AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Dim 3 Jan - 12:04



Attilio Micheluzzi (1930-1990)


Attilio Micheluzzi est l'un des artistes dessinateurs de BD italienne dite "fumetto". Dans la lignée d'un Hugo Pratt ou d'un Sergio Toppi, le style de Micheluzzi s'exprime particulièrement en noir et blanc. Sans atteindre l'originalité graphique, la poésie et le sens du fantastique de Pratt, Micheluzzi a d'après moi de nombreux points communs avec l'auteur de Corto Maltese. Italien comme lui, il s'intéresse énormément à l'Afrique (et donc l'Ethiopie, ancienne colonie Italienne), avec des thèmes de prédilection pour histoire d'aventures et d'action, notamment sur fond de guerre et d'espionnage. De mémoire il a relativement peu écrit de BD se passant après la 2è guerre mondiale, ses périodes de prédilection tournent plutôt sur la première partie du XXè siècle, et notamment les deux guerres mondiales ou l'entre-deux guerre.
Comme Pratt, c'est un perfectionniste fort bien documenté au niveau historique, qui fait que ses fumetto sont plutôt destinées à un public adultes. De plus, Micheluzzi, fils d'aviateur, auteur d'une excelente BD sur Mermoz, est aussi un passionné d'aviation comme le fut Pratt.

L'une des originalités de Michelluzi est de se mettre parfois, même si c'est rare et le temps d'une ou deux cases- en scène dans ses propres BD, comme narrateur (cf photo + haut). Il peut aller jusqu'à dialoguer avec ses personnage, ou si il n'et pas présent, se rappelle à eux à la manière d'une bonne ou mauvaise conscience. C'est là qu'apparaît alors un petit côté décalé et irréel.

Les éditions Mosquito rééditent dans de belles éditions certains chefs d'oeuvres du fumetto d'artistes majeurs italiens comme Toppi, Battaglia, Serpieri, et de nombreuses BD de Micheluzzi, principalement en Noir & Blanc.
Voici leur présentation de l'artiste :


Citation :
Né en 1930 en Istrie sur les marches de l’ancien empire austro-hongrois Attilio Michelluzzi, fils d’officier aviateur, passera son enfance dans le bruit des moteurs et dans le culte des héros : du Baron Rouge à Mermoz. Devenu plus tard architecte renommé, il travaillera notamment pour le roi de Libye jusqu’au jour où un certain Kadhafi le mettra au chômage. Rentré en Italie après le coup d’état, pour vivre, il va se lancer dans la bande dessinée. Très vite, il s’imposera par son graphisme élégant et nerveux, inspiré des maîtres américains.
Ses thèmes de prédilection resteront l’aviation ainsi que l’aventure exotique et guerrière. Doué d’un très efficace sens de la narration et d’une étonnante productivité, il trouve une place de choix dans toutes les revues transalpines et sera édité et primé à l’étranger.

Architecte italien reconverti tardivement à la BD, Attilio Micheluzzi avait herité d'une tradition américaine ayant pour emblème Milton Caniff. Son dessin d'un classicisme impeccable, servait un sens de la narration remarquable.

Alfred meilleure BD à Angoulême en 1984 pour Marcel Labrume : A la Recherche des guerres perdues.

Fauve d'Angoulême 2011, catégorie patrimoine pour Bab-el-Mandeb.


http://www.editionsmosquito.com/auteur.php?id=28

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216


Dernière édition par VIC le Sam 9 Jan - 20:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Dim 3 Jan - 12:10

Connais pas du tout... Mais c'est bien le genre de personnage, d'artiste, qui à première vue a tout pour me plaire... Je vais voir ça...
Merci pour cette découverte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Dim 3 Jan - 12:27


MARCEL LABRUME




Citation :
Marcel Labrume est une série de bande dessinée d'aventure réalisée par l'Italien Attilio Micheluzzi...
Le second volume a obtenu un controversé Alfred du meilleur album au festival d'Angoulême 1984, face au grand favori Partie de chasse.
Quoi ? Devant Partie de chasse ? Mais c'est qu'il doit bien y avoir quelques grandes qualités dans cette BD, non ?


Marcel Labrume est une série de 2 volumes indépendants N&B publiés en français en 1983 par Les Humanoïdes associés :


Que tu es beau Marcel, t'es un salaud Marcel, 1983
À la recherche des guerres perdues, 1983



Ils sont réédités en une intégrale chez Mosquito. Mais de grâce, pour une fois, n'allez pas regarder les extraits des planches sur leur site, car elles contiennent un gros spoiler et vous racontent la fin.

D'après Mosquito :
Citation :

Petit journaleux combinard, il est allé à Beyrouth en 1940 se refaire une virginité, dans le milieu des coloniaux arrogants, racistes et antisémites et c'est là que son chemin croisera celui d'une belle et jeune milliardaire poursuivie par les services de la Gestapo.
Marcel bascule dans le bon camp, la morale est sauve ?

Micheluzzi au sommet de son art, nous dresse un tableau saisissant de la Guerre du désert, absurde " pièce de théâtre sanglante jouée par des acteurs fous ". Marcel Labrume est sans doute le chef d'oeuvre de Micheluzzi.

S'il est un personnage qui mérite une place de choix au panthéon des héros de papier c'est sans nul doute Marcel Labrume. Ce " beau salaud " de Marcel est né en octobre 1980 sous la plume d'Attilio Micheluzzi dans la revue Alter Alter (n°10). Le lecteur, déjà " malmené " par l'arrivée de héros comme Corto Maltese ou Raspoutine qui ont définitivement rompu avec les personnages sortis tout d'un bloc du moule des certitudes, va se retrouver face à un lascar encore plus ambigu.

Laissons la parole à l'auteur : Labrume, Marcel Labrume. Une belle fripouille. Le symbole vivant de mes contradictions. Un homme qui m'attire avec son potentiel de séduction un peu perverse, par son statut de personnage trouble, sans idéal, totalement immergé dans son abominable égoïsme. Et qui bien entendu pour toutes ces raisons me répugne. Il y a cette subtile fascination pour ce qui est interdit, l'aspect séduisant du pêché ainsi que le plaisir pervers de se sentir attiré, alors qu'en même temps, on se croit "meilleur" que lui.


Mon avis :

Le premier volume a été directement inspiré de la Rose Pourpre du Caire. C'est un défilé d'espions, d'agents doubles, agents troubles, d'argent sale. Le suivant nous fait davantage quitter les villes pour le sable et le désert, en pleine 2è guerre mondiale, en Afrique. Nous suivons Marcel Labrume, un individualiste et aventurier qui ne cherche pas à jouer les héros par instinct chevaleresque. De ce côté, nous avons un héros qui n'est pas du tout manichéen, mais peut-être pas aussi salopard que ne pourrait le faire penser une partie titre du premier album : t'es un beau salaud Marcel. Il me ferait plutôt penser à un Henri de Monfreid.

Comme à son habitude, Micheluzzi adore multiplier les personnages et leur donner une vie propre, pour les animer ensuite dans une gigantesque pièce de théâtre plutôt dramatique. On se retrouve mêlé à un maelstrom, c'est la guerre, des personnages meurent, se télescopent, le dessous des cartes se révèle un peu, certaines ombres subsistent.
Au final, une excellente BD historique pour adulte sur la seconde guerre mondiale, très bien documentée (Micheluzzi n'hésite pas à faire des fiches récapitulatives sur les modèles de jeep ou d'avions, ce qui renforce encore le côté "vécu" . Une plongée en eaux troubles, avant de se sécher en plein désert.









Citation :
- Qui t'a donné ce Mauser ?
L'un des exemples où l'auteur s'adresse directement au héros,
comme si il était une petite voix de sa conscience.
Cela renforce un peu le rythme du récit.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Jeu 7 Jan - 0:02

SIBERIE


Comme annoncé, histoire de se mettre dans le ton hivernal du forum, voici Sibérie.
Autrefois en couleur, il est réédité chez Mosquito en noir et blanc, 125 pages.

Voyons ce qu'en dit l'éditeur Mosquito :

Citation :
Russie 1897-1919.

Gabriel Belosselsky, comte Lazarev, est un idéaliste. Il place l'Humanisme au-dessus de tout.
(...)
Mais ses idéaux sont mis à mal par son passé amoureux et ses amitiés...

Un souffle épique teinté d'âme russe.

Micheluzzi nous offre ici une fresque grandiose qui s'étale sur plus de vingt ans, relatant les épisodes marquant de la vie tumultueuse d'un russe blanc qui a viré au rouge.

Le comte Lazarev a beau être né avec une cuiller en argent dans la bouche, il côtoie assidûment les milieux anarchistes et révolutionnaires de Saint-Pétersbourg. Son idéalisme va jusqu'à fomenter un complot contre le Tsar.

A côté de cela, ce joli coeur use de sa prestance et de son charme pour faire tourner la tête des jeunes filles de l'aristocratie. Et cela va lui valoir bien des soucis. La jalousie d'un prétendant de la belle Natalia va le précipiter vers les camps de travail de Sibérie...

Amour, trahison, courage, honneur, idéalisme : les plus fortes passions sont au rendez-vous et font perdre la raison à plus d'un...
http://www.editionsmosquito.com/ouvrage.php?id=158
Vous pouvez y lire les 4 premières page de l'album en zoomant dessus !


Mon avis :


Sibérie. Pas aussi connu que l'excellent Marcel Labrume. Mais personnellement, je le trouve encore plus intéressant.
125 pages en noir et blanc, qui retranscrivent mieux pour moi le travail de l'artiste.
Tout comme pour Pratt, je préfère les oeuvres originelles en noir et blanc de ces artistes, plutôt que des colorisations après-coup.
Et puis le noir et blanc, ça va bien avec la neige et l'ambiance de ce livre.

L'ouvrage commence très fort, avec la mort du personnage principal, le comte Lazarev.
Tué alors qu'il menait un assaut avec un petit bataillon de l'armée Russe, en 1919, contre des troupes tchèques.
En agonisant, il se met à bredouiller des paroles sur la vanité de la l'homme et l'absurdité de la vie. Des paroles dites en français, ce qui intrigue alors l'un des officiers Tchèques. Ce dernier lit alors le carnet du défunt où il avait résumé sa vie. Et quelle vie !

En 1897, le comte Lazarev côtoie donc les milieux anarchistes et révolutionnaires de Saint-Pétersbourg. C'est un homme fin et cultivé, mais assez torturé par un idéal d'humanisme auquel il est prêt à tout sacrifier. On le voit aussi dans les salons mondains, mais sa tête est ailleurs, quand il ne fait pas tourner celle d'une jeune aristocrate amoureuse de lui.

Je n'ai pas trop envie de vous en dire plus, ce serait trahir l'histoire. Vous vous doutez déjà qu'une grande partie de l'histoire va se passer en Sibérie, célèbre pour ses camps de prisonniers. Avec cette oeuvre, Micheluzzi décide de renouer avec ses origine familiales (il signait ses premières BD sous le pseudonyme d' « Arzbajeff », du nom d'une de ses grand-mères). Sibérie est une grande fresque. Le héros est balloté, pris dans des engrenages, rattrapé par l'Histoire, la Révolution, l'amour, mille choses. La vie peut basculer à tout moment, le destin se joue de lui. Parfois, des petits détails, des malentendus, vont avoir de lourdes conséquences.
Une grand fresque, donc, comme les grands romans de la littérature Russe. La comparaison est évidente. Outre sa longueur, c'est une histoire qui retrace le destin d'un homme pendant plus de vingt années. Habilement, Micheluzzi nous fait entre-percevoir quelques figures historiques célèbres de cette époque, mais sans jamais sombrer dans le clin d'oeil inutile. Non, chaque personnage est là pour une raison précise, tout est légitime. Micheluzzi ne force pas le trait. D'ailleurs, son crayon glisse sur la neige, il suit la trace de ce héros, ou anti-héros.
Cela sonne vrai. A tel point que certains lecteurs ont utilisé internet pour savoir si ce compte avait vraiment existé, et si c'était un héros oublié de l'histoire.

Au final, un album idéal pour qui voudrait découvrir un morceau d'histoire de la Russie de l'époque. Je pense que Tolstoï l'aurait apprécié.



Voici également un lien vers un blog avec une belle critique et analyse :
http://www.mortelmanagement.com/mortel-management/2012/01/mortelle-culture-n65-lactualit%C3%A9-de-mosquito.html
(évitez toutefois de lire les derniers §)

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Sam 9 Jan - 21:24




Mermoz, par Micheluzzi, d'après Joseph Kessel

Couverture couleur, intérieur noir et blanc, 118 pages
1ères pages lisibles sur le site : http://www.editionsmosquito.com/ouvrage.php?id=146

Voici ce que nous dit Mosquito à propos de cette BD :

Citation :

Cette longue histoire du plus célèbre des héros de l'aéropostale fut publiée en Suisse en 1987 de façon confidentielle et est introuvable depuis bien des années.

Poursuivant la réédition des travaux d'Attilio Micheluzzi, nous vous proposons cette première édition française avec une nouvelle gravure et une nouvelle traduction.

Attilio Micheluzzi, fils d'un général de l'aviation royale italienne, a réalisé une biographie d'un des personnages mythiques de l'histoire aérienne. Cette biographie extrêmement bien documentée retrace le parcours d'un jeune homme pauvre qui deviendra pour la France de l'entre-deux-guerres un héros absolu.


Micheluzzi déroule la vie de Mermoz à travers ses doutes et ses exploits :
le petit prince de l'aviation tombé en panne dans le désert de Palmyre, ses difficultés pour s'imposer auprès de Daurat à l'Aéropostale, ses démêlées avec les bédouins sur la ligne Toulouse-Dakar...

Mais ce sont surtout ses exploits à couper le souffle à bord de ses Latécoère qui forcent l'admiration :
le Courrier Sud qui relie sans escale la France au Sénégal, les vols de nuit, la traversée de la Cordillère des Andes.


Véritable héros, adulé de tous, rien ne semble l'arrêter, pas même un atterrissage forcé en très haute montagne et son décollage en jetant l'avion dans le vide qui l'élèvera au rang de mythe national de son vivant.

Pour cet homme d'une trempe incroyable se profile alors l'ultime frontière : la traversée régulière de l'Atlantique Sud...

Mon avis :

Un régal ! L'une des meilleures BD de Micheluzzi, lui-même fils d'aviateur, qui adapte très fidèlement la biographie écrite par Joseph Kessel sur son ami Mermoz. Le résultat est excellent. D'une part le récit est rythmé par le style de Kessel. D'autre part le dessin est précis et minutieux. Micheluzzi se donne à coeur joie de dessiner les avions avec leur moteur, les reproduisant avec les références, comme des dessins d'ingénieurs en bonus.
Surtout, cette BD est idéale pour ceux qui voudrait découvrir l'univers et l'histoire de l'Aéropostale. Pour ceux qui la connaissent déjà, c'est une vraie déclaration d'amour au mythe de l'Aéropostale, tout en étant une mine d'information.

C'est une récit d'aventures ET un récit historique, où l'on va croiser les destins des aviateurs célèbres français comme St Exupéry, même si elle est centrée sur Mermoz.
Cette utopie folle, chevaleresque, sonne un peu comme le chant du cygne : celui des derniers héros, des baroudeurs explorateurs en quête de records, une fuite en avant vers toujours plus de risque, car on sent bien qu'il n'y avait que Mermoz ne se sentait vraiment bien qu'à bord de son avion, loin de la terre. Oui, le chant du cygne, celui des derniers aventuriers, des conquérants de l'impossible, des Icare modernes qui a défaut de toucher le soleil, traversaient les nuages, les orages, ou les tempêtes de sable. Des fourmis qui tentent de gravir des montagnes.
On suit leurs récits d'accidents répétés la peur au ventre : des collègues y laissent la peau, dans les Andes, en Afrique... Parlons-en d'ailleurs, lorsque ces aviateurs étaient victimes de panne dans le désert, ils étaient systématiquement capturés par des autochtones et rançonnés pendant des mois comme des otages, quand leur sort n'était pas pire. La barbarie était déjà omniprésente à l'époque, on a un peu tendance à l'oublier aujourd'hui.
Comment Mermoz va, pour survivre dans le désert, boire l'eau du radiateur de son avion, est un épisode marquant, comme beaucoup d'autres dans ce récit. Une eau acide qui lui bousillera l'estomac...

Si vous aimez l'Aérospostale, vous allez donc vous régaler. Si vous ne la connaissez pas, et bien cette BD va élargir vos horizons, et constitue une parfaite introduction (et bien plus) dans ce domaine. Décollage immédiat !




_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5733
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Sam 9 Jan - 21:57

J'ai quand-même réussi à me rapeller que j'ai lu un ou deux tomes de cet auteur chez toi, lors de notre dernière entrevue...
Il s'agissait de Marcel Labrume et j'en garde un bon souvenir. Un personnage complexe, baroudeur cabossé et anti-héros comme je les aime, réfugié dans un bordel d'une ville du Moyen-Orient pendant la Guerre... Original et atypique avec une galerie de personnages détonnants, la Seconde Guerre Mondiale vue sous un autre angle, avec un héros pas forcément sympathique mais auquel on s'attache.
Je reste pas fan des dessins, un peu comme avec ceux d'Hugo Pratt, même si je n'arrive pas aujourd'hui à imaginer Corto sous une autre plume...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3840
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Sam 9 Jan - 22:22

Une B.D très intéressante sur l'un de nos pionniers de l'aviation. Mermoz appartient à la même génération que Saint-Exupéry. A une époque où piloter un avion sur une longue distance relevait du challenge, de l'aventure.

Je vais voir si je le trouve sur chapitre.com.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
VIC



Masculin Messages : 2741
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Sam 6 Fév - 17:30


Petra chérie, par Micheluzzi
24 x 30 cm, cartonné,Noir et blanc, 336 pages.


D'après l'éditeur, toujours Mosquito :
Citation :

Dans les années quatre-vingt, Micheluzzi invente une nouvelle héroïne belle, émouvante et dangereuse derrière sa fausse naïveté. Petra va traverser l'Europe en guerre des champs de bataille de Flandre à la Turquie au gré de ses amours et des vicissitudes historiques.
Cette extraordinaire série d'aventure de plus de 250 pages, au rythme endiablé et tempéré par l'humour très second degré de Micheluzzi ne connaitra en France qu'une brève et incomplète publication de 46 pages. Il nous parait indispensable de réaliser une intégrale de ce chef d'oeuvre de la bande dessinée.

Un monument de la bande dessinée dont seules furent publiées en France, il y a vingt ans, une quarantaine de pages. Petra de Karlowitz, une charmante franco-polonaise dure à cuire va traverser toute l'Europe bouleversée par la guerre de 14-18 en passant d'un homme à l'autre au service de la bonne cause. On reste sous le charme de cette Mata-Hari qui bondissant d'un avion à un sous-marin (...) Un chef d'oeuvre de la bande dessinée d'Aventure superbement raconté par un Micheluzzi très en verve et au sommet de son art.

Qui mieux que Micheluzzi lui-même se mettant en scène pour vous présenter la belle Petra ?



Mon avis :

Pour la première fois une intégrale de Petra en VF est sortie chez Mosquito : l'éditeur n'a pas eu froid aux yeux pour proposer une BD de plus 330 pages, un véritable mastodonte !
Il s'agissait au départ d'une suite d'histoires courtes (8 à 10 pages) qui paraissaient dans les périodiques et revue de BD italiennes dédiées aux fumetti, aux côtés de récits d'Hugo Pratt par exemple.
Voilà qui explique la longueur de l'oeuvre. Et son petit côté décousu parfois au niveau des scnenarii, avec certains manques.
Néanmoins, il serait dommage de rater les histoires de Petra.

Au début, Micheluzzi pensait faire un héros masculin, le Vicaire, avant qu'il ne se ravise sur les conseils de son son éditeur, car cela aurait trop proche d'un Corto Maltese. L'auteur crée donc Petra, et on ne peut concevoir la BD autrement tant le personnage central rayonne dans cette BD.
Je ne connais pas de personnage féminin plus intéressant qu'elle dans la BD. Le soin porté à création m'a rappelé certaines créations de Robert E.Howard qui semblaient avoir leur vie propre.

Petra est donc une riche aristocrate, une sorte de mata-hari et d'aventurière. Elle pilote on avion de chasse personnel en effectuant des raids incognito qui sèment la panique chez les pilotes Allemands, tout en jouant double-jeu. Nous sommes en 1917.
Petra est une femme forte et libre d'une étonnante modernité pour l'époque, qui désire agir et garder le contrôle de son destin. Elle est aussi libre de beaucoup de préjugés.

Sa coiffure à la Louise Brooks et sa beauté affolent les réunions mondaines où elle se rend pour donner le change.
L'appel de l'aventure, les horreurs de la guerre, les injustices, un goût du risque, tout cela contribue à ce que Petra agisse.
Elle traversera plusieurs pays d'Europe, dont l'Italie, le Bosphore, et bien d'autres ...
A ses côtés, c'est tout un monde d'aristocrates, de militaires, et d'aventuriers qui s'entrechoque sur l'échiquier politique d'une Europe en mutation.


A cause de quelques manques niveau scénarii dus au format de récit court, Petra Chérie est moins bien construite que Marcel Labrume, Sibérie, ou Meroz. Mais Petra Chérie offre une grande fresque de la BD d'aventure historique sur plus de 330 pages !
Une oeuvre à ne pas dévorer d'un coup, mais à savourer petit à petit.
L'auteur est comme d'habitude fort bien documenté et les aventures de Petra nous transportent dans d'autres contrées et époques.


Vers la moitié du livre, les récits s'enchaînent mieux, ils forment une suite davantage dans l'esprit d'une BD classique.
Et puis il y a la fin. Au bout de 330 pages, on se rend compte que Micheluzzi a créé un personnage fascinant, et qu'il doit arrêter quand même son récit, ce qui n'est pas évident après tout ce temps passé avec elle. Micheluzzi y réussit pour moi avec brio ou maestra, deux mots aux racines italiennes qui semblent avoir été inventés pour Petra. Quelle classe !
Aventurière, courageuse, libre-penseuse, elle traverse un monde en proie à la première guerre mondiale et à la folie meurtrière des hommes.





Comme souvent, vous pouvez lire le début sur la page de l'éditeur : http://www.editionsmosquito.com/ouvrage.php?id=113





_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)   Aujourd'hui à 22:51

Revenir en haut Aller en bas
 
ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ATTILIO MICHELUZZI (fumetti)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: Section BD-
Sauter vers: