AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VIC

avatar

Masculin Messages : 2976
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN   Mar 1 Nov - 12:15




Frank Margerin voit le jour en 1952 à Paris, né d'un père artiste peintre et d'une mère portraitiste. Il passe la majeure partie de son enfance dans une HLM de la Porte d'Asnières. Après la troisième, sur les conseils d’un ami de son père (lui-même artiste peintre), Margerin s’inscrit tout naturellement à l'École des arts appliqués. Il en sortira diplômé quatre ans plus tard. Diplôme de laqueur et dessinateur textile en poche, c’est vers le dessin humoristique que le jeune homme tend à se diriger. Il cohabite alors avec ses camarades des « Zarza » dans un pavillon de banlieue à Châtillon.

Son dossier de dessins sous le bras, Margerin se décide à affronter quelques agences de pub qui trouvent son style assez marrant et l'encouragent à se tourner plutôt vers la BD. En 1978, il dessine quelques vignettes et bandes dessinées pour le chewing-gum Malabar. Ce seront finalement les magazines de charme Lui et Playboy qui publieront ses premières illustrations.

Margerin rencontre un jour Bernard Farkas, un des quatre fondateurs de Métal hurlant, qui lui conseillera de rencontrer son rédacteur en chef Jean-Pierre Dionnet. Celui-ci lui propose de faire une BD de quatre pages dans ce magazine alors spécialisé dans la BD de science-fiction. Il réalise ses premières véritables planches. Sa participation au magazine durera jusqu’au dernier numéro, courant 1987.

Entre-temps Margerin enchaîne les albums, qui agrègent plusieurs histoires de quelques planches (souvent parues dans Metal), avant de s'essayer à des histoires plus longues. Son dessin au trait plein, qui rebutait certains publicitaires à ses débuts, est maintenant à la mode. Ses gros nez sont partout : l’auteur signe des pochettes de disques, affiche de film (La Smala), publicités et dépliants en tout genre, le dessinateur apparait sur de nombreux supports.

Côté musique, il forme avec son condisciple Denis Sire le groupe Los Crados, qui deviendra plus tard Dennis' Twist avec un succès certain dans les années 1987-88.




Lucien :

Lucien, rocker rebelle à la banane, s’impose peu à peu comme personnage central des histoires. Accompagné par ses fidèles amis Ricky (inspiré par un ami de l’auteur) et Gillou (inspiré par son frère), Lucien déserte petit à petit les mobylettes et les flippers pour tenter de s’insérer dans la vie adulte. À ce titre, l'album Lulu s’maque marquera une nouvelle ère pour le personnage dont les aventures s’étalent maintenant sur tout l’album en une seule et même histoire… Challenge relevé pour le dessinateur qui ne se sentait pas d’écrire des scénarios à ses débuts.



1993 : grand couronnement au festival d'Angoulême : Frank Margerin est élu président du festival, signe qu'il est désormais une référence reconnue par ses pairs.

1998 sortie de Ricky chez les Ricains, l’album tant attendu de Lucien aux États-Unis. Pour la première fois, Margerin dit s’être beaucoup documenté pour coller au mieux à la réalité (même s’il connaissait un peu cette région du monde car son frère et sa sœur habitent San Francisco).

Margerin délaissera quelque temps ses personnages fétiches et créera Momo pour 3 albums entre 2002 et 2005.

2008 marque la fin de la collaboration entre Margerin et les Humanoïdes associés. L'auteur, qui avait toujours été fidèle à cette maison, se voit transférer chez Fluide glacial, permettant aux Humanoïdes associés de renflouer un peu leur fonds mis à mal par la crise financière.

Pour sa première contribution chez Fluide Glacial Margerin frappe un grand coup en faisant réapparaître Lucien, huit ans après ses dernières aventures. Chose rare en BD, le dessinateur a fait vieillir son héros. La banane a blanchi, le ventre a poussé et Lucien s'est rangé dans sa petite vie de famille. Le nouvel éditeur en profite pour rééditer les premiers albums de Margerin. La saga s'étale alors sur huit tomes (Toujours la Banane étant le neuvième).

Il démarre en 2012, en tant que dessinateur et coloriste, une nouvelle série intitulée Je veux une Harley, sur des scenarii de Marc Cuadrado, chez Fluide Glacial. Le second tome est quant à lui paru le 20 septembre 2013 chez Dargaud.




Mon avis :

Difficile d'être passé à côté d'un album de Lucien dans les 80's, on avait toujours un copain qui avait un album. J'en avais deux. J'aimais bien, je trouvais ça plutôt sympa, mais les gags me semblaient un peu faciles. Ensuite, jje les ai un peu snobbé, probablement à cause des dessins "à gros nez", ça ne faisait plus trop sérieux de s'afficher avec ces BD, du moins quand on veut paraître adulte et qu'on veut séduire les filles. Et puis la redécouverte, 30 piges après, dans les vieux Metal Hurlant. J'enchaîne avec les 2 albums que je retrouve dans mon grenier. Entre-temps, je suis devenu bédéphile, j'ai des goûts élitistes niveau dessins (Pratt, Toppi, le noir et blanc) mais j'ai aussi découvert Crumb -que je détestais au départ- qui m'a initié aux traits expressifs, et dont le style a influencé Margerin. Paf ! Est-ce l'effet nostalgie, la madeleine de Proust, le souvenir des bandes de potes au lycée ? Mon amour du rock, qui est l'un des thèmes centraux de Lucien, avec les motos, et l'amitié ? Ou bien le fait que j'ai habité par très loin des banlieues où Lucien évolue ?

Je découvre tous les albums de Lucien, et cela s'impose : il y a beaucoup, beaucoup plus que des "gros nez" dans les BD de Margerin. Lucien nous plonge dans les 80's, en banlieue, c'est une machine à remonter le temps. On a plaisir à retrouver cette bande de potes (précurseur de la série TV Friends), à qui il arrive des mésaventures dignes des Bronzés. Oui, beaucoup plus. Je ne suis pas sociologue, mais j'affirme qu'il y a tout plein de sociologie chez Margerin. C'est très finement observé. Sous des dehors caricaturaux, les petits travers de chacun sont toujours prétexte à faire sourire. On ressent de la tendresse pour tous ces personnages. Je vais même plus loin : Lucien est une BD humaniste. Il y a une alchimie délicate qui fonctionne impeccablement jusqu'au 9è tome inclus, Toujours la Banane . Une vraie réussite de voir cette bande de potes qui a vieilli. L'un des meilleurs albums, derrière l'intouchable Ricky chez les Ricains qui reste pour moi le must (on y retrouvera en guest dans le décor des personnages de Marvel ou de Crumb). Et à l'image du titre, lire cet album pourra vous donner la ... pêche.


J'ai beaucoup moins adhéré à l'album suivant, plus sombre -pourquoi pas ?- mais surtout moins percutant, et délaissant à tort les amis de Lucien. Un seul Bronzé sans les autres, c'est pas pareil. Le tir est en partie rectifié dans La bande à Lucien, qui s'achève hélas par une histoire d'assez mauvais goût, mais qui n'est pas encore revenu au niveau d'avant.
En attendant de découvrir le futur 12è album, je conseille de (re)découvrir les 9 premiers tomes de cette BD. La première intégrale regroupe les tomes 1 à 4, et la deuxième qui sort ce mois-ci ira du 5 au 8.

Besoin d'une cure de jouvence pour échapper à un monde de brutes ? Envie de se replonger dans les fameuses 80's, où tout semblait plus simple, malgré les punks ?
Envie d'écouter du rock en blouson noir ? D'enfourcher sa moto pour aller à la Foire du Trône comme au bon vieux temps ?
Vous l'avez compris, je suis tombé sous le charme nostalgique et sociologique des aventures de Lucien.
Un peu comme avec Réné Goscinny, il y a une double degré de lecture qui peut parler à tous les âges.
Je te le dis lecteur, ne t'arrête pas à des préjugés sur la BD à gros nez :
sois bon, lecteur, sois bon !
Lucien est une BD très expressive, attachante et vivante, comme le rock est éternel.





   1981 - Tome 1 - Votez Rocky, (ISBN 2731601256)
   1982 - Tome 2 - Bananes Métalliques, (ISBN 2731613173)
   1982 - Tome 3 - Radio Lucien, (ISBN 2731613181)
   1985 - Tome 4 - Chez Lucien, (ISBN 273161319X)


   1989 - Tome 5 - Lucien se met au vert, (ISBN 2731607289)
   1987 - Tome 6 - Lulu s’maque, (ISBN 2731604387)
   1993 - Lucien, Le retour, (ISBN 2731611251)
   1998 - Tome 7 - Ricky chez les Ricains, (ISBN 2731612711)
   2000 - Tome 8 - Week-end motard, (ISBN 2731613912)

   2008 - Tome 9 - Toujours la banane, (ISBN 9782858158959) (éditions Fluide glacial) - (Sélection officielle du Festival d'Angoulême 2009)
   2009 - Tome 10 - Père et fils, (ISBN 9782858159789)
   2011 - Tome 11 - La bande à Lucien, (ISBN 9782352071136)

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216


Dernière édition par VIC le Mar 1 Nov - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6166
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN   Mar 1 Nov - 12:51

J'ai jamais accroché. C'est vrai, dans les années 1980, il était difficile de passer à côté et j'ai dû en lire deux ou trois mais sans grand intérêt. Avec l'âge, j'y suis devenu complètement indifférent, ça a pour moi un côté "dépassé" quelque part, caricatural, comme Fonzie dans Happy Days... Le truc franchouillard qui n'est vraiment pas dans mes goûts ou mon caractère.
Ce qui ne m'empêche nullement de respecter le travail de l'artiste, salutations à lui.

En plus, j'ai eu le malheur d'avoir un père rockeur qui m'a gonflé et pourri l'adolescence avec Elvis et surtout Johnny jusqu'à l'overdose, incapable d'être objectif et de comprendre qu'on puisse aimer autre chose, à une époque où je ne jurais que par la New Wave... Du coup, je reste très réfractaire à tout les clichés du rock "à la française" si j'ose dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

avatar

Masculin Messages : 2976
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN   Mar 1 Nov - 16:40

Ah oui, je comprends très bien ton allergie avec le vieux rock français, je la partage. Mais j'ai eu la chance de ne pas subir ton traumatisme. Et oui, il y a un côté dépassé dès le départ : franchement, un héros avec une banane, comme Dick Rivers ?
Tu as raison aussi sur le truc franchouillard, qui est totalement présent, puisque Margerin s'en est toujours donné à coeur joie pour caricaturer le français moyen. Le type avec son béret et son litron de rouge, ses charentaises, la loge de concierge, etc. Il est même allé les transformer à l'instar de Super Dupont, en super-héros la nuit, ou peut mettre en scène un anti-héros qui trompe bobonne avec une ... extra-terrestre.
Tout cela est voulu, il y a une naïveté, une candeur, mais c'est aussi ça qui fait partie du charme. C'est effectivement dépassé dès le départ, une sorte de cocon, de bulle où l'on voit des clichés du rock des 60's cohabiter avec le punk des 70's, le tout dans l'univers des 80's.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1202
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN   Mar 1 Nov - 16:48

Je suis complètement passé à côté ^^ - jamais lu - même si je m'en rappelle les images, vu en passant par-ci par-là dans les "rayons" BD de ma papeterie / librairie du coin (avant les grands magasins), là où à l'époque, j'achetais mes Alix, Astérix, Elfquest ou Adèle Blanc-Sec - qu'en fait j'avais découvert par hasard en vacances... Avant de plonger pour Akira acheté en fascicule en passant dans un kiosque ^^.


Dernière édition par Astre*Solitaire le Mar 1 Nov - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2761
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN   Mar 1 Nov - 21:03

J'ai jamais lu, il faut dire que ça ne m'a jamais attiré, comme dirait VS c'est franchouillard et dépassé. A l'époque je rêvais d'autre chose et pas de ce style de BD.

Quand je pense à Margerin je pense avant tout aux Humanoïdes Associés et au groupe Dennis' Twist, et à la chanson Tu dis que tu l’M inspiré du morceau Hungry Heart de Bruce Springsteen. Qui connu un certain succès en 87.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2087
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 43
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN   Mar 1 Nov - 22:15

Pareil, vu comme tout le monde mais jamais lu...Ca ne m'attirait pas non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN   

Revenir en haut Aller en bas
 
FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FRANK MARGERIN et la bande à LUCIEN
» La bande dessinée
» Motards Nobz, conseils pour assembler une bande
» Selon l'écrivain Frank Laraque:Il n'y a pas de bons Duvalieristes
» Quelle est votre bande de prédilection?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: Section BD-
Sauter vers: