AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BRAN MAK MORN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6246
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: BRAN MAK MORN   Jeu 28 Nov - 18:36



Après un Vulméa à la limite de l'insipide, le Maître se devait de rebondir. Et c'est du très lourd qu'il nous offre avec ce nouveau héros, l'un des plus charismatiques sans doute de l'univers howardien.
Howard revient ici à ses premiers amours, les peuples celtiques et nordiques ainsi que les Pictes. L'action se déroule à la frontière entre la Britannia (l'Angleterre sous domination romaine) et les terres de ceux qui seront plus tard les écossais. Un monde de landes et de bruyères, de vents glacés et de mers grises, de clans et de tribus. Et pour couronner le tout, le superbe Bran Mak Morn, roi des clans pictes, dernier descendant des grands rois d'autrefois, dernier d'une prestigieuse lignée régnant sur un peuple picte en régression et devant faire face à l'avancée irrésistible des légions romaines.
Bran est incontestablement charismatique : sombre et taciturne, auréolé de mélancolie, il a quelque chose de fatal et de tragique. Il a parfaitement conscience d'être le dernier maillon d'une lignée presque éteinte, le descendant d'une race à la splendeur passée, à la flamme vacillante, et cela nimbe ses aventures et son caractère d'une indicible mélancolie.
Ce dix-huitième volume nous régale de pas moins de sept récits :

- La race oubliée
- Les hommes des ténèbres
- Les rois de la nuit
- Un chant de la race
- Les vers de la Terre
- Fragment
- Le crépuscule du dieu gris

Contrairement à mes précédentes critiques, je ne détaillerai pas chacune d'elles, il suffit de savoir qu'elles sont sombres, épiques et prenantes, sur fond de landes battues par le vent et de ciels gris, de guerres tribales et d'intrigues de clans, de sauvagerie primitive et d'héroisme. Le tout dans une tonalité sombre, mélancolique, au goût de fatalité et de destin. Un régal.
A savoir que Un chant de la race est un poème et Fragment, comme son nom l'indique, le début d'une histoire restée inachevée. De plus, Fleuve Noir nous régale en introduction d'un avant-propos de plusieurs pages où Howard lui-même explique sa fascination pour les Pictes et les peuples celtiques.

Si l'ensemble est superbe, deux histoires s'en détachent encore plus. Dans Les rois de la nuit, Howard brise les barrières du temps et de l'espace et projette Kull de Valusie dans le monde et l'époque de Bran pour aider ce dernier à repousser les légions romaines au cours d'une formidable bataille. Venu du passé par la magie d'un druide, Kull viendra en aide à Bran, descendant de Brule le tueur à la lance, ami de Kull. Envoûtant et épique.

Et puis, il y a surtout Le crépuscule du dieu gris, où Howard a écrit certaines de ses pages les plus somptueuses. Bran en est absent mais qu'importe ! Derrière les puissantes murailles de Dublin se sont rassemblés les derniers païens de ces terres, sous l'autorité du sauvage et puissant Brodir. Au-dehors, 20 000 guerriers venus de tous les clans, unis derrière le roi Brian et sous la bannière chrétienne assiègent la ville. Conn, guerrier errant et rejeté de son clan se joint à eux pour la formidable bataille qui s'annonce. Mais cette guerre est aussi une guerre de femmes : Brodir le païen est plus ou moins manipulé par Kormlada la reine barbare tandis que dans l'autre camp, la douce Evin, issue du mystérieux peuple elfique, a vu la mort prochaine de Dunlang son amant et veut tout tenter pour le sauver. Et au-dessus de tout cela plane la présence du dieu gris, Odin en personne, qui sait très bien que son règne s'achève et que même les dieux peuvent mourir...
Somptueux, épique, barbare et envoûtant, teintée là encore de destin et de fatalité. Indispensable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

avatar

Masculin Messages : 3012
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: BRAN MAK MORN   Jeu 28 Nov - 21:37

Voilà des années que le nom de BRAN MAK MORN m'intringue et que j'en repousse la lecture.
Tout d'abord, je voulais m'évertuer à finir tout Conan avant. Puis tout Solomon Kane, tout El Borak, tout Kull, etc ...
Finalement je vais porter mon attention plus tôt que prévu sur ce volume en anglais qui me semble une intégrale :
http://www.amazon.com/Bran-Mak-Morn-Last-King/dp/0345461541/ref=sr_1_cc_1?s=aps&ie=UTF8&qid=1385670868&sr=1-1-catcorr&keywords=robert+e.+Howard+Bran+Mak+Morn#reader_0345461541

En cliquant sur le livre, on peut feuilleter les premières pages et regarder le sommaire. Il me semble qu'il y a davantage de contenu en anglais que français. Ce serait à vérifier toutefois...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oorgan

avatar

Masculin Vierge Messages : 117
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 19

MessageSujet: Re: BRAN MAK MORN   Dim 2 Mar - 22:09

Il y a une autre traduction française (chez Bragelonne) qui est bien plus étoffée, par ailleurs... Mais il y a beaucoup d'histoire qui ne concernent que les pictes, sans Bran.

En tout cas, Bran Mak Morn est l'un des personnages d'Howard que je préfère... L'un des plus intéressants, et les nouvelles où il apparaît sont toutes réussies ! Une préférence pour les Rois de la Nuit et les Vers de la Terre, qui sont succulentes. Les Hommes des Ténèbres est très bonne aussi, pleine de magie et de mystères perdus... Toujours cette opposition barbarie et civilisation - et la seule façon de la comprendre est de devenir barbare à son tour...

Il y a eu un film plutôt pas mal autour des Pictes d'Howard, c'est Centurion "Anno Domini 117. L'empire romain s'étend de l'Egypte à l'Espagne et jusqu'à la Mer Morte à l'Est. Mais au nord de l'Angleterre, l'armée romaine se heurte à la tribu barbare des Pictes. Marcus Dias, unique survivant d'une attaque des Pictes, rejoint la 9ème légion du Général Titus Virilus pour détruire ses anciens agresseurs. Au cours d'une embuscade, le Général est fait prisonnier et Marcus se lance alors dans une lutte acharnée pour délivrer Virilus et sauver son peloton en les menant jusqu'aux frontières romaines...".

Le crépuscule du Dieu Gris, s'il ne touche guère les Pictes, est une très très bonne nouvelle également !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BRAN MAK MORN   

Revenir en haut Aller en bas
 
BRAN MAK MORN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BRAN MAK MORN
» J3 Bran Vs Rag
» LE CHATEAU DE BRAN (ROUMANIE)
» Near Bran ( En cours )
» bran ♣ the curves of your lips rewrite history

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA BIBLIOTHEQUE :: La section Fantasy :: Robert. E. Howard-
Sauter vers: