AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...

Aller en bas 
AuteurMessage
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Mer 6 Déc - 21:58

Edgard Félix Pierre Jacobs, plus connu sous le nom d'Edgar P. Jacobs, né le 30 mars 1904 à Bruxelles et mort le 20 février 1987 à Lasne (Belgique), est un auteur de bande dessinée belge, créateur notamment de la série des Blake et Mortimer, et un des collaborateurs d'Hergé.

Blake et Mortimer est une série de bande dessinée créée en 1946, reprise après la mort de Jacobs en 1987 par divers auteurs.

Citation :
Les originaux par Edgar P. Jacobs :

Le Secret de l'Espadon
Le mystère de la grande pyramide
La Marque jaune
L'Énigme de l'Atlantide
S.O.S. Météores
Le Piège diabolique
L'Affaire du collier
Les 3 Formules du professeur Satō Edgar P. Jacobs (Tome 1) / Bob de Moor (Tome 2)

Citation :

Le charme de la série tient, entre autres, au savant mélange de réalisme et de science-fiction. Si dans Le Secret de l'Espadon l'aventure est surtout d'ordre militaire et technologique et dans Le Mystère de la Grande Pyramide plutôt historique et ésotérique, des albums comme La Marque jaune, L'Énigme de l'Atlantide ou Le Piège diabolique mêlent l'action guerrière ou policière à l'utilisation des découvertes scientifiques. Edgar P. Jacobs se distingue notamment par sa volonté de réalisme et d'exactitude dans le détail. Travaillant souvent d'après photographies ou croquis de repérages, il a créé un monde dans lequel la fiction devient ainsi complètement plausible...

C'est justement cette alchimie de réalisme et de SF que j'appréciais dans cette série. Je n'ai jamais vraiment accroché au Secret de l'Espadon, trop militaire et technologique pour mes goûts. À partir du Mystère de la Grande Pyramide inclus, commence ma période préférée de cette série... jusqu'à L'Affaire du Collier que je n'ai pas trop apprécié, probablement car il est dénué de cette touche de SF... qui fera un peu réapparition de le 1er volume du Prof Sato.

À la suite de la mort d'Edgar P. Jacobs et malgré son refus de prolonger la série, Blake et Mortimer fait l'objet d'une reprise par plusieurs auteurs. Généralement, deux équipes composées chacune d'un scénariste et d'un dessinateur travaillent en parallèle sur de nouveaux albums :

Citation :
Titre , scénario, dessin :
L'Affaire Francis Blake ... Jean Van Hamme Ted Benoit
La Machination Voronov ... Yves Sente André Juillard
L'Étrange Rendez-vous ... Jean Van Hamme Ted Benoit
Les Sarcophages du 6e continent ... Yves Sente André Juillard
Le Sanctuaire du Gondwana ... Yves Sente André Juillard
La Malédiction des trente deniers ... Jean Van Hamme René Sterne et Chantal De Spiegeleer (Tome 1) Antoine Aubin (Tome 2)
Le Serment des cinq Lords ... Yves Sente André Juillard
L'Onde Septimus Jean Dufaux ... Antoine Aubin et Étienne Schréder
Le Bâton de Plutarque ... Yves Sente André Juillard
Le Testament de William S. ... Yves Sente André Juillard

Un mot déjà : qu'on fasse une fin posthume aux 3 formules du Prof Sato, est bien compréhensible, ce fut l'objet de nombreuses spéculations générée par l'absence de fin de l'histoire, l'une des plus grosses frustrations de l'histoire de la BD.
Mais qu'on reprenne la série en s'opposant à la volonté de l'auteur, procédé fréquent et dicté par des fins mercantiles, me paraît déplorable.
Dans ce genre de cas de figure, fort répandu, les élèves font dans l'immense majorité des cas moins bien que le maître. Parfois, on peut néanmoins tomber sur une bonne surprise, et j'y viendrais concernant un ou deux nouveaux Blake & Mortimer.

L'Affaire Francis Blake, et La Machination Voronov, souffrent pour moi d'un énorme défaut : ce sont de pures histoires d'espionnage. On ne retrouve pas le côté fantastique de Jacobs, cette part du rêve. Ce sont des histoires d'espionnage finalement assez classiques, avec du suspense, des rebondissements de situation, bref ce à quoi l'on peut s'attendre. La volonté de bien faire, pas de prise de risque, on blinde les scénarios ... avec pour résultat final bien peu de fantaisie. Finalement, ces histoires auraient pu avoir à peu près n'importe quels protagonistes autre que Blake & Mortimer, n'importe quels héros d'espionnage auraient pu s'y substituer. Trop lisse, trop aseptisé. Je préfère quand même la Machination Voronov qui prend un peu plus de risque, nous offre un méchant un peu charismatique, une jolie savante russe qui permet de spéculer sur une éventuelle amourette avec Blake. D'ailleurs, en parlant de méchant, il est dommageable que Jacobs ait été à ce point fasciné par Olrik et qu'il soit un quasi incontournable dans le cahier des charges, parce que question surprise, on s'attend à le retrouver dans chaque tome.

Mais alors l'Affaire Francis Blake, gros succès d'édition, parlons-en... Van Hamme n'est pas un débutant (la série XIII, Largo Wynch... ) , mais ses scénarios souffrent parfois d'après moi de son désir du revirement de situation à tout prix (genre découverte du traître) au mépris de la vraisemblance, comme dans le tome 1 de Largo Wynch. Parfois, plus la ficelle est grosse... Le postulat de l'Affaire Francis Blake ne tient pas deux minutes. Enfin si, il va tenir quelques pages. Un adversaire de Blake lui dira d'ailleurs comment il espérait abuser son monde avec un piège aussi grossier, comme quoi. Enfin bref, L'Affaire Francis Blake, ou le tome 1 de Largo Wynch, souffrent pour moi du syndrome Usual Suspect, où il faut surprendre le lecteur encore et encore avec des révélations... hélas, cela se fait parfois au prix de quelques sacrifices sur la vraisemblance. Moi, ça m'énerve. Tiens, en passant, Olrik utilise un anagramme de son nom comme couverture. Houhou ? Cela ne choque personne ? Dans une histoire pour jeunes ados, je veux bien, mais là, on parle de l'un des plus grands espions. Caricatural, mais risible, et irritant.

La Machination Voronov m'a plu un peu plus, mais bon, côté vraisemblance, au niveau des connaissances médicales, il aurait peut-être mieux valu s'abstenir, avec quelques grosses incohérences :
- bactéries survivant dans l'espace, mais pas dans le corps de leur victime ?
- la contagion qui s'arrête  toujours à une seule personne infectée, presque aussi risible que le nuage radioactif qui ne passe pas les frontières ?
- une maladie génétique qui existe bel et bien, et qui protège contre la paludisme, du à un parasite, OK. Mais les auteurs ne font pas de différence entre parasite et bactérie ?

Bref, je n'ai ni apprécié l'Affaire Francis Blake, ni La Machination Voronov malgré un léger mieux, et ces histoires ne sont pas fidèles à l'esprit fantastique de Jacobs qui en faisait pour moi toute la particularité.

Prochainement, je parlerai du tome suivant, L'Étrange Rendez-vous...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216


Dernière édition par VIC le Dim 10 Déc - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1380
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Sam 9 Déc - 7:41

Excellente idée que de critiquer/donner son avis sur ces ouvrages. Je les ai jusqu'au Sanctuaire du Gondwana me semble-t-il. Je vais donc derechef relire les deux "tomes critiqués" pour tenter de compléter ton point de vue.
J'en profite au passage pour dire que B&M est une de mes séries de BD préférées - commencée avec Le mystère de la grande pyramide (qu'il manque dans ton listing ^^). Le rayon U (qui n'est ps un B&M) avait servi de base à ma première aventure littéraire vite abandonnée ^^. La marque jaune est longtemps restée ma BD préférée ; j'ai mis du temps à apprécier S.O.S. Météores et je n'ai jamais vraiment aimé L'affaire du collier - vaguement ennuyeuse. Et je déteste les sempiternels retours d'Olrik - qui me gâchent bien souvent la lecture de l'histoire.


Dernière édition par Astre*Solitaire le Dim 14 Jan - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 10 Déc - 16:36

Astre*Solitaire a écrit:
Excellente idée que de critiquer/donner son avis sur ces ouvrages.
On l'avait évoqué sur le forum., d'où l'idée du sujet. J'ai commencé peut-être à tort par les post EPJ, puisque nos avis semblaient diverger en terme de goût.


Astre*Solitaire a écrit:
Le mystère de la grande pyramide (qu'il manque dans ton listing ^^). Le rayon U (qui n'est ps un B&M) avait servi de base à ma première aventure littéraire vite abandonnée ^^.
Erreur de copié collé pour la Grande Pyramide, je vais y remédier. Pour le Rayon U, je crois que nous en avons parlé dans le sujet Flash Gordon. J'adore le Rayon U.


Astre*Solitaire a écrit:
... et je n'ai jamais vraiment aimé L'affaire du collier - vaguement ennuyeuse. Et je déteste les sempiternels retours d'Olrik - qui me gâchent bien souvent la lecture de l'histoire.
Tout pareil. Les retours d'Olrik n'arrivent pas à me gâcher la lecture quand même, mais c'est déplorable car on s'attend systématiquement à le revoir dans chaque tome. Un peu de renouvellement niveau méchant aurait été le bienvenu, comme celui de la Machination Voronov qui avait un bon potentiel.

Je viens de finir l'Étrange rendez-vous que je critiquerai bientôt. Si possible après ta réponse sur L'Affaire Francis Blake et La Machination Voronov.
Niveau collection je me suis arrêté juste avant le Sanctuaire du Gondwana, que j'avais lu avec un ou deux autres ensuite, mais que je me sens incapable de critiquer sans relecture (ce qui devra passer par d'éventuels emprunts à la bibliothèque).
Je vais en profiter aussi pour relire dans l'ordre les opus d'EPJ, cela me prend tous les 10 ans environ, et cela l'occasion d'une mini chronique tome par tome.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216


Dernière édition par VIC le Dim 10 Déc - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Long John Silver

avatar

Masculin Poissons Messages : 205
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 45
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 10 Déc - 17:11

Je ne suis pas un grand fan de Jacobs, je n'aime pas trop sa narration. Le fait d'expliquer en partie ce que l'on voit dans les cases me gâche un peu le plaisir. Quand à l'unique méchant... Rolling Eyes

Bon j'aime quand même certains opus :
- Le mystère de la grande pyramide
- La Marque jaune
- L'Affaire du collier
- Les 3 Formules du professeur Satō

Pour les suites, L'Affaire Francis Blake pas mal sans plus. Les autres, je les ouvre, je les feuillette, puis je les repose. J'ai trop de choses à lire pour me faire violence et m'y atteler. Un jour peut- être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6822
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 10 Déc - 18:03

J'ai jamais accroché avec cette BD non plus. Les dessins ne m'ont jamais emballé et je trouve à l'ensemble un côté désuet, vieillot et guindé que n'ont pas d'autres BD de cette période et de ce style, plus énergiques, plus dynamiques. Blake et Mortimer m'a toujours semblé trop... académique, formaté, universitaire.

J'ai de toutes façons pris mes distances depuis quelques temps avec cette époque et ce style, ces héros en ligne claire flanqués d'un acolyte qui finit par former avec eux un vieux couple sans oublier le grand méchant qui revient régulièrement faire coucou. Je trouve que ça a mal vieilli et que le côté "nostalgie" ne sauve pas tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1380
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 10 Déc - 18:52

J'adore Jacobs et sa narration, même si à de rares moments, je pense qu'il aurait pu, dû, laisser la case sans commentaire. Mais oui, moi c'est un des trucs qui me fait accrocher à cette BD.
Par contre, en essayant d'être objectif, force m'est de reconnaître que tu as bien raison VS : c'est vieillot, guindé et très académique - mais formaté, dans un certain sens non, sauf si les gentils qui gagnent et que le méchant qui revient toujours perdre, soit du formatage.
Ça a vieilli, c'est sûr (le péril jaune, mon Dieu), mais il y a quelque chose de tellement criant de vérité dans ces planches, que lorsque je suis plongé dans l'histoire, j'y crois - ce qui ne m'arrive jamais avec une aventure de Spiderman ^^.

@Vic : j'ai trouvé cette remarque sur le site suivant BD Krinein : « Contrairement à Hergé, Edgar P. Jacobs ne s’est jamais opposé à ce que ses personnages lui survivent. C’est pourquoi de nouveaux albums atteignent aujourd’hui encore les librairies… ». Une petite polémique ?? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 10 Déc - 20:07

Pour la polémique sur EPJ, c'est contradictoire avec ce que j'ai lu sur Wikipedia... qui dit souvent des c...

Voyageur Solitaire a écrit:
J'ai jamais accroché avec cette BD non plus. Les dessins ne m'ont jamais emballé et je trouve à l'ensemble un côté désuet, vieillot et guindé que n'ont pas d'autres BD de cette période et de ce style, plus énergiques, plus dynamiques. Blake et Mortimer m'a toujours semblé trop... académique, formaté, universitaire.
Je ne suis pas convaincu par les "autres BD de cette période et de ce style" pour différentes raisons, notamment qu'il n'y a pas beaucoup de dessinateurs dans ce style à l'époque, pour permettre des comparaisons.

Avant, le dieu tout-puissant dont il était l'assistant, c'est évidemment Hergé.
Les Cigares du pharaon, où son style apparaît maîtrisé, date de 1934, et sera suivi par le graphiquement génial Lotus Bleu.
Sauf que, signalons quand même :
Citation :
Jacopbs se lie d'amitié avec Hergé et travaille avec lui à la refonte de l'illustration des albums Tintin au Congo, Tintin en Amérique, Le Sceptre d'Ottokar, et Le Lotus bleu en 1943, puis il collabore l'année suivante aux Sept Boules de cristal et au Temple du Soleil, participant notamment au dessin des décors, des matériels et des équipements.
Je passe sur les 2 premiers Tintin, pour m'attarder sur le Lotus Bleu. Se dire que peut-être certains décors de ce chef d'oeuvre qu'est ont été réalisés par EPJ m'interpelle. Les tintinophiles doivent certainement s'être penchés sur la question et avoir la réponse.
Quant aux 7 Boules de Cristal, même sans le savoir quand j'étais jeune, il me semblait bien que c'était le Tintin plus proche de Blake & Mortimer, avec sa momie et sa touche fantastique. Cette touche fantastique, c'est là le génie d'EPJ et ce qui fera d'après moi sa marque (jaune^^)

Poursuivons :
Le premier Blake et Mortimer commence à être publié en 1946.
Les premiers albums d'Alix l'intrépide sont publiés en 1948, par Jacques Martin (qui rejoindra le studio Hergé bien plus tard).

Un petit florilège des style de BD dans les années 50 est visible ici, mais il manque beaucoup d'auteurs :
http://www.bdtheque.com/search.php?cboThemes=624&chkDetails=on&hidetop=1

Bon, alors récapitulons. Pour moi, c'est plutôt à J.Martin qu'il faudrait comparer EPJ. Notons quand même la Grande Menace de Martin en 1952, très inspiré par le Secret de l'Espadon :




Il me semble donc qu'il faut replacer l'apport de EPJ dans le contexte d'une offre réduite de BD à l'époque, Blake & Mortimer m'apparaissant comme peut-être, après le Flash Gordon original, l'une des premières séries populaires qui n'est pas seulement destinées aux enfants. Il y a un côté verbeux bien sûr, que l'on retrouve aussi chez Jules Verne, qui lorgnait aussi vers le fantastique. Pour le côté influences littéraires sur EPJ, je pense qu'il faudrait se pencher sur Gustave Le Rouge et son Mystérieux Docteur Cornélius (1911-1912, 5 vol.), lui-même inspiré par Verne et Paul d'Ivoi. Ainsi que par Jean Ray et Les Aventures de Harry Dickson (1929-1938).

Enfin bref, pour résumer, je pense que Blake et Mortimer a comblé un vide dans la BD. Il est fondamental d'essayer de se mettre à la place des jeunes lecteurs de l'époque... et de se rappeler qu'après guerre, dixit mon père, l'offre de BD était rare et le budget des enfants aussi. Un album de Tintin ou un EPJ, c'était un luxe. Les gamins en rêvaient, d'où frustration peut-être, et collectionnite plus tard une fois devenus adultes avec des moyens financiers.

Ceci, dit, pas besoin de les avoir lus à l'époque de leur sortie. Moi-même, qui suis de la génération d'après, j'ai beaucoup apprécié leurs aventures. Cela offrait une alternative aux Tintin que je trouvais gnangnan à cause d'Haddock ou des Duponts. Comme beaucoup de choses, tout dépend dans quel ordre on les découvre. L'importance du choc de la découverte de la 1ère BD, du 1er film ou du 1er livre qui parle d'un concept précis (comme les paradoxes temporels par exemple, ou bien l'amnésie du héros) est pour moi fondamental : ce qui semble nouveau marque l'imagination et fait que l'on trouve ça génial (alors que si ça se trouve, ça parle d'un truc archi connu).

Je peux comprendre que certains trouvent désuet Blake et Mortimer, mais il y a un fait : leurs aventures se passent dans la vieille Angleterre aristocrate (trois raisons d'être désuet ^^). Fait-on le même reproche à Sherlock Holmes ou Hercule Poirot ? Alors qu'Alix, se déroulant dans l'antiquité, est protégé de ce côté désuet ou démodé, avec un cadre bien plus éloigné du notre.

Tout comme Sherlock Holmes, Blake et Mortimer sont très ritualisés : un home sweet home, un dîner au club, un bon feu de cheminée, sont des ingrédients répétitifs qui plantent le décor.
C'est à rapprocher d'un autre série d'espionnage qui sera écrite après Le secret de l'Espadon, de 1953 à 1964 : James Bond. Série qui sera aussi très ritualisée avec des codes, le passage obligé aux labo des gadgets, etc., en tout cas pour ce qui est des films (je n'en n'ai jamais lus).
James Bond lutte aussi contre des espions, des criminels, et savants fous, tout comme B&M.

Bon, c'est fini. J'étais parti pour une réponse courte, et comme souvent, je me suis laissé embarqué dans plein de directions différentes.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6822
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 10 Déc - 21:12

" un home sweet home, un dîner au club, un bon feu de cheminée, sont des ingrédients répétitifs qui plantent le décor."

C'est une des choses que je reproche justement à cette BD, ce côté répétitif de certains décors et scènes. Tintin y échappe, même à l'époque où il s'installe définitivement à Moulinsart, par ses nombreux voyages principalement. Une seule aventure se déroule intégralement au château, Les bijoux de la Castafiore et on ne le voit pas prendre le petit-déjeuner en robe de chambre et pantoufles à chaque album. Hergé laisse penser qu'il forme désormais une vraie famille avec Haddock, Tournesol et les autres mais c'est toujours suggéré par petites touches. Alors que Blake et Mortimer, on dirait franchement un vieux couple... Rien de mal à ça bien sûr. Après tout, dans leurs derniers albums, on voit bien Astérix et Obélix habiter la même maison et dormir dans la même chambre (Le fils d'Astérix) et ne parlons pas d'Alix et d'Enak...
Et Tintin a un dynamisme, une énergie (celle de sa jeunesse peut-être ?) que je ne retrouve pas chez Jacobs, académique, verbeux, très universitaire si je peux dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang

avatar

Masculin Messages : 1198
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Lun 11 Déc - 10:12

Blake et Mortimer, ça fait partie des BD que maman achetait. Les pavés de texte dans les phylactères pouvaient paraître rebutants (c'était un peu dans l'esprit de l'époque, voir par exemple les Tintin), mais ça ne posait pas de problème.

Celui qui m'a sans doute le plus impressionné c'est Le Piège diabolique, en particulier l'incursion dans le futur post-apocalyptique à la H.G. Wells. Et du coup forcément j'ai aussi beaucoup apprécié Le Rayon U. La Marque Jaune m'impressionnait par le côté surhumain du méchant.

Sinon, j'adore les ouvrages en plusieurs tomes qui permettent de construire une narration plus complexe : Le Mystère de la Grande Pyramide et Le Secret de l'Espadon (avec Kim Jong-un en guest star).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 14 Jan - 19:31

Allez, on reprend avec une présentation du 3è opus post "Prof Sato", donc écrit d'après E..Jacobs :
L'Étrange Rendez-vous, signé Jean Van Hamme Ted Benoit.

La couverture affiche la couleur, c'est le cas de le dire, avec un mystérieux rayon multicolore. Cette fois-ci, et je vais dire, enfin, le fantastique refait son apparition dans cette série. Globalement, j'ai préféré ce tome aux deux précédents, trop "espionnage pur" à mon goût. Sauf que là, on dirait presque que les auteurs sont tombés dans le piège adverse, parce que côté fantastique, ils ont mis le paquet avec une hypothèse sympathique car osée. Enfin pas si osée que ça, en regard à un tome d'E.P.Jacobs antérieur, comme le Piège Diabolique. Certains peuvent pourtant crier au grand n'importe quoi, car ce tome traite des E.T. façon Roswell.

Le décors de cette "vieille" Amérique façon David Vincent n'était pas forcément propice à un tome dépaysant, mais cela aurait pu être pire. Question personnages secondaires, je ne dirais rien sur les méchants. L'un est évidemment prévisible, l'autre absolument pas. D'ailleurs on peut se demander comment ce dernier a pu être intégré au projet, c'est tiré par les cheveux. Pas autant que le passage où Ramirez, un savant, débarque comme par hasard dans une planque plutôt secrète, et, miracle, prononce une phrase qui va donner la clé d'une énigme indéchiffrée : c'est assez grotesque. Décidément Van Hamme continue à fournir quelques invraisemblances.

Bonne surprise question personnage secondaire, une autre femme déterminée, comme dans le tome précédent. Elle n'apparaît que peu, mais c'est toujours un petit plus dans cette série où elles brillent souvent par leur absence.

Au final, un album assez quitte ou double, suivant que l'on apprécie le parti pris fantastique choisi par les auteurs. Même en y étant favorable, l'album me semble quand même assez moyen. J'ai bien aimé cette prise de risque, mais je trouve qu'il a quand même du mal à trouver sa place dans cette série, il fait un peu bande à part.

En bref : je l'ai préféré nettement aux deux précédents, mais cela ne casse pas des briques pour autant...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1380
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 14 Jan - 23:56

C'est, des nouveaux albums, mon préféré - de ceux que j'ai lus bien sûr - car enfin, enfin l'étrange, le fantastique, pointe son nez. Et il est normalement bien présent : l'espadon est une arme invincible, la magie des pyramides - Par Horus demeure ! - la marque jaune, le contrôle climatique, les voyages dans le temps, les fusées de l'Atlantide, des robots anthropomorphiques... Je veux dire, mince, y'a du rêve dans tout ça. J'aime bien les trucs d'espionnage ... mais je ne pense pas que les B&M s'y prêtent le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Lun 15 Jan - 0:47

Il m'avait laissé un bien meilleur souvenir. Je me souviens l'avoir conseillé à un ami avec un certain enthousiasme. Je l'ai revu à la baisse lors de ma relecture. La raison, outre la "surprise" de la découverte passée, est que je l'ai abordé cette fois-ci du côté de la critique. Quand on cherche, on trouve : en étant un peu pointilleux, les défauts qui étaient passés inaperçus peuvent se révéler, comme cette coïncidence de Ramirez.

Je vais m'arrêter un temps de chroniquer ces nouveaux albums, pour m'attaquer à la série originelle d'E.P.Jacobs, avant de revenir aux nouveaux après. Je chroniquerai donc les "classiques" dans l'ordre chronologique.


_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dav-ID

avatar

Masculin Taureau Messages : 319
Date d'inscription : 05/12/2014
Age : 38

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Mar 16 Jan - 20:25

Beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de dialogues dans Blake et Mortimer...c'est une des principales raisons qui font que j'ai beaucoup de mal à lire les albums...

Pourtant les aventures dans le fond sont intéressantes...mais l'auteur a eu la main trop lourde, beaucoup trop lourde sur les bulles et le blabla, ça devient rapidement indigeste... study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6822
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Mar 16 Jan - 20:45

Je suis d'accord : il y a un gros potentiel dans pas mal d'aventures avec un côté Anticipation, Fantastique et mystérieux mais beaucoup trop de bla-bla et des personnages qui ne collent pas, je trouve. Indiana Jones par exemple est lui aussi un homme cultivé, très instruit, un professeur mais quand il y a de l'action, c'est un homme d'action. Avec Blake et Mortimer, on a toujours l'impression que même au cœur de l'action la plus déchaînée, les types gardent le brushing impeccable et ne froissent pas leur costume... So british...
Je verrais par contre très bien Tintin dans ce genre d'aventures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
dav-ID

avatar

Masculin Taureau Messages : 319
Date d'inscription : 05/12/2014
Age : 38

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Mer 17 Jan - 20:38

Il y a un autre truc de chiant dans la série...en plus des bulles énormes et du blabla interminable entre les personnages qui gâchent les dessins...ce sont les bandeaux (désolé, je ne sais pas si il y a un nom particulier à donner) qui décrivent la situation...

Genre un personnage est en train de faire un truc...normalement il suffit juste de regarder l'image pour comprendre ce qu'il se passe mais non...l'auteur ne peut pas s'empêcher de rajouter des bandeaux en veux tu en voila (en rajoutant des couleurs) pour décrire ce qu'il se passe...comme si le lecteur était un gros connard en fait... Suspect

Et puis ensuite je dirais comme VS, le manque de personnalités des personnages, le fait que ça soit toujours le même méchant qui revienne en boucle (alors que dans Tintin tu avais des ennemis différents même si certains reviennent régulièrement)...

Alors que franchement, les premiers albums niveau scénario c'est juste excellent (la pyramide, l'espadon, la marque jaune, le voyage dans le temps, l’Atlantide, etc...)...par contre j'ai l'impression que c'est comme la plupart des séries, les nouveaux albums qui sortent et qui sont réalisés par d'autres auteurs, ben c'est vraiment pas super en fait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6822
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Mer 17 Jan - 21:11

Le coup du bandeau, c'est récurrent dans beaucoup de BD.
En général, Hergé l'évitait avec Tintin. Je relisais il y a peu Les sept boules de cristal et c'est évident dès la première page. Tintin est dans le train pour Moulinsart. A un moment, il regarde par la fenêtre et dit à son voisin que le voilà arrivé à destination. Sur la case suivante, on voit le train arrêté dans une gare, Tintin sur la voie et un panneau indiquant "Moulinsart". Pas de bandeau, pas besoin d'écrire "notre héros arrive donc à Moulinsart" ou un truc de ce genre. Pareil pour les cases qui suivent où l'on voit simplement Tintin avancer le long du chemin puis arriver devant le château et sonner à la porte. Là aussi, pas de bandeau du style "une fois arrivé au château" ou "Tintin arrive enfin au château".
Le dessin est suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Jeu 18 Jan - 23:46

Certes, mais si ça nous frappe aujourd'hui, ça n'était pas si évident que cela à l'époque. J'oserai un petit parallèle avec Jules Verne, lui aussi horripilant dans certains passages verbeux. Parfois j'ai l'impression que lui ou Jacobs avaient la même idée de donner un cachet plus adulte à quelque chose qui était étiqueté "jeunesse", en employant des procédés malheureux, comme s'ils avaient besoin d'un alibi.
De nos jours, c'est balourd et superflu.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 21 Jan - 17:38

LE SECRET DE L'ESPADON :



Avant de partager mon ressenti sur cet album, voici deux extraits d'un article sur l'Espadon, tiré de ce lien :
http://www.actuabd.com/L-avant-et-l-apres-Espadon

Citation :
Le Secret de l’Espadon, construit dans la continuité du Rayon U paru dans l’hebdomadaire Bravo paru pendant l’Occupation, sortait alors complètement des sentiers battus. La Seconde Guerre mondiale venait à peine de s’achever qu’E-P. Jacobs en imaginait déjà une troisième dans un conflit militaire qui relevait de l’uchronie.

Le secret de l’Espadon, cette arme extraordinaire, et la folle course-poursuite entre Olrik et les deux résistants anglais vont tenir en haleine les lecteurs pendant près de deux ans. C’est donc tout naturellement que le premier album estampillé des Éditions du Lombard reprend les premières pages de cette saga mythique qui survivra à son créateur et sans doute à ses premiers lecteurs.

Bien que cette aventure a toujours été imaginée d’un seul tenant, elle a ensuite été diffusée en deux (et puis en trois) volumes, dont les couvertures sont aisément reconnaissables. Il a fallu attendre 1964 pour que Le Lombard lui apporte une forme intégrale qui est restée unique jusqu’à ce que la Collection Millésime la ressorte en 2006 pour le 60e anniversaire de la maison bruxelloise.

Outre le récit en lui-même, cette intégrale (toujours disponible) comprend un élégant dossier expliquant la genèse de L’Espadon et sa filiation avec Le Rayon U. ..

Citation :
Daniel Couvreur : « À la différence de bien des auteurs, et de certains repreneurs, nous explique Daniel Couvreur, Jacobs dessinait entièrement un personnage, afin de bien comprendre son mouvement, pour ensuite ne garder qu’une partie du dessin, voire seulement le visage, et le placer dans sa planche. Cette technique augmentait le réalisme du rendu graphique, mais cela signifie que bien des trésors sont enfouis dans ces carnets de croquis que j’ai voulu déterrer aujourd’hui ».

Mon avis :

Des goûts et des couleurs, j'ai un aveu à vous faire : je n'ai jamais aimé le Secret de l'Espadon.
Voilà, c'est dit.
Alors bon pourquoi est-ce que je n'aime pas ?

Pas uniquement à cause du texte souvent trop abondant chez Jacobs, nous en avons déjà parlé abondamment, et qui ne m'a pas empêché d'aimer d'autres Blake & Mortimer. Dans le cas présent, je crois que c'est probablement à cause du récit "militaire". Un récit de guerre, quasiment sans fantastique. Certes l'album a été conçu pendant l'occupation et cela se ressent. L'allié nippon d'Hitler donne peut-être une explication de cette resucée du "péril jaune" qui de nos jours, me paraît encore plus tristement risible et à côté de la plaque, une pénible caricature occidentale de vieux fantasmes d'époque.
À propos de vieux, et cela concerne l'ensemble des albums, Blake & Mortimer me paraissent totalement vieux jeu, comme l'aristocratie anglaise des clubs de gentlemen, engluée dans ses traditions. Les traditions ont quelque chose de réconfortant, certes, il est toujours "confortable" de retrouver nos amis discutant au coin du feu dans un club select, un whisky à la main. Confortable, mais sans surprise. Sur beaucoup de points, l'esprit de la BD, ou les répliques des héros, je trouve Blake & Mortimer totalement dépassés pour leur époque, j'ai l'impression qu'ils sont les contemporains d'un Hercule Poirot. Autant je trouve que ce côté décalé est excellent dans le Rayon U ou Flash Gordon, à cause du rétro futur de la vieille SF  / anticipation. Autant pour B&M, je dis bof.

Mais revenons à l'Espadon. C'est long. Je me suis souvent ennuyé. Les traîtrises sont prévisibles. Côté exotisme, nous avons l'échappée dans le désert qui n'est pas trop mal, mais le côté bunker de la base secrète n'est clairement pas ma tasse de gin. Un autre défaut qui m'énerve, c'est le sparadrap du capitaine Haddock : il faut toujours que Mortimer glisse sur une torche, qu'un autre perde un papier important, etc. L'effet voulu n'est pourtant pas comique, mais on constate quand même que les personnages ont une fâcheuse tendance à copier Mister Bean : ils enchaînent 2 ou 3 crochets, la victoire leur semble acquise, puis connement, ils glissent sur une peau de banane, by jove !

Reste que. Reste que l'Espadon, pour avoir ouvert la voie d'une série de BD culte, a forcément plein de qualités. On a déjà parlé du côté "mature" ou plus adulte de la BD, comparée à Hergé, c'est évident. J'entrevois bien que cette bd devait être révolutionnaire à l'époque, là où il n'y avait qu'une offre limitée. N'y tenant plus, j'ai interrogé mon père qui était fan, pour savoir ce qui lui plaisait tant chez B&M. Sa réponse : le cadrage. Oui, la photo. Je suis d'accord avec lui d'ailleurs, beaucoup de cases ont un sens de composition, une force... on dirait presque des couvertures d'album en puissance. OK, j'approuve, je plussoie le génie graphique.

Réfléchissons. Qu'est-ce qu'il y a de révolutionnaire également dans l'Espadon ? Peut-être le fait d'offrir un récit complet sur 2 tomes (en réalité équivalent à 3 tomes standards). Il me semble que cela devait être rare, un récit complet en 2 ou 3 volumes, pour l'époque. Je n'oublie pas que la génération de mon père a attendu près de 2 ans la suite de l'histoire. Les parutions dans le journal Tintin, les années d'attente dans un paysage de BD où l'offre était pauvre, dans l'après-guerre, tout cela a du jouer forcément. Après tout, on devrait dire cela de notre génération aussi : s'il y a autant de nostalgiques de l'Ile aux Enfants, c'est parce que nous n'avions que 3 chaînes de TV et que c'était l'émission quotidienne incontournable de notre tranche d'âge.

Finalement, sans trop savoir pourquoi, déjà enfant, je mettais toujours à part le Secret de l'Espadon, du reste des B&M. Une sorte de mise en bouche, qui n'a pas la même patte graphique que le reste de la série aura plus tard...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Sam 3 Fév - 15:41

LE MYSTERE DE LA GRANDE PYRAMIDE :

C'est avec le Mystère de la GP que débute vraiment pour moi les B&M. Côté dépaysement, nous sommes servis avec cette plongée dans l'Égypte ancienne. Là où les Tintin faisaient gamin selon mes goûts, ici nous entrons dans l'antichambre de BD moins enfantines. Comme toujours, trop de textes ronflants qui enfoncent des portes ouvertes, je ne reviendrai plus dorénavant sur ce défaut récurrent des B&M.

Les deux tomes sont assez différents niveau ambiance, avec l'exploration du tombeau dans le second, qui est de loin le passage qui m'avait le plus marqué. Il y a ce parfum de mystère et de fantastique grâce au grand prêtre qui fait remonter le temps au lecteur.

Olrik à la fin nous offrait une sortie vraiment intéressante, dommage qu'on le retrouve si vite dans d'autres tomes de B&M : son éventuel retour n'en n'aurait été que plus inattendu et surprenant. Avec Sharkey et la Grenouille, les acolytes d'Olrick sont un petit +.

Du côté des bémols, j'avais je crois déjà fait remarquer que les personnages avaient tendance à glisser ou trébucher sur un objet, qui est un ressort scénaristique assez nul. Ici, cela devient ridicule, notamment avec le début du 2nd tome où 3 personnages vont glisser ou trébucher en seulement 12 pages. Même le grand blond avec une chaussure noire n'aurait pas fait mieux.

Autre déception, le traitement de Nasir, devenu serviteur de Mortimer, ce qui est bien dommage. Dans l'espadon, il faisait jeu égal avec le duo. Ici, il descend en grade et perd également en efficacité. C'est dommage, car Nasir avait le don de bousculer un peu cette BD vieille Angleterre.
On oubliera vite le stratagème classique du déguisement de Blake, invraisemblable tout entouré de monde qu'il est.

Il n'empêche, ce diptyque est un grand classique et nul doute qu'il a du donner le goût de l'égyptologie et de l'archéologie à beaucoup d'enfants. C'est une grande réussite de ce côté. On sent bien que E.P. Jacobs est tombé amoureux de ce sujet et il dessine des planches de toute beauté. Mystère et Pyramide, tout est dit dans le titre.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216


Dernière édition par VIC le Sam 3 Fév - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1380
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Sam 3 Fév - 20:52

Mon premier B&M. Je l'ai encore - je veux dire mon original - et il m'a vraiment permis de découvrir une autre forme - adulte - de BD. L'histoire m'a fasciné. Et j'ai passé - grâce ou à cause du texte - des heures à le lire. Et j'ai appris plein de mots, comme mastaba ^^. Bref, j'adore. Tes critiques sur Nasir sont parfaitement justifiées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Sam 3 Fév - 23:00

L'abondance de texte est un peu à double tranchant et a aussi ses bons côtés, notamment dans ce tome, qui est particulièrement éducatif. Je dirais que c'est très adapté pour cette histoire, cela y contribue même : il s'agit de déchiffrer des papyrus, de faire un travail d'érudit et d'archéologue.
Donc finalement, c'est peut-être toi qui a raison pour cette histoire, l'abondance de texte est probablement une bonne chose et se justifie.
Cela ne sera pas toujours le cas avec d'autres histoires moins savantes et historiques. Curieusement, à l'époque, cela ne me bouleversait pas plus que cela. C'est plutôt en comparaison de standards actuels, ayant lu des centaines d'autres BD depuis, que la longueur des textes de B&M me frappe.

Pour revenir sur Nasir, je crois que c'était mon personnage préféré de la série. Ne pas le revoir dans la totalité des tomes me chagrinait à l'époque. Mais quelle dégringolade entre l'Espadon où en tant qu'homme libre, il connaît quelques moments de gloire, et cette histoire où il semble être rentré dans un moule conformiste plus colonialiste.

Pour l'instant, avec le poids des ans, en l'état de mes relectures actuelles, je trouve également que le du B&M manque de ... personnalité, ou de profondeur. Avoir du style british ne suffit pas, et même si Mortimer me semble avoir plus de profondeur, Blake me semble un peu pâlot.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1380
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Dim 4 Fév - 21:37

Personnellement j'ai toujours préféré Mortimer à Black. Pour moi, c'est lui le vrai héros de ces aventures... D'ailleurs, le Piège diabolique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1198
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Mar 13 Fév - 12:50

Le scandale Edgard P. Jacobs

L'auteur n'a pas eu d'enfant, il a donc délégué la gestion post-mortem de son patrimoine à un « ami », Philippe Biermé. La fondation qu'il dirige est censée protéger le patrimoine et promouvoir de nouveaux auteurs de BD.

Au lieu de ça, des planches originales sont mises en vente et monsieur se paie une Rolls… Certaines planches auraient été copiées et des faux auraient remplacé des originaux dans la collection…

http://www.actuabd.com/Le-scandale-Jacobs

et la réaction de François Schuiten

http://www.actuabd.com/Francois-Schuiten-L-Affaire-Jacobs-nous-pose-a-tous-un-cas-de-conscience


Dernière édition par cdang le Jeu 15 Fév - 11:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3196
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   Mer 14 Fév - 22:50

Une histoire bien consternante. Déjà que la fondation Moulinsart jouit d'une réputation bien pourrie dans milieu, là, c'est encore plus fort.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
EDGAR P.JABOBS : BLAKE ET MORTIMER, LE RAYON U ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rôles] Scientifiques et autres espions
» Par les saintes culottes de Mac Grégor...
» Blake et Mortimer yorks6a sans adoptant depuis 9 mois(59)
» Présentation Mike Blake
» Demeure d'Anita Blake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: Section BD-
Sauter vers: