AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Thing (John Carpenter, 1982)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mar 25 Oct - 14:17

The Thing (Jonh Carpenter, 1982)


Le Cadre

Un huis clos dans une station scientifique étatsunienne de l'Antarctique, la National Science Institute Station 4, durant l'hiver 1982.


Synopsis

Une équipe norvégienne met à jour un vaisseau spatial qui s'est écrasé dans l'Antarctique il y a probablement plusieurs centaines voire milliers d'années. Mais ce vaisseau contient une forme de vie qui assimile les êtres vivants et prend leur forme. Après avoir décimé l'équipe norvégienne, elle parvient à infiltrer une équipe de douze étatsuniens. Qui est humain ? Qui est la « chose » ?


Le début de l'histoire

Un vaisseau spatial pénètre dans l'atmosphère terrestre.

Titre.

Un hélicoptère vole au dessus de l'Antarctique. Il poursuit un husky qui court dans la neige. Le passager de l'hélico tente frénétiquement de l'abattre au fusil et lui lance des grenades.

Le chien parvient à une station étatsunienne. L'hélicoptère atterrit ; le passager descend et tente affolé de dire quelque chose, mais il ne parle pas anglais. Le pilote de l'hélicoptère tente maladroitement de lancer une grenade, mais ne réussit qu'à se faire exploser avec l'hélico. Le passager tire finalement sur le chien qui s'est réfugié contre un membre de l'équipe, blessant celui-ci. Le lieutenant Gary (incarné par Donald Moffat), le responsable de l'expédition, s'estime en légitime défense et abat le Norvégien.

Passablement intrigué par cette situation et ne réussissant à joindre personne à la radio, le Dr. Blair (Wilford Brimley) décide d'aller inspecter la station norvégienne avec le pilote d'hélicoptère R.J. MacReady (Kurt Russel). Ils découvrent une station ravagée par les flammes, avec des marques de violence extrême. Tous les occupants sont morts. Ils ramènent une cassette vidéo ainsi que les restes carbonisés d'une créature étrange.

De retour à la station, la créature est autopsiée. Elle ressemble à un humain complètement déformé.

Alertés par les cris de chiens, les membres de l'équipe se précipitent dans le chenil et voient le husky se déformer pour devenir une créature sanglante et protéiforme qui attrape les chiens pour les assimiler. Le lance-flammes entre en action.

Le Dr. Blair étudie les cellules de la chose et découvre qu'elles capturent les cellules vivante pour ensuite les imiter. Il calcule que si la chose parvenait à rejoindre la civilisation, toute la vie sur Terre serait phagocytée en quelques années.

Le cadavre carbonisé de la chose reprend vie et s'attaque au météorologue, George Bennings (Peter Maloney). Les membres de l'équipe voient tous la chose, réplique quasi parfaite de Bennings excepté les mains qui sont encore en cours de métamorphose ; ils la brûlent. Le Dr. Blair est pris d'un coup de folie et il détruit tous les moyens de transport et de communication. Il est maîtrisé et enfermé dans l'abri à outils.

Mais un membre de l'expédition découvre un vêtement déchiré : il est évident que la chose a survécu et qu'elle est un des membres de l'équipe. Une paranoïa s'installe, chacun soupçonnant les autres…


Commentaire

Le film s'inspire de la nouvelle de  John W. Campbell Jr. La Bête d'un autre monde (Who goes there?, 1938), et est une recréation (un remake) du film La Chose d'un autre monde (The Thing from Another World, Christian Nyby, 1951). Le film a connu un prélude (prequel) en 2011, appelé également The Thing (Matthijs van Heijningen Jr.), qui raconte ce qui s'est passé dans la station norvégienne et se termine là où commence le film de Carpenter. Je ne l'ai pas vu, mais les quelques vidéos de commentaire que l'on trouve sur Youtube recommandent chaudement de l'oublier.

Si le personnage de MacReady (Kurt Russel) est mis en avant, il n'y a pas vraiment de héros. Coincés dans la station à laquelle ils essaient de donner l'allure d'un bar, deux personnages sont alcooliques — MacReady au J&B et le Dr. Blair (Wilford Brimley) à la Smirnoff — et deux tournent au cannabis — Nauls le cuisto (T.K. Carter) et Windows le radio (Thomas Waites). Si la chose s'insinue dans les corps, elle instille également la folie dans les esprits de manière indirecte : piégés, à des milliers de kilomètres de la moindre habitation, leur esprit oscille entre l'instinct de survie et la volonté de protéger l'humanité, entre l'appartenance au groupe protecteur et la méfiance de l'autre qui n'est peut-être pas ce que l'on croit.

Les effets spéciaux sont entièrement mécaniques — on est encore aux balbutiements des images de synthèse (CGI), Tron sort la même année —, et ceux-ci sont époustouflants. Si l'apparence de la chose protéiforme est horrible et que l'on assiste à quelques amputations sanglantes, on ne verse cependant pas dans le gore. Carpenter ne cherche pas non plus la peur facile : un seul jump scare [1]. La conception graphique a été travaillée par Mike Ploog (un dessinateur de comics qui a également travaillé sur Les Sorciers de la guerre, 1977 et Métal hurlant, 1981).

Non, ce qui nous frappe ici, ce n'est pas tant le dégoût et la peur que le doute et la paranoïa, comment les personnalités se transforment sous une tension extrême, qui craque, qui s'impose, qui garde la tête froide et réfléchit. Et c'est aussi un film énigme : on ne voit qu'une seul infection, celle de Bennings, on ne sait pas qui est infecté, ni comment ça s'est passé, et c'est au spectateur d'essayer de trouver des indices. Car si Carpenter a eu le temps de bien concevoir son intrigue, il n'a mis personne dans la confidence…


Les indices justement : à l'intention de ceux ayant déjà vu le film, en voici trois tirés d'analyses que l'on peut trouver sur la Toile :
Spoiler:
 

Ah, oui, la musique. Censément signé par Ennio Morricone. Euh, c'est étrange : Morricone est un compositeur de thème qui cravache ensuite une armée d'arrangeurs. Or là, pas de thème, et des arrangements minimalistes. En fait, la musique ressemble comme deux gouttes d'eau à ce que compose Carpenter lui-même : essentiellement une basse qui imite des battements de cœur.

On remarquera que le film a quelques points communs avec Alien, le 8e passager sorti trois ans plus tôt : un huis-clos, un monstre extra-terrestre qui déchire les entrailles et traque les membres d'une équipe dans un endroit où personne n'entend crier. Mais un film néanmoins très différent : une chasse à la bête qui se transforme en chasse à l'homme dans Alien, et un thriller psychologique pour The Thing.

Bref, un grand film très bien mené.

Note

1. Le jump scare, c'est le chat qui déboule en pleine tension et qui fait sursauter la salle.


Dernière édition par cdang le Mer 26 Oct - 18:24, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 0:11

Je souhaite le revoir, vu une seule fois il y a plus de vingt ans, mais j'ai encore quelques scènes en tête. J'avais trouvé qu'Abyss reprenait un peu le même schéma, enfin de mémoire.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 1:25

Chef d'œuvre.

Si il ne devait en rester qu'un de film d'horreur ce serait celui là. Le meilleur film de Carpenter pour moi, un film grandiose. Tout est somptueux dans ce film, une huis clos angoissant, un film d'homme, une ambiance froide, glacée, plus que prenante.

Quand on voit ce film pour la première fois on se demande qui est la chose ? Qui est encore humain ?  Qui va survivre ?  Les effets spéciaux de Rob Bottin sont parmi les meilleurs des effets spéciaux dit manuels, bien loin des effets spéciaux numériques indigents, la chose est terrifiante. Le casting est tout a fait solide, avec une galerie de personnages très différents, avec des personnalités la aussi bien différentes. Certains font sympathiques, d'autres antipathiques, et la psychologie broie peu à peu l'unité du début. Tout le monde se méfie de tout le monde, la paranoïa s'installe, insidieuse et sournoise.

Le film connu un échec à sa sortie, sortant en même temps que l'ET de Spielberg. Le public à l'époque voulait voir des gentils ET, pas des créatures féroces et dangereuses comme dans The Thing. Heureusement le film est devenu culte par la suite. Aujourd'hui il est considéré comme l'un des meilleurs films du genre, devenant un grand classique, et c'est 1000 fois mérité.

Un grand film tout simplement, à voir et à revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3818
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 5:52

Pareil que Vic : il y a trop longtemps que je ne l'ai plus vu celui-là. Et je ne l'ai même pas en VHS. Il faudra donc que je retrouve en DVD.

Je me souviens d'une ambiance huis-clos qui n'est pas à conseiller aux claustrophobes. Les effets spéciaux et les créatures n'ont pas trop vieilli pour l'époque.

Je le mets sur ma liste des films à revoir avant la fin de l'année. Merci cdang. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 9:05

Gorak a écrit:
Les effets spéciaux et les créatures n'ont pas trop vieilli pour l'époque.
Je plus que confirme : je viens de le voir sur grand écran (un vrai grand écran, pas une télé avec une grande diagonale), et c'est complètement bluffant !

En terme d'héritage, je dirai qu'une des photos affichées ressemble étrangement au masque de Scream (Wes Craven aurait-il fait un clin d’œil à son pote ?), et évidemment le jeu de rôle Sombre : le système de jeu émule la dégradation psychologique, et la couverture du n°2 est une référence évidente.

Concernant la « concurrence » d'E.T. : je ne pense pas que ce soit le même public… 'fin mes parents ne m'auraient pas emmené voir The Thing de toute manière même s'il n'y avait rien eu d'autre au cinoche (remarque, on est bien allé voir Gremlins deux ans plus tard…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 17:06

En même temps Gremlins ça reste un film familial contrairement à The Thing, donc pas étonnant de voir ce film gamin. Le malheur de The Thing c'est d'être sortie peu de temps après ET. Carpenter l'avait bien dit à l'époque que le fait de sortir son film à la même période de ET serait une mauvaise chose. Et il a eu raison le film a été un échec au cinéma. Il faut dire aussi que Carpenter a toujours été indépendant du sérail Hollywoodien, atypique et anticonformiste, il n'avait à l'époque pas la carte.

The Thing se faisant démonter par la critique ce qui n'arrangea rien. A l'époque le public voulait autre chose, de la féérie de la rêverie, et pas d'un film comme The Thing.

Aujourd'hui tout a changé heureusement, The Thing est devenu un film culte, et Carpenter est iconique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 17:11

J'en ai entendu régulièrement parler comme d'un film culte mais pas encore vu. Mais comme j'aime énormément les histoires de groupes ou communautés se retrouvant seuls face au danger, avec chacun des personnages ayant sa psychologie, son caractère, ses forces et faiblesses...
A voir donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 17:12

Warlock a écrit:
A l'époque le public voulait autre chose, de la féérie de la rêverie, et pas d'un film comme The Thing.
Oui, mais même si E.T. n'était pas sorti, ou sorti plus tard, je ne pense pas que plus de monde serait allé voir The Thing. (Mais bien sûr, il n'y a aucun moyen de le savoir.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 17:33

En 1982 le cinéma d'horreur sombre et angoissant n'était plus trop à la mode, on entrait dans une période ou on mélangeait l'humour ou la jeunesse au fantastique et à l'horreur. Avec des films comme les Gremlins, SOS fantômes, Vampire vous avez dit vampire ?, génération perdue etc..

Un film nihiliste comme The Thing n'était plus à la mode, sortie à la fin des 70's ou au début des années 2000 il aurait rencontré un grand succès. Mais en 82 le public voulait autre chose, cherchait autre chose, plus de rêverie, et un film comme ET était de ce calibre là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 18:23

MàJ : j'ai rajouté 2 liens vers des vidéo dans la balise spoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2732
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 19:24

Warlock a écrit:
Mais en 82 le public voulait autre chose, cherchait autre chose...
The Thing, avec Eddie Murphy et Goldie Hawn ?

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 959
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 26 Oct - 20:04

Je l'ai vu quelque chose comme 10 ans après sa sortie et ça a été un choc... J'étais dans l'histoire comme jamais
Spoiler:
 
... Très clairement pour moi, des films que j'ai vu, le meilleur Carpenter.

Pour la musique, elle est bien de Morricone. Carpenter n'avait pas le temps de l'écrire - trop de travail restait à faire sur le film. Il a donc demandé au seul en qui il avait confiance (et sur la musique duquel il s'est d'ailleurs marié), Morricone, même si Goldsmith, Corigliano et Alex North étaient pressentis. Mais il n'y avait que des bouts de film à présenter. Morricone a tout de même accepté et deux mois plus tard, il leur faisait écouter le morceau emblématique Humanity qui, bien sûr, imitait le style Carpenter...
(Ma source, parce que quand même, il y a peu, j'ignorais tout cela : MovieStackExchange - je ne garantis donc pas l'exactitude des informations).

Le morceaux Humanity sur youtube :


Pour le préquel/remake, il faudrait en faire une critique détaillée, car il le mérite bien le pauvre. Il est largement descendu par la critique, et c'est complètement injustifié. C'est un bon, voire très bon film de série B comme je les adore. Le problème, c'est qu'il souffre de la comparaison avec son grand frère et bon, là, oui, on ne peut rien y faire [Dans le genre remake/préquel/suite, j'ai préféré ce Thing de 2011, honnête, sincère, et sans prétention, au Réveil de la force, gentiment attrape-nigaud, bien fait, mais attrape-nigaud, et pour le coup, très prétentieux]. Mais même pour un remake/préquel, il s'en tire plutôt pas mal je trouve - on en a vu des bien pires qui ne furent pas autant critiqués. Il a au moins le grand mérite de traiter le matériau d'origine avec le plus grand respect
Spoiler:
 
, apportant une ou deux spécificités intéressantes et surtout, surtout, nous offrant l'une des plus belles scènes de fin d'un film, ne donnant qu'une envie, revoir le premier ... et si ça, c'est pas une réussite. (Vous remarquerez que je passe pudiquement sur les défauts et carences dudit film ^^.) N'empêche, avec ces deux là et les fins ouvertes en veux-tu en voilà, il y aurait de quoi continuer l'aventure... Étonnant qu'Hollywood ne s'y soit pas engouffré... Comment ? Un flop au box office... Ah oui, bien sûr, mais si on ne regarde que cela, que dire du premier (je fais l'impasse sur celui des années 50).

À noter qu'Alan Dean Foster, grand spécialiste de la novélisation (au moins 17 titres en français) a mis The Thing en roman en 1982 :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Jeu 27 Oct - 0:25

Etant donner que ce Thing récent est le (faux) préquel du premier on peut en parler sur ce topic.

Le problème c'est que c'est plus un remake qu'un préquel quand on y regarde de plus près. Il reprend certaines situations du premier mais en moins bien, notamment l'analyse des dents (pas très crédible d'ailleurs), alors que celle du sang du premier était 100 fois meilleur.

L'autre problème c'est le casting, dans le premier chaque personnage avait son caractère, sa personnalité, on pouvait les différencier, les reconnaître, s'identifier avec certains, détester d'autres. Dans celui là ils sont trop nombreux, on a pas ou peu d'empathie pour la plupart, on mélange un peu trop rapidement ces personnages. Ils n'ont pas le charisme et la présence de ceux du premier.

Le scénario est aussi plutôt confus, la fluidité du récit étant en conséquent plusieurs fois mis à mal. Alors que Carpenter privilégiait une atmosphère oppressante, où paranoïa et suspicion étaient les maîtres mots, dans ce "remake" tout est dans le coté impressionnant, à grand renfort d'effets spéciaux numériques bof bof , bien moins efficaces que ceux de Rob Bottin. C'est un film moderne, pop corn, sans grande saveur, et sans personnalité.

Un autre point important c'est la créature, dans le premier on la voit peu, c'est une sorte de virus qui s'attaque aux hommes pour survivre, elle fait peur. Dans le récent, c'est un prédateur qui s'attaque à tout ce qui bouge, façon bourrin, sans la subtilité du premier.

Au final on a un film qui souffre de la comparaison du premier, et qui pour moi est à éviter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Jeu 27 Oct - 8:23

Merci pour ces précisions Astre*Solitaire.

Pour le prélude que je n'ai pas vu, les critiques pointaient deux choses pour moi rédhibitoires :

  • la cohérence interne : apparemment, ils font miraculeusement apparaître un hélico avec le seul mec qui ne parle pas anglais à la fin, pour pouvoir être raccord avec la Carpenter ;
  • c'est une succession facile de jump scares. J'aime pas les choses faciles.

Il y a aussi un écart sur la manière dont on excave l'ovni (ils n'y vont pas à l'explosif), problème de cohérence externe donc ; après, si c'est justifié (si ça présente un intérêt pour l'histoire), pourquoi pas.

Les effets numériques décevants sont également pointés, mais après faut voir le budget (je suis assez tolérant de ce point de vue, je comprend que le réalisateur ait des images en tête et pas toujours les moyens de bien les rendre). Ah, on me souffle dans l'oreillette 38 millions de $ contre 15 millions pour le Carpenter. Oui, non, bon, pas d'excuse.


Dernière édition par cdang le Mer 2 Nov - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 959
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Ven 28 Oct - 19:41


Une fois n'est pas coutume, plutôt que de faire une longue critique – vu que le topic est déjà bien entamé, je vous propose un florilège de critique dont j'ai extrait quelques remarques d'ordre général. La méthode : sur Google, je tape « The Thing 2011 critique», et je prends les 10 premières critiques listées qu'elles soient bonnes ou mauvaises (dans tous les sens du terme). Je fais l'impasse sur Allociné – c'est comme ça – et sur Sens Critique qui regroupe trop de critiques à lui tout seul... Il en reste donc 7, que je vous propose avec les liens.

Rappelons que ce film a été réalisé par Matthijs van Heijningen Jr. dont ce fut le premier long métrage en tant que directeur, que pas mal des « acteurs inconnus » sont de fait des acteurs danois ou norvégiens – et donc davantage connus dans leur pays (exemple : Kristofer Hivju, dont voici la page Wikipédia), et que le budget du film – pour un film actuel – est ridiculement petit : Final destination 5 (2011), que tout le monde a vu, évidemment, c'est déjà 47 millions ^^.



1- Avoir à lire : « Entre remake et prequel, The Thing version 2011 étonne par ses qualités d’un autre temps : suspense adulte et personnages concrets. On se surprend à avoir peur et on aime ça. » ; « The Thing, deuxième remake de La chose venue d’un autre monde d’Howard Hawks et authentique prequel du film de Carpenter sorti en 1982, est une bonne surprise. » ; « un sérieux à l’épreuve des gags, totalement absents dans cette présente version, mais pas à l’épreuve du gore. » ; « plaisir d’un cinéma horrifique d’incarnation où les acteurs ne sont pas qu’une enveloppe charnelle, mais de vraies forces de jeu. »
Avis d'un membre : « Ce prequel correct retrouve par moments l’ambiance anxiogène du film de Carpenter et propose enfin des personnages qui ne sont pas de simples gravures de mode. On signalera aussi de très bons effets spéciaux. L’ensemble vaut mieux que ce qu’on peut lire à droite, à gauche. ».

2- Devil dead : « Tout ne s’imbrique pas totalement mais reconnaissons que le film de Matthijs van Heijningen Jr. a tout de même le mérite de tenter de suivre la même ambiance que celle de l’œuvre de 1982. Mais si l’on connaît le film de John Carpenter, pas mal de passages se montrent peu probants car bien inférieur à son modèle et ce à tous les niveaux. Le métrage se montre alors plutôt anecdotique voire totalement inutile ! » ; « The Thing, version 2011, se montre donc un duplicata relativement appliqué du film de John Carpenter [mais] ne fait preuve d’aucune véritable audace. » ; « Le métrage de Matthijs van Heijningen Jr. est, au final, au dessus de la moyenne mais en s’attaquant à The Thing, il est surtout une grosse désillusion ! ».

3- Strange Movie : « Abordé sous la forme d’une préquelle, The Thing version 2011 revoit légèrement les règles du jeu sans pour autant trahir l’esprit de son modèle. Très proche de la version de John Carpenter dans sa forme, le film de Matthijs van Heijningen Jr. s’impose comme un bon petit divertissement sans réelles prétentions. » ; « The Thing adopte plus volontiers un canevas épuré, sans véritable objectif autre que celui de répliquer le sentiment d’oppression et de terreur conféré à l’époque par son aîné. L’histoire reste de ce fait partiellement inchangée vis-à-vis du film originel, malgré l’apport purement accessoire d’un premier rôle féminin. Matthijs van Heijningen Jr. se fend presque d’une copie en forme de ré-invention / relecture partielle [mais] se montre cependant timoré en matière d’innovations, le cinéaste craignant presque d’imposer sa personnalité sur son travail. » ; « déroulé en tous points similaire à son aîné, [, l']’ensemble fonctionne pourtant nettement moins bien que par le passé, malgré une approche série B très typée eighties. » ; « dimension divertissante relativement bien affutée ; le tout s’avère suffisamment rythmé pour passer outre les manquements d’un scénario déjà-vu ; mise en boîte plan-plan, certes dénuée d’ambitions mais témoignant d’une lisibilité exemplaire ; correctes images de synthèse, presque trop tant l’omniprésence à l’écran de la créature suffit à la démystifier. ».

4- Le blog du cinéma : « Certes on pourra lui reprocher un quasi copier-coller avec la plupart des séquences de l’original ou de nombreux emprunts à Alien, notamment lors du final se déroulant dans le vaisseau extra-terrestre (séquence qui aurait d’ailleurs méritée d’être coupée au montage), The Thing version 2011 n’en reste pas moins un très bon film d’épouvante-horreur qui n’est pas sans rappeler le jeu vidéo Dead Space par moment. Les scènes gores s’enchaînent, la tension est palpable à chaque recoin, les acteurs sont convaincants même s’ils auraient mérité un peu plus de profondeur et les mutations de l’alien sont fort bien rendues (à comprendre bien dégueulasses). » ; « Néanmoins, le film de Matthijs van Heijningen Jr. n’en reste pas moins un très bel exercice de style maîtrisé juste comme il faut car il faut bien reconnaître qu’avec un projet aussi casse-gueule et difficile a traiter que celui-ci (il en faut des « corones » pour passer derrière le Carpenter de la belle époque !) on pouvait craindre un résultat bien pire que celui-ci. ».

5- Effets Speciaux - info : « Pour les fans de la version de 1982 (dont nous sommes), la découverte de cette préquelle est une très bonne surprise. On se retrouve bel et bien projeté à nouveau en 1982, dans un environnement très proche du film original, […] la continuité fonctionne à la perfection. On ne peut que saluer le travail méticuleux du scénariste qui a replacé dans le déroulement de l’action tous les éléments qui permettent de raccorder cette préquelle avec le film de 82. Tous les détails y sont ! Les fans prendront un grand plaisir à les identifier, tandis que le spectateur lambda ne sera gêné en rien par ces hommages habilement intégrés aux événements. » ; « une scientifique crédible, réagissant de manière intelligente et déterminée aux événements terrifiants qui se produisent. » ; « l’équipe du film […] parvient [à surprendre le spectateur], de manière astucieuse. Si cette préquelle est par moments - comme la créature ! - une parfaite copie de l’original, elle l’assume pleinement pour satisfaire les fans. En revanche, elle sait aussi tracer son propre chemin et nous présenter des aspects nouveaux de cette situation. » « The Thing 2011 est une réussite inespérée, et un rendez-vous incontournable et jouissif pour les amateurs du film de John Carpenter. ».

6- Film-Horreur : « Le réalisateur parvient à nous captiver assez facilement en entrant dans le vif du sujet » ; « Ayant pris le parti de coller au film original aussi bien dans ses idées que dans ses thématiques, certaines scènes centrales ne sont pas aussi dynamiques et surprenantes que ce qu’on aurait voulu malgré une réelle volonté de bien faire. » ; « [le fait de ne prendre aucun parti pris] a peut être permis de sauver le film, qui reste peut être simple, vain et convenu mais honnête et furieusement fidèle. Et surtout non dénué de qualités : les plus notables sont les transformations de la Chose qui offrent quelques scènes d’anthologie aux effets numériques souvent réussis ( pas tout le temps ) qui apportent une certaine modernité au mythe » ; « En bref, cette préquelle de The Thing est une bonne surprise montrant qu’on peut faire honneur à un film mythique sans le dénaturer ou en oublier la portée. Plein d’abnégation, The Thing version 2011 n’égale pas le film de Carpenter, d’ailleurs il n’en a jamais été question. Mais il ne lui fait pas honte non plus, et c’est déjà ça. »
Avis d'un membre : « Je te trouve bien clémente à l’égard de ce « prélude ». J’ai rarement quitté une salle de cinéma aussi agacé par un produit aussi formaté qui se repose sans vergogne sur un mythe de l’horreur. »

7- SCIFI Univers : « Le plus étonnant, c’est que ce The Thing s’imbrique parfaitement dans le précédent, le formidable générique de fin se terminant exactement là ou commence le film de 1982 ; la liaison [...] est franchement très convaincante. » ; « Pourtant [...], le réalisateur va s’appliquer à ne pas faire comme dans l’original, revisitant plutôt les motifs et scènes mythiques de chez Carpenter afin de les détourner. » ; « ce qui intéresse le réalisateur semble plus être les relations de confiance (mortelles ou vitales) et la communication (le film jouant avec la barrière de la langue) que le jeu sur les apparences qui captivait John Carpenter » ; « Si le film original jouait beaucoup sur le suggestif, son remake/prequel, conscient de ce que le spectateur connait déjà (à quoi bon cacher ce qu’on a déjà vu et revu), en montre beaucoup plus, sans cependant faire dans la surenchère numérique. […] Les SFX restent cependant moins impressionnants que ceux, pourtant plus vieux de 25 ans, du film de 1982, qui était ainsi bien plus viscéral. »  « L’atmosphère est un des points forts de ce The Thing, qui exploite pleinement son décor froid, clinique et angoissant » « Le cinéaste joue parfois sur des effets suggestifs, ne cède jamais au surdécoupage, mais peut aussi tomber dans des effets grossiers pour faire peur (notamment l'abus de jump scare). » « Ce qu’on peut le plus reprocher à ce prologue, c’est finalement de retirer une bonne part de ce qui faisait le mystère du The Thing de 1982 » ; « Très intéressant dans le rapport qu’entretient cette préquelle avec le film original, entre l’hommage, la relecture et le prologue, le nouveau The Thing respecte l’esprit de l’ancien et s’inscrit dans une continuité logique (et étonnement crédible), sans cependant n’être qu’une pâle copie [...] c'est une étonnant surprise. »



Alors, j'ai l'impression que les critiques de films – pro ou amateurs – le considèrent comme un bon petit film d'horreur, sans prétention, mais un peu trop proche de l'original – bref, ils l'analysent en tant que film. Les internautes, eux, ne peuvent s'empêcher non pas de le comparer, mais de mettre leurs attentes au même niveau que la version de 82 – et forcément, ce ne peut être que la déception, ce film étant inférieur à son aîné, et dans les grandes largeurs. Personnellement, en voyant le film de Carpenter, le grain, les personnages, la caméra, parfois, on se dit que ce que l'on regarde, c'est un quasi documentaire - d'où l'impression de réel et d'horreur qui s'en dégage - ce que ne parvient jamais à faire son successeur, qui demeure, dans ses gênes, un film, plaisant, divertissant, à cent milles lieues de la médiocrité dont on l'afflige (des films d'horreur médiocres ou mauvais, il y en a à la pelle et celui-là n'en fait pas partie), mais qui ne peut, même avec la meilleure volonté du monde, s'essayer aux cimes où se trouve son prédécesseur, finalement incomparable.

@cdang : En admettant que ce chiffre pour le budget du film soit correct (Box Office Mojo ne livre aucune donnée à ce sujet), il faudrait le réévaluer en tenant compte de l'inflation, ce qui ferait à la louche du 35 millions de dollars - assez proche, non ?
Pour l'hélico, je ne me souviens plus, mais cela ne m'avait pas semblé incohérent - et oui, avec le seul mec qui ne parle pas anglais pour être raccord, mais c'est complètement dans l'esprit du film.
L'ovni n'est effectivement pas excavé à l'explosif : ils font un tunnel vers la "caverne" où il loge. C'est vers la fin
Spoiler:
 
En fait, je dirais que l'on peut faire bien des reproches à ce film, sans le moindre problème, mais pas sur sa cohérence en regard de son grand frère, car c'est là-dessus qu'il a été bâti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Ven 28 Oct - 22:48

On est obligé de comparer ce faux préquel , vu que c'est le remake caché de la version de Carpenter.

Et il est bien inférieur au chef d'œuvre de la version de big John. J'ai donné mon avis précédemment, pour moi c'est un film franchement pas terrible, à éviter. Il mise tout, trop sur le spectaculaire et le visuel numérique au détriment de la psychologie, de l'ambiance, avec une scénario faiblard.

C'est hélas l'époque qui veut ça pour ce genre de production.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 959
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Sam 29 Oct - 17:59

Ah mais je suis complètement d'accord - il faut comparer. Ce second film est d'ailleurs une quasi invit. à le faire. Le problème - de mon point de vue - ne réside pas dans la comparaison mais dans la prise en considération de ce que l'on compare. Il y a d'un côté un vrai chef-d'œuvre cinématographique (où, quoi que l'on en dise, joue pour nous les quadra/quinqua, une nostalgie dont on ne pourra jamais se défaire : j'ai ici des jeunes qui râlent jusqu'à la mort lorsque les sfx ne sont pas réalisés pas ordinateur - autre culture / autre temps). Et de l'autre un film qui ne cherche en aucune manière à se hisser à la hauteur de son prédécesseur - ce n'est pas son objectif : il est davantage dans l'hommage me semble-t-il. Donc, lorsque je décide de les comparer, je prends en compte, enfin du moins j'essaie, l'écart naturel qui les sépare. On pourrait dire qu'il y a un écart absolu : c'est la comparaison dans laquelle tu te places est qui est parfaitement défendable et justifiée d'ailleurs ; et une comparaison relative, qui est plutôt celle dans laquelle j'essaie de me mettre de manière à avoir une échelle de comparaison qui fonctionne par palier. Dans l'absolu - juste en comparant Thing 1 et Thing 2, le 2 est simplement inutile. Si l'on décide de mettre 10 à Thing 1, Thing 2 mérite un 3. Mais si je le compare à Thing 1, relativement à tous les films du cinéma, ce film en soit n'échoue pas à raconter son histoire, demeure divertissant, et parvient à tirer son épingle du jeu face à des remakes, préquelles, reboots, tous plus insipides les uns que les autres dans ce XXIe siècle en panne d'inspiration. Si l'on conserve notre échelle, Thing 1 passerait à 8 et Thing 2 à 5 ou 6. C'est qu'il y a des films infiniment meilleurs que Thing 1 et je ne parlerais même pas des horreurs existant sous la barrière des 10.
Maintenant, deux remarques : ce n'est pas parce que l'on affronte un film culte, qu'il faut réduire ses ambitions. Et ça, c'es le gros reproche que je fais à Thing 2 - que sous prétexte d'hommage, il n'y ait pas une volonté réelle et affirmer de faire SON film ; puis il y a le problème lié à aux attentes. Quand on parle de faire un Thing 2, tout le monde désire revoir finalement le même film, en mieux. Ce qui plonge la critique sur ce film, ce n'est pas sa qualité intrinsèque - honnête - mais la déception du spectateur en regard de ce qu'il espérait. Imaginons ce même film, hors contexte, Thing 1 n'a jamais existé - et les critiques n'eurent pas été les mêmes, car, et de mon point de vue, c'est l'un des écueils de toute comparaison, on en arrive à critiquer non pas le film, mais la cristallisation d'un ensemble de désirs plus ou moins exprimés. Que le film ne les assouvisse pas, et son sort est réglé - qu'il soit réussi ou non.

Pour te répondre sur le spectaculaire et la psychologie, moi, étrangement, je ne l'ai pas trouvé si spectaculaire que ça, alors que la psychologie - si elle aurait méritée un meilleure traitement, demeure pour moi bien présente (mais sur un film trop court, limitée à de trop rares personnages). À titre de comparaison, Prometheus m'a déçu bien davantage : des images superbes sur un scénario idiot avec des personnages caricaturaux, et parfois à la limite du crétinisme. Par contre, je te rejoins sur l'ambiance : elle ne parvient pas à ses fins. Je pense que c'est justement lié à cet hommage : refaire simplement ne suffit pas ici. Et là où le scénario échoue, c'est sur deux trois bricoles - mais essentielles - celle de convaincre de la dangerosité de la créature et celle de l'associer à son caractère extra-terrestre - ce qui aurait pu être le réel renouveau de The Thing. Mais non, c'est très médiocrement exploité et je le regrette bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Sam 29 Oct - 18:21

Etant un grand consommateur de film d'horreur j'ai rarement vu mieux que le The Thing de Carpenter. Dans mon panthéon de ce genre de film je le place à la première place. Donc niveau note ce serait un très bon 19/20. Le 20 étant impossible à mes yeux car tout est perfectible.

Bien sur c'est subjectif, et un avis personnel. Pour Le coté spectaculaire je voulais surtout le comparer par rapport à celui de Big John, ou du moins ce que voulait (sans doute) montrer le réalisateur par rapport aux apparitions de la créature.
Les effets numériques montre je trouve ce coté spectaculaire avec une créature que l'on voit beaucoup, qui perd en mystère. Elle dévient prédatrice, chasse, traque, alors que dans celui de Carpenter, elle veut survivre, c'est un virus, au détriment des hommes.
Les personnes sont bien mieux mis en avant, dans le récent on mélange un peu tout, les personnages manquant singulièrement de personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 881
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Mer 2 Nov - 13:13

Astre*Solitaire a écrit:

@cdang : En admettant que ce chiffre pour le budget du film soit correct (Box Office Mojo ne livre aucune donnée à ce sujet), il faudrait le réévaluer en tenant compte de l'inflation, ce qui ferait à la louche du 35 millions de dollars - assez proche, non ?
Je tire mes chiffre de l'IMDb.

Effectivement, j'ai honteusement oublié l'inflation. Si je me base sur l'article Monnaie constante de Wikipédia, le graphique montre un facteur 2,5 entre les années 1980 et 2005, donc effectivement c'est kif-kif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 959
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Ven 4 Nov - 18:28

Merci pour la réf Cdang ^^ .

J'ai revu The Thing 2 et La chose d'un autre monde de 51. Ce dernier a une première moitié excellente - mais une seconde partie très critiquable, qui tombe dans le film de monstre un peu idiot, même si les enjeux sont, pour l'époque, bien plus élevés que d'habitude.

Pour The Thing 2, je confirme que l'hélicoptère ne surgit pas sans raison - on en parle dans le film : il est allé faire du réapprovisionnement - et n'aurait normalement servi qu'à aller chercher l'autre hélico. Son arrivé est donc parfaitement plausible ; mais je confirme aussi que l'ovni, contrairement à ce que je disais, est bien excavé ; les lumières de nuit montrent deux entrées : le tunnel, et la très grande excavation - rien à voir avec une explosion dans le vaisseau donc - que l'on ne peut que supposer avoir été faite par l'équipe norvégienne entre le moment de la découverte et le moment où la seconde équipe arrive. Les bonus sur le DVD permettent de surcroît de voir la dernière scène dans son intégralité - franchement incontournable ^^ - et nous donne des informations vraiment sympa sur ces acteurs norvégiens dont on ignore tout - le chef de l'équipe norvégienne, joué par Trond Espen Seim - est une icône masculine dans son pays ^^.

J'ai aussi "découvert" 5 série de comics, comprenant un trade papaerback, sur The Thing, trois qui racontent la suite de The Thing 1 avec
Spoiler:
 
, un autre qui reprend autrement la suite du premier film, sans les personnages du film, et un dernier qui  sert de promo au film de 2011 en racontant la rencontre de Vikings et de la Chose au XIIe siècle. Pas lu, donc dur de donner un avis.

   
Il s'agit des trois premiers numéros des trois premières séries (1991 - 1996). La première comporte deux numéros, et les deux suivantes, 4.


Il s'agit de l'unique Trade Paperback de la série, qui comprend la série une et deux (Climat of Fear), sans inclure les couvertures des 6 numéros.


 
Le premier titre fait partie de la série Dark Horse Comics, le long des numéros 13 à 16, de 1993, et comprend une histoire nouvelle de 26 pages, en 4 parties donc. La couverture proposée est celle du numéro 15. Le second titre The Northman Nightmare, est une bande dessinée numérique gratuite de 2011 et devant servir de promotion au film (Dark Horse Digital Comics).


Je dirais, d'après les résumés anglais que le 1er comics semble sympa, le deuxième, moyen et le troisième sombre dans le n'importe quoi. Je n'ai pas lu les résumés des deux derniers.
Voici le lien vers le site de Dark Horse avec les différentes couvertures, hors les deux dernières, introuvables sur leur site.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Thing (John Carpenter, 1982)   Aujourd'hui à 12:35

Revenir en haut Aller en bas
 
The Thing (John Carpenter, 1982)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» John Traton (Genjô) ==> Aquila
» Is Starvation Contagious? By John Maxwell
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Troubles (& John Shepard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LES LIVRES DE VISION :: Films et séries en général-
Sauter vers: