AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 XXème SIECLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 28 Avr - 9:07



28 avril 1969 : La France a dit "NON" à de Gaulle.

A la question portant sur la régionalisation et la réforme du Sénat, 52,41 % des Français se sont exprimés négativement contre 47,58 % de "oui".

Si rien dans la Constitution ne contraignait le président à abandonner le pouvoir, tout, en revanche, dans sa conception régalienne du gouvernement, l'invitait à agir de la sorte. De Gaulle s'étant engagé personnellement dans le référendum, lui répondre non équivalait pour lui à une fin de non-recevoir.

Il avait d'ailleurs notifié, dans un entretien télévisé le 10 avril précédent, qu'en cas de vote négatif il quitterait son trône.
Même au sein du camp de la majorité présidentielle, on avait traîné les pieds au cours de la campagne.

Charles de Gaulle n'avait même pas attendu la publication des résultats officiels. Il avait quitté l'Elysée dans la nuit sitôt les premières tendances connues et avait envoyé un communiqué depuis sa résidence de Colombey annonçant qu'il cessait d'exercer ses fonctions à partir de ce jour.

Alain Poher, président du Sénat, fut chargé d'assumer l'intérim de la présidence.

L'après-gaullisme avait commencé. Mais, même dans son discours aux Français, le Général avait laissé transparaître son pessimisme : "Comment sera maîtrisée la situation résultant de la victoire négative de toutes ces oppositions ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 28 Avr - 15:17

C'est quand-même de Gaulle qui a institué cette "monarchie républicaine" qu'est pour beaucoup la Vème République. Si ce géant respecta toujours les règles, c'était un homme fort, omniprésent, auréolé de gloire et qu'on n'envoyait pas bouler aisément, un homme d'une sacrée trempe. Le pouvoir ne se partage pas et il le savait.
Mais il a été réglo : les français ont dit non, il s'est retiré, point barre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 28 Avr - 16:47

Je pense que Charles de Gaulle pensait depuis longtemps à quitter le pouvoir. Mais il lui fallait un prétexte, il ne pouvait pas partir comme ça, comme un simple ministre, par exemple.

Il était aux commandes de la France depuis 1958. Cela faisait plus de dix ans. En outre, la crise de mai 1968 a été un déclencheur... il s'est pris une révolte de la jeunesse qu'il n'a pas vu venir. Je pense qu'il s'est dit qu'il avait fait son temps mais ne voulait pas encore l'admettre.

Mais c'est clair qu'un président comme Charles de Gaulle, on en aura plus jamais. Pour moi, c'est le dernier héros de l'histoire de France. Un homme d'Etat, au sens le plus noble du terme, il avait aussi une vision et un projet.

C'est ce qui manque aujourd'hui à la France. Il n'y a plus que des politiciens qui pensent plus à leur popularité, à "plaire" et à être réélu qu'à l'intérêt général.

Il n'y a plus et il n'y aura plus de grands hommes. Hélas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mar 6 Mai - 20:20

JOSEPH STALINE, UN AGENT AU SERVICE DU TSAR ?

C'est un secret bien gardé pendant plus de quatre-vingt-dix ans et qui n'aura été révélé qu'après la disparition de l'Union Soviétique. Dans une biographie récente, l'historien Roman Brackman suggère que, durant la turbulente période qui a précédé la révolution de 1917, Staline aurait été un agent de l'Okhrana, la police secrète du Tsar.


Sa mission aurait été d'infiltrer le mouvement de Lénine pour espionner ses activités insurrectionnelles. Selon Brackman, il se pourrait même que les purges qu'il a effectuées dans les années 1930 n'aient été motivées que par sa crainte de voir son secret éventé.

Le dossier de Staline à l'Okhrana présentait l'agent sous le nom de "Vassili" mais contenait d'autres informations l'identifiant clairement. Ce document fut découvert en 1926, soit neuf ans après la révolution. A ce moment-là, Staline - qui de toute évidence, avait changé de camp - était en train de participer aux luttes de pouvoir consécutives à la mort de Lénine survenues deux ans plus tôt.

Le dossier tomba entre les mains de Félix Dzerjinski, fondateur du Guépéou (ancêtre du KGB). Staline en aurait été informé et fort curieusement, Dzerjinski serait mort peu de temps après, officiellement d'une crise cardiaque, à l'âge étonnamment jeune de 49 ans. On pense même que Staline l'aurait personnellement empoisonné.

On tenta ensuite de faire passer le dossier entre les mains de l'ennemi juré de Staline, Léon Trotski, en vain. Les comploteurs furent exécutés. Personne n'ayant osé révéler au dictateur que le document avait refait surface, le nouveau directeur du Guépéou le cacha jusqu'en 1936, année où des agents mécontents du gouvernement décidèrent de le rendre public. Avant d'en avoir le temps, ils furent arrêtés sous d'autres prétextes, condamnés lors d'une parodie de procès et exécutés. Selon Brackman, c'est à ce stade que Staline a fini par détruire le dossier une fois pour toutes.

Certains historiens restent toutefois sceptiques quant à cette affaire, mais si les faits sont bien avérés, ils éclaireraient les motivations de Staline sous un jour nouveau. En effet, cela démontrerait que le "Petit Père des Peuples" n'était pas un idéologue mais seulement un opportuniste qui cherchait à étancher une soif de pouvoir avide et toujours prêt à retourner sa veste pour l'obtenir.

De toute façon, il y a peu de chances pour que l'on découvre la vérité un jour.

Cependant, une petite facette du passé de Staline est désormais plus compréhensible : les historiens se sont demandés depuis longtemps pourquoi il s'était donné tant de mal à falsifier les documents relatifs à sa naissance. En effet, quand il est arrivé au pouvoir, il a officiellement déclaré être né le 9 décembre 1879 alors qu'en réalité il est venu au monde le 6 décembre 1878. Pourquoi donc s'est-il donné la peine de truquer son état-civil ? Son passé dans la police secrète tsariste pourrait en être l'explication. Peut-être craignait-il que l'on compara un jour sa date de naissance à celle figurant dans le dossier de l'agent Vassili.

A vous de juger...    study 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Jeu 15 Mai - 18:22


Six ans après le choc de l'inflation galopante de 1923, la grande crise produit en Allemagne un ébranlement économique, social et psychologique sans précédent dans l'histoire et qui ouvre à Hitler les voies du pouvoir.

Comment en est-on arrivés là ?

Explication :

D'abord, une économie sous le choc : tout commence dans les mois qui précèdent le krach de Wall Street d'octobre 1929 avec le reflux des capitaux étrangers. Les retraits s'amplifient après la poussée nazie aux élections de septembre 1930, qui suscita l'inquiétude chez les porteurs étrangers. En mai 1931, la faillite du Creditanstalt, une banque importante de Vienne, met en difficulté plusieurs autres banques allemandes, et l'Etat doit prendre le contrôle des établissements en déconfiture.

Le retour au protectionnisme et la dévaluation de la livre fait chuter les exportations. Les produits allemands sont alors moins compétitifs. La production s'effondre rapidement : les Konzerne du coton et de la bière périclitent, entraînant à leur suite la fermeture des petites entreprises. Le chômage gonfle de manière catastrophique : on compte 3 millions de chômeurs en 1930, 5,5 millions en 1932, sans compter les 8 millions de chômeurs partiels. En 1933, 18,5% de la population active est sans emploi. Soit quatre fois plus qu'en France à cette époque.




Le chancelier Brüning tente une impopulaire déflation en 1930 ; l'austérité doit réduire les coûts et relancer l'exportation.

Il baisse les prix de 10%, réduit les salaires, loyers, aides sociales, restreint le crédit, diminue la circulation de billets, majore les impôts, relève les droits de douane, instaure un contrôle des changes. EN VAIN. Les exportations restent au point mort et la baisse des prix ne profite que très peu aux travailleurs dont les salaires diminuent d'autant. Quant à la consommation, elle piétine, dans l'attente de nouvelles baisses.

Et les faillites d'entreprises continuent...



Les extrémistes progressent et font leur beurre de la situation.

Les communistes doublent leurs effectifs parlementaires entre 1928 et 1932 et doublent leurs voix entre les élections présidentielles de 1925 et 1932. Mais comme ils refusent toute alliance avec les socialistes, la division de la gauche va faciliter grandement la montée du nazisme.

Le parti Nazi, lui, multiplie ses députés par 19 entre 1928 (18 élus) et 1932 (230). A l'élection présidentielle de 1932 où le vieux maréchal Hindenburg (85 ans) est réélu, Hitler obtient 36,8% des voix.

Hindenburg, sous la pression des grands propriétaires terriens dont les subventions ont été réduites, renvoie Brüning mais refuse de prendre Hitler. C'est le centriste von Papen qui devient chancelier dans un climat de violence quotidien entre nazis et communistes.

Afin de briser les extrémismes, Papen dissout le Reichstag. FATAL ERROR. Loin de les avoir brisés, ça les a renforcés : ainsi, aux élections de juillet 1932, les communistes grossissent encore leur score et les nazis triomphent. Von Papen est évincé et remplacé par von Schleicher.

Pendant ce temps, Hitler gagne la confiance des industriels et des militaires en promettant de relancer l'économie par le réarmement s'il accède au gouvernement. Le 4 janvier 1933, il passe avec Papen un accord lui assurant la chancellerie si Papen est lui-même vice-chancelier. Le 30 janvier 1933, Hindenburg accepte la combinaison et Hitler prête serment.

Adolf Hitler est chancelier.



La dictature en six mois :

1 - Hitler rassure l'opinion en ne prenant que deux ministres nazis (Goering et Frick). Il ménage les catholiques en annonçant un "redressement national" fondé sur les valeurs familiales et chrétiennes et en promettant un concordat avec le Saint-Siège (conclu effectivement en juillet 1933 ... ce qui n'empêchera pas Hitler de s'asseoir dessus par la suite).

2 - Hitler, subtilement, s'arroge peu à peu un pouvoir absolu grâce à des mesures d'exception :

- Il s'entoure de fonctionnaires sûrs. Ainsi, la loi du 7 avril permet d'écarter tout fonctionnaire ou magistrat pour ses origines juives ou ses opinions politiques différentes.

- Il exploite l'incendie du Reichstag - coup monté par des militants nazis - pour éliminer les communistes. Dès le lendemain, le 28 février, un décret suspend les libertés de réunion, de presse, d'association et instaure la "détention de sécurité". Des camps de concentration s'ouvrent, notamment à Dachau : 4000 communistes y sont incarcérés.

Aux élections du 5 mars 1933, les nazis enlèvent 44% des suffrages, mais ils n'ont toujours pas la majorité absolue au Reichstag. Alors, ils l'arrachent en faisant invalider les députés communistes.

3 - Le 23 mars 1933, Hitler obtient les pleins pouvoirs. Un décret abolit la structure fédérale. Les partis doivent se saborder. Le 14 juillet, le NSDAP est nommé parti unique.

L'Allemagne, patrie de Goethe, de Schiller, Schopenhauer, de tant d'artistes, de musiciens, et de philosophes, devient dès lors le IIIe Reich, un Etat totalitaire et policier, et ce sans avoir fomenté de putsch ni de révolution. Simplement par des moyens légaux et démocratiques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Sam 17 Mai - 18:01


POTEMKINE, LA REVOLTE DE LA FAIM :

Le Potemkine était le plus beau et le plus prestigieux cuirassé de la flotte russe. Il naviguait en mer Noire lorsque, le 27 juin 1905, les marins, exaspérés par le comportement de leurs officiers, refusèrent la viande avariée des cuisines de bord.

Un des matelots est alors désigné par ses camarades pour faire une réclamation auprès du commandant en second. Celui-ci ne veut rien entendre et fait abattre ledit matelot pour l'exemple, puis il exige le retour à la discipline. Mais les marins, indignés, refusent de retourner à leurs postes. Mutinerie générale. Des officiers sont jetés à la mer et le drapeau rouge est hissé.

Le Potemkine est ramené au port d'Odessa où les marins descendent à quai en transportant le corps de leur camarade exécuté. Lorsque les ouvriers du port apprennent ce qu'il s'est passé, aussitôt ils se mettent en grève, par solidarité. Le général Kokhanov fait tirer sur la foule. C'est le massacre.

Le Potemkine reprend la mer, rejoignant au plus vite les eaux territoriales de la Roumanie et accoste au port de Constanza où l'équipage obtient le droit d'asile politique et débarque le 9 juillet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Ven 6 Juin - 6:43

IL Y A 70 ANS, LE 6 JUIN 1944 A L'AUBE...

... 6697 navires partis des côtes Sud de la Grande-Bretagne arrivent en vue des côtes normandes. Leur mission : conquérir la "forteresse européenne". Pour cela, 14600 bombardiers et chasseurs leur apportent un soutien aérien. En tout, c'est près de 86 divisions qui sont rassemblées pour donner l'assaut.
En face, les Allemands n'ont que 3 destroyers, 36 vedettes rapides, incapables de combattre par gros temps, 34 sous-marins, 350 avions, dont 90 chasseurs qui ne reviendront pas de leur première sortie et 59 divisions d'infanterie et de blindés.






Les Américains débarquent près de Carentan et de Vierville, les Anglo-Canadiens près d'Arromanches, Courseulles et Lion-sur-Mer. Des largages de parachutistes ont simultanément effectués dans l'arrière-pays. Des ports artificiels sont construits sur les plages normandes, par lesquels les Alliés débarqueront en tout et pendant dix jours 619 000 soldats, 95 000 véhicules et 218 000 tonnes de matériel.
Pendant que les Américains se heurtent à une violence résistance, les Britanniques et les Canadiens parviennent à repousser les troupes de la Wehrmacht et s'assurent une zone de débarquement de 30 km de large et 10 km de profondeur.

A la fin du premier jour, les Alliés ont finalement réussi à prendre pied solidement en France.
Mais Adolf Hitler continue toujours de nier l'évidence. Pour lui, ce n'est qu'une feinte des Alliés qui préparent une vraie opération sur Calais, avec la Ruhr pour objectif prioritaire. C'est du moins ce que les services secrets britanniques lui ont laissé croire....en effet, durant deux mois, une vaste opération d'intox, baptisée "Fortitude", fut mise au point. Rien n'aura été négligé, ni les faux messages radio, ni les chars en caoutchouc gonflables, ni la présence du général Patton, d'ailleurs furieux d'avoir été écarté des vraies opérations en Normandie et même la présence de 40 divisions dans le Kent qui leur donnaient l'air de vouloir traverser le Pas-de-Calais.
Et ça eût payé ! Pendant plusieurs jours, Hitler refusera obstinément d'envoyer des renforts en Normandie, exigeant par contre "la résistance sur place jusqu'à la dernière cartouche".

Une contre-attaque du groupe de Panzer-Ouest s'achève néanmoins sous la tempête de feu des attaques aériennes alliées entre le 9 et le 10 juin. Les possibilités qu'ont les Allemands d'envoyer des renforts en Normandie sont maintenant extrêmement réduites, la Résistance française et les raids aériens alliés soumettant les axes de communication à des attaques intenses.

Les manque de carburant, dû aux bombardements des raffineries de pétrole, obligèrent les Allemands à acheminer leurs panzer par chemin de fer, ce qui les laissa à près de 150 km du front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mar 10 Juin - 3:45


ORADOUR-SUR-GLANE : LES 70 ANS D'UN VILLAGE-MARTYR

Le 10 juin 1944, un détachement de la division SS "Das Reich" fit irruption dans ce paisible petit village d'Auvergne. Les SS encerclent le bourg et commencent alors à rassembler la population sur la place du marché. Les hommes furent séparés des femmes et des enfants. Les premiers, emmenés dans une grange dont les portes furent bouclées, les seconds conduits dans l'église, qui fut verrouillée. Il était à peu près deux heures de l'après-midi.

A ce moment, racontent les rares témoins ayant pu réchapper au massacre, on entend alors des rafales de mitraillettes et l'on vit de la fumée monter du village et des fermes aux alentours. Les maisons furent incendiées l'une après l'autre, après avoir été fouillées, pillées, de fond en comble, ce qui prit plusieurs heures. Vers 17 heures, les SS revinrent dans l'église : ils posèrent une sorte de caisse sur l'agenouilloir de communion, il en sortait des mèches qui brûlaient.

L'air devint très vite irrespirable, quelqu'un réussit à s'échapper en arrachant la porte de la sacristie. Puis, les SS ont commencé à tirer par les fenêtres de l'église et sont rentrés pour achever les agonisants.

Le massacre d'Oradour a coûté la vie à 642 personnes, âgées de 10 à 85 ans. Miraculeusement sauvées, sept personnes, dont un enfant, ont pu raconter, des années plus tard, l'horreur qu'ils avaient vécu ce jour-là.

70 ans après, au-delà des mots, de la mémoire et de la souffrance, toujours une même question, sans réponse : pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mar 10 Juin - 18:16

Voyageur Solitaire a écrit:
A noter que la division responsable de cette horreur n'en était pas à son coup d'essai : c'est elle qui avait procédé à la pendaison de plusieurs habitants de Tulle, en Corrèze, la veille...

Tous ces massacres de civils me soulèvent le coeur. Les batailles, toutes aussi terribles soient-elles, opposent des soldats entre eux mais là... des femmes, des enfants... pourquoi ??? Ils ne faisaient rien, ne portaient pas d'armes, ils ne représentaient pas une menace. Alors pourquoi ? Pourquoi cette haine et cette méchanceté gratuite ??

Les SS étaient vraiment des cinglés.  Evil or Very Mad 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mar 10 Juin - 19:11

L'unité maudite la 2ème division de Panzer SS "Das Reich"... Plus d'une centaine de morts français civil dans le sud ouest. Mais tout était programmé, la guerre était perdue et les civils devaient payer. La solution par la terreur...

Il y a 7 ans j'ai pu voir de mes propres yeux ce qui reste du village martyr d'Oradour, c'est impressionnant. Une ambiance pesante pèse sur ce village, on a l'impression que tout c'était déroulé il y a peu de temps.
Les gens parlaient doucement, j'ai rarement pu voir un lieu aussi marquant.

A noter que le film le vieux fusil s'est inspiré du drame d'Oradour pour son massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Ven 18 Juil - 16:38

4 août 1962 : goodbye Marilyn...


En ce matin du 5 août 1962, les passants qui se pressent d'ordinaire sur Times Square s'arrêtent, stupéfaits, s'interrogent du regard, n'arrivant pas à y croire : sur les panneaux géant passe l'incroyable message, Marilyn Monroe a été retrouvée morte chez elle, dans sa maison de Los Angeles. "They said that Marilyn was found, in the nude" comme le chantera Elton John bien plus tard.

La mort de Marilyn fait partie des mythes de la seconde moitié du XXème siècle et alimente encore aujourd'hui les rumeurs et hypothèses les plus folles. Il ne s'agit pas ici d'énumérer toutes les théories qui entourent ce décès, mais d'en rapeller l'essentiel.
Il est établi que Marilyn a succombé à un surdosage médicamenteux ou à un mélange fatal de deux médicaments. Il était de notoriété publique que la star carburait aux somnifères, barbituriques et anti-dépresseurs de toutes sortes (comme beaucoup à Hollywood à cette époque), sans oublier qu'elle les absorbait avec de l'alcool en général... Peu de temps avant sa mort, un ami l'avait sauvé d'une overdose de barbituriques.

Suicide, erreur de dosage fatal ou raison plus sinistre, là est la question. Deux faits sont quasiment certains :
- Les secours ont été prévenus bien après la mort de la star. Selon le rapport d'autopsie, Marilyn serait morte vers 22H30 et découverte peu après par sa gouvernante et son psychiatre, apellé alors en urgence. Or, les secours n'ont été prévenus qu'à 04h25 du matin...
- Le second fait découle du premier : le corps de Marilyn a été déplacé, la position dans laquelle on l'a découvert, allongé à plat ventre sur le lit, le téléphone en main, ne correspond pas à la position naturelle d'un corps après overdose de barbituriques (Il est vrai cependant que son psychiatre aurait tenté de la ranimer avant de la redéposer sur son lit, ce qui peut expliquer cette position inhabituelle). Et surtout, il semble bien que sa chambre ait été fouillée.

Plusieurs autres faits troublants suivront : échantillons et rapports d'autopsie qui disparaissent, prélèvements complémentaires ordonnés mais jamais exécutés, incohérences dans les rapports des différents médecins...
On sait également que Marilyn était sur écoutes. Or, le relevé de ses conversations téléphoniques en cette nuit fatale a disparu...
Enfin, on a retrouvé sur sa table de nuit plusieurs boîtes vides de Nembutal, un barbiturique puissant (de quoi tuer dix personnes !), mais aucun verre d'eau... Comment la star aurait pu les absorber ?

On l'ignore souvent, mais les heures qui suivirent l'arrivée du corps à la morgue furent des plus abjectes : journalistes et photographes tentèrent par tous les moyens d'approcher la dépouille, l'un d'eux réussit même à en prendre un cliché (On le trouve sur le net, je ne le poste pas par respect). Les employés en furent réduits à cacher le corps dans un placard à balais, en position debout, pendant trois heures, avant que l'on puisse enfin procéder aux derniers soins... Sa coiffeuse eût le plus grand mal à la coiffer et se vît obligée de lui passer une perruque blonde et le maquilleur éprouva les plus grandes difficultés à l'embaumer...

Marilyn avait 36 ans et, de l'avis de tous, était plus rayonnante et lumineuse que jamais. Avec cette mort mystérieuse, elle est définitivement passée de l'autre côté du miroir pour devenir immortelle. Nous ne la verrons jamais vieillir, se rider et se flétrir, elle reste éternellement jeune et belle.
Goodbye Marilyn...


Dernière édition par Voyageur Solitaire le Ven 18 Juil - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Ven 18 Juil - 17:07

Citation :
Plusieurs autres faits troublants suivront : échantillons et rapports d'autopsie qui disparaissent, prélèvements complémentaires ordonnés mais jamais exécutés, incohérences dans les rapports des différents médecins...
On sait également que Marilyn était sur écoutes. Or, le relevé de ses conversations téléphoniques en cette nuit fatale a disparu...
Enfin, on a retrouvé sur sa table de nuit plusieurs boîtes vides de Nembutal, un barbiturique puissant (de quoi tuer dix personnes !), mais aucun verre d'eau... Comment la star aurait pu les absorber ?

Elle a été assassinée. C'est ma conviction personnelle. Par qui, je n'en sais rien. Mais on est pas la maîtresse d'un président pendant de nombreuses années sans que celui-ci n'ait livré quelques secrets sur l'oreiller.

La vérité se trouve certainement dans les fiches d'Edgar J. Hoover ... comme tout ce qui doit concerner l'affaire JFK.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Ven 18 Juil - 17:39

Si l'on s'en tient aux faits les plus établis, un parfum de mystère plane bien sur cette mort :
La gouvernante de Marilyn, Eunice Murray, et son psychiatre lui auraient fait prendre de l'hydrate de Chloral pour dormir, ignorant qu'elle avait pris du nembutal auparavant et le mélange aurait été fatal.
Le problème vient bien de ce fameux nembutal : on a retrouvé dans sa chambre plusieurs boîtes vides, de quoi tuer 10 personnes et pas un seul verre d'eau...  Comment la star aurait-elle pu absorber autant de pilules ? Surtout qu'elle aurait sombré dans l'inconscience bien avant d'avoir tout absorbé. Les spécialistes s'accordent à dire qu'elle serait tombée inconsciente après avoir absorbé 35 % de la prise totale qu'elle est sensée avoir pris cette nuit là... Aucun résidu également dans son estomac et ses intestins selon le rapport d'autopsie. Seule possibilité : une absorbtion par injection et non par voie orale. Mais si cette hypothèse tient la route, qui aurait pratiqué cette injection ?

D'après le rapport d'autopsie, Marilyn serait morte vers 22h30. Sa gouvernante, allant se coucher, fût inquiète de voir la porte de la chambre fermée et de ne pas avoir de réponse à ses appels. Elle aurait alors fait le tour de la maison par le jardin pour découvrir, par la fenêtre de la chambre, Marilyn étendue nue et inconsciente sur son lit. Elle aurait alors apellé le psychiatre de la star, le docteur Greenson. Arrivé sur place, ce dernier aurait brisé un carreau pour entrer dans la chambre et aurait tenté de réanimer la star, sans succès, avant de la replacer dans son lit. Il est alors aux environs de minuit. Tel est le témoignage de la gouvernante et du psychiatre. Pourtant, c'est à 04h25 du matin que les secours sont apellés...

Le fait le plus troublant est le témoignage de l'ambulancier James Hall qui jure avoir été apellé cette nuit là, avant minuit, au domicile de la star. Il l'aurait trouvé nue dans son lit, inconsciente mais vivante. Lui et son collègue l'auraient alors allongé au sol pour la réanimer. C'est alors que le Docteur Greenson les aurait écarté pour tenter une injection intracardiaque d'adrénaline directement dans le cœur. L'aiguille aurait alors touché une côte et Marilyn aurait succombé à cet instant. Le reste n'aurait été que mise en scène avant l'appel "officiel" aux secours vers 04h25 du matin.

Qui a raison, qui a tort ? Tous les protagonistes de cette nuit fatale sont morts, emportant leurs secrets avec eux. Marilyn la première...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 20 Juil - 14:23


Che Guevara, l'envers d'un mythe :

Le Paris jacobin a eu Saint-Just, la Havane des guerilleros eut Che Guevara, même figure portée au pinacle pour les uns mais même monstre froid ayant eu recours aux méthodes terroristes pour assouvir sa soif de pouvoir et de sang.

Ce fils de bonne famille est né à Buenos Aires en 1928. Il sillonna très jeune le sous-continent américain, après ses études de médecine, rencontrant la misère au Guatemala à l'époque du régime progressiste de Jacobo Arbenz renversé par les Américains. C'est là que Guevara apprend à haïr les Etats-Unis. "J'appartiens, écrira-t-il plus tard à un ami en 1957, de par ma formation idéologique, à ceux qui croient que la solution des problèmes de ce monde est derrière ce que l'on appelle le rideau de fer."

C'est lors d'une nuit au Mexique, en 1955, qu'il lie connaissance avec un jeune avocat cubain exilé, Fidel Castro. Celui-ci prépare son retour sur la plus grande île des Antilles. Guevara décide alors de suivre ces Cubains qui débarqueront sur l'île en décembre 1956.
Nommé commandant d'une "colonne", il se fait très vite remarquer pour sa très grande dureté : un jour, un gamin, guerillero de sa colonne, qui avait volé un peu de nourriture, fut fusillé sur-le-champ et sans autre forme de procès. Ce "partisan de l'autoritarisme à tout crin", comme le qualifiera son ancien compagnon Régis Debray, qui a l'idée d'imposer une révolution communiste, se heurte même à l'opposition de plusieurs commandants cubains authentiquement démocrates.

Une fois la victoire acquise sur les troupes de Battista, et le nouveau régime installé, Guevara est nommé "procureur" et se trouve chargé des recours en grâce. En tout état de cause, la prison de la Cabaña où il officie est le théâtre de nombreuses exécutions, notamment d'anciens compagnons d'armes demeurés démocrates.

Nommé ministre de l'Industrie et directeur de la Banque centrale - sans aucune notions, même les plus élémentaires, d'économie - il impose le "modèle soviétique", ce qui finit par ruiner la Banque centrale. Il fut plus à l'aise pour instituer les "dimanches de travail volontaires" (sic), fruit de son admiration pour l'URSS et la Chine dont par ailleurs, il saluera la révolution culturelle.

Dans son testament, cet élève de l'école de la Terreur, ne cesse de louer "la haine efficace qui fait de l'homme une efficace, violente, sélective et froide machine à tuer." "Je ne peux pas être ami avec quelqu'un s'il ne partage pas mes idées", avoue ce sectaire qui baptise son fils Vladimir, en hommage à Lénine.

Dogmatique, froid, le "Che" (expression argentine) est en décalage avec le naturel ouvert et chaleureux des Cubains. A Cuba, il est l'un des artisans de l'embrigadement de la jeunesse, sacrifiant au culte de l'homme nouveau. Désireux d'exporter la révolution dans sa version cubaine, aveuglé par un anti-américanisme plus que primaire, il s'emploie à propager les guérillas à travers le monde, selon son slogan : "Créer deux, trois... de nombreux Vietnam !" (mai 1967). En 1963, il se rend en Algérie puis à Dar-es-Salam, avant de gagner le Congo où il croise le chemin d'un certain Désiré Kabila, un marxiste devenu le maître du Zaïre et qui n'a jamais répugné aux massacres de populations civiles, comme lui enseignait si bien son maître.

Fidel Castro l'utilisa à des fins tactiques. Mais une fois leur rupture survenue, Guevara gagna la Bolivie. Tentant d'appliquer la théorie du foco (foyer) de guérilla, dédaignant la politique du Parti communiste bolivien, ne rencontrant aucun soutien de la part des paysans dont pas un ne rejoindra son maquis itinérant.

Isolé, traqué, Guevara finira par être capturé le 8 octobre 1967 et exécuté - probablement sur ordre de la CIA - le lendemain.

Finalement, sa lamentable disparition ne fut pas une grosse perte pour l'humanité...  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 18:23

J'ai toujours eu du mal à comprendre cette fascination pour Marylin. Parce que franchement à cette époque niveau actrice il y avait mieux, que ce soit Deborah Kerr, Joan Fontaine ou encore Gene Tierney, et j'en passe.
Marylin avait tendance à surjouée, on voyait bien qu'elle n'était pas dans son univers, avec un malaise bien voyant à l'écran. Et puis bon niveau beauté la aussi quand on compare avec Gene Tierney, pour moi il n'y a pas photo.
Je n'accroche pas spécialement avec ce genre de mythe, à l'instar de James Dean, on en fait beaucoup trop la dessus je trouve.

Mais une morte prématurée et douteuse, une vie agitée donne à certains personnages un image de mythe qui bien souvent n'aurait pas lieu d'être.
La question est quelle est l'image que Marylin a donnée à la postérité ?    Personnellement je retiens beaucoup plus d'actrices qu'elle de son époque. Certes il y avait sa relation avec JFK, mais c'était plus proche du people qu'on peut retrouver dans certains magazine douteux d'aujourd'hui, qu'une certaine qualité artistique.
L'éternelle jeunesse, son coté universelle ?  Les médias y sont beaucoup la dedans, lui collant une image de mythe, d'ailleurs de son vivant c'était également le cas.
Mais je trouve vraiment qu'on en fait trop avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 19:52

Bien que fan de Marilyn, je suis d'accord avec toi sur bien des points : des beautés blondes et pulpeuses, la Californie de l'époque en regorgeait. Niveau actrice, je ne la trouve pas formidable, même dans des films de qualité comme Bus stop. D'ailleurs, les studios la considéraient plus comme une actrice à gros lolos qu'une comédienne véritable et elle était sous-payée par rapports aux autres stars féminines de l'époque.

Et pourtant... Pourtant elle est toujours là, plus de 50 ans après. Pourquoi ? Je serai bien incapable de te répondre... Ce qui me fascine chez elle, c'est cette schyzophrénie, cette déchirure entre Norma Jane Baker et ce personnage de Marilyn. Car derrière Marilyn, derrière l'icône, il y avait une petite fille fragile, perdue et instable, suicidaire et dépressive, dépendante à l'alcool et aux sommnifères, en décalage total avec ce qu'elle incarnait. Elle avait fini par se faire bouffer, dévorer par ce double qu'elle s'était créé et qui a finit par lui échapper. C'est ça qui me fascine chez elle en fait, elle s'est forgée une autre identité, elle est passée de l'autre côté du miroir. Derrière le sourire, les rires, le maquillage et les strass, il y a une pauvre fille paumée qui apelle au secours. Je pense que beaucoup d'hommes fans d'elle, comme moi, ressentent cette fragilité, cette détresse qui les émeut en fait. Après, si on rajoute Hollywood, la mafia, les Kennedy, l'alcool et les frasques, les barbituriques et les hommes, sa mort mystérieuse...

Et puis, sur certains clichés, prise au naturel, elle est quand-même bien belle... Après, si on compare à la magnifique et talentueuse Liz Taylor par exemple, évidemment...


Dernière édition par Voyageur Solitaire le Lun 21 Juil - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 19:58

Voyageur Solitaire a écrit:
Bien que fan de Marilyn, je suis d'accord avec toi sur bien des points : des beautés blondes et pulpeuses, la Californie de l'époque en regorgeait. Niveau actrice, je ne la trouve pas formidable, même dans des films de qualité comme Bus stop. D'ailleurs, les studios la considéraient plus comme une actrice à gros lolos qu'une comédienne véritable et elle était sous-payée par rapports aux autres stars féminines de l'époque.

Vous allez me trouver vraiment rétro, mais je suis plutôt fan des beautés hollywoodiennes des années 50. Ava Gardner par exemple :


Marilyn Monroe est juste à la frontière de deux époques. Elle est belle, c'est vrai mais on sent déjà les retouches... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 20:06

Pour moi, la beauté absolue conjugé à un talent d'actrice incroyable, c'est Liz Taylor :


La chatte sur un toit brûlant, Soudain l'été dernier... Et avec Richard Burton, aussi magnétique et charismatique qu'elle, quel couple !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 20:07

Personnellement de l'âge d'or hollywoodien j'ai un faible pour la belle Gene Tierney. Une beauté, douce et sensuelle, aux beaux yeux clairs. Il y avait une certaine classe, une certaine élégance à l'époque, qu'on ne retrouve plus vraiment aujourd'hui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: XXème siècle   Lun 21 Juil - 20:12

Tu m'étonnes ! Aujourd'hui c'est la vulgarité qui fait la gloire. De toutes façons, on parle même plus de stars mais de people... Le glamour et l'élégance, c'est terminé depuis longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 21:08

Vulgarité, tu as trouvé le mot, VS. Oui, époque vulgaire où tout est nivelé par le bas au nom d'une culture qui se veut "populaire". Comme si pour être plus accessible au grand public, il fallait nécessairement s'adresser à lui comme à des débiles. C'est pire que du mépris.

On ne fait plus de l'Art, on fabrique des produits, on vend du rêve prémâché, du clinquant, des paillettes, du superficiel. On porte aux nues des pétasses aux gros seins sur lesquelles des ados puceaux vont se branler au fond de leur lit.

La culture avec un grand Q !

Que restera t-il de notre époque ? Une trace de merde au fond de la cuvette des toilettes qui partira, je l'espère, après que l'on aura tiré la chasse... et c'est tant mieux.

Je vous conseille trois chaînes, si vous avec le cable ou le satellite :

Ciné Classic, TCM et Paramount Channel.

Trois chaînes, bien sur en option, qui diffusent en boucle de vieux films hollywoodiens.

C'est malheureux mais il faut payer maintenant pour avoir de la qualité....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 21:26

Je suis bien d'accord, mais on va vraiment finir par passer pour un club de vieux aigris grincheux comme les deux vieux du Muppet Show !  lol! 
Allez les gens, venez, on est gentils, promis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3827
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 21:39

La dernière bêtise (pour rester poli) qui circule sur le web. Attention, accrochez-vous, c'est du lourd :


Je ne sais pas si c'est joué ou pas mais là, franchement, le coup des "deux lunes" c'est encore plus fort que la "guerre de 78" de Nabila.

Je ne peux quand même pas croire qu'il existe des personnes aussi connes à ce point...  Mad 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5721
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 21:46

Je confirme : on va vraiment passer pour un forum de vieux cons grincheux !  lol! 

Kim des Marseillais à Rio après Ava Gardner, Marilyn et Liz Taylor, putain, ça déménage là !

Allez les gens, venez, on se marre aussi, promis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2470
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 21 Juil - 22:59

Si tu es belle et charmante et que tu nous lis, je t'assure on est pas aussi aigris que ça. Razz 

C'est juste qu'on aime pas notre époque de merde, avec une tv hertzienne aussi intelligente et épaisse qu'un ticket de metro anorexique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Aujourd'hui à 13:28

Revenir en haut Aller en bas
 
XXème SIECLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» FRANS MASEREEL (1889-1972)
» XXème SIECLE
» petite dagounette XII et XIII eme siecle !!
» LE JUKEBOX DU SIECLE
» XIXème SIECLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: