AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Player One (Ernest Cline, 2011)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cdang

avatar

Masculin Messages : 1149
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Player One (Ernest Cline, 2011)   Jeu 21 Avr - 9:31

Player One (Ready Player One), Ernest Cline (2011)


L'univers

Genre : cyberpunk.

États-Unis, 2044. Sous l'effet d'une crise pétrolière majeure et des bouleversements climatiques liés à l'effet de serre, la société étatsunienne a sombré dans la misère et la violence. Des millions de pauvres s'entassent littéralement dans des bidonvilles formés d'empilement de caravanes et de camping cars.

James Donovan Halliday est un programmeur de génie et asocial né en 1972. Avec son comparse Ogden Morrow, il fonde la société Gregarious Games qui développe des jeux vidéo immersifs, puis devient Gregarious Simulation Systems (GSS) lorsqu'elle sort l'ultime simulation : OASIS (Ontologically Anthropocentric Sensory Immersive Simulation). OASIS est un environnement virtuel dans lequel on incarne un avatar, mais c'est surtout une interface haptique — lunettes de vision immersive et gants pour agir, voire pour les plus riches fauteuil et tapis réagissant aux mouvements et à l'environnement virtuel, et combinaison générant des pressions sur la peau pour simuler un contact ou une résistance — et des serveurs ultra-performants, capable de gérer des milliards de connexions. OASIS est à la fois un immense jeu vidéo massivement multijoueur, et aussi un Second Life, un monde dans lequel on peut acheter ou vendre avec une monnaie virtuelle, construire, mais aussi coder ses propres univers de poche. Un univers formé de planètes réparties dans des secteurs ; selon les zones, la magie ou la technologie sont effectives ou inopérantes.

Lorsque l'on se connecte à l'OASIS, la séquence d'initialisation affiche le message qui figurait sur les arcade de jeux vidéo des années 1980 : READY PLAYER ONE.

Dans un monde devenu sans avenir, la plupart des citoyens se réfugient dans l'OASIS, d'autant que le matériel de base et le ticket d'entrée sont très bon marché. Les élèves suivent désormais pour la plupart leurs cours sur Ludus, la planète éducative de l'OASIS. OASIS est hébergé sur l'Internet, mais étant devenu quasiment l'unique portail d'accès et site visité, il devient synonyme d'Internet.

En 2039, Halliday meurt. Dans un message vidéo diffusé sur OASIS, il annonce que son héritage — plusieurs milliards de dollars, mais aussi la présidence de GSS — ira à celui ou celle qui terminera le dernier jeu qu'il a programmé : une « chasse à l’œuf de Pâques » (easter egg hunt), simplement appelée « la chasse ». Le message contient de nombreux indices, tous liés à la culture des années 1980 (films, émissions de télé, musique, livres, jeux de rôle sur table, jeux vidéo), et surtout un quatrain indiquant qu'il faudra trouver trois clefs et franchir trois portails ; son journal intime, L'Almanach d'Anorak (Anorak est le nom de l'avatar de Halliday), est mis en ligne. Dès lors, des millions d'utilisateurs s'immergent dans la culture des 80's pour tenter de déchiffrer les indices ; ils forment les « chassœufs » (gunters).

IOI (Innovative Online Industries) est le premier fournisseur d'accès à l'Internet, donc à OASIS. Ils tentent par tous les moyens de prendre possession de GSS : juridiques, en cherchant une faille dans le testament de Halliday, mais surtout, ils constituent une armée de chassœufs,  la « division oologie » dirigée par Nolan Sorrento, pour découvrir l'œuf de Pâques de Halliday. Les avatars sont surnommés « sixers », car ils sont identifiés par un matricule de six chiffres.


Synopsis

Nous sommes en 2044. Cela fait 5 ans que la chasse a commencé, et aucun des millions de chassœufs n'a décrypté le moindre indice. Wade Owen Watts est l'un de ces chassœufs. Lycéen sur Ludus, il n'a pas les moyens de se payer les téléportations ou un vaisseau dans l'OASIS, et son avatar, Parzival, est donc cantonné à Ludus. Pourtant, c'est lui qui, le premier, va décrocher la première clef. Ce faisant, il laisse derrière lui des indices qui permettent à d'autres d'y accéder. Les cinq premiers avatars à découvrir la clef forment le top 5 du tableau de score : Parzival, Art3mis, Aech (le meilleur ami de Parzival dans l'OASIS), et Daito et Shoto qui forment l'équipe Daisho. Suivis d'une centaine de sixers. S'engage alors une course contre la montre, à la fois émulation entre les chassœufs, mais aussi pour empêcher IOI de prendre possession de l'OASIS et de le transformer en un univers verrouillé et payant.

Une chasse dans le monde virtuel, mais aussi dans le monde réel…


Avis

Mouaif bof. Pas mal, sans plus. Pour info, c'était un billet de Michael J. Ward (auteur des livres-jeux Destiny Quest) qui m'avait donné envie de le lire :
http://www.gollancz.co.uk/2012/11/ready-player-one/

Les idées sont assez bateau, mais ce n'est pas forcément un problème. J'aime bien le cadre (la crise économico-environnementale, l'empilement de caravanes, la tante sortie de chez Dickens), et la structure narrative : la première partie (le « premier niveau ») est racontée a posteriori, et le narrateur superpose les événements se déroulant sur la journée avec les souvenirs des 5 ans de recherche et de relation dans l'OASIS qui lui viennent à l'esprit (un roman-cerveau, pour reprendre l'expression de Frédéric Bonnaud à propos de New Rose Hotel d'Abel Ferrara). C'est pas super original, mais je suis bon public pour ce genre de choses.

Par contre, je suis un peu irrité par le côté catalogue, étalage de titres (name dropping pour parler bon français) et Les années 1980 pour les nuls. Et il a oublié d'inventer une culture propre : mise à part quelques mots — chassœuf, null0z, sixer —, le narrateur s'exprime exactement comme aujourd'hui, pas d'argot spécifique à l'époque où au milieu.

À partir du second niveau, je trouve que ça s'améliore un peu : les bases sont posées, il éprouve un peu moins le besoin de saturer son texte de références 80's, l'intrigue se développe un peu et crée un peu de suspense. Mais on reste dans des topoï éculés.

Le principal problème à mon avis, c'est son style. Ça se lit facilement, c'est fluide, mais très lisse. On voit la misère, mais on ne la ressent pas. On constate la solitude et le désespoir, mais on ne les ressent pas. On ne s'immerge pas dans le livre, on reste un observateur extérieur et détaché. Les clins d’œil aux œuvres que j'affectionne m'ont laissé plutôt de marbre. Ça, et la faiblesse des idées et de l'intrigue, ça en fait un livre pas désagréable, avec lequel je ne me suis pas ennuyé, mais très moyen.

Notons qu'une adaptation cinématographique par Steven Spielberg est prévue en 2018.

Il y a un site Internet dédié,
http://readyplayerone.com/
ainsi qu'un wiki, mais dont la lecture poussée dévoile l'intrigue
http://readyplayerone.wikia.com/

Je colle ici une critique faite par Pierre Rosenthal sur Facebook. Pierre Rosenthal, en plus d'être l'ancien rédacteur en chef de Casus Belli (1re époque, années 1980) et auteur de jeux (le jeu de rôle SimulacreS dont CyberAge, sa déclinaison cyberpunk, et le livre-jeu Le Prisonnier), a été chroniqueur du magazine Métal Hurlant et travaille maintenant chez l'éditeur de jeux Blizzard Entertainment.

https://www.facebook.com/Roliste/posts/10154043438969936

Pierre Rosenthal a écrit:
La déception de l'année. Conseillé par des amis j'ai lu le roman de SF cyberpunk Player One (Ready Player One).

Sur une terre aux ressources ruinées, l'humanité se réfugie dans le monde virtuel de L'OASIS. À la mort de son créateur, celui-ci lègue son immense fortune à la personne qui réussira sa chasse au trésor virtuel.

Le livre fourmille de références geek, avec une préférence pour D&D, les jeux d'arcade et le cinéma (pas Tron bizarrement). La mise en place de 120 pages est honnête mais commence à pêcher avec la première énigme, non résolue en cinq ans par 15 millions de geeks et qui m'a pris trois minutes (ça devait être fait exprès pour m'accrocher). Après ça dégringole avec tous les poncifs du genre, la méchante corpo et son méchant dirigeant, le gentil créateur inspiré de Wozniack, le meilleur pote, la fille dont le héros tombe amoureux, etc., etc. Suivent donc 500 pages écrites par un gentil geek pas génial mais pas indigne, sauf la fin si prévisible, et sans jamais ni distance, ni second degré.

Au fur et à mesure, on sent que tout s'agence comme un scénario de blockbuster hollywoodien bien calibré, destiné à faire un carton sur les 12+ tout en espérant en bonus le public des geeks nostalgiques de 30 à 50 ans.

Réponse de Gwénaël Bouquin (créateur de jeux) :
Gwénaël Bouquin a écrit:
Donc pas étonné pour Player One qui ressemblait de toute manière à un objet marketing de plus pour tête de gondole en grande surface.


Dernière édition par cdang le Lun 25 Avr - 15:19, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3145
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   Jeu 21 Avr - 9:57

J'avais eu connaissance du livre et de la critique de Pierre Rosenthal grâce à toi sur un autre forum.
Au vu de vos deux critiques, c'est clair que j'ai d'autres bouquins à plus fort potentiel à lire et que je m'abstiendrai pour Player One.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1149
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   Ven 22 Avr - 15:55

J'avais initialement posté la critique de Pierre Rosenthal dans le sujet Cyberpunk, mais je l'ai déplacée ici en créant le sujet dédié au livre.

Contrairement à Pierre, cela ne me dérange pas d'avoir moi aussi trouvé la première énigme en 30 sec. : c'est une chose d'avoir vécu et baigné dans la décennie 1980, avec une continuité, et une autre de tenter de l'appréhender pendant 5 ans en étant dans un contexte complètement différent. Et il y a bien une évocation de Tron  (une affiche dans la chambre de Halliday).

Par contre, comme un peu toutes les histoires à énigme je pense, il y a un biais : l'auteur fait à la fois les questions et les réponses ; pour maintenir du suspense, il est obligé de faire des énigmes difficiles (sauf a première, sans doute une stratégie pour accrocher le lecteur, sur ce point je suis d'accord avec Pierre), du coup les découvertes par le héros peuvent paraître artificielles (mais c'est aussi le cas pour Arthur Conan Doyle dans ses Sherlock Holmes, je pense).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2133
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 43
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   Ven 22 Avr - 18:39

"player one" je connaissais seulement un magazine de jeux vidéo qui avait ce nom là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4563
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   Dim 24 Avr - 20:05

Albatur a écrit:
"player one" je connaissais seulement un magazine de jeux vidéo qui avait ce nom là.

Moi aussi. Je me sens moins seul maintenant. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
cdang

avatar

Masculin Messages : 1149
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   Mer 27 Avr - 13:38

Je viens de lire le résumé de son livre suivant, Armada (2015) : https://en.wikipedia.org/wiki/Armada_(novel)
Citation :
Élève au lycée, Zack Lightman regarde par la fenêtre et voit un ovni qui semble tout droit sorti d'Armada, le jeu vidéo auquel il joue tous les soirs. Armada est un simulateur de vol en ligne très populaire, dans lequel le joueur doit protéger la Terre contre une invasion extraterrestre.

Un navette d'Armada vient chercher Zack au lycée et l'emmène dans une base militaire ultra-secrète dans le Nebraska. Là, il retrouve d'autres joueurs de haut rang ; ils apprennent que le projet Armada a été développé par l'alliance de défense terrestre (Earth Defense Alliance, EDA), pour former une armée prête à faire face à une invasion venant d'Europe (la lune de Jupiter). Le danger d'invasion est confidentiel pour le grand public, et les meilleurs joueurs sont recrutés piloter des vaisseaux télécommandés, des drones.

Je sais pas vous, mais ça me rappelle quelque chose… Starfighter (The Last Starfighter) (Nick Castle, 1984)

Bref, un auteur qui respire l'originalité…


Dernière édition par cdang le Jeu 28 Avr - 9:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3145
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   Mer 27 Avr - 19:02

Ah oui ça respire vraiment l'originalité. Surtout après la nouvelle de 1977, puis du roman de SF mondialement connu, La Stratégie Ender :

Il y a une guerre contre une invasion extraterrestre.
Pour tenter de renverser l'avantage, une école de guerre spatiale forme des enfants à devenir des officiers émérites, dont le plus doué est Ender.

Spoiler:
 

Je peux déjà te parler de son futur 3è roman :
l'Ordinateur Central Mondial garant de la paix et de l'ONU est devenu corrompu suite à un bug lancé par le Lobby du Grand Cartel Financier de la Fondation Earth Corporation, multinationale enrichie sur la vente d'armes, spécialiste des opérations de bienfaisance (mais c'est une façade).
Heureusement, un jeune adolescent prodige informatique découvre le pot aux roses.
Seulement pour obtenir la preuve de culpabilité de la Fondation Earth Corporation, il faut aller la chercher en se projetant dans la matrice de l'Ordinateur, un gigantesque corps humain virtuel.
Hélas, le bug fait croire à l'Ordinateur que l'alter égo virtuel adolescent est un antigène : la matrice lui envoie des robots-tueurs à ses trousses pour l'éliminer !

Heureusement, notre héros est aidé dans quête par ses deux amis :
- Harvey, un gros timide à tâches de rousseurs avec des lunettes, geek incollable en maths et sur le cinéma des années 80 (prévoir clins d'oeil et références).
- Sandra, une jolie rousse dont le héros est amoureux en fait mais il ne lui a pas encore dit. Mais on apprend en fait que Sandra est la fille du PDG Fondation Earth Corporation. Quelle sera sa position entre l'obéissance à son père, et son amour naissant pour notre jeune héros ?

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1149
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   Jeu 28 Avr - 9:22

Vic, publie ! Tu vendras ton script à la Warner et tu deviendras millionnaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1149
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   Mer 11 Mai - 23:38

Tiens, puisqu'on parait de Starfighter :
CROSSED - 06 - Starfighter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Player One (Ernest Cline, 2011)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Player One (Ernest Cline, 2011)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Myrlande à la présidentielle de 2011
» Preval di Ministah bay talonl avant 2011
» Transferts pour 2011
» Équipe Canada Junior Édition 2010-2011
» Kotei 2011 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section Science Fiction :: Autres auteurs (SF)-
Sauter vers: