AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CARRIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astre*Solitaire



Masculin Messages : 959
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: CARRIE   Ven 11 Avr - 21:00


Carrie (en français : au bal du diable) est un film américain de 1976. Il s'agit du 10e long métrage du réalisateur Brian De Palma, avec pour acteurs, notamment, Sissy Spacek (Carrie White) que l'on retrouvera dans Missing ou JFK ; Piper Laurie (Margaret White, la maman de Carrie) déjà vu dans l'Arnaqueur et que l'on reverra par exemple dans la série Twin Peaks ; John Travolta (Billy Nolan) que l'on ne présente plus et Nancy Allen (Chris Hargenson) que les afficionados des années 80 connaissent pour son rôle dans Robocop, mais qui a aussi tournée dans Blow up (ce qui était assez facile : elle était alors la femme de De Palma).

Le film raconte les déboires de Carrie (Carrietta) White, une adolescente de 16 ans très mal dans sa peau en raison de son caractère naturel, introspectif, et de sa mère, fondamentaliste religieuse qui voit en toute femme un pêché en devenir et dont l'éducation et l'affection laissent plutôt à désirer. Le film s'ouvre sur une scène de moqueries particulièrement odieuses de la part de ses camarades qui lui jettent au visage des serviettes hygiéniques alors que la jeune Carrie a ses premières règles - sans le comprendre - et s'imagine faire une hémorragie. Mais ce choc émotif ouvre la voix à l'émergence de talents psychokinétiques enfouis en elle. Les filles responsables seront sévèrement punies. Et l'une d'entre elle Chris Hargenson, sera même privée de bal de fin d'année. Aussi prépare-t-elle une vengeance à la hauteur de la rancœur qu'elle porte à Carrie. Une autre. Susan Snell, prise de remord, demande à son petit ami du moment, d'être le cavalier de Carrie pour le bal. Carrie, métamorphosée, belle, resplendissante, vie le plus beau moment de sa courte existence, couronnée reine du bal au moment où un sceau plein de sang de porc s'abat sur elle, cette revanche que Chris avait fomentée. Tout bascule dans la tête de Carrie qui s'imagine alors que chacun et chacune se moquent d'elle. Blessée au plus profond de son âme, elle use de ses pouvoirs et assassine la presque totalité des personnes présentes avant d'aller chercher réconfort auprès d'une mère qui l'attend fermement, un couteau à la main ...

Carrie avant d'aller au bal

Un film des années 70 que j'ai récemment revu et qui fut une agréable surprise. L'ensemble est très bien mené, alternant les moments forts et ceux plus tranquilles, sachant poser une atmosphère, des personnages, la roue de la fatalité qui lentement s'achemine vers la fin. Les acteurs sont excellents et portent véritablement le film à eux tout seuls, avec une mention particulière pour la famille White, la mère et la fille rivalisant de brio dans leur jeu.
La narration pêche un peu par le manque d'ampleur de l'intégration de l'histoire au cours de la vie : un lycée avec une seule classe, un seul prof, deux parents, un groupe de voyous : on a plus l'impression d'un catalogue de stéréotypes - bien croqués - mais qui font tout de même vaguement fauchés.
Plus problématique sont certains choix de mise en scène avec ce nœud scénaristique incontournable : le sceau de sang. Gros plan, long traveling sur la corde visible, cachée, jeu d'ombres des mains qui tremblent et qui la tiennent ... à n'en plus finir. Or, si ce sceau est une sorte de Deus ex machina pour obliger les pouvoirs de la petite à déclencher  - il fallait bien une raison - il n'est que le sommet apparent de tensions psychologiques inhérents à l'état d'adolescence, mal comprises, mal vécues, enfermé dans des systèmes - mais dont ces fameux ados savent s'émanciper, sortir de ces limites. Carrie, par ses camarades, sa mère, le directeur, la prof de gym subit et reçoit des humiliations, mais aussi des bienfaits. C'est elle qui choisit finalement de ne prêter attention qu'aux brimades (terribles, il est vrai). Snell, au contraire, nous montre un côté positif de l'adolescence - qui fait des erreurs, mais qui apprend, et cherche à s'améliorer. Même la bête colère de Chris peut, un temps, se justifier. Or, tout réduire à un sceau, même cinématographique, fait perdre une grande force au message humain et social que porte le film.
Plus rédhibitoire est le scenario qui, surtout vers la fin, offre quelques maladresses et incohérences : Chris et Billy en voiture qui cherchent subitement à écraser Carrie ou le fait de vouloir essayer de noyer quelqu'un qui peut bouger, se déplacer, avec une lance à incendie, ou encore la maison qui s'écroule (on imagine en raison de qui - mais on peut franchement hésiter sur le pourquoi), la fille qui erre seule dans les rues d'une grande ville recouverte de sang sans que personne ne la remarque. Bref, la fin est brouillonne, mais ne gâche heureusement rien, car il ne s'agit somme toutes que de péripéties qui explicitent un comportement, une folie qui elle, est parfaitement maîtrisée.

Alors, le film a somme toute vieilli, mais il tient encore parfaitement la route malgré ses quarante ans et se laisse toujours regarder avec plaisir - preuve que ce ne sont ni le rythme, ne l'action, ni les effets spéciaux qui définissent un film - mais ceux qui le font et qui l'incarnent, une histoire portée, vécue, transmise ; et Carrie réussie dans tous ces domaines.


Une dernière remarque sur le titre en français : le bal du Diable. On pourrait m'expliquer s'il vous plaît pourquoi « le Diable ». Que la mère de Carrie croit au démons, soit. Mais ce n'est qu'un ressort scénaristique qui en rien n'influe sur l'état de Carrie dont les facultés sont innées et non diaboliques. Appeler ce bal celui du Diable, c'est conférer une dimension spirituelle ou religieuse que le film, en lui-même ne possède pas, c'est faire une grave erreur d'analyse sur les visées et les tenants du film, c'est, en fait, requalifier le film pour ce qu'il n'est pas... Carrie et le bal de fin d'année, et le bal de la promo, oui, du Diable, non !!


Dernière édition par Astre*Solitaire le Mer 10 Aoû - 10:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock



Masculin Taureau Messages : 2468
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 38
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: CARRIE   Ven 11 Avr - 21:30

Un film sombre à l'ambiance pesante, typique de l'atmosphère noire des 70's, et excessivement pessimiste, notamment sa fin.

Ce n'est pas mon film préféré de De palma, mais ça reste un bon film du genre, bien qu'il ait un peu vieilli.

Mais dans ce film on retrouve bien l'ambiance glauque des films des années 70.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin


Masculin Messages : 5717
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: CARRIE   Ven 11 Avr - 21:49

Comme pour la majorité des oeuvres de Stephen King, j'ai préféré le livre au film. Je garde un bon souvenir de Carrie en film, un film qui porte incontestablement la "patte" des années 70 et avec des acteurs/actrices qui savent jouer. Le côté horrifique et sanglant m'a un peu rebuté toutefois : il est pourtant bien présent dans le livre, mais de le "voir" m'a fait une drôle d'impression. Il faut dire que j'étais jeune à l'époque et le décalage entre ce que l'on imagine et perçoit en lisant le livre et ce que l'on voit dans le film n'en a été que plus grand. Disons que "je ne voyais pas ça comme ça"...
Le revoir aujourd'hui ? Malgré l'avis positif d'Astre*Solitaire, j'aurais vraiment peur qu'il ait mal vieilli...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CARRIE   Aujourd'hui à 12:36

Revenir en haut Aller en bas
 
CARRIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CARRIE MATHISON de Homeland
» CARRIE ELIZABETH EMRYS ► Ty Simpkins
» Carrie Elizabeth Emrys
» Soirées au dortoir [Eli, Lou et Ashley] [Carrie en PNJ]
» Vive la fin des cours =) (pv Carrie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LES LIVRES DE VISION :: Films et séries en général-
Sauter vers: