AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE CYBERPUNK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6090
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LE CYBERPUNK   Mar 13 Jan - 19:14

Le cyberpunk est un genre bien spécifique de la Science Fiction et qui, d'une certaine manière, pourrait se rattacher à l'anticipation.

Il met souvent en scène un futur proche, avec une société technologiquement très avancée (notamment pour les technologies de l'information et la cybernétique). L'univers cyberpunk est empreint de violence, de pessimisme. Ses héros sont souvent mélancoliques et désabusés, cyniques même.
Le cyberpunk propose un futur proche, guère réjouissant : états totalitaires, grandes mégapoles déshumanisées, multinationales toutes puissantes, minorité de riches et puissants aux pleins pouvoirs, règne de l'électronique et de l'informatique...

Dans ce monde où le complot est partout, où tout le monde est observé, le héros est l'exception, à la recherche de liberté, celui qui refuse le système imposé par le pouvoir en place. On y trouve également un goût prononcé pour une fusion entre l'humain et la machine, avec des héros ou personnages aux capacités souvent améliorées artificiellement.

Pour le Cyberpunk, on en parle donc ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Jeu 15 Jan - 14:44

Le terme a été inventé il me semble pour les romans de William Gibson, la Trilogie de la cité tentaculaire : Neuromancien (1984), Comte Zéro (1986) et Mona Lisa s'éclate (1988). Mais il puise ses racines dans des œuvres plus anciennes : Philip K. Dick évidemment (je pense en particulier à Ubik, 1966), mais aussi Tous à Zanzibar de John Brunner (1968).

Pour moi ('fin j'ai pas inventé, j'ai lu, mais je ne sais plus où), le cyberpunk est principalement l'association de quatre éléments :

  • une société destructurée, la fin des États-nations au profit des entreprises, les corporations ; l'entreprise fournit à ses salariés ce qui relève chez nous des services publics (santé, éducation, sécurité), et elles se livrent entre elles de véritables guerres (avec actions armées) ;
  • du point de vue géographique, on est dans une mégalopole, avec des arcologies — des bâtiments formant des écosystèmes fermés, où l'on peut vivre sans apport extérieur (recyclage de l'eau, de l'air, des déchets, production de chaleur, de nourriture) — et des conapts — minuscules appartements d'habitation dans des grattes-ciel ;
  • des humains « améliorés », par des drogues ou des implants, des prothèses (mais sans le côté positif du transhumanisme) ;
  • la matrice, un réseau informatique mondial sur lequel on peut connecter directement son cerveau, et par extension, la vie mentale fictive distincte de la vie réelle ; notez que le concept est né avant l'invention d'Internet…

Ce sont des univers sombres, violents et désespérés, où le progrès entraîne une perte d'humanité. Avec un tel contenu, le cyberpunk est bien évidemment propice à la critique de l'évolution sociale et technologique ; d'ailleurs, dans quelle mesure ne s'agit-il pas plus de sociale-fiction et de politique-fiction dystopique (car les univers sont en général déprimants) que de science-fiction à proprement parler ?

De nombreuses œuvres ne reprennent que certains de ces éléments ; sont-elle du cyberpunk ?

Pour en finir avec les romans, j'aimerai citer le cycle de Cat de Joan D. Vinge : Psion ou Cat (1982), Cat le Psion (1988), Pluie de rêves (1996). L'histoire d'un jeune télépathe élevé dans les rues des bas-fonds, qui se retrouve tiraillé entre les corpos qui veulent l'utiliser, et la communauté des psions, pourchassés, et dont certains rêvent de prendre le pouvoir. Les différences de traduction entre les tomes met en souffrance la cohérence de l’œuvre, mais c'est au cyberpunk ce que Terremer est à la fantasy : un héros à la fois faible et fort, pas du tout omnipotent, une description intimiste des pouvoirs.

Le premier film du genre est sans doute Blade Runner (Ridley Scott, 1982), d'après le roman de Dick Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (1968), mais il n'a pas la matrice. D'ailleurs, de nombreux films penchant vers le cyberpunk sont des adaptations de Dick ; les nouvelles n'ont à l'origine pas la teinte cyberpunk, mais le deviennent avec l'intervention de la technologie (plus visuel et consensuel à mettre en scène dans un film grand public que les drogues…), comme par exemple Minority Report (Steven Spielberg, 2002) ou Paycheck (John Woo, 2003).

Robocop (Paul Verhoeven, 1987) pourrait être un film pré-cyberpunk : le premier cyborg dans un univers urbain violent pourrait augurer un futur cyberpunk. Peut-on remonter jusqu'à Metropolis (Fritz Lang, 1927), qui présente une ville tentaculaire où la classe ouvrière est soumise, et qui fait intervenir un robot prenant la place d'un humain ?

Parmi les ovnis du genre, citons

  • New Rose Hotel dAbel Ferrara (1998) ; ceux qui connaissent Ferrara se doutent que le thème cyberpunk est au fond un prétexte, on a là de la SF minimaliste (sans effet spécial), tourné avec un gros grain (l'image ressemble à de la vidéo de mauvaise qualité), ça tient plus de l'exercice de style sur le film cerveau (selon le critique Frédéric Bonnaud), les images arrivant dans le désordre, au fil des pensées et des souvenirs du personnage (au spectateur de remettre de l'ordre) ;
  • eXistenz de David Cronenberg (1999), avec un jeu sur les niveaux de réalité, mais aussi sur les stéréotypes des jeux vidéo (il est amusant, à la deuxième visualisation, de repérer les bugs de la réalité), et sur l'opposition technologie/biologie (notamment le port de connexion en forme d'anus, et le pistolet en os de poulet) ;
  • Avalon de Mamoru Oshii (2001), film japonais mais tourné en Pologne et en polonais, principalement en noir et blanc ; une joueuse de jeu de guerre immersif part à la recherche d'un de ses compagnon qui se serait perdu dans le jeu (avec une bande sonore à mourir de Kenji Kawai).


Le domaine est également un terrain de prédilection du jeu de rôle : Cyberpunk de R. Talsorian Games (1988), CyberSpace (Iron Crown Enterprise, 1989), Shadowrun (FASA, 1989) qui mêle cyberpunk et fantasy, GURPS Cyberpunk (Steve Jackson Games, 1990), Cyber Age : 30 minutes dans le future (système SimulacreS de Pierre Rosenthal, 1990).

 

Bon, allez, de mauvais cœur, je sens bien qu'on va être obligé de parler de la trilogie Matrix des frères Wachovsky (avant que Larry ne devienne Lana et que Andrew ne devienne Lilly). Mais je laisse ça à d'autres : si les films ont de réelles qualités visuelles, et scénaristiques d'ailleurs, en revanche, le déferlement d'éloges qu'ils ont reçu est euh, bon, enfin bref, ils ont assemblé plein de choses intéressantes mais n'ont pas vraiment inventé quoi que ce soit (ce qui n'empêche que je prend plaisir à les regarder).

Côté manga et anime, je mentionne Ghost in the Shell, manga de Masamune Shirow (1989-1991), films de Mamoru Oshii (Ghost in the Shell, 1995, et Ghost in the Shell 2 : Innocence, 2004), également avec une bande son à mourir de Kenji Kawai. Il existe des séries dérivées (Stand Alone Complex) et vidéo (OAV), mais je ne les connais pas.

En BD française, j'y mettrai bien Megalex (sc. Alejandro Jodorowski, dess. Fred Beltran, 1999-2008).


En BD étatsunienne/comics, je ne sais pas, je ne connais pas assez bien. Judge Dredd (John Wagner et Carlos Ezquerra, 1977-) me semble coller pas mal par le côté mégalopole (Megacity One) et dystopie violente, mais on n'a pas les humains améliorés (les juges ont juste tous les droits et du matos), ni prévalence des entreprises (l'État tyrannique est au contraire hégémonique), ni matrice.

Et puis, on ne peut pas parler d'ambiance urbaine sombre et violente sans parler de Batman. Ce n'est évidemment pas du cyberpunk. Je ne connais pas les BD originales, mais dans les films de Tim Burton — Batman (1989) et Batman, le défi (Batman Forever) (1992) —, on a clairement la main-mise d'une entreprise sur les affaires publiques (mais on est plus dans la critique politique que dans l'anticipation).


Dernière édition par cdang le Mar 26 Avr - 13:21, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Jeu 15 Jan - 19:19

Merci beaucoup CDang pour cet article. Cela me permet d'y voir plus clair car j'ai fait à peu près l'impasse sur le genre Cyberpunk jusqu'ici. Le thème ne m'a jamais particulièrement attiré. Et comme je désirais lire la SF dans l'ordre, (projet ambitieux quand on connaît le très grand nombre de bouquins de SF écrits avant les 80's), j'ai rarement lu de la SF écrite après 1980.

Je connais donc très mal le genre Cyberpunk. Dans mes représentations, l'une des composantes du genre c'est une esthétique. Pour moi, celle de Blade Runner. C'est mon film culte dans lequel j'aime me plonger de manière quasi hypnotique, bien que je le connaisse par coeur. Moi qui ne regarde quasiment jamais un film 2 fois dans ma vie, je fais une exception pour celui-là.
Une autre composante est l'informatique, comme tu l'as dis, avec une matrice façon internet améliorée, et de la réalité virtuelle.
3è composante, dystopie : futur sombre à la 1984. Complots en tout genre, mélanges en eaux troubles entre firmes, politiques, médias (Bug Jack Baron et l'Eternité était précurseur, Planète à Gogos aussi).

K.Dick aussi décrivait des univers futuristes sombres, et se penchait sur la réalité virtuelle, mais il n'utilisait pas l'informatique : lui c'était les drogues, les E.T., ou l'esprit humain qui étaient à l'origine des réalités virtuelles (ou autre chose dans Ubik mais je ne vais pas le spoiler ici).

Je n'avais pas pensé aux améliorations génétiques ou cybernétiques, mais c'est effectivement l'une des autres facettes du cyberpunk. Ce qui me fait penser au film Bienvenue à Gattaca, qui est l'un des films de SF qui trouve grâce à mes yeux, alors qu'il y en n'a pas des masses qui me plaisent.

Pour les JDRs, mangas, et BD sur le sujet, je ne les connais pas...



_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Ven 16 Jan - 15:48

Gattaca est un excelllllent film, mais on est plus sur de l'eugénisme, pas tellement sur de l'humain amélioré. D'un point de vue esthétique, on est dans du rétrofuturisme, costards années 1950, y compris pour les cosmonautes. Je ne l'aurai pas mis dans le cyberpunk.

En y repensant, je me disais que le cyberpunk a un côté très film noir, dans le sens détective mêlé à une intrigue touffue à laquelle on ne comprend parfois rien à la fin, avec des personnages très ambigus jouant souvent un double jeu, et souvent pessimiste.

Tiens, un autre ovni qui me passe par la tête : Level Five de Chris Marker : une femme vient de perdre son compagnon, mais croit le voir sur Internet. Un peu comme pour le Ferrara, le cyberpunk est un prétexte, on est dans du minimaliste, le film tient plus du documentaire sur la bataille d'Okinawa — très intéressant par ailleurs — et de l'exercice de style — faire un film intégralement en capture d'écran.



Décidément, le cyberpunk est propice au cinéma expérimental Laughing

VIC a écrit:
Le thème ne m'a jamais particulièrement attiré. Et comme je désirais lire la SF dans l'ordre, (projet ambitieux quand on connaît le très grand nombre de bouquins de SF écrits avant les 80's), j'ai rarement lu de la SF écrite après 1980.

Sinon, si tu veux respecter la chrono, je t'invite vivement à lire, si tu ne le connais pas déjà, Tous à Zanzibar de John Brunner.


Dernière édition par cdang le Lun 19 Jan - 11:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6090
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Ven 16 Jan - 16:01

Comme pour Vic, c'est l'esthétique qui me vient à l'esprit pour le Cyberpunk. Sinon, je n'ai rien lu du genre et au niveau film, ça reste Blade runner, pas mieux.
C'est vraiment pas le genre qui m'attire, à part pour une certaine esthétique justement. Et aussi pour le côté rebelle du héros, souvent en opposition au monde, à la culture de masse qui l'entoure, affirmant son individualité dans un monde qui impose sa norme, son modèle.
Mais ça va pas plus loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2074
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 43
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Ven 16 Jan - 16:26

Ghost in the Shell à été censuré quand le manga a été traduit par Glénat. Une scène ou l’héroïne s'adonne aux joies du sexe avec une autre demoiselle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Ven 16 Jan - 16:34

Voyageur Solitaire a écrit:
Sinon, je n'ai rien lu du genre

Franchement, en cyberpunk post-Dickien, je n'ai lu que les deux trilogies présentées : William Gibson et Joan D. Vinge. Et j'ai vraiment été emballé par les deux.

Ces cycles sont très différents. Pour Gibson, on est dans le cyberpunk pur et dur. Les intrigues sont intéressantes, les personnages ont beau posséder des améliorations, ils sont face à des corpos ayant des moyens pharaoniques, et de toute façon la société est pourrie. Un des héros se retrouve en état de mort cérébrale, une héroïne est une ancienne prostituée qui utilisait un implant pour ne pas se souvenir des passes. On est entre David et Goliath et le combat désespéré. Le plus proche de Dick est sans doute Comte Zéro.

Vinge signe elle une œuvre plus intimiste. On suit ce pauvre garçon, un Oliver Twist qui se retrouve presque dans My Fair Lady (imaginez un SDF qu'on amène à l'ONU parce qu'il peut lire dans les esprits), est victime de racisme en raison de ses origines métis extraterrestres et de ses pouvoirs qui effraient, et qui est face à des familles hégémoniques écrasantes. La télépathie est décrite comme un voyage le long des neurones, on s'y croirait presque. On voit apparaître la matrice uniquement dans le 3e tome, évolution technologique dans le monde réel depuis le 1er tome oblige…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_de_Cat

Albatur a écrit:
Ghost in the Shell à été censuré quand le manga a été traduit par Glénat. Une scène ou l’héroïne s'adonne aux joies du sexe avec une autre demoiselle...

Pfff. En plus, connaissant la lisibilité des dessins de Shirow, on ne doit même pas voir grand chose…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2716
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Ven 16 Jan - 22:27

Pour le cyberpunk je pense tout de suite à William Gibson ainsi qu'à Blade runner. Neuromancien je l'ai lu en anglais il y a quelques années, une oeuvre assez marquante qui est fondatrice du mouvement cyberpunk. L'univers cyberpunk est sombre, pessimiste, les héros névrosés, désabusés. L'ambiance y est lourde, proche du film noir, avec une esthétique particulière. C'est rempli d'anti-héros, des villes et des hommes déshumanisés.
Un univers pas vraiment facilement accessible et qui je pense rebute un trop large public, du moins en littérature. Ce qui est bien dommage, le cyberpunk c'est bien souvent ce qu'on aura dans un futur plus ou moins proche. On est pas dans un grand délire de science fiction, mais bien souvent dans des idées plus ou moins plausibles. Mais c'est un mouvement qui a beaucoup perdu avec la récupération hollywoodienne dans les années 90.


Dernière édition par Warlock le Lun 19 Jan - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Lun 19 Jan - 11:10

Je crois qu'on est sur la même longueur d'onde, Warlock ^_^

Sinon, en BD étatsunienne/comics, quand même si, il faut citer Ronin de Frank Miller (DC Comics pour la VO, 1983-1984). Au départ, on a un samouraï qui se réveille dans une zone de non-droit et ultrapolluée d'une ville futuriste, par rapport à l'ère Edo, ça lui fait tout bizarre. Et son attitude pour le moins étrange attire l'attention des zonards comme des forces de sécurité de la ville « haute ». Je ne peux pas en dire trop pour ne pas dévoiler l'intrigue des 6 tomes, mais il suffit je pense de dire que c'est du Frank Miller…


Toujours en BD, il me vient la série Sha de Pat Mills au scénar' et Olivier Ledroit aux pinceaux (1996-1998, éd. Soleil). Une sorcière passe sur le bûcher au Moyen-Âge, et se réincarne dans un futur cyberpunk. Petit problème : ses tortionnaire eux aussi se sont réincarnés, et sont en fait au service de démons qui tiennent les rênes de multinationales. C'est bien comme du Mills, et beau comme du Ledroit.


En film, on peut dire un mot de Freejack (Geoff Murphy, 1992), d'après la nouvelle Immortality de Robert Sheckley (pas lu). Le thème : un homme est enlevé en 1992 et projeté en 2009 (un future proche au moment du tournage ^_^), pour servir de réservoir d'organes pour un riche industriel, tous les humains étant malades à cause de la pollution.  Bon, le film pèche sur certains points — la possibilité de voyager dans le temps ouvre beaucoup de perspectives mais ici ça se cantonne à faire un rapt, c'est un peu le marteau-pilon pour écraser la mouche —, c'est surtout une chasse à l'homme dans les bas-fonds d'une ville, mais ça permet de voir Mick Jagger jouer les méchants et d'entendre du Scorpions en générique final ;-) On passe un moment agréable, mais pas inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Mar 20 Jan - 13:12

Après réflexion, je me dis que je me suis un peu emballé avec Minority Report et Paycheck : on n'y voit au fond aucun des éléments constituant le cyberpunk (pas d'humain amélioré, pas de matrice, pas de destructuration de l'État-nation, la ville n'est pas si glauque).

Par contre, j'ai carrément zappé un fondamental : Tron de Steven Lisberger (1982). Un programmeur de jeux vidéo s'est fait spolier ses programmes par un collègue indélicat. Alors qu'il essaie de pirater le système informatique de son entreprise pour trouver les preuves, un des programmes, le Maître-contrôle principal (MCP), déclenche un laser qui l'aspire à l'intérieur du système.

La partie se déroulant dans le monde réel a le charme désuet des années 1980 (rhâ, ces coupes de cheveux !). Par contre, la partie dans l'ordinateur n'a pas trop mal vieilli : l'esthétique sobre et lissée de l'environnement et des véhicules se prête bien au thème. La musique électronique limite expérimentale se marie bien au rythme général ; rien à voir avec un film d'action d'aujourd'hui.

Bref, ce film figure sans doute la première représentation de la matrice, et c'est àmha une grande réussite, même si le film a parfois un côté cul-cul-la-praline (Walt Disney oblige).

Le film a eu une suite, Tron: Legacy (Joseph Kosinski, 2010), mais je ne l'ai pas vue.


Dernière édition par cdang le Mar 7 Avr - 15:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Mar 20 Jan - 18:51

Je me le regarderai bien à nouveau, ce Tron... Pas vu le Legacy, mais j'ai écouté sa BO par Daft Punk, avec 2 ou 3 bons titres de mémoire. Là aussi, ça mériterait une nouvelle écoute.

Un autre film que je vais revoir bientôt, ce sera l'occasion d'une revue : Soleil Vert. Un classique.
Quand je l'avais vu à l'époque, le cyberpunk n'existait pas. Je vais donc pouvoir le regarder d'un autre œil.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Mer 21 Jan - 10:13

Soleil vert est une excellente dystopie, qui porte toutes les peurs de l'époque — pollution, famine, État policier (ou comment mater une manif avec des pelleteuses…), femme objet —, et qui sont d'ailleurs encore d'actualité. Maintenant, il manque quand même la dimension technologique pour l'inclure dans le cyberpunk àmha. Dans le même genre (film dystopique des années 1970 sans technologie), il y a aussi le Rollerball de  Norman Jewison (avec James Caan).


Dernière édition par cdang le Mer 21 Jan - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6090
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Mer 21 Jan - 10:19

Soleil vert m'avait laissé une désagréable impression à l'époque : j'étais jeune, naïf comme on l'est à 20 ans et le film m'apparaissait trop noir, trop pessimiste.

Tron, le premier, était assez révolutionnaire pour l'époque avec une esthétique, un visuel, vraiment différents. J'ai pas accroché, mais c'est indiscutablement un OVNI dans la production de l'époque. J'ai vu la suite également et j'ai détesté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Mer 21 Jan - 11:26

cdang a écrit:
Soleil vert..., il y a aussi le Rollerball de  Norman Jewison (avec James Caan).
Amusant que tu le cites celui-là : je le possède alors que j'ai très peu de dvd en fait, moins d'une dizaine pour les films.
Comme la liste est courte et qu'elle doit bien me représenter quelque part, et que la plupart sont en relation avec la SF, les voici :
- Blade Runner, l'édition totale collector
- Bienvenue à Gattaca
- Rollerball
- Soleil Vert
- Runaway : L'Évadé du futur (avec Tom Selleck)
- À Tombeau Ouvert, de Scorcese
- Minority Report
- Monty Python : intégrale des films et du Flying Circus
- La Trilogie Mad Max : je viens juste de l'acheter d'occasion chez un soldeur.

Sinon, on a eu très le bon goût de m'offrir Les Sept Samouraïs.
Petit bilan et tentative d'interprétation de mes goûts en fonction de la liste :
il se pourrait que j'aime certains films de SF, il se pourrait...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2716
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Mer 21 Jan - 19:46

L'esthétisme de Tron était révolutionnaire à l'époque, marquant les esprits. J'ai pu voir ce film bien après à l'âge adulte et ça reste toujours un film original sortant de l'ordinaire. Mais qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui est plus que culte aux USA. La suite ?   On oublie une horreur...

Soleil vert est un film particulier, très sombre et pessimiste. Après je le mettrai peut être plus dans l'anticipation que dans le cyberpunk, à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Ven 27 Fév - 17:55

En film : ajout de Elysium (Neil Blomkamp, 2013), critiqué ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Ven 18 Mar - 13:46

Player One (Ready Player One), Ernest Cline (2011)

[Édition du 21/04/2016 à 11h] Texte transféré dans le sujet dédié Player One (Ernest Cline, 2011). [/Édition]

J'en profite pour coller la réponse de Gwénaël Bouquin (un créateur de jeux), qui fait un petit état de la production cyberpunk récente :
Gwénaël Bouquin a écrit:
Après, en cyberpunk y a vraiment pas grand chose de bon depuis des années j'ai l'impression… Le dernier truc qui a éveillé mon intérêt, ça doit être Plasma de Jon Williams [1]. Un univers plein de possibilités mais sous-exploité, sauvé par une écriture qui m'avait laissé un bon souvenir. Mais rien de transcendant non plus…

À la limite, on probablement peut être classer la très bonne série des Greg Mandel [2] ou le Black Man de Morgan [3] dans cette catégorie cyberpunk, mais c'est vraiment aux limites du genre.

[1] Walter Jon Williams, 1995
[2] Peter F. Hamilton, 1993-1995
[3] Richard Morgan, 2007


Dernière édition par cdang le Ven 22 Avr - 15:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1037
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   Ven 25 Mar - 13:25

Un court-métrage sympa et très bien fait, qui pourrait s'apparenter à du cyberpunk : dystopie futur proche, humains améliorés (mutants), société régulées par des forces robotisées, personnages à la lisière de la société :
Code 8 (Jeff Chan, 2016)
http://www.journaldugeek.com/2016/03/24/code-8-sf-stephenet-robbie-amell-arrow-the-flash/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE CYBERPUNK   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE CYBERPUNK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cyberpunk le jeu vidéo
» DANIEL DOCIU
» LE CYBERPUNK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La bibliothèque Science Fiction :: La SF et ses sous-genre-
Sauter vers: