AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La série en tant que mode de narration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cdang



Masculin Messages : 887
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: La série en tant que mode de narration   Jeu 23 Juin - 13:03

Pour ceux qui s'intéressent à la sérialité en tant que mode de narration : le colloque Cinéma et sérialité aura lieu à Paris du 8 au 10 septembre 2016 (Université Paris Diderot et Cité universitaire internationale, 13e ardt) :

http://sercia2016.wix.com/cinemaandseriality

Traduction rapide de l'appel à communications (CFP, call for paper) :

Citation :
Sur de nombreux points, le cinéma a toujours été intimement lié à la notion de sérialité. Depuis le zootrope à l'appareil des frères Lumière ou de Thomas Edison, l'illusion de mouvement est créée par une succession d'images fixes. Lorsque la narration s'est complexifiée, des productions comme Les Exploits d'Elaine (The Perils of Pauline, 1914) ont introduit une forme épisodique pour essayer de s'attacher la fidélité du spectateur. Le plaisir éprouvé lorsque l'on suit une histoire qui se déroule sur plusieurs heures, lorsque l'on quitte des personnages pour ne les retrouver que plusieurs jours ou semaines plus tard, peut créer une sensation de familiarité et d'attachement qui a été explorée par le cinéma tout au long de son histoire. De nos jours, la série semble être le format dominant en particulier aux États-Unis, tant du point de vue culturel qu'économique, et est associé à la fois à la télévision — ou  « post-télévision » si l'on considère les productions de Netflix, Hulu ou Amazon Prime — et au cinéma commercial avec les franchises, suites (sequels), préludes (prequels) et refontes (remakes).

La 22e conférence SERCIA va tenter d'explorer les liens entre la forme filmique et la sérialité dans toutes ses dimensions. Les intervenants sont invités à réfléchir sur les définitions possible de la sérialité et sur la manière dont elle est liée aux notions de genre, de corpus ou de cycle. Le sujet appelle également à s'interroger sur le cinéma dans le cadre plus large de l'histoire de la représentation : par exemple, quels liens peut-on établir avec la notion de série dans d'autres arts comme les arts graphiques (retables, fresques, gravures, bandes dessinées, romans graphiques) ou les romans feuilletons du XIXe siècle ? Comment peut-on prendre en compte le fait que, culturellement, la série est en général considérée comme « populaire » à l'instar de genres comme la fiction policière, l'animation, la BD, l'horreur, la science-fiction (depuis les premiers exemples de séries comme Flash Gordon) ? À l'ère du transmédia et de la technologie numérique, la relation entre le cinéma et la sérialité mène inévitablement à la question « qu'est-ce que le cinéma ? » ainsi qu'à « qu'est-ce que la télévision ? » Les séries télé sont considérées de nos jours comme une extension naturelle du cinéma, et de nombreux réalisateurs (comme Steven Soderbergh par exemple) ont choisi cette forme qui, selon certains, leur offre une plus grande liberté. La frontière entre cinéma et série semble se brouiller de plus en plus, avec des réalisateurs, des scénaristes et des acteurs qui naviguent librement entre ces modes sécants de production et de diffusion, ce qui fait bouger la hiérarchie culturelle. Les communautés de fan ont également pris de l'importance, et les histoires sont de plus en plus éparpillées entre de multiples formes transmédia — films, séries, jeux vidéo, jeux en réalité virtuelle, produits dérivés — complexifiant encore plus la notion de série, faisant émerger des problèmes d'unité et de fragmentation.

Plus que la conférence elle-même, le CFP met en avant des spécificités intéressantes de la notion de feuilleton, de série, qui montre que c'est un mode de narration propre, distinct du film ou téléfilm « isolé » (one shot), et qu'en même temps la frontière est bien floue. Cela replace le thème dans le contexte général de l'art narratif (art religieux, peinture, littérature). La notion de série et d'épisode est donc ancienne, mais se ramifie de nos jours avec la transmédialité, c'est-à-dire qu'un même univers est décliné sur plusieurs médias : cinéma, télévision, jeux (vidéo, de société, de rôle), romans, BD…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La série en tant que mode de narration
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvel emploi, nouveau mode de vie (TERMINÉ)
» PC peu compétant ...
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» Chatbox: Mode d'emploi
» ♪ Promenons-nous dans les bois tant que le loup n'y est pas ♫ [PV Tar Etts]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LES LIVRES DE VISION :: Films et séries en général-
Sauter vers: