AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DJANGO UNCHAINED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: DJANGO UNCHAINED   Ven 16 Jan - 16:29


Je n'aime pas les films de Tarantino.
Je n'aime pas les western.
J'aime énormément Django unchained.

Sorti en 2012 et récompensé de deux Oscars dont celui du meilleur scénario, voici un film atypique, inventif, bouillonnant, inattendu.
1858, Texas. Django est un esclave noir qui va échapper aux trafiquants grâce au docteur Schultz, qui voyage dans une roulotte de dentiste ambulant. Un docteur qui, une fois en ville, révèle à Django qu'il est en fait chasseur de primes et qu'il recherche les frères Brittle. Or, Django les connaît et il peut donc mener Scultz à ses proies, c'est pourquoi le "docteur" l'a délivré.
Les frères Brittle abattus, Scultz propose à Django, maintenant libre et qu'il a pris en sympathie, de s'associer avec lui. L'ancien esclave accepte dans le but de retrouver sa femme, vendue séparemment. C'est dans une riche plantation du Mississipi qu'il la retrouve, au service d'un maître riche et cruel qui organise des combats à mort entre ses esclaves les plus forts. Le reste est à voir par vous-même...

C'est du bon, du très bon. Tarantino s'attaque à un genre mythique qu'il dynamite joyeusement, avec une vitalité jubilatoire. Attention : ça ne veut pas dire que c'est un film comique, pas du tout. Mais on y retrouve la verve, l'insolence et l'énergie de Tarantino. Loin du western figé avec son inévitable saloon enfumé, ses duels au révolver et ses indiens, on plonge dans un western flamboyant et tumultueux, coloré et violent, de la moiteur du Vieux Sud aux grands espaces sauvages avec une floppée de personnages détonnants : le chasseur de primes avec sa roulotte de dentiste ambulant, le majordome noir fidèle serviteur de son maître et surtout ce dernier : Leonardo di Caprio, époustouflant en riche propriétaire blanc aussi cruel et pervers que ses manières sont affectées et suaves. Décors magnifiques, costumes soignés, réalisation nerveuse et efficace, personnages atypiques... Un régal.
La violence du film ? Polémique stérile. Elle n'est pas gratuite, elle reflète celle d'une époque et d'un monde où l'on ne faisait pas dans la dentelle derrière les colonnes de marbre blanc des grandes plantations. C'est du Tarantino, pas du Scarlet O'Hara... Et c'est également une ode vibrante à la liberté et à la dignité.
J'aime. Enormément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: DJANGO UNCHAINED   Sam 4 Avr - 17:06

Comme souvent avec Tarantino je suis partagé, autant j'ai adoré Pulp fiction, autant j'ai trouvé Inglourious basterds trop décalé pour un film de guerre. Grand amateur de western j'avais quelques réticences à regarder Django unchained.
Ce film était souvent glorifié et considéré par beaucoup comme le meilleur film tous styles confondus de ces 5 dernières années. Alors oui ce film est original, atypique, singulier, mais comme souvent avec Tarantino. Le casting est solide et je retiens avant tout les prestations de di Caprio, en méchant dur, vindicatif et cruel, et Samuel L Jackson en larbin vil de di Caprio. Et certains second rôles sont originaux, avec pas mal d'acteurs connus.
La violence présente ne me dérange pas, après tout c'est du cinéma de la fiction donc ça ne me pause aucun problème. Et puis en effet c'est une époque difficile, sauvage, ou la loi du plus fort prédominait le plus souvent.
Au niveau des bémols le trop gros décalage musical entre le monde du western et des morceaux raps m'a dérangé, ça ma fait décrocher du film à ces moments la. Tout comme certaines scènes un poil trop ironiques et comiques, comme celle du Klux klux clan. Certes c'était pour se moquer de ces radicaux racistes en les ridiculisant, mais je n'ai pas accroché, trop décalé.
Pour beaucoup c'est un chef d"oeuvre et un grand film mais je n'irais pas jusque la. J'ai apprécié globalement, et ça reste un bon film, mais je n'irais pas à le glorifier comme beaucoup. Néanmoins l'originalité est la et le film esthétiquement réussi vaut le coup d'oeil, mais comme souvent avec Tarantino tout le monde n'aimera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: DJANGO UNCHAINED   Sam 4 Avr - 19:06

Di Caprio est pour moi le véritable personnage de ce film, charismatique et révoltant en maître fortuné, vicieux et cruel sous ses manières affectées. Quand il est bien dirigé, il est vraiment bon. Autant dans Titanic ou le mauvais remake de Gatsby il me paraît insipide, autant là ou dans un film comme Les infiltrés, je le trouve très bon.

Django unchained dynamite les codes poussiéreux du western, Tarantino y injecte sa verve, son énergie, sa vitalité. C'est dynamique, violent, tumultueux... On y trouve la "touche" Tarantino. Après, on aime ou pas. Pulp Fiction m'a laissé indifférent de même que Inglorious Bastards, mais j'ai adoré Jackie Brown et donc Django.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: DJANGO UNCHAINED   Sam 4 Avr - 19:54

J'ai toujours trouvé que c'était Sergio Leone qui avait dépoussiéré le western tel qu'on l'imaginait avant les années 60. En gros le western à l'américaine. avec ses plans figés, son coté plus européen. Loin du tumulte et de la verve des westerns américains.
Tarantino à un peu repris dans sa réalisation certains codes de Leone, et il en apporté sa touche. Après parfois c'est un peu trop décalé, mais ça reste un bon film.

Mais le western n'est pas si stéréotypé qu'on le pense. Il y a une assez grande richesse dans ce style, loin du cliché avec que les méchants indiens. On y retrouve pas mal de thème et de genre. Avec notamment des westerns pro-indiens.

Django Unchained avant d'être un western révolutionnaire est un avant tout une oeuvre caractéristique de Tarantino. Le western violent existait bien avant, notamment avec la Horde sauvage de 1969, western crépusculaire et pessimiste par excellence.

Après je suis d'accord pour di Caprio quand il joue comme ça il est très bon, loin de certains de ses rôles niais. Avec Samuel L Jackson c'est l'acteur marquant du film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang



Masculin Messages : 882
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: DJANGO UNCHAINED   Mar 7 Avr - 13:18

Warlock a écrit:
J'ai toujours trouvé que c'était Sergio Leone qui avait dépoussiéré le western tel qu'on l'imaginait avant les années 60.[…]
Mais le western n'est pas si stéréotypé qu'on le pense. Il y a une assez grande richesse dans ce style, loin du cliché avec que les méchants indiens. On y retrouve pas mal de thème et de genre. Avec notamment des westerns pro-indiens.
Il y a beaucoup à dire sur le sujet.

Je crée un sujet sur les westerns, je pense que le genre mérite bien une discussion séparée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DJANGO UNCHAINED   Aujourd'hui à 13:29

Revenir en haut Aller en bas
 
DJANGO UNCHAINED
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LES LIVRES DE VISION :: Films et séries historiques-
Sauter vers: