AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -43%
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
Voir le deal
28.59 €

Partagez
 

 La science-fiction en général

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mer 19 Oct - 14:26

Viralités, parasitages et piratages en science-fiction, colloque les 20 et 21 octobre 2016 à l'Université de Bordeaux Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3416
Date d'inscription : 18/01/2012

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Ven 21 Oct - 22:09

Un peu trop loin pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Lun 12 Juin - 15:07

Je suis en train de lire La Brigade chimérique, l'encyclopédie/le jeu : c'est à la fois une encyclopédie de la BD et un jeu de rôle. Je mentionne ça ici car l'univers (la BD et le JdR) se veut un hommage au « merveilleux-scientifique » ou « roman scientifique », genre initié par Jules Verne et qui laissera sa place à la science-fiction venue des États-Unis dans les années 1950.

Outre l'œuvre pléthorique de Jules Verne, on peut citer Jean Ray et son Harry Dickson, Gaston Leroux (Le Fantôme de l'Opéra) ou Pierre Souvestre et Marcel Allain (Fantômas).

Environ 3 000 textes français seraient parus, quasiment tous éclipsés par la vague étatsunienne qui viendra submerger ce style.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3416
Date d'inscription : 18/01/2012

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Lun 12 Juin - 20:29

cdang a écrit:
Je suis en train de lire La Brigade chimérique, l'encyclopédie/le jeu : c'est à la fois une encyclopédie de la BD et un jeu de rôle. Je mentionne ça ici car l'univers (la BD et le JdR) se veut un hommage au « merveilleux-scientifique » ou « roman scientifique », genre initié par Jules Verne et qui laissera sa place à la science-fiction venue des États-Unis dans les années 1950.

Outre l'œuvre pléthorique de Jules Verne, on peut citer Jean Ray et son Harry Dickson, Gaston Leroux (Le Fantôme de l'Opéra) ou Pierre Souvestre et Marcel Allain (Fantômas).

Environ 3 000 textes français seraient parus, quasiment tous éclipsés par la vague étatsunienne qui viendra submerger ce style.
En effet. Je possède l'intégrale Brigade Chimérique (BD et JDR). Il va falloir que nous en parlions avec un sujet dédié !
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Jeu 15 Juin - 10:45

Pour ceux qui, comme moi, ne suivent pas l'actualité des sorties, les Inrocks proposent une sélection de sept bouquins pour l'été :
Simon Krug, « Les 7 romans SF/Fantasy du moment », Les Inrocks, 10 juin 2017

  • Johan Héliot, Grand Siècle, « L’académie de l’éther » t. 1, Mnémos ;
  • Thierry Di Rollo, Le Temps de Palanquine, Le Bélial ;
  • Robert Charles Wilson, La Cité du Futur, Denoël ;
  • Jean-Laurent Del Socorro, Boudicca, ActuSF ;
  • Ken Liu, Le Regard, Le Bélial ;
  • collectif, Destinations, « Anthologie des Imaginales » 2017, Mnémos (Fabien Cerutti, Victor Dixen, Stefan Platteau, Pierre Bordage, Loic Henry, Estelle Faye, Lionel Davoust, François Rouiller) ;
  • Mary Doria Russel, Le Moineau de Dieu, ActuSF.


Dernière édition par cdang le Jeu 22 Juin - 13:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Jeu 22 Juin - 13:08

Et puisque l'actualité, et le futur, sont brûlants, France Cul nous propose six bouquins d'anticipation hot hot hot :
François Angelier et Camille Renard, « Six anticipations littéraires et caniculaires », France Culture, 20 juin 2017

  • J.-G. Ballard, Sécheresse (1964), Casterman ;
  • John Brunner, Le Troupeau aveugle (1975), Robert-Laffont ;
  • Robert Silverberg, Ciel brûlant de minuit (1994), Robert-Laffont ;
  • Jean-Marc Ligny, Aqua™ (2006), L'Atalante ;
  • Kate Wilhelm, Le Temps de genévriers (1979), Denoël ;
  • J.-G. Ballard, Salut l'Amérique (1981), Denoël.
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Lun 3 Juil - 13:38

Connaissez-vous la science-fiction est-asiatique ? Chine, Japon, Corée…

« La science-fiction en Asie de l'Est », Revue d'étude sur la science-fiction (RESF) n°9, 2017, sous la direction de Gwennaël Gaffric

  • Irène Langlet : Éditorial
  • Gwennaël Gaffric : La science-fiction en Asie de l’Est : histoire et perspectives de recherche
  • Loïc Aloisio : Le « roman scientifique » en Chine : prémices d’une science-fiction instrumentalisée
  • Florine Leplâtre : Usages du futurisme médical en Chine pré-républicaine : craniotomie et régénération dans deux récits de science-fiction (1904-1905).
  • Gwennaël Gaffric : La trilogie des Trois corps de Liu Cixin et le statut de la science-fiction en Chine contemporaine
  • Benoît Berthelier : Enjeux idéologiques et littéraires de la science-fiction en Corée du Nord depuis 1945
  • Maxime Danesin : La représentation de la censure dans la série romanesque japonaise Library Wars : une lecture à la lueur de Fahrenheit 451
  • Thomas Michaud : Harmonie, la critique d’un « totalitarisme mou » par un roman japonais
  • Denis Taillandier : L’émergence d’une forme de nanopunk au Japon : Gunnm (Ganmu 銃夢) de Kishiro Yukito
  • Bounthavy Suvilay : Neon Genesis Evangelion ou la déconstruction du robot anime
  • Suk Hee Joo : Du Transperceneige de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette à Snowpiercer de Bong Joon-Ho : une inspiration mutuelle entre arts visuels dans le domaine de la science-fiction.
  • Wei Yang : Voyage au cœur d’un futur inconnu : analyse du genre dans le cinéma de science-fiction chinois du nouveau millénaire
  • Mari Kotani : L’espace, le corps et les aliens dans la science-fiction féminine japonaise
  • Alice Ray : Retraduire Limbo : le syndrome littéraire du membre fantôme
  • À propos de la science-fiction japonaise – Entretien avec Tatsumi Takayuki et Kotani Mari mené par Denis Taillandier
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3416
Date d'inscription : 18/01/2012

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Lun 3 Juil - 16:48

J'ai lu bouquin le + connu de SF nippone, baptisé La Submersion du Japon. Le thème s'impose comme une évidence, et le bouquin dispose d' une bonne trouvaille qui m'a beaucoup plus, mais c'est un petit détail. Le livre lui-même ne casse pas des briques. Mais bon, c'est LE classique là-bas.

Sinon, il y a un E.T. parmi les auteurs de SF est asiatique :
Somtow Sucharitkul, qui finalement a été le premier auteur thaï que j'ai lu (tout genre littéraire, très peu -<10 ?- d'auteurs thaïs sont traduits en VF, alors en SF, c'est probablement l'unique).
Ses quelques livre de SF ne m'avaient pas emballé.

https://fr.wikipedia.org/wiki/S._P._Somtow
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Ven 19 Jan - 10:03

Un rôliste a sondé parmi les contributeurs d'un forum bien connu à propos de leurs goût en s.-f. et en profite pour présenter un certain nombre d’œuvres :

https://www.casusno.fr/viewtopic.php?f=24&t=28724&start=540#p1680459
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mar 13 Mar - 13:17

The Geek Side, « 100 livres geek qu'il faut avoir lu », List challenge.
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 1831
Date d'inscription : 09/12/2012

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mar 13 Mar - 14:33

Amusant. Je ne suis pas d'accord avec toute la sélection (évidemment) - tel Le pendule de Foucault - ni avec certains auteurs qui reviennent trop souvent (Stephen King, qui revient vraiment trop souvent. Y savaient pas qui choisir ?). Mais j'ai fait le test : 41/100, pas trop mal, tout près de la 5e étoile, et rang 174 sur 1 236 (top 14% hein, on rigole pas ici, top 14 % ! Non mais.) Forcément, avec le temps, je vais descendre dans le classement... Bon, vite, m'acheter un ou deux du top 100...

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3416
Date d'inscription : 18/01/2012

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mar 13 Mar - 22:04

43 lus pour moi, et une dizaine de la sélection que je possède et qui sont en attente...
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mer 14 Mar - 11:35

Moi, si on exclus les films, je suis à 14. Après, j'ai lu des Stephen King (par exemple) mais pas ceux cité.

Oh et puis merde, pourquoi j'aurai à me justifier ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3318
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 41
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mer 14 Mar - 18:35

34 de mon coté, et certains dans le liste que j'aimerais lire.

Après j'aurais mis d'autres bouquins, mais c'est subjectif.
Revenir en haut Aller en bas
VIC

VIC

Masculin Messages : 3416
Date d'inscription : 18/01/2012

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mer 14 Mar - 22:51

cdang a écrit:
Moi, si on exclus les films, je suis à 14. Après, j'ai lu des Stephen King (par exemple) mais pas ceux cité.

Oh et puis merde, pourquoi j'aurai à me justifier ? Laughing

Comme toi, je n'ai pas lu les King cités, j'en ai lu d'autres.
Il y a quelques daubes adolescentes dans cette liste, non ?
L'ennui c'est que certains films à succès ont permis à leur alter ego livres d'y figurer, avec quelques discordances.
Et puis j'ai l'impression que lorsqu'un auteur a eu un succès, ils mettent d'autres de ses bouquins dans la liste un peu trop facilement.

Sinon quelques surprises côté français : si La Horde du Contrevent de Damasio est un must read de la SF française, la présence de son autre bouquin m'étonne. Autre français, je ne m'attendais pas du tout à trouver le Déchronologue, qui me semblait avoir été un peu trop confidentiel malgré un prix, et que j'avais beaucoup aimé.

Je n'ai pas réfléchi au sujet, mais il y a certainement des manques et oublis importants.
Rien que pour énoncer Mad Max et le post apo avec des décennies d'avance, j'aurais mis le bouquin de Zelazny Route 666.

Après, le thème livres "geek" me paraît franchement inapproprié au regard de la liste.
Je ne me sens absolument pas geek : pas connecté, dinosaure des technologies, 20 ans de retard sur les jeux vidéo, 15 ans de retard sur les séries TV... je dois être un geek littéraire alors ^^.
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Jeu 15 Mar - 18:20

Ah mais au sens premier, un geek est un passionné des univers de fiction : s.-f., fantasy… Et des différents médias pour les explorer : romans, films, séries télé, jeux (de société, de rôle, vidéo, livres-jeux).

Les médias généralistes n'ont retenu que la part la plus spectaculaire, avec sans doute un parasitage du phénomène otaku. Mais tu es bel et bien un geek, mon bon Veek.
Revenir en haut Aller en bas
Albatur

Albatur

Masculin Poissons Messages : 2294
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 45
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Ven 16 Mar - 20:49

J'atteins à peine 14 dans cette liste...Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 1831
Date d'inscription : 09/12/2012

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Ven 16 Mar - 22:53

Dans la liste :

ceux que je devrais avoir lus depuis longtemps : Alice au pays des merveilles ; Le meilleur des mondes ; La planète des singes ; La machine à explorer le temps ; Le portrait de Dorian Gray ; Narnia ; L'homme invisible ; La forêt de cristal.
ceux qu'il faudrait lentement que je lise : Des fleurs pour Algernon ; Hypérion ; Les chroniques d'Alvin le faiseur.
ceux qui ne m’intéressent pas : la saga du disque-monde ; World War Z ; Jurassic Park ; la Quête du roi Arthur.
ceux que je ne lirai jamais : les Harry Potter ; tous les Stephan King (j'ai fait trois essais, c'est bon).
ceux que je regrette d'avoir lu : L'assassin royal ; Le trône de fer ; Terremer.

Et quand même 6 King pour 100 livres - un peu beaucoup. On peut aussi se demander ce que Une brève histoire du temps fabrique ici. C'est un essai et non un roman comme les 99 autres ouvrages.

Maintenant c'est une liste et comme toutes les listes, il y a à boire et à manger. Mais il y a manifestement des manques et un concept un peu faussé dès qu'un auteur est cité plus d'une fois, de mon point de vue, bien qu'il s'agisse de titre/saga, et non d'auteurs.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
Warlock

Warlock

Masculin Taureau Messages : 3318
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 41
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Sam 17 Mar - 19:06

Pour moi il manque clairement la trilogie Star wars de Timothy Zahn : L'Héritier de l'Empire, La Bataille des Jedi et L'Ultime Commandement, qui sont des sommets de la SF des 90's. Trois bouquins qui suivent l'épisode 6, je me suis régalé à les lires, ça reste une référence pour les fans du genre.

On aurait pu d'ailleurs avoir avec ces livres une magnifique trilogie au cinéma, sans ces gougnafiers de Disney...
Revenir en haut Aller en bas
Astre*Solitaire

Astre*Solitaire

Masculin Messages : 1831
Date d'inscription : 09/12/2012

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Dim 18 Mar - 11:52

Ah mais carrément ! Je n'y aurais pas pensé, mais maintenant que tu le dis, en terme de geekitude, le must. Non pas que je raffole de l'Univers étendu de Star Wars. J'ai lu L'académie des Jedi - complètement inconsistant - et par le plus grand des hasards, la trilogie de Zahn que tout le monde porte au pinacle des romans Star Wars et qui est effectivement intéressante (même si les bébêtes qui bloquent la Force...). Maintenant, c'est tout ce que je connais de l'UE, plus quelques histoires lues dans Titan (les Marvel n° 1, après une courte recherche sur le défunt site Comics VF).
Il faut bien sûr prendre cette liste telle quelle, même si elle pêche sérieusement par endroit. Pour la S.-F. pure, il y avait une liste : La bibliothèque idéale de SF selon le Cafard Cosmique. Ce dernier étant entré dans une phase de sommeil éternel, la liste est plus ou moins consultable à cette adresse Sens critique.

_________________
Goburlicheur de chrastymèles
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mer 25 Déc - 22:56

Au gré de mes lectures, je suis tombé sur le texte de Gérard Klein « Introduction à l'anthologie » qui ouvre le recueil de nouvelles Histoires de machines, coll. « La Grande Anthologie de la science-fiction », Le Livre de poche (1974), ISBN 2-253-00609-2, p. 5-12 :
Gérard Klein a écrit:
Trop de science pour un genre littéraire digne de ce nom, disent bien des littéraires pour qui la culture s'arrête au seuil de la connaissance positive et qui ne comprennent l'intrusion de la science dans le roman que si elle est présentée comme un avatar du mal, dans la lignée du Meilleur des mondes ou d'Orange mécanique. La science-fiction traite la science comme une magie, persifflent d'autres, généralement des scientifiques bon teint. Tandis que certains thuriféraires la prônent comme propre à faire naître la curiosité scientifique, à discuter les conséquences du développement scientifique pour l'avenir de l'humanité. On voit que de tous côtés le débat est déplacé : il ne s'agit plus d'une littérature et du plaisir qu'on y prend, mais d'une querelle sur la place philosophique, idéologique, voire politique de la science dans le monde moderne. […]

Aussi bien la science-fiction ne s'est pas contentée d'utiliser la science comme thème, comme décor ou comme fétiche doté de pouvoirs quasi magiques ; elle a aussi puisé son inspiration dans le bouleversement introduit dans notre société par la science et l'intuition que sans doute ce bouleversement est loin d'être fini ; enfin, et surtout, elle a été profondément influencée par la pensée scientifique. Ce que la science-fiction a réellement perçu de la science, ce n'est pas l'occasion d'une exaltation de la technique, mais l'idée qu'un récit, et plus encore un chaîne de récits, peuvent être le lieu d'une démarche logique rigoureuse, tirant toutes les conclusions possibles d'une hypothèse plus ou moins arbitraire ou surprenante. En cela, la science-fiction est, modestement ou parfois fort ambitieusement, une littérature expérimentale, c'est-à-dire une littérature qui traite d'expériences dans le temps même où elle est un terrain d'expériences. En d'autres termes, elle ne véhicule pas une connaissance et n'a donc pas de prétention au réalisme, mais elle est, consciemment ou non, le produit d'une démarche créatrice qui tend à faire sortir la littérature de ses champs traditionnels (le réel et l'imaginaire) pour lui en ouvrir un troisième (le possible).

[…]

Si l'on retient de la science-fiction une telle définition, il en résulte qu'elle est aussi ancienne que toute littérature orale ou écrite, qu'elle a toujours entretenu d'étroits rapports avec la naissance des idées et des mythes qu'aujourd'hui elle renouvelle et multiplie. Lucien de Samosate, Cyrano de Bergerac, Swift, Voltaire (dans Micromégas) combinent déjà l'invention extraordinaire, le déplacement dansl'espace et dans le temps, la remise en question du présent.

Mais c'est au XIXe siècle que la science-fiction prend son visage actuel. Esquissé dans le Frankenstein de Mary Shelley (1917), précisée dans l’œuvre de Poe, ce poète épris de raison, traversant celle de Hugo avec le météore de Plein Ciel, elle se constitue vraiment sous les plumes de Jules Verne et de Herbert George Wells. Pour Verne, il s'agit d'abord de faire œuvre d'anticipation technicienne, de prolonger par l'imagination et le calcul le pouvoir de l'homme sur la nature, exercé par l'intermédiaire des machines. Pour Wells, il s'agit surtout de décrire les effets sur l'homme et sur la société elle-même de savoirs scientifiques. De nos jours, on pourrait être tenté de voir en Verne l'ancêtre des « futurologues », ces techniciens de l'extrapolation raisonnée et de la prévision d'avenirs quasi certains, et en Wells le premier des « prospectivistes », ces explorateurs volontiers téméraires des futurs possibles. Mais l'opposition ne doit pas être exagérée : les deux tendances se  nourrissent l'une et l'autre jusque dans les œuvres de ces pères fondateurs.

Après un début prometteur en Europe, vite remis en question par la grande crise économique puis par la crise des valeurs qui l'accompagne, et peut-être en France par l'incoercible résistance des milieux littéraires à la pensée scientifique, c'est aux États-Unis que la science-fiction trouvera son terrain d'élection, sur un fond d'utopies (Edward Bellamy), d'anticipations sociales (Jack London) et de voyages imaginaires (Edgard Rice Burroughs). Hugo Gernsback, ingénieur électricien d'origine luxembourgeoise et admirateur de Verne et de Wells, crée en 1926 la première revue consacrée entièrement à la science-fiction, Amazing Stories ; très vite les magazines se multiplient. Ils visent d'abord un public populaire et sacrifient la qualité littéraire ou même la vraisemblance à la recherche du sensationnel ; puis le genre se bonifie progressivement. La Seconde Guerre mondiale, révélant aux sceptiques l'impact de la technologie, incite à plus de rigueur scientifique, et le désenchantement qui accompagne les mutations accélérées du monde actuel conduit beaucoup d'écrivains à un certain pessimisme tout en les amenant à suppléer à la carence des valeurs par une recherche esthétique croissante. Le résultat est là : la science-fiction contemporaine, vivante dans tous les pays industrialisés, est un extraordinaire laboratoire d'idées et elle n'a plus grand chose à envier sur le plan de la forme à la littérature d'avant-garde quand elle ne se confond pas avec elle chez un William Burroughs, un Claude Ollier, un Jean Ricardou, un Alain Robbe-Grillet.

Replaçons le texte dans son contexte, 1974. La s.-f. n'est pas encore entrée au Masque et la plume (émission de critique littéraire et cinématographique sur France Inter), La Guerre des étoiles (Star Wars) n'a pas encore fait entrer le genre dans les énormes succès commerciaux. Gérard Klein doit donc encore défendre le fait que la s.-f. est une « vraie littérature » ; mais ce point n'est pas encore gagné partout aujourd'hui, n'est-ce pas ?

Outre un panorama des origines, je retiens personnellement de ce texte un point fondamental :

  • La science-fiction tend à faire sortir la littérature de ses champs traditionnels (le réel et l'imaginaire) pour lui en ouvrir un troisième (le possible).

C'est donc un genre éminemment métaphysique dans le sens où il met en scène virtuellement tous les univers qu'il est possible d'imaginer avec les langues humaine. Et c'est également un genre éminemment poétique : dans le sens étymologique du mot, ποίησις (poiêsis, création) mais aussi dans le sens où il accole des mots que la réalité ne saurait accoler — un vaisseau (navire, bateau) spatial, comme une orange bleue à la Paul Éluard.
Revenir en haut Aller en bas
cdang

cdang

Masculin Messages : 1309
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1Mer 25 Déc - 23:55

En écho à cette analyse, je me permet aussi de reproduire des extraits de la préface de Patrick Moran au recueil La Tétralogie noire de John Brunner chez Mnémos (2018), ISBN 978-2-35408-691-6, p.5-13 :
Patrick Moran a écrit:
[John Brunner] écrit du space opera à une époque où le sous-genre connaît une profonde mutation qui l'éloigne du triomphalisme pulp de ses origines, sous l'impulsion d'auteur comme Samuel R. Delany ou M. John Harrison. Brunner n'est pas en reste : ses romans de space opera, notamment ses deux séries Interstellar Empire (1953-1965) et Victims of the Nova (1962-1965), ont quelque chose de crépusculaire et de mélancolique, présentant des civilisations galactiques en phase terminale, menacées par la barbarie mais à la recherche d'un nouvel essor.

Dans les années 1960, Brunner commence à se sentir à l'étroit dans les habits du space opera et va donc chercher de plus en plus à explorer d'autres domaines de la science-fiction. Ce désir de renouveau coïncide avec l'émergence de ce que l'on appelle communément la New Wave of Science Fiction, une « nouvelle vague » menée par de jeunes auteurs qui veulent briser les codes du genre et qui cherchent à insuffler dans le domaine de la SF les mêmes exigence esthétiques et la même attitude expérimentale que dans la littérature d'avant-garde contemporaine.

[…] La New Wave est d'abord un phénomène anglais, centré autour de la revue New Worlds et de son rédacteur en chef à partir de 1964, Michael Moorcock, qui construit autour du magazine un pool d'auteurs incluant notamment J. G. Ballard et Brian Aldiss. […] L'Amérique du Nord connaît aussi sa propre « nouvelle vague » dans les années 1960, mais un peu plus tardivement : c'est autour de Harlan Ellison et de son anthologie Dangerous Visions, publiée en 1967, que se cristallise le versant nord-américain du mouvement.

[…]

[Là] où les auteurs de la New Wave se lancent dans l'expérimentation psychédélique, comme Michael Moorcock avec ses romans consacrés à Jerry Cornelius, ou dans l'exploration des tréfonds de la psyché, comme J. G. Ballard, Brunner va au contraire se tourner vers la réalité sociopolitique dans toute sa complexité. C'est aussi en cela qu'il affirme sa distance avec la News Wave classique : ce n'est pas l'espace intérieur qui le fascine, mais le réel dans ce qu'il a de plus brut.

[…]

Le mouvement cyberpunk, nouvelle grande révolution au sein de la SF après la New Wave, n'émergea qu'au début des années 1980, mais Sur l'onde de choc est souvent considéré comme l'ancêtre du genre.

[…]

Est-ce tout cela qui fait de Sur l'onde de choc le premier roman cyberpunk, sept ans avant Software (1982) de Rudy Rucker,
neufs ans avant Neuromancien (1984) de William Gibson ? Non, car cela serait réducteur à la fois pour Brunner et pour le cyberpunk : Sur l'onde de choc n'a pas l'ambiance inimitable des romans des années 1980, ce mélange de rétro-noir et de chrome luisant. Inversement, les auteurs de cyberpunk, même les plus grands d'entre eux, n'ont pas l'ambition sociologique de Brunner, cette soif de dépeindre un futur hypothétique sous toutes ses coutures, d'en mesurer les tenants et les aboutissants socio-économiques, politiques, culturels, même psychologiques.

[…]

L'autre point sur lequel les auteurs comme William Gibson sont tributaires de John Brunner, c'est l'importance capitale accordée à l'immersion. Même si les mondes inventés par Brunner reposent chaque fois sur l'amplification satirique d'une ou deux problématiques contemporaines, ils sont incroyablement vivants, denses et complexes. Ils happent le lecteur et, plutôt que de faire de lui un observateur extérieur qui examine ces futurs proches de loin, d'une position où il ne peut pas être atteint, ils le mettent au ras du sol, là où l'action se passe et où l'immédiat crée de la panique plutôt que de la compréhension.

[…]

[…] Brunner incite à employer la SF comme un outil d'investigation politique et social […]. Certes on retrouve des échos de Brunner chez les grands auteurs qui ont commencé dans le cyberpunk, comme William Gibson (dont le roman de 2003, Identification des schémas, puise aussi à la source de Marshall McLuhan) ou Bruce Sterling […]. Mais on les retrouve aussi chez  des écrivains comme Cory Doctorow, dont les romans du futur immédiat traitent de surveillance et d'anarchie ; chez Iain M. Banks, qui opère une fusion très brunnerienne du space opera et de la SF politique dans sa série de la Culture ; chez Margaret Atwood dont la trilogie MaddAddam remet au goût du jour le cauchemar écologique du Troupeau aveugle ; ou chez un auteur français comme Alain Damasio, notamment dans son premier roman La Zone du dehors, qui traite de surveillance, de contrôle et de révolution.

On pourrait aller à parler d'un « pôle » John Brunner en science-fiction : une SF ancrée dans le réel sociel et politique, une SF engagée, potentiellement satirique, qui cherche à dénoncer les travers du présent en les étendant sur un mode spéculatif et fantasmatique. C'est une tradition qui remonte au moins aux États et empires de la Lune de Cyrano de Bergerac et aux Voyages de Gulliver de Swift, et qui dépasse donc  le seul domaine de la science-fiction.

La meilleure façon de comprendre la singularité de ce que Brunner apporte à la science-fiction, c'est peut-être de l'opposer à l'auteur qui, à la même époque, est à la fois son double et son contraire : Philip K. Dick. […]

Au-delà de [tous leurs] points communs,  tout sépare Philip et Dick […]. Chez Dick le réel est fuyant, la perception fait tout, et les personnages se heurtent aux pièges que leur tend leur propre psyché ; chez Brunner au contraire, le monde concret a une solidité à toute épreuve, on ne peut pas lui échapper, et les personnages se définissent exclusivement en relation à leur environnement et à leur contexte socio-historique. Pas d'être humain sans société, dirait Brunner, tandis que Dick adopte une position profondément solipsiste : l'existence du monde est moins certaine que celle de l'esprit qui perçoit ce monde.

Serait-il légitime de dire que la science-fiction se distribue entre un pôle Brunner et un pôle Dick ? D'un côté, une SF qui explore le labyrinthe de la société ; de l'autre, une SF qui s'aventure dans le labyrinthe de l'âme. […] Mais ce qui est remarquable avec cette bipartition un peu frustre, c'est qu'elle exprime une tension qui traverse le genre romanesque depuis ses débuts, et qui ne concerne pas seulement la science-fiction : c'est l'opposition entre le roman de la réalité extérieure et celui de la réalité intérieure, entre Balzac et Proust, si l'on veut.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La science-fiction en général - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La science-fiction en général   La science-fiction en général - Page 2 Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
La science-fiction en général
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section Science Fiction :: La SF et ses sous-genre-
Sauter vers: