans avec les matériaux (peluches, animaux naturalisés, laine, tissus, photos, dessins), pour créer des assemblages qui donnent à réfléchir.

"J'ai recréé mon univers, afin que l'on soit chez moi", ajoute-t-elle. "Il y a beaucoup d'éléments au sol, qui se mélangent. Je triture, je manipule. J'aime bien toucher, m'approprier".

"Certains trouvent mon oeuvre très gaie, d'autres très triste ; Est-ce que l'on ne joue pas pour oublier que l'on va mourir? Le ludique, c'est souvent pour dénoncer le morbide en jouant à lui faire la nique"

Le site de l'artiste Arrow https://annettemessager.wordpress.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7172
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   Lun 27 Aoû - 15:12

Lauren Rossi, la Marie-Antoinette de New York


(Photo : dailymail.co.uk)

Un peu de fantaisie et de légèreté avec ce personnage atypique qui nous emmène à New York.

Lauren Rossi est une manager, avec un poste élevé et des responsabilités. Mais surtout, elle est depuis toujours passionnée par la mode d'autrefois, celle du XVIIIème siècle particulièrement. Habile de ses mains, elle franchit le pas un jour et désormais, tout son temps libre est passé à créer, entièrement à la main, des toilettes inspirées de cette époque. Coiffure, maquillage, gants, chaussures, boutons, lacets… Rien n'échappe à Lauren qui fait tout elle-même, avec de vrais tissus. Il lui faut environ six mois pour chaque création.

Et ensuite ? Hé bien, elle les porte… Le plus souvent à Central Park où elle se promène volontiers. Elle s'y rend à pied, en tenue. Mais elle prend aussi le métro, plus facile selon elle qu'un taxi où les plumes et la largeur de la robe sont une gêne.
Les réactions des passants ? Très positives. Dans une ville où tout le monde se fout de comment vous êtes habillé, Lauren se flatte d'attirer l'attention des gens qui se retournent sur son passage, étonnés. Beaucoup pensent que l'on tourne un film ou une pub, beaucoup demandent à la prendre en photo et quand elle explique sa passion, beaucoup la félicitent et l'encouragent.


(Photo : en.mogaznews.com)

Si elle reconnaît qu'une fois habillée et apprêtée, sa gestuelle, sa démarche et son attitude changent, Lauren n'est pourtant pas dans un jeu de rôle : "Je reste moi, je ne change pas de nom, je ne suis pas quelqu'un d'autre. Je ne vis pas dans une autre époque mais j'aime la mode de ce temps. J'ai arrêté une fois cette passion et je me sentais incomplète, vide. C'est ma façon d'être moi, d'exprimer ma féminité".
Notre nouvelle Marie-Antoinette a également participé au Carnaval de Venise (costumée bien sûr) ainsi qu'à une reconstitution historique à Versailles. Elle a également un faible pour la mode des Années Folles.


(Photo : laurenrossi.com)

Alors, de passage à New York, peut-être croiserez-vous Dame Lauren Rossi, au détour d'une allée ou d'une rue… Sinon, vous pouvez aller sur son site, laurenrossi.com ou la suivre sur Instagram.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1596
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   Sam 8 Sep - 21:15

J'aime beaucoup cet esprit, s'habiller comme on veut et comme on aime, loin des codes vestimentaires. Et les toilettes sont de toute beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3236
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 40
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   Lun 24 Sep - 20:51


Le destin tragique de Arpad Weisz



Un kilomètre, tout au plus. C'est la distance qui sépare le stade du FC Bologne de la via Valeriani, une artère résidentielle du sud de la capitale d'Émilie-Romagne. Un trajet qu'Arpad Weisz effectue à pied, jours d'entraînement comme de match. Un moment privilégié pour faire le vide dans son esprit ou, au contraire, se lancer dans de constructives réflexions. Voire apprécier tout simplement le bonheur de se trouver à Bologne, ville où le technicien hongrois et sa famille ont débarqué en janvier 1935. Mais, depuis quelques mois, ses pensées se font plus sombres. Nous sommes à la fin de l'été 1938 et Arpad Weisz semble désemparé. Le 9 septembre, le pouvoir fasciste a publié un décret qui oblige les juifs non italiens arrivés après le 1 er janvier 1919, ainsi que ceux naturalisés au-delà de cette date, à quitter le pays dans les six mois.

Il s'agit de la première salve des lois raciales promulguées par le pouvoir à la suite de son rapprochement avec l'Allemagne nazie, qui seront ratifiées par le roi d'Italie en novembre. L'ex-international hongrois se questionne: doit-il rester à Bologne et tabler sur sa popularité pour espérer une protection? Ou bien va-t-il être contraint de quitter la péninsule? En octobre, Weisz démissionne de son poste et, après des semaines à attendre une hypothétique amélioration de la situation, lui et les siens prennent le train pour Paris, le 10 janvier 1939. Ils ne le savent pas encore, mais ils viennent d'entamer le chemin vers l'enfer et l'oubli…

C'est un point de bascule décisif pour Arpad Weisz, comme pour beaucoup de juifs d'Italie. Avant que les lois raciales ne viennent chambouler son existence, il était un entraîneur comblé, admiré et respecté. Mieux même: cet homme né le 16 avril 1896 à Solt, localité de l'empire austro-hongrois, est considéré comme l'un des meilleurs techniciens de la Serie A. C'est que cet ancien ailier gauche passé par Törekves, le Makkabi Brno, Padoue et l'Inter Milan a réalisé des prodiges une fois sur le banc. Chez les Nerazzurri, il a lancé Giuseppe Meazza et remporté, en 1930, le premier Scudetto dans la formule de Championnat encore en vigueur de nos jours, puis en 1932 a sauvé la place de Bari parmi l'élite. Mais c'est à Bologne que Weisz a donné le meilleur de lui-même, après un court intérim à Novara.

Six mois de réglages lui ont suffi pour construire la formidable équipe qui met fin à la «dictature» de la Juventus (cinq titres de rang entre 1931 et 1935). C'est l'époque du «Bologna che tremare il mondo fa»,un Bologne qui fait trembler le monde et enlève deux Scudetti coup sur coup, en 1936 et 1937. Au printemps 1937, les Rossoblù disputent le tournoi de l'Exposition universelle de Paris, s'imposant face à la crème européenne : Bologne bat Sochaux, puis le Slavia Prague, avant de corriger 4-1 les maîtres anglais de Chelsea en finale ! Cette équipe de Bologne est un savant mélange de puissance et de maîtrise technique, autour d'Angelo Schiavio, buteur décisif du titre mondial italien de 1934.
Mais, au-delà des résultats, Arpad Weisz est surtout un innovateur. Il est l'un des premiers à s'attacher les services d'un préparateur physique et n'hésite pas à participer lui-même aux exercices. Il travaille l'aspect psychologique, est un adepte des mises au vert et favorise la cohésion du groupe par des dîners collectifs au restaurant. Curieux de tout, il effectue en 1928-29 un long voyage d'études en Amérique du Sud. Attentif à la circulation des joueurs et du ballon, ce fin tacticien publie même en 1930 un ouvrage de référence en collaboration avec un dirigeant de l'Inter. Un sacré pedigree qui, pourtant, va être balayé par le vent de l'histoire.

Voulant mettre sa famille à l'abri, Weisz va finir, involontairement, par la jeter dans la gueule du loup. Plutôt que de migrer vers l'Angleterre ou le continent américain, il se dit que la France représente un refuge plutôt sûr. Il n'imagine pas que les Allemands y pénétreront quelques mois plus tard.Weisz et les siens sont déjà partis après seulement un trimestre, lassés par la vie à l'hôtel et le manque de perspectives professionnelles, en dehors d'une vague touche avec le Red Star. Contacté par l'un des plus influents dirigeants des Pays-Bas, Karel Lotsy, le technicien finit par signer au Dordrecht FC, un club semi-professionnel.

Pendant deux ans, il y fait des miracles, obtenant deux belles cinquièmes places dans sa poule de Championnat. Hors des terrains, il se fait le plus discret possible, gage, selon lui, de sécurité. Il pense pouvoir passer entre les gouttes. D'autant qu'il n'est pas pratiquant et que ses enfants, Roberto et Clara, ont été baptisés selon le rite catholique. Ces certitudes vont être ébranlées après l'invasion des Pays Bas par la Wehrmacht, le 10 mai 1940. Ici aussi, les décrets antijuifs se succèdent et le coach hongrois est obligé d'abandonner son emploi fin septembre 1941. Les Weisz sont courageusement aidés par le président du club, Willem van Twist. Ce dernier ne pourra cependant empêcher leur arrestation par la Gestapo le 2 août 1942 et leur internement au camp de transit de Westerbork, dans le nord est des Pays-Bas.

C'est de là que, exactement deux mois plus tard, partiront les quatre membres de la famille, entassés dans un wagon à bestiaux. La destination, hélas, est sans appel: le funeste complexe concentrationnaire d'Auschwitz-Birkenau. Ilona Weisz et les deux enfants sont gazés dès leur arrivée. Arpad, lui, est épargné. Ou plutôt, son supplice se prolonge : il est condamné aux travaux forcés, jusqu'à sa mort le 31 janvier 1944. L'un des plus brillants techniciens de la première moitié du XXe siècle meurt dans la solitude et l'oubli. Jusqu'à ce que, au siècle suivant, des hommes inspirés, à commencer par le journaliste italien Matteo Marani, auteur d'un remarquable ouvrage-enquête (Du Scudetto à Auschwitz, 2007), fassent revivre son souvenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3295
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   Ven 28 Sep - 21:06

Merci pour ces dernières découvertes.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 7172
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   Dim 30 Sep - 8:19

Laurie Marker, la Dame aux guépards


(Photo : untoldafrica.com)

Le plus rapide des animaux terrestres est menacé de disparaître à grande vitesse également… Mais de bonnes nouvelles nous parviennent de Namibie où se trouve désormais la plus forte population de guépards, environ 4000 en liberté.

Problème : les félins s'attaquent aux troupeaux, véritable buffet à volonté, au grand désespoir des éleveurs qui se sont donc mis à les traquer et poser des pièges pour sauver leur moyen de subsistance.
C'est là qu'intervient Laurie Marker, une vétérinaire américaine de 63 ans qui a tout quitté pour créer dans le nord du pays un refuge pour soigner les guépards blessés, aidée par des bénévoles. Le moyen également de procéder à des analyses complètes et un recensement précis de la population du félin.

Mais Laurie va plus loin. En 1994, elle propose aux éleveurs un changement radical : faire venir dans le bush éthiopien des Kangals, chiens de berger d'Anatolie. Des chiens imposants, de véritables molosses qui en plus supportent bien la fournaise éthiopienne. Et qui surtout se révèlent plus efficaces que les petits chiens utilisés jusqu'ici par les éleveurs. Le résultat est sans appel : une chute des attaques de guépards de 60 à 80% par endroits. Apeurés par les molosses, les félins préfèrent tourner les coussinets. Désormais, les éleveurs se bousculent pour venir acquérir chacun leur toutou et nouvel ange gardien. Et surtout, ils laissent tranquilles les guépards.

Laurie Marker semble donc avoir réussi son pari dont celui de faire changer les mentalités, ce qui n'est pas un mince exploit. Sa ferme aux guépards reçoit 10 000 visiteurs chaque année, votre Voyageur y est passé lors de son séjour en Namibie. Certains des fauves y resteront à vie, devenus trop familiers avec les hommes pour retourner à la vie sauvage, d'autres sont relâchés dans la nature (251 depuis 1991).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES   

Revenir en haut Aller en bas
 
GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» GALERIE DE PERSONNAGES ATYPIQUES
» Manga | Personnages pris
» (Galerie Amon Barad) Osgiliath // Mordor
» [Galerie] Smaug.
» Les personnages joueurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA RESIDENCE :: Le salon-
Sauter vers: