AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 XXème SIECLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 507
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 27 Oct - 0:04

Plus que les États Unis ou l'URSS c'est l'Europe qui aurait souffert d'un conflit nucléaire. Les différentes forces étant en contact direct en Europe et particulièrement en Allemagne. Il était prévu d'utiliser les armes nucléaires assez rapidement tant les forces en présences étaient concentrées et nombreuses. L'Europe aurait probablement été transformé en parking. Fort heureusement pour nous les deux superpuissances ont réglé leurs comptes durant des conflits plus éloignés comme le Viêt-Nam ou l'Afghanistan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 985
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 3 Nov - 21:16

La vraie question est de savoir s'ils (les dirigeants) l'auraient vraiment fait. Énormément de bluff et d'intimidations, toute cette période. On le voit assez aisément aujourd'hui, où les lignes dites infranchissables, sont tout de même franchies et où rien ne se passe - ou pas grand chose. Et déclencher un guerre contre l'URSS ou les EA, étaient bien plus incertain à l'époque que maintenant, au MO, ou en Afrique.
Je ne pense pas qu'ils l'auraient fait - même pour un B52, même pendant la crise des missiles de Cuba. Il aurait fallu quelque chose de bien plus dangereux - à mon sens. Et d'ailleurs, on ne l'a pas eu - la guerre - heureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 3 Nov - 21:25

Astre*Solitaire a écrit:

Je ne pense pas qu'ils l'auraient fait - même pour un B52, même pendant la crise des missiles de Cuba. Il aurait fallu quelque chose de bien plus dangereux - à mon sens. Et d'ailleurs, on ne l'a pas eu - la guerre - heureusement.
La possession de l'arme atomique par chacun des deux camps a maintenu un équilibre de la terreur dans le cadre duquel la guerre n'était pas possible, ni même envisageable. Mais la fin de l'URSS en 1991 a paradoxalement fait émerger de nouvelles puissances nucléaires, accroissant le risque de prolifération.

Résultat : le péril atomique est certainement plus grand aujourd'hui que dans les années 1950-1960.

En effet, que se passerait-il si un Etat autoritaire se dotait de la bombe A, ou pire, si des groupes terroristes parvenaient à maîtriser la fission de l'atome ?

affraid 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 985
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Ven 8 Nov - 22:55

Tu n'as pas tort.

Mais l'effet de la bombe atomique est surtout psychologique. Les radiations invisibles, le panache « champignon », les morts silencieuses, presque inconnues, des années après, etc...
Les deux bombes atomiques de Nagasaki et de Hiroshima semblent avoir fait 250 000 morts, si l'on choisi l'estimation la plus haute. Or, la grippe tue 50 000 personnes par an dans le monde, soit depuis la seconde guerre mondiale, un impact 14 fois supérieur aux deux bombes atomiques ... et qui s'en souci ? Cela n'horrifie, ni ne traumatise personne.
C'est donc plus un phénomène de méthode, de procédé de masse, artificiel (surtout), qui choque.
Mais c'est vrai que la fission/fusion, c'est un truc qui fait assez froid dans le dos, notamment lorsque l'on pense que certaines radiations mettent des milliers de milliers d'années à disparaître : l'uranium 238 met 4,5 milliards d'années, ce qui est assez long pour mettre un pluriel au mot année. À échelle humaine, c'est éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Sam 9 Nov - 1:24

D'autant plus qu'à force de présenter les Japonais comme des "victimes" de la bombe A on vient à oublier que de 1937 à 1945, ils étaient une puissance très agressive, impérialiste, et qui a été la cause de nombreux massacres de populations en Chine, mais aussi dans le reste de l'Asie.

On oublie que les Japonais s'asseyaient systématiquement sur les conventions de Genève et soumettaient leurs prisonniers aux pires supplices qui n'aient jamais existé... qu'ils conditionnaient des pilotes pour les envoyer s'écraser contre les navires américains.

Bon, bien sur, aujourd'hui le temps a passé... les Japonais sont devenus nos alliés, et c'est tant mieux. Mais il ne faut pas, au prétexte qu'ils se sont fait atomiser, oublier quel fut leur passé... la bombe A, ce n'est qu'au fond la conséquence de la politique entêtée de leur chef qui n'a jamais voulu se rendre et a préféré sacrifier son peuple plutôt que de s'incliner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 507
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Sam 9 Nov - 2:23

Un des reproches que l'on peut faire aux Japonais c'est de ne pas avoir fait le ménage dans leur passé. Il y a beaucoup de rancœur vis à vis d'eux dans la régions (Chine, Corée). Quand l'Allemagne a fait son mea culpa les japonais sont passé à autre chose. Si en ce moment les chinois et les japonais jouent au bateaux autour des iles Senkaku, c'est aussi parce que les contentieux n'ont pas tous été réglé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mer 27 Nov - 0:02


C'est parce que certains savent garder la tête haute dans les moments les plus difficiles que les victoires sont possibles. Et ce sont toujours les plus belles.

Bravo à ceux qui ont osé bravé l'interdiction et ont eu le courage de manifester leur soutien à la Mère-Patrie face à l'occupant ce 11 novembre 1942 !

C'est comme ça qu'elle est belle, notre France. Quand elle ose relever la tête et se montrer fière d'elle-même ! cheers 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5752
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mer 27 Nov - 16:24

Malgré ma fascination pour le Japon, son esthétisme, sa culture et son art de vivre, il faut bien l'admettre : les japonais furent les bourreaux de l'Asie pendant la Seconde Guerre Mondiale. Dès la fin des années 1930, ils procédèrent en Chine à des bombardements et de violentes exactions. Ils se proclamèrent race "divine" et entendaient bien se tailler un empire en Extrême-Orient, au détriment des occidentaux, anglais en Inde et français en Indochine entre autres.

J'en ai déjà parlé dans La pierre de vision dans ma critique du film Le dernier empereur : ils installèrent sur le trône de Mandchourie Pu-Yi, souverain fantoche, pour mieux s'emparer des richesses de la province et avoir une tête de pont sur le continent. On retrouve également cette atmosphère dans l'excellent album de Tintin, Le lotus bleu, où Hergé dépeint très bien les intrigues des japonais pour s'infiltrer et s'installer en Chine à travers le personnage de M. Mitsuhirato. Comme l'a relevé l'ami Youpi, les chinois connurent les massacres, déportations, camps de concentrations, expériences biologiques...
Il y a encore peu, l'obstination du premier ministre japonais à honorer le souvenir des anciens combattants nippons lors de la visite d'un sanctuaire leur étant dédié suscitait la fureur de Pékin...

La Chine de l'époque, en pleine décadence, fût un terrain où s'affrontèrent les japonais et les occidentaux, repliés sur la Concession Internationale. Les japonais avaient dans leur viseur Singapour, Hong Kong, la Malaisie, l'Inde, l'Indochine et toute la zone Pacifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mer 27 Nov - 17:43

Voyageur Solitaire a écrit:
Malgré ma fascination pour le Japon, son esthétisme, sa culture et son art de vivre, il faut bien l'admettre : les japonais furent les bourreaux de l'Asie pendant la Seconde Guerre Mondiale. Dès la fin des années 1930, ils procédèrent en Chine à des bombardements et de violentes exactions. Ils se proclamèrent race "divine" et entendaient bien se tailler un empire en Extrême-Orient, au détriment des occidentaux, anglais en Inde et français en Indochine entre autres.
Les Japonais étaient fanatisés. Ils vivaient uniquement pour la gloire de leur Empereur. Ils pouvaient même faire le sacrifice de leur vie pour lui. Dans l'armée avec les fameux kamikazes mais aussi dans le civil.

Face à ce pays qui refusait de baisser les armes et de se rendre, les Américains n'eurent pas d'autre choix que d'employer l'arme ultime... on peut certes juger a posteriori de la méthode radicale pour faire plier le Japon mais, à cette époque, c'était la seule solution pour en finir.

Comme tu l'as dit VS, tous les peuples d'Extrême-Orient occupés par les Japonais étaient désireux d'en finir une fois pour toutes... d'autant que les Japonais n'étaient pas spécialement tendres avec leurs prisonniers. D'ailleurs, certains vétérans américains et anglais qui ont témoigné après la guerre, l'ont dit : ils auraient mieux aimé passer leur temps de captivité dans un oflag ou un stalag en Allemagne que de subir l'enfer des camps japonais.

Les tortures japonaises étaient, parait-il, les plus terribles : retournement d'ongles, bambous dans l'anus et j'en passe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 1 Déc - 11:51

L'énigme du 22 novembre 1963

L'émission Geopolitis (RTS) revient sur les circonstances de l'assassinat du président Kennedy :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5752
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Sam 7 Déc - 13:33

Madame Claude


"Il n'y a que deux choses qui marchent : la cuisine et le sexe et je ne savais pas cuisiner..." C'est avec humour que Madame Claude expliquait les origines de son activité. Née Fernande, elle fût à la tête, dans les années 1960-1970 d'un réseau de prostitution de grand luxe, resté dans l'histoire. Elle n'était certes pas la première à proposer les services de belles femmes aux puissants, mais elle sût innover et se démarquer des autres : ses filles étaient non seulement très belles, mais cultivées. Madame Claude leur enseignait le maintien, comment se tenir et se comporter dans le grand monde et elle privilégiait l'allure et la classe autant que la beauté. Certaines de ses filles ont d'ailleurs fini par épouser leur client régulier et leur patronne ne les empêchait nullement de la quitter pour refaire leur vie. De plus, plutôt que de recevoir en un lieu donné, Madame Claude mettait ses filles en contact avec ses clients par téléphone (chose peu courante à l'époque) ce qui lui permettait d'éviter tout contact personnel avec ses clients.
Pendant de longues années, Madame Claude a ainsi régné sur la prostitution de grand luxe à Paris. Evidemment, un tel personnage attise les rumeurs les plus folles : on murmure qu'elle eût pour client un certain président américain en visite officielle en France et qu'elle était "protégée" par les chefs du grand banditisme, voir de la Brigade Mondaine (certains prétendent qu'elle transmettait aux services de renseignements des informations de premier choix, récoltées sur l'oreiller par ses filles, en échange de sa protection). Elle se serait liée également avec de puissants personnages politiques, de la finance ou de la culture, français ou étrangers. Tout celà ne l'a pas empêché un soir d'être victime d'une tentative d'assassinat par balles et elle n'eût la vie sauve que grâce à l'épaisseur de son tailleur siglé Courrèges...
Bref ! De Madame Claude, on a dit beaucoup, tout et son contraire. Mais en 1974, le vent tourne : élu président, Valéry Giscard d'Estaing durcit les lois contre la prostitution, les "maisons" plus ou moins officielles ferment. Madame Claude, poursuivie par le fisc, voit son réseau démantelé et s'enfuie aux USA. Rentrée en France en 1985, elle est incarcérée 4 mois à Fleury-Mérogis et perd une bonne part de sa fortune à l'issue d'un long procès qui la condamne pour proxénétisme aggravé. Entretemps, elle rédige ses Mémoires et sa vie a fait l'objet de nombreux films et documentaires.

Elle vit aujourd'hui dans un modeste appartement sur la Côte d'Azur. Splendeurs et misères des courtisanes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Lun 9 Déc - 19:06

Quand, il y a 73 ans, la Franche-Comté faillit être rayée de la carte

macommune.info

Saviez-vous qu’en 1940 les Allemands projetaient de rayer purement et simplement la Franche-Comté de la carte pour en faire une sorte d’enclave SS au sein de la France occupée pour accueillir des Sud-Tyroliens ? C’est ce que raconte l’historien bisontin et ancien député Joseph Pinard dans son dernier livre dans lequel il rappelle également d’autres épisodes de l’histoire où la Franche-Comté fut convoitée.



"Dès le 18 juillet 1940, Himmler recevait à Berlin Peter Hofer (ndlr : à la tête de l’Association des optants sud-tyroliens). Le chef de la Gestapo annonça à son interlocuteur qu’Hitler lui-même avait accordé ou remis en partie la Franche-Comté aux Tyroliens ; les frontières restaient à préciser", signale Joseph Pinard dans son dernier livre "Quand la Franche-Comté faillit disparaître. Le projet nazi d’expulsion en 1940". L’historien bisontin revient en effet dans cet ouvrage sur un épisode de la Seconde Guerre mondiale peu connu dans la région et encore peu étudié.

En Italie mais de langue allemande

Pour mieux comprendre, il faut savoir qu’Hitler et Mussolini s’étaient entendus pour expulser les Francs-Comtois de leur terres afin d’installer à leur place les Sud-Tyroliens. De langue germanique, ceux-ci constituaient une "pomme de discorde" entre les deux dictateurs. Tandis que Mussollni voulait les italianiser de force depuis 1926, Hiltler revendiquait ces populations allemandes. "Après de discrètes négociations, le 21 octobre 1939 l’Allemagne et l’Italie signaient un traité accordant aux Tyroliens du sud de langue allemande un droit d’option en faveur du Reich", explique Joseph Pinard, indiquant plus loin :  "Au 31 décembre 1939, date d’expiration du délai d’option, 185.000 personnes sur 267.000, soit 69%, avaient choisi l’Allemagne. Il fallait cette fois quitter la terre des ancêtres… mais pour aller où ?" Et pourquoi pas en Franche-Comté.

Consacrant la moitié de son livre à ce projet d’annexion, Joseph Pinard en suit la genèse jusqu’à son échec, puis revient, dans une seconde partie, aux précédents, la Franche-Comté ou certains de ses territoires ayant été déjà convoités à d’autres reprises.

En 1815 par exemple, elle aurait pu devenir le 23e canton suisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2489
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mer 11 Déc - 22:59

Steve Biko, la conscience noire



Né le 18 décembre 1946 à King William's Town dans la province du Cap, Steve Biko est très tôt confronté à la politique à cause de son frère, arrêté en 1963 pour militantisme anti-apartheid.
Étudiant à l'université de médecine du Natal où il est élu au conseil représentatif des étudiants noirs, Biko est délégué en 1967 à la conférence de la National Union of South African Students (NUSAS) à l'Université de Rhodes.
Révolté par sa condition de noir dans l'Afrique du Sud de l'apartheid, il en vient rapidement à rompre avec le libéralisme et la diversité multiraciale prônée par la NUSAS.
En 1968, il milite pour un mouvement exclusivement noir au contraire de la NUSAS largement ouverte aux étudiants libéraux blancs.

En 1969, à l'université du Nord près de Pietersburg, il participe au côté de nombreux étudiants noirs du Natal à la création de la South African Students Organisation (SASO), mouvement uniquement composé d'étudiants noirs et prônant la philosophie de la Conscience noire (black consciousness). Biko est élu le premier président de ce syndicat étudiant.
Bien que d’inspiration non violente, sa philosophie militante est plus radicale que celle de l’ANC. Très critique envers les libéraux blancs dont il doute de la sincérité des convictions, il préconise que les noirs se libèrent par eux-mêmes. Il rejette totalement l'idéologie libérale dans toutes ses composantes et se prononce contre l'intégration entre noirs et blancs, se déclarant contre « le fait qu'une minorité de colons impose un entier système de valeurs aux peuples indigènes ». Pour lui, les noirs ne peuvent se libérer politiquement de l’apartheid que s’ils cessent de se sentir inférieurs aux blancs. C'est pourquoi, ils ne doivent ni ne peuvent compter sur l’aide ou l’assistance de blancs et doivent cesser de participer à tout mouvement incluant des blancs. L'idée que les noirs puissent ainsi déterminer de leur propre destinée et le principe de la fierté de la conscience noire eurent un grand retentissement alors que les lois d'apartheid étaient à l'apogée de leur mise en œuvre.

En peu de temps, SASO fut identifiée avec la notion de Black Power alors que Biko prêchait aux noirs modérés la nécessaire polarisation raciale en deux camps irrémédiablement hostiles avant le déclenchement d'un conflit racial, prélude aux changements politiques.
En 1972, la SASO se prononce contre toute coopération avec les leaders noirs impliqués dans le système de l'apartheid. Biko qualifie même de « collaborateurs » les modérés travaillant à l'intérieur du système ou ceux prônant de tels rapprochements, et fait entériner une idéologie radicale. La même année, Biko lance la Black Peoples Convention (BPC), version post-étudiante de la SASO.
En 1973, il est détenu sous l'accusation de terrorisme avec d'autres membres de la Conscience noire alors que les écoles sont petit à petit politisées par les membres de son organisation et que se développent les tentatives de boycotts et de fermetures d'écoles. Biko est alors banni et assigné à résidence dans sa région du Cap-Oriental, empêché de tenir des discours en public et de parler à plus d'une personne à la fois. Dans le même temps, les désirs d'émancipation des jeunes noirs lui fournissent de plus en plus de militants qui rejettent les principes de modération et d'intégration de leurs parents.
En juin 1976, cette évolution débouche sur des soulèvements populaires dans tous les townships du pays à mesure que se durcit la répression des forces de sécurité et notamment la révolte des écoliers contre l'imposition de l'éducation en afrikaans qui deviendra le massacre de Soweto. Biko est d'abord mis au secret pendant 101 jours puis, bravant les interdictions de séjour, il sillonne le Cap-Oriental. C'est à cette époque qu'il se lie d'amitié avec le journaliste progressiste Donald Woods qui écrira sa biographie.

Steve Biko est arrêté par la police le 18 août 1977. Emmené à Port Elizabeth où il est torturé, Biko est ensuite transféré à Pretoria, Transvaal, le 11 septembre 1977.
Le 12 septembre 1977, il meurt en détention, officiellement des suites d'une grève de la faim.
Les conditions de cette détention et le décès brutal de Steve Biko sont alors l'objet d'une polémique internationale qui débouche sur la condamnation du régime sud-africain. À l'ONU, le conseil de sécurité vota coup sur coup les Résolutions 417 (31 octobre 1977) et 418 (4 novembre 1977), cette dernière imposant un embargo sur les ventes d'armes à destination de l'Afrique du Sud.

Aux questions du député libéral Helen Suzman sur la mort de Biko, la réponse du ministre de la justice, Jimmy Kruger, résonna à travers le monde entier: « la mort de Steve Biko me laisse froid ». Les policiers concernés ne reçoivent qu'un blâme dans un premier temps alors que les médecins impliqués sont pris à partie par leurs collègues. La police finira par confesser le meurtre de Steve Biko à la Commission vérité et réconciliation à la fin des années 1990.
Le 7 octobre 2003, soit près de 10 ans après l'avènement d'un régime multiracial en Afrique du Sud, la justice sud-africaine renonce à poursuivre les 5 policiers pour manque de preuves et absence de témoins.

Steve Biko reste un symbole et un des héros les plus incontestés de la lutte contre le régime pro-apartheid au pouvoir jusqu'en 1994. Sa vie a été immortalisée par le film "Cry Freedom" réalisé par Richard Attenborough (avec Denzel Washington dans le rôle de Steve Biko), salué par la critique internationale, et par une chanson captivante de Peter Gabriel.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Jeu 30 Jan - 18:09


LES 39 MARTYRS D'ETOBON -- IL Y A 70 ANS...

Entre Chenebier et Etobon, en Haute-Saône, au-dessus d'une longue combe parsemée d'étangs poissonneux, une très haute croix de pierre s'élance parmi des tombes de grès où dorment les victimes de l'un des drames les plus atroces de la Seconde Guerre mondiale :

Au mois de septembre 1944, un groupe de FFI accroche une compagne d'Allemands, leur tuant un général, trois officiers et une dizaine de soldats et leur faisant des prisonniers que les maquisards gardent en forêt. Ceux-ci opèrent en lien avec un autre maquis, celui de Chérimont, que l'ennemi disperse le 18 septembre, fusillant 26 de ses membres.

Le 23, le groupe d'Etobon est obligé de disparaître à son tour car des SS Ukrainiens occupent le secteur.

Le 27, au petit matin, ils font réunir tous les hommes du village âgés de 16 à 60 ans dans une salle de l'école communale puis les conduisent à Chenebier où 39 d'entre eux seront fusillés vers 16 heures, contre le mur de l'église.


C'est leur mémoire qu'honore ce poignant cimetière où sont gravés le nom de ces martyrs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 2 Fév - 19:10

LES BUNKERS SECRETS DE L'AMERIQUE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Jeu 6 Fév - 1:57


THE FABIAN SOCIETY -- L'EVOLUTION PLUTÔT QUE LA RÉVOLUTION :

Association socialiste anglaise, dont l'appellation est dérivée de Fabius le Temporisateur (Cunctator), parce qu'elle vise à une évolution et non une révolution.

Le 23 novembre 1883, cette société a adopté la résolution suivante :

« Les membres de la société affirment que le système compétitif assure le bonheur et le confort du petit nombre au détriment de la souffrance du plus grand nombre et que la Société doit être reconstruite de telle manière qu'elle garantisse le bien-être général et le bonheur »

Les Fabiens ne croient pas à la loi des rentes de David Ricardo et ils préfèrent l'analyse de la valeur de Stanley Jevons à celle de Karl Marx.
De plus, ils rejettent l'idée de déterminisme économique et l'historicisme de Marx. Plus généralement, ils sont plutôt pragmatiques et apprécient peu les abstractions métaphysiques. Philosophiquement, ils sont les "les héritiers directs des Lumières dans sa version utilitariste anglaise".
Enfin, ils ne pensent pas que l'avènement du socialisme soit inéluctable et pour eux il devait découler d'un ensemble de réformes.

Elle a compté parmi ses membres, des personnages aussi influents que le dramaturge Bernard Shaw ou encore l'écrivain de science-fiction H.G Wells.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mer 12 Mar - 18:36


Le Maréchal Joffre, vainqueur de la Marne :

Vêtus de gris, coiffés du casque à pointe, des soldats allemands déferlèrent en masse sur la Belgique et le nord de la France en ces premiers jours de septembre 1914. Ils marchaient précédés de cyclistes, de cavaliers, d'automobiles blindées, traînant avec eux des canons de gros calibre. Au passage, ils brûlaient des villes, des villages, fusillaient de pauvres gens et criaient comme des furieux : "Nach Paris ! Nach Paris !" (A Paris ! A Paris !)

Jamais un plus terrible ennemi n'a attaqué un peuple.

Pourtant les soldats de France n'avaient point peur. Paris n'avait point peur, malgré les taubes qui venaient y larguer leurs bombes. La France n'avait point peur. Tous savaient que la patrie pouvait compter sur son chef des armées, le général Joffre.

Joffre n'avait qu'un mot, un ordre à donner. Et un million de Français se précipitèrent sur un million d'Allemands, les bousculant, les battant, les obligeant à battre en retraite. La bataille de la Marne fut gagnée. La France et le monde étaient sauvés. Le général Joffre, artisan de cette belle victoire, fut fait Maréchal de France. Les Français l'appelaient familièrement : Notre Joffre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Mer 26 Mar - 22:21


HARRY S. TRUMAN - PRESIDENT A REDECOUVRIR :

Né à Lamar (Missouri) le 8 mai 1884 dans une famille de fermiers baptistes. Il n'a pas fait de hautes études : simple fermier, employé des chemins de fer puis grouillot de banque. Vétéran de la Grande Guerre sur le front français, à son retour il ouvre une chemiserie qui fit faillite pendant la récession.

En 1922, commence sa carrière politique sous l'étiquette démocrate. Il assure d'abord des petites fonctions locales avant d'être élu sénateur en 1934 et réélu en 1940.

Législateur loyal, il soutient le New Deal du président Roosevelt.

Honnête et intègre, en tant que vice-président de ce dernier, il supervise la commission du Sénat chargée d'enquêter sur les fonds employés dans l'industrie de la défense, et fait économiser au pays plusieurs centaines de millions de dollars à tel point que le TIME MAGAZINE lui consacre sa couverture en mars 1943.


Le 12 avril 1945, à la mort du président Roosevelt, Truman accède à la Maison Blanche, comme le prévoit la Constitution. Lourde tâche pour ce président du hasard qui aura d'abord à finir la guerre, puis assurer la transition vers l'économie de paix et enfin définir la place et le rôle des Etats-Unis dans le concert des nations.
Une tâche ingrate et ardue car, contre lui, il a l'opposition du Congrès et l'opinion publique américaine ainsi que celle leaders étrangers qui jugent qu'il n'a pas l'envergure de son illustre prédécesseur.

Truman fut pourtant un président actif. Et bien plus à la hauteur qu'on ne l'a dit.

Déjà, il pérennise le new deal par un fair deal. Ensuite, pour la première fois dans l'histoire américaine, sous sa mandature, la politique extérieure supplante la politique nationale en temps de paix. Il fait accéder son pays au rang de superpuissance : les Etats-Unis réorganisent ainsi l'ordre mondial et jouent un rôle clef dans la création de l'ONU.
Ils apportent aussi leur aide à la reconstruction de l'Europe et du Japon.

Il est le premier président à faire face à la Guerre Froide qui commence à diviser le monde.
En 1947, il définit sa politique du containement du communisme à laquelle se rallient démocrates et républicains.

Truman développe également le concept nouveau de sécurité nationale : la défense des intérêts américains sort du cadre national. L'exécutif est alors réorganisé :
1947 - création du Pentagone et de la CIA.
Il place le président au coeur du dispositif de défense nationale. Ainsi, en 1951, en pleine guerre de Corée, il n'hésite pas à relever de son commandement le très populaire général MacArthur qui souhaitait faire usage de la force de frappe atomique sur la Chine.

Malheureusement, les troupes américaines échouent en Corée. C'est la première fois dans l'histoire des Etats-Unis. Cet échec retombe sur les épaules de son président. Le bilan de Truman est alors contesté, y compris au sein de son propre parti où certains conservateurs partagent les vues des républicains sur les questions internationales.

Truman voit sa côte de popularité chuter à moins de 23% : ce qui le décide à ne pas se présenter pour un second mandat.

Il faudra attendre les années 70, en pleine crise du Vietnam et du Watergate, pour que l'opinion réévalue à sa juste valeur le bilan de son ancien président.

Pourtant, Truman a réussi là où Wilson a échoué après la Grande Guerre :
- Il a fait abandonner l'isolationnisme des Pères Fondateurs
- Il affirme le rôle de superpuissance des Etats-Unis
- Il affirme aussi le pouvoir du président face au Congrès dans la durée.

Truman est loin d'être le simple continuateur de l'oeuvre de Roosevelt que l'on croyait jusqu'alors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Sam 5 Avr - 20:09

1907 : LA MUTINERIE DES SOLDATS DU 17e

En 1907, les vignerons du midi de la France s'étaient révoltés contre le vin chimique, qui leur faisait concurrence. A leur tête était Marcelin Albert.

Le 22 juin, à l'annonce des émeutes de Narbonne, les soldats du 17e de ligne se mutinent. Ils étaient à 80% natifs du Languedoc et pour les deux tiers agriculteurs. L'agitation avait déjà saisi d'autres unités, envoyées en manoeuvre sur le causse du Larzac et remplacées par des régiments de cavalerie. Le 17e, évacué à Agde, se révolta ce 22 juin et retourna crosse en l'air à Béziers sous les vivats.

Après leur reddition, les mutins furent tout de même envoyés à Gafsa en Algérie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 6 Avr - 0:25

L'EXPOSITION FRANCO-BRITANNIQUE DE 1908


Ouverte le 14 mai 1908 à Sheperd's Bush à Londres, l'exposition franco-britannique fut la plus importante jamais organisée en Angleterre. Destinée à célébrer l'Entente cordiale scellée quatre ans plus tôt, les deux plus grandes nations de l'Europe purent, sur 56 hectares, y faire toute la démonstration de leur savoir-faire.


Ainsi, l'Angleterre exposa ses modèles de cuirassés puissants du style "Dreadnought", fleurons des escadres britanniques.
La France préféra se faire représenter dans la haute couture, dont la clientèle londonienne était fort entichée, et par les joailliers et orfèvres parisiens.


Dans un décor de parterres, de plans d'eau très nombreux et communiquant par des canaux où l'on circulait en gondole, les attractions furent nombreuses, mais la plus originale fut sans nul doute le Flip-Flap. Il s'agissait d'un appareil métallique de 200 pieds de haut - soit environ 50 m - ayant la forme d'une double grue dont le nom signifiait "saut d'avant en arrière".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 6 Avr - 9:54

Voyageur Solitaire a écrit:
Poilant : déjà à l'époque, alors que notre voisin exposait des cuirassés, fleurons de sa technologie, la France préférait montrer chiffons, bijoux et orfèvrerie... ça c'est Paris ! (sur un air de cabaret)
La légendaire frivolité et légèreté française...

C'est assez paradoxal d'ailleurs. Alors que le gouvernement français jouait les gros bras face à l'Allemagne, faisait démonstration de sa force aux colonies, notamment au Maroc, il ne profitait pas de l'occasion qui lui était donnée par cette exposition pour montrer tout son arsenal à l'instar de la Grande-Bretagne.

Les Français préféraient attirer les petites Anglaises dans leur capitale...  lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5752
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 6 Avr - 10:11

Je te rassure, rien n'a changé :
Il y a quelques années, une de mes connaissances est parti visiter l'Exposition Universelle de Shangaï. A son arrivée à l'aéroport, prise en charge par un personnel souriant, polyglotte et efficace, direction l'expo à bord d'une "navette" hyper moderne, sorte de train à crémaillère rapide, confortable et silencieux avec personnel de bord attentionné. Arrivée sur place en très peu de temps et dans un confort impec donc.
Et là, mon collègue découvre au pavillon de la France des exposants qui vantent sans complexe à leurs visiteurs les mérites... du TGV et du tramway. Alors que pour parvenir à l'expo, ils avaient pris un train des plus futuristes et performant. Et pour le reste du pavillon, comme d'habitude, Chanel, Dior, Hermès, la bouffe et les parfums. Le pavillon était pris d'assaut par une meute de chinoises et japonaises déchaînées qui ne rêvaient que de récupérer un sac Vuitton.
A hurler de rire. Ou à pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 6 Avr - 10:21

Voyageur Solitaire a écrit:

A hurler de rire. Ou à pleurer.

Ca a toujours été comme ça. La France, de tous temps, toutes les époques, a toujours eu cette réputation à l'étranger. Même en temps de guerre, il se trouvait toujours des "élégantes" pour faire la promotion de la France à l'étranger auprès d'une clientèle avide et fortunée.

Les Français sont les rois de la baise et de la bonne bouffe, les Françaises sont toutes des mannequins blondasses aux gros seins.

Bref, c'est comme ça le "style" français a toujours été jugé à l'étranger.  Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Youpi l'alchimiste



Masculin Messages : 507
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Dim 6 Avr - 16:23

Pour ce qui est de la perception à l’étranger et par les autres cultures (du moins celles que je fréquente), il y a un véritable intérêt pour le style de vie à la française.
Je préférerais parler d’élégance, de charme et d’amour de la culture; un peuple hédoniste dans son ensemble. Une conséquence parfois comique étant les mecs quittant leur bureau en scooter pour aller voir leur maîtresse mais cela ne change pas fondamentalement la donne. J’ai dans l’ensemble croisé plus de préjugés positifs que négatifs vis-à-vis des français et de la France.

Concernant l’expo universelle de Shanghai, je doute que le publique asiatique ai été aussi enthousiaste pour Ariane et Airbus que pour Yves st Laurent ou Chanel. De toute façon je n’ai pas l’impression que les média francais eux même passent leur temps à mettre en avant les avancées technologiques françaises. Rappelez-vous que si chaque saisons les défilés de mode passent au 20h cela vous permettra d’avoir un sujet de conversation auprès des dames et des demoiselles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak



Masculin Scorpion Messages : 3860
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Ven 25 Avr - 8:17


OEILLETS & LIBERTE -- Lisbonne, 25 avril 1974.

De jeunes officiers font tomber le régime autoritaire de Salazar, miné par les guerres coloniales. C'est la "Révolution des œillets", transition agitée mais pacifique vers la liberté.

Tout commence le matin du 25 avril 1974. Des soldats, refusant de répondre à leur ordre d'affectation, marchèrent sur la capitale, Lisbonne, où ils occupèrent la radio nationale. De là, ils lancèrent un appel à la population pour se joindre au "mouvement des forces armées" pour libérer le pays.
Après la démission du Premier ministre Marcelo José Caetano connue, la foule manifesta son accord avec la junte militaire dirigée par le général Antonio de Spinola dans les rues de la capitale.

Le putsch s'effectua sans effusion de sang. L'armée proclama son intention de "garantir les libertés de pensée, de discours et d'action" et de ne rester en place que jusqu'aux prochaines élections.

Les prisionniers politiques furent libérés, la censure de la presse abolie et Mario Soares, secrétaire du Parti Socialiste portugais, put rentrer de son exil parisien.

Une révolution avec des fleurs, c'est la plus belle des révolutions.   sunny  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: XXème SIECLE   Aujourd'hui à 21:27

Revenir en haut Aller en bas
 
XXème SIECLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» FRANS MASEREEL (1889-1972)
» XXème SIECLE
» petite dagounette XII et XIII eme siecle !!
» LE JUKEBOX DU SIECLE
» XIXème SIECLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LE PAVILLON DES DECOUVERTES :: Chez l'historien-
Sauter vers: