AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cdang

avatar

Masculin Messages : 1042
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   Ven 30 Oct - 11:47

New York ne répond plus (The Ultimate Warrior), Robert Clouse, 1975


Synopsis

Les États-Unis se sont effondrés. Une pénurie d'essence et des épidémies ont décimé la population. Nous sommes en 2012, il reste des hordes de survivants qui s'affrontent pour la survie, et ont parfois recours au cannibalisme.

Nous sommes à New York. Un quartier est dominé par deux bandes :

  • une communauté pacifique, dirigée par le Baron (Max von Sydow), a colonisé un groupe d'immeubles et l'a transformé en forteresse ;  cette communauté survit grâce à un cultivateur, Cal (Richard Kelton), qui réussit à faire pousser des légumes sur les toits, légumes résistants aux épidémies passées ;
  • un gang violent, mené par Carrot (William Smith), a son Q.G. dans une ancienne prison, et n'hésite pas à tuer les survivants pour leur voler le peu qu'ils possèdent.

Un homme, Carson (Yul Brynner), arrive à New York et s'expose torse nu sur le toit d'un bus. Courtisé par les différents gangs qui reconnaissent en lui un combattant, il accepte d'intégrer la communauté du Baron car il a une réserve de cigares. Carson vient de Detroit, mais cherche à rejoindre de la famille qui vit sur une île en Caroline du Nord.

Le Baron est conscient que sa communauté est dans une situation précaire et que l'espace manque pour cultiver. Il confie alors à Carson un projet : amener sa propre fille enceinte, Melinda (Joanna Miles), Cal et un sachet de graines jusqu'à cette île de Caroline du Nord, afin que l'Humanité puisse recommencer à cultiver et à revivre. Le Baron lui précise que s'il a à choisir entre sa fille et les graines, qu'il sauve les graines…


1. New York et son symbole éternel, le World Trade Center. 2. Carson for hire. 3. Le Baron, Max von Sydow jeune. 4. Carrot vous fait ses amitiés.

Commentaires
Ce film n'est pas le premier post-apo — on peut en consulter une liste sur Wikipédia —, donc je ne sais pas exactement ce qu'il a emprunté et ce qu'il a donné au genre. Mais pour moi, c'est l'archétype du genre.

Le film s'intéresse avant tout aux relations humaines. La communauté pacifique ne tient que grâce au charisme du Baron et à la promesse des récoltes, mais n'est fondamentalement pas différente des cannibales des rues ou du gang de Carrot. La majeure partie du film se passe d'ailleurs dans la communauté.

Les combats sont rapides et mortels, je dirai même réalistes : une attaque, une esquive, une contre-attaque, fin. Pas de gros-plans gores, pas de ralentis, pas de duel interminable ni de course poursuite. On se bat au couteau, à l’arbalète, à la batte de baseball, à ce que l'on trouve. La dernière partie, la fuite dans le métro, est magistrale ; là encore, on est loin des standards actuels, les couloirs sont larges, les fuyards marchent (forcément, avec une femme enceinte de 8 mois), les pisteurs sont prudents.

Par rapport aux standards esthétique actuels, le film n'a pas vieilli. On peut juste lui reprocher d'être trop propre : les décors de ville en ruine sont très bien rendus, mais les vêtements sont neufs, propres et repassés, les cheveux sont peignés, les mentons sont rasés de frais, les moustaches sont taillées. Il y a quelques détails peu crédibles, comme par exemple la maman en quête de lait en poudre pour son enfant — on n'imagine même pas que dans de telles conditions précaires l'allaitement maternel ne soit pas de règle, mais c'était dans l'air du temps.

Un incontournable.


1. Bienvenue dans la communauté des cultivateurs. 2. Ya pas à dire, chez Carrot, on sait recevoir. 3. Faut pas rester là madame.


Dernière édition par cdang le Lun 2 Nov - 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2972
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   Ven 30 Oct - 18:27

Je l'ai acheté en duo avec Mondwest. Bon allez, je vais essayer de le voir ce soir ou demain pour donner mon point de vue, et surtout lire ton article ensuite (pour l'instant, je ne lis rien et préfère découvrir le film en complet néophyte).

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6162
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   Ven 30 Oct - 19:00

Je l'ai vu il y a longtemps (depuis quand raterais-je un film avec Yul Brunner ?) et ton sujet, cdang, rapelle une foule de souvenirs, parfois confus, parfois plus précis...

De manière générale, c'est un film qui tient la route et qui sent bon les années 1970. Après, le genre post-apocalyptique m'a toujours au pire gavé, au mieux laissé de marbre... C'est quand-même assez manichéen autant que je m'en souvienne, les gentils agriculteurs d'un côté et les méchants connards de l'autre, bien que tout ce petit monde se tape volontiers sur la gueule à la première occasion et que nos braves agriculteurs ne soient pas loin de changer de régime alimentaire si affinités...
Le coup de la femme enceinte de huit mois qui se tape tout ça, j'ai un peu de mal quand-même et le coup du lait en poudre m'avait interpellé aussi (excusez-moi, vous savez où se trouve le "Tout pour bébé" le plus proche ?). D'accord aussi sur une New York pas vraiment crade et où les services de la voirie semblent avoir été épargnés par la catastrophe...

Mais ça tient la route quand-même, c'est du bon film de série B je dirais, et Yul Brynner reste impérial, rien que de le voir torse nu sur le toit vous fait demander pourquoi vous êtes né...
Il faut voir le film dans son époque, comme ces bons vieux films catastrophe aux effets aujourd'hui désuets et dépassés ou même comme ces bons vieux péplums avec les colonnes qui rebondissent. C'était une autre époque, sans numérique, sans effets spéciaux sur fond bleu et nos parents savaient s'en contenter.
Moi j'aime bien, sans doute parce que j'ai grandi avec ce genre de cinéma. Après, je me demande comment un spectateur né avec internet et les effets d'aujourd'hui peut appréhender ce genre de film...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang

avatar

Masculin Messages : 1042
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   Lun 2 Nov - 15:23

Voyageur Solitaire a écrit:
Je l'ai vu il y a longtemps (depuis quand raterais-je un film avec Yul Brunner ?) et ton sujet, cdang, rapelle une foule de souvenirs, parfois confus, parfois plus précis...
Je n'avais moi-même que quels vagues souvenirs, 3-4 quelques images choc ; pour ne pas dévoiler de scène, je me contenterai de citer l'amoncellement de squelettes sur la grille du métro.

Voyageur Solitaire a écrit:
Yul Brynner reste impérial, rien que de le voir torse nu sur le toit vous fait demander pourquoi vous êtes né...
Laughing

Voyageur Solitaire a écrit:
sans effets spéciaux sur fond bleu
Je crois que maintenant le fond est vert ('fin c'est ce qu'on voit sur les making of…). Le fond bleu, c'était l'époque Jean-Christophe Averty Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1042
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   Mar 3 Nov - 11:25

Voyageur Solitaire a écrit:
le coup du lait en poudre m'avait interpellé aussi (excusez-moi, vous savez où se trouve le "Tout pour bébé" le plus proche ?).
En y repensant, ça a quand même le mérite d'utiliser les rumeurs et légendes urbaines comme moteur de l'intrigue. Ça connote un passage d'une société de savoir écrit et « validé » (même si la montée de la science n'a jamais supprimé les rumeurs et les croyances) à une société de savoir oral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2754
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   Lun 9 Nov - 0:55

Le film vaut avant tout par la présence, l'aura, le charisme et le magnétisme de Yul Brynner. Sans lui on aurait eu un tout autre film, et bien moins attractif. C'est le film typique post apo des 70's tel qu'on se l'imagine. Avec d'un coté une communauté d'apparence humanisée (mais pas si unie que ça d'ailleurs), et de l'autre la horde des méchants, froids et sanguinaires. On peut y voir un certain désenchantement de la nature humaine (voir le retournement de la communauté), mais aussi l'espoir de l'humanité avec la naissance du bébé. C'était bien dans l'air du temps à l'époque.

Après même si les combats sont plutôt crédibles, ce bon vieux Yul parait un peu trop invulnérable, et le film a mal vieilli sur certains aspects, notamment pour quelques dialogues de personnages secondaires. Sans oublier le coté un peu trop en effet propret des personnages.

Ca reste cependant un bon petit film de genre des 70's, avec un certain charme désuet, et l'ambiance si caractéristique qui va avec (notamment sa musique so 70's.).

A noter que l'acteur qui joue le rôle du chef du gang William Smith, joue le rôle du père de Conan dans le film Conan le barbare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2972
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   Lun 9 Nov - 9:38

Finalement je n'ai pas pu le voir et ma TV est inaccessible pour plusieurs semaines.
Je devrais donc pouvoir le voir finalement en décembre.
Pour voir la TV chez moi, faut réserver plusieurs semaines à l'avance !

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2972
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   Ven 13 Nov - 14:32

Vu finalement. Je m'attendais à pire, et j'ai donc été plutôt agréablement surpris. Notamment parce que ça y est, presque tous les thèmes du post apoc 80's sont présents : USA détruits après une catastrophe, problème de la survie, communautés, bandes rivales avec culte de la personnalité du chef psychopathe, agriculture, cannibalisme etc...
En cela il est bien plus post-apoc que le 1er Mad Max.
Je lui pardonne volontiers les petits manques -mais nombreux- que vous avez cités (ville pas assez sale, manque de rythme, etc...), et qui lui font rater l'excellence. Néanmoins, c'est un précurseur à voir pour les amateurs du genre, même si d'autres films sont passés avant : les Planète des Singes, Soleil Vert, et une poignée d'autres.

D'un autre côté, je trouve très bien d'avoir une femme enceinte dans ce type de film. En effet, il est non seulement question de survie de l'espèce humaine, mais aussi de montrer comment une naissance devient encore plus problématique sans suivi médical. D'ailleurs on fera le parallèle entre la femme enceinte et les graines à sauver.
J'ai apprécié également la fin du film. Pas la toute fin proprement dite, mais la violence du combat final, qui cassait un peu les codes de l'époque : ça a du bien choquer.

Yul Brynner n'avait pas été emballé par le scénar, mais le réalisateur le voulait absolument, très inspiré par les Sept Mercenaires. L'influence des western sur le post-apoc est d'ailleurs pour moi cruciale : monde de pionnier, retour à la vie sauvage, contexte hors-la-loi avec des bandes de desperados, dans un monde désertique de roc et de sable. Je commence à regretter que Sergio Leone ne nous ait pas gratifié d'un post apoc. Il y a eu un peu de ça dans Mondwest, quand même, avec le même Yul Brynner.

Le film a eu quelques conséquences aux USA. Tout d'abord, suite à sa diffusion, il y a eu une nette recrudescence d'armes blanches vendues. Clairement attribuées à un effet de mode calqué sur Carson (interprété par Yul). Surtout, un mouvement sectaire d'Armaggedonistes en a dérivé, avec des personnes s'entraînant à la survie en vue de la future apocalypse, ainsi qu'à la culture de fruits et légumes, sans oublier le maniement des armes.

Un dernier mot sur Carson for hire. Je me suis bien amusé en pensant que c'était le PNJ recrutable ultime d'un RPG en jeu vidéo. Le mec attend bien en évidence des jours sans bouger qu'on veuille bien lui adresser la parole pour l'engager, c'est énorme ! Very Happy

Content de l'avoir vu sur vos conseils...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)   

Revenir en haut Aller en bas
 
New York ne répond plus (Robert Clouse, 1975)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Robert McNamara, artisan de la mise au pas des peuples
» ROBERT MANUEL : NOUVELLES REVELATIONS
» New York Islanders
» benji, york de 14 ans (canisenior)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES IMAGES :: Films et séries Science Fiction-
Sauter vers: