AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 AMERICAN GODS (Neil Gaiman)

Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6976
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Sam 3 Fév - 11:13


Une grande claque dans la gueule. Je l'ai lu sur les conseils de mon ami d'enfance et je suis resté scotché.

Alors, j'ai hésité à le mettre ici car on est plus dans le Fantastique que la SF mais on a aussi de la Fantasy quelque part, vous allez voir pourquoi. American gods est un mélange, une sorte de conte philosophique, de récit fantastique et de road-movie mêlé de mythologie et de rock. L'histoire, pour simplifier :
En sortant de prison, Ombre (c'est son nom) apprend la mort de sa femme et de son meilleur ami dans un accident de voiture. A bord de l'avion qui le ramène chez lui, il se fait embaucher comme garde du corps par un personnage étrange dénommé Mister Wednesday. Ombre le rencontre un mercredi (Jour de Wotan, ou Odin en anglais). Ce dernier l'entraîne dans un long périple à travers les Etats-Unis et Ombre découvre bientôt que son boss n'est autre que l'ancien dieu nordique Odin qui tente de rallier à sa cause les autres anciens dieux et quelques personnages mythologiques afin de mener une guerre sans merci aux divinités plus récentes de l'Amérique que sont la voiture, Internet, la télévision et les médias...

Un OVNI, totalement. Un scénario délirant, incroyable. Voici donc Odin, la reine de Saba, Anubis, Loki, un Djinn, une déesse indoue... à notre époque et tentant de survivre. Ils sont immortels mais leurs adorateurs ont disparu depuis longtemps, alors ils doivent s'adapter pour survivre dans ce monde si différent et si ennuyeux (Thor ne l'a pas supporté et s'est suicidé). Toutes ces divinités, usées par l'ennui de leur immortalité, ont sombré : la reine de Saba est devenue une "escort" qui tapine sur internet, Thot et Anubis travaillent dans les pompes funèbres, Odin est un escroc, le Djinn est chauffeur de taxi, d'autres sont devenus tueurs en série ou travaillent dans un abattoir... Une mythologie "underground" comme le dit notre auteur avec des dieux tombés de leur piédestal et tombés bien bas, vaincus par Internet, les médias, la télévision, nouvelles divinités des masses.

Un road-movie délirant, avec des anciens dieux et personnages mythologiques déjantés qui, à la suite d'Odin, tentent de refaire surface pour reconquérir leur splendeur passée. Le tout avec une critique au vitriol de l'Amérique contemporaine, une analyse au scalpel de l'Amérique des séries, des références constantes à la culture américaine populaire... L'auteur nous inonde d'images, de clichés et de références sur l'Amérique télévisuelle et cinématographique, sur le règne des images, avec de nombreuses références de musique rock également, souvent "underground". Les livres ont disparu, remplacés par la TV, Internet et le règne de l'image.
C'est aussi un voyage à travers le pays, des grandes métropoles aux états désertés, à travers des réserves indiennes ravagées par l'alcool, le SIDA, la drogue et des campagnes passées sous la coupe de grandes chaînes de distribution et de fast-food. Entre une cuite et un paquet de clopes, nos divinités tentent donc de se rassembler et de refaire surface, nostalgiques de leur grande époque, pleine de magie et de mystère.

Conte philosophique underground, road-movie rock et fantastique, critique acerbe de la société américaine contemporaine, American gods est un OVNI, difficile à définir. Si, littérairement et au niveau du style, il n'y a rien de spécial à dire, au niveau du sujet et du scénario, c'est d'une inventivité et d'une originalité incroyables. Le genre d'histoire qu'on aime ou qu'on déteste dès le début. Perso, je suis accro.


La série TV

Devant le succès, une série TV a été créée en 2017 par Bryan Fuller et Michael Green.
Alors attention, la série est aussi déjantée que le livre. On est là dans un OVNI télévisuel, qui louche clairement vers du David Lynch à son meilleur, avec une atmosphère étonnante et une galerie de personnages déjantés. Ne serait-ce que Gilian Anderson qui, très loin de X-Files est souvent méconnaissable. Comme lorsqu'elle incarne Media, dieu moderne des médias donc et dont l'écran est le nouvel autel :


Une divinité protéiforme, qui se métamorphose en Léonardo di Caprio, en Ziggy Stardust ou encore en Marilyn Monroe :


Une série pour public averti également, avec des dieux qui fument, qui picolent et qui baisent, employant un langage volontiers ordurier. Des scènes de nudité qui ont fait beaucoup parler aussi, comme celle entre Salim et le Djinn, dans l'épisode 3 : Salim, un iranien paumé, timide et complexé, coincé aux USA et qui survit difficilement dans un job de merde, rencontre un Djinn, reconverti en chauffeur de taxi, condamné à cette nouvelle vie et qui cache ses yeux de flammes derrière ses lunettes noires. Le mortel et l'immortel se retrouvent dans une chambre de motel et finissent par faire l'amour. Au réveil, le Djinn a disparu et, fouillant ses vêtements, Salim y découvre les papiers et la licence du taxi à son nom à lui et avec sa photo. En se donnant au génie pour briser leur deux solitudes, il a brisé l'enchantement qui liait ce dernier et l'a libéré. En échange, l'immortel lui donne un travail et la liberté.


Très bonne prestation également de Yetide Badaki en Reine de Saba mante religieuse, dans sa chambre rouge sang ornée de bougies et qui sacrifie (littéralement) ses amants à sa beauté et sa sensualité. Au plus fort du plaisir, elle les dévore par le vagin (!) afin d'absorber leur énergie vitale et ainsi prolonger sa beauté et sa jeunesse...


Une série décapante, pour public averti mais fidèle à l'esprit du roman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

avatar

Masculin Messages : 3252
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Sam 3 Fév - 15:16

Pas encore lu, mais sur ma liste.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6976
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Sam 3 Fév - 15:37

C'est assez surprenant, je pense qu'on accroche tout de suite ou pas à ce road-movie inattendu.
Certains diront qu'au niveau écriture, ça casse vraiment pas des barres et qu'on ne voit pas où veut aller l'auteur, que c'est long parfois (et je suis d'accord). D'autres iront plus loin, y verront la critique féroce de notre époque, notre besoin, quoi qu'il arrive, de nous créer de nouvelles idoles... Si on en a la possibilité, je conseille de le feuilleter un moment avant d'éventuellement l'acheter.

J'ai surtout accroché à cette galerie de personnages atypiques comme je les aime, ces dieux et créatures mythologiques perdus, dépassés, usés par leur immortalité mais qui refusent de mourir. Par contre, si l'on peut, il faut faire l'effort de le lire en anglais, la version française est trop différente, rien qu'avec des noms qui changent, Mr.Wednesday (alias Odin) devenant Voyageur, on se demande bien pourquoi...

Quant à la série, les critiques sont élogieuses et Neil Gaiman, l'auteur du livre, s'en est dit très satisfait. Elle repose principalement sur un casting solide et une certaine atmosphère, souvent nocturne, motels sordides et paumés, bars louches... Attention, je le répète, c'est pour un public averti, avec des scènes pouvant être dérangeantes pour certains : nos dieux restent des dieux, la vie des simples mortels ne vaut pas grand-chose à leurs yeux, même s'il y a des exceptions comme l'histoire d'amour entre Salim et le Djinn. Chaque épisode, avec la virée d'Ombre et d'Odin en fil rouge, est l'occasion de rencontrer une nouvelle divinité, son histoire, sa déchéance.
Et mention spéciale à Gilian Anderson, qui a su briser son image trop lisse et trop sage de X-Files.

Mr. Wednesday (alias Odin) et Ombre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1489
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Sam 3 Fév - 20:49

Je l'ai lu il y a quelques années et bof, bof. Je ne me rappelle que fort peu de la fin, c'est dire. Mais je me souviens que l'auteur avait réussi à être suffisamment inventif pour me contraindre, cahin.caha à lire le livre jusqu'à bout. J'ai bien aimé la conclusion du pari perdu ^^. Mais oui, c'est une écriture très ennuyeuse, médiocre je dirais.
Il faut noter que l'idée n'est pas neuve. C'est Malpertuis de Jean Ray qui je crois préfigure l'idée, avec des dieux grecs aux pouvoirs presque disparus, enfermés dans une maison.

Je retiens la série.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6976
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Sam 3 Fév - 21:07

Je le concède, niveau écriture, c'est pas un futur Prix Pulitzer... Et je reconnais qu'on a la tentation de lâcher à un moment. Mais l'originalité et l'inventivité du scénario sauvent tout à mon avis.

Je pense que pour une première approche de l'œuvre, pour se faire une idée, la série est effectivement préférable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1489
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Dim 4 Fév - 21:34

Je ne connais pas la série, mais pourquoi pas.

Par rapport à l'intrigue, je ne sais pas, la fin m'a laissé comme un arrière goût bizarre... Probablement parce que je n'ai pas adhéré à la nature des paradigmes qui s'affrontent. Il y a comme un hiatus qui m'a profondément gêné, une turpitude qui sied mal à l'idée que l'on peut se faire du divin, un prosaïsme qui à la longue m'a répugné et pour finir une idée que l'on se fait de la littérature que je ne supporte pas.
Je suis pourtant aller jusqu'au bout parce que les personnages et l'ambiance générale sont bien campés, la construction de l'histoire est franchement agréable à suivre et que l'on ne peut pas reprocher à Gaiman de ne pas savoir où il va ; c'est pensé du début à la fin et c'est agréable à suivre. C'est moderne, dans l'air du temps et correspond bien aux interrogations de nos sociétés. Mais ce n'est franchement pas ma tasse de thé ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6976
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Dim 4 Fév - 22:38

Le fait que ces dieux et personnages soient terriblement humains, surtout dans leur déchéance, ne m'a pas gêné, bien au contraire. Grecs et romains par exemple voyaient ainsi leurs dieux, très humains, les seules différences étant au fond leur beauté et leur éternité. Car si on y regarde de plus près, Gaiman est bien sage comparé à la mythologie grecque où c'est inceste, sexe, zoophilie, trahison, châtiments inhumains genre Prométhée se faisant bouffer le foie par un aigle chaque matin ou Œdipe, condamné par la prophétie à tuer son père et épouser sa mère. Sans parler de Zeus qui épouse sa sœur Héra, d'Hadès qui enlève sa nièce Perséphone pour en faire sa femme, de Zeus encore qui possède Léda sous la forme d'un cygne ou Pasiphaé qui se donne à un taureau pour enfanter le Minotaure...

Et voir ces dieux tomber, tomber si bas, je trouve ça assez jubilatoire. D'autant que Gaiman le fait très bien avec la belle Balquis qui tapine et "dévore" ses amants, Anubis dieu des embaumeurs qui travaille dans une entreprise de pompes funèbres... Ou Odin, irrésistible en vieil escroc fatigué, roublard à la petite semaine et pathétique. Minable mais qui s'accroche à sa splendeur passée, qui tient bon, encore capable de mordre.
Oui, dans ce bouquin, les dieux sont très fatigués mais ils ont encore la niaque et cette thématique m'a franchement plu.
Quant à la critique virulente de la société américaine, de ce culte pour l'image, les média, la communication, c'est assez dans l'air du temps, c'est vrai, mais là encore, je trouve ça bien fait avec ces nouveaux moyens de communication déifiés à leur tour, objets d'adoration des masses, nouvelles idoles.
"L'écran est mon autel, je suis celui auquel ils sacrifient. Assis côte à côte, s'ignorant les uns les autres et s'abandonnant totalement à moi." (Media, nouveau dieu de l'Amérique)
Je trouve cette personnification très réussie, avec ce dieu aux multiples avatars, Ziggy Stardust, Marilyn Monroe...

Mon seul regret est que l'écriture, le style, ne suivent pas. De ce côté là, c'est vraiment plat, je le reconnais et le déplore, et il faut vraiment être emballé ou avoir envie de connaître la fin pour finir le bouquin. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1489
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Lun 5 Fév - 18:24

C'est un peu mon problème en fait. Ce qui toi, te fait aimer ce livre, me le rend pénible. À partir du moment où ces Dieux sont comme des humains - le vieil escroc, la tapineuse, l'homme de main à la petite semaine, etc., je n'en vois pas l'intérêt - un vrai sérial killer, une vrai prostitué, un véritable arnaqueur auraient tout aussi bien fait l'affaire. Les exemples que tu cites sont justement ceux de la démesure, de cette hybris propre aux divinités qui consumerait n'importe quel être humain. Ce qui me gêne, ce n'est pas la déchéance en elle-même, c'est qu'elle se part aussi d'une assimilation comportementale et sociale des divinités pour en faire de simples caves, presque des cassos.
Spoiler:
 
Et donc la vraie question peut-être, c'est à quoi servent franchement les dieux dans ce roman ? N'en faire qu'une métaphore, même filée, est un peu juste je trouve. Mais j'ai fini le livre, hein ! Je pousse et développe simplement un argumentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6976
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   Lun 5 Fév - 18:43

Ils sont comme des humains mais ils ne le sont pas justement. Ils gardent leur immortalité, leur éternité, leurs pouvoirs pour certains. De "vrais" escrocs ou looser seraient trop banals. Ils sont passés de l'Olympe à l'Enfer, c'est ça qui les rend attachants pour moi, qui rend leur déchéance si terrible, si immersive. Leur essence divine donne à leur déchéance une intensité qu'ils n'auraient pas s'ils n'étaient que de simples mortels.

C'est vrai, j'ai toujours eu un faible pour les auteurs qui osent (avec talent) dynamiter les mythes et leurs clichés. Comme Ann Rice l'a fait avec ses vampires, flamboyants et sensuels, fragiles, pathétiques et malgré tout libres. Ou comme le Dracula de Coppola pour rester sur le vampire. C'est pareil ici : des dieux hiératiques et majestueux, intouchables, perdus dans leur Olympe, ne m'intéressent pas. C'est beau comme l'Antique mais c'est chiant. C'est comme pour certains acteurs/actrices ou artistes : j'aime les personnages flamboyants, tragiques, "bigger than life", les vies d'excès et de folie... Un artiste sage et heureux, avec sa petite famille et sa petite vie bien tranquille, on s'en fout. Ce que les gens aiment, c'est le scandale, les frasques et la démesure autant que le talent. Sûrement parce qu'ils y projettent leurs propres fantasmes et envies, qu'ils les vivent ainsi par procuration...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AMERICAN GODS (Neil Gaiman)   

Revenir en haut Aller en bas
 
AMERICAN GODS (Neil Gaiman)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section Science Fiction :: Autres auteurs (SF)-
Sauter vers: