AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6563
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Jeu 6 Juil - 15:11

C'est une découverte archéologique et spirituelle majeure, effectuée en 2006.
Le lieu ? Le temple du Sorcier, la huaca de Brujo, un site sacré de la civilisation Moché ou Mochica, site établi à 7000 kilomètres au nord de Lima, capitale du Pérou.


(Photo by : nextecuiltentetl.tumblr.com)

La découverte, presque par hasard, de pas moins de cinq pièces, intactes, englobées dans un complexe funéraire. Cinq pièces contenant un véritable trousseau funéraire précolombien, destiné au voyage de l'occupant des lieux.
Ou plutôt, de l'occupante... Hé oui, c'est bel et bien une femme qui repose ici, dans une cuve funéraire complexe, ornée de somptueuses parures en or : 18 colliers d’or, d’argent, de lapis-lazuli, de quartz et de turquoises, 30 ornements de nez en or et argent, des diadèmes, 3 couronnes de cuivre et deux massues en bois couverte de cuivre doré. Mais aussi des tissus, intacts après 1700 ans, des armes, des poteries... Le trousseau d'une reine, à n'en pas douter.


(Photo by : nextecuiltentetl.tumblr.com)



(Photo by : ainy.fr)

Mais qui est cette reine dont le visage était recouvert d'un disque d'or gravé et qui reposait entourée de quatre couronnes d'or pur et drapée d'une robe couverte de feuilles d'or ? Qui était cette femme entourée d'un linceul de riches broderies enroulé 48 fois autour d'elle pour une longueur totale de 70 mètres ?


(Photo by : wonderful-art.fr)

Une femme de petite taille, morte très jeune d'après les examens de sa dépouille, entre 20 et 25 ans. La peau distendue de son abdomen, l'examen de son bassin, de ses hanches, nous apprend qu'elle venait probablement d'avoir un enfant. Peut-être est-elle morte en couches ?
Mais le plus étrange, ce sont les tatouages, innombrables, qui ornent son corps : des serpents, des araignées (qui, par leur toile, tissent le lien entre les morts et les vivants), des symboles de la fertilité, des moissons, tatoués sur ses bras, ses mains, ses jambes, ses pieds. Mais aussi des tatouages de nombreuses plantes médicinales ou hallucinogènes utilisées par les chamanes pour entrer en transe et communiquer avec les esprits.
De nombreux symboles peints sur les céramiques et les poteries du trousseau funéraire viennent confirmer que celle qui est désormais nommée "la Dame de Cao" était bien une reine, mais une reine chamane. Une guérisseuse, une reine sacrée, enterrée avec tout le nécessaire pour son ultime voyage. Dont des armes, lances et flèches, ce qui indiquerait son statut de guerrière, étonnant pour une femme. Aspect plus sinistre : dans une des chambres, la dépouille d'une adolescente, une corde autour du cou, visiblement étranglée, offerte en sacrifice pour accompagner sa souveraine dans l'autre monde... De même, de nombreuses dépouilles d'enfants dans les autres pièces.
D'après les fresques, peintures et inscriptions retrouvées, la Dame de Cao était respectée et crainte de tous. Très liée à la maternité, la fertilité et l'enfantement, elle passait pour guérir, donner la vie ou... l'enlever. Elle devait en effet pratiquer des sacrifices humains, courants dans la civilisation Moché, afin d'éviter cataclysmes, épidémies, sécheresse et autres.


(Photo by : limatours.com.pe)

Il fallait un écrin majeur pour cette découverte majeure. Un musée a donc été construit et dédié à la Dame de Cao à Trujillo. Sa momie, intacte, est exposée dans la dernière salle, la sixième, entourée de ses parures. Ses tatouages restent parfaitement visibles, sa peau est restée intacte.
Les péruviens se sont emparés de la Dame de Cao à grands renforts de reconstitutions, soignées d'ailleurs, nous donnant une image assez précise de cette mystérieuse souveraine :


(Photo by : voyageperou.info)

Mais derrière tout cela, la belle garde son mystère. Qui était vraiment cette femme, reine, guérisseuse, prêtresse, guerrière, enterrée avec faste il y a 1700 ans ? Pourquoi fût-elle enterrée avec des armes, privilège réservé aux hommes d'ordinaire ? Etait-elle une exception ou le symbole d'une société accordant pouvoir et responsabilités aux femmes ?
Mystère...

Mais une reine a besoin d'un roi.
Et quel meilleur compagnon que le Seigneur de Sipan, lui aussi retrouvé dans un complexe funéraire Moché avec son trousseau complet, des parures fastueuses, exposées ici sur ces mannequins :





(Photo by : losriconesdemaria.blogspot.fr)

C'est en 1987 que fût découvert la tombe de ce haut dignitaire Moché, accompagné dans la mort par 10 personnes :
- Le gardien
- Un autre guerrier avec massue et bouclier
- Un enfant sans tombe, en position assise
- Un homme et son chien
- Trois femmes dont deux dans des tombes superposées
- Deux lamas enterrés sous les cercueils
Ils entourent le souverain et certains d’entre eux ont le pied gauche coupé, sans que l'on sache vraiment pourquoi. Selon certains, ce serait pour éviter que les compagnons du défunt ne quittent leur poste, même dans l'autre monde.

Croquis de la tombe par Bob Cates :


Postérieur à la Dame de Cao, ce riche seigneur a lui aussi bénéficié d'un trousseau funéraire complet, bijoux, parures, tissus, poteries et céramiques, masques d'or... Sa dépouille était elle aussi enveloppée dans plusieurs sarcophages et linceuls richement brodés. Par sa richesse, son trousseau complet et parfaitement intact, ce seigneur est considéré comme le Toutankhamon Mochica.

Collier de cosses de cacahuètes en or et argent :


Détail de ses bijoux d'oreilles :


(Photo by : travelplungin.com)

Ornement de ceinture :


(Photo by : kreps.org)

Ici, un autre mannequin portant d'autres parures trouvées dans la tombe :


(Photo by : rainbowasi.com)

L'analyse de sa momie lui donne une taille d'1,67 mètre environ, situe sa mort vers 40 ans et révèle qu'il souffrait d'une maladie osseuse, probablement de l'arthrite.
Un musée lui est également consacré, à Lambayeque, ville proche de sa dernière demeure.
Nul doute que ces deux là mériteraient de régner ensemble, roi et reine, par-delà le temps et l'espace...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org En ligne
VIC

avatar

Masculin Messages : 3145
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Jeu 6 Juil - 21:32

Merci pour ce bel article très bien illustré qui met en avant une civilisation bien moins médiatisée que certaines autres.
Le côté Reine et Chamane, avec ses étranges tatouages et ce sacrifice, en étant couverte d'or, peut stimuler l'imaginaire...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6563
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Ven 7 Juil - 13:35

C'est vrai que quand on parle du Pérou, on pense tout de suite aux Incas. Ces découvertes sont venus rappeler que d'autres civilisations, aussi éblouissantes, les ont précédés.
Certains chercheurs ont établi un parallèle entre la civilisation Mochica et l'Egypte pharaonique au niveau des rites funéraires : momies préservées, soigneusement emmaillotées, couvertes de bijoux, le visage recouvert d'un masque d'or, reposant dans plusieurs sarcophages s'emboîtant les uns dans les autres, pourvues d'un impressionnant trousseau pour leur ultime voyage...

La Dame de Cao excite l'imaginaire, c'est certain. Reine, guérisseuse, chamane, guerrière... Qui était-elle ?
Elle reposait dans une tombe élaborée, aux murs ornés de fresques aux couleurs vives, où des poissons et des raies-manta côtoient des files de prisonniers destinés au sacrifice. Son corps, enduit de cinabre, est resté intact, de même que sa peau et ses cheveux tressés, ses tatouages sont parfaitement visibles. Petite (1,48 mètre), elle semblait en bonne santé, exceptée une carie et elle est probablement morte suite à un accouchement, vers 25 ans. Afin de la préserver, sa momie n'est pas exposée directement, on ne l'admire que par l'intermédiaire d'un miroir qui renvoie son image. Signalons pour les amateurs qu'aujourd'hui encore, des rites et cérémonies chamaniques, tolérés, ont lieu devant sa tombe ainsi que des reconstitutions en costumes :


Quant à l'adolescente retrouvée étranglée et momifiée à ses côtés, elle fût certainement sacrifiée afin d'accompagner sa maîtresse dans l'autre monde. On peut penser à d'autres momies comparables, incas cette fois, comme celle-ci, découverte dans les Andes en 1999 :



Pour le seigneur de Sipan, ses sujets ont fait les choses en grand : sa dépouille portait des sandales en cuivre, une imposante couronne en or, de somptueuses parures. Des lances étaient posées sur son ventre, un ocarina à ses côtés et un masque d'or couvrait son visage. Au total, 600 kilos d'or... Raffinement suprême : des pinces à épiler, histoire de rester beau dans l'autre monde. Sans oublier tissus et vêtements.

Descriptif de sa dépouille par Ned Seidler (agrandissez pour lire) :


Sa tombe (agrandissez pour lire) :


(Photo by : ekladata.com)

Le musée qui lui est consacré offre des représentations soignées, avec des mannequins parés des merveilles de la tombe, qui donnent une idée de son apparence de son vivant :


(Photo by : mysterestotalbe.unblog.fr)


(Photo by : andina.com.pe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org En ligne
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2922
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Ven 7 Juil - 17:53

L'adolescente momifiée est saisissante de réalisme. On l'a croirait dormir, se reposer après une longue marche ou un travail ardu.

C'est étonnant comme avec le temps cette jeune fille momifiée a un tel état de conservation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6563
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Ven 7 Juil - 18:31

Alors, pour satisfaire ta curiosité :

On l'a découvert en 1999 aux abords du cratère du volcan Llullaillaco, en Argentine. Celle que l'on a surnommé depuis "la vierge des glaces" ou Doncella était accompagnée  dans la mort de deux autres enfants, de 4 et 5 ans.
Remarquablement conservée, l'adolescente a sans doute été offerte en sacrifice sous l'empire Inca il y a plus de 500 ans. D'après les analyses, elle devait avoir 14/15 ans au moment de sa mort. On pense qu'elle a été sacrifiée pour apaiser la colère du volcan. Elle fût sans doute accompagnée là-haut (à plus de 6700 mètres quand-même...), sur un lama, par un cortège de prêtres et dignitaires avec les deux autres enfants. Elle fût alors drapée dans ses châles, en position assise et disposée dans sa tombe à 4 mètres de profondeur environ. Comme sur les autres momies d'enfants sacrifiés, des traces importantes de drogue (coca) et d'alcool dans son organisme (ses cheveux principalement) laissent penser qu'elle a été longuement, régulièrement droguée, "anesthésiée" les jours précédant le voyage et la cérémonie. S'endormant doucement sous l'effet de la drogue et du froid, elle est certainement morte d'hypothermie dans son sommeil car on n'a trouvé aucune trace de violence sur elle. Des analyses très poussées ont démontré que son alimentation avait été celle des paysans avant de changer, un an avant sa mort environ, avec un régime plus riche et plus soigné, en viande et maïs notamment. Ce qui indiquerait qu'elle fût choisie environ un an avant la cérémonie.

Elle a eu plus de chance que "Juanita", une autre jeune fille sacrifiée et momifiée dont les analyses ont révélé qu'elle avait été tuée d'un violent coup sur la tête...
Elle est en tous cas restée dans un état de conservation stupéfiant, de même que ses vêtements, sans doute à cause du froid. Comme endormie...
Elle repose aujourd'hui au musée de Salta, en Argentine.


(Photos by : brilio.net)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org En ligne
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2922
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Ven 7 Juil - 19:48

Vraiment étonnant, même sur les dernières photos on dirait une jeune fille dormant paisiblement.

On s'imagine qu'elle va se réveiller, bouger ses bras, se lever et reprendre le cours de sa vie, c'est bluffant de réalisme, émouvant même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6563
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Ven 7 Juil - 20:09

Emouvant, oui. Savait-elle ce qui l'attendait ou a-t-elle été "endormie" dans tous les sens du terme ? Les scientifiques pensent que pendant le voyage, elle devait déjà être dans un état second sous l'effet de la drogue, du froid et de la raréfaction de l'oxygène. Triste destin quand-même...

Mais c'est effectivement impressionnant, ses bras, ses mains, ses jambes, la coloration, la texture de la peau... On dirait qu'elle est morte hier.
Coup de chapeau aussi, quand-même, à ceux qui l'ont emmené là-haut, à 6700 mètres d'altitude. Pas mal pour des types en ponchos et sandalettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org En ligne
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2922
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Ven 7 Juil - 21:51

Après c'était une autre époque une autre culture, pour ces peuplades c'était un honneur de mourir de cette manière, un voyage vers leurs dieux et leur autre monde. Pour eux cette jeune fille était privilégiée, elle accompagnait cette dame de Cao (au rôle certainement important, vu l'ornement et la richesse de son tombeau) dans sa dernière demeure.

Ils n'avaient pas le même regard que nous sur la mort, c'était pour eux un rite initiatique. Et les jeunes filles étaient éduquées de telle manière qu'elles ne se posaient pas la question du doute ou de la peur.

Avec notre regard et nos yeux d'hommes du XXIe siècle c'est une image émouvante, étonnante, saisissante. Pour ce peuple à leur époque c'était quelque chose de normal, de traditionnel et de séculaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1330
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Ven 7 Juil - 22:49

J'ai beaucoup - de fait j'ai toujours eu beaucoup - de mal à adhérer à cette idée : celle de se sentir honorer/d'avoir la chance d'être offert en sacrifice (pour un mari, un roi, un dieu). La culture a beau jeu de mettre cet aspect en avant, il faut droguer la victime consentante. Dans l'Edda poétique, Régis Boyer nous donne le compte rendu d'une femme qui - volontairement - accepte de se sacrifier pour accompagner son seigneur. Le récit m'a glacé. On sent bien qu'une fois le choix réalisé, la personne ne pourra plus se rétracter et que tout sera fait pour la mener à la mort - qu'elle le veuille ou non. C'est un des récits qui m'a le plus bouleversé.
Dans des situations très particulières - lorsque l'on pense être en guerre et que son sacrifice puisse compter (les kamikazes de la guerre du Pacifique [oxymore hideux], les attentats suicides d'aujourd'hui) - cela peut éventuellement se concevoir (je ne cautionne évidemment pas la mort de civils - mais ici ce n'est pas mon propos dans tous les cas), mais il y a bien souvent un conditionnement psychologique, ce qui me conforte dans mon opinion : personne ne veut véritablement se sacrifier (je ne parle pas de cas spécifiques, tels des parents pour leurs enfants, des soldats pour leur patrie, de ces moments où la vie et la mort sont en jeu - mais bien de choisir ou d'accepter d'être tué, pour une raison sociale, éthique, qui n'a rien à voir avec le groupe ou la progéniture).
Aussi ai-je toujours pensé qu'il y a/avait là une contrainte forte de la société qui menait ces gens à la mort - des adolescents, des enfants de surcroît, qui, bien sûr, ne peuvent que rarement s'exprimer ; encore moins se rebeller - expression d'une certaine forme de barbarie, de cruauté, celle d'un monde âpre où l'on mourrait jeune et où la mort était une compagne de tous les instants. Cela n'ôtait probablement pas le désir de vivre - forcément plus féroce puisque la survie plus difficile - rendant de cette manière, pour moi, tout sacrifice dit "rituel" comparable à un meurtre social. Si nous fîmes jamais des progrès, c'est bien en abolissant pour les pires crapules, les pires "monstres" que l'humanité ait jamais engendrés, la peine de mort. Et s'il y a progrès ...
Que les voix rendant nécessaires ces sacrifices se désignent en premier et on en reparlera.


Dernière édition par Astre*Solitaire le Sam 8 Juil - 8:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6563
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Sam 8 Juil - 8:09

Une réflexion qui nous rappelle qu'effectivement, le rapport à la mort chez ces peuples et d'autres, autrefois, était très différent du nôtre.

On vivait bien moins longtemps et la mort était beaucoup plus présente, familière : on mourrait de choses devenues aujourd'hui anodines au vu des progrès de la science, de la médecine. La mort était présente d'autres façons aussi : les romains ont érigé la mort en spectacle avec les jeux du Cirque, la justice ne faisait pas de cadeaux, on tuait, décapitait ou crucifiait les fautifs, souvent en public. A une époque, le maître ou la maîtresse pouvait faire mettre ses esclaves à mort.
Le culte des morts était très présent aussi, bien différent de notre Toussaint actuelle où l'on va poser un bouquet sur une tombe une fois par an... Les égyptiens étaient obsédés par la mort, l'Au-Delà, de même que les peuples précolombiens, les grecs se rendaient dans les cimetières pour manger et se restaurer sur les tombes, c'était un moyen pour eux d'honorer leurs défunts. Bref, on vivait avec la mort, très loin de notre époque où la mort doit être cachée, aseptisée, "présentable".

Ceci étant, je suis d'accord avec Astre. Même si je comprends, même si je tente de me mettre dans le schéma de pensée de l'époque, de mettre de côté ma sensibilité d'aujourd'hui, je trouve le destin de cette jeune fille moche, dégueulasse même (par rapport à ceux qui se sont servis d'elle). En plus, au vu des analyses citées plus haut sur son régime alimentaire, c'était à la base une paysanne, une fille du peuple, une gamine à la vie déjà difficile qui n'avait sûrement rien demandé. Ceux qui considéraient son sort comme "enviable", c'étaient ses bourreaux, les prêtres, les adultes. Pourquoi n'y sont-ils pas allés eux ? Je doute que cette enfant (et les autres) ait eu le même enthousiasme (si jamais elle a réalisé ce qui l'attendait, ce qui n'est pas sûr). Elle a été droguée, conditionnée d'une certaine manière, j'y vois une forme de violence de la part d'adultes sur une enfant.
C'est pour moi aussi intolérable que la violence faite aux femmes avec par exemple le Sati indien où, à la mort d'un nabab ou rajah, sa veuve était balancée dans le bûcher. Ou chez d'autres peuples, les serviteurs égorgés pour accompagner leur maître dans l'autre monde ou même le brave toutou de la maison ou le cheval favori qui n'ont rien demandé. On se place toujours du côté des sacrificateurs qui, eux, restaient peinards.

Débat difficile, complexe, je l'admets. Au final, je préfère quand-même les égyptiens qui ne sacrifiaient personne, le défunt était accompagné par ses oushebtis, des figurines qui représentaient, de façon symbolique, ses futurs serviteurs dans l'Au-Delà...

Sinon, images des deux autres enfants qui accompagnèrent Doncella dans la mort :

Le petit garçon, âgé de 7 ans environ :


La petite fille, âgée de 6 ans environ et qui porte sur son visage la marque d'un trait de foudre qui a dû l'atteindre :


(Photos by : haveanicetrip.fr)


La conservation exceptionnelle des momies en haut du volcan, découle de plusieurs facteurs : la basse pression atmosphérique, le faible taux d’humidité, le froid ainsi que la stabilité thermique dans un environnement fermé, aseptisé. Pour éviter toute dégradation, les corps sont aujourd’hui conservés dans des capsules spéciales au musée de Salta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org En ligne
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2922
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Sam 8 Juil - 17:40

Avec notre regard actuel on peut voir ça choquant, mais c'était une autre époque, des autres mœurs, une autre culture. Il est toujours difficile voir à mon avis une erreur, de tenter absolument de comprendre ce genre de principe. De mettre des mots dessus, de juger ces méthodes, et ces coutumes, ce n'est pas notre époque.

Personnellement je trouve plus choquant les attentats suicide actuel qui sont la négation de la vie et l'horreur même, et impossible pour moi de concevoir ça, que ce genre de rituel ancestraux et d'une autre époque. Les attentats sont hélas bien de notre époque, c'est actuel, on peut toujours trouver une explication des solutions.

La on parle de rîtes anciens, ils n'avaient pas le même regard que nous sur la mort. Si on se place avec nos yeux d'homme du XXIe siècle par rapport à ces coutumes, on est je pense dans l'erreur. Après je doute que cette jeune fille qui était paysanne à cette période avait les capacités intellectuelles pour comprendre tout ça. Elle a été élevée ainsi, on peut trouver ça horrible, mais c'était comme ça à l'époque.


Dernière édition par Warlock le Sam 8 Juil - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4563
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   Sam 8 Juil - 18:10

Ils vivaient une époque où le sacré et le profane n'étaient pas séparés, comme de nos jours. Pour eux, les dieux étaient bien réels. Alors, sacrifier un enfant, ce n'était pas un meurtre pour eux mais une offrande. Ils offraient l'âme de leur enfant au dieu ; il ne mourrait pas, il accédait à l'éternité et devenait même une divinité.

Bien sur, aujourd'hui, cela nous semble choquant parce que l'on a d'autres rapports à la mort, nous sommes devenus matérialistes - même quand on est un croyant - nous avons d'autres valeurs, notre société ne ressemble plus à la leur.

Donc, oui, gardons-nous de juger leurs moeurs. Nous ne sommes plus dans les mêmes cadres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA REINE CHAMANE DE CAO ET LE SEIGNEUR DE SIPAN
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» le trone du seigneur demon!
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: EN ROUTE VERS... :: Les civilisations mystérieuses-
Sauter vers: