AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EDWARD SHERIFF CURTIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mer 16 Mar - 9:10

Hier, à mon photo-club, j'ai fait une conférence sur le photographe américain Edward Sheriff Curtis et j'ai eu envie de vous en faire profiter. Je ne sais pas si c'est le bon "lieu" pour la poster dans le forum. J'avais d'abord pensé à "PEUPLES/ETHNIES/COMMUNAUTES", car il s'agit d'une oeuvre photographique et éthnologique sur les Indiens d'Amérique du Nord, mais il s'agit aussi d'une oeuvre littéraire puisque "THE NORTH AMERICAN INDIAN" est une encyclopédie en vingt tomes. Donc voilà, je la mets là. Je la passe en plusieurs morceaux. Il y aura des évidemment des photos.


Autoportrait, 1899

L'œuvre photographique d'Edward Curtis est indissolublement liée aux peuples indiens d’Amérique du nord. Ils constituent même le quasi-unique sujet d’un travail qui s’étend sur plus de trente années. Cette œuvre est entièrement contenue dans les 20 volumes d’une encyclopédie intitulée « The North American Indian ». Il était prévu d’en tirer 500 exemplaires mais seulement 272 furent distribués. Cette encyclopédie est non seulement l’une des publications historiques les plus importantes sur les Indiens, mais elle figure également parmi les ouvrages imprimés les plus beaux du monde. Il s’agit d’une œuvre de très grande qualité sur beau papier, reliée en cuir et dorée sur tranche. Les 20 volumes parurent entre 1907 et 1930. Chacun était consacré à une ou plusieurs tribus indiennes d’Amérique du Nord et était illustré d’environ 75 planches de format 14 x 19 cm, à quoi s’ajoutait un portfolio qui contenait 36 grandes photogravures de 45 x 55 cm. Les textes étaient pour la plupart écrits par Curtis. Les 20 volumes étaient vendus au prix de 3000 dollars. Ce qui équivaut à environ 36000 dollars, ou 32000 Euros d'aujourd'hui. De nos jours, la collection complète s’estime entre 1 million et 1 million et demi de dollars. En 2012, l’une d'elles s’est vendue 1,4 millions à la Swann Galleries de New York.


THE NORTH AMERICAN INDIAN

à suivre


Dernière édition par Henri le Jeu 17 Mar - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mer 16 Mar - 22:25

Ah, voilà un excellent sujet qui m'intéresse au plus haut point.
Je connais surtout les versions "best of" de Curtis et donc n'ai eu qu'un tout petit aperçu de ses travaux.
J'ignorais que son oeuvre était aussi conséquente, mais connaissais son importance.
Je ne savais pas non plus que les originaux avaient été publiés sous cette forme et étaient si recherchés.
On lui doit sûrement énormément pour la connaissance des Amérindiens...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Jeu 17 Mar - 10:56

Ce travail monumental lui a valu une certaine renommée jusqu’en 1914 alors qu’il n’était qu’à moitié terminé, mais lorsque le dernier volume est paru en 1930, Curtis n’était plus guère connu que de quelques spécialistes. A sa mort en 1952, une courte notice nécrologique  signalait que « M. Curtis était également connu comme photographe. »

C’est avec ce qu’on a appelé le “Réveil indien” dans les années 1970, que l’œuvre photographique de Curtis est ressortie de l’oubli. En quelque sorte, en refaisant parler d’eux, les Indiens ont refait par la même occasion parler de celui qui leur avait consacré presque la moitié de sa vie.

Edward Sheriff Curtis est né en 1868 et a commencé la photographie alors qu’il était adolescent. Il avait fabriqué lui-même son premier appareil photo à partir d’instructions trouvées dans un manuel. Son père mourut en 1888 et Edward dut subvenir aux besoins de sa famille. Il travailla d’abord comme saisonnier dans l’agriculture, puis fut pêcheur et chercheur de coquillage, et travailla de façon temporaire dans une scierie. Mais il put entrer dans un studio de photographie dont il devint plus tard propriétaire. Il faisait des portraits pour les riches bourgeois de Seattle et devint rapidement le premier photographe mondain de la ville. Parmi les personnalités qui furent ses clients, on trouve la ballerine Anna Pavlova (1881-1931), le Prix Nobel indien Rabindranath Tagore (1849-1914) et Jacob Riis (1849-1914), l’un des représentants les plus importants de la photographie documentaire comme instrument de critique sociale.


Anna Pavlova


Rabindranath Tagore

Son premier modèle amérindien fut la « princesse Angeline », ainsi que la nommait la population blanche de la région. Elle était la fille du chef Indien qui a donné son nom à la ville de Seattle. Curtis rendit par la suite de fréquentes visites aux Indiens vivant autour de Seattle pour les connaître et les photographier. Il fit également de nombreuses photos de paysage dans les environs de Seattle.


Princesse Angeline (1896)


Le Mont Rainier (1897)

à suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Jeu 17 Mar - 16:50

Je connais pas du tout...
A première vue, ça sent bon l'aventure, les grands espaces et l'évasion tout ça, merci pour cette découverte (tout à fait à sa place dans notre bibliothèque, pas de problème).
J'attends la suite avec grande curiosité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Ven 18 Mar - 10:37

En 1899, Curtis put accompagner en tant que photographe officiel l’expédition Harriman en Alaska. Il s’y consacra principalement à la photographie de paysage, comme notamment celles-ci :


Le chemin de Nunatak


Le glacier Muir

En 1900, une autre expédition conduisit Curtis dans le Montana où il put vivre parmi des Indiens et les photographier. Il put en particulier assister à la Danse du Soleil des tribus Blood, Blackfoot et Algonquin.


La danse du soleil

Il s’agit d’un rituel religieux pratiqué par les Indiens des plaines. Il peut durer entre 4 et 8 jours et comprend des danses, des chants, des prières, des visions. La cérémonie de la danse du soleil est la plus dure pour les participants car ils doivent regarder fixement le soleil en étant attachés à un mât par une lanière de cuir reliée à une broche fixée à même la peau de la poitrine. Ils doivent se libérer en tirant sur la lanière jusqu’à ce que la peau cède. C’est ce qu’on voit sur la photo. L’un des buts de cette auto-torture était de faire la preuve de sa bravoure et de sa résistance à la douleur. Les blancs avaient interdit la danse du soleil en 1881 mais elle continuait à être pratiquée en secret. En 1951 la loi qui l’interdisait a été abrogée et depuis elle continue à être pratiquée.

Cet événement représenta pour Curtis une deuxième expérience clé qui le toucha profondément. A partir de ce moment, il concentra son effort sur les Indiens des Grandes Plaines pour en apprendre davantage sur leur vie et la fixer dans des photographies.

à suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Lun 21 Mar - 11:08

Dans ses images, Curtis demandait aux Indiens de figurer des cérémonies ou des départs sur le sentier de la guerre.


GUERRIERS APSAROKE


PREPARATION D’UN RAID


SUR LE SENTIER DE LA GUERRE

Il s’efforçait de faire disparaître tout signe qui aurait pu témoigner de l’adaptation des Indiens à la culture de l’homme blanc.

Parfois ce n’était pas possible, comme dans cette photo de l’intérieur d’un tipi piegan où figurent trois indiens qui tenaient absolument à ce qu’on voit un réveil matin qu’ils considéraient comme un objet de luxe.


INTÉRIEUR D'UN TIPI PIEGAN, D’après le négatif de Curtis

Dans ce cas, Curtis n’hésitait pas à faire retoucher la photo par son studio.


1910 INTÉRIEUR TIPI PIEGAN, La photo telle qu’elle est publiée dans The North American Indian.

à suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Lun 21 Mar - 15:29

Pour en revenir à la fameuse danse du soleil... Autant j'ai un grand et profond respect pour les peuples "primitifs" (adjectif non péjoratif), souvent dépositaires d'une sagesse certaine et d'un art de vivre en harmonie avec la nature, autant je trouve ce genre de coutume ou de rituel grotesque, débile même.

Rien ne m'a jamais autant énervé que cette mentalité bourrin du "tu seras un homme mon fils" ou "un homme, un vrai, ça ne pleure pas". Désolé, mais être un homme, ça ne se limite pas pour moi à avoir une paire de couilles et des muscles. Comme je le disais dans un autre sujet, il y a des hommes qui n'en imposent pas physiquement et qui se révèlent d'une endurance et d'une force étonnante, sans parler du sexe soi-disant faible. Sans parler également de valeurs comme le courage, la volonté, le sacrifice, le dévouement ou autres, qui ne sont pas forcément l'apanage des "guerriers".
Pas besoin de se mutiler, de se scarifier ou rouler à poil dans la neige pour prouver qu'on a des couilles. Enfin, bon...

Sinon, très belles photos. Et déjà truquées en 1910... On a rien inventé décidément !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Lun 21 Mar - 18:13

On peut probablement trouver chez tous les peuples autochtones des aspects culturels critiquables, ou qui nous déplaisent pour une raison ou une autre. En même temps, il faut se dire qu'eux aussi trouvent certainement chez nous des aspects de nos cultures qui leur sont déplaisants voire carrément ignobles. Par exemple, cette habitude occidentale de faire des guerres de conquête et d'extermination pour prouver au monde que nous sommes La Civilisation. Et puis, pour rester dans le domaine du grotesque et du débile, cette manière que nous avons, nous les mâles, d'exhiber notre virilité au volant de grosses voitures qui font les plus gros vroum-vroum possible, ou bien de jouer à des jeux vidéo où il faut tuer le maximum de gens. Voilà ce qui m'énerve moi, bien plus que des Indiens qui pratiquent des rituels traditionnels que je ne me permets pas de critiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Donald S



Masculin Gémeaux Messages : 290
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 38
Localisation : Colline '937'
Emploi/loisirs : Spécialiste en viandes et abats...
Humeur : "Platoonique"

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Lun 21 Mar - 18:43

Voyageur Solitaire a écrit:
Pour en revenir à la fameuse danse du soleil... Autant j'ai un grand et profond respect pour les peuples "primitifs" (adjectif non péjoratif), souvent dépositaires d'une sagesse certaine et d'un art de vivre en harmonie avec la nature, autant je trouve ce genre de coutume ou de rituel grotesque, débile même.

Rien ne m'a jamais autant énervé que cette mentalité bourrin du "tu seras un homme mon fils" ou "un homme, un vrai, ça ne pleure pas". Désolé, mais être un homme, ça ne se limite pas pour moi à avoir une paire de couilles et des muscles. Comme je le disais dans un autre sujet, il y a des hommes qui n'en imposent pas physiquement et qui se révèlent d'une endurance et d'une force étonnante, sans parler du sexe soi-disant faible. Sans parler également de valeurs comme le courage, la volonté, le sacrifice, le dévouement ou autres, qui ne sont pas forcément l'apanage des "guerriers".
Pas besoin de se mutiler, de se scarifier ou rouler à poil dans la neige pour prouver qu'on a des couilles. Enfin, bon...

!

Je sais pas si faut le voir sous cette angle là...
Personnellement je n'y vois pas vraiment une coutume de gros bourrin visant à voir qui a "la plus grosse",mais plutôt un rituel de passage vers un autre stade,un autre degré de conscience spirituelle...
Pour moi ça me fait d'avantage penser à ces autres mecs qui se suspendent en l'air par des crochets pour rentrer dans une sorte de transe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Lun 21 Mar - 20:19

Henri a écrit:
des rituels traditionnels que je ne me permets pas de critiquer.
Pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2478
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Lun 21 Mar - 20:43

Chaque peuple a sa culture, pour nous ça peut paraître brutal, sauvage, mais pour eux c'est un rituel, leur coutume. De leur coté aussi ils voient certaines choses de chez nous comme passablement abrutissantes ou choquantes, une autre vision du monde.

Personnellement ça ne me dérange pas, c'est leur culture, leur façon de voir le monde et la vie. Et puis ils n'emmerdent personne avec ça, ça reste entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Lun 21 Mar - 21:11

Voyageur Solitaire a écrit:
Henri a écrit:
des rituels traditionnels que je ne me permets pas de critiquer.
Pourquoi ?

Je suis depuis longtemps un "militant" des causes indiennes. Un certain nombre de choses me paraissent critiquables chez les uns ou les autres, mais je trouve chez nous des "coutumes", des "rituels" dont les conséquences sont tellement plus graves que je réserve mes critiques à ma propre société et non pas à celle des gens dont nous avons spolié les terres et presque complètement détruit les cultures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Lun 21 Mar - 23:09

Il me me semble que c'est suite à Lévi-Strauss qu'en anthropologie, on a émit l'idée qu'on ne "pouvait" pas porter un jugement de valeur sur une autre civilisation notamment primitive, pour diverses raisons (désolé je ne m'en rappelle plus). Un cas extrême étant l'anthropophagie, par exemple.
Je me souviens que c'était justifié par une formule disant que toutes les cultures se valent et qu'on ne peut pas les hiérarchiser.
C'est parfois très contre-intuitif pour nous occidentaux. Notamment si ça nous semble contre-productif par rapport à nos connaissances ou notre grille de lecture. Souvent, moi le premier, j'ai envie de dire que toutes les civilisations ne se valent pas (celles qui vivent sur le pillage, l'esclavage, etc ...).

Dans le cas des amérindiens, la danse du soleil est plus à voir comme un rituel spirituel, un acte initiatique, de bravoure. Et pas comme un truc pour frimer. Je le perçois comme ça.

Pour en revenir aux photos de Curtis, je ne m'en lasse pas. Je m'aperçois que je n'ai pas d'ouvrage de lui finalement, c'est dommage. Un ouvrage à recommander ?

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mar 22 Mar - 0:33

Eh bien il y a le gros livre des éditions Taschen, Les Indiens d'Amérique du nord - les portfolios complets, qui contient donc les 700 et quelques photos des 20 portfolios. Malheureusement, elles sont en petit format, mais il y a d'autres éditions qui, sans être aussi complètes, présentent les photos dans de plus grands formats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mar 22 Mar - 16:05

Le fait que je critique une coutume comme la danse du soleil ne veut surtout pas pour autant dire que j'encense les nôtres, souvent toutes aussi débiles et j'adhère complètement avec l'exemple du mec qui se la pète avec sa grosse voiture ou qui débourse une fortune pour aller dégommer un lion en Afrique histoire de se prouver qu'il est un homme.

Je suis également tout à fait d'accord sur le fait d'avoir spolié ces gens, quand on ne les a pas purement et simplement exterminés.
Pour autant, je ne m'interdis pas de juger tel ou tel comportement de leur façon de vivre qui me paraît incompréhensible ou répréhensible.

Par exemple : je suis un grand passionné d'Antiquité romaine, je sais que pour les romains, voir des gladiateurs s'entretuer pour le plaisir des foules, c'était "normal". Dans leur univers mental, il était normal, logique, qu'il y ait des hommes libres et des esclaves qui n'étaient que des objets dont on disposait à son gré. Et à coup sûr, un romain trouverait nos idéaux de liberté et d'égalité grotesques ou aberrants, ça ne rentrerait pas dans sa mentalité.
Mais ça ne m'empêche pas de juger et condamner la gladiature ou l'esclavage.

Là, le principe est le même : cette danse est pour eux quelque chose de logique, de normal. Ce n'est pas pour autant que de mon côté, avec ma sensibilité propre, différente de la leur, je vais m'empêcher de la juger. Après, je ne fais que porter un jugement, je ne dis en aucun cas qu'il faut aller leur faire la morale en leur expliquant que "c'est pas bien" .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mar 22 Mar - 18:58

Henri a écrit:
Eh bien il y a le gros livre des éditions Taschen, Les Indiens d'Amérique du nord - les portfolios complets, qui contient donc les 700 et quelques photos des 20 portfolios. Malheureusement, elles sont en petit format, mais il y a d'autres éditions qui, sans être aussi complètes, présentent les photos dans de plus grands formats.
Merci, je me souviens de cette édition en effet, il y a de cela fort longtemps. Visiblement j'aurais du l'acheter à l'époque, car maintenant les prix d'occasion ont été multipliés plusieurs fois.
Taschen a l'air de refaire des VF mais elles semplent incomplètes.
Reste la solution Taschen en anglais, beaucoup plus abordable... sauf que plusieurs commentaires parlent de problèmes de qualité d'impression, ça fait un peu peur.
Bon, je vais aller voir un peu ces éditions de plus prêt dans mes bibliothèques municipales pour juger de la qualité ...


_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donald S



Masculin Gémeaux Messages : 290
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 38
Localisation : Colline '937'
Emploi/loisirs : Spécialiste en viandes et abats...
Humeur : "Platoonique"

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mar 22 Mar - 19:06

Magnifiques photos en tout cas...
A croire que ces putains de yankees avaient besoin d'immortaliser quelques specimens,avant de les exterminer en masse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mar 22 Mar - 21:09

Sauf que je crois les Yankees les avaient déjà exterminés :

Citation :

1886 : Geronimo, dernier chef apache à résister à la déportation des siens dans une réserve se rend au général Miles.

8 février 1887 : vote du General Allotment Act ou Dawes Severalty Act par le Congrès, autorisant le président à vendre les terres indiennes à des particuliers, en petites parcelles. Ce lotissement est amplifié par le Burke Act de 1906. Il vise à supprimer la propriété collective des terres, et à transformer les Indiens en fermiers. Le restant est distribué aux colons, et l'Oklahoma devient un État en 1907.


15 décembre 1890 : Sitting Bull, chef sioux, tué au cours de son arrestation préventive (par crainte d'une révolte suscitée par la Danse des esprits).

29 décembre 1890 : massacre de Wounded Knee, massacre de 250 Indiens sioux miniconjous à Wounded Knee Creek, dont 130 civils et le chef Big Foot, par les soldats du 7e de cavalerie ; 25 Américains sont tués, certains victimes de tirs amis.

1896 : au recensement, les Indiens ne sont plus que 250 000.

J'ai l'impression que Curtis a commencé de photographier les Amérindiens après le massacre de Wounded Knee, donc quand le glas était déjà sonné.
Henri pourrait sans doute nous éclairer là-dessus...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mar 22 Mar - 23:18

Sauf que les Indiens n'ont pas été exterminés, fort heureusement. En 1900, on pouvait compter 237 000 Amérindiens aux États-Unis. D’après les différents recensements, ils étaient 800 000 en 1970, 1,4 million en 1980 et 2,8 millions en 2004, soit un peu plus de 1 % de la population totale. En 2004, dans deux États du sud-ouest (Nouveau-Mexique et Arizona), les Amérindiens représentent une part significative de la population, puisqu’elle dépasse les 5 % du total. Moins d’un tiers des Amérindiens vit actuellement dans des réserves, qui sont pour la plupart concentrées à l’ouest du fleuve Mississippi. Beaucoup résident dans les grandes villes : on peut recenser plus de 85 000 Indiens à New York. Les deux tribus les plus importantes en nombre sont les Cherokees (729 000) et les Navajos (298 000). Au Canada ils sont un peu plus nombreux, mais je n'ai pas les chiffres sous les yeux. En Amérique centrale et du sud ils sont beaucoup plus nombreux, constituant même la majorité de la population dans certains pays, comme au Guatemala par exemple. Vous savez sans doute que l'actuel président de la Bolivie, Evo Morales, est un Indien Aymara. Il faut arrêter de dire que les Indiens d'Amérique sont exterminés.

Je voudrais revenir sur la Danse du Soleil. Bien sûr, on peut porter un jugement négatif, mais il vaut mieux savoir de quoi on parle exactement, sinon on risque de dire des conneries. Réduire la Danse du Soleil à une mentalité "bourrin" se résumant à montrer qu'"on en a", c'est passer complètement à côté du sujet, et c'est même faire preuve d'un certain mépris. Il s'agit avant tout d'une expérience spirituelle, d'un sacrifice. La souffrance que cela représente est bien au-delà de ce que le "bourrin" moyen est capable d'endurer pour "montrer qu'il a des couilles".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mer 23 Mar - 23:59

Henri a écrit:
Il faut arrêter de dire que les Indiens d'Amérique sont exterminés...
C'est une façon de parler, on peut dire un abus de langage, mais je l'employais plutôt comme une métaphore.
Néanmoins merci pour tes chiffres, c'est toujours bon de remettre les choses en place.

Tiens en passant, peut-être as-tu déjà vu ce sujet sur le forum :

http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/t1503-les-fetiches-animaliers-amerindiens-zuni?highlight=ZUNI

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Jeu 24 Mar - 0:31

Non, je ne l'avais pas vu. Et je ne connaissais pas l'art zuni. Ce sont de très belles pièces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Jeu 24 Mar - 16:06

J'ai également quelques pierres médecine amérindiennes (de la région de Vancouver), des galets peints à l'effigie d'un animal (et bien plus abordables que l'art zuni). Je les avais achetées à la galerie Urubamba à Paris.
Une adresse incontournable sur le sujet, qui traite également des Indiens d'Amériques du Sud, avec des pièces d'art au prix élevé, mais aussi une librairie, et des pièces exposées, enfin bref, ça vaut le coup d'oeil. Entrée libre.

https://www.facebook.com/Galerie-Urubamba-140320192757736/


Sinon hier j'ai pu mettre la main à la bibliothèque sur un livre de photos de Curtis par Taschen, pas une intégrale toutefois ... et une version italienne.
Rien à dire, il y a plein de photos magnifiques dont certaines m'inspirent... Et puis le sujet est grave quoi, on a l'impression d'être les témoins d'un truc qui disparaît, je n'ose pas imaginer l'image que nous aurions des Amérindiens aujourd'hui si Curtis n'était pas passé par là. Celle des clichés Hollywoodiens ?

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Jeu 24 Mar - 17:04

Je connais bien la galerie Urubamba car nous y avions un dépôt de la revue de soutien aux Indiens à laquelle j'ai participé pendant plusieurs années. Elle s'appelait Nitassinan, d'après le nom que les Indiens Innu du Canada donnent à leur territoire.

C'est marrant ce que tu dis au sujet de "l'image que nous aurions des Amérindiens aujourd'hui si Curtis n'était pas passé par là", car en fait les clichés hollywoodiens ont pour une grande partie leur origine dans les photos de Curtis. Hollywood s'est en effet beaucoup inspiré de son travail. D'une manière sans doute plus ou moins réductrice et caricaturale, certes, mais comme il a présenté les Indiens tels qu'ils étaient avant, les réalisateurs de westerns s'en sont inévitablement servi pour leurs films.

Mais je continue ma présentation.

C'est en 1903 que Curtis a formé l'idée de créer une vaste documentation sur la vie traditionnelle des tribus indiennes en voie de disparition. Il voulait fixer par le texte et l’image l’histoire de toutes les tribus indiennes, leur vie quotidienne, leurs cérémonies, leurs légendes et leurs mythes. Il s’intéressait à la langue, à l’organisation sociale et politique, au milieu géographique, à l’habitat, aux vêtements, à l’approvisionnement et la préparation de la nourriture, aux traditions religieuses, aux us et coutumes relatifs à la naissance, au mariage et à la mort, aux jeux, à la musique et aux danses ainsi qu'aux poids et mesures.


Cañon de Chelly (Navajo)

Entre 1895 et 1928, Curtis a rendu visite à plus de 80 tribus. Il a mis par écrit les biographies des chefs, des guerriers, des sorciers et des prêtres importants. Il a même enregistré sur les premiers cylindres de cire Edison des musiques qu'il a transcrites ensuite en partitions.


Pêcheur Wishram

Depuis la redécouverte de son œuvre dans les années 70, certains lui ont reproché d'avoir véhiculé une vision romantique des Indiens et de les avoir montrés tels qu’ils n’existaient plus. Mais son intention était précisément de présenter les Indiens d’Amérique comme ils étaient avant que leur vie, leur culture et leur esprit même aient été dévastés au contact de la civilisation européenne. Ce qu’il montrait en réalité, c’était l’essence même des Indiens d’Amérique et leur culture traditionnelle, pas leur situation en 1900. A son époque il était l’un des rares blancs à témoigner beaucoup de respect pour les Indiens. Il entrait dans des colères noires quand il voyait les Blancs continuer de perpétrer des injustices envers les Indiens.


Un coin de Zuñi

Il a été également le premier à tourner un film mettant en scène des Indiens. Il a choisi pour cela les Indiens de la côte Nord-Ouest. Tourné en 1914, Au pays des chasseurs de têtes était une fiction dont l’action reposait sur des légendes et des transmissions orales. Le film n’a pas eu un grand succès public, mais il a marqué de jeunes réalisateurs orientés vers l’ethnographie comme Robert Flaherty qui a tourné en 1922 un film sur les Inuit, Nanouk l’Esquimau.


Potière Hopi


Canoës Tenaktak

à suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Henri



Masculin Messages : 240
Date d'inscription : 16/10/2015
Localisation : Chatillon
Emploi/loisirs : Retraité. Photo, musique
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Mar 29 Mar - 13:39


Danseurs masqués Kwakiutl


Les invités du mariage (1)


Les invités du mariage (2)


Les invités du mariage (3)

Les photos ci-dessus ont été faites sur le tournage du film. Curtis ne l’a pas mentionné en les publiant dans The North American Indian et certains le lui ont reproché. Mais en fait sa démarche n’est pas différente ici de ce qu’elle est tout au long de son travail puisque une grande partie des photos qu’il a réalisées sont également des mises en scène.
J'ajoute tout de même qu'une grande partie également sont des photos strictement documentaires, sans mise en scène, sans retouche et sans même le moindre parti-pris artistique.



BLACK EAGLE, ASSINIBOINE

Dans sa biographie non achevée, Curtis écrit :
« Des tribus que je n’atteindrai pas avant quatre ou cinq ans m’ont demandé de venir les voir. Lorsqu’elles n’en ont pas eu l’idée elles-mêmes, je la leur suggère. Je leur dis : “Telle et telle tribu sera dans ce recueil et pas vous. Vos enfants essaieront de vous y trouver et ne pourront pas, alors ils penseront que vous ne valiez rien tandis que l’autre tribu sera considérée comme importante.” »
Cette approche fit finalement changer d’avis le chef des Assiniboines, Black Eagle, un ancien de la tribu qui toute sa vie avait refusé de dire un mot sur sa nation aux blancs. Après s’être montré agressif et prudent toute la journée envers Curtis et avoir refusé de le laisser faire son portrait, le vieux chef apparut dans la tente du photographe à trois heures du matin pour lui dire : « Je veux qu’on parle de Black Eagle dans le livre. »
Curtis lui dit qu’il était d’accord à condition que le chef réponde à ses questions. Et Black Eagle lui raconta tout ce qu’il désirait savoir.


1904 UN PEUPLE QUI DISPARAIT (Navajos)

Cette image symbolisait pour Curtis la disparition prochaine des peuples amérindiens engloutis par la civilisation occidentale.

à suivre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EDWARD SHERIFF CURTIS   Aujourd'hui à 22:49

Revenir en haut Aller en bas
 
EDWARD SHERIFF CURTIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Johnny Curtis.
» Edward aux mains d'argent
» Le p'tit jardin d'Edward W. Flower ∼
» La surprise. [PV : Edward, Era]
» Edward Hopper, un américain à Paris...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La grande bibliothèque :: Les bouquins-
Sauter vers: