AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE COIN DETENTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
VIC

avatar

Masculin Messages : 3166
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Lun 19 Déc - 20:21

Sauf que l'énigme a été biaisée car on nous a dit qu'on était pressé et qu'on ne pouvait pas attendre^^.
Anyway, bien joué Warlock !

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astre*Solitaire

avatar

Masculin Messages : 1342
Date d'inscription : 09/12/2012

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mar 20 Déc - 8:54

@ VIC : c'est le problème de ces énigmes, à cheval entre question logique et problème concret. J'avais mis l'histoire du rendez-vous entre parenthèse, avec un niveau de langage différent (bah oui, super important, à la bourre, etc.) pour bien montrer que cela ne faisait pas partie de l'énigme en soi, mais que cela pouvait justifier l'idée de n'aller voir qu'une fois (dans la réalité, tu fais les trois et tu vas voir trois fois). Ne poser que l'énigme et ne répondre que par "pas relevant" ou "non pertinent" parce que la personne qui réfléchit met le problème en mode réaliste (les doigts dans la prise ^^), fruste énormément ; d'où les traits d'humour sur l'administration, le rendez-vous, etc. qui concrétisent le problème sans lui en retirer son aspect de pur logique. Désolé si cela t'as induit en erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4715
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Jeu 4 Jan - 16:23

Ces choses qui prouvent que tu as grandi dans les années 80...

C'était il y a plus de 30 ans (déjà !) ... nous avions entre 10 et 14 ans ; Vous souvenez-vous de ce que vous faisiez à cette époque ? Un petit rappel...

1. Quand papa nous emmenait en vacances en voiture, c'était toutes vitres baissées, parce que la climatisation n'avait pas été encore inventée. Smile

2. Dans les années 1980, on devait se déplacer jusqu'à la télévision pour changer de chaîne, parce qu'il n'y avait pas de télécommande.

Du coup, on n'en changeait pas beaucoup. De toutes façons, il n'y avait que 4 chaînes. (Enfin 5 pour ces petits privilégiés qui, comme moi, ont grandi à côté de la frontière suisse... du coup on matait les programmes de la TV suisse)

Et puis la nuit, il y avait ça :



3. Et puis, dans les années 1980, on fumait des cigarettes en chocolat, et ça ne semblait pas étrange.



4. On mangeait aussi des Raider (ancien nom de Twix)



Et des "Bamboula"



5. A Noël, on commandait au Père Noël des jeux de société du type "Les mystères de Pékin" ou "Cluedo", ou si, comme moi, vous vous sentiez l'âme d'un scientifique, des boites de petit chimiste ou du petit biologiste (j'ai eu les deux).

6. Dans les années 1980, on fantasmait sur le futur, et certains jouaient de la musique avec des rayons laser.



Globalement, le synthé, c'était cool...





7. Et qui n'a jamais collectionné les cartes à puce téléphoniques en vérifiant à l'arrière, le nombre d'exemplaires produits.



Bref, l'enfance dans les années 80, c'était cool !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4715
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 10:46

Souvenirs scolaires... si l'on vous dit ce mot ... vous pensez à quoi ?

Grandes vacances ?

Rentrée ?

Cartable ?

Dictée ?

Récitations ?

Mathématiques ?

Français ?

Gymnastique ?

Travaux manuels ?

Tablier ?

Trousse ?

Poésie ?

Bavardages ?

Cour de récréation ?

Billes ?

Fenêtre ?

Chauffage ?

Place dans la classe ?

Livres ?

Cahier ?

Règle ?

Equerre ?

Gomme ?

Goûter ?

Dernier en quoi ?

Premier en quoi ?

Fayot ?

Chemin de l'école ?

Cantine ?

Filles ?

Toilettes ?

Jeux ?

Tableau ?

Bulletin trimestriel ?

Copains de Classe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4715
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 11:22

Grandes vacances : Honnêtement, cela me faisait chier ; je trouvais cela trop long à terme et il me tardait la rentrée pour retrouver le chemin de l'école. Et oui, enfant, j'adorais l'école. Wink

Rentrée : Du coup, toujours attendue avec impatience... Smile

Cartable : en cuir avec lanières et autocollants.

Dictée : toujours premier et sans (presque) jamais se relire.

Récitations : premier aussi. J'avais une bonne mémoire mais ma timidité faisait que j'éprouvais des difficultés à déclamer un texte devant toute la classe, et donc c'était inaudible ...

Mathématiques : des difficultés à visualiser un problème énoncé. Les chiffres n'ont jamais été mon fort. Aujourd'hui encore, d'ailleurs.

Français : Premier de la classe. J'écrivais les meilleures rédactions de toute la classe. Mais j'avais horreur des analyses de texte.

Gymnastique : Nul. Je détestais le sport à l'époque et physiquement parlant ma silhouette trop frêle et fragile (ça a bien changé depuis Very Happy ) s'accommodait mal de beaucoup d'activités. Exception faite de la natation où je me débrouillais plutôt bien.

Travaux manuels : Appliqué mais d'une lenteur incroyable.

Tablier : Jamais porté.

Trousse : J'en ai eu trois. Une unie noire avec une fermeture cuivrée, puis à carreaux et enfin une avec le "Capitaine Flam" dessus.

Poésie : Bonne mémoire mais trop timide pour réciter en public.

Bavardages : jamais.

Cour de récréation : Pour moi, rime avec billes. J'étais un expert, quasiment imbattable, je raflais tout à chaque fois. Le champion de billes de mon école, c'était moi...

Billes : Le meilleur joueur de billes de l'école.

Fenêtre : Jamais regardé par la fenêtre en cours. Trop studieux pour être dissipé.

Chauffage : Au gaz.

Place dans la classe : Toujours au premier rang.

Livres : Toujours soignés.

Cahier : Des petits dessins dans la marge. C'est une habitude que je n'ai jamais pu me défaire, d'ailleurs. Aujourd'hui encore, en réunion de travail, je ne peux m'empêcher de griffonner mon bloc ou quand je suis au téléphone.

Règle : Idéale pour les duels à l'épée.

Equerre : Idéale pour les combats de revolver.

Gomme : Aussitôt sale, aussitôt nettoyée. Toujours.

Goûter : A la maison.

Dernier en quoi : maths, sport.

Premier en quoi : français, histoire, sciences naturelles.

Fayot ? : Un peu... beaucoup. Quasiment "amoureux" de ma maîtresse.

Chemin de l'école : Le plus court. Vu que j'habitais quasiment à côté de l'école.

Cantine : Non. De toute façon, il y en avait pas. A midi, on rentrait tous chez soi.

Filles : J'étais entouré de filles. Ma réputation aux billes y jouait pour beaucoup, je pense...

Toilettes : Jamais été dans les toilettes de mon école.

Jeux : Les billes, bien sur. Mais aussi des jeux d'énigme, jeux de lettres, etc.

Tableau : vert.

Bulletin trimestriel : Celui d'un bon élève. Peut-être le meilleur de toute la classe. Dans le "Top 5".

Copains de Classe : Quelques-uns avec qui je suis encore resté en contact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6709
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 18:07

Grandes vacances : Chez mes grands-parents, la grande maison, le jardin, leur chien, la campagne... Le train avec ma mère qui m'amenait chez eux, la voiture jusqu'à leur maison, le brave toutou qui me faisait la fête...

Rentrée : Revoir ma mère, on allait l'accueillir à la gare quand elle revenait me chercher. Elle trouvait que j'avais grandi ou grossi, maigri, bronzé...

Cartable : Trop lourd, cette saloperie m'a niqué le dos en partie.

Dictée : Quasiment jamais de faute.

Récitations : Très bonne mémoire mais par contre, on nous faisait réciter bêtement du "par cœur" sans nous expliquer ce que ça voulait vraiment dire... Le challenge, c'était de tout retenir mais on savait pas vraiment ce qu'on récitait, c'était du par cœur. Système complètement con.

Mathématiques : Je les hais, depuis toujours. Et manque de bol, je suis tombé sur une majorité de connards comme profs de maths.

Français : Très bon. 35 points d'avance au BAC (coefficient 5 dans ma section). J'ai perdu un peu depuis, je m'en veux.

Gymnastique : Nul. J'étais un ado timide, complexé, perdu dans ses bouquins, un peu dans son monde... Aucun intérêt pour moi. J'ai bien changé depuis... Aujourd'hui, si j'ai pas ma séance de gym/musculation trois fois par semaine, je pète un câble.

Travaux manuels : Nul. Les activités manuelles ne m'ont jamais intéressé, le bricolage me laisse de marbre, je serais incapable de changer un joint de robinet ou un pneu de bagnole. Même si j'ai un sacré coup de crayon, j'ai longtemps été maladroit, peu habile de mes mains. Plus par manque de pratique qu'autre chose car aujourd'hui, je me surprends parfois. Je progresserais certainement si je m'y mettais vraiment mais ça m'attire pas du tout.

Tablier : Jamais porté.

Trousse : La première venue, rien à foutre.

Poésie : Voir "récitation".

Bavardages : Assez bavard si je tombais sur un voisin avec qui ça accrochait bien.

Cour de récréation : Assis dans un coin avec un bouquin. Faîtes pas chier...

Billes : Aucun intérêt.

Fenêtre : Toujours près de la fenêtre pour regarder dehors dès que le cours me gavait.

Chauffage : Je passe.

Place dans la classe : Dépendait du cours. En français, histoire, anglais ou sciences naturelles (ça s'appelait comme ça à l'époque), toujours devant. Maths, physique, latin, toujours au fond à crayonner, lire un bouquin en douce ou à attendre que ça se termine.

Livres : Toujours soignés.

Cahier : Classeurs pour moi, majoritairement. Avec les gros anneaux en métal qui claquent fort, j'aimais bien...

Règle : Pour souligner.

Equerre : Trop matheux comme instrument.

Gomme : Toujours dégueulasse, crayon plein les doigts...

Goûter : A la maison.

Dernier en quoi : maths, sport.

Premier en quoi : français, histoire, sciences naturelles, anglais.

Fayot ? : Dépendait des profs. Mais bon, pas lèche-cul non plus.

Chemin de l'école : Très court, j'allais toujours en cours à pied. C'est à partir de la FAC que j'ai commencé à prendre le bus : horrible, bondé, pris d'assaut, bruyant, toujours peur de rater ton arrêt... Préfiguration du "Métro-Boulot-Dodo" (Bien que j'aille au boulot à pied aujourd'hui, j'habite à 15 minutes de mon bureau).

Cantine : Dégueulasse. Bouffe industrielle, service à la chaîne, service "porte de prison". Si tu passais dans les derniers, les tables étaient dégueulasses. Quand tu ramenais tes assiettes, fallait vider tes déchets dans la poubelle avant avec une grosse spatule en bois fixée au mur par une ficelle, c'était dégueulasse, y avait de la bouffe partout, tu t'en mettais plein les doigts... Grand jour quand ma mère a jugé que j'étais assez mature pour avoir ma clef et rentrer manger à la maison à midi ! Elle me préparait tout le matin et je n'avais qu'à réchauffer. Non seulement c'était bon mais en plus, je me sentais important, adulte.

Filles : Je m'entendais bien avec elles. J'étais le garçon timide, gentil et poli, qui faisait pas chier. C'était l'époque où les hormones bouillonnaient chez beaucoup... Quand elles en avaient marre de se faire lourdement entreprendre, elles venaient me voir. "David, il est gentil, il est pas lourd"... J'avais un côté réservé, perdu dans mes bouquins et mon petit monde qui devait les reposer après les braillards et autres rouleurs de mécanique. Et puis, je dessinais, ça les fascinait... "David, tu peux me faire un dessin ?" Alors qu'aujourd'hui, c'est l'inverse : je suis bien plus à l'aise dans une compagnie masculine. Je m'entends toujours bien avec la gente féminine car j'ai gardé ce côté poli, calme et pas entreprenant qui doit les rassurer quelque part je pense. Mais je me sens moins à l'aise avec elles, je suis bien plus "camaraderie et amitié virile", sortie ou fête "entre potes". Mes relations "amicales" sont majoritairement masculines.

Toilettes : Je passe.

Jeux : Pas de jeux. Les bouquins.

Tableau : vert.

Bulletin trimestriel : Celui d'un bon élève. Avec toujours écrit "peux mieux faire", ce qui faisait enrager mes parents. Tout le monde s'attendait à ce que j'obtienne mon BAC avec mention, je l'ai eu avec un peu plus que la moyenne, sans me fouler. Mon père fulminait... J'ai haussé les épaules, fallait l'avoir, je l'avais, je pouvais partir en vacances tranquille, c'était tout ce qui m'intéressait. J'ai eu pendant toute ma scolarité un côté "dilettante" prononcé. J'étais bon élève, je retenais facilement, du coup je faisais ce qu'il fallait mais sans plus.

Copains de Classe : Pas beaucoup, deux, trois peut-être... Solitaire, pas très liant. Je ne me mêlais pas aux autres en général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3012
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 19:07

Grandes vacances : Chez mes grands parents en juillet (jusqu'en 93) et en aout c'était la Vendée et la Gironde, des grands moments et des supers souvenirs pour le mois d'aout, comme je détestais l'école c'était le paradis.

Rentrée : Le pire moment de l'année pour moi...

Cartable : Un sac à dos classique, mais trop lourd au collège.

Dictée : Sans plus, tout dépendait de mon envie et de l'époque.

Récitations : Apprendre pour apprendre j'ai toujours trouvé ça débile.

Mathématiques : Je détestais, pas du tout ma tasse de thé.

Français : J'aimais bien les études de textes ou bien créer, imaginer un texte, un récit, la grammaire par contre me gavait.

Gymnastique : Chiant, inutile et ennuyeux, je préférais le foot et l'athlétisme.

Travaux manuels : Bof sans plus, tout dépendait du projet.

Tablier : Jamais porté

Trousse : j'en avais plus au lycée, avant elle était juste pratique

Poésie : Je préférais la lire chez moi, qu'en cours à apprendre pour apprendre bêtement, sauf si c'était une étude de texte.

Bavardages : Oui si le cours m'ennuyais si j'avais de bons copains je parlais beaucoup, surtout à partir du lycée.

Cour de récréation : Ldvelhs et foot en primaire, bavardages ou repos à partir du collège.

Billes : J'en avais, j'aimais bien, mais sans plus.

Fenêtre : Toujours proche si je pouvais, pour m'évader loin d'un cours barbant.

Chauffage : Pas forcément ce que je cherchais.

Place dans la classe : Plutôt au fond, contre le mur ou la fenêtre de préférence.

Livres : Les livres de cours m'ennuyaient.

Cahiers : Parfois des dessins, du gribouillage, mais assez soignés dans l'ensemble.

Règle : J'aimais bien les règles, mais bon ça restait un outil.

Equerre : Pas mon truc...

Gomme : Pratique, efficace, sympathique.

Goûter : Chez moi

Dernier en quoi : Maths clairement

Premier en quoi : J'ai rarement été premier, mais parfois je cartonnais en histoire/géo et en français.

Fayot : Seulement une fois en Cm1 j'étais le chouchou de l'institutrice donc j'en profitais, sinon après non.

Chemin de l'école : Mon père m'accompagnait en primaire, à pied au collège, et à partir du lycée en bus.

Cantine : En primaire ça passait, dégueu au collège et à partir de la 5eme je mangeais chez moi.

Filles : Tout dépendait de la fille, parfois très proche, d'autres fois pas du tout, ça variait.

Toilettes : Utile si grosse envie pressante.

Jeux : Seulement en primaire avec les ldvelhs et le foot à la récré.

Tableau : J'aimais pas y aller.

Bulletin trimestriel : Bof, ça variait, j'aimais pas l'école donc bon...

Copains de Classe : J'étais plutôt bon camarade, j'en avais pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 3166
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 20:23

Je n'arriverai pas à résumer mes souvenirs scolaires à une liste. Et puis il y avait beaucoup de différences entre école primaire, collège, lycée, dans des établissements différents. Globalement beaucoup de bons souvenirs en primaire, notamment le foot dans la cour de récré.
Les choses ont commencé à se compliquer au collège avec les contrôles de math notamment qui me gâchaient certaines soirées. Mon meilleur ami -et le plus ancien-, je l'ai rencontré en 6è. On découvrait les ldvelhs et les JDR. Niveau sports, autant j'adorais le foot, autant je n'aimais pas le reste.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dav-ID

avatar

Masculin Taureau Messages : 312
Date d'inscription : 05/12/2014
Age : 38

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 21:19

Gorak a écrit:
Et des "Bamboula"

Smile La chanson des biscuits Bamboula...je l'ai redécouverte il n'y a pas longtemps et je dois avouer que j'aime beaucoup (certains viendront hurler au racisme mais bon)...



Bamboula, bien plus adroit que Robin des bois... cheers


Sinon la bonne vieille mire la nuit (avec les génériques de début et de fin des programmes)...une toute autre époque... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6709
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 22:08

De manière générale, école, collège et lycée ne m'ont pas emballé. J'étais globalement bon élève mais avec le recul, je crois que j'ai bien plus appris par moi-même en dévorant des livres et avec ma curiosité naturelle que par les cours. Pas d'Internet à l'époque mais je m'achetais des magazines d'histoire, de voyages, des biographies historiques...
La poésie me plaisait beaucoup mais on nous faisait réciter comme des cons sans nous expliquer.
L'anglais a été un coup de foudre, j'ai tout de suite accroché avec cette langue, aidé par une jeune prof, super sympa, entraînante et qui te donnait envie d'apprendre. Si ma mémoire est bonne, c'était sa première année aussi en tant qu'enseignante, elle était donc assez proche de nous au niveau générationnel, souriante, cool.
Le latin m'a incroyablement fait chier, je séchais les cours et je n'en ai rien gardé. A part pour celui qui veut faire des études de français ou d'histoire, je n'en vois vraiment pas l'utilité.
L'histoire me passionnait déjà mais pas la géographie, le comble pour le voyageur que je suis devenu.

La FAC a été une catastrophe. Amphis surpeuplés et bondés où tu te retrouvais assis par terre, campus moche, matériel pourri, vie étudiante inexistante... Et surtout, un enseignement académique à mort, uniquement théorique. Je m'en suis rendu compte avec un de mes premiers voyages, aux USA où j'ai passé un été chez mon ami d'enfance qui venait de s'installer là-bas : alors que je parlais anglais depuis longtemps déjà, en débarquant là-bas, j'avais l'impression de repartir à zéro... Je sortais aux gens un anglais académique, professoral, qui n'avait rien à voir avec la langue vivante, parlée dans la vie de tous les jours. Je suis rentré avec un accent américain et des mots, des expressions qui horrifiaient mes profs, de vieux types coincés en costard qui t'apprenaient l'anglais de Shakespeare...
Quand j'ai eu l'occasion l'année suivante de partir vivre et travailler aux USA, j'ai foncé, sans aucuns regrets.

Mon ami d'enfance poursuivait ses études, j'allais le voir sur son campus et c'était hallucinant. Un campus qui était une véritable petite ville, une vie étudiante et associative d'une richesse incroyable avec des associations, des journaux étudiants et des émissions de radio animées par les étudiants consacrés à la vie quotidienne du campus, des groupes de musique... Cours le matin et activités l'après-midi : théâtre, arts plastiques, sport, poésie, musique... Les concours de Pom-Pom Girls et les élections de Miss pour les filles, le fameux bal de promo de fin d'année, la remise des diplômes avec la toge, la toque, les parents qui prennent les photos... Un autre monde. Même si bien sûr toutes les universités américaines n'offrent pas les mêmes possibilités, la vie y est vraiment une étape majeure, c'est l'indépendance, une vie associative incroyablement riche, une sorte de répétition de la future vie en société. Beaucoup d'étudiants viennent de loin, parfois d'un autre état et se retrouvent donc seuls pour la première fois, en internat, et apprennent à se débrouiller.

Rien à voir avec nos universités figées, sclérosées et dépassées qui rabâchaient un enseignement théorique, académique qui ne te prépare en rien à la vie active. Je m'étais inscrit en Langues Etrangères Appliquées et on n'avait dans la semaine que deux heures d'oral alors qu'on se farcissait six heures d'écrit. Pour des langues vivantes et qui se parlent avant tout, bien joué... Et les deux heures d'oral, étant donné qu'on était au moins 35 en salle, tu pouvais t'estimer heureux quand t'avais réussi à placer un mot... J'ai plus appris en anglais en trois mois à New York qu'en un an à la FAC... Aucun regret d'avoir arrêté mes études donc.
Je ne sais pas ce qu'il en est actuellement mais vu ce que m'en disent mes deux jeunes cousines, ça ne semblent pas avoir changé. D'ailleurs, elles viennent toutes les deux de tout lâcher, malgré de bonnes notes, pour travailler et s'installer avec leur copain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4715
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 23:18

Voyageur Solitaire a écrit:

Rien à voir avec nos universités figées, sclérosées et dépassées qui rabâchaient un enseignement théorique, académique qui ne te prépare en rien à la vie active.

Je le confirme. J'ai participé à un échange entre mon université (Besançon) et celle de Greenville (Caroline du Sud) et je dois dire que j'ai pris une véritable claque. Moi, ce qui m'a le plus impressionné, c'étaient les moyens informatiques mis à la disposition des étudiants : ils avaient dix ans d'avance sur nous... et on était dans les années 1990.

Et effectivement, les campus, c'étaient de véritables villes. Ils ont même leur police, leurs journaux et leurs stations de radio. Incomparables avec les "campus" français.

Par contre, je ne suis pas resté aussi longtemps que toi. Cela a duré 6 mois. Mais c'était vraiment une super expérience de bosser sur un projet commun entre étudiants français et américains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3012
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Mer 17 Jan - 23:42

En ce qui me concerne j'ai de supers souvenirs de l'école primaire, c'était une parenthèse enchantée, les 80's, la découverte de la musique, du foot et des ldvelhs, j'en garde une grande tendresse. Pour le sport et le foot gamin ça m'a aidé pour la géo, découverte des villes, des régions, des pays, des massifs, j'adorais ça. Enfant j'étais déjà passionné de géographie, bien plus que de l'histoire. Mon intérêt pour 'histoire c'est venu au collège.
Inversement le collège c'était l'usine, on était des numéros, école trop grande, déshumanisée, froide, rien d'humain, une horreur.
Le lycée était à taille humaine, plus convivial, tout le monde se connaissait ou presque. La fac humainement de bons souvenirs et des potes supers, par contre les cours étaient bien trop formatés et trop académiques. Tout comme VS je reste avant tout autodidacte, et j'ai appris par moi même.
D'ailleurs je pars du principe, qu'on apprends plus jeune en voyageant qu'en restant assis dans un amphi à perdre hélas bien souvent son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4715
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Hier à 1:31

Moi, il a fallu que j'attende le collège pour connaître les LDVELH.

Le premier que j'ai joué, c'est "Les Portes de l'Au-Delà". Un pur hasard, d'ailleurs. J'aurais pu ne jamais les connaître si mon père ne me l'avait pas déposé dans ma chambre un mercredi matin. Ca a été l'élément déclencheur d'une belle aventure. J'avais 13 ans et j'étais en 4ème.

J'aurais alors grandi sans connaître aucun LDVELH. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
dav-ID

avatar

Masculin Taureau Messages : 312
Date d'inscription : 05/12/2014
Age : 38

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Hier à 10:46

Mon parcours scolaire a été très très chaotique...même en primaire où j'ai redoublé le CM1 et où j'ai failli redoubler aussi le CM2...en fait l'école me cassait vraiment les couilles, même si j'essayais de faire de mon mieux...

Mais d'un autre côté ça a été pas mal et j'ai encore beaucoup de souvenirs de cette époque, surtout une dent sur pivot car je me suis mangé un poteau sous le préau un jour (Goldorak a eu un accident mdrrrrrrrrrrr)...à l'époque c'est vrai qu'il n'y avait pas toutes ces choses qu'il y a maintenant...pas d'internet, pas de portable, etc...tu rentrais chez toi pour regarder les DA à la télé (comme le dit Gorak plus haut, avec que quelques chaines, mais de qualité, contrairement à aujourd'hui où il y a 500000 chaines mais avec rien)...tu jouais aux billes, tu portais des jeux, il y avait les premières consoles, les premiers ordinateurs, etc...sans parler des classes vertes ou classe de neige...ça aussi c'était excellent, les premiers voyages à travers la France...

Après ça a été le collège, encore pire que le primaire et je suis passé par des tas de classes incroyables dont je ne savais même pas que ça existait, au grand désespoir de mes parents qui se demandaient souvent ce que j'allais bien devenir et faire de ma vie...jusqu'au jour où j'ai du faire mes vœux d'orientation...

Je me suis retrouvé dans une classe au lycée pour apprendre le métier de chauffeur routier (qui quoi qu'on en dise, est pas si évident à apprendre avec les permis à passer, la réglementation, etc...)...c'est à partir de là où je me suis transformé et je suis devenu une véritable machine à étudier, à la grosse surprise de beaucoup de personnes qui me voyaient mal finir...mis à part en anglais où j'étais une véritable buse (c'est toujours le cas aujourd'hui même si j'arrive plus ou moins à le lire mais pas à le parler ou l'écrire)...j'ai eu mon BEP/CAP...puis j'ai enchainé sur une poursuite d'étude pour bosser dans les entrepôt de stockage logistique...j'ai eu mon BAC pro les doigts dans le nez...j'ai ensuite demandé à faire un BTS, mais je n'ai pas été accepté...tant pis, je me suis orienté vers une boite interim qui m'a trouvé un taff après une semaine de vacance l'été...et depuis je bosse à ArcelorMittal sans avoir connu un seul jour de chômage et de galère...comme quoi, les miracles ça existe lol...

Au niveau des LDVELH...c'est un jour avec un copain de classe qui en avait eu un, que je me suis arrêté dans un petit magasin (style petit Casino)...il y avait un rayon librairie avec des romans et pas mal de livres...là bonne époque où tu avait des rayons de ldvelh, montrant leurs faces blanches mystérieuses et impeccables avec leurs logos (je pense que nous avons tous plus ou moins connus ça un jour)...j'ai alors acheté "le maître des rêves" de la collection l'épée de légende...ça a été un choc...puis un jour que j'étais en colonie de neige, un copain m'a fait découvrir la série "Loup Solitaire" (Loulou pour les intimes) et les grottes de Kalte...j'ai ensuite acheté "Les prisonniers du temps"...puis en ville j'ai trouvé une petite boutique où il y avait des livres en vente d'occasion...j'ai acheté pas mal de bouquins là bas (le combattant de l'autoroute, la créature venue du chaos, le manoir de l'enfer, les gouffres de la cruauté, etc...), une bonne vingtaine de livres...que j'ai gardé dans un coin...jusqu'en 2007 où d'un coup, je me suis remis à rejouer à ces livres et à me dire que je ferais bien la collection...chose plus facile avec le net où j'ai pu trouvé des sites où j'ai pu acheter des cartons de livres pour 1 ou 2 euros (même des livres qui à l'époque coutaient 20/30 euros que je trouvais à 2 euros)...de fil en aiguille je me suis retrouvé sur le site de la taverne des aventuriers (c'était pas ce nom à l'époque)...où je me suis inscrit sous le pseudo de dav-ID...j'ai fais alors la connaissance de Yavie, Sombrecoeur et les autres...puis ensuite VS, VIC, Warlock, Albatur, etc... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6709
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Hier à 18:30

Pour les LDVH, je suis tombé dessus en flânant dans les librairies puisqu'à l'époque, on les trouvait un peu partout. J'ai regardé par curiosité, intrigué par la fameuse phrase, si accrocheuse : " Un livre dont VOUS êtes le héros ". Le tout premier qui m'a donné envie, c'était L'île du Roi-Lézard à cause de sa couverture magnifique.
C'était en fin d'année et du coup, quand ma mère a commencé à me demander ce que je voulais pour Noël, je lui ai dit " des livres dont vous êtes le héros ". Je vous laisse imaginer sa tête... C'est elle qui a choisi, les trois premiers Loup Solitaire et Le Talisman de la Mort. Bien plus tard, je lui ai demandé si elle se rappelait pourquoi elle avait choisi ceux-là. Elle a réfléchi puis a haussé les épaules avant de me répondre :" les couvertures étaient jolies ". Devant mon engouement, un jour elle m'a demandé de lui expliquer en quoi ça consistait et elle en a feuilleté un. Elle a vite laissé tomber, pas son truc. Par contre, aucune remarque sur une quelconque "violence" ou "mauvaise influence" pas plus que devant les DA dont parle l'ami dav-ID. Aujourd'hui, quand je lui dis que j'en ai toujours, elle a du mal à y croire.

Pour revenir aux études, je reste persuadé qu'apprendre sur le tas, par soi-même, vaut tous les diplômes. Je me méfie du tout théorique, tellement en vigueur chez nous. Tu apprends par l'expérience, les échecs, les choses de la vie. Dans mes différents boulots, je me suis vite rendu compte que la théorie c'est bien mais que dans les faits, tu t'adaptes à chaque situation. Comme pour le Permis de conduire : tu apprends le code mais une fois au volant, tu t'adaptes à ce qui ce passe autour de toi. J'ai eu des collègues, des supérieurs mêmes, horribles : Les mecs, le règlement, c'était leur dieu, leur bible. Aucune capacité d'improvisation, aucune adaptation, aucune imagination.

Pour les universités américaines, c'est un autre monde. Pour beaucoup d'étudiants, c'est vraiment le début de l'indépendance, la première fois qu'ils quittent la maison. La vie associative y est très riche, c'est là que beaucoup rencontrent leur future femme, leur futur mari, leur meilleur ami. Ce qui est très courant également, ce sont les soirées où les anciens d'une promotion se retrouvent tous ensemble. C'est très américain, chacun porte un badge avec son prénom, parfois avec leur photo de l'époque et tout le monde se retrouve, regarde les photos, échange les souvenirs. J'y avais accompagné mon ami d'enfance, il m'a présenté tous ses anciens potes, certains s'étaient mariés avec des filles de la classe, avaient des gamins. Une telle me disait qu'elle était Pom Pom girl dans telle équipe, un tel me disait qu'il dirigeait le journal de la fac...
C'est un peu ce qu'on voit dans les séries, les étudiants avec leurs grands casiers dans le couloir, le bal de promo où toutes les filles se cherchent un cavalier, la remise des diplômes en toge avec la photo, des concours de Miss, des petites pièces de théâtre... Il y a des fanzines, de petites radios locales, des associations... Les fameuses "confréries" aussi, même si c'est beaucoup plus simple et innocent que ce qu'on voit dans les séries, avec leur bizutage, leur sigle, leur règlement... C'est plus un moyen de se regrouper par affinités. C'est vraiment très vivant, avec une large part faite à la créativité, aux activités comme le théâtre, la musique, le dessin, le sport...
A des années-lumière de notre système.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 3012
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Hier à 19:13

Les ldvelhs j'ai découvert ça pendant l'été 85 en vacances, un gars de 2,3 ans de plus que moi en avait et j'étais fasciné par les couvertures, les histoires et le principe , et les noms si évocateurs. J'en voulais absolument, et en mai/juin 86 à 8 ans je me suis acheté en même temps mes deux premiers ldvelhs. C'était le labyrinthe de la mort et le marais aux scorpions, mon père ne voulait pas que j'en ai (pensant surement que j'étais trop jeune pour ça...) mais pour ma mère ça ne lui a jamais posé de problème.
A partir de la j'ai commencé ma collection et plus de 30 ans après j'aime toujours me procurer les inédits et continuer à en faire, la passion et l'envie sont toujours la.

Entre l'été 86 et l'été 90 j'ai passé 4 années formidables au niveau des ldvelhs. Tout le monde autour de moi, de ma génération possédaient ces magnifiques bouquins, j'en ai fait avec mes cousins, avec mes potes de classe en primaire. On en parlait avec intérêt, comparant nos bouquins et nos aventures. C'était pour moi l'un des sujets de prédilection de l'époque, des grands souvenirs. J'en ai même gagné un (le mercenaire de l'espace) lors d'un tirage au sort pendant l'anniversaire d'un pote. Par contre après avec les années collège c'était fini...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6709
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : Ici et maintenant

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Hier à 19:56

Pareil pour moi : mon père était assez réticent, ça ne lui plaisait pas trop alors que ma mère n'y voyait aucun problème.
C'est vrai qu'à l'époque, tout le monde connaissait ces livres, tu entrais et demandais "les livres dont vous êtes le héros" et on te désignait un rayonnage entier. Il y avait aussi le jeu de l'Œil Noir, très connu, qui participait au phénomène.

La mort des LDVH pour moi, ça a été la découverte d'Howard. C'était l'époque où J'ai lu éditait tous les volumes de Conan avec les couvertures détonantes de Frazetta. Je suis tombé dedans et n'en suis jamais ressorti... Fleuve Noir n'a pas tardé à suivre avec les aventures de Solomon Kane, Turlogh, Kull, Bran Mak Morn, El borak... Et puis, mon ami d'enfance m'a offert La nef d'Ishtar d'Abraham Merritt et la trilogie d'Uasti de Tanith Lee, deux auteurs que j'ai adoré (et que j'adore toujours). J'ai découvert ensuite Clark Ashton Smith et ses univers crépusculaires et décadents. La machine était lancée. A côté de ces œuvres, les LDVH me paraissaient si basiques, si enfantins, si simples... Je n'y suis revenu que bien plus tard, principalement par l'effet nostalgie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4715
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 44
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   Hier à 21:06

Voyageur Solitaire a écrit:
Pareil pour moi : mon père était assez réticent, ça ne lui plaisait pas trop alors que ma mère n'y voyait aucun problème.

Ben, moi, au contraire, mon père n'y était absolument pas réticent vu que c'est lui qui m'a acheté le premier... Razz En fait, il était passé à côté du rayon où ils étaient entreposés et connaissant mon attrait à l'époque pour tout ce qui était jeux d'énigmes et d'aventure, il s'était dit : "Ca va lui plaire"... BINGO ! Il avait vu juste, my Daddy ! Smile Mais, en même temps, en m'achetant "Les Portes de l'Au-delà" il a quand même eu une petite pointe de malice... parce que, pour une première expérience, il a été fort. Mais bon, j'aimais bien les challenge et je suis quand même allé au bout.

De toute façon, de manière générale, question livres, films, télévision, j'ai certainement eu les parents les plus libéraux du monde durant mon enfance. Ils ne m'ont jamais empêché de lire un livre ou de regarder un film. J'ai pu lire tout ce que je voulais et regarder tout ce que je souhaitais voir. D'ailleurs, mon grand plaisir, c'était de regarder des films d'horreur avec ma mère qui était fan et loin de nous faire peur, cela nous faisait marrer tous les deux. Je me souviens encore des crises de fou-rire que l'on s'est payés, elle et moi, juste âgé de 10 ans, en regardant l'Exorciste. lol!

J'ai eu une enfance cool à ce niveau-là. Aucun interdit, aucune surveillance excessive. Mes parents n'éludaient aucune question de ma part. Ils estimaient qu'un enfant qui pose une question, on doit lui répondre honnêtement et sincèrement. A 8 ans, je savais comment on faisait les bébés ; les conneries de choux et de roses, de cigogne et tout le merdier, c'était pas pour moi. J'ai eu droit à toutes les explications techniques possibles, cash ! Et cela n'a pas traumatisé pour autant ! Laughing

Je pouvais tout demander à mes parents, j'avais toujours une réponse. Mais, avant qu'ils me donnent une réponse, mon père me disait toujours : "Cherche" et il m'indiquait la bibliothèque où était entreposé mes encyclopédies et les dictionnaires. C'était pour m'apprendre à aller chercher la réponse aux questions que je me posais par moi-même, et sur ce plan-là, il avait raison. Mes parents ont su éveiller ma curiosité et ils avaient raison.

Quand j'étais enfant, j'ai appris beaucoup de choses hors de l'école. J'ai même collé mon institutrice un jour en lui parlant de Francis Drake, qu'elle ne connaissait pas : au départ, elle croyait que je lui racontais une blague et le soir, elle a vérifié chez elle et dès le lendemain, j'ai eu droit à ses plates excuses devant toute la classe ; l'élève qui en savait plus que sa maîtresse, pour le coup, ça a été ma petite heure de gloire... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE COIN DETENTE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE COIN DETENTE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» LE COIN DETENTE
» Le bon coin
» Colline de coin de table
» MC : nombre de "coin" selon le nombre de joueur
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les charpentiers.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA RESIDENCE :: Le salon-
Sauter vers: