AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 JONATHAN CARTLAND (western)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VIC



Masculin Messages : 2748
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: JONATHAN CARTLAND (western)   Ven 13 Nov - 15:47





JONATHAN CARTLAND

Jonathan Cartland est le héros éponyme d’une série de bande dessinée de western dessinée par Michel Blanc-Dumont et écrite par Laurence Harlé. Apparue en 1974 dans la revue Lucky Luke, elle a été publiée en dix volumes jusqu'en 1995. Derrière le géant indétrônable Blueberry, c'est un des « westerns contemporains les plus importants ».

Dans les deux premiers volumes, les auteurs ont du mal à se démarquer de leurs influences : l'histoire n'est qu'« un maigre succédané de Jeremiah Johnson » tandis que Blanc-Dumont reste très inspiré par le travail de Jean Giraud sur Blueberry. Il était venu au western notamment par sa passion pour les chevaux. Cependant, le dessinateur finit par trouver sa personnalité en affinant son trait.
Les scénarios de Harlé, qui se teignent de fantastique notamment à partir de La Rivière du vent, amènent le western franco-belge dans la direction encore inédite du "western gothique (...), avec ses cortèges de sortilèges, de pièges, d'angoisses". L'un des points forts de Harlé était ses connaissances étendues sur les tribus amérindiennes, un sujet qui la passionnait, et qui fait que Cartland est bien souvent amené à partager leur vie et leurs coutumes.



L'histoire se déroule pendant la conquête de l’Ouest américain et décrit les péripéties d’un trappeur empreint d’humanisme et proche des populations indiennes, qui l'ont surnommé « Cheveux jaunes ». Trappeur, justicier, tour à tour éclaireur, guide, bûcheron, interprête  …
Cartland se déplacera beaucoup dans tout l'ouest des États-Unis : de Saint Louis à San Francisco, de montagnes en déserts.
Contrairement à de nombreux autres héros de western des années 1970, c'est « un homme fragile, épris de justice », ami des indiens.
C’est un western proche de la nature et teinté par moment de fantastique décrivant la vie au XIXe siècle dans l’ouest sauvage.
Cartland n'est pas toujours héroïque, subissant parfois les évènements, parfois impuissant, allant même sombrer dans l'alcool au pire moment de sa vie.


Mon avis :

Personnellement, j'aime beaucoup cette série qui décolle vraiment à partir du tome 3 inclus. Elle montre des paysages de l'ouest superbes très bien servis par le dessin, une approche anthropologique du côté des indiens, une touche de fantastique parfois. Le rythme est bien plus lent qu'un Blueberry, avec une approche plus psychologique, qui fait qu'on a davantage tendance à prendre son temps en dégustant la série.

10 tomes à lire absolument dans l'ordre :

   Jonathan Cartland, 1975
   Dernier convoi pour l'Oregon, 1976
   Le Fantôme de Wah-Kee, 1977
   Le Trésor de la femme araignée, 1978
   La Rivière du vent, 1979
   Les Doigts du chaos, 1982
   Silver canyon, 1983
   Les Survivants de l'ombre, 1987. Alfred du meilleur album de l’année au 15e festival d’Angoulême.
   L’Enfant lumière, 1989
   Les Repères du diable, 1995



Laurence Harlé est décédée en 2005 des suites d'une "longue maladie".
En 1997, à la demande de Jean Giraud, Michel Blanc-Dumont rejoint la réalisation de la série La Jeunesse de Blueberry avec François Corteggiani au scénario.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5752
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: JONATHAN CARTLAND (western)   Ven 13 Nov - 16:56

J'ai crû lire Barbara Cartland, j'ai eu peur...
Je connais par le dessin, plutôt superbe en général, mais je n'en ai lu aucun (moi et les western...)
Mais au vu de ta critique, du personnage assez original et atypique, je pourrais bien changer d'avis...
Et puis, le western vu par une femme, ça m'intéresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC



Masculin Messages : 2748
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: JONATHAN CARTLAND (western)   Ven 13 Nov - 18:25

C'est un western assez bucolique -écologique même- et pro-indiens, même si ceux-ci n'apparaissent pas dans tous les tomes, et qu'il ne sont pas idéalisés non plus (ce qui est très bien). Sans aller jusqu'à dire que Cartland ressemble à Corto Maltese, il est vrai qu'il a une certaine nonchalance. Il a aussi cette faculté à ne pas juger les gens d'après leurs apparences, les bienséances ou les dogmes, qu'ils soient ceux de la culture blanche américaine, des préjugés de la haute société ou des rednecks, ou religieux. En cela Carltand est un héros certainement "libre" et pas moralisateur.

Par contre, autour de lui, c'est souvent un maelström chaotique, et il doit composer avec quelques fanatiques qui n'écoutent pas ses conseils. Le sommet de la série se situe avec le diptyque formé par La Rivière du vent et Les Doigts du chaos, et pour vous donner un aperçu des thèmes abordés dans ces titres :




En 1861, un riche comte allemand a loué les services de Jonathan pour une chasse au bison. Mais comme l'endroit lui plait, il compte en construire un château, pour sa fiancée, une jeune femme souffrant d'un mal étrange. Pour cela, il doit aménager un lac à la manière de Louis II de Bavière quitte à détourner la "rivière du vent" des Indiens. Ceux-ci ne sont évidemment pas contents ...

On aperçoit le château sur la couverture du tome suivant :



Voilà un exemple du décalage par rapport au western traditionnel, qui glisse vers le fantastique (améridien) avec une pointe de gothique...
Comme je l'ai dit, j'ai un petit faible pour cette série, et je ne suis pas très objectif, étant très réceptif aux dessins représentant la nature, et la culture amérindienne. Cela me plaît donc, mais ce ne sera pas le cas de tout le monde, car ce western est assez décalé et ne recherche pas l'hémoglobine ou les effets spéciaux.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ashimbabbar



Masculin Messages : 241
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: JONATHAN CARTLAND (western)   Sam 14 Nov - 15:56

Mon ojection principale concerne le "héros" de cette série insupportablement passif et mou… il me donne irrésistiblement envie de le flinguer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC



Masculin Messages : 2748
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: JONATHAN CARTLAND (western)   Sam 14 Nov - 16:53

Insupportablement passif et mou, je ne dirais pas cela. Déjà, faut le voir comme quelqu'un qui rechercherait plutôt à sa fondre dans le paysage. Il a vécu des traumatismes. Il a des ressources morales, mais pas moralisatrices : il ne cherche pas absolument à convaincre ou imposer ses vues, il est trop conscient de se battre contre des moulins à vents et des esprits fermés. Il me fait plus penser à un journaliste, un témoin des changements profonds qui bouleversent l'ouest, du choc de civilisation entre blancs et indiens. Enfin, il lui arrive d'être interventionniste quand même.
Justement, c'est le genre d'anti-héros que j'apprécie. Ce n'est pas une énième version du super-héros redresseur de tords qui impose ses vues. En ce sens, Cartland est bien plus crédible qu'un Blueberry dont les actes héroïques et les exploits sonnent comme de la fiction tant ils sont nombreux.
Tu touches là un équilibre délicat entre avoir un héros à qui il arrive des péripéties sans cesse (improbables vu le rythme pour tenir le lecteur en haleine), et un type plus ordinaire et vraisemblable, qui se trouverait mêlé malgré lui à des situations qui le dépassent parfois.
C'est clairement un parti pris de la scénariste. Il y a certains tomes où Cartland peut échouer sur certains objectifs. Et d'autres où il subsiste certaines interrogations : comme dans la vraie vie, le héros n'a pas forcément toutes les cartes en main. Il y a souvent un goût d'inachevé dans ses aventures, mais ça ressemble justement à la vraie vie.
Bref, j'apprécie Cartland car il montre une facette fort différente du Western à la Blueberry, que j'adore aussi.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JONATHAN CARTLAND (western)   Aujourd'hui à 21:27

Revenir en haut Aller en bas
 
JONATHAN CARTLAND (western)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Kit pour Jonathan(RIP, Kero's kingdom)
» présentation jonathan
» Souvenir et larme assuré (Jonathan)
» Jonathan Ellingsen (Serpentard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: Section BD-
Sauter vers: