AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE SON DE LA WEST COAST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6090
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LE SON DE LA WEST COAST   Sam 5 Oct - 23:47


Nous voici sur la West Coast. Voici les grands espaces s'achevant dans les rouleaux du Pacifique, les grandes voitures avalant l'asphalte de routes interminables, voici le soleil et le vent dans les cheveux, les filles superbes et la décontraction californienne... Chaussez vos lunettes de soleil, lancez Hotel California et prenez la route...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6090
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: LE SON DE LA WEST COAST   Dim 6 Oct - 1:07

THE EAGLES : Hotel California

Le classique, entendu un nombre incalculable de fois sur toutes les radios du monde depuis sa sortie, mais incontournable et intemporel. Et surtout, pour moi, un formidable souvenir, associé à ma découverte de cet état mythique. Je l'ai écouté jusqu'à l'overdose, je crois bien, quand j'étais là-bas. Pour moi, ça restera toujours la bande-son de la Californie, ça m'évoquera toujours la Pacific Coast Highway le long de l'océan.

Le fameux Hotel California est en fait un centre pour le traitement des dépendances aux drogues dures, très fréquenté par les rock stars de l'époque. La chanson est donc une critique amère d'une certaine Californie, de son mode de vie et de son système, de ses excès. Certains mots sont à double sens, avec des références aux paradis artificiels. La chanson est sortie en 1976.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2716
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Dim 6 Oct - 1:43

Poco - Ghost Town


La musique West Coast si évocatrice au voyage à la liberté aux grands espaces, aux longues ballades, à la Californie, avec le morceau Ghost Town du groupe Poco. Typique du son West Coast et de son atmosphère, la chanson sort en 1982.
Morceau sur la solitude, la mélancolie, l'amour perdu, dans une ville fantôme sans âme...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2716
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Lun 7 Oct - 18:45

America - A Horse with no name


Chanson écrite et composée par Dewey Bunnell en 1971, à l'origine intitulée Desert Song, la chanson est renommée selon une suggestion d'un autre membre du groupe. Bien qu'elle ait été écrite un jour de pluie en Angleterre, elle est censée dégager une impression de forte chaleur, de désert aride. Bunnell s'est rappelé son enfance à la Vandenberg Air Force Base en Californie.
A noter l'interdiction de la chanson dans des villes comme Kansas City, du fait de supposées références à la drogue (horse est un mot d'argot pour désigner l'héroïne). La chanson s'est hissée au sommet des charts américains.
Elle reste une référence de la musique West Coast du début des années 70.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6090
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Lun 7 Oct - 18:54

"Bien qu'elle ait été écrite un jour de pluie en Angleterre"

Sérieux ? Alors Dewey Bunnell a gagné son pari : en écoutant cette chanson, j'ai toujours l'image d'un type paumé en plein désert marchant à côté d'un cheval, tous deux assoiffés et langue pendante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2716
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Lun 7 Oct - 19:01

Il faut croire que le but recherché a été trouvé, de même je vois bien la scène se dérouler dans le désert de Mojave en Californie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorak

avatar

Masculin Scorpion Messages : 4199
Date d'inscription : 31/08/2012
Age : 43
Localisation : La Principauté de Montbéliard
Emploi/loisirs : Paladin - aime la littérature, la musique, les voyages, découvrir d'autres cultures
Humeur : Agréable et courtoise

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Lun 7 Oct - 19:30

Voyageur Solitaire a écrit:
en écoutant cette chanson, j'ai toujours l'image d'un type paumé en plein désert marchant à côté d'un cheval, tous deux assoiffés et langue pendante...
C'est justement tout ce qui fait la force de cette chanson. Wink

Le mec il n'a peut-être jamais foutu les pieds dans l'Ouest américain mais il a rêvé "son" Amérique à lui. Et c'est le fruit de son imagination qu'il nous invite à partager.

Peut-être aurait-il été là-bas pour composer cette chanson et elle n'aurait certainement pas eu la même force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Lun 7 Oct - 19:31

Warlock a écrit:
Il faut croire que le but recherché a été trouvé, de même je vois bien la scène se dérouler dans le désert de Mojave en Californie.
La chanson s'appelait au départ Desert Song, avant d'être rebaptisée.

Voyageur Solitaire a écrit:
"Bien qu'elle ait été écrite un jour de pluie en Angleterre"
Oui cette chanson, la plus célèbre du groupe America, est même un double piège.
Le premier album du mal nommé America a été réalisé à Londres. Il faut dire que les trois garçons du trio était tous de père américain (des militaires basés à la RAF) et de mère anglaise. Ensuite le groupe se relocalisera à L.A.

Double piège car cette chanson, comme beaucoup de compositions du groupe, était vraiment inspirée par Neil Young. Mais celle-ci était chantée avec le même timbre de voix.
Cette chanson, malgré son côté hommage assumé à Young, vaudra au groupe les foudres du Canadien et de ses fans. Pour l'anecdote, le père ou la mère de Neil Young appela un jour son fils en entendant la chanson à la radio, afin de le féliciter d'avoir composé une si belle chanson ! Même ses parents s'y sont laisser prendre !
Bref Douche froide (londonienne) pour le Canadien.

Le groupe continuera d'ailleurs dans sa lignée anglaise avec le producteur emblématique des Beatles, George Martin lui-même !
Ce dernier cherchait un groupe suite à la fin des Beatles, et avait jeté son dévolu sur America. Il produira les albums à partir du 4è inclus. D'ailleurs je trouve que c'est assez dommage : les trois premiers albums étaient très bien avec fraîcheur et inspiration. Avec l'arrivée de Martin, les arrangements deviennent bien plus variés et plus "Beatles", avec des cordes, etc... Le groupe y perdra un peu d'identité à mon avis. Et surtout un son de plus en plus commercial, hélas ! Avec franchement de plus en plus un côté soupe FM. George Martin n'est pas l'unique responsable, bien sûr, car le trio était en panne d'inspiration.

Pour revenir à Young, ou plutôt Crosby, Still Nash & Young, je trouve que les élèves ont surpassé les maîtres. J'ai du mal avec leurs albums, je trouve qu'ils ont mal vieilli. America a vraiment ma préférence et de loin, surtout pour les 2 premiers albums qui restent une référence.
Ils sont très évocateurs d'une Amérique west coast : ce n'est pas pour rien que tous les étudiants américains se passaient leurs albums sur la route des vacances. Il s'en dégage une nostalgie assez cool.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2716
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Mar 8 Oct - 22:54

Christopher Cross


Christophe Cross est un chanteur américain né en 1951, il commence à s'illustrer au début des années 80 avec une série de ballades pop, comme : " Sailing ", qui lui permet de remporter trois Grammy Awards en 1981. Sans oublier le célèbre titre " Ride Like the Wind" son plus grand succès, avec la voix de Michael McDonald dans les chœurs. Des titres issus de ses albums " Christophe Cross " ou encore d'Another pages ".
En 1981, " Arthur 's Theme ", repris pour la bande originale du film " Arthur " de Steve Gordon avec Dudley Moore et Liza Minnelli , lui vaut, ainsi qu'au co auteur Burt Bacharach, l'Oscar de la meilleure chanson originale ainsi que le Golden Globe de la meilleure chanson.
Deux ans plus tard, " Think of Laura " écrit pour la série télévisée américaine " General Hospital " remet le musicien sur les devants de la scène, ainsi que l'entrainant "All Right".
Il faut attendre 1988 pour assister au retour du chanteur à la faveur de " Back of my Mind ".
Après un " Rendez vous " en 1992, c'est la sortie de " Window " trois ans plus tard, de " Walking In Avalon " en 1998 puis de " Greatest Hits Live " l'année suivante.
Avec son nouvel album studio, "The Café Carlyle Sessions" (2008), Christophe Cross reprend quinze de ses chansons incontournables qu'il réenregistre dans une version accoustique et jazzy.
Bien qu'il n'a plus vraiment connu le succès à partir des années 90 il reste un référence 80's de la scène West Coast américaine.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Solitaire
Admin
avatar

Masculin Messages : 6090
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Anywhere out of the world...
Emploi/loisirs : Tout, passionnément...
Humeur : A décidé de ne plus s'inquiéter.

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Mer 9 Oct - 16:57

Christopher Cross pour moi, c'est Arthur's theme, morceau que j'ai toujours beaucoup apprécié. C'est aussi toute une imagerie, palmiers, bord de mer, flamands roses et longues voitures rutilantes quand j'écoute ses chansons.
Je dirai que son oeuvre n'est pas transcendante, mais reste attractive, cool et agréable. Certains morceaux donnent envie de partir rouler au hasard le long de l'océan par une belle journée ensoleillée... De belles ballades pop comme tu dis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Dim 13 Oct - 16:20


Love, 1966 (L-R: Alban Pfisterer, Arthur Lee, Ken Forssi, Bryan MacLean, Johnny Echols)

Love


Love est un groupe de rock américain, originaire de la scène musicale psychédélique de Los Angeles, essentiellement en activité à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Love était emmené par Arthur Lee, un chanteur, guitariste et compositeur métis et par le guitariste Bryan MacLean. L'une des principales caractéristiques qui différencie la musique de Love de celle des autres groupes pop américains est l'alliance de diverses influences musicales, telles que le rock'n'roll, le garage rock, la folk, la pop, le blues ou encore la musique psychédélique. Ce métissage des genres atteindra son paroxysme dans Forever Changes (1967) et leur musique sera dès lors qualifiée de rock baroque. Tout au long de sa carrière, le groupe a reçu des éloges des critiques musicaux mais leur succès populaire resta toujours mitigé, à l'ombre d'autres groupes de l'époque, tels que les Doors. Love et leur album Forever Changes, sont cependant considérés comme des pierres angulaires du rock psychédélique.

Love a été fondé en 1965 par le chanteur, guitariste et multi-instrumentiste Arthur Lee. Originaire de Memphis, né d'un père noir et d'une mère blanche, il commença à l'adolescence à jouer dans des formations de jazz ou de rythm'n'blues du coin.
En 1965, la formation ajoute le guitariste et chanteur Bryan MacLean et le bassiste Kenny Forssi, Arthur Lee rebaptise le groupe Love.
Le groupe joue dans les clubs à la mode de Los Angeles, où il est remarqué par le producteur Jac Holzman, fondateur de Elektra (la petite histoire raconte qu'Arthur Lee fit découvrir les Doors à Holzman).

Dans le plus pur esprit hippie, les membres du groupe vivent en communauté dans un grand manoir, où ils peuvent se livrer à diverses expériences, dont les expériences musicales ou chimiques. À la manière des groupes de San Francisco que sont le Grateful Dead, le Jefferson Airplane ou le Quicksilver Messenger Service, la musique des Love devient rapidement indissociable de la prise de drogues hallucinogènes. On commence alors à parler de rock psychédélique ou d'acid rock.



En 1966, Love publie l'album du même nom, puis en 1967, Da Capo, marqué par le morceau Revelation, d'une durée inédite pour l'époque : 18 minutes. Le style « Love » prend forme, fait d'un mélange de guitares dissonantes et hispanisantes, mâtiné de rock'n'roll, mais aussi de mélodies mélancoliques et tourmentées, pour la plupart issues de l'imagination d'Arthur Lee. Dès lors naît la légende que Lee plane constamment sous acide.

Malgré une très bonne critique, Da Capo n'est pourtant pas un grand succès commercial, tout comme ne le sera pas en fin d'année Forever Changes, le troisième album du groupe. Les mélodies bancales et troublantes, les arrangements soignés à l'extrême, les textes mystérieux, les voix délicates de Forever Changes font de cet album un évènement majeur du rock psychédélique. Sa complexité reflète l'état d'esprit de son leader Arthur Lee, persuadé de sa mort imminente.



L'alchimie de Forever Changes durera peu: la pérennité du groupe est alors fragile, Lee et sa bande sont en effet pourchassés par des créanciers divers. Le groupe vit à cette époque reclus dans la maison hollywoodienne de Bela Lugosi, s'adonnant quotidiennement à l'héroïne et essayant d'enregistrer une suite à Forever Changes. Seul un ultime single verra le jour: your mind and we belongs together.

Peu de temps après, Bryan MacLean échappe à une overdose et sera le premier à quitter le navire. Echols et Forssi, sous l'emprise du LSD, mèneront de petites rapines à main armée dans des magasins de beignets. Ils purgeront tous deux des peines de prison jusqu'à la fin des années soixante. Cet épisode a frappé mon imaginaire avec ces musiciens vivant en autarcie dans les collines hollywoodiennes, tout en braquant des échoppes pour se payer leurs drogues.

Lee se retrouve seul. Bien que miné, si bien par son accoutumance désastreuse à l'héroïne que par ses fréquentes dépressions paranoïaques, il remonte un groupe. Durant l'été 1969, la nouvelle formation s'enferme dans les studios, enregistrant jusqu'à 10 heures de bandes nouvelles.
Deux albums entiers seront le fruit de ses sessions : en premier lieu Four Sail [1969] et puis en décembre, le double Out Here. Mais Lee est entièrement passé électrique. Des tonnes de distorsions saturent ces deux albums en faisant des monuments sacro-saints du heavy psyche.

Au final, Love restera dans l'histoire surtout pour l'alchimie unique, délicate et fragile de l'album Forever Changes.


L'intro mélancolique de "Alone Again Or" ouvre maginifiquement l'album, annonçant les tons hispanisants.


La pépite de l'album...

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Mer 30 Oct - 19:02

La surf music & The Beach Boys

Formé en 1961 à Hawthorne en Californie, le groupe américain à été l'un des rares a avoir pu rivaliser musicalement avec les groupes britanniques de la même époque, tels que The Beatles ou The Rolling Stones. Affilié à l'origine à la surf music, le groupe s'est surtout distingué par ses chansons aux harmonies vocales complexes et très mélodiques. Très en vogue aux États-Unis au début des années 1960, les Beach Boys vont amorcer leur déclin à la fin de cette décennie, en raison notamment de la santé mentale précaire de Brian Wilson, le compositeur de la plupart des succès du groupe. Ils sont d'après Billboard magazine le premier groupe américain au plan des ventes de disques ayant vendu plus de 100 millions d'albums à travers le monde depuis leur débuts.

La surf music :

Genre musical apparu en Californie à la fin des années 1950 qui prend son envol dès 1961 et qui connaîtra une certaine popularité jusqu'en 1964. Intimement lié au surf et à sa culture alors florissante dans les environs de Los Angeles, il se caractérise par des chansons courtes, concentrées et rapides aux mélodies simples et enjouées, sur des rythmes voisins du rock'n'roll dont il est un dérivé.
À l'origine, elle n'est pas véritablement un genre particulier, mais simplement du rock'n'roll instrumental habité par la culture californienne du surf. Le rock'n'roll instrumental connaît à l'époque son heure de gloire grâce à des guitaristes ou groupes comme Duane Eddy, Link Wray ou The Ventures. C'est surtout le groupe Dick Dale et les Del-Tones qui lance véritablement la mode de la Surf music avec Let's Go Trippin' en 1961, et surtout avec Misirlou en 1962.






Les Beachs Boys et la naissance du mythe Californien :

Le surf est le thème central de leurs albums, repris dans le titre, ainsi que dans quatre singles sur cinq. Les albums comprennent d’autres chansons sur ce thème : Hawaii, Surfer moon, Catch a wave, Noble surfer, Surf jam …
Pour reprendre le titre d’un ouvrage de David Leaf, les Beach Boys ont créé le « mythe californien ». Tous les thèmes de ce mythe apparaissent dans la musique des Beach Boys dès 1961-62. Cette image leur collera tellement à la peau qu'à la fin des années 1960, elle les rendra ringards aux yeux d’une jeunesse préoccupée par la guerre du Viêt Nam et le mouvement hippie.


The Beach Boys -Surfin' Safari (1962)


The Beach Boys -  I Get Around (1964)


The Beach Boys - California Girls (1965)



Pet Sounds en 1966 : la rupture de style et le chef d'œuvre du groupe


La concurrence avec les Beatles joue ici un rôle important car Brian s'est mis en tête de surpasser le groupe anglais.
Brian fait tout pour surpasser l’album Rubber Soul. Dès la fin de 1965, il entreprend de réaliser son œuvre majeure, Pet Sounds.
Pet Sounds se distingue foncièrement des albums antérieurs du groupe. Les thèmes classiques du surf et des voitures ont disparu.
Certes, les filles sont toujours là, mais la frivolité n’est plus de mise.
Les musiques atteignent une complexité inédite, qui surprend encore au regard des moyens techniques limités des studios de l’époque. L’album ose s'éloigner du format chanson – passage obligé des musiques populaires – en risquant plusieurs titres instrumentaux.

Le groupe anglais s’incline face au talent de Brian Wilson. Paul McCartney écoute le disque en boucle, et voit Pet Sounds comme le plus grand album de tous les temps. Et Pet Sounds toujours selon l'ex-Beatles, aura été une source de motivation et d'inspiration pour créer Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, sorti en 1967.



The Beach Boys - Pet Sounds (1966)




Le projet Smile


Depuis la fin de l'année 1966, Brian Wilson travaille sur un projet d'album très ambitieux. L'album, qui serait intitulé Smile, est voulu par Brian comme le plus grand chef d'œuvre de la pop music. Rapidement, Brian connaît de nombreux problèmes : difficultés techniques de réalisation, réticences de certains membres du groupe, divergences avec leur maison de disques. À cela s'ajoutent le perfectionnisme et les problèmes mentaux de Brian, amplifiés par les drogues et la pression du résultat, à une époque où le groupe est en concurrence directe avec les Beatles, qui viennent de frapper un grand coup avec leur album Sgt Pepper.
Le projet Smile est peu à peu abandonné par les membres du groupe et les diverses ébauches enregistrées sont regroupées dans un album inégal rapidement produit par quelques membres du groupe, qui sera nommé Smiley Smile en 1967, surtout pour satisfaire les engagements avec la maison de disque.

L'avortement de Smile marque le déclin de l'influence de Brian Wilson dans le groupe. Même s'il continue de composer pour les Beach Boys, ses nouvelles contributions ne recueillent que peu d'enthousiasme de la part du public. Les albums Smiley Smile (comportant pourtant de très bons titres), Wild Honey et Friends sont des échecs ou des semi-échecs commerciaux (surtout aux États-Unis).

Smile est aujourd'hui ressorti après toutes ses années, l'état de santé de Brian Wilson s'étant amélioré. Tout d'abord des versions réenregistrées pour un album solo de Brian Wilson, puis une seconde fois sous le nom du groupe avec les archives remastérisées.
D'après moi, oui, cet album aurait du être le chef d'œuvre de la pop music. Mais même ainsi, son statut de disque mythique inachevé a entretenu une légende, et cet album fantôme aura marqué l'histoire.


The Beach Boys - Good Vibrations (1967)



California Dreamin' par The Mamas & the Papas


Véritable tube et l'une des plus célèbres chanson sur le mythe Californien, cette chanson de 1965 figure sur le premier album de The Mamas & the Papas. Ce groupe de rock américain, un quatuor, a enregistré et effectué des concerts de 1965 à 1968, avant d'imploser.


The Mamas & the Papas - California Dreamin' (1965)

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VIC

avatar

Masculin Messages : 2948
Date d'inscription : 18/01/2012

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Dim 24 Nov - 18:29

Petit retour sur les Eagles

Nous avons déjà cité Hotel California, sorti en 1976, vendu à plus de 20 millions d'exemplaires dans le monde.
La célèbre pochette représente, au crépuscule, non pas l'Hotel California (!), mais le Beverly Hills Hotel à Los Angeles (connu sous le nom The Pink Palace) souvent fréquenté par les stars d'Hollywood.
La pochette et le côté cool de certaines ballades de l'album, avec les arrangements vocaux des Eagles, ont définitivement collé l'étiquette West Coast au groupe.

Et pourtant, et pourtant ... il n'en a pas toujours été ainsi lors de leur discographie, les Eagles oscillant entre plusieurs styles :

Eagles (1972)
Desperado (1973)
On the Border (1974)
One of These Nights (1975)
Hotel California (1976)
The Long Run (1979)

le premier album des Eagles (Eagles) est intéressant, s'ouvrant sur Take it Easy, un titre cool ...

... où pointent des notes de banjo. Et oui, les Eagles sont au départ un groupe aux influences country et Bluegrass, qui font de lui un pionnier du country rock.

mais on y trouve aussi des morceaux très rock, comme ce Chug All Night:



Le deuxième album, Desperado, est un petit bijou de country rock nostalgique : qualifié souvent de sommet du genre, on dit aussi que c'est aussi le dernier grand album de ce style musical, qui passe de mode dans les 70's. Il s'agit d'un concept album autour des Dalton, où le banjo fait des étincelles.
Excellent album dans son genre, mais très éloigné de ce pour quoi le groupe est connu auprès du grand public.


Passé cet album, les Eagles se chercheront à s'éloigner de leur ancien style country. Ces funambules alterneront donc ballades et morceaux rock.
Après deux albums encore réussis et à cheval sur plusieurs styles, arrivera Hotel California. Cet album regorge de ballades, et je le trouve assez mou. Paradoxalement, c'est peut-être leur album que j'aime le moins, malgré la présence du tube planétaire exceptionnel qui a donné son titre à l'album. Le succès mondial posera quelque problème au groupe qui prendra 3 ans pour sortir leur sixième album, beaucoup plus noir et rock par moment.

On notera enfin le nombre délirant de best of des Eagles, qui ne servent qu'à une chose : donner un mauvais aperçu du groupe.
Plus que jamais avec les Eagles, il me paraît important d'écouter leurs albums pour découvrir leur vrai visage.

_________________
Ë=alt0203...  Ï=alt0207...œ=alt0156... Œ =alt0140...Ç=alt0199...Á= lt181... Â=alt182...À=alt183...Ç=alt128...È = alt 212 ... É=alt144...ø=alt0248...Ø=alt0216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warlock

avatar

Masculin Taureau Messages : 2716
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 39
Localisation : Au milieu de nulle part
Humeur : Le monde est un ego sans fond

MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   Mar 18 Fév - 23:24

Don Henley - Boys of summer

Morceau le plus connu de la carrière solo du chanteur des Eagles Don Henley, cette chanson est l'archétype même du morceau réussi de la west coast des 80's. Avec à première vue un thème classique et récurent, le passage de l'enfance à l'adolescence des premiers émois amoureux, des amours d'été.
Mais qui est bien plus subtil que ça, elle parle de la nostalgie et le temps qui passe, sur le vieillissement, l'interrogation sur les sentiments, et la fin de l'innocence.
D'une génération révolue, d'un passé oublié, de mélancolie. Cette chanson a connue un grand succès lors de sa sortie en 1984, une bien belle réussite mélodique, et à tous les niveaux.
A noter que le clip a été réalisé par le français Jean-Baptiste Mondino et reçu de nombreux prix par la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE SON DE LA WEST COAST   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE SON DE LA WEST COAST
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rey Mysterio Vs The Rock
» LE SON DE LA WEST COAST
» (Terminée) l'Appel du Far West.
» En route pour le Old West!
» Far-west en Auvergne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres d'évasion... :: LA SALLE DE MUSIQUE :: Voyage en musique-
Sauter vers: