AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6246
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mar 13 Jan - 18:35

A la base, la Fantasy est souvent traduite par la notion de "merveilleux", dans le sens poétique, voire onirique du terme. Un monde de magie, de poésie et d'extraordinaire, de féérique et de merveilleux.
Ici, les barbares aux mains rouges de sang et les créatures monstrueuses laissent la place à des univers plus féériques : forêts enchantées, palais de cristal flottant sur les nuées, cités fabuleuses et décors de rêve, créatures incroyables... Loin de l'univers de la Dark Fantasy, voici un monde fait pour rêver, s'évader vers un ailleurs fantastique et onirique, enchanteur.

Merritt, qui savait pourtant être sombre à l'occasion, est l'un des chantres de ce genre où l'héroisme se teinte fortement de merveilleux et de poétique, tout en restant épique et haletant. On le surnommait "l'archéologue du merveilleux" et certaines de ses histoires sont imprégnées d'une magie indiscutable comme La femme du bois ou Trois lignes de vieux français.

Alors, la Fantasy "merveilleuse", une version édulcorée ? On en parle ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mar 13 Jan - 18:50

La Fantasy évoque pour moi les elfes, les fées, les sidhes et tout le petit peuple des collines.

A ce niveau-là, la mythologie celtique, notamment celle d'Irlande et des îles Britanniques, est représentative de ce genre.

D'ailleurs, quand il m'arrive de relire mon vieux livre de légendes que j'avais ramené d'un de mes voyages en Irlande, je me mets toujours cette chanson (Fairy Night Song) en fond musical :


Et là, je pars ailleurs... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mar 13 Jan - 18:58

Dans le genre Fantasy, voici une petite histoire que j'avais écrite en 2004. Smile

NYDOR, L'ELFE SOLITAIRE
la légende d'un proscrit


Il y a bien longtemps, vivait un Elfe solitaire du nom de Nydor.
C'était un proscrit, un exilé. Un reclu des Elfes. C'est une histoire assez sombre en fait.
Un jour que Nydor était dans la foret et qu'il chassait avec ses compagnons, ils croiserent une compagnie d'humains. Parmi eux il y avait une jeune princesse éclatante comme le jour. Comme les humains étaient aux prises avec des Orcs, aussi les elfes les aiderent a vaincre ces brigands. Et Nydor secouru plus particulierement la jeune fille. Et Nydor tomba amoureux.
Un seul regard suffit à faire chavirer son coeur. " Quel est ton nom ? " demanda Nydor.
" Je suis Nahalia, princesse et voici mon pere, le Roi Borguld ".
Nydor se présenta et les humains furent invités chez les Elfes pour partager le repas.
Et pendant tout le repas, Nydor n'avait d'yeux que pour la jeune princesse. Et Nahalia n'avait d'yeux que pour Nydor.
Mais hélas, Nahalia était deja promise.
Leur amour semblait impossible.
Et Nahalia repartit pour son chateau afin de se preparer pour son prochain mariage avec son prétendant. Et Nydor crut mourir.
Il ne s'alimentait plus. Ne sortait plus.
Il passait ses journées dans la foret a attendre sa promise.
Et les années passerent. Nydor ne revint plus jamais a la tribu.
La princesse eut des enfants et les enfants eurent a nouveau des enfants.
Un jour l'un d'eux se promenait dans la foret lorsqu'il tomba sur un vieillard assis sur une branche.
Le vieillard se présenta et demanda " qui es tu ? "
" Je suis Flingon, fils de Nahalia "
A ces mots, le vieillard se sentit fou de joie et se presenta " je suis Nydor "
Et il raconta comment il avait sauvé sa mere, comment il etait tombé amoureux d'elle mais hela comment il en avait été séparé.
ET le jeune garcon en eut pitié et lui dit que Nahalia malheureusement etait deja morte depuis des années.
Nydor devint bleme.
Il gémit, s'arracha les cheveux.
Et le jeune homme le laissa a sa peine.
Et depuis, ce jour, Nydor gémit dans le vent, le soir à la pleine lune. Compagnons, si un jour vous passez dans les forets le soir et que vous entendez des plaintes, pensez a la souffrance de Nydor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6246
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mar 13 Jan - 19:34

J'ai une attitude assez paradoxale vis à vis de la Fantasy au sens merveilleux...

D'un côté, j'aime ce côté poétique, ces décors oniriques, ces mondes chatoyants. Je pense aux oeuvres de l'illustrateur Vincent Segrelles (Voir sujet consacré dans L'Atelier) avec ses palais des 1001 nuits illuminés émergeant des eaux ou surtout Edmond Dulac (Voir sujet également) avec ses toiles merveilleuses, si incitatives au rêve, à l'évasion vers des mondes enchanteurs. La mythologie celtique et nordique est très riche de rêve et d'onirisme également.

D'un autre côté, le problème de ce genre, c'est qu'on peut vite tomber dans le gentillet (Au mieux) ou dans le niais, le gnan-gnan (Au pire). Non, j'ai pas dit Tolkien...
Les elfes, les sylves et nymphes, d'accord. Les Hobbits, la gentille fée et les petits lutins, non. Les contes de fées m'ont toujours gavé... Pour moi, l'épique doit rester dominant, il doit demeurer à travers ces visions oniriques un élan épique et sombre, une intensité dramatique.

J'en reviens donc à Merritt et aux oeuvres citées dans mon introduction : dans la fureur de la guerre et des tranchées de Trois lignes de vieux Français, Merritt nous offre un moment fabuleux, tragique et merveilleux, l'amour par delà le temps et l'espace. La femme du bois est profondément enchanteur et troublant, mais d'une manière sombre et insidieuse et la fin sera sanglante.

Entre merveilleux et épique, pour moi, c'est toujours l'épique qui fait la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mar 13 Jan - 20:14

Voyageur Solitaire a écrit:

Les elfes, les sylves et nymphes, d'accord.

J'aime bien les elfes aussi. Même si cela fait "élitiste". Mais c'est vrai que l'on ne peut être qu'être ébloui par leur civilisation supérieure et leur raffinement.

C'est peut-être un cliché mais quand je pense aux elfes, j'ai une image de pureté qui se dessine sous mes yeux. Je vois des êtres nimbés de lumière, habitant des endroits inaccessibles, à l'abri des humains et des autres créatures jugées plus viles. L'elfe maîtrise son langage, soigne son apparence, son maintien, il s'élève par son esprit et ses connaissances.

L'elfe, c'est un peu l'intellectuel de la Fantasy.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6246
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mar 13 Jan - 21:00

J'aime les elfes pour leur rapport à la nature, leur lien avec la forêt, leur environnement. Après, ça dépend des auteurs... Tolkien en a mis une sacrée louche avec eux : sages, beaux, avisés, immortels... Chiants quoi. Le côté manucuré et brushing impeccable de la Fantasy je dirais plutôt. J'apprécie plus les récits où les elfes sont discrets, mystérieux, comme une présence furtive qui nous accompagne au coeur de la forêt. Je les vois plus primitifs, habitant plus volontiers un village perché dans les arbres géants comme dans La porte des mondes, bouquin de L'oeil Noir, que dans la Fondcombe Art Nouveau et sophistiquée du Seigneur des Anneaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mar 13 Jan - 21:22

Voyageur Solitaire a écrit:
Tolkien en a mis une sacrée louche avec eux : sages, beaux, avisés, immortels...

Tolkien était professeur de littérature anglo-saxonne à l'université d'Oxford. Il puisait son inspiration dans les grandes sagas nordiques et la mythologie celtique. C'est normal qu'il soit très classique, au fond, voire presque académique.
Après, je reconnais que ses elfes sont parfois hautains et ne se prennent pas pour de la crotte, pour rester poli.

Sinon, ta vision des elfes des bois est pas mal aussi. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1227
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mar 13 Jan - 23:06

Voyageur solitaire a écrit:
Tolkien en a mis une sacrée louche avec eux : sages, beaux, avisés, immortels... Chiants quoi. Le côté manucuré et brushing impeccable de la Fantasy je dirais plutôt. J'apprécie plus les récits où les elfes sont discrets, mystérieux, comme une présence furtive qui nous accompagne au coeur de la forêt.

Je sais que je suis un peu le seul à être "pro-Tolkien" et en règle générale, je dis trop rien parce que si je voulais vraiment dire quelque chose, il faudrait que je fasse un de mes longs articles et franchement, j'ai pas le temps.
N'empêche, si je n'ai bien évidemment aucune raison pour m'opposer à « l'ennui, le raz-l'bol, la nausée » provoqués par l'évocation d'un elfe, j'ai parfois le sentiment de lire des avis ou des opinions générées par de mauvaises raisons.
Une question bête : qui a lu le Silmarillion, les Contes Perdus, les Lais du Bélériand ? Je dirais même, à quand remonte votre dernière lecture du SdA et de cette fameuse vision des elfes ?

Parce que les elfes de Tolkien, ce n'est pas et n'a jamais été cela. Il y a en fait la plupart du temps une confusion entre la source d'un imaginaire (et ici, la source, c'est Tolkien) et ce que cet imaginaire a construit (pour faire simple, les elfes à la AD&D et une références plus ancienne mais justement aux antipodes de Tolkien où les elfes étaient minuscules, mignons et combattaient à dos de scarabées).
Les elfes de Tolkien sont tragiques. Ils mènent une lutte qu'ils vont perdre contre Morgoth. Ils sont durs, impitoyables, hautains, passionnés. Ils ne sont pas sages. Seuls quelques uns, très rares, que l'ont voient justement dans le SdA parce que ce sont les derniers et qu'ils ont ou peu participé (Cirdan) ou bien qu'ils ont appris de leur passion/folie (Galadriel : révoltée contre les dieux, elle s'enfuie, a refusé leur pardon, trop fière, pour avec le temps, succomber au chagrin (départ de sa fille presque tuée par les orques), à la langueur des terres de l'ouest et s'assagir). Les pires des tous sont Fëanor et Thingol, tellement imbus d'eux-même qu'ils provoqueront des ruines terribles (massacre des elfes par des elfes - guerre avec les nains).
Beaux, oui, ils le sont tous. Mais c'est finalement assez normal. Le style de Tolkien reprend celui des romans du Moyen Âge où toutes les femmes sont "la plus belle femme du monde" et tous les guerriers "le meilleur chevalier du monde".
Immortel, oui, mais c'est presque vu comme une malédiction : ils ne peuvent pas quitter les Terres du milieu, jamais. Lorsqu'ils meurent, leur corps va dans les Cavernes de Mandos où il y séjourne un temps avant de revenir réincarné : c'est pourquoi Glorfindel tué par le Balrog au premier âge, sera présent pour aider Frodo à rejoindre Foncombe au troisième âge. Mais cela veut dire qu'ils voient la lente chute du monde, la perte, l'oubli, et qu'ils sont gagnés par une mélancolie que seul Aman (une région) peut apaiser : ils quittent donc peu à peu les terres des hommes, en sachant qu'à la toute fin Morgoth viendra pour tout détruire : leur monde est vain, ou peut le sembler. C'est pourquoi la séparation d'Elrond et d'Arwen est tragique car Elrond va demeurer en Terre du Milieu ; Arwen, devenant mortelle, quittera ces terres à sa mort pour le destin qu'Eru Iluvatar à choisi pour les hommes. Leur séparation sera totale et éternelle. C'est loin d'être la joie ou cui cui les p'tits oiseaux.
Pour la manucure et le bruching, il faut absolument lire les horreurs qui se déroulent au premier âge. Avec le vol des Silmaril, c'est malédiction, guerres fratricides, exil, chute des plus belles cités elfiques, trahison des hommes pour Morgoth ; ce n'est qu'un long récit de tragédies, de peines et de malheur, mais où pourtant l'espoir perce toujours, où la beauté crépusculaire sait encore vous envahir.
Pour faire court, avec les elfes, Tokien offre une vision sombre et pessimiste, celle d'une chute dont l'amertume est justement palpable à la fin du SdA : les elfes ont échoué et repartent en Valinor.

Bien sûr, si l'on apprécie pas ce genre d'histoires et / ou les personnages qui les vivent, il est normal de ne pas aimer les elfes à la tolkienne. Mais sinon, il me semble que c'est toujours un cliché "elfe" que l'on stigmatise (et aujourd'hui, bien souvent, déteint à la vision jacksonienne) et à qui l'on donne, à tort (dans une certaine mesure), la paternité à Tolkien. Les elfes de Tolkien sont peut être beaux, mais ils sont terribles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6246
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mer 14 Jan - 19:16

Bon, c'est vrai : ma vision des elfes est certainement dénaturée et faussée par tous les clichés accumulés depuis des décennies par les jeux, la BD, les films... Et je n'ai guère relu Tolkien, ce dernier m'ayant vite saoûlé.

C'est d'ailleurs là le problème : le style. Je ne nie pas que Tolkien soit bien plus sombre qu'on ne le suppose, plus violent même. Mais il n'a pas le style qui rend cette violence crédible. Tolkien, en toute objectivité, promis, j'ai trouvé ça long, trop long, peu immersif et finalement gentillet, même dans les moments "durs".
Howard, Smith, Tanith Lee, Marion Zimmer Bradley ont un style plus vif, plus énergique, plus dynamique. Il ne s'agit pas de décrire de l'hémoglobine et des massacres à tout va, il s'agit bien de style. Comme Frazetta à qui l'on reprochait la violence de ses toiles et qui répondait qu'il n'y avait jamais de sang sur ses oeuvres, à part un discret filet sur une lame ici ou là. Il se dégage des auteurs que j'ai cité une énergie, un dynamisme, même chez Smith pourtant plus contemplatif. Howard et les autres sont pleins de bruit et de fureur, de vitalité, de visions fantastiques... Tolkien fait "papier glacé" à côté je trouve.
Tolkien est trop classique, trop académique et encyclopédique. Du coup, ses descriptions et passages "durs" ne collent pas, j'arrive pas à y croire. Et c'est pourquoi j'en ai gardé cette image (Fausse peut-être) de Fantasy "gentillette" et merveilleuse avec des personnages trop lisses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mer 14 Jan - 19:52

Voyageur Solitaire a écrit:
Et je n'ai guère relu Tolkien, ce dernier m'ayant vite saoûlé.

Je suis de ton avis : Tolkien, c'est parfois très long, je le reconnais. Et j'avoue avoir carrément "sauté" des passages entiers du SDA pour arriver aux points essentiels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1227
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mer 14 Jan - 21:46

Oui, Tolkien est difficile. Je suis bien d'accord. Plus jeune, j'ai eu beaucoup de mal avec les 100 premières pages du SdA. Aujourd'hui, je les trouve trop courtes.
Mais clairement, Tolkien n'a rien à voir avec la plupart des auteurs de son temps. Si je prends Howard, rapido, ce dernier écrit jeune, assez vite, pour se nourrir surtout, arrête ses études à sa première année de fac. Tolkien écrit sur le tard, très très très lentement, pas du tout pour se nourrir, est avant tout spécialisé en philologie scandinave (il lit "grosso modo" le vieux norrois, le gallois, le vieil anglais, le gotique, le finnois, le danois), professeur diplômé d'Oxford.
Je ne m'appesantirais pas sur Howard qu'ici tout le monde connait. Mais Tolkien recherche volontairement un style ancien, archaïque afin d'écrire une "romance élevée", en référence aux premiers romans en prose du Moyen Âge. Car son objectif était avant tout (linguistique) mythologique. Résultat, il suit les topos/motif de ce genre (à sa sauce), ce qui donne un texte difficile.
Pour prendre un exemple connu, l'absence de femme dans le SdA est voulue car la femme y est en fait omniprésente - mais pas physiquement. C'est le thème de la quête du chevalier afin d'obtenir assez de gloire pour mériter l'amour de celle aimée. Aragorn suit ce motif, amoureux, d'où une absence d'Arwen, alors que c'est elle qui l'inspire et lui permet de triompher.
Et donc, oui, quelque part vous avez raison, il ne décrit ni ne raconte vraiment le bruit et le vacarme, la fureur, l'action. Il est très descriptif et cela peut tout à fait conduire à l'ennui voire au dégoût. C'est bien ici une question de goûts littéraires : je n'aime pas du tout Stephen King - jamais pu finir un de ces livres, mais beaucoup l'apprécient, il est même considéré comme un bon auteur (j'ironise, hein ^^). Tolkien ne plaît pas à tout le monde, mais il s'en doutait bien, le bougre. Le vrai problème, c'est l'effroyable amalgame dans lequel son œuvre est tombée...

Par contre, si l'envie vous prenait de relire Tolkien, je me permettrais alors une suggestion : ne relisez pas, lisez Les enfants de Húrin. Ce n'est pas trop long, c'est une seule histoire et c'est bien bien sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mer 14 Jan - 23:36

Astre*Solitaire a écrit:
Mais Tolkien recherche volontairement un style ancien, archaïque afin d'écrire une "romance élevée", en référence aux premiers romans en prose du Moyen Âge. Car son objectif était avant tout (linguistique) mythologique. Résultat, il suit les topos/motif de ce genre (à sa sauce), ce qui donne un texte difficile.

Ce qui est logique, vu que Tolkien était d'abord un universitaire. D'ailleurs, son "culte", si j'ose dire, n'était pas destiné à franchir le cercle de quelques étudiants d'Oxford.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
VIC

avatar

Masculin Messages : 3012
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Mer 14 Jan - 23:41

Astre*Solitaire a écrit:
...
N'empêche, si je n'ai bien évidemment aucune raison pour m'opposer à « l'ennui, le raz-l'bol, la nausée » provoqués par l'évocation d'un elfe, j'ai parfois le sentiment de lire des avis ou des opinions générées par de mauvaises raisons.
Une question bête : qui a lu le Silmarillion, les Contes Perdus, les Lais du Bélériand ? Je dirais même, à quand remonte votre dernière lecture du SdA et de cette fameuse vision des elfes ?
J'ai lu le Silmarillion -et je me suis passablement ennuyé-, tout en admirant quand même l'effort créatif, toute la mythologie, c'est assez démentiel. J'admire Tolkien. Son boulot sur les langues est aussi un truc de dingue.
J'ai lu et relu le SdA, et ma dernière lecture ne remonte qu'à quelques années.
Ma théorie pour le début " trop lent" du SdA est celle du Home Sweet Home. Tolkien pour moi a créé un foyer confortable : autour d'un bon feu, un bon livre, en fumant une pipe, en pantoufles, les vacances quoi. Mais l'aventure va nous arracher à ça, et sur la route, les rappels nostalgiques au foyer quitté met plus de contraste avec la dureté de certaines épreuves. Donc finalement, avec le recul, si lors de ma première lecture, j'avais trouvé aussi le début trop lent, je ne suis plus de cet avis. Allez hop, j'ose :

"- Le début du SdA, c'est comme les préliminaires avant l'amour."


J'ai bien aimé le SdA, et je reconnais que c'est une œuvre fondatrice de la fantasy, la plus importante sans aucun doute.
Et je le relirai encore avec plaisir. Par contre, je n'ai jamais accroché aux hobbits, mais c'est personnel.
Les Elfes, ou les Nains, ne me gavent justement que parce qu'ils ont donné lieux à des clichés et des stéréotypes.
Je les aimais dans le SdA et dans D&D. Le problème, c'est qu'ensuite, on les a retrouvé partout. Des tonnes d'univers fantasy avec des Elfes ou des Nains. Pitié ! Mais laissez-les à Tolkien, aux JRTM et à D&D. Faut faire preuve d'un peu d'originalité quoi.
La fantasy est justement censé être un monde atypique et merveilleux, alors qu'il n'y a aucun effet de surprise si on retrouve toujours des Elfes verts avec des Nains mineurs.
Ensuite, tout a suivi : d'autres bouquins. D'autres JDR. D'autres JDP. Des tonnes des jeux vidéo avec des Elfes.
Et les films du SdA, qui ont le mérite de faire connaître au grand public la Fantasy, tout en ayant de gros défauts, mais c'est une autre histoire.

Deuxième citation :

"- Trop d'Elfe ça tue l'Elfe. Un Elfe, c'est l'arbre qui cache la forêt, et la forêt, c'est le manque d'imagination."

Donc finalement, pour moi le problème n'est absolument pas le SdA. Le souci, c'est tous les clones qui ont pillé dedans pour banaliser ses créations, et finalement aboutir à des clichés qu'on a vu tant de fois qu'ils sont devenus écœurants à cause de ce manque d'originalité.
Je me souviens très bien de mes premiers ldvelhs par exemple, quand j'étais jeune (même pas ado), et que j'étais très déçu quand un ldvelh ne montrait pas des nains et des elfes : j'avais l'impression que ce n'était pas vraiment de la fantasy.
Avec le recul, je pense qu'il y a une courbe d'apprentissage : les elfes et les nains sont très bien pour s'initier à la fantasy, aux JDR, etc ...
mais au bout d'un certain temps, je préfère évoluer. Cette courbe d'apprentissage, certains ne l'ont pas.

Je suis parfois légèrement surpris de voir de "jeunes" auteurs d'AVHs de + de 30 ans qui décident de faire de nos jours une "première" AVH fantasy avec Elfes et Nains, avec les règles de DFs : c'est comme si ils avaient été prisonniers du carcan de l'époque, comme si rien ne s'était passé depuis 20 ans. J'étais pareil qu'eux quand j'étais ado, je voulais refaire des AVH façon Laby de la Mort ou autre. Sauf qu'avec l'expérience et d'autres lectures, on devient plus exigeant. Et puis je trouve que c'est plus stimulant -et difficile aussi- d'essayer d'inventer son propre univers fantasy.

Je me souviens aussi d'un commentaire lu quelques part au sujet du JDR Rêve de Dragon. Quelqu'un avait écrit grosso modo :
- Dans RdD, les orcs s'appellent des Groins. Et ça change tout.
Je suis d'accord avec ça.
En fait dans un univers fantasy, on a très souvent besoin d'un groupe de monstres basique, lambda, fréquent, ou d'un ennemi commun, une menace. Les orcs, les gobelins, les morts-vivants, etc... Si je les appelle Groins, Zoreilles, ou Mortvifs, je donne une couleur particulière à l'univers, et à défaut d'inventer la poudre, j'ai au moins mis la cosmétique.









_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2798
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Jeu 15 Jan - 1:02

Tolkien je ne suis pas vraiment contre, après c'est certain ça reste gentillet. C'est de la fantasy accessible et abordable, c'est sans doute l'auteur de base pour faire connaitre le sujet au plus grand monde. Mais je pense qu'il faut découvrir cet auteur enfant ou jeune ado, pour après aller plus loin et aborder le coté plus complet, plus poussé, plus épique d'un Howard ou d'un Smith.
Moi quand je pense au seigneur des années (les bouquins) je pense à mes premiers ldvelhs, surtout le premier tome. J'ai d'ailleurs lu la première fois le seigneur des anneaux bien après avoir découvert les ldvelhs. Je rejoins VIK, Tolkien on le lit tranquillement chez soi, bien au chaud, confortablement. C'est presque une lecture de Hobbit si j'ose dire. Alors que Howard faut un contexte plus tendu, de la pluie, du vent, pour encore plus s'immerger dans l'aventure.
Par contre pour les noms, Groins, Zoreilles, ou Mortvifs, j'aurai plus l'impression de lire une aventure pour enfant ou faire un ldvelh torché niveau traduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3012
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Jeu 15 Jan - 7:43

Groins, ça existe dans RdD. Zoreilles ou Mortvifs, j'ai inventé ça pour l'exemple sans réfléchir. Bien sûr il faut mijoter ça en amont de manière plus approfondie. Mais globalement, je suis pour ne pas reprendre systématiquement les noms des stéréotypes habituels avec un simple copié-collé. Si c'est bien fait, ça peut apporter quelques chose, à défaut d'inventer quelque chose de vraiment différent.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdang

avatar

Masculin Messages : 1063
Date d'inscription : 15/10/2014
Localisation : Le Havre (76)

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Ven 7 Oct - 12:07

La fantasy mythique (Lord Dunsany, Marion Zimmer Bradley, Barjavel, Bernard Cornwell, Robert Silverberg, Robin McKinley, Orson Scott Card, Thomas Burnett Swann, Peter S. Beagle, Robert Holdstock, Michel Pagel, Ellen Kushner, John Barnes et Cie), présentée par une personne qui connaît pour le moins bien son sujet :

« Culture Particulière #6 - La fantasy mythique », Projet Jabberwocky, 6 octobre 2016


Et de manière générale, sa chaîne Youtube balaie la fantasy, avec en ouverture Veteran of the Psychic Wars de Blue Öyster Cult (paroles de Michael Moorcock)  Very Happy
https://www.youtube.com/channel/UCBhdeWt62iByFJ9kDrShESQ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3012
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Ven 7 Oct - 13:20

cdang a écrit:
avec en ouverture Veteran of the Psychic Wars de Blue Öyster Cult (paroles de Michael Moorcock)  Very Happy
https://www.youtube.com/channel/UCBhdeWt62iByFJ9kDrShESQ
Mais cela ressemble à une tentative de corruption caractérisée sur la personne de cdang, ça !
J'ai récemment pensé à toi quand j'ai fouillé les affaires du pater et suis tombé sur ce petit trésor :
une boucle de ceinture du BOC qui devrait dater de 1977 :
Je te conseille de t'éloigner de ton ordi, je ne voudrais pas que la bave fasse un court-circuit...

On reste amis, hein ?
Et je commente ta vidéo très bientôt, je la regarde ce week-end.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Ven 7 Oct - 17:20

Dans la catégorie Fantasy, j'aime bien les musiques aux sonorités celtiques avec un filet de harpe. En fond d'ambiance quand vous jouez à un JDR ou à un LDVELH, c'est génial.

J'aime particulièrement "Fairy Night Song" :



Ce sont mes racines bretonnes qui s'expriment... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Albatur

avatar

Masculin Poissons Messages : 2090
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 43
Localisation : Ivalice
Emploi/loisirs : Aucun. Travailler ça fatigue
Humeur : Ours mal léché

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Sam 8 Oct - 9:09

Autant pour un JDR ou un jeu de société j'aime bien avoir une musique d'ambiance autant pour un livre je préfère être au calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frederic.cuvilly.perso.neuf.fr/main.php?page=Blank
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6246
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Sam 8 Oct - 11:11

J'ai une relation ambiguë avec la Fantasy dans le sens de "merveilleux". Je préfèrerais parler de Fantasy onirique ou poétique.
Encore une fois, j'en reviens à Abraham Merritt dont certains textes sont d'une poésie envoûtante, emplis de visions fabuleuses, empreints de rêve et de magie. Mais cela ne se fait jamais au détriment de l'action et ce style n'en reste pas moins sombre, épique ou même violent. Le choix des mots reste primordial de même que les sonorités du texte et il faut souligner là l'importance du travail du traducteur. Il faut lire et relire La femme du bois, empreint d'une incroyable beauté et poésie mais au final violent et très sombre.

Par contre, je ne supporte guère la Fantasy qui verse dans le merveilleux "gnan-gnan" je dirais (J'ai pensé à écrire "girly" mais ce serait misogyne, ce que je ne suis pas). Trop de féérie tue la Fantasy et on tombe là dans Conan chez les bisounours. Les licornes blanches galopant à la tombée du soir, les fées aux longs cheveux d'or jouant de la harpe et les joyeux lutins à l'œil rieur assis sur de gros champignons colorés, c'est pas mon truc. C'est ce qui m'a toujours rebuté chez Tolkien. Bon, c'est vrai, Tolkien est l'auteur que j'adore détester, c'est même devenu un jeu. N'empêche, j'aurais aimé des elfes un peu moins beaux et éthérés, des Hobbits un peu moins campagnards dans une Comté un peu moins "village tyrolien" et un magicien sans chapeau pointu à la con...
Question d'équilibre au final, comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Sam 8 Oct - 11:22

Voyageur Solitaire a écrit:
j'aurais aimé des elfes un peu moins beaux et éthérés, des Hobbits un peu moins campagnards dans une Comté un peu moins "village tyrolien" et un magicien sans chapeau pointu à la con...

Les elfes représentent une élite. Ils sont beaux, parfaits, immortels (ou presque). Ils surclassent l'être humain. C'est pourquoi ils sont arrogants et on ne le serait à moins si on vous apprenait depuis votre enfance que vous appartenez à une race à part, oserais-je dire "supérieure".

Ceci dit, parmi les elfes, tu as beaucoup de catégories : des elfes de lumière, des elfes des bois, des elfes noirs, des elfes de sang, et j'en passe...

Quant aux Hobbits, ils vivent tranquillement dans leurs collines. Ils sont à l'écart de tout et ne veulent d'histoires avec personne. Je pense que dans l'esprit de Tolkien, ils incarnent le Britannique dans sa plus parfaite insularité qui se fout de ce qui se passe ailleurs de son île et qui pense que ce qu'il y a chez lui vaut mieux que ce qu'il y a ailleurs. Les Hobbits sont casaniers, ils aiment leur confort et l'aventure, l'imprévu, n'est pas dans leur nature.

Pour Gandalf, son chapeau pointu, c'est une référence à Merlin, je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
VIC

avatar

Masculin Messages : 3012
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Sam 8 Oct - 11:53

cdang a écrit:
La fantasy mythique (Lord Dunsany, Marion Zimmer Bradley, Barjavel, Bernard Cornwell, Robert Silverberg, Robin McKinley, Orson Scott Card, Thomas Burnett Swann, Peter S. Beagle, Robert Holdstock, Michel Pagel, Ellen Kushner, John Barnes et Cie), présentée par une personne qui connaît pour le moins bien son sujet :

« Culture Particulière #6 - La fantasy mythique », Projet Jabberwocky, 6 octobre 2016


Excellente vidéo, cultivée et présentée de manière posée. J'ai appris pas mal de trucs, découvert de nouveaux auteurs et illustrateurs rétro potentiels, noté les références de quelques titres... Merci de m'avoir fait découvrir cette chaîne qui m'a l'air très intéressante.
On aurait pu citer Roger Zélazny avec L'Île des morts (1969), Seigneur de lumière (1967, prix Hugo), Royaumes d'ombre et de lumière (1969).

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1227
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Sam 8 Oct - 15:47

@ Cdang : un grand merci pour cette découverte. J'ai regardé 3 de ses vidéos et c'est très bien fait. Pas assez complet, bien sûr, mais pour une présentation, c'est plus que suffisant et documenté (je veux dire en vidéo sur le net). Bonne idée de mettre les références dans la description de la vidéo. Si je commente, je pense que je le ferais en mettant un lien ^^. Mais je vais revoir tout cela a tête reposée.
La présentation est à la fois sympa et moins glop. Disons que sa bibliothèque en décor de fond, avec un bout d'affiche qui dépasse le coin gauche, bof bof. Tout comme sa gestuel qui est "très toujours" la même ^^. Mais je ne saurai dire ce qu'il faudrait faire pour améliorer le tout. Enfin, avez-vous remarqué la courbe des "vus" : elle est en baisse constante de vidéo en vidéo. Dommage Sad car le produit est définitivement de qualité.

@ Voyageur solitaire : tu as dit « Trop de féérie tue la Fantasy et on tombe là dans Conan chez les bisounours. Les licornes blanches galopant à la tombée du soir, les fées aux longs cheveux d'or jouant de la harpe et les joyeux lutins à l'œil rieur assis sur de gros champignons colorés, c'est pas mon truc. C'est ce qui m'a toujours rebuté chez Tolkien. Bon, c'est vrai, Tolkien est l'auteur que j'adore détester, c'est même devenu un jeu. N'empêche, j'aurais aimé des elfes un peu moins beaux et éthérés, des Hobbits un peu moins campagnards dans une Comté un peu moins "village tyrolien" et un magicien sans chapeau pointu à la con... »
Non ^^.
Les elfes de Tolkien ne sont pas, au grand jamais, à confondre avec ceux d'Andrew Lang (auteur notamment de The Princess Nobody : A Tale of Fairyland). C'est même tout l'inverse. Tolkien détestait cette vision mignonne et ridicule de l'elfe chevauchant le scarabée. Le site Tolkien Estate nous dit que l'essai de Tolkien sur Du conte de fée « révèle cependant une structure solide derrière les digressions, qui s’organise autour de trois questions : quelle est la nature des contes de fées ? Quelles sont leurs origines ? Quelle est leur fonction ?
Tolkien profite de la première question, d’une part pour écarter l’idée jusqu’alors répandue que ce genre pourrait s’étendre aux visions que l’on a en rêve, aux fables animalières et aux récits de voyage, d’autre part pour mettre un terme à l’idée que les fées elles-mêmes sont de jolies et minuscules créatures (je souligne), et que les contes de fées sont des contes sur les fées. Ce faisant, il reproche sévèrement à Andrew Lang sa collection trop disparate de Livres des Fées (Fairy Books, 1889-1910), qui inclut nombre de récits comme ceux cités précédemment en exemple. ». Si je devais te présenter un des elfes de Tolkien, il te ferait peur.
Par contre, pour le côté campagnard des Hobbits, oui, tu es tout à fait dans le vrai.
Enfin, le chapeau pointu à la con, c'est une question de fait redoutable, car elle nous plonge dans le symbolise folklorique. Ce qui est sûr, c'est que le Merlin d'origine, créature mi-démoniaque, ne portait pas de chapeau pointu. Mais que c'est bien de Merlin que surgira au final l'archétype du magicien, comme nous l'apprend Wikipédia : « La publication du roman à succès de Terence Hanbury White intitulé L'Épée dans la pierre (1938) fixe son apparence dans l'imaginaire populaire comme celle d'un vieux mentor sorcier à longue barbe et moustaches blanches, chapeau pointu et baguette magique, dont la robe est décorée des signes du zodiaque. Les studios Disney reprennent cette apparence dans leur film d'animation Merlin l'Enchanteur avec la robe de sorcier bleue, ce qui ne manque pas d'accroître le phénomène ». Or, le personnage de Gandalf s'inspire d'autres sources - principalement Odin (je rappelle que Gandalf est le nom d'un nain des Voluspa) et peut-être une carte postale de Josef Madlener intitulé Der Berggeist :


Voici le lien vers l'image.

Il semble donc qu'au moment où Tolkien écrivait Le Hobbit (années 30) on ne puisse pas lui accorder le fait qu'il se soit inspiré de White pour concevoir son personnage... mais qu'il y avait probablement dans l'air l'idée de magie associée à celle d'un chapeau pointu, mais idée bien sûr, qui n'était encore ni stéréotypée ni caricaturale. C'est probablement la rencontre après le milieu du XXe siècle de plusieurs de ces éléments convergeant qui ont fini par fixer l'image et qui donne aujourd'hui l'impression qu'elle est saturée et réductrice, alors qu'à l'époque elle ne l'était pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6246
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Sam 8 Oct - 16:14

Bon, passons pour les elfes...
Merlin, pour moi, c'est Nicol Williamson dans Excalibur de Boorman et personne d'autre. Un Merlin impérial, classieux et rêveur, païen nostalgique désabusé voyant son monde, celui des esprits et des créatures de la forêt, disparaître au profit du dieu unique et du monde des hommes. Un Merlin terriblement humain aussi, terriblement seul et désenchanté, amoureux jusqu'à en être dupé par Morgana... A des années-lumière du vieux à barbe blanche et chapeau pointu en robe brodée des signes du zodiaque. C'est là qu'effectivement, on voit les ravages des clichés, des stéréotypes imposés au fil du temps par certains artistes ou par le cinéma (le Conan de John Milius, inégalé pour son souffle épique mais qui a imposé l'image caricaturale du barbare bourrin en pagne qui grogne et tape sur tout ce qui bouge, là aussi à des années-lumière du personnage rêvé par Howard).

Quant aux Hobbits, j'ai jamais pu m'y faire, même avec la meilleure volonté du monde. On s'attend presque à voir Sam et Frodon en costume tyrolien, le chapeau vert sur la tête, danser en se donnant des claques sur les fesses au son de l'accordéon d'Yvette Horner tandis que Gandalf emballe sec Galadriel au bal-musette du concours du plus gros fromage des Terres du Milieu... Désolé mais quand on a lu Howard, Smith, Merritt, Tanith Lee et les autres, c'est pas possible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4299
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   Sam 8 Oct - 16:41

Voyageur Solitaire a écrit:

Quant aux Hobbits, j'ai jamais pu m'y faire, même avec la meilleure volonté du monde. On s'attend presque à voir Sam et Frodon en costume tyrolien, le chapeau vert sur la tête, danser en se donnant des claques sur les fesses au son de l'accordéon d'Yvette Horner.

Spécialement pour toi, je t'invite donc à une fête traditionnelle hobbit :


lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA FANTASY (AU SENS MERVEILLEUX)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ce merveilleux mot Amitié
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» SOS RPG[à sens unique]
» FESTIVAL DE FANTASY CIRDRE ET DRAGON
» Il a quel âge, le p'tit fofo?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section Fantasy :: La Fantasy et ses sous-genre-
Sauter vers: