AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 THE AUTHORITY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: THE AUTHORITY   Ven 23 Déc - 23:13

Long John Silver nous avait présenté sur un autre forum cette série en en disant le plus grand bien : super héros atypiques, incorrects, qui cassaient certains codes (2 super héros du groupes étant gays et en couple, avec aussi une bissexuelle de mémoire, une chef fumeuse et alcoolique, et un "docteur" drogué), etc.
Je lui laisse le soin de faire un copié collé de son message original.
Du coup, je cherchais depuis plusieurs années à lire cette série. Je viens de finir par mettre la main sur "The Autorithy, une année de perdue", en deux volumes, dans une bibliothèque municipale.
Alors bon, c'est probablement plus récent que le début de la série présentée par Long John, puisque celle-ci date de 2006-2010 niveau copyright.
N'ayant pas réussi à mettre la main sur le début de la saga, j'ai emprunté par défaut ces deux tomes...

... et ça m'est passé totalement au-dessus de la tête. Je n'ai vraiment pas aimé. L'histoire est quasi incompréhensible pour ceux qui ne sont pas familiers avec les personnages. C'est plein d'ellipses. Les répliques sonnent faux, comme si elles avaient été conçues pour être des répliques de cinéma. Et niveau scénar, c'est du grand bouillon façon la Porte d'Ombre, avec des univers parallèles et réalités alternatives. Tout au long de l'album j'avais l'impression que les auteurs cherchaient à nous en mettre plein la vue en nous enfumant avec du "faux" complexe, sans y parvenir. Même les héros sont caricaturaux au possible dans leur genre (Midnighter = même caractère que Wolverine ; la nana qui fume m'a rappelé Nick Fury, etc.).
Et puis il y a les dessins : les styles modernes, ça n'est pas généralement mon truc. Mais là, le problème est que chaque chapitre est dessiné par un illustrateur différent : cela a cassé complètement mon immersion.

Je me suis forcé pour finir le premier tome, et abandonne l'idée de lire le deuxième. Je suppose que c'est un produit dérivé de la série originale et qu'ils se sont fourvoyés dans ces épisodes. En espérant pouvoir lire les premiers tomes dont Long John Silver avait vanté les mérites.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Long John Silver

avatar

Masculin Poissons Messages : 195
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 44
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Sam 31 Déc - 11:42

The Authority.
The Authority est un spin-off de Stormwatch écrite par Warren Ellis et dessinée par Bryan Hitch a qui succéderont après 12 épisodes Mark Millar et Frank Quitely qui réussiront à mener la série à un niveau dépassant celui auquel les créateurs de la série l'avaient élevée (et ce n'est pas peu dire).
Le comics tient une ligne très politique, l'équipe s'impliquant dans des conflits graves sans aucun mandat de l'ONU et imposant sa vision de ce que devrait être le monde. Les problèmes auxquels s'attaquent Authority sont de grande envergure : invasion d'une dimension parallèle, destruction de mégalopoles, attaque de Dieu, ...
Sous l'ère Millar, la politique prend encore plus d'importance dans les scenarii. On y voit par exemple l'équipe s'opposant violemment au gouvernement américain.
Les thèmes sociaux chèrent à Ellis ne sont bien sur pas oubliés : Homosexualité, drogues...

En bref un excellent comics tant au niveau du scénario que des dessins du moins jusqu'au 11 septembre 2001 puisqu'à partir de cette date les censeurs revinrent en force ce qui causa de nombreux retards dans les parutions du comics  et la fin de la série au numéro 29. Une deuxième série de 14 épisodes fut lancée en 2003 mais elle n'était pas au niveau de la première. Depuis quelques one-shot, mini-séries et crossovers paraissent avec des qualités variables.

L'équipe est constituée de :
Jenny Sparks
Leader du groupe, surnommée l'esprit du XXème siècle de part sa naissance en même temps que le dit siècle. Elle est anglaise, ne vieillit pas, capable de générer de l'électricité et est particulièrement portée sur la boisson et le tabac, ce qui n'entame pas son caractère bien trempé.

Midnignter
Équivalent du Batman de DC, Midnighter en plus d'être un combattant hors pair est bourré d'implant cybernétique, ce qui lui permet de projeter un combat avant qu'il ne se déroule (tel un joueur d'échec projetant les coups futurs) ce qui le rend virtuellement imbattable au corps à corps. Il est le compagnon d'Apollo.

Apollo
Équivalent de Superman, comme lui il tire ses pouvoirs du rayonnement solaire. Il vole, émet des rayons destructeurs avec ses yeux et possède une force et une résistance illimitées.

Jack Hawksmoor
Résultats d'expériences menées par des extraterrestre l'ayant enlevé, Jack vit en parfaite osmose avec les villes respirant leur pollution, pouvant communiquer avec elles à telle point qu'il peut leur faire changer leurs infrastructures. Il fut le second leader du groupe suite à la disparition de Jenny.

Le Docteur
Shaman de "notre" réalité, héritier de la connaissance et du pouvoir des précédents Shamans. Il a néanmoins un "petit" problème avec l'héroïne (la drogue pas une de ses camardes ^^).

Swift
Tibétaine, bouddhiste, pacifique et bisexuelle, Shen-Min Li de son vrai nom essaye d'imposer avec Authority sa vision d'un monde pacifique et ce au prix de l'usage de la violence. Femme ailé, elle est une redoutable combattante, elle tient ses pouvoirs d'une comète qui les a activés ainsi que ceux d'autres humains de son passage.

L'ingénieur
Angela Spica a échangé son sang contre un liquide constitué de nano-machines, ce qui depuis lui permet de modifier son corps, le couvrant de métal liquide et faisant apparaitre à volonté toute sorte de machines (y compris des armes).

The Authority (v1) a été intégralement traduite par Semic au format magasine puis Semic Book) et reste la série de référence même si pour les néophytes  elle souffre un peu au démarrage du fait qu'elle fasse suite à Stormwatch et qu'ainsi le nouveau lecteur peut avoir l'impression d'avoir manqué quelque chose (mais pas vraiment en fait ;-).

Pour les séries ou one-shoot qui lui succèdent je ne peux me prononcer vraiment n'en ayant lu aucune... Ben oui, je ne voit pas comment cela pourrait être aussi bien !
Concernant The Autorithy, une année de perdue dont VIC parle ci-dessus le dessin m'a tellement rebuté que je n'ai pas sauté le pas même si c'était le copain de Millar qui le scénarisait. Vu ce qu'en dit VIC, j'en déduis qu'elle souffre de l'effet Morissonien. Morisson aime perdre le lecteur en lui cachant des pans entiers de l'histoire. Parfois c'est réussi mais c'est ce que j'aime le moins chez lui.

Il faudrait qu'un de ces jours je lise The Authority: Kev et que je présente Garth Ennis ici même... Un jour qui aura au moins 37h...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Sam 31 Déc - 19:34

Merci Long John !
Je ne vais pas rester sur cette mauvaise impression alors.
Ton avis me rassure aussi pour les dessins. Je ne suis pas du tout adepte du changement de dessinateurs à chaque chapitre.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Long John Silver

avatar

Masculin Poissons Messages : 195
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 44
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Dim 8 Jan - 17:02

Vilain VIK ! A cause de lui j'ai replongé dans mes anciens Wildstorm et délaissé mes lectures "récentes" en retard. Pourquoi ai-je replongé ? Car Urban, dont je ne cesse d'admirer la politique éditoriale, ressort les épisodes de Stormwatch écrits par Warren Ellis et qui précédent le fameux Authority. Du coup je me suis posé la question: le premier est-il bien utile à la compréhension du second ?
On appréciera le titre du volume destiné à attirer le chaland...

Déjà, les lecteurs qui vont le découvrir en relié ont bien de la chance car personnellement il m'a fallut beaucoup de volonté pour suivre une série parue dans pas moins de 4 revues et de façon non chronologique !!!

Warren Ellis arrive donc au numéro 37 de la série Stormwatch. Je n'ai pas eu le courage de lire les précédents en vo et me suis contenté de les feuilleter. J'ai la furieuse impression que la qualité des dessins et des scénarii ne mérite pas mieux.

En même temps que le nouveau scénariste arrive sur la série un nouveau dessinateur Tom Raney. Je vais régler son compte tout de suite à celui là ce sera fait. Ben c'est pas folichon niveau dessin désolé Tom ! Tu dessines mieux que moi, certes, mais je suis loin d'être une référence ou alors du coté de la médiocrité nullissime. Oui le dessin n'est pas très agréable et fait parfois un peu mal aux yeux, et pourtant je trouve qu'il colle bien à l'ambiance qu'Ellis donne au comics. Allez savoir pourquoi ces corps pas toujours bien proportionnés aux allures un peu bancales et ce trait assez sombre ne sont tout compte fait pas si mauvais si on ne cherche pas avant tout l'esthétisme. De plus je trouve qu'au fur et à mesure des épisodes il s'améliore (un peu). Signalons également que Raney enchainera prés de 15 épisodes à la suite ce qui était un exploit chez Wildstorm à l'époque.

On comprendra que ce n'est pas le dessinateur qui m'aura donc poussé de nouveau dans ces pages. Non pas le dessinateur mais bien le scénariste. Mister Ellis est l'un des auteurs britanniques qui gravite dans le milieu du comics américain, c'est souvent un gage de qualité, allez savoir pourquoi... Il a de commun avec Alan Moore la nationalité et la barbe (un tantinet plus courte) mais pas que... J'y reviendrai... Avant d'arriver sur Stormwatch, il avait bossé essentiellement chez Marvel où son travail était disons inégal.
Point commun disais-je donc. Tout le monde conviendra (j'espère) qu'Alan Moore a fait entrer le comics dans l'âge adulte (même s'ils étaient plusieurs sur le coup et que cela ne s'est pas fait en un jour) avec ses Watchmen (oui c'est proche de l'obsession, je sais). Je dirais qu'Ellis a remis quelques briques au dessus des solides fondations faites par le Maître et c'est avec Stormwatch qu'il débuta son labeur. En effet il pris donc une équipe de super héros à mi-chemin entre les Vengeurs et la Ligue de Justice (tant il y ait un chemin entre les deux) et en fit ce qu'une telle équipe serait dans la réalité vraie de vraie. C'est ça la patte d'Ellis : le désir de faire coller l'univers imaginaire des comics au notre et parfois ça fait froid dans le dos.

Que trouverait donc quelqu'un qui achèterait le volume d'Urban ? Revue de détail (Attention quelques spoil trainent):

Stormwatch 37 fait suite à un crossover où l'équipe de héros des nations unies perdit un de ses membre qui s'est révélé être un traitre. L'épisode s'ouvre donc sur l'enterrement de ce dernier et les états d'âmes des membres de l'équipe. En particulier ceux d'Henri Bendix, le Weatherman, le patron de Stormwatch, qui décide de reformater son équipe ainsi que de prendre du jeux vis à vis des nations unies. Ellis Bendix se débarrasse donc de certains équipiers et en embauche d'autres. Parmi les nouveaux apparaitront Jenny Sparks, Jack Hawksmoor et Rose Tatoo. Accessoirement la première mission du nouveau Stormwatch est d'arrêter un sérial killer sanglant fan de Nietzche. La résolution plus qu'expéditive de la mission ne surprit pas à mon avis que les héros en présence...
Je ne sais pas si à l'époque on se rendait compte que l'enterrement du début était celui des héros de grand-papa.

Stormwatch 38 s'ouvre sur les restes d'un agent de Stormwatch assassiné. L'ensemble de l'épisode tourne autour de l'enquête sur fond de nationalisme et de rejet de l'ONU par les USA. Mais aussi sur la nouvelle politique radicale du Weatherman.

Stormwatch 39 s'attaque aux violences policières perpétrées dans une ville des USA.

Stormwatch 40 doit faire face au crash d'un avion en Angleterre. Catastrophe provoquée par Gamorra une nation terroriste. Bendix enverra notamment Rose Tatoo exécuter 233 personnes (autant que le nombre de passagers) sur l'île de Gamorra. Ah cette bonne vieille loi du talion !

Stormwatch 41 est quasiment centrée uniquement sur Synergie le membre de l'équipe qui active les pouvoirs en latence de surhumains s'ignorant comme tel. Elle suit un ados afin de savoir s'il pourrait être digne d'être activé. Mais ce dernier se révèle passablement dérangé et est activé par une inconnue. Ce qui perturbe Synergie et ses copains puisque jusque là elle était la seule capable d'une telle chose.

Stormwatch 42. Situation de crise à Tokyo qui est victime d'attaques terroristes sous fond de références à Mishima.

Stormwatch 43. Cette fois c'est Jack Hawksmoor, l'homme en symbiose avec les villes, qui enquête sur un meurtre. Le responsable n'est pas des moindres et outre le sourire que génère son identité on peut se demander si les services secrets n'étoufferaient pas effectivement un tel scandale.

Stormwatch 44. Dans cet épisode Jenny Sparks âgée de 96 ans mais n'en paraissant que 18 nous résume sa vie et surtout ses précédentes tentatives dans le super héroïsme. C'est un moyen pour l'auteur de survoler rapidement l'histoire des héros de comics. On remarquera que la seconde équipe de Jenny fait furieusement penser aux Watchmen (oui, encore). La fin tragique de ses deux premières équipes explique le côté désabusé de la jeune dame et peut être son alcoolisme.

Stormwatch 45. Épisode qui fait écho au 38 avec le thème du nationalisme. On y voit au début Battalion, ex membre de l'équipe rétrogradé au rang d'entraineur des membres actifs, attaché sur une bombe alors qu'il était censé prendre un peu de bon temps en famille.

Stormwatch 46. La plupart des membres de l'équipe fait la tournée des bars un peu particuliers à travers le monde (j'ai oublié de dire qu'ils se téléportent à la star trek) afin de mieux se connaitre et de se biturer. Rose, quant à elle, restée sous bonne garde (oui elle est en permanence surveillée) prend un petit moment de détente à caractère sexuel avec son garde justement. Le pauvre homme ne s'en remettra jamais mais Bendix semble couvrir l'incident...

Stormwatch 47. Petite situation de crise : un incubateur extraterrestre qui était jusqu'alors scellé vient de s'ouvrir, c'est ballot ! A noter que les dessins sont réalisés pour cet épisode par Jim Lee le boss des studios Wildstorm qui nous gratifie d'une succession de 22 superbes pleines pages. (Peut être pas son meilleur travail mais ça fait toujours plaisir à voir).

Bilan : Ellis nous livre donc une succession de dix quasi one-shot qui lui servent à présenter d'une part ses nouveaux personnages mais également sa vision du comics moderne avec des thématiques souvent proches des horreurs du monde réel. L'exercice n'est pas facile : présenter l'intrigue, développer l'action, conclure et parsemer d'amorces de situations futures en une vingtaine de pages. Pfu !!! Je suppose que ce format fut choisi à dessin afin de ressusciter une série moribonde. Il sauve en effet la série du naufrage et pose de bases solides qui donnerons naissance au fameux Authority. N'y a-t-il pas dans ce Stormwatch trois des membres de la future équipe. Pour répondre enfin après ce pavé à la question initiale : Non, il n'est pas nécessaire d'avoir lu ces dix épisodes pour ne pas être largué quand on attaque Autority. Mais ce "non" me coute car il minimise l'importance du travail d'Ellis qui chez Wildstorm, alors studio indépendant, a pu s'exprimer sans frein à sa créativité. Pour cela ces histoires valent le coup, malgré une inégalité indéniable et ces dessins si particuliers dont je parlais plus haut. Si je ne les avais pas déjà en souple, je me conseillerais d'acheter ce bouquin. A vous de voir les amis !


Dernière édition par Long John Silver le Mer 11 Jan - 15:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Lun 9 Jan - 0:03

Comment ça, vilain VIK ? Wink
Merci pour ton bel article.
Quant aux fameux épisodes dont tu parlais dans ton premier message :
Je les lirai, un jour, je les lirai !

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Long John Silver

avatar

Masculin Poissons Messages : 195
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 44
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Mer 15 Fév - 9:50

Après quelques recherches me voilà rassuré je ne suis pas monomaniaque ou du moins pas complétement. Les références aux Watchmen de l'épisode 44 n'étaient pas que dues à mon obsession Mooresque. En cherchant la couverture originale du comics j'ai découvert qu'il y en avait trois qui font elles aussi références à certaines époques des comics :




CQFD ;-)


Dernière édition par Long John Silver le Mer 15 Fév - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Long John Silver

avatar

Masculin Poissons Messages : 195
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 44
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Mer 15 Fév - 16:03

Le second volume d'Authority : les années Stormwatch sortant chez Urban en avril prochain, je me fends d'une petite présentation de ce que le lecteur curieux y trouvera.


Tout d'abord le gros changement dans la narration d'Ellis sera au niveau du format car il délaisse les épisodes quasi indépendants pour s'attaquer à des arc narratifs de plusieurs épisodes.

- Changer ou Mourir (Stormwatch 48 à 50)
Un surhomme, aperçu dans les précédents épisodes, nommé The High en VO entouré par une équipe bien fournie défie l'autorité de l'ONU et Stormwatch. Le terme autorité sera fort utilisé à partir de ces épisodes et étudié sous plusieurs aspects. On se demande pourquoi... The High est sans conteste une énième version de Superman mais cette fois du côté des méchants, semble-t-il... Mais l'ennemi intérieur est souvent plus dévastateur que celui qui nous défie au grand jour. A noter que dans cette nouvelle équipe deux personnages qui auront une importance dans le futur apparaissent pour la première fois : Le docteur, shaman tout puissant de notre réalité, et l'ingénieur qui fait pousser toute sorte de choses dans ses jardins du Nevada (hamburger, boissons, piles, médocs...).
Un mot sur le dessin de Tom Raney avec qui je n'avais pas était tendre précédemment. Ces trois épisodes (dont un double, le dernier) sont assurément son meilleur travail. Il subsiste encore quelques perspectives un peu surprenantes mais à part ça je ne trouve rien à lui reprocher. Dommage car c'est là son ultime travail sur la série qui d'ailleurs s'arrête avec le numéro 50 !!!

- N'ayez crainte la série s'achève pour renaitre sous le même nom au numéro 1 précédé d'un preview qui nous permet de découvrir le nouveau Weatherman en la personne de Jackson King ancien entraineur de l'équipe et avant ça son leader sous le nom de Battalion. Pourquoi relancer la série ? Parce que quand ça marche on essaye d'attirer de nouveaux lecteurs sachant que les anciens continueront de suivre ;-)

- Avis de Tempête (Stormwatch vol.2 1 à 3)
On retrouve dans cet arc les sujets appréciés par Ellis : manipulation génétique, armes vivantes, terrorisme... Mais surtout les USA entrent définitivement dans la section des adversaires de Stormwatch et ce qu'ils font n'est pas joli joli...
Aux dessins on trouve pour ces épisodes et le preview Oscar Jimenez. Ce n'est pas son meilleur travail mais il reste acceptable. Toutefois si l'on compare à ce que Tom Raney avait fait sur l'arc précédent on regrette qu'il ne soit pas resté. De plus pour le dernier épisode il est secondé par Michael Ryan et ça n'améliore en rien l'ensemble.

- Un Monde Meilleur (Stormwatch vol.2 4 à 6)
Cet arc tourne principalement autour de deux nouveaux personnages clones de Batman et Superman nommés respectivement Midnighter et Apollo. Ces derniers sont les rescapés d'une équipe secrète complètement inconnue crée par le précédent Weatherman, Henry Bendis. Maintenant ils vivent en marge de la société rendant la justice depuis les rues où ils sont devenus sdf. A leur première apparitions il sont tout deux nus, l'avenir nous permettra de deviner pourquoi ;-)
Aux dessins cette fois on trouve Bryan Hitch. Ce dessinateur anglais est issu de Marvel UK et fait un boulot formidable. On retrouve dans son trait le style de son compatriote Alan Davis à tel point que parfois j'ai du mal à savoir lequel a dessiné ce que j'ai sous les yeux. Dans ces épisodes il n'est pas encore au sommet de son talent mais de son propre aveu cette collaboration avec Ellis a sauvé sa carrière. En effet il envisageait d'abandonner les comics et c'est en travaillant avec Ellis et les coloristes de Wildstorm (les meilleurs sur le marché à l'époque et peut être encore actuellement) qu'il retrouva son enthousiasme (Ouf ! on a échappé de peu à une catastrophe majeure pour l'industrie du comics).

- La Plaie (Stormwatch vol.2 7 à 9)
La plaie est la structure qui sépare les univers. Ellis nous transporte de l'autre côté de cette "membrane" pour nous présenter un autre univers Wildstorm où le Weatherman est cette fois Jack Hawksmoor. On pourra se demander quel est l'intérêt d'une telle idée si ce n'est de nous présenter la plaie justement. Seuls les connaisseurs de l'univers Willstorm appréhenderont complètement l'histoire qui sera d'un intérêt relatif pour les autres.
Au dessin de nouveau Bryan Hitch (Yes !) secondé par Michael Ryan (Me...de !).

- Le dernier arc qui n'a pas vraiment de titre se compose de Stormwatch vol.2 10 & 11 au milieu desquels il faut intercaler un one-shot WildC.A.T.s/Aliens. Un mini crossover en quelque sorte.
La station orbitale de Stormwatch est envahie par des aliens qui font des dégâts considérables parmi les membres de l'équipe de héros. Attention spoiler : Tout doit avoir une fin et celle de Stormwatch est apocalyptique seul trois héros sortent vivant de la station grâce à l'intervention des WildC.A.T.s (l'autre équipe crée par Jim Lee lors du lancement de Wildstorm). L'ONU met fin au projet Stormwatch beaucoup trop couteux mais embauche deux des trois survivants pour les caser dans un bureau. Il ne reste de Stormwatch que les trois membres officieux qui n'étaient pas sur la station et qui créeront The Authority. Ceux qui ont lu ce qui précéde n'auront pas de mal à trouver de qui il s'agit.
Au dessin toujours Bryan Hitch secondé par Michael Ryan pour Stormwatch. Quant à WildC.A.T.s/Aliens c'est Chris Sprouse qui s'y colle. Je suis guère fan de ce qu'il fait et surtout de ce qu'il fait des héroïnes. Il est loin de la qualité qu'il affichera sur le Tom Strong d'Alan Moore (ouaip je l'ai encore casé !). De plus je doute que son style convienne à cette ambiance sombre et horrifique voulue par Ellis.

Bilan : Mis à part les bémols en rapport avec les dessins explicités ci-dessus, c'est une lecture que je conseille à ceux qui ont apprécié le volume précédent. C'est un trait d'union nécessaire avant The Authority. Mais est-il pour autant indispensable pour la compréhension de cette dernière. Non bien sûr mais cela peut être une mise en bouche fort appréciable. Il est évident à postériori qu'Ellis a utilisé cette seconde série pour placer les jalons de The Authority et qu'il avait déjà en tête cette dernière en écrivant ces épisodes.
La performance d'Ellis est moins impressionnante que dans le précédent volume. Il est surement plus à l'aise et développe tranquillement ses histoires autours de ses thèmes de prédilections. L'un d'eux notamment que je n'ai pas signalé dans ma précédente analyse est l'hommage à ses prédécesseurs (c'est le cas avec l'épisode 44 ou dans son Planetary dont je parlerai peut être à l'occasion). Dans son WildC.A.T.s/Aliens il reforme l'équipe d'origine des WildC.A.T.s de Jim Lee. Un moyen je pense de remercier le patron de lui avoir fait confiance.


Dernière édition par Long John Silver le Dim 26 Mar - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Mer 15 Fév - 19:02

Long John Silver a écrit:
Après quelques recherches me voilà rassuré je ne suis pas monomaniaque où du moins pas complétement. Les références aux Watchmen de l'épisode 44 n'étaient pas que dues à mon obsession Mooresque. En cherchant la couverture originale du comics j'ai découvert qu'il y en avait trois qui font elles aussi références à certaines époques des comics
Excellente démonstration ! Bien joué.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1174
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Mer 15 Fév - 19:53

Encore une fois, merci LJS. Tout ça semble très bien et franchement donne envie.

Il faut que je fasse une liste (mon nouveau leitmotiv).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Long John Silver

avatar

Masculin Poissons Messages : 195
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 44
Localisation : Lille au trésor
Humeur : claudiquante

MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   Jeu 16 Fév - 9:33

... et encore, le Stormwatch d'Ellis fait pâle figure par rapport à son Authority. Je détaillerai à l'occasion...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: THE AUTHORITY   

Revenir en haut Aller en bas
 
THE AUTHORITY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ils sont tous morts
» f*ck the authority. (hedekha)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La grande bibliothèque :: Les Comics-
Sauter vers: